Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Vers la fin de la dictature européenne ?

Vers la fin de la dictature européenne ?

Alors que David Cameron a décidé d'organiser un référendum d'ici 2017 pour savoir si le Royaume-Uni se maintiendra dans l'UE ou non, Berlin, Bruxelles et Paris ont révélé leur vrai visage, celle d'une Europe anti-démocratique et qui méprise le choix des peuples.

"Ce sera un référendum sur une question claire : in/out (L'UE)" Cette phrase de David Cameron aura donc fait son effet puisque, sans doute inquiets à l'idée que le peuple puisse décider lui-même de son destin, Bruxelles, Paris et Berlin se sont empressés de monter au créneau pour dénoncer cette idée. Demander l'avis du peuple, et puis quoi encore ?

Cachez ce réferendum que je ne saurai voir

Nicolai Warmen, ministre des affaires étrangères du Danemark, a affirmé que si le Royaume-Uni décidait de quitter l'Union, il s'engagerait sans doute tout seul sur cette voie. Mais en est-il sur ? Le discours de Cameron aura, au contraire, permis d'ouvrir le débat sur l'UE partout en Europe. Même si on peut penser que ce discours était sans doute purement électoraliste afin de satisfaire les eurosceptiques, la question mérite au moins d'être posée et aura permis de mettre ce sujet sur la table, car imaginons une seconde Hollande ou Sarkozy qui diraient vouloir un réferendum sur la place de la France dans l'Europe, impossible, pas dans leurs intêret. Un autre politique qui n'appartiendrait ni à l'UMP ni au PS ? Impossible aussi, il se ferait diaboliser, traîter de "facho" et serait pris pour un fou. L'idée d'un réferendum fait frémir tout les technocrates de l'UE. Je pense que nous nous souvenons tous de ce que fait l'UE des referendum. Par exemple de l'Irlande et du referendum sur le traité de Lisbonne, ou après avoir voté non, les irlandais durent revoter, mais "bien" revoter cette fois, c'est à dire oui. Souvenons-nous aussi du cas du même traité en France, ou les français votèrent majoritairement non, avant que Sarkozy, à peine élu et faisant fi du choix des français, fit passer le traité devant le parlement.

local/cache-vignettes/L403xH374/ratification2205-b105e.jpg

Démocratie ? Beurk

La démocratie ? Très peu pour les technocrates non-élus de la commission de Bruxelles, tout ce qui est démocratique les irrite. Les referendums ? Très peu pour eux, quand Papandréou propose un referendum sur l'Europe, c'est la aussi la panique générale à bord et celui-ci est aussitôt remplacé par Papademos. Il ne faudrait pas que le peuple se rende compte de la dictature des banques, qui provoquent elles-mêmes les crises afin de justifier les cures d'austérité(http://www.lemonde.fr/economie/article/2013/01/23/l-insee-grec-soupconne-d-avoir-gonfle-le-deficit-du-pays_1821302_3234.html) même si petit à petit le peuple ouvre heureusement les yeux (Le Monde : 61% des francais perçoivent la mondialisation comme une menace pour la France, 65% estiment qu'"il faut renforcer les pouvoirs de décision de notre pays même si cela doit conduire à limiter ceux de l'Europe").

 

Au final, les propos de Cameron auront permis de poser la question d'un referendum sur l'Europe, il faut maintenant que les peuples profitent de cette vague pour en demander un à leur tour car les espagnols, les portugais, les italiens, les français, accepteront-ils les mêmes sacrifices que les grecs ?

 

 

PS : Je voulais aussi m'excuser auprès de tout les UPR pour mon dernier article, je reconnais avoir êté malhonnête en ne citant pas mes sources.

 


Les réactions les plus appréciées

  • Aldous (---.---.---.209) 25 janvier 2013 10:46
    Aldous

    Synthèse intéressante mais incomplète.

    La GB et les USA n’ont jamais voulu d’Europe politique mais une province à l’Empire.

    De Gaulle et Adenauer on pensé pouvoir les prendre à leur propre jeu en utilisant leur politique d’unification de ce qu’ils considèrent leur « colonie » européenne pour faire émerger une puissance franco-allemande.

    La réalité est que ce sont les anglo-saxons qui ont berné les Français (et les Européens qui les ont cru) en permettant juste les transferts de souveraineté des états nations vers l’UE mais sans donner de souveraineté ni de légitimité politique à l’UE.

    Cela a été obtenu en noyautant la bureaucratie européenne avec des cadres recrutés et formées par les USA :

    Manuel Barosso, leader étudiant maoiste en 1976, recruté par l’ambassadeur américain F. Carlucci, est formé à l’Université de Georgestown aux USA, un des centre de formation des cadres de la CIA.

    De retour au Portugal il a une carrière fulgurante dès son adhésion au PSD puis prend la tête du parti conservateur notamment grâce à une presse dithyrambique comparable à celle qui a fabriqué Sarkozy.

    Par ailleurs, chaque fois que les européens tentent soit de démocratiser l’UE soit de lui créer des poste régaliens on constate un échec cuisant :

    Le déficit démocratique n’a fait qu’augmenter de traité en traiter et les eurodéputés n’ont toujours pas le pouvoir législatif.

    Les nominations aux postes de président et de ministre des affaires étrangères se font par bénédiction des Bilderbergers, ce qui les prive de toute légitimitée.

    De plus les élites choisissent sciemment des politicards inconsistants sans charisme ni carrurepolitique comme Von Rompuy et la baronne Ashton, de sorte qu’il n’y ait aucun danger de voir émerger un batisseur d’empire à la Napoléon.

    Deux autres marqueurs montrent que les USA mènent une politique ne castration de l’Europe politique :

    Leur soutien à la candidature de la Turquie, qui deviendrait le pays le plus peuplé de l’UE, tout en étant le moins démocratique, le moins européen et le plus militariste (occupation de Chypre).

    L’attaque en règle des pays de l’Eurozone les plus faibles (Grèce et tête) afin que l’Euro plonge à la même vitesse que le dollar et ne puisse jouer le rôle de valeur refuge.

    Nos politiciens sont cons.

    S’ils voulaient une Europe politique il fallait jouer la carte de la légitimité populaire :

    Faire une assemblée constituante européenne et placer nos souverainetés entre ses mains.

    Ca aurait transfiguré le projet de l’UE.

    Au lieu de quoi Giscard a joué les Louis XVI, se prenant pour un monarque constitutionnel, le Washington de l’Europe, mais en réalité imbécile et impotent.

     

  • eau-du-robinet (---.---.---.197) 25 janvier 2013 11:37
    eau-du-robinet

    Ils sont près de 15 000 lobbyistes et 2 500 organisations à animer la vie institutionnelle européenne, selon le rapport Stubb du Comité Affaires constitutionnelles du Parlement européen. Ces chiffres font de Bruxelles la deuxième ville au monde à avoir une telle concentration de représentants d’intérêts, ou lobbyistes, juste derrière Washington DC.
    source : http://www.cafebabel.fr/article/259...

    Le rêve d’une meilleure Europe est devenu notre cauchemar, car il y des gens parait-il qui rêvent encore d’une meilleure Europe ! Hors nous n’avons plus d’influence sur la politique Européenne. Ce sont les lobbyistes que mènent la danse ! Soyons donc logique, il est temps de quitter le navire, quitter l’Europe, pourquoi pas avec les anglais qui nous annoncent un référendum d’ici 2017 sur la sortie de l’Europe du Royaume Uni ?

    Plus des services publics, plus de filets sociales mais toujours plus de liberté pour les multinationales et toujours plus de pression sur le travailleurs (surtout des chantages ... voire Renault en ce moment) et surtout toujours plus de chômeurs. Voila ce que nous ont apporté les traitées ultralibérales de Maastricht et de Lisbonne.

    Sortons de cette Europe cauchemardesque ... et vite !

  • Joko (---.---.---.101) 25 janvier 2013 09:39

    Très bonne synthèse.
    Le fait que l’Europe actuelle (et qui n’est certes pas celle que l’on nous faisait miroiter il y a 20 ans !) soit un bien ou un mal, doit être tranché par la population, et pas par une pseudo-élite attachée à ses avantages (souvent exorbitants !).
    Il n’y a rien de plus à dire, si l’on veut rester dans un contexte vraiment démocratique.

  • Felidae (---.---.---.213) 25 janvier 2013 09:40
    Felidae

    Le dogme européen est en effet comme un saint ministère. Il convient d’être pour, de le dire ou de se taire.

    Avec les années je trouve ce joug de plus en plus pesant et pire contraire à nos intérêts . L’administration européenne est comme le gui sur un arbre. Dommage que nous devions nous soumettre au bon vouloir de parasites.

Réagissez à l'article

83 réactions à cet article

  • Joko (---.---.---.101) 25 janvier 2013 09:39

    Très bonne synthèse.
    Le fait que l’Europe actuelle (et qui n’est certes pas celle que l’on nous faisait miroiter il y a 20 ans !) soit un bien ou un mal, doit être tranché par la population, et pas par une pseudo-élite attachée à ses avantages (souvent exorbitants !).
    Il n’y a rien de plus à dire, si l’on veut rester dans un contexte vraiment démocratique.

  • Felidae (---.---.---.213) 25 janvier 2013 09:40
    Felidae

    Le dogme européen est en effet comme un saint ministère. Il convient d’être pour, de le dire ou de se taire.

    Avec les années je trouve ce joug de plus en plus pesant et pire contraire à nos intérêts . L’administration européenne est comme le gui sur un arbre. Dommage que nous devions nous soumettre au bon vouloir de parasites.
  • colza (---.---.---.31) 25 janvier 2013 10:07

    Evidemment que les Britanniques ne seront pas autorisés à exprimer leur opinion sur l’Union Européenne.

    Imaginez qu’ils la rejettent ! 
    Et que les autres peuples européens demandent à leur tour un référendum.
    Adieu veaux, vaches, cochons, couvées.
    L’oligarchie sur le flanc, les financiers remis à leur place, les lobbies au chômage...
  • Aldous (---.---.---.209) 25 janvier 2013 10:46
    Aldous

    Synthèse intéressante mais incomplète.

    La GB et les USA n’ont jamais voulu d’Europe politique mais une province à l’Empire.

    De Gaulle et Adenauer on pensé pouvoir les prendre à leur propre jeu en utilisant leur politique d’unification de ce qu’ils considèrent leur « colonie » européenne pour faire émerger une puissance franco-allemande.

    La réalité est que ce sont les anglo-saxons qui ont berné les Français (et les Européens qui les ont cru) en permettant juste les transferts de souveraineté des états nations vers l’UE mais sans donner de souveraineté ni de légitimité politique à l’UE.

    Cela a été obtenu en noyautant la bureaucratie européenne avec des cadres recrutés et formées par les USA :

    Manuel Barosso, leader étudiant maoiste en 1976, recruté par l’ambassadeur américain F. Carlucci, est formé à l’Université de Georgestown aux USA, un des centre de formation des cadres de la CIA.

    De retour au Portugal il a une carrière fulgurante dès son adhésion au PSD puis prend la tête du parti conservateur notamment grâce à une presse dithyrambique comparable à celle qui a fabriqué Sarkozy.

    Par ailleurs, chaque fois que les européens tentent soit de démocratiser l’UE soit de lui créer des poste régaliens on constate un échec cuisant :

    Le déficit démocratique n’a fait qu’augmenter de traité en traiter et les eurodéputés n’ont toujours pas le pouvoir législatif.

    Les nominations aux postes de président et de ministre des affaires étrangères se font par bénédiction des Bilderbergers, ce qui les prive de toute légitimitée.

    De plus les élites choisissent sciemment des politicards inconsistants sans charisme ni carrurepolitique comme Von Rompuy et la baronne Ashton, de sorte qu’il n’y ait aucun danger de voir émerger un batisseur d’empire à la Napoléon.

    Deux autres marqueurs montrent que les USA mènent une politique ne castration de l’Europe politique :

    Leur soutien à la candidature de la Turquie, qui deviendrait le pays le plus peuplé de l’UE, tout en étant le moins démocratique, le moins européen et le plus militariste (occupation de Chypre).

    L’attaque en règle des pays de l’Eurozone les plus faibles (Grèce et tête) afin que l’Euro plonge à la même vitesse que le dollar et ne puisse jouer le rôle de valeur refuge.

    Nos politiciens sont cons.

    S’ils voulaient une Europe politique il fallait jouer la carte de la légitimité populaire :

    Faire une assemblée constituante européenne et placer nos souverainetés entre ses mains.

    Ca aurait transfiguré le projet de l’UE.

    Au lieu de quoi Giscard a joué les Louis XVI, se prenant pour un monarque constitutionnel, le Washington de l’Europe, mais en réalité imbécile et impotent.

     

    • julius 1ER (---.---.---.18) 25 janvier 2013 13:42

      @aldous


       Nos politiciens sont cons.

      S’ils voulaient une Europe politique il fallait jouer la carte de la légitimité populaire :

      Faire une assemblée constituante européenne et placer nos souverainetés entre ses main

      NON les politiciens ne sont pas cons ils sont veules et ils sont lâches, ce qui fait une notable différence, et la plupart sont opportunistes, ne travaillant que pour leur réélection, l’exemple récent est le cas Kouchner qui se prétend de gauche et qui et prêt à bouffer à tous les râteliers !

      c’est sûr qu’avec des gens comme cela sans principe aucun il est très difficile de bâtir quoique ce soit , c’est pourquoi par principe je suis contre la sortie de l’UE, c’est l’UE qu’il faut réformer, mais comme pour notre propre pays, il faut des réformes réfléchies auxquels adhèrent la plupart de nos concitoyens, hors de cela point de salut !!!!!!!!!!!!!!

    • Unghmar Gunnarson (---.---.---.159) 25 janvier 2013 14:24
      Unghmar Gunnarson

      « Nos politiciens sont cons. »

      J’aimerais y croire, mais ce n’est pas possible. C’est un peu comme le 11 septembre où tout le monde a été incompétent, au bout d’un moment, on ne peut plus y croire. ( Dans votre liste d’ailleurs, vous auriez put ajouter les Young Leaders et Goldman Sachs. )

    • mortelune (---.---.---.83) 25 janvier 2013 14:38
      mortelune

      @Aldous

      « c’est l’UE qu’il faut réformer »
      Taratata ! trop tard pour la réformer. Les peuples qui composent les pays de l’europe n’ont pas les mêmes centres d’intérêts et il y en a trop pour trouver un point commun. De plus c’est une perte de temps inutile qui profite à la main mise de ceux qui nous tiennent. Le nombre de pays introduits a tué le projet auquel on pouvait croire. Les USA se frottent les mains à notre détriment et ça devient insupportable. 
      Il y a un temps où moi aussi je pensais comme vous, mais hélas le rêve (s’il pouvait y avoir un ) tenait en premier lieu de ma crédulité. 

    • Aldous (---.---.---.209) 25 janvier 2013 14:47
      Aldous

      Mon allusion à a connerie des politicien se refere a ceux qui ont cru pouvoir creer une europe federale relativement independante des anglosaxons (si si il y en a)


      Ca n’interdit oas que d’autres soint vendus et acheté.

      Ca n’interdit pas que certains soient à la fois corrompus et cons...

      Sinon, ce n’est pas moi qui dit qu’il faut reformer l’UE.

      Il ne faut pas en sortir non plus.

      Il faut la dissoudre.
    • Valas (---.---.---.137) 25 janvier 2013 15:05
      Valas

      Excellent commentaire.
      Néanmoins je porterai une nuance concernant les politiciens que l’ont peut considérer comme cons. En fait ils font tout simplement partie d’une haute sphère fermée et ils se connaissent tous dès leurs entrées à l’École Nationale d’Administration et entretiennent tous leurs relations quelle que soit la position de leurs sièges à l’assemblée générale. Celui d’entre eux qui ne suit pas le mouvement et donc ne fait pas de business avec les Riches Hommes d’Affaires, Grands Patrons etc... s’isole et ne fait pas un pli face à cette marée humaine polluante et nauséabonde.
      Les politiciens ne sont pas vraiment cons, ils sont des crapules et se comportent comme les jeunes de banlieues lorsqu’ils se retrouvent en « bandes » au détriment de ceux isolés qui se font finalement taper dessus. Ce sont des opportunistes qui se moquent éperdument de l’avenir de leur pays du moment que leur propre avenir et celle de leur entourage grimpe dans le monde du luxe.
      On retrouve aussi ce même genre de comportement dans les administrations locales n’importe où en France, dans les mairies etc... à partir du moment où les conflits d’intérêts sont possibles de manière locales. La justice est clairement touchée par ce fléau, le riche gagnera toujours et le pauvre perdra toujours plus.

      Pour conclure je pense que globalement la nature humaine n’est pas du tout saine et que les seuls personnes qui souhaitent vraiment se battre pour le bien de la « communauté » et contre l’injustice, la pollution et la corruption sont trop peu nombreuses aujourd’hui... Il faut souffrir et en estimer le besoin pour vouloir se battre contre ce système et généralement ceux qui souffrent démarrent en bas de la pyramide.

    • Le printemps arrive (---.---.---.131) 25 janvier 2013 21:02
      Le printemps arrive

      @mortelune "Les peuples qui composent les pays de l’europe n’ont pas les mêmes centres d’intérêts et il y en a trop pour trouver un point commun."

      Pour ma part, des centres d’intérêt communs aux peuples, j’en vois quelques-uns : paix, joie, amour altruiste, prospérité, santé, bien-être...
      Mais c’est la peur , les plaisirs compulsifs, la cupidité, la compétitivité entre peuples, la désinformation, l’ignorance, qui sont entretenus au grand bénéfice de ceux qui ont tout intérêt à entretenir cet état de fait.

      C’est au peuple de comprendre et ensuite de décider de son avenir par un processus réellement démocratique à définir (certains sont déjà bien avancés dans cette réflexion, adaptant ce qui s’est déjà fait à notre époque).

      L’Europe politique et économique que nous connaissons est une aberration : une chose est sûre, il faut la modifier radicalement notamment du point de vue de ses objectifs.
      S’il faut un temps se recroqueviller sur nos frontières pour refaire quelque-chose, pourquoi pas, mais ce n’est pas à un parti politique élu selon les règles actuelles et qui les perpétueraient d’en décider.

      Actuellement, nos quelques pouvoirs sont : notre porte-monnaie et l’utilisation que l’on en fait, la réflexion a partager avec ceux qui ne sont pas encore conscients (ce nombre semble diminuer à toute vitesse), ou la diffusion des idées latentes pour entretenir ou éveiller à un optimisme qui fait grandement défaut.

    • Aldous (---.---.---.209) 27 janvier 2013 10:44
      Aldous

      notre porte monnaie est une aliénation pas un pouvoir.


      L’argent dette nous condamne à nous aplatir devant le cartel bancaire.




    • millesime (---.---.---.114) 27 janvier 2013 10:44

      très bonnes remarques de cette Europe manipulée par l’Empire qui a mis ses sbires aux commandes.
      L’Europe le vassale de l’ Empire.. !

      il est souhaitable que l’on puisse réformer le système monétaire international le plus rapidement possible (au grand damne des US... !).

      http://millesime.over-blog.com

    • TOUSENSEMBLE retraité FRONT DE GAUCHE sante social (---.---.---.168) 27 janvier 2013 17:12
      TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE

      OUI@aldous

      mais avec une vraie TAXE TOBIN DE 1% on aurait aider la grèce sans faire payer les allemands...les espagnols et les francais et portugais...

      et si les anglais ne veulent pas mettre l main a la poche digne comportement de la perfide albion...........

      IL FAUT LEUR FAIRE COMPRENDRE QUE LA CEE VIA LA TAXE TOBIN....NE LES AIDERA PAS QUAND ILS AURONT DECUPLE LA DETTE DE LEUR SYSTEME FINANCIER....
      mr cameron la ramènera...un peu moins

  • eau-du-robinet (---.---.---.197) 25 janvier 2013 11:37
    eau-du-robinet

    Ils sont près de 15 000 lobbyistes et 2 500 organisations à animer la vie institutionnelle européenne, selon le rapport Stubb du Comité Affaires constitutionnelles du Parlement européen. Ces chiffres font de Bruxelles la deuxième ville au monde à avoir une telle concentration de représentants d’intérêts, ou lobbyistes, juste derrière Washington DC.
    source : http://www.cafebabel.fr/article/259...

    Le rêve d’une meilleure Europe est devenu notre cauchemar, car il y des gens parait-il qui rêvent encore d’une meilleure Europe ! Hors nous n’avons plus d’influence sur la politique Européenne. Ce sont les lobbyistes que mènent la danse ! Soyons donc logique, il est temps de quitter le navire, quitter l’Europe, pourquoi pas avec les anglais qui nous annoncent un référendum d’ici 2017 sur la sortie de l’Europe du Royaume Uni ?

    Plus des services publics, plus de filets sociales mais toujours plus de liberté pour les multinationales et toujours plus de pression sur le travailleurs (surtout des chantages ... voire Renault en ce moment) et surtout toujours plus de chômeurs. Voila ce que nous ont apporté les traitées ultralibérales de Maastricht et de Lisbonne.

    Sortons de cette Europe cauchemardesque ... et vite !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

ECRIVEZ UN ARTICLE !





Les thématiques de l'article


Palmarès