• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Zipcar racheté par Avis : le carsharing, échec ou succès ?

Zipcar racheté par Avis : le carsharing, échec ou succès ?

Zipcar (http://www.zipcar.com/), l'une des premières start up américaine proposant des services d'autopartage, vient d'être rachetée par le groupe Avis (http://www.avisbudgetgroup.com/). La nouvelle marque un tournant important pour l'industrie de l'autopartage. 

http://nouvelles-mobilites.net

Il y a à peine 10 ans, personne n'aurait cru que ce concept allait séduire massivement les citadins américains et devenir un véritable phénomène de mode. Depuis, ce sont pourtant des dizaines de starts-ups qui ont suivi l'exemple de Zipcar – CarShare, PhillyCarShare, I-Go, Communauto...

Le covoiturage a donc transformé profondément nos habitudes de transport en ville. De Montréal à San Francisco, plus d'un adulte sur 5 est inscrit sur un site d'autopartage.

Des études ont d'ailleurs montré que chaque véhicule partagé en Amérique du Nord a finalement remplacé entre 9 et 13 voitures personnelles, contribuant ainsi à désengorger le traffic. Les membres de ces communautés ont de plus réduit leur temps de conduite automobile de 44 %, lui préférant des moyens de transports plus écologiques et moins coûteux comme le vélo, la marche, ou les transports en commun.

 

Zipcar aura été à l'avant-garde de cette petite révolution. Lancée à Cambridge dans le Massachussets, avec pour flotte initiale, une poignée de coccinelles Volkswagen vert lime, cette start-up audacieuse et inventive a lancé un véritable mouvement non seulement aux Etats-Unis mais également dans le reste du monde. Par ailleurs, ainsi que nous en avons déjà parlé (http://nouvelles-mobilites.net/2012/10/22/partagez-un-nouveau-leit-motiv/), ce mouvement de partage s'est étendu à d'autres domaines (l'immobilier en premier lieu).

 

L'autopartage semble donc s'être imposé comme une sorte de contre-culture. Que penser alors du rachat de Zipcar par une « grosse » entreprise automobile ? Faut-il nécessairement l'interpréter comme la récupération dommageable d'une solution alternative par la grande consommation ?

 

Zipcar aura innové de façon marginale, en proposant des services inédits – camions de déménagement proposés en partage depuis peu, nouvelle application mobile en temps réel, partage de véhicules électriques –, mais en gardant toujours pour objectif de proposer des solutions de transports alternatives véritablement bénéfiques d'un point de vue écologique et financier.

En effet, bien que la communauté Zipcar compte actuellement plus de 760 000 membres, soit près de la moitié de la totalité des membres inscrits sur des sites analogues aux Etats-Unis, la start-up n'a jamais réalisé de bénéfices annuels depuis sa création en 2000. Elle a pourtant réussi son introduction en bourse en avril 2011. Son action a rapidement atteint le prix de 31,50 $ avant de ne cesser de chuter. Elle ne s'élevait plus qu'à 8,24 $ au moment de la proposition d'Avis.

 

Le rachat par Avis de la petite entreprise pourrait alors lui permettre de poursuivre ses recherches d'innovation, en lui offrant davantage de confort financier. Par ailleurs, Zipcar pourra faire ses membres des services offerts par Avis, et Avis bénéficiera donc en retour de la fidélité des membres de Zipcar. La collaboration semble donc plus que bénéfique pour les deux entreprises car en effet si Avis manque souvent de clients, Zipcar quant à elle, est souvent à court de véhicules disponibles...

 

Aussi que les pessimistes se gardent de prévoir un avenir sombre aux transports alternatifs. Le rachat de Zipcar par la grosse machine Avis semble finalement montré que le souci écologique et financier des consommateurs a finalement un impact sur les investissements financiers. Espérons-le...

 

http://nouvelles-mobilites.net/2013/01/22/zipcar-rachete-par-avis-le-carsharing-echec-ou-succes/


Moyenne des avis sur cet article :  4.5/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

1 réactions à cet article    


  • PASDUPE 2 février 2013 14:44

    On se calme sur les anglicismes  !

    Y en a raz-le-cul à la fin.

    C’est devenu une manie schizophrénique ou quoi ? 

    A la lecture de votre titre, on ne sait pas de quoi l’article va parler. On en est rendu là.

    La modération devrait interdire ces abus et inviter leurs auteurs à revoir leurs copies. Si nous nous soucions pas de notre propre langue, personne ne s’en souciera pour nous.

    Il est question de compréhension.

    Oui, c’est hors-sujet.

    Et à la fois, pas tant que ça. Créer, puisqu’il en est question, cela commence par les mots. Et en France (et pour la francophonie) autant qu’ils soient français.

    Pas de grande économie sans grande culture et cela passe par le language. Autant dire qu’on est mal barré avec le globish à tous les étages. Si nous renonçons à nos spécificités alors nous sommes assimilés. Ce n’est pas une perspective qui me réjouit.

     

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires