• jeudi 17 avril 2014
  • Agoravox France Agoravox Italia Agoravox TV Naturavox
  • Agoravox en page d'accueil
  • Newsletter
  • Contact
AgoraVox le média citoyen
  Accueil du site > Tribune Libre > Vers la fin de la dictature européenne ?
12%
D'accord avec l'article ?
 
88%
(77 votes) Votez cet article

Vers la fin de la dictature européenne ?

Alors que David Cameron a décidé d'organiser un référendum d'ici 2017 pour savoir si le Royaume-Uni se maintiendra dans l'UE ou non, Berlin, Bruxelles et Paris ont révélé leur vrai visage, celle d'une Europe anti-démocratique et qui méprise le choix des peuples.

"Ce sera un référendum sur une question claire : in/out (L'UE)" Cette phrase de David Cameron aura donc fait son effet puisque, sans doute inquiets à l'idée que le peuple puisse décider lui-même de son destin, Bruxelles, Paris et Berlin se sont empressés de monter au créneau pour dénoncer cette idée. Demander l'avis du peuple, et puis quoi encore ?

Cachez ce réferendum que je ne saurai voir

Nicolai Warmen, ministre des affaires étrangères du Danemark, a affirmé que si le Royaume-Uni décidait de quitter l'Union, il s'engagerait sans doute tout seul sur cette voie. Mais en est-il sur ? Le discours de Cameron aura, au contraire, permis d'ouvrir le débat sur l'UE partout en Europe. Même si on peut penser que ce discours était sans doute purement électoraliste afin de satisfaire les eurosceptiques, la question mérite au moins d'être posée et aura permis de mettre ce sujet sur la table, car imaginons une seconde Hollande ou Sarkozy qui diraient vouloir un réferendum sur la place de la France dans l'Europe, impossible, pas dans leurs intêret. Un autre politique qui n'appartiendrait ni à l'UMP ni au PS ? Impossible aussi, il se ferait diaboliser, traîter de "facho" et serait pris pour un fou. L'idée d'un réferendum fait frémir tout les technocrates de l'UE. Je pense que nous nous souvenons tous de ce que fait l'UE des referendum. Par exemple de l'Irlande et du referendum sur le traité de Lisbonne, ou après avoir voté non, les irlandais durent revoter, mais "bien" revoter cette fois, c'est à dire oui. Souvenons-nous aussi du cas du même traité en France, ou les français votèrent majoritairement non, avant que Sarkozy, à peine élu et faisant fi du choix des français, fit passer le traité devant le parlement.

local/cache-vignettes/L403xH374/ratification2205-b105e.jpg

Démocratie ? Beurk

La démocratie ? Très peu pour les technocrates non-élus de la commission de Bruxelles, tout ce qui est démocratique les irrite. Les referendums ? Très peu pour eux, quand Papandréou propose un referendum sur l'Europe, c'est la aussi la panique générale à bord et celui-ci est aussitôt remplacé par Papademos. Il ne faudrait pas que le peuple se rende compte de la dictature des banques, qui provoquent elles-mêmes les crises afin de justifier les cures d'austérité(http://www.lemonde.fr/economie/arti...) même si petit à petit le peuple ouvre heureusement les yeux (Le Monde : 61% des francais perçoivent la mondialisation comme une menace pour la France, 65% estiment qu'"il faut renforcer les pouvoirs de décision de notre pays même si cela doit conduire à limiter ceux de l'Europe").

 

Au final, les propos de Cameron auront permis de poser la question d'un referendum sur l'Europe, il faut maintenant que les peuples profitent de cette vague pour en demander un à leur tour car les espagnols, les portugais, les italiens, les français, accepteront-ils les mêmes sacrifices que les grecs ?

 

 

PS : Je voulais aussi m'excuser auprès de tout les UPR pour mon dernier article, je reconnais avoir êté malhonnête en ne citant pas mes sources.

 




par Bartolomey 63 vendredi 25 janvier 2013 - 83 réactions
12%
D'accord avec l'article ?
 
88%
(77 votes) Votez cet article

Les réactions les plus appréciées

  • Par Aldous (---.---.239.209) 25 janvier 2013 10:46
    Aldous

    Synthèse intéressante mais incomplète.

    La GB et les USA n’ont jamais voulu d’Europe politique mais une province à l’Empire.

    De Gaulle et Adenauer on pensé pouvoir les prendre à leur propre jeu en utilisant leur politique d’unification de ce qu’ils considèrent leur « colonie » européenne pour faire émerger une puissance franco-allemande.

    La réalité est que ce sont les anglo-saxons qui ont berné les Français (et les Européens qui les ont cru) en permettant juste les transferts de souveraineté des états nations vers l’UE mais sans donner de souveraineté ni de légitimité politique à l’UE.

    Cela a été obtenu en noyautant la bureaucratie européenne avec des cadres recrutés et formées par les USA :

    Manuel Barosso, leader étudiant maoiste en 1976, recruté par l’ambassadeur américain F. Carlucci, est formé à l’Université de Georgestown aux USA, un des centre de formation des cadres de la CIA.

    De retour au Portugal il a une carrière fulgurante dès son adhésion au PSD puis prend la tête du parti conservateur notamment grâce à une presse dithyrambique comparable à celle qui a fabriqué Sarkozy.

    Par ailleurs, chaque fois que les européens tentent soit de démocratiser l’UE soit de lui créer des poste régaliens on constate un échec cuisant :

    Le déficit démocratique n’a fait qu’augmenter de traité en traiter et les eurodéputés n’ont toujours pas le pouvoir législatif.

    Les nominations aux postes de président et de ministre des affaires étrangères se font par bénédiction des Bilderbergers, ce qui les prive de toute légitimitée.

    De plus les élites choisissent sciemment des politicards inconsistants sans charisme ni carrurepolitique comme Von Rompuy et la baronne Ashton, de sorte qu’il n’y ait aucun danger de voir émerger un batisseur d’empire à la Napoléon.

    Deux autres marqueurs montrent que les USA mènent une politique ne castration de l’Europe politique :

    Leur soutien à la candidature de la Turquie, qui deviendrait le pays le plus peuplé de l’UE, tout en étant le moins démocratique, le moins européen et le plus militariste (occupation de Chypre).

    L’attaque en règle des pays de l’Eurozone les plus faibles (Grèce et tête) afin que l’Euro plonge à la même vitesse que le dollar et ne puisse jouer le rôle de valeur refuge.

    Nos politiciens sont cons.

    S’ils voulaient une Europe politique il fallait jouer la carte de la légitimité populaire :

    Faire une assemblée constituante européenne et placer nos souverainetés entre ses mains.

    Ca aurait transfiguré le projet de l’UE.

    Au lieu de quoi Giscard a joué les Louis XVI, se prenant pour un monarque constitutionnel, le Washington de l’Europe, mais en réalité imbécile et impotent.

     

  • Par eau-du-robinet (---.---.150.197) 25 janvier 2013 11:37
    eau-du-robinet

    Ils sont près de 15 000 lobbyistes et 2 500 organisations à animer la vie institutionnelle européenne, selon le rapport Stubb du Comité Affaires constitutionnelles du Parlement européen. Ces chiffres font de Bruxelles la deuxième ville au monde à avoir une telle concentration de représentants d’intérêts, ou lobbyistes, juste derrière Washington DC.
    source : http://www.cafebabel.fr/article/259...

    Le rêve d’une meilleure Europe est devenu notre cauchemar, car il y des gens parait-il qui rêvent encore d’une meilleure Europe ! Hors nous n’avons plus d’influence sur la politique Européenne. Ce sont les lobbyistes que mènent la danse ! Soyons donc logique, il est temps de quitter le navire, quitter l’Europe, pourquoi pas avec les anglais qui nous annoncent un référendum d’ici 2017 sur la sortie de l’Europe du Royaume Uni ?

    Plus des services publics, plus de filets sociales mais toujours plus de liberté pour les multinationales et toujours plus de pression sur le travailleurs (surtout des chantages ... voire Renault en ce moment) et surtout toujours plus de chômeurs. Voila ce que nous ont apporté les traitées ultralibérales de Maastricht et de Lisbonne.

    Sortons de cette Europe cauchemardesque ... et vite !

  • Par Joko (---.---.20.101) 25 janvier 2013 09:39

    Très bonne synthèse.
    Le fait que l’Europe actuelle (et qui n’est certes pas celle que l’on nous faisait miroiter il y a 20 ans !) soit un bien ou un mal, doit être tranché par la population, et pas par une pseudo-élite attachée à ses avantages (souvent exorbitants !).
    Il n’y a rien de plus à dire, si l’on veut rester dans un contexte vraiment démocratique.

  • Par Felidae (---.---.26.213) 25 janvier 2013 09:40
    Felidae

    Le dogme européen est en effet comme un saint ministère. Il convient d’être pour, de le dire ou de se taire.

    Avec les années je trouve ce joug de plus en plus pesant et pire contraire à nos intérêts . L’administration européenne est comme le gui sur un arbre. Dommage que nous devions nous soumettre au bon vouloir de parasites.

Réactions à cet article

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


Faites un don

Les thématiques de l'article

Palmarès

Agoravox utilise les technologies du logiciel libre : SPIP, Apache, Debian, PHP, Mysql, FckEditor.


Site hébergé par la Fondation Agoravox

Mentions légales Charte de modération