• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Vous avez dit Apple mania ?

Vous avez dit Apple mania ?

Il s’agit sans doute d’une étonnante coïncidence, mais juste au lendemain de l’annonce qui a fait un bide du nouveau modèle d’iPhone attendu par tous les geeks de la planète comme un évènement vital majeur, son créateur Steve Jobs s’éteignait à 56 ans suite à une longue maladie, pas vraiment pauvre comme Job, ni généreux donateur, même si personne n’emporte sa richesse dans son cercueil. Critiques parfois acerbes d’un côté, panégyrique faramineux de l’autre, notre monde fonctionne décidément de façon binaire comme les ordinateurs, ce qui n’est peut-être pas un signe de bonne santé.

Reprenons les faits : mardi soir 4 octobre se tenait une conférence de presse de Tim Cook, le successeur de Steve Jobs, pour présenter le nouveau smartphone d’Apple, l'iPhone 4S, qui a aussitôt suscité les réactions très mitigées du public comme des spécialistes, lesquels attendaient davantage d’innovations. L’action d’Apple en bourse a même dévissé un moment, montrant bien que ce produit présenté comme révolutionnaire n’était pas vraiment à la hauteur des attentes probablement exagérées des utilisateurs potentiels, fervents adeptes de nouveautés. Certains vantent d’ailleurs les marques concurrentes, comme Samsung, dont les procès perdus contre Apple en lien avec d’éventuelles violations de brevets font régulièrement la Une des magazines spécialisés. Kara Swisher, du site AllThingsD, cité dans un article de Éric Le Bourlout sur 01net fait son mea culpa et enfonce le clou : « Apple a dévoilé un nouvel iPhone aujourd’hui. En quelque sorte. Sauf qu’il n’a pas un écran plus grand. Qu’il n’est pas plus fin ni plus harmonieux […] En d’autres mots, ce n’est pas un iPhone 5. Oups, après les articles extasiés sur cet appareil novateur et idéal et les prédictions – y compris dans nos colonnes – expliquant que ce serait le nom du prochain téléphone d’Apple. »

Le contraste est donc immense entre ces remarques de nette déception et le concert de louanges ininterrompu qui entoure le décès du créateur à la pomme que beaucoup comparent à un véritable dieu ou même à une personne très proche de la famille. De cette nécrologie grotesque je ne peux résister au plaisir de vous citer quelques morceaux choisis : "L'Amérique a perdu un génie dont on se souviendra comme d'Edison et d'Einstein, et dont les idées vont façonner le monde pendant plusieurs générations", a déclaré le maire de New York, Michael Bloomberg. (bigre Einstein, c’est quand même du lourd !). Le Premier ministre australien a salué "un génie créateur" qui "a changé le monde". (ah bon ?). Pour Arnold Schwarzenegger "Steve a vécu tous les jours de sa vie le rêve californien et il a changé le monde et nous a tous inspiré." Plus fort que lui ce n’est pas possible, mais pourtant François Bayrou, président du MoDem, et futur sauveur de la nation qui montre ses biceps et son panache blanc depuis le retrait de Borloo l’a fait en assurant sur i-TELE que Steve Jobs était "de l'espèce des changeurs de monde". "Dans son cas, c'est l'ensemble de la Terre qui a été changée, et l'Humanité. Il faut le saluer comme l'aventure par excellence du XXIe siècle", a poursuivi le député qui reconnaît, mais en privé, que les béarnais ont aussi tendance à galéjer un peu.
 
Ainsi donc le créateur d’Apple serait un des sauveurs de l’humanité à l’égal d’une divinité, ou un génie à l’image de Copernic et de Léonard de Vinci « dont on parlera éternellement ? ». On sait pourtant depuis longtemps qu’il n’est pas l’inventeur exceptionnel que l’on encense aujourd’hui puisque les découvertes exploitées par sa société ont été plutôt réalisées par Steve Wozniak (concepteur des premiers Apple), Douglas Engelbart (qui a créé la souris d'ordinateur), ou même Stanley Kubrick (qui montre une tablette graphique dans son film « 2001 Odyssée de l’espace » dès 1969). Mais rendons à César ce qui lui appartient : Steve Jobs a été un habile homme de marketing, un self made man comme les américains les aiment qui su gérer une entreprise dynamique et entreprenante, mais non sans quelques dégâts collatéraux. Il a eu le talent de commercialiser au bon moment des produits de qualité, esthétiques et fonctionnels, très aboutis sur le plan de l’ergonomie. Et cette facilité d’utilisation a séduit de nombreux néophytes en informatique qui souhaitaient goûter à la jouissance immédiate procurée par la puissance supposée de ces machines. 
 
Après tout il n’est pas interdit d’admirer un bel objet et de briller en public avec mais c’est une étrange époque tout de même que celle qui met au pinacle l’homme d’une réussite technologique, certes intéressante, mais pas plus que la diffusion de l’électricité dans les foyers qui a radicalement changé le monde et dont on ne parle jamais (merci Edison et Marcel Deprez), ou l’invention du réfrigérateur (qui se souvient encore de Carl von Linde ou de Carl G. Munters ?). Une époque de déni qui fait semblant d’ignorer que si les réseaux dits sociaux, le portable ou l’ordinateur peuvent nous mettre immédiatement en lien avec des personnes du monde entier et nous rendre plus proches de milliers d’ « amis » virtuels, donc artificiels, c’est pendant qu’un milliard de personnes meurent de faim dans l’indifférence générale, que la pollution progresse partout sur la planète, et que cela ne nous rend pas plus disponible pour notre famille, nos amis, ou nos devoirs de citoyen. Une époque qui fait diversion et refuse obstinément de prendre réellement en compte la contrepartie humaine des technologies du « toujours plus » qui, loin d’apaiser les pulsions , augmentent sciemment l’avidité et l’envie tout en faisant le lit de la frustration permanente, et donc de l’insatisfaction sociale, tout en générant des normes de travail esclavagistes et d’importantes différences de reconnaissance sociale ou de salaire. Une époque où le capitalisme triomphant, cette idéologie en vogue pourtant condamnée à terme, bouge encore grâce à ces merveilleuses machines capables d’envoyer des ordres de transactions chez les banksters à des vitesses hallucinantes, tout en accréditant peu à peu l’idée que finalement l’être humain, et notamment son cerveau, sont comparables au fonctionnement d’un ordinateur, et qu’on pourra bientôt le maîtriser de la même manière et avec la même facilité que l’on joue sur la dernière tablette graphique à la mode, laquelle on le sait, est faite pour se démoder rapidement et faire marcher le commerce. Étrange époque enfin que celle qui place l’idée de progrès uniquement dans la technologie et les machines plutôt que dans une pensée qui chemine pour ouvrir son esprit et le confronter à d’autres, ce que l’auteur des Essais appelait « limer sa cervelle avec celle d’autrui », mais c’était il y a si longtemps que cela ne peut pas être moderne car c’est toujours d’avant-garde. 
 
PS. Il serait également intéressant de réfléchir sur le symbole de la pomme croquée qu’a choisi Apple et de l’associer avec le récit biblique dans lequel ce fruit sert d’introduction au péché originel pour finalement condenser toute la question du désir humain, et aussi sur le lien étroit qu’entretient notre époque avec une oralité de type cannibalique qui en exacerbant les instincts consuméristes renforce la violence et détruit la pensée tout en se faisant passer pour un fait quasi sacré ou divin. 

Documents joints à cet article

Vous avez dit Apple mania ? Vous avez dit Apple mania ?

Moyenne des avis sur cet article :  3.97/5   (39 votes)




Réagissez à l'article

41 réactions à cet article    


  • easy easy 7 octobre 2011 11:00

    Les hommes-termites ont besoin d’idoles (Bien ou Mal) comme facteurs de coagulation ou hystérisation.


    • Tibulle 7 octobre 2011 11:44

      Article intéressant auquel j’adhère complètement. J’ai vu à la télé des personnes pleurer ou avoir les larmes aux yeux à l’annonce du décès de Steve Jobs, qu’ils ne connaissaient pas personnellement. Ces mêmes individus pleurent-ils devant l’Afrique affamée ? Se soucient-ils autant de leur propre famille ou de leur entourage ? Quand on voit que des corps n’ont pas été réclamés pendant la canicule ou que régulièrement un « voisin » est retrouvé plusieurs semaines après sa mort, ça laisse songeur... Vive le progrès...humain ! J’ose espérer que l’on parlera plus longtemps de Montaigne que du grand gourou d’Apple.


      • goc goc 7 octobre 2011 13:50

        quand j’ai appris la mort de steve job, j’ai repris 2 fois des raviolis

        (copy pas right Coluche)


        • JP 7 octobre 2011 15:07

          Non, Desproges avec les nouilles.


        • goc goc 7 octobre 2011 16:01

          exact !!

          pan sur ma joue !!!


        • luluberlu luluberlu 7 octobre 2011 14:26

          Stv Jobs est L’i’Doll de nos époques i’Deiste, l’iMage s’est éteint avec application.....Pan créatique.


          • Nums Nums 7 octobre 2011 14:41

            A ce que sache, cet homme n’a pas sauvé le monde, n’a pas découvert la panacée, ni fait disparaître la faim ou les injustices.


            Il a simplement sublimé la vie de gros moutons de consommateurs quand il a sorti le premier iJoujou mobile.

            Ok, Apple, c’est fiable, c’est du matos de qualité mais c’est furieusement cher. Apple c’est surtout une grosse machine de guerre marketing qui fonctionne à merveille quand il s’agit de rendre des gadgets inutiles complètement indispensables.


              • astus astus 7 octobre 2011 18:05

                Merci JL1 pour ces nombreuses références à des articles qui vont dans le sens de mon billet et prouvent la démesure médiatique à ce sujet.

                Cordialement.

              • amipb amipb 7 octobre 2011 21:23

                Le sommet a été atteint par Libération : http://www.liberation.fr/medias/01012364254-apple-ou-le-punk-avec-futur

                Mais je n’approuve pas totalement le traitement fait à Apple dans cet article : Steve Jobs a été visionnaire quant aux technologies nécessaires pour faire avancer l’informatique, même s’il n’a jamais mis les mains dans le code.

                Il a bien sûr démocratisé le micro-ordinateur et le trio fenêtres/icônes/souris, mais aussi : le copier-coller, le glisser-déposer, l’introduction d’Un*x dans un système d’exploitation utilisateur (même si l’Amiga, en son temps, s’en était fortement inspiré), l’affichage et l’impression Postscript (dès NeXTStep), le firewire, l’iPod, l’iPhone (son absence de clavier, son système de gestes, l’accéléromètre), l’iPad (ailleurs que dans un film, où tout est toujours possible), le son WiFi (airport express), la sauvegarde WiFi (time capsule), le design (toujours inégalé), etc., etc.

                En bref, un homme tel qu’on aimerait en voir plus souvent dans les DSI ou entreprises, françaises comme étrangères.


              • Sat is Fay 7 octobre 2011 15:01

                Un ipod ? ce truc hermétique où tu peux rentrer une musique et pas la sortir ? waa super ! j’ préfère un mp3 Archos au moins tu rentres et sors c’ que tu veux sans t’ faire chier avec un Itunes à la con ! Ipad ? rien à branler, encore un truc superflu. Et combien il y a fallu gueuler pour que Apple daigne changer la pile de l’Ipod aux gens, ils fallaient qu’ils en rachètent un !!!
                En plus y a jamais rien de compatible faut tout acheter, si tu veux le micro avec une prise spéciale, Jobs, un génie du business surtout !!
                Toutes ces merdes à l’obsolescence programmée viennent finir en Afrique pour être dépolluer et polluer par la même les poumons des autochtones, sans compter les violences pour le Lithium, tu parles d’un progrès. Paix à son âme quand même.


                • amipb amipb 7 octobre 2011 21:25

                  Les mp3 entrent dans l’iPod aussi bien que les AAC. Seuls les morceaux achetés sont limités quant à leur copie.

                  Mais ne croyez-vous pas que sans protection Apple n’aurait jamais pu proposer le moindre morceau sur l’iTunes Store, qui a déjà connu bien des déboires avec les majors ?


                • babadjinew babadjinew 7 octobre 2011 15:03

                  On peut lui accorder une certaine class de styliste d’objets électroniques.


                  Pour le reste systèmes fermés, plate forme propriétaire, copyright prohibitif et incompatibilité majeur avec d’autres environnements informatiques ce pour le sacro saint toujours plus...

                  Bof, un carnassier qui s’en va, assez jeune d’ailleurs, comme quoi ni les gloires, ni les US$ ne rendent immortel ! 

                   

                  • amipb amipb 7 octobre 2011 21:35

                    Quelles incompatibilités, et de quel autre environnement(s) informatiques voulez-vous parler ? Windows, qui lui ne communique même pas avec Unix/Linux, mais seulement avec lui-même ? Que dire de Windows Media Player en comparaison avec Quicktime ?

                    Le Mac intègre d’origine NFS, Samba et AFS, et tous les outils venant du monde libre sont adaptables ou recompilables sur OS X, c’est ce qui a permis aux portables Apple de se tailler une bonne part du marché des ordinateurs portables avec, les très bonnes plates-formes de virtualisation que sont Parallels Desktop ou VMWare Fusion.

                    Windows est à des années lumières de ce côté (hors Cygwin, qui est une verrue). Un vrai shell n’existe que depuis Windows 2008 alors que celui d’OS X date de 2001... Evidemment, Windows est plus répandu, mais la quantité n’a jamais fait la qualité.


                  • Deneb Deneb 7 octobre 2011 15:11

                    « ...nouveau modèle d’iPhone attendu par tous les geeks de la planète comme un évènement vital majeur... »

                    confondre geek et applemaniaque, je m’arrète là.


                    • astus astus 7 octobre 2011 18:01

                      Bonsoir Deneb : je suis sincèrement désolé d’avoir employé le terme « geek » de façon inadaptée sur les 1194 mots que comportait ce billet (!), aussi depuis ce moment je passe mon temps à battre ma coulpe en relisant en boucle ce que j’ai trouvé sur Wikipedia à ce sujet : 

                       « Il y a souvent confusion entre les geeks, les nolifes, et les nerds, bien que cette confusion soit généralement mal perçue par les geeks eux-mêmes2. De même, un amalgame est souvent fait entre les personnes passionnées de hautes technologies (les technophiles) et les geeks en général3. »

                      Cordialement.

                    • Switcher 7 octobre 2011 16:03

                      Un utilisateur d’outils (oui, ce sont des outils) Apple n’est pas un geek. Très souvent, c’est bien l’inverse. L’utilisateur Apple moyen ne veut pas savoir comment on ouvre une machine, comment on se promène dans les librairies du système.

                      Il veut un PC qui fonctionne. Point. On pourrait argumenter et contre-argumenter des heures sur la supériorité supposée d’un tel système (et son prix), mais on rentrerait à nouveau dans des conflits partisans.

                      Apple semble être devenu tout à la fois le nouveau Satan pour les uns et la nouvelle religion pour les médias, le phénomène ne cesse de m’étonner. Loupe déformante de la puissance marketing de la compagnie et de son extrême personnalisation avec feu-son patron, qui tendent à éclipser la concurrence. Etonnant quand on connait ses PdM globales. Mais là n’est pas le sujet.

                      Steve Jobs n’était pas un saint : il n’a inventé ni l’ordinateur personnel (et encore moins son concept), ni la souris, ni l’interface graphique, ni les images de synthèse au cinéma, ni les tablettes, ni les smartphones, ni l’internet mobile, ni l’USB.
                      Il a juste démocratisé leurs usages à travers des produits qui resteront des mètres-étalons dans l’histoire de l’informatique. Il avait une conception très sûre de SON design et s’est avéré un remarquable capitaine d’industrie.

                      Capricieux, mégalo, disparu jeune et traversé d’éclairs de génie : une vraie rock-star. On peut toujours se moquer de l’hommage rendu des anonymes, il me semble au moins aussi sincère que celui qui a suivi les disparitions de Lady Di ou de Jackson.

                      C’est tout. Et c’est déjà pas mal.

                      • A. Nonyme A. Nonyme 7 octobre 2011 16:55

                        Rien a ajouter Swjtcher, si ce n’est que dans notre beau pays il est de bon ton de critiquer ceux qui réussissent...


                      • le moine du côté obscur 8 octobre 2011 01:42

                        Rien à foutre de ceux qui réussissent, s’ils réussissent tant mieux pour eux. Après tout si certaines personnes sont assez désespérées pour vénérer un Jobbs, un Jackson ou autre comme des dieux ce n’est pas la faute de ces idoles. Mais personnellement ça m’emmène à me poser des questions sur la santé mentale de pas mal de membres de la famille humaine. 

                        Il y en a marre qu’on nous casse les cojones avec la mort de ce genre de personnes, alors que chaque jour des gens meurent de faim ou de l’absence de choses élémentaires et ça qui ça intéresse ? Alors le père Jobbs a crevé, condoléances à sa famille et à ses proches. On lui fera une bonne stèle avec tout ce qu’il a « inventé ».... 

                      • A. Nonyme A. Nonyme 8 octobre 2011 21:48

                        CQFD !


                      • Attilax Attilax 7 octobre 2011 17:02

                        Sur Inter, j’entends qu’on compare Steve Jobs à Einstein, Edison, Matin Luther King ou encore John Lennon. J’HALLUCINE ! Mais que racontent-ils tous ??? C’est un vendeur d’ordinateur, putain ! Un génie, certes, mais du marketing, point barre !


                        • le moine du côté obscur 8 octobre 2011 01:46

                          En ce qui me concerne ça montre à quel point notre monde vole bas. Comparer Jobbs à Martin Luther King, franchement... Jobbs est l’idole d’une génération médiocre et qui se complaît dans la médiocrité. Une génération incapable de se prendre en charge et qui a besoin qu’un « père » la guide, un vrai troupeau de moutons. Certains diront que je suis jaloux du succès de Jobbs ! Pas jaloux mais choqué. Jobbs leur disait qu’ils étaient des moutons bons à se faire tondre et ils en étaient contents. Leur « dieu » est mort on verra à quoi ils vont se raccrocher ! A Obama peut-être.... 


                        • joelim joelim 7 octobre 2011 19:01

                          Apple, c’est un PC qui marche un peu mieux en bien plus cher.


                          • Imhotep Imhotep 7 octobre 2011 21:05

                            l’Apple bashing ou le Jobs bashing est un sport à mon sens des médiocres.

                            Einstein a participé à la bombe nucléaire d’Hiroshima, pour votre culture. Ce n’est pas Copernic qui a découvert que la terre tournait autour du soleil mais les Egyptiens.
                            La relativité et la vitesse de la lumière n’apportent rien au quotidien (on n’a pas besoin de savoir que la lumière file à 300 0000 km sec pour faire des fibres optiques), le système d’Apple qui n’est pas que du marketing comme le disent en boucle les esprits simplistes et de mauvaise foi, mais tout un éco-système (ici non au sens économique mais écologique) qui permet aux utilisateurs d’avoir des outils de manipulation de l’informatique incroyablement améliorés en regard de ce qui existait.
                            Lorsque l’iPad a été lancé des génies comme l’auteur de cet article (et encore aujourd’hui) de petits esprits, parlaient de gadget incapables qu’ils ont été et qu’ils sont de penser que cet objet a révolutionné l’informatique comme l’a révolutionnée le Mac, comme a révolutionné la téléphonie et la musique Apple.
                            Dire que Jobs n’a pas été l’inventeur de ceci ou de cela, c’est une grande bêtise car personne n’a jamais été l’inveteur de tout et tout inventeur s’est servi d’autres inventions. Vinci cité ici est un moins grand génie qu’Alberti que personne ne connaît. Autre exemple ce n’est ni Watt ni Cugnot qui a inventé la machine à vapeur mais les grecs avec l’éolipyle 1 500 avant (Héron), mais pourant c’est bien Cugnot qui a créé le fardier. Quelques détails sur Héron d’Alexandrie (On lui attribue le tour à vis, la pompe à incendie, l’horloge hydraulique ou encore le polybolos (baliste à culasse mobile tirant des rafales de projectiles). On peut même ajouter le piston ou la programmation. )
                            Tout ceci est bien triste.

                            Prenons l’ipad et son image de gadget et son monde soit-disant fermé.
                            Le raisonnement du monde fermé est d’une rate stupidité mais il plaît.
                            1- personne ne force personne à acheter un iPad ou iPhoe. Déjà ce point impose à un esprit simple que ce n’est pas un monde fermé car il y a le choix de prendre autre chose.
                            2- lorsque l’on a un choix entre plusieurs centaines de milliers d’applications dire que c’est fermé est d’une bêtise monstrueuse, c’est confondre le monde des développeurs avec celui des utilisateurs. Confusion assez médiocre.
                            3- enfin ce qui prouve que ceux qui parlent sont assez souvent ignares, il est parfaitement possible de développer des logiciels dédiés pour l’iPad sans aucune contraintes. t ce sont des cliniques qui ont développé un logiciel pour leur usage professionnel (gadget ?), c’est l’armée de l’air anglaise qui a développé un logiciel qui remplace les documents d’instructions, c’est un chirurgien japonais qui utilise en salle d’opération un ipad (gadget ?), ce sont de nombreuses compagnies d’aviation qui ont replacé la doc par des iPad, c’est l’administration canadienne qui a fait des études pendant six mois et qui a conclu que l’iPad faisait faire 15 % d’économie et qui a remplacé le papier par un ipad et surtout qui a fait ce que les ordinateurs étaient, eux censés faire : remplacer le papier, ce sont les musées intelligents qui font des programmes sur ipad qui permettent pendant la visite de regarder toutes les œuvres devant soi avec tout ce qui concerne tant l’œuvre que l’artiste et qui permet quand on retourne chez soi de tout revoir calmement, ce sont des études qui prouvent qu’un iPad améliore de 25 % l’apprentissage des étudiants, l’ipad permet également aux enfants de découvrir la lecture, l’écriture, la création. Des commerciaux de Mercedes utilisent l’iPad qui est bien plus performant que tout ce qu’ils avaient avant.C’est une révolution qui de fait change bien monde. Einstein a été à l’origine d’une bombe qui effectivement a changé aussi le monde.
                            Jobs avec Apple avait un salaire d’un dollar par an et s’il avait des actions en rémunérations à la différence de toutes les sociétés capitalistiques Apple n’a 
                            jamais versé un seul dollar de dividende à aucun actionnaire. Il a été à l’opposé total de la théorie des court-termistes qui ont le nez sur cette distribution de bénéfice.
                            Une société qui est devenue en deux dizaine d’années la seconde capitalisation boursière de NYSE est évidemment une société qui prouve une réussite sans aucune commune mesure avec toutes les autres sociétés connues. Une société qui en quatre ans prend 7 % du marché du téléphone mobile est une société qui a eu une vision que le seul marketing n’explique absolument pas. Une société où l’on voit jour après jour les autres tablettes iPad Killers qui se portent pâle, ce qui prouve qu’il ne suffit pas de copier et que Xoom, ou la tablette de RIM se vendent à double perte pour sauver les meubles, ou celle d’HP. C’est partout la débandade alors que pourtant Apple a défriché le terrain. Ce fut pareil pour l’iPod alors que Sony avait inventé le walkman.

                            Pour terminer dire que le nouvel iPhone 4 S n’est pas innovant car il n’a ni une nouvelle forme ni un nouvel écran dans cette course stupide à finalement avoir un écran bientôt aussi grand qu’un iPad pour un téléphone qui ne rentrera plus dans une poche est là aussi d’une grande bêtise et d’une grande ignorance des nouveautés apportées par ce téléphone. Ceux qui disent cela et qui reprochent dans le même temps que Jobs n’est qu’un marketeur sont dans une contradiction absolue, ce sont eux les marketeurs. Le nouveau téléphone apporte des nouveautés que n’ont pas autres téléphones. Le système Siri qui est bien plus qu’une reconnaissance vocale de base, un APN de 8 méga pixels quand le dernier Nexus n’est qu’à 4, la vidéo en 1080, un processeur bi-cœur 7 fois plus rapide, une autonomie augmentée, et un IOS apportant une centaine de nouveautés.
                            Affirmer que parce sa coque n’a pas changé et qu’il n’a pas un écran de 4’ c’est un bide, est d’une connerie monumentale. Et pour se permettre de juger Jobs avec autant de force il faudrait avoir prouvé soi-même des compétences hors normes. Or l’analyse faite ici n’est qu’un copié-collé d’un discours ambiant médiocre.
                            Evidement que Jobs a changé le monde et en mieux qu’Einstein. A l’inverse Von Braun qui a fuit les Nazi a permis d’aller sur la lune.
                            Et oui Jobs est un génie et ce n’est pas parce qu’on est capable de sortir la théorie de la relativité que le génie s’arrête à la physique. Restreindre le génie à ces quelques sciences est la preuve d’une méconnaissance totale de la notion de génie.
                            Ou alors est-ce de la jalouise. Ou de cette espèce de croyance que d’aller contre un courant hyperbolique serait une preuve de sagesse, de liberté d’esprit et de ton, une sorte de rebelle valeureux. En ce cas d’espèce ce n’est que de la médiocrité.

                            • amipb amipb 7 octobre 2011 21:41

                              C’est bien le problème, Imhotep, les apple-maniaques décrédibilisent totalement les réels progrès accomplis par cette société et son fondateur, ce qui génère des crises de rejet chez certains d’entre-nous, ce qui me semble parfaitement compréhensible.

                              Ce qui l’est moins, c’est d’employer alors de faux arguments pour détruire l’image de Steve Jobs.

                              Avec l’iPhone et l’iPad, on est passé à la vitesse supérieure de la béatitude : on nous abreuve de rumeurs plus alléchantes les unes que les autres, et si Apple ne répond pas aux exigences formulées par ces rumeurs (comme ici avec le 4S vs 5), c’est le bide assuré.

                              Les fans sont souvent les pires défenseurs de leurs idoles, voire même un boulet pour ces dernières.


                            • Imhotep Imhotep 7 octobre 2011 22:10

                              On peut remercier Apple pour : think different

                              On peut remercier Apple pour tous les créateurs, les artistes les musiciens, les architectes, qui ont utilisé et qui utilisent Apple dans des proportions infiniment supérieures que les comptables et les financiers.
                              Apple a peut-être sauvé la musique. Et on peut le remercier pour cela. Apple a permis grâce à l’Appstore et iTunes pour iPhone et iPad à des développeurs sas aucun moyen d’exister et de vendre des millions de logiciels. Avant un développeur devait faire son programme, le masteriser, éditer des documentations, des CD, fabriquer des boîtes, démarcher des revendeurs et en fait sans argent ne pouvait rien. Aujourd’hui du temps, un peu de com par tweeter, facebook, les sites spécialisés et des inconnus vendent des produits comme des petits pains, ce qu’ils n’auraient, jamais, jamais fait avant. Et si tout n’est pas beau, et si tout le monde ne réussit pas, il y en a mille fois plus que dans un système classique s’ajoutant à ceci que c’est une économie substantielle écologique : pas de carton, pas de vinyle, pas de transport, pas de stock.
                              Sans aucune contestation possible Apple a changé le monde et pas qu’une fois : les ordinateurs, la musique, la téléphonie, les tablettes.
                              Enfin, je ne suis pas un geek, je n’ai pas le dernier iPhone, je n’ai pas encore d’iPad mais je travaille avec Mac depuis le MacIntosh sans sauter chaque année sur le dernier modèle. Mon iMac a deux ans, fonctionne parfaitement, a un très grand écran, mes logiciels sont performants.


                            • astus astus 8 octobre 2011 10:19
                              Imhotep : 

                              Je comprends que mon billet vous ait défrisé le blason eu égard au choix de votre logo, ce qui explique sans doute les qualificatifs peu aimables, mais très injustes, dont vous m’afflublez. Malheureusement vous vous trompez de cible et n’avez pas bien lu ce billet emporté par votre passion : je ne critique aucunement les produits Apple puisque j’écris au contraire ceci : « des produits de qualité, esthétiques et fonctionnels, très aboutis sur le plan de l’ergonomie », de surcroît faciles à utiliser, et que je reconnais à Steve Jobs des qualités certaines d’entrepreneur. La question que je soulève est plutôt celle de la médiatisation outrancière de notre époque, la société du spectacle en somme, qui fait des peoples des sortes de divinités qu’il faudrait adorer pour masquer le vide abyssal de la pensée fonctionnelle actuelle. Mais par delà les produits Apple, il faut bien réaliser que la diffusion extraordinaire des technologies, particulièrement des ordinateurs, téléphones, tablettes etc. (de toutes marques !) a une contrepartie humaine considérable que j’évoque trop briévement (esclavagisme, flux financiers, délocalisations, problèmes écologiques, robotisation de l’humain. etc.). Mais le plus important de tout, souvent dénié, est que beaucoup de personnes ont maintenant sans cesse devant leurs yeux un écran, au lieu de regarder la vraie la vie. En d’autres termes, les écrans sont maintenant dans la tête des gens, et cela leur masque le monde car il ne faut pas oublier que si les écrans peuvent servir à montrer des choses (mais justement lesquelles : celles que les médias et l’ultra capitalisme nous proposent ?), ils peuvent aussi, comme leur nom l’indique, servir à cacher et à se cacher.

                              Cordialement. 


                            • Gollum Gollum 8 octobre 2011 11:50

                              A Astus : vous oubliez un peu vite qu’il n’y a pas si longtemps, la société Apple était boudée par les médias, notamment les sociétés financières qui n’en parlaient pas, pensant que l’argent qu’elle gagnait était du à des effets de mode, au côté fashion-victim...


                              Cela a changé avec l’iPhone où là le coup était tellement énorme que ce regard méprisant a changé...

                              L’éloge outrancier que l’on voit aujourd’hui est le juste retour de bâton d’une discrimination elle-même outrancière.

                              Quant aux PC-addicts, ils n’ont jamais pu supporter la clairvoyance de la communauté Mac, quant à ce système d’exploitation. Leur hargne est le reflet de leur aveuglement et ils semblent nombreux sur ce site... Bien des hargneux d’ailleurs après avoir switché, ont publiquement fait leur mea-culpa... Il suffit de se promener sur les nombreux forums Mac pour le constater..

                              Restent encore quelques retardataires qui n’ont pas encore compris... smiley

                            • morice morice 7 octobre 2011 23:08

                              Il s’agit sans doute d’une étonnante coïncidence, mais juste au lendemain de l’annonce qui a fait un bide du nouveau modèle d’iPhone attendu par tous les geeks de la planète comme un évènement vital majeur, son créateur Steve Jobs s’éteignait à 56 ans suite à une longue maladie.


                              non non il l’a fait exprès, c’est du marketing : déjà lu des intros idiotes, mais celle-là elle vaut mille !

                              et le reste est même tonneau :
                               Étrange époque enfin que celle qui place l’idée de progrès uniquement dans la technologie et les machines plutôt que dans une pensée qui chemine pour ouvrir son esprit et le confronter à d’autres, ce que l’auteur des Essais appelait « limer sa cervelle avec celle d’autrui », mais c’était il y a si longtemps que cela ne peut pas être moderne car c’est toujours d’avant-garde. 
                               
                              si vous pensez qu’une INTERFACE, la grande avancée d’Apple n’est qu’une TECHNOLOGIE, c’est qu’en face il y a un robot. Or ce sont des GENS, et tout l’art d’Apple n"a pas été de faire de la technologie mais de créer ce pont indispensable avec la technologie : en somme, vous ne faites pas de différence entre Windows et MacOs, ce qui signifie que vous parlez de la technologie sans rien y biter.

                              Résultat, comme épitaphe, ça ne vaut même pas un Zune, bidule raté dont on annoncé la mort la veille de celle de Jobs, pour dire le lendemain que c’était une erreur : même la mort, chez Microsofot est un BUG.



                              Pitoyable !

                              • Imhotep Imhotep 8 octobre 2011 09:44

                                Tiens voilà pour le bide, ce qui prouve que l’auteur est un génie, lui :


                                Malgré les lazzis et une certaine déception due à un manque d’originalité dans son design, l’iPhone 4S devrait se révéler un best-seller… Reste à connaître l’ampleur de l’engouement ! Celui-ci devrait être particulièrement important : la demande est jugée « extraordinaire » par AT&T, qui lors des 12 premières heures des pré-commandes, a enregistré 200 000 réservations.

                                L’an dernier pour l’iPhone 4, Apple avait annoncé un record de 600 000 appareils pré-commandés après 24 heures… chez tous les opérateurs aux États-Unis, en France, Allemagne, Grande-Bretagne et Japon ! Autant dire que l’iPhone 4S devrait aisément pulvériser ce score, ce d’autant que le mobile est cette année proposé chez AT&T, Verizon et Sprint aux États-Unis.


                                • LOKERINO LOKERINO 8 octobre 2011 09:47

                                  L’inventeur de l’I phone est parti I lleur..


                                  • yvesduc 8 octobre 2011 11:19
                                    Ah, ces grands hommes, combien de problèmes laissent-ils derrière eux ! Ces Pasteur, ces Abbé Pierre, ces Picasso, ces Mère Thérésa, ces Coluche sont finalement très sur-vendus ! Ils s’attaquent à un problème, un seul, et laissent de côté tous les autres !

                                    Et vous, ingrat et minuscule rédacteur d’AgoraVox, combien de grands problèmes de l’humanité avez-vous résolus ?

                                    • Alexis_Barecq Alexis_Barecq 8 octobre 2011 12:04


                                      C’était un génie !

                                      La plupart de ceux qui laissent des commentaires ici n’en sont pas un. Et l’auteur non plus, d’ailleurs. De la jalousie ? Trop de merde dans les yeux ? Allez savoir...


                                      • le moine du côté obscur 8 octobre 2011 12:43

                                        Pas de la jalousie de l’agacement. Il y a eu mort d’hommes et alors ? Combien de personnes bien meurent chaque jour sans qu’on en parle ? Le fait qu’on élève ce genre d’individus au rang de dieu m’agace prodigieusement. Pendant qu’on parle de lui on occulte de vrais problèmes dans le monde. Mais comme je le dis, s’il y a des désespérés pour vénérer ce genre de gus comme des dieux, c’est leur problème. Je ne vois pas ce que cet hurluberlu a apporté à l’humanité, oui sans doute un peu plus de gadgets et la « satisfaction » d’avoir roulé dans la farine des zombies. 


                                      • A. Nonyme A. Nonyme 8 octobre 2011 21:52

                                        Ben quand tu crèveras, ce sera comme un anonyme oui, comme des milliards de personnes, ma pomme incluse. Et alors ?


                                      • Attilax Attilax 9 octobre 2011 17:07

                                        Un génie, oui, mais du packaging et du marketing. Il n’a rien inventé, il a juste fait des produits mieux finis que ses concurrents, ce qui n’est déjà pas si mal.
                                        La plupart des détracteurs de Mac reprochent au système d’être trop fermé et protégé, et ils ont raison. C’est pour ça que les vrais « geeks » ne fonctionnent pas sous Mac, trop compliqué à bidouiller.
                                        Peut-être est-ce aussi la raison pour laquelle Android est devenu en un an n°1 en France.
                                        Mais que dis-je ?? Linux, c’est pas sérieux, tous les possesseurs de Mac vous le diront...


                                      • le moine du côté obscur 9 octobre 2011 20:07

                                        A A.nonyme


                                        Si je reconnais quelque chose à Jobs c’est d’être un champion de la mercatique, mais moi-même mercaticien de formation je vomis cet art ignoble qui s’est spécialisé dans la manipulation éhontée des « esprits faibles ». Un dicton dit qu’un bon mercaticien doit pouvoir vendre du sable à un bédouin en plein désert en trouvant toute sorte de qualité à ce sable... C’est dire le degré de manipulation qu’il faut atteindre pour exceller dans cet « art nauséeux ». 
                                        Maintenant je trouve les marges d’Apple choquantes mais bon certains diront que ce sont « les lois du marché ». Jobs est le symbole de ce que je déteste dans ce monde, mégalo, arrogant, manipulateur et un vrai gourou de sectes capable de plumer ces « fidèles » avec du « vent ». Même si j’admets que cette « sale espèce » (celle de Jobs) prolifère parce qu’il y a encore des naïfs qui se laissent séduire. Et encore si ces gens se laissaient séduire sans emmerder le reste du monde, je pourrais encore le gober mais je ne sais pas si vous avez été confronté à un fantique d’Apple/Jobs en « mission » pour défendre un produit Apple, c’est assez effrayant. Bref vous l’aurez compris « par expérience » je vomis le monde Apple et tout ce qu’il représente. 

                                      • kalagan75 9 octobre 2011 07:53

                                        je pense que l’auteur n’a pas connu les revolutions qu’ont été l’apple II C et le macintosh début des années 80 : steve jobs fait partie de ces pionniers que tu cites dans ton article .

                                        je n’ai ni d’iphone ni de mac , mais qu’est-ce que j’enviais un de mes potes de lycée qui avait un apple II C .
                                        oui ce type marquera l’histoire des inventions car celles-ci touchent le grand public .
                                        Qui se souviendra de georges charpak , mort il y a un an , prix nobel pour son invention de la chambre multifils ? 


                                        • lemouton lemouton 9 octobre 2011 19:31

                                          Moi aussi j’ai connu cette arrivée du Apple II C et vous avez tout à fait raison,

                                          mais cela ne concernait que le Apple de cet époque  smiley

                                          Apple proposait un ordinanteur configurable matériellement par l’utilisateur ;;
                                          Un OpenOrdi en quelque sorte...

                                          une démarche proche de l’esprit Linux d’aujourd’hui..

                                          et puis les sous arrivant..

                                          le système s’est complétement corrompu (vente liée et drm par ci, procés sur des pseudos innovations par là, ... etc)

                                          Allez zhou rideau...  smiley


                                        • amipb amipb 9 octobre 2011 08:17

                                          Allez comprendre pourquoi Pixar a vu en Steve Jobs également un visionnaire : http://www.pixar.com/

                                          En France, nous avons un problème lorsque d’autres réussissent, qui plus est s’ils sont américains et célèbres.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès