• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Vive la guerre ou l’imposture de Christophe Barbier

Vive la guerre ou l’imposture de Christophe Barbier

Une critique de l’appel à la guerre en Lybie que Christophe Barbier nous assène dans un éditorial de l'Express intitulé « De sable et de sang ».

Nigel Farage, député européen britannique a dit du président de l’Europe qu’il avait le charisme d’une serpillère humide. Je ne suis pas sûr que Christophe Barbier, rédacteur en chef de L’Express en ait beaucoup plus tant sa communication non verbale (mimiques, gestuelle) sonne faux [1], mais ce dont je suis sûr, c’est que ce personnage falot est dans l’imposture la plus complète.

En effet, dans son édito de l’Express du 20 avril, il joue non au héraut d’armes mais au chef de guerre et nous vante le bien-fondé de la guerre de Lybie comme, trois ans auparavant, il proclamait dans une des ses vidéos quotidiennes que la France devait continuer à faire la guerre en Afghanistan. Cette vidéo déjà donnait « la nausée » de part le décalage entre, d’une part, ce à quoi engageait son propos martial (à savoir, les violences et infinies souffrances des combattants comme des populations) et, d’autre part, sa figure de journaliste aux mimiques et pantomimes empruntées. En lisant son édito, je dirais, pour imiter Desproges, que j’ai eu le sentiment d’avoir « les mains sales ».

Car Barbier n’est ni un politique, ni un philosophe. Il est un homme de presse censé nous donner de l’information, de la belle, de la bonne [2] et pas de la propagande guerrière maison. C’est pourtant ce qu’il fait dans cet édito dont je voudrais tenter d’analyser la rhétorique car je vois une forme de devoir citoyen à faire ce que je peux pour que lui et ses semblables comprennent qu’ils doivent rester à leur place, c’est-à-dire, se tenir à la neutralité et l’objectivité de l’information à laquelle ils prétendent.

Nous avons déjà des politiciens assez foireux (songeons à Juppé qui nous annonce une intervention en Lybie de « tout au plus quelques jours… »), il ne manquerait plus que les journalistes se mêlent de gouverner.

Pour en revenir à la rhétorique de Christophe Barbier, je dois reconnaître que, bien qu’assez médiocre au final, elle ne manque pas de force, c’est pourquoi il importe de l’analyser.

Son efficace tient d’abord au fait qu’il affirme d’entrée de jeu que la guerre est une abomination et que toute affirmation contraire est un mensonge :

« Toute guerre est sale. Il n’en est aucune dans l’Histoire qui soit un chemin de gloire, à moins d’être passée sous le pinceau, dégoulinant de mensonge, de la propagande »

Quoi de mieux pour susciter d’emblée et à coup sûr l’assentiment du lecteur qui sait bien tout cela et ne peut que se féliciter de le voir écrit noir sur blanc ?

Barbier renforce encore l’adhésion en précisant qu’« il n’y a pas de guerre « chirurgicale », parce qu’on n’anesthésie pas ceux sur qui on tire » et il propose alors l’image forte et profonde dont il a fait le titre de son édito : « Le sable et le sang font de la boue, et la boue, en séchant au soleil de la politique, fait de l’Histoire »

Pour ne pas laisser le lecteur aveuglé et égaré par ce fulgurant éclair sur la nature fondamentalement violente de l’Histoire des hommes, il enfonce le clou : « chaque fois qu’un blindé est flambé par un missile, il y a de pauvres hères carbonisés à l’intérieur… et ce n’est pas parce qu’ils sont d’évidence « méchants », où (sic) les stipendiés d’un tyran, qu’ils ne sont plus des êtres humains ».

Le moins que l’on puisse dire, c’est que ces propos enthousiasmants de lucidité auguraient plutôt bien de la suite.

Malheureusement, il s’agissait là précisément de l’effet visé par une rhétorique très classique puisque cherchant à amener le consentement final du lecteur par une série de petits consentements prédisposant à l’adhésion.

En effet, quoi de plus suggestif que de déclamer tout le souci qu’on a de la paix pour ensuite affirmer la nécessité de la guerre ? Comme le soulignait la cinéaste Leni Riefensthal pour se défendre d’avoir accompagné l’ascension de Hitler, ce dernier parlait avant tout de paix dans ses discours !

Ainsi, tel ce récent Nobel de la paix qui envoie l’armée U.S. intervenir aux quatre coins du monde au mépris des lois internationales, le Barbier-critique-des-guerres vient cueillir le lecteur — qui a baissé la garde et qui, mesmérisé par son sage propos s’est disposé à le suivre — en assénant cette phrase courte et sèche : « certaines guerres sont nécessaires ».

Le coup est alors presque imparable car, quelles que soient les prévenances que l’on peut avoir vis-à-vis de la guerre, à moins d’être un saint, chacun à en soi une foultitude de prédispositions à y consentir, ne serait-ce que la fameuse « légitime défense ».

De fait, c’est bien la corde sensible de la sécurité que Barbier fait résonner, mais juste ce qu’il faut, pour pointer bien vite un au-delà de la guerre de conquête (de territoires et de pétrole) et nous amener sur le terrain des révolutions arabes actuelles, dans le contexte desquelles Kadhafi fait incontestablement tache.

C’est d’ailleurs peut-être parce que ce dernier ferait si facilement l’unanimité contre lui que Barbier, emporté par son hybris, croit pouvoir se lâcher et révèle sa bouffonerie comme l’inconsistence de sa position. Il n’a, en effet, pour tout argumentaire que l’idée que Kadhafi serait un « satrape paranoïaque » qui « s’accroche à son trône  », un « Ubu paradant », un « Néron pétaradant ». Comme on peut lire dans le Talmud : « Nous ne voyons pas le monde tel qu’il est, mais tel que nous sommes ». Autrement dit : « quelle belle projection ! »

Tout à son illusion, croyant pouvoir jouer sur le velours d’un consensus anti-Kadhafi, Barbier nous invite froidement à nous risquer à la violence, à une (nécessairement sale) guerre civile dont, nous dit-il, il nous faudra patiemment attendre une issue favorable tout en armant des insurgés dont on ne sait pas ce qu’ils feront demain.

Vaste et beau programme dont le chef de guerre Barbier pense qu’il serait tout à l’honneur de la France qu’elle l’appliquât et tout à son déshonneur qu’elle se défilât.

Pour mieux mobiliser les troupes, il pique au vif en ajoutant la petite manip à la grande, le mensonge à l’ignominie. Pensant peut-être susciter les vocations, il affirme en effet qu’il n’y a plus en France de héros mais qu’à la fin, à bon entendeur salut, on saura qui est resté planqué et qui a pris ses responsabilités.

Le sommet du mensonge se trouvant dans cette idée qu’« on ne distingue pas toujours les vainqueurs des vaincus », idée qu’il nous livre sans doute par crainte que l’on ait encore en tête, pauvres veaux que nous sommes, la triste guerre d’Afghanistan où, après les Russes, l’Occident se casse les dents en pure perte depuis bientôt dix ans sans même savoir pourquoi il le fait.

Voilà donc le tableau lamentable offert par l’imposteur Barbier. Imposteur au sens où les journalistes étant supposés être seulement des « messagers », des porteurs de « nouvelles », ils devraient, selon Michel Serres, être comme des anges, c’est-à-dire, transparents.

Or, c’est rien de dire que Christophe Barbier n’est pas transparent et qu’au contraire il fait ce qu’il peut pour se poser là, pour nous faire passer son propre message (vu que, encore une fois, je ne le sais pas lié à quelque marchand de canon ou à quelque banque auprès de qui l’Etat français aurait à financer sa dispendieuse guerre libyenne, mais qui sait ?) ou, plus exactement, ce message mensonger par excellence qui, depuis la nuit des temps, a amené les hommes à s’entretuer pour la bonne cause : défense, sécurité, honneur, sacrifice, etc. 

Il est déjà affligeant que les autorités nous servent encore et avec toujours le même succès ce genre de discours. Il est consternant et pour tout dire affolant que Barbier se l’approprie pour jouer au chef de guerre. L’imposture est totale et d’autant plus choquante qu’elle est amenée de manière perverse, luciférienne, en pleine lucidité sur le mal qu’on voudrait nous amener à choisir.

Comment ne pas penser ici à Pascal et à son « Qui fait l’ange fait la bête » ?

Voilà, j’ai fini. J’ai toujours la nausée et j’espère bien que vous l’avez aussi.



[1] Pour en apprendre davantage sur le charisme des hommes politiques, suivez le psychologue René Zayan qui fait un remarquable travail sous ce rapport.

[2] « Fume, c’est du belge », pourrait dire le Roularta Media Group, propriétaire belge de l’Express qui, à ma connaissance, n’est pas lié à un marchand de canon, mais qui sait vraiment ?


Moyenne des avis sur cet article :  4.83/5   (24 votes)




Réagissez à l'article

28 réactions à cet article    


  • Luc-Laurent Salvador Luc-Laurent Salvador 7 mai 2011 10:11

    Je n’avais pas repéré la présence en ligne de l’éditorial de Christophe Barbier. Il se trouve ici :

    http://library.madeinpresse.fr/samples/MP1X3Bf1SN9c-6


    • paul 7 mai 2011 11:29

      Rien d’étonnant à l’avis de Barbier sur la Libye - et bien d’autres choses -, il fait partie des célèbres éditocrates artisans de la soumission volontaire ou inconsciente ,de la pensée unique.
      Des noms ? Lévy-Botul ,Attali, A.Duhamel, Adler, Joffrin, Baverez, Rioufol . Entres autres .
      Car , comme disait Coluche, « dans les milieux autorisés, on s’autorise à dire ... »
       
       

       


      • Luc-Laurent Salvador Luc-Laurent Salvador 7 mai 2011 12:05

        J’ai toutes les réserves du monde concernant Attali mais je dois admettre que, sans doute en raison de son narcissisme, il reste capable de s’assurer une certaine indépendance d’esprit de sorte que dans le même numéro de l’Express, tout à la fin et donc en miroir de l’édito de Barbier qui se trouve au début, il prend une position radicalement opposée et il le fait assez savoureusement. Je le cite :

        "quand le dentifrice est sorti du tube, il est impossible de l’y faire rentrer. Il ne faut donc surtout pas armer des groupes incertains. Mais comme on ne peut évidemment pas espérer gagner cette guerre  simplement avec des frappes aériennes, ni s’arrêter de le faire pour se résoudre à revenir ultérieurement bombarder les forces de Kadhafi dès qu’elles reprendront du terrain, il faudrait, en toute logique, envoyer  des troupes occidentales au sol, pour gagner cette bataille. Impossible ? Evidemment ! Il n’y a pas de solution ? Non, il n’y en a pas. Et on aurait du y penser avant."

        à lire en intégralité ici : http://blogs.lexpress.fr/attali/2011/04/17/le-tube-et-le-dentifrice/


      • blaesy67 7 mai 2011 15:06

        ben si y a rien a faire que fais tu là ! ! tu devrais savoir que le monde appartient a ceux qui se bougent . Bien sur nous avons « matronner » kadhafi, et notre president bling bling en premier ? alors au lieu de vous en prendre a C BARBIER qu avez vous fait de votre vie ??? Vous préférez aussi sans doute une équipe de FRANCE 100% blacks !! Oui je crois qu il y a des valeurs humaines absolues, les enfants , la liberté ( surtout de penser , merci) ,mais comme le dit notre constitution aussi TA liberté s arrete à celle d autrui...Quant à philosopher sur les valeurs de la république de « notre » démocratie ( voir l arret contre le juge courroye) malheureusement je ne suis pas plus heureuse que vous de vivre et voir, lire le monde qui nous entoure. Demandons à ces chers traders s ils sont contents de ruiner de pauvres épargants ou pire. la liberté est elle à ce prix


      • katalizeur 7 mai 2011 11:36

        @ l’auteur

        bonjour, tres bonne contribution.....merci..
        je presente mes condolehences au Guide , a sa famille et a toutes les familles libyennes ......

        cette agression des barbares atlanto-sionistes sera un bourbier pour cette coalition heteroclyte...

        une info que les merdias aux ordres..2000 chefs de tribus se sont reunis le 5 et 6 mai 2011 ...ils reiterent a l’unanimité leur soutien au guide de la revolution ( son execellence MOUAMAR EL GADHAFI ), ils sont opposés a toute intervention etrangere et toute partition de la libye...

        les harkis de benghazy vont etre bien seuls..ils ont quand meme le choix :
         - l’exile,ils pourront meme former un gouvernement sous la presidence du BH schleu le nazi.....
         - combattre jusqu’a la mort pour l’empire, car jamais ils ne pourront vaincre, nato ou pas nato ou l’otan qui sera emporté par le sirroco du desert libyen...


        • Luc-Laurent Salvador Luc-Laurent Salvador 7 mai 2011 12:12

          Le bourbier et la guerre civile sont en effet garantis parce qu’on est très loin d’un soulèvement populaire quasi unanime comme en Tunisie ou en Egypte. J’ignorais ce soutien des chefs de tribus. Je ne suis pas surpris. Barbier est vraiment malade dans sa tête (car je continue de le croire «  »«  »«  »sincère«  »«  »«  »") de pousser ainsi l’Occident à s’engager dans une guerre civile.


        • katalizeur 7 mai 2011 12:33

          @ l’auteur

          j’ai suivi la reunion de tribus sur la chaine libyenne ( arabophone ) pendant deux jours ,le 5 et 6 mai 2011....il y avait auusi des delegations etrangeresinvitées et de nombreux journalistes...

          extrait :....Les tribus libyennes en conclave

          Et au moment où le groupe de contact discutait avec l’opposition à Rome, Mouammar Kadhafi réunissait à Tripoli les tribus libyennes dans une grande conférence nationale. Au menu : des discussions sur la situation actuelle en Libye. Plus de 2.000 représentants d’environ 850 tribus y ont participé, et ont appelé à l’unité du pays.
          Les différentes tribus libyennes ont réaffirmé leur attachement à l’unité de la Libye et l’intégrité de son territoire, dénonçant le complot qui se fomente contre le pays et appelant à l’arrêt de l’agression contre le peuple libyen. Les 2.000 chefs et membres des tribus libyennes ont plaidé au cours de leurs interventions à la réconciliation nationale entre les Libyens. Ils ont dénoncé également les raids aériens perpétrés par l’OTAN qui ont tué des civils et détruit l’infrastructure du pays.

          Les chefs de tribus ont vigoureusement condamné le ciblage des civils ainsi que les tentatives d’assassinat du leader libyen à travers le bombardement de sa résidence, causant la mort de son plus jeune fils Seif Al-Arab Kadhafi ainsi que de trois petits-enfants, et qualifié cet acte de contraire à toutes les règles et lois internationales.

          Hier vendredi, le vice-ministre libyen des Affaires étrangères, Khaled Kaïm, a estimé que « la Libye est toujours, selon le droit international, un Etat souverain et toute utilisation des fonds gelés est comme de la piraterie en haut mer », lors d’une conférence de presse à Tripoli. M.  Kaïm a rejeté le groupe de contact dans son ensemble, affirmant : « Ce groupe est ambigu, un corps étrange, et nous ne le considérons pas comme une entité ».
          Enfin, les organisations humanitaires évaluent le bilan des combats à plusieurs centaines de morts. Dans un rapport publié ce vendredi, Amnesty accuse les forces de Mouammar Kadhafi d’attaquer sans relâche les quartiers résidentiels de Misrata.
          Quotidien d’Oran.......


        • Luc-Laurent Salvador Luc-Laurent Salvador 7 mai 2011 12:44

          Merci pour cette intéressante information qui aide à remettre en contexte et souligne bien les conséquences dommageables et regrettables de l’intervention actuelle


        • katalizeur 7 mai 2011 12:20

          Question a christophe barbier :

          ....maintenant que les insurgés deposent les armes par centaines, comment compte-il imposer sa demoncrassie en libye et faire demenager son execellence MOUAMAR EL GADHAFI..., ???

          fort de ses convictions, j’ose esperer qu’il endossera un treilli vert olive ,et qu’il participera a un hypothetique debarquement...je lui conseille ce jour là d’oter sa fameuse echarppe rouge et de ne pas oublier de mettre une couche culotte ....et de bien serrer les fesses.....

          ..encourager les autres c’est bien...y aller soi meme c’est encore mieux....


          • Luc-Laurent Salvador Luc-Laurent Salvador 7 mai 2011 12:47

            Dans le même genre, je me demande quelle position et posture BHL adoptera quand il comprendra que son aventure libyenne va finir en triste farce ?


          • katalizeur 7 mai 2011 12:45

            @ l’auteur

            petite precision, puisque les infos ne passent pas sur les chaines francophones :

            des centaines d’insurgés deposent les armes et se rendent au croisant rouge libyen,

            beaucoup de personnes n’avaient pas compris pourquoi le téléphone avait été retabli a misrata, la raison est que les communications furent retablis pour que ceux qui desirent se rendre (deposer les armes) puissent le faire en toute securité, il suffit d’appeller le croissant rouge le plus proche qui se charge de prendre en charge les personnes...et veiller a leur integrité.....

            des bulletins avec lieux de redissions et n) de téléphones a apeller sont diffuser par la télé et la radio libyenne et cela plusieurs fois / jours.....


            • Luc-Laurent Salvador Luc-Laurent Salvador 7 mai 2011 12:53

              Information qui, si elle se vérifie, est vraiment très intéressante.
              En ce qu’elle montre que le pouvoir libyen, tout critiquable qu’il puisse être ici et là (mais toujours sous couvert du principe de la paille arabe et de la poutre occidentale), est bien plus intelligent que ne l’imaginent les bourrins du groupe de contact.


            • katalizeur 7 mai 2011 12:51

              enfin une confirmation de la par d’un merdia francophone :

              Libye : appel à une amnistie généralevoir l’article sur le figaro :.....http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2011/05/07/97001-20110507FILWWW00412-libye-appel-a-une-amnistie-generale.php....

              • Luc-Laurent Salvador Luc-Laurent Salvador 7 mai 2011 12:56

                La page ne s’affiche pas. Serait-il possible d’avoir un extrait et la date ?


              • Luc-Laurent Salvador Luc-Laurent Salvador 7 mai 2011 13:01

                Je ne sais pourquoi le lien précédent ne marchait pas pour moi.
                Celui-ci fonctionne (j’espère) : cliquer ici ou là...

                http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2011/05/07/97001-20110507FILWWW00412-libye-appel-a-une-amnistie-generale.php


              • ang 7 mai 2011 13:51

                Merci pour cet article Luc-Laurent.


                • Luc-Laurent Salvador Luc-Laurent Salvador 7 mai 2011 14:53

                  Merci pour cette bio, intéressante même si elle est un peu « à la hache » smiley
                  J’ignorais que Marianne était sur cette mauvaise pente...


                • Luc-Laurent Salvador Luc-Laurent Salvador 7 mai 2011 21:21

                  Pour autant que je puisse en juger, votre tableau, aussi rude qu’il soit, apparaît malheureusement assez vraisemblable. C’est bien triste pour le sire Barbier qui est plus à plaindre qu’autre chose.


                • katalizeur 7 mai 2011 13:58

                  pour etre complet sur l’info a misrata :

                  la majeur partie des insurgés c’est rendue...il reste comme toujours dans pareil cas des irreductobles, les tribus puisque c’est elle desormés qui sont en charge de matter l’insurection a misrata....ont environ 60 000 hommes armés qui sont pres a deferler sur les poches de ressistances....ils vont a mon humble avis en faire une bouchée....

                  apres les travaux preparatoires que sont le bombardement des depots de munitions que les insurgés avaient dans le port de misrata et la rupture de l’approvisionnement en armes par la soit disante ’aide humanitaire’ le gouvernement libyen avait donné jusqu’au 4 MAI pour beneficier de l’amnistie..le delai a été prolongé de deux jours sur demande du ministre des affaires etrangeres libyen...

                  pour faire diversition comme se fut le cas au koweit les insurgés ont mis le feu aux reservoires de carburants du port en accusant l’armée libyenne de l’avoir fait ( avec le BH schleuh) ils ont été a la bonne ecole de l’inversion accusatoire....

                  la coalision de pieds nickelés representée par le nain de l’elysée pourra t elle imposer des harkis a la tete de la libye comme elle le fit en cote d’ivoire contre l’avis et le souhait des tribus representantes legitimes de la grande majorité des libyens ?......perso j’en doute......

                   


                  • FRIDA FRIDA 7 mai 2011 15:33

                    @L’auteur

                    Je ne sais pas quand vous avez proposé votre article à la modération, mais mon article critiquant l’édito de Barbier est toujours bloqué par la modération, et ce depuis le 24 avril. Je ne comprends pas la logique de la modération ni celle d’agoravox quant à la publication des articles. 

                    j’ai mis mon article en ligne sur mon blog de médiapart.

                    http://blogs.mediapart.fr/blog/frida

                    http://www.reflexionssurlemonde.blogspot.com/


                    • Luc-Laurent Salvador Luc-Laurent Salvador 7 mai 2011 22:05

                      Bonjour Frida,

                      D’emblée je dois te dire que je ne pense pas pouvoir répondre aux questions que tu te poses car je ne connais pas assez bien le fonctionnement de la modération.
                      Malgré tout, je vais te faire part des réflexions auxquelles m’a amené ton interrogation car elle m’a interpellé comme on dit.
                      J’ai constaté en effet  que nos articles traitent du même sujet avec la même orientation, profondément critique. Cette similitude amène logiquement à s’interroger sur la différence en bout de course : ici un article qui reste en attente, là un article qui se voit publié.

                      Pour expliquer cette différence, il faut chercher du côté de ce qui différencie nos articles (car je ne crois pas que ton article ait été soumis à un moment où des pro-Barbiers étaient majoritairement présents. Je n’imagine pas la présence de pro-Barbiers sur Agoravox).

                      Je suis probablement très mal placé pour procéder à une comparaison de nos articles respectifs (étant juge et parti) et probablement devrais-je m’abstenir.

                      Mais j’ai quand même envie d’essayer de te faire passer un ressenti. En lisant ton article, j’ai eu l’impression de reconnaître ma première version, au moins dans le ton, très véhément, très critique, presque agressif. Par exemple, comme toi, j’utilisais le terme « journaleux ». Barbier m’avait mis hors de moi, j’avais comme on dit « les boules » et mon texte exprimait bien ma mauvaise humeur.

                      Mes premiers lecteurs ont bien perçu cela et, sans chercher à me changer, me l’ont néanmoins renvoyé. Cela a suffi pour me faire prendre conscience que cette force que je voulais mettre dans mon expression affaiblissait mon texte plus qu’autre chose.

                      Qui suis-je pour exprimer de la mauvaise humeur ? Pour vouloir, par ma colère, remettre Barbier à sa place ? Le fait qu’il ne soit pas lui à sa place ne doit pas m’amener moi à sortir de la mienne.

                      J’ai donc tout élagué, simplifié, objectivé autant que possible. Bref, j’ai essayé d’adopter un ton plus posé et il m’a semblé que le résultat était meilleur, plus proche de ce qui, je crois, est souhaitable pour le journalisme citoyen en général, pour Agoravox en particulier.

                      Est-il audacieux de penser que les modérateurs puissent préférer en général un ton posé à un ton véhément ? Peut-être que je me trompe complètement, mais il me semble qu’il y a là un possible élément de réponse à la question que tu te poses. Je ne suis toutefois sûr de rien.


                    • FRIDA FRIDA 8 mai 2011 09:03

                      @Luc-laurent Salvador

                      Merci pour votre réponse et votre explication.

                      Je n’ai pas d’a priori pour le moment, même si je me pose des questions auxquelles j’ai un semblant de réponse.
                      J’ai au début pensé comme vous que le ton que je donne à un article peut être à l’origine de la censure. Mais en lisant les autres articles, je en trouve qui sont d’un ton plus acerbe que les miens et passe le stade de la modération.
                      D’un autre côté quand l’article est proposé comme « article d’opinion », cela va de soi qu’il soit chargé de subjectivité et de jugement de valeur, ce qui est normal. Il n’est pas interdit d’émettre des jugments de valeur sur quelqu’un qui ne se prive pas d’en faire à longueur de journée. La colère aussi doit s’exprimer, si on ne la tolère pas sous forme orale et écrite elle prend d’autre forme plus nuisible et grave.
                      Je suis contente de voire des articles que j’apprécie sortent de la modération, mais j’en ai vu d’autre qui n’ont pas vu le jour, et c’est bien dommage, surtout pour agoravox.

                      Cordialement,


                    • Luc-Laurent Salvador Luc-Laurent Salvador 8 mai 2011 17:27

                      Ce que j’évoquais n’est à mes yeux qu’un possible facteur du processus de modération qui, je pense, résulte d’une multitude d’autres facteurs. Qu’il y ait des articles publiés qui soient parfois véhéments, coléreux ou même agressifs n’est pas, en soi, preuve suffisante que la chose est admise et indiffère les modérateurs en toutes circonstances.

                      Pour ma part, étant d’orientation libertaire et prompt à faire fond sur l’intelligence collective, je crois que je préfèrerais un système sans modération où c’est les lecteurs qui voteraient pour un article et le ferait remonter du fond du classement jusqu’à la « une » où, en cas de grand succès, il pourrait même rester plusieurs jours, tant que durerait le plébiscite.
                      Une activité éditoriale serait toujours envisageable mais néanmoins beaucoup moins nécessaire. De la sorte tous les articles auraient leur chance. Mais bien entendu, il n’est pas exclu que cela présente des effets pervers ici et là.


                    • Leo Le Sage 8 mai 2011 19:08

                      @Par Luc-Laurent Salvador (xxx.xxx.xxx.152) 8 mai 17:27
                      1/ « Est-il audacieux de penser que les modérateurs puissent préférer en général un ton posé à un ton véhément ? »
                      Ben oui...
                      Dans une conversation il faut être posé.
                      De plus, un article est censé inspirer dans la mesure du possible...

                      2/ « Pour ma part, étant d’orientation libertaire et prompt à faire fond sur l’intelligence collective, je crois que je préfèrerais un système sans modération où c’est les lecteurs qui voteraient pour un article et le ferait remonter du fond du classement jusqu’à la »une« où, en cas de grand succès, il pourrait même rester plusieurs jours, tant que durerait le plébiscite »
                      En somme vous êtes pour l’intelligence collective, puisque vous parlez de vote.
                      Non, nous ne sommes pas dans un monde de bisounours, car justement les meilleurs articles resteront dans les tiroirs.
                      J’ai écris un article qui est modéré pourtant je n’en vois pas la raison...

                      Pour le vote, je constate que les moins sont sur de bons commentaires, ce qui est anormal.
                      Certains veulent salir le site ?

                      3/ Autre soucis, j’ai constaté que chaque fois que je commente il y a un moinssage.
                      C’est une preuve de plus de la non objectivité de certains.


                    • Zangao Zangao 7 mai 2011 19:48

                      C’est le genre de gars qui reste silencieux dans une réunion puis soudain, prend l’air sentencieux et en piquant les idées des copains dit exactement ce que le patron veut entendre.
                      Un nuisible.

                      Excellente defenition de ce rampant !


                      • Serpico Serpico 7 mai 2011 19:57

                        Barbier, l’homme qui réfléchit à l’envers : c’est lui qui a « déduit » que la multiplication des tribunaux produisait plus de litiges.

                        Autrement dit, plus il y a de médecins, plus il y a de malades.

                        Plus il y a d’épiceries, plus on a besoin d’y aller.

                        L’organe qui fait la fonction ou l’inverse ? Barbier est un raseur.

                        Barbier blablate en roue libre, fasciné par la logique spontanée qui coule de ses blablateries.


                        • JMK66 JMK66 7 mai 2011 23:25

                          Dommage pour lui. Je l’appréciais bien ce type dans les grands débats de C dans l’air.

                          Son aisance linguistique me captivait. Je me sentais en phase avec ses analyses politiques.

                          Mais depuis quelque temps déjà, j’ai senti que cette grande émission quotidienne aux sur- experts en tout genre essayaient de me manipuler.

                          Dommage, c’était la seule émission que je regardais en rediffusion sur le net, car je n’ai plus la boite à cons depuis presque 10 ans.

                          Malgré tout, je gardais une bonne image du barbier.

                          Dorénavant la seule prononciation de son N.O.M me donnera de l’urticaire.

                          J’espère que le monde va vite se réveiller et boycotter cette télé objet de propagande.

                          C’est dans des coups pareils que j’ai envie de crier ;   Geronimo !!!


                          • LE CHAT LE CHAT 7 mai 2011 23:41

                            quand on écoute ses interventions dans C dans l’air , on sent le type payé pour formater les pensées !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON









Palmarès



Partenaires