• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > WTC : Plus dure sera la chute

WTC : Plus dure sera la chute

Après avoir prouvé la démolition contrôlée du WTC, nous nous attachons à corriger les copies des théoriciens qui ont prétendu expliquer l’effondrement du WTC par la seule action de la gravité. Nous soulignons également les erreurs à ne pas commettre pour ne pas tomber dans le piège de la désinformation.

Vous pouvez retrouver cet article sur mon site Internet, pour une mise en page originelle, et plus de compléments.

 

Le 19 Novembre 2009, nous publiions l’article intitulé « WTC : Démolition contrôlée par A+B  », notamment sur agoravox.

Les réactions en retour furent diverses, et certaines, comme il fallait s’y attendre, très hostiles. C’est ainsi que nous avons eu droit aux traditionnelles attaques de Jérôme Quirant, et avons facilement mis en évidence le caractère fallacieux de ses objections qui n’ont donc pu inquiéter la validité des résultats publiés dans notre article et nos conclusions, comme nous l’avons expliqué, à plusieurs reprises, sur nos sites Internet respectifs.

Plus particulièrement, nous montrons comment leurs propres résultats prouveraient en réalité aussi bien que les nôtres la démolition contrôlée du WTC, si les hypothèses sur lesquelles elles reposent étaient justifiées. La vérification des calculs qui sont ici présentés nécessite la lecture préalable de notre précédent article, notamment la partie I-b, où nous avons introduit la formule utilisée pour les calculs de chute théorique.

 

I - Théorie de Bazant
 

Ceux qui n’ont pas voulu croire dans la justesse de nos calculs et conclusions, sont en grande majorité des croyants qui font confiance aveuglément aux experts faisant autorité qui défendent la thèse officielle. Pourtant, s’ils comprenaient réellement les calculs de Bazant, ils tireraient les mêmes conclusions que nous.

 

a - Effondrement selon Bazant

Zdenek Bazant est considéré comme un des plus éminents scientifiques en génie des matériaux, maintes fois décoré et reconnu dans son domaine.

Voici comment il nous est présenté sur Wikipédia :

«  Zdenek Pavel Bazant (né le 10 décembre 1937) est professeur de génie civil et de science des matériaux au département d’ingénierie civile et environnementale à l’Université Northwestern. Bazant est considéré comme un des scientifiques les plus éminents en matière de mécanique du solide. Il a publié plus de 450 articles professionnels et six livres. Il a été élu à l’Académie nationale d’ingénierie américaine en 1966 et à la National Academy of Sciences en 2002. Il a dirigé soixante Ph.D.s et a été distingué six fois docteur honoris causa (CVUT 1991, Université de Karlsruhe 1997, Université du Colorado à Boulder 2000, École polytechnique de Milan 2001, INSA Lyon 2004, and Université technique de Vienne 2005). Les recherches de Bazant ont atteint le grand public lorsque, quelques jours après les attentats du 11 septembre 2001, il a proposé une analyse structurelle de l’effondrement des twin towers du World Trade Center. Il a publié cinq ans plus tard un article proposant une analyse complète du mécanisme d’effondrement progressif des gratte-ciels basée sur le 11 Septembre. »

Etant donné sa réputation, on aurait bien tort de ne pas lui faire confiance. D’ailleurs, on nous a toujours vendu ses calculs comme étant la meilleure explication physique de l’effondrement des tours jumelles le 11 Septembre 2001.

Il a publié de nombreuses fois dans le « Journal of Engineering Mechanics » au sujet de l’effondrement du WTC, tentant à chaque reprise d’en expliquer la cause et le déroulement. En outre, vous pourrez y retrouver son article intitulé «  What Did and Did not Cause Collapse of WTC Twin Towers in New York », ainsi que «  Mechanics of Progressive Collapse : Learning from World Trade Center and Building Demolitions », qui expliquent selon lui le mécanisme d’effondrement des tours.

 


Preuve de la démolition contrôlée par Bazant !

 

Bazant prouve, par lui-même, dans le calcul, que le front d’effondrement que nous observons à t=7s progresse 80m plus bas que ce que prédit sa théorie. Une telle avance du front observé est bien la preuve d’une démolition contrôlée puisque la gravité seule ne pourrait l’expliquer.

 

b - Un modèle incompatible avec les observations

Après avoir montré que prendre au sérieux sa théorie, c’est aussi admettre la démolition contrôlée, nous montrons dans cette deuxième partie que la théorie de Bazant repose sur des hypothèses fallacieuses, mais que les corriger ne changera rien à la conclusion qui s’impose : la démolition contrôlée des tours du WTC.

Dans un premier temps, notez la présence de la courbe de la chute libre, dont nous avons déjà montré dans notre précédent article en quoi elle n’est en rien pertinente, étant uniquement là pour égarer le lecteur. Bazant n’aurait-il pas compris que pour mettre en évidence une anomalie éventuelle il faut comparer le temps d’effondrement observé non pas à celui de la chute libre mais avec celui de l’effondrement théorique en pancake le plus rapide que les lois de la physique permettent de concevoir, et qui est déjà lui-même loin d’atteindre les temps de la chute libre ?

Si on regarde d’un peu plus près la figure ci-dessous, on comprend mieux le scénario qu’il soutient pour l’effondrement de la tour Nord :

 


Article de Bazant

 

Nul besoin de se plonger dans les calculs pour comprendre que les phases de crush-up et de crush-down sont inversées par rapport à ce que nous avons proposé dans notre article. Nous avons proposé ce mécanisme de crush-up initial, pour une raison très simple, l’étage 93 est littéralement soufflé par une énorme déflagration dès le début du crush-up à t=1s, exactement le temps qu’il faut au plafond de l’étage 93 pour faire une chute libre et atteindre le plafond de l’étage 92, et qui sera pleinement visible une seconde plus tard, le temps à la déflagration d’avoir gagné en expansion. Dans la théorie du crush-down initial, il faudrait être capable d’expliquer comment la chute de l’étage 99 sur l’étage 98 peut provoquer une telle déflagration 5 étages, soit 18m, plus bas (http://guardian.150m.com/wtc/tower-explosions.htm).

Mise à part cette remarque, sa théorie pose un problème beaucoup plus grave. En inversant la phase de crush-down et de crush-up de l’effondrement, il considère que la pile supérieure est indéformable jusqu’à au moins t=3s. Or, ceci résulte en une incompatibilité physique majeure avec les observations.

Les observations montrent, pour l’effondrement de la tour Nord, qu’à t=3s, la vitesse du toit est de 22m/s et la position du front d’effondrement n’a pas dépassé le plafond de l’étage 92. La théorie de Bazant prouve déjà sur ce point particulier la démolition contrôlée, car, selon ses calculs, le toit de l’immeuble n’aurait pas pu atteindre une vitesse supérieure à 18m/s à t=3s. Mais supposons que sa théorie ne soit pas si facilement réfutable, et qu’elle respecte cette observation cruciale.

Le marteau étant, dans la théorie de Bazant, supposé indéformable à t=3s, tous les points du marteau sont en mouvement à 22m/s. Malheureusement pour cette théorie, cela signifierait que le front d’effondrement, autrement dit le bas de la pile indéformable, devrait être situé environ 4 étages plus bas que là où on l’observe à t=3s, parce que si la pile est indéformable, sa base a necessairement parcouru la même distance que son toit.

 


Incompatibilité avec les observations de la théorie du crush-down initial de Bazant

 

La théorie de Bazant est donc à exclure définitivement, et ne peut pas expliquer l’effondrement de la tour Nord du WTC, à cause de cette irrémédiable incompatibilité avec les observations des trois premières secondes. Quand bien même quelqu’un voudrait l’accepter, on a montré dans la partie I-a qu’elle conclut elle aussi, sans même que l’on se penche sur la façon dont cette théorie sous-estime complètement la résistance de la tour et la perte de masse du marteau au cours de l’effondrement, à la démolition contrôlée de la tour.

 

c - Une version alternative

On pourrait être tenté d’améliorer la théorie de Bazant en supposant que le bloc supérieur se comporte, non plus comme un bloc rigide, mais comme un solide déformable. Si le bloc supérieur constitué à t=0s de 12 étages se comportait comme un solide déformable, alors chaque point de la pile pourrait avoir une vitesse différente, en particulier le sommet et le bas de la pile.

  • Au vu des observations de l’effondrement du toit, la vitesse du sommet de la pile est de 22m/s à t=3s.
  • Nous avons montré sur notre schéma que le pancake théorique le plus rapide en partant d’un crush-down initial de 12 étages devrait atteindre le sommet de l’étage 92 à t=2.29s. Au lieu de cela, on observe que la partie inférieure de la pile, le front d’effondrement, n’atteint cette hauteur qu’au bout de t=3s au minimum, ce qui signifie que l’accélération du bas de la pile n’a pas excédé 58% de l’accélération du pancake optimal. Ainsi, il est nécessaire de freiner considérablement le bas de la pile par rapport au pancake optimal pour marquer ce point de passage, et on montre alors que la vitesse du bas de la pile à t=3s est de 13m/s.
  • A t=3s, la pile de départ est constituée de 18 étages dont la base se situe au niveau de l’étage 92. Le marteau initial de 12 étages a rencontré 6 étages qui se retrouvent alors compactés sur la partie inférieure de la pile, et ne peuvent plus se comporter autrement que comme un seul solide indéformable. Il faut rajouter à ces 6 étages, 4 étages supplémentaires compactés pris sur les 12 initiaux de la pile réduite par le bas, eux-aussi ayant alors la même vitesse de 13m/s. La pile de 18 étages serait donc composée de 10 étages compactés à sa base à une vitesse de 13m/s, et d’au mieux 8 étages à 22m/s, ce qui nous permet de donner une borne supérieure à la vitesse du centre de masse de la pile.
    Ainsi, selon la théorie révisée de la pile déformable de Bazant, à t=3s, la vitesse du marteau est d’au plus 17m/s.
  • Rien qu’à ce stade, cela signifie que le front de destruction observable à t=7s aurait dû être atteint en 7.81s. Or, ce calcul est incomplet, puisque ce ralentissement de la partie inférieure du marteau entre t=0s et t=3s reflète la résistance minimale des matériaux de la tour, et on est en droit de l’appliquer, en toute rigueur, à l’ensemble de l’effondrement. Et là, l’effondrement observé n’aurait plus uniquement 0.8s d’avance sur les calculs théoriques, avance qui était déjà largement suffisante pour conclure à l’impossibilité physique de l’effondrement par la gravité, mais 2.18s d’avance, à t=7s !

 

Noir sur fond rose  : arguments qui font que ces modèles sont incomplets, et que s’ils étaient corrigés, les anomalies en faveur de la DC augmenteraient
Jaune sur fond rouge : arguments qui prouvent la démolition contrôlée

 

Le modèle que nous avons proposé dans notre précédent article, partie I-d, est donc, à l’évidence, le modèle qui est le plus favorable à un effondrement aussi rapide que possible du WTC, bien qu’il mène inévitablement à la conclusion d’un effondrement encore trop lent pour expliquer les expulsions massives observées à t=7s au 58ème étage.

La théorie de Bazant, même dans sa version déformable que nous avons corrigé, conclut inévitablement à la démolition contrôlée du WTC.

 

II - Autres théories

a - Théorie de Greening

Le cas d’une pile initiale de 14 étages avec une vitesse initiale nulle produit des incompatibilités avec les observations encore plus graves. En effet, dans ce cas, le front théorique devrait être 22 m en avance sur le front observé à t=3s.

Vous noterez donc que, dans la limite de 3s la pile supérieure doit être encore plus ralentie que celle de Bazant pour ne pas dépasser l’étage 92. Même façon de procéder, anomalies encore plus flagrantes, même conclusion, la théorie de Greening est à exclure définitivement.

Si on veut de la même manière que nous l’avons décrit dans la partie I-c pour la version déformable de Bazant, coller avec la réalité, on montre que le front observé à t=7s a environ 4s d’avance sur ce que calcule la version déformable du crush-down initial de Greening ! La version corrigée déformable du crush-down initial de Greening conclut inévitablement à la démolition contrôlée.

 

b - Théorie de Quirant

Jérôme Quirant a également proposé sa propre théorie. Il pose pour condition initiale un crush-down indéformable d’une pile initiale de 15 étages avec une vitesse initiale nulle. Cependant, il a dû se rendre à l’évidence qu’il y avait une certaine incompatibilité entre ces seules conditions et l’accélération du toit observée dans l’étude de Szamboti et de McQueen.

Aussi, il a proposé de lui-même un rectificatif de sa théorie, en proposant d’appliquer une constante d’accélération de 8m/s², reflétant le passage de l’accélération de la pile supérieure supposée indéformable de 82% à 70% celle de la chute libre, et ainsi permettre d’être compatible avec l’accélération observée du toit, à t=3s.

Voyons comment Quirant conclut lui aussi à la démolition contrôlée avec cette simple théorie. Selon ses calculs, et qui aurait dû sauter aux yeux de notre expert, c’est qu’il serait totalement impossible au toit d’atteindre une vitesse de 22m/s à t=3s, comme nous l’observons sur les vidéos, et qu’il ne pourrait dépasser la vitesse de 18.6m/s. Cette seule observation suffirait pour, en toute logique, conclure à la démolition contrôlée du WTC.

Malheureusement, encore une fois, sa théorie n’est pas non plus la plus respectueuse de la réalité, et mène à des incohérences physiques. Entre autres, selon cette théorie, à t=3s, le front d’effondrement serait situé au niveau du 87e étage, alors que dans la réalité, il n’a même pas encore passé le plafond du 92e étage. Jérôme Quirant situerait donc son front 20m plus bas que les observations, ses calculs sont irrecevables.

Finalement, en ayant pris en compte ce léger rectificatif de positionnement de front à t=3s, il concluerait encore une fois inévitablement à la démolition contrôlée du WTC. En effet, dans le cas du modèle déformable de la pile lors du crush-down avant t=3s, on montre un retard du front d’effondrement calculé, au passage sur le plafond du 58e étage, de plus de 5.6s sur les observations. Ce qui conclut une nouvelle fois à la démolition contrôlée de la tour Nord !

 

Voilà qui devrait permettre à Jérôme Quirant de conclure, comme tout le monde, à la démolition contrôlée du WTC.

 

III - Réfutation de tous les modèles

Nous revenons sur le choix de nos conditions initiales de notre précédent article, et les justifions. Nous avions exprimé que la vitesse initiale du crush-down est de 11m/s à t=3s.

Les observations montrent que le toit de la tour a parcouru 31.5m à t=3s. Dans la théorie du crush-up initial, cela induit que les étages supérieurs à l’étage 92 se superposent les uns après les autres au bas de la pile qu’ils constituent. Cette explication est de plus justifiée par les observations qui montrent une déflagration très visible sur le haut de l’étage 92, dès le début de l’effondrement. Ces étages venant s’empiler sur le plafond de l’étage 92 se retrouvent inévitablement au repos, puisque l’étage 92 reste stable jusqu’à au moins t=3s.

Le front de l’effondrement qui n’atteint pas le plafond de l’étage 92 avant au moins t=3s, et le fait que le toit a parcouru 31.5m durant ses trois secondes, indiquent la hauteur qu’il faut retrancher depuis la base de la pile pour connaître le nombre d’étages au repos au sommet de l’étage 92. Ainsi, il est très pertinent de dire qu’au moins 8 ou 9 étages sont au repos à t=3s au niveau du 92e étage.

On sait par ailleurs que la vitesse du toit est de 22m/s à t=3s, cela signifie que les étages qui ne sont pas compacts et au repos ont tous au mieux une vitesse de 22m/s à t=3s. Ayant choisi 9 étages au repos plutôt que 8, la situation est donc bel et bien équivalente à une seule pile de 18 étages avec une vitesse du centre de masse de 11m/s (application de la simple équation de conservation de quantité de mouvement).

Certains pourraient penser qu’opter pour le choix de 8 étages aurait été plus favorable à la version officielle, mais il n’en est rien. Comme dirait Quirant quand il explique sa théorie pour justifier les 15 étages initiaux comparés aux 14 de Greening, nous ne sommes pas à un étage près. Les anomalies sont tout autant flagrantes, et cela ne change rien à l’affaire, parce que quand 10 étages lancés à 22m/s rencontrent une pile de 8 étages au repos, la vitesse de l’ensemble de la pile de 18 étages devient alors 12.2m/s, et c’est une différence qui n’est absolument pas significative dans les calculs que nous avons présentés. Le modèle que nous avions présenté dans la partie I-b est bien le plus rapide qu’on puisse créer physiquement, et dont nous vous rappelons que les observations montrent un front d’effondrement plus rapide de plus d’une seconde alors même que ce pancake est le plus rapide que les lois de la physique permettent de créer.

Pour ceux qui seraient encore sceptiques nous devons faire remarquer que même si on donne à toute la pile supérieure de 18 étages la vitesse de son toit à t=3s donc 22m/s, bien que ce modèle extrême conçu pour être le plus rapide possible soit complètement exclu par les observations des 3 premières secondes, il serait lui aussi en retard de plus de 0.4s sur le front d’effondrement observé à t=7s au niveau du plafond du 58e étage. Il n’y a décidément rien à faire pour sauver l’idée selon laquelle la gravité pouvait suffire à faire s’effondrer la tour aussi vite.

Ceci est la réfutation de toutes possibilités d’explications d’effondrement du WTC par la gravité.

 

IV - La désinformation

Nous nous attachons ici à mettre en garde les lecteurs sur certains aspects auxquels tout le monde pourrait se laisser prendre au piège, pour ne pas répéter les erreurs de raisonnements trop souvent commises.

Nous pouvons, malgré nous, tomber dans le piège de la désinformation. Prenons par exemple ce fichier, issu du site Internet de Jérôme Quirant :

« L’effondrement des tours jumelles 1 et 2 ressemble à de la démolition contrôlée (DC) ! Il a été trop rapide.
FAUX : [...] L’effondrement n’a pas été si rapide que cela puisque la vitesse de chute calculée a révélé une accélération de seulement 69% de la pesanteur. La structure en dessous des incendies a donc bien résisté. Des scientifiques indépendants ont décrit cet effondrement en détail.
 »

Nous espérons qu’il est clair pour tout le monde désormais qu’il ne faut pas comparer l’effondrement des tours à la chute libre, qui n’a aucune pertinence dans un effondrement en pancake. Jérôme Quirant trouve effectivement un calcul qui, à t=3s, correspond à 70% l’accélération de la chute libre, parce qu’il a construit son modèle exclusivement à partir de cette observation de départ. Cependant, nous avons vu dans la partie II-b que ses calculs lui donnent la preuve la démolition contrôlée. Nous avons montré également que ses calculs sont, en plus, incomplets, et qu’en les complétant et corrigeant, ses arguments pour conclure à la démolition contrôlée du WTC seraient encore plus forts, déjà que dans l’état actuel ils suffisent amplement. Finalement, nous avons certifié, et dans notre premier article, et dans la partie IV de celui-ci, que tout modèle d’effondrement en pancake qui prétendrait que l’effondrement est uniquement dû à la gravité, serait, ou bien un modèle faux, ou bien un modèle dont on tire une mauvaise analyse.

En parcourant son site, certains pourraient se laisser prendre au piège de la mise en page. Prenons par exemple ici, qui concerne ce qu’il a écrit à propos de notre étude. Nous pouvons voir avec quelle efficacité il a choisit de mettre en valeur ce lien particulier :

Ne vous méprenez pas, Quirant ne montre ici qu’une chose, que la démolition contrôlée du WTC, dont tout le monde, de Bazant à Greening, en passant par nous et par lui-même, a prouvé l’existence, n’est pas conventionnelle. Il n’y avait pas besoin d’être très malin pour s’en rendre compte. Il suffit d’observer que la démolition s’effectue de haut en bas, et pas de bas en haut comme toutes les autres démolitions, par exemple la démolition du WTC 7, dont nous rappelons qu’elle a elle-même été prouvée, puisque le NIST lui-même a dû reconnaître deux secondes de chute libre dès le début de l’effondrement, sans qu’en aient pour autant été tirées les conclusions qui s’imposaient, c’est-à-dire rechercher les coupables et les moyens de cette démolition.

Ce n’est pas parce que Quirant montre que la destruction n’est pas conventionnelle, chose que personne ne contredit, qu’il n’y a pas eu démolition contrôlée, programmée, volontaire et intentionnelle pour autant. Seules les limites de l’imagination de chacun bornent l’ensemble des manières possibles et imaginables d’avoir pu réaliser cette démolition contrôlée.

Nous rappelons finalement que la perte de masse de la pile supérieure au cours de l’effondrement est un facteur essentiel, et que nous l’avons estimé à au moins 75%. Il est donc très important que tous les calculs souhaitant prédire l’effondrement des tours prennent en compte ce facteur déterminant.

 

http://citoyen.liveworld.fr/Images/Pages/12.jpg

 

Nous vous invitons à observer attentivement ces photos pour bien prendre conscience de l’importance du phénomène, et des conséquences que ça a dans l’étude de l’effondrement des tours, comme nous l’avons expliqué dans la partie I-c de notre précédent article.

Nous vous invitons à vous poser les bonnes questions, et à poser les bonnes à ceux qui se prétendent les experts d’autorité. Ce qualificatif est déjà la preuve de la volonté d’imposer une idée sans qu’elle ne puisse être démontrée.

 

V - Conclusion

Dans cet article, nous avons montré que tous les calculs qui ont étés faits jusqu’alors apportent eux aussi la preuve de l’existence de la démolition contrôlée. Nous avons également montré en quoi ils étaient à l’évidence tous faux. Ces calculs vont à chaque fois à l’encontre des observations, dont ils ne se soucient pas d’être le reflet, et amènent inévitablement à des absurdités physiques. Nous avons également vu qu’en les corrigeant pour les faire coller à la réalité dans les trois premières secondes, on retombe inévitablement sur d’autres anomalies dans la suite de l’effondrement, ce qui fait que ces modèles sont absurdes, et incapables de décrire les effondrements des tours par la gravité seulement.

Nous rappelons que notre précédent article propose une borne d’effondrement théorique minimale pour un effondrement par la gravité selon le modèle du pancake (I-b), qui certifie qu’aucun pancake qui serait calculé ne pourrait être plus rapide que ce modèle, et que même ce pancake irréaliste et théorique ne pourrait s’effondrer assez rapidement par rapport à ce qu’on observe (I-d).

Plus personne ne devrait prétendre que les tours se sont effondrées sous le seul effet de la gravité. Tout le monde doit prendre conscience que ces tours ont été sabotées, et démolies volontairement.

Enfin, nous avons vu également certaines facettes des données qui pourraient nous tromper, et comment éviter de se laisser prendre au piège des faux raisonnements et de la désinformation.


Moyenne des avis sur cet article :  3.98/5   (121 votes)




Réagissez à l'article

603 réactions à cet article    


  • moorea34 1er janvier 2010 11:35

    Un article dans la lignée du précédent : NUL....

    http://www.bastison.net/APPROXIMATIONS/approximations.html#B13


    • moorea34 1er janvier 2010 11:36

      Gogovox, la nouvelle revue scientifique qui fait référence... Pitoyable....


    • Augustule pipo 1er janvier 2010 11:40

      Je constate que votre argumentation s’est étoffée Mr Quirant (alias Moorea34), passer de « C’est débile » à « NUL » vous donne du crédit !


    • JL JL 1er janvier 2010 12:00

      Les génies n’ont évidemment pas leur place sur gogovox ! On se demande ce qu’ils viennent y faire !


    • Petitpois Petitpois 1er janvier 2010 12:52

      Le sieur Quirant, alias Moorea34, qui lors de sa grande prestation télévisée chez Guillaume Durand nous avait fait part de ses imparables arguments « scientifiques » et depuis n’ose plus sortir dans la rue, hante encore les commentaires d’Agoravox.

      Hi hi hi.
      Merci de faire rire la communauté scientifique, monsieur Quirant !

    • friedrich 1er janvier 2010 18:06

      Allez c’ est ma tournée, une petite compil du batiment 7



      Et une bonne année à tous ainsi qu’ aux blaireaux qui ne doivent pas oublier d’ aller se faire vacciner si c’ est pas fait, car la grippe reprend lundi. Sans moi pour l’ instant, car je dois d’ abord étudier la nouvelle physique mécanique du troisième millénaire.



    • Philippe D Philippe D 1er janvier 2010 22:02

       smiley  smiley  smiley
      Il est trop beau pour être vrai celui là.


    • Onegus Onegus 1er janvier 2010 22:48

      Alors, moomoo, elle en est où cette Théorie du Grand Bordel ? Les fans s’impatientent !! :D


    • moorea34 1er janvier 2010 11:48

      L’escroquerie débute dès le premier graphique où les auteurs reportent sur une même origine un point correspondant à un front d’effondrement avec la trajectoire supposée de la toiture !!!!.... Lamentable...
      Ensuite ce front n’est même pas le front d’effondrement global de la tour, comme c’est visible sur cette image .... http://www.bastison.net/Graphique/Images0/Debris_Bis.JPG
      C’est un effondrement localisé qui n’a rien à voir avec ce qui est décrit par les personnes citées en référence dans l’article de façon tout à fait malhonnête.
      Ce front très localisé et décalé par rapport au reste de l’effondrement est un épiphénomène dû à une surcharge amenée probablement par l’antenne et/ou son support. Sur les vidéos il est d’ailleurs clair que le centre de la tour s’affaisse en premier. Où les auteurs ont-ils pris en compte cela ? Nulle part....

      Démonstration nulle d’un bout à l’autre...


      • John Lloyds John Lloyds 1er janvier 2010 12:40

        Si les journalistes d’investigation scientifique avaient fait leur boulot, en lieu des relais de propagande du pouvoir qui impose un silence religieux, on n’en serait pas à douter de tout, y compris et surtout des très rares débats orientés que nous propose la téloche : La VO a tellement d’éléments à charge contre elle que toutes les théories alternatives un tant soit peu sourcées sont bonnes à être étudiées, et particulièrement celles qui gravitent autour d’une destruction en chute libre, parfaitement mesurable sur les vidéos.

        Les sceptiques peuvent jouer les vierges effarouchées, ils sont les principaux responsables de la prolofération des théories alternatives, en étant complices de la censure quasi-militaire qui rêgne sur ce dossier depuis près de 10 ans. A ce titre, et sans me prononcer sur le fond de l’article - n’en ayant pas les compétences - je remercie l’auteur, d’une part de faire sur son temps ce boulot d’investigation que d’autres auraient du faire en vertu de leur obligations professionnelles, et d’autre part de participer à la compréhension d’un des aspects les plus obscurs du 11 septembre, la chute. Manfred je lis vos théories avec grand intérêt, merci de continuer sans porter attention aux roquets qui aboient.


      • Pole 1er janvier 2010 12:57

        > Sur les vidéos il est d’ailleurs clair que le centre de la tour s’affaisse en premier. Où les auteurs ont-ils pris en compte cela ? Nulle part....

        Tu parles bien de Bazant, là ?


      • Mmarvinbear mmarvin 1er janvier 2010 13:50

        ça sens la mise à jour prochaine sur le site...

        Mais bon, zen, mooréa, zen...


      • John Lloyds John Lloyds 1er janvier 2010 14:30

        C’est un honneur, Léon, merci. Surtout quand on voit la qualité de son argumentation, on comprend mieux qu’il ne te reste plus qu’à venir pisser de la ligne vide ici.


      • zephyx 1er janvier 2010 14:53

        Mr Quirant, dans toute la splendeur de sa mauvaise foi habituelle a surement encore dû exercer sa mémoire sélective en omettant les liens lui ayant précédemment été donnés :

        notamment ici (actualité du 24/12) : http://www.darksideofgravity.com/11%20Septembre%202001.html

        Ou bien fait-il là aussi semblant de ne pas comprendre, comme le démontage de sa théorie qui ne correspond pas à plus de 19 mètres avec les observations des vidéos ? Votre théorie a-t-elle eu aussi affaire à un effondrement localisée invisible ?

        Donc avant de crier à l’escroquerie, vous feriez bien d’apprendre à observer, écouter et, pour une fois, utiliser une méthode scientifique et non rhétorique.

        En particulier quand l’on entend votre théorie totalement risible de l’effondrement localisé par la surcharge de l’antenne : la brindille de 300 tonnes qui defonce à l’avance les 3000 tonnes par étages encore intact EUX (je rappelle que le NIST ne soutient absolument pas un affaiblissement du coeur en dessous de la zone d’incendie) sur plus de 40 étages à une vitesse proche de la chute libre, et le tout sans interférer avec le reste de l’effondrement, c’est génial tout ce qu’on peut sortir comme conneries sous couvert d’un diplome :)...


      • John Lloyds John Lloyds 1er janvier 2010 15:31

        ça vient Léon, évidemment, en restant la tronche dans le sable devant ton jité, sûr qu’on n’a pas les mêmes infos. Léon, tu me fais penser à mon chat, ce veau avachi devant le radiateur smiley


      • fhenryco 1er janvier 2010 15:31

        >L’escroquerie débute dès le premier graphique où les auteurs reportent sur une même >origine un point correspondant à un front d’effondrement avec la trajectoire supposée de >la toiture !!!!....

        C’est loin d’être une escroquerie puisque le front et le toit sont en train de converger très rapidement (observations ) et doivent se confondre très rapidement (car l’idée que le bloc supérieur puisse détruire l’inférieur sans lui même être détruit et compacté est absurde : les forces s’exercent dans les deux sens : principe de l’action et de la réaction) comme le montre le graphe de ma new du 24/12 ici : http://www.darksideofgravity.com/11%20Septembre%202001.html

        >Ensuite ce front n’est même pas le front d’effondrement global de la tour, comme c’est >visible sur cette image ....
        >C’est un effondrement localisé qui n’a rien à voir avec ce qui est décrit par les personnes >citées en référence dans l’article de façon tout à fait malhonnête

        Bien sûr que ce front ne peut pas être un front global d’effondrement , mais tout effondrement local ne peut être que plus lent qu’un effondrement global puisque contrairement à l’effondrement global il doit déchirer chaque étage au niveau de la portion locale ce qui représente une grosse dépense énergétique supplémentaire. Par conséquent nos conclusions s’appliquent à fortiori à l’hypothèse d’un effondrement local !

        La conclusion est qu’il ne peut s’agir en fait d’un effondrement car il est beaucoup trop rapide mais bien évidemment d’une succession d’explosions localisées sur cette facade.
         
        >Sur les vidéos il est d’ailleurs clair que le centre de la tour s’affaisse en premier.

        Il n’est pas si évident que le centre de la tour s’affaisse en premier : le basculement du bloc supérieur est probablement responsable de l’essentiel de l’observation de la chute en avance de l’antenne. et quoi qu’il en soit un tel basculement en avance peut signifier une avance de 0.4s du front sur la facade sud cachée : regardez sur la courbe de Bazant
        et vous verrez qu’on est pas à 0.4s près pour exclure son pancake.


      • Reinette Reinette 1er janvier 2010 15:46


        faites gaffe, John, les animaux de compagnie on tendance à ressembler à leur maître !




        Que cette année 2010 nous soit à tous généreuse et éclairée !


      • Pyrathome pyralene 1er janvier 2010 16:24

        Éclairé ?....certains n’ont pas encore l’électricité visiblement.....


      • Reinette Reinette 1er janvier 2010 16:53


        Faites gaffes, Pirallène

        vous avez tendance à ressembler à votre maître !



        Tiens ! encore un coup d’la CIA http://www.rfi.fr/contenu/20091231-une-fusillade-centre-commerciale-fait-six-morts




      • Reinette Reinette 1er janvier 2010 17:52


        dans l’slip de pire haleine !


      • Manfred Manfred 1er janvier 2010 19:46

        Alors monsieur Quirant...

        - Toujours pas de justification quant au fait que votre théorie situe le front d’effondrement 19m plus bas qu’observé à t=3s ?
        - Toujours pas de justification quant au fait que le toit ne peut atteindre 22m/s à t=3s selon votre théorie ?
        - Toujours pas de justification scientifique quant au fait que vous voulez décrire cet effondrement que vous appelez local comme chaotique et qui lui permettrait d’échapper comme par magie aux lois de la physique ?

        Le lien vers lequel vous redirigez a été maintes fois répondu, et corrigé, bien avant que cet article soit publié, comme nous le précisons dans le texte :
        "C’est ainsi que nous avons eu droit aux traditionnelles attaques de Jérôme Quirant, et avons facilement mis en évidence le caractère fallacieux de ses objections qui n’ont donc pu inquiéter la validité des résultats publiés dans notre article et nos conclusions, comme nous l’avons expliqué, à plusieurs reprises, sur nos sites Internet respectifs."

        Les lecteurs voient par eux-mêmes à travers vos commentaires que vous n’avez rien à objecter, et que vous préférez détourner le débat pour éviter soigneusement d’avoir à vous justifier.


      • zephyx 1er janvier 2010 22:26

        @terrienhope :

        Ce n’est pas parce-que Léon est d’une mauvaise foi éhonté et qu’il n’est pas capable de comprendre ce qu’est une projection et une vitesse d’éjection (il arrive tout de même à distinguer la nature de la matière : de la poussière et des débris) qu’il vous faut utiliser ce genre de language ordurier (voir même xénophobe).
        Avec ce genre de comportement vous ne ferez rien avancer.


      • terrienhope 1er janvier 2010 22:35

        ou etre anti sioniste soit xenophobe je ne vois pas la
        je suis contre une politique pas contre la race


      • Cosmic Dancer Cosmic Dancer 1er janvier 2010 22:37

        Moui moui, c’est cela.

        Vos interventions, nonobstant, ne témoignent que d’une absence.


      • friedrich 1er janvier 2010 23:44

        Je vais miauler avec les chats : terrienhope ce n’ est pas parce que t’ es pas content de qu’ est ce qui dit l’ autre qui pense pas comme toi qu’ on doit se farcir ta prose de cour de récré d’ un collège de Seine-Saint-Denis. A part faire passer les négateurs de la thèse du « complot des 7 nains à cutter » pour des boutonneux grincheux à 12 de QI, je vois pas vraiment à quoi tu sers.


      • charmord 2 janvier 2010 00:09

        Pour rappel, voici LES mensonges éhontés de J. Quirant.

        Que faut-il penser du debunking qu’il produit à la lumière de cette faculté aisément vérifiable à travers les fils des forums auxquels il participe de diffamer et d’affirmer des contre-vérités ?

        Peut-on espérer par ailleurs, une réponse de J. Quirant aux arguments de FH Couannier dans le post qui précède ? Ou bien, Moorea, va-t-il une nouvelle fois détaler comme un lapin atteint de myxomatose, comme quand on lui démontre que des scientifiques non conspirationnistes ont également déploré la méthodologie ayant présidé aux modèles informatiques du Nist...


        Pour le reste, rien de neuf sous le soleil, sur ce fil. Toujours les mêmes habitués avec les mêmes méthodes de troll puantissime avec le désormais célèbre Leon, Léon, Léon, Paon, l’est mort, à la manoeuvre...

        Beurk... A déconseiller les lendemains de fête...

         

      • Philippe D Philippe D 2 janvier 2010 00:12


        et pis c tout ?

        Dommage ça démarrait bien votre réflexion.


      • Philippe D Philippe D 2 janvier 2010 00:15

        Charmord !

        Ouah, bonne année mon gars !
        Ca boume chez Reopen ?
        Il y a longtemps que l’on n’a pas vu Kiku, et sa porte magique. Que devient-il ?


      • charmord 2 janvier 2010 00:25

        Salut Philippe D. Moi aussi je te souhaite le meilleur pour cette année 2010 : Un éclair de raison ou pourquoi pas une mise à pied que tu mérites tant...

        Atchao, mon grand


      • Philippe D Philippe D 2 janvier 2010 00:35

        Une mise à pied ?

        D’où ?
        De quoi ?
        De Reopen ?
        Mais je n’y suis pas mon grand, juste invité sur le forum public où je ne peux même pas voir vos petites cachoteries cachées aux yeux des pauvres touristes comme moi.
        Mais si tu m’invites je veux bien aller vous dire bonjour.


      • charmord 2 janvier 2010 00:43

        Philippe, les D sont jetés...


      • Philippe D Philippe D 2 janvier 2010 00:47

        Bravo, tu as des fiches à jour dis moi !
        Tu as fait du classement pendant les fêtes ?


      • charmord 2 janvier 2010 00:49

        Google, 3 mots et clés et 22 secondes suffisent amplement pour répondre au charabia ultra-prévisible des trolls dans ton genre...


      • Philippe D Philippe D 2 janvier 2010 00:55

        22 secondes  smiley
        Ouah, t’as un ordi à pédales ou bien ça rame tant que ça en Belgique ?
        Chez moi 0,27 secondes suffisent.
        Mais c’est vrai que tu n’es pas un as  smiley


      • charmord 2 janvier 2010 01:00

        Tu n’as pas encore compris, mon grand beauf, que la Belgique c’était plutôt hype actuellement ? Les blagues sur les belges, c’est un à peine moins dépassé que la vérité officielle que tu honores chaque jour au péril de ton âme...


      • Jurassix Jurassix 2 janvier 2010 09:15

        Il y a une nuance fondamentale à apporter à ce genre d’article.
        Détruire la VO avec des explications plus ou moins vaseuses sur certains points ne veux pas dire confirmer la destruction contrôlée, ou tout autre théorie, dont je pourrai me rapprocher.

        La VO n’est pas bonne, et a été « pondue » bien trop vite pour être véritable, on en est tous conscients. Mais se baser sur des images d’une imprécision frappante pour tenter de prouver quoi que ce soit, c’est faire le jeu des pro-VO en se discréditant.

        Juste une question Manfred : la théorie du pancake est, sinon fausse, du moins partielle. Qui des étages se trouvant a n-10 sous le « front » : est ce que eux ne sont pas aussi fragilisés par les vibrations et autres efforts portés par le front ? Ne serait il pas envisageable de dire que la chute rapide des tours peut aussi etre expliquée par les contraintes subies par les étages inférieurs ?

        Tout ça pour dire : fatiguez vous à discuter, prouver l’impossible. La vérité, vous l’aurez peut etre, mais dans 50 ans, quand les outils seront suffisemment puissants, ou les fichiers de la CIA déclassés.


      • Manfred Manfred 2 janvier 2010 10:11

        @Jurassix

        Il n’est pas juste de dire que la précision des images pourrait laisser à désirer. Il existe beaucoup de vidéos de l’effondrement, chacune apportant sa pierre de précision, nette et sans bavure.

        Le commentaire de Quirant est de la désinformation, de la propagande. C’est le genre de personnes qui préfère rester dans sa réalité que d’admettre qu’il a tort.
        http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/wtc-plus-dure-sera-la-chute-67047#forum2371913
        « Ensuite ce front n’est même pas le front d’effondrement global de la tour, comme c’est visible sur cette image »
        Sa façon de présenter les choses est uniquement ici pour vous convaincre de ne pas prêter attention à ce qu’on a mis en évidence, en somme de fermer les yeux sur la réalité.
        La réalité, quelle est-elle ? Elle est celle-ci :
        http://citoyen.liveworld.fr/Navigation/WTC-Demonstration/Bastison.php
        http://www.youtube.com/watch?v=WZ8wlKK15JM
        Et pas :
        http://www.bastison.net/Graphique/Images0/Debris_Bis.JPG

        Cette façon de faire est une des techniques majeures de désinformation, et elle est d’ailleurs la première à connaître, elle s’appelle l’évitement : Ne pas écouter la controverse, ne pas la voir, ne pas en parler. Si elle n’est pas rapportée, elle n’existe pas et il n’y a pas lieu de s’en occuper.
        En plus, je ne vous signale même pas comment Quirant veut essayer de faire fermer les yeux sur ce front d’explosions.
        "Ce front très localisé et décalé par rapport au reste de l’effondrement est un épiphénomène dû à une surcharge amenée probablement par l’antenne et/ou son support."
        0 - Effectivement, il serait juste pour tout le monde de ne pas parler de la preuve capitale de la DC !
        1 - On attend la preuve de ce qu’il dit (=pas de blabla scientologique, mais des équations mathématiques et physique !), quand il parle de surcharge apportée par l’antenne (masse de l’antenne = pas plus de 1% de la masse de la pile supérieure, autant dire que nos calculs ne vont pas s’effrayer d’un poil !)
        2 - Cet effondrement, qu’il qualifie d’épiphonème, est encore plus particulièrement soumis aux lois de la physique. En interprétant ce front de destruction comme le front d’effondrement global comme nous l’avons fait, c’est une fleur offerte à la VO, parce que l’avance de ce front serait encore plus impossible (donc plus grande) par rapport à ce qui devrait être calculé, si nous l’avions interprété comme un épiphénomène !

        Je suis d’accord sur un point, la majeure partie de cet article-ci ne prouve pas la démolition contrôlée, parce que comme vous le soulignez, ce n’est pas parce qu’une tentative de preuve d’un théorème est fausse, que le théorème est faux pour autant. Donc, si Bazant, et prouve par lui-même la démolition contrôlée, et en plus par des faux calculs qui s’ils étaient corrigés iraient encore plus dans ce sens, cela ne veut pas dire que la démolition contrôlée est avérée. Cela signifie, comme nous l’avons justement conclut, que Bazant prouve la démolition contrôlée dans ses calculs.
        (Par contre pour le qualificatif vaseux de nos observations, vous repasserez ! Ce sont des observations tout ce qu’il y a de plus solides, et que tout le monde peut vérifier !
        - Vitesse du toit à t=3s : 22m/s
        - Hauteur du front d’effondrement à t=3s : plafond du 92e étage
        -
        Hauteur du front d’effondrement à t=7s : plafond du 58e étage
        - Perte de masse minimale de la pile supérieure au cours de l’effondrement : supérieure à 75%
        Combien de ces observations sont respectées dans les théories pro-VO ? Zéro !
        )

        Finalement, notre démonstration de la démolition contrôlée ne s’appuie par sur les critiques des autres théories. Il suffit de regarder la partie III de cet article, partie I-d du précédent, tous les modèles qui proposeraient la preuve de l’effondrement par la gravité seraient ou faux, ou mal interprétés. La preuve de la démolition contrôlée est inévitable, la démonstration est là, parce que nous avons montré que le meilleur pancake réalisé dans les meilleures conditions qui soient, ne pourrait pas s’effondrer aussi rapidement que ce qui est observé. CQFD. Pour le coup de la malhonnêteté de l’observation, il faudra repasser avec de sérieux arguments, parce que :
        - 1 seconde d’avance sur la théorie de l’effondrement par la gravité à t=7s, l’imprécision ne peut pas couvrir cette marge
        - 1 seconde, c’est déjà dans les meilleures conditions d’optimalité, totalement impossibles au vu des observations ! Même avec encore pas mal de mauvaise foi, c’est plus 5 sec d’avance sur les calculs que le front d’effondrement possède à t=7s que 1 sec !


      • Traroth Traroth 2 janvier 2010 11:17

        « Vous n’avez certainement pas observé un »front de chute" 19 m plus bas, mais quelques millimètres sur une vidéo, d’une masse confuse de poussières et de débrs«  : Désolé, mais ça, c’est inacceptable. Votre réponse, Léon, c’est simplement »circulez, y a rien à voir" ! Vous êtes en train d’affirmer que même en voyant quelque chose noir sur blanc sur une vidéo réputée non-truquée, vous n’êtes pas prêt à l’accepter. Désolé, mais il n’est pas pssible de discuter avec quelqu’un qui nie les réalités les plus élémentaires. Et je ne suis pas en train de donner obligatoirement raison à l’auteur, mais simplement en train de mettre en lumière que vous dites d’entrée de jeu que les arguments en présence ne vous intéressent même pas ! Comment discuter dans ces conditions ? On ne peut que vous conseiller d’aller voir ailleurs !


      • Mmarvinbear mmarvin 2 janvier 2010 13:32

        « la brindille de 300 tonnes qui defonce à l’avance les 3000 tonnes par étages encore intact EUX » : Tu as essayé d’arrêter une « brindille » de trois cent tonnes qui se met en mouvement ? A mon avis se trouver sous un tel fétu en position stable et sous un fétu qui tombe, ça ne donne pas le même effet...


      • zephyx 2 janvier 2010 14:51

        marvin vous êtes toujours un vrai régal au niveau de vos affirmations xD..., je crois que vous êtes la pire épine dans le pied des debunkers. Vous avez un don pour tenter de dire des choses intelligentes et pourtant vous retrouver à chaque fois à côté de la plaque, c’est phénoménale ! :D
        Au moins Léon et compagnie n’essaient pas de sortir de choses qui les dépassent, il arrive également parfois à mooréa de sortir des arguments justes, mais alors vous ça manque jamais ... xD...

        Bref, oui ce genre de situation arrive frequemment, un élément tombant sur d’autres éléments plus massifs et résistants ça ne transperce pas le tout à une vitesse proche de la chute libre, loin de là !
        « Ton avis » est franchement déconnecté de la réalité, ta brindille n’aura pas plus de force dans la situation où elle se trouve au WTC, que dans le vide, or même si l’antenne tombait à la vitesse de la chute libre elle serait bien incapable, quoiqu’il se passe au-dessus d’elle, de provoquer un front de destruction pareil à une vitesse toujours aussi proche de cette chute libre et sans ralentir ! (ne pas oublier non-plus que dans cette théorie, non-seulement l’antenne garde toute son energie afin de garder la même accélération, mais en plus elle est capable de détruire tout ce qu’elle croise tout en projetant des tonnes de débris latéralement sans problème !) Un seul principe de la physique te suffira à comprendre tout ça, je te laisse chercher lequel.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès