• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Politiques & citoyens > Claude Allègre et la guerre économique

Claude Allègre et la guerre économique

Dans une longue tribune publiée par l’hebdomadaire Le Point, Claude Allègre "plaide" pour "une opposition qui comprenne enfin que la France doit bouger très vite pour s’adapter au monde nouveau. Bref, qui reconnaisse que, dans sa démarche hyper-volontariste, Nicolas Sarkozy a fondamentalement raison".

Et Claude Allègre aligne les poncifs, l’affaiblissement de l’enseignement public par la suppression de quelques dizaines de milliers de postes classés plaisanterie, la pertinence de l’instauration de la garde des enfants en temps de grève, tout en se félicitant de l’extinction de la grève générale !

Il n’oublie pas enfin de préciser que Nicolas Sarkozy n’est pas responsable de tout et que, "si le pouvoir d’achat stagne ou même diminue, ce n’est pas la faute de la politique menée par le gouvernement."

Il se félicite enfin de la dynamique de réformes tous azimuts engagées par Nicolas Sarkozy.

Ces réformes sont nécessaires selon Claude Allègre car, "au cas où vous ne le sauriez pas, nous sommes en guerre ! Une guerre économique sans merci, qui a pour nom mondialisation et élimine sans pitié les plus faibles. Aujourd’hui, le développement de la France, donc le bien-être des Français, ne se fera que s’il suit le rythme soutenu imposé par la Chine, l’Inde, le Brésil, la Russie et les Etats-Unis", et c’est ce point qui justifie l’ensemble des positions soutenues dans cette tribune.

La réalité et les conséquences de la mondialisation sont connues, et Claude allègre ne nous apprend rien en évoquant l’élimination sans pitié des plus faibles. Par contre le raisonnement de Claude Allègre perd très vite sa pertinence dans un raccourci un peu trop rapide liant le bien-être des Français au développement de la France.

Il faudrait d’abord se demander à qui profite le développement de la France dont nous parle Claude Allègre, aux actionnaires du CAC 40 ou de toutes celles et tous ceux qui voient leur pouvoir d’achat diminuer, qui ont de plus en plus de difficultés pour se loger, qui cherchent en vain en emploi stable, qui galèrent tous les jours… ?

Qu’il y ait une guerre économique sans aucun doute, c’est la nature même du capitalisme. Mais est-ce une guerre entre capitalistes ou une guerre entre les peuples ? L’actualité nous en apporte la réponse tous les jours, les entreprises licencient ceux qui la veille encore devaient se battre pour elles, les gouvernements indemnisent de plus en plus mal les chômeurs, et les précaires sont accusés d’être seuls responsables de leur sort.

Alors M. Allègre, s’il y a une guerre mondiale, que les actionnaires du CAC 40 montent eux-mêmes au front, et montrez-leur donc le chemin.

Pour ma part, je suis solidaire des mutins de 1917 et je refuse de monter sur le plateau de Craonne.

 

 

Jean-Michel Arberet

Conseiller municipal d’Arcueil

Partenaire du groupe communiste

http://jm-arberet.over-blog.com/

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.02/5   (98 votes)




Réagissez à l'article

76 réactions à cet article    


  • sisyphe sisyphe 14 août 2008 13:55

    Allegre ; un des plus grands sinistres bouffons de l’époque !
    Systématiquement à côté de toutes les plaques : il aurait parfaitement sa place dans un nouveau gouvernement Sarkozy !


  • impertinent3 impertinent 15 août 2008 08:23

    Je constate que M. Allègre est tout aussi compétent en économie qu’en vulcanologie ou en climatologie. Quelle chance pour les français d’avoir un homme d’une telle valeur.

    Je ne comprends pas que le monde entier ne nous l’envie pas et, qu’au contraire, il s’en moque !


  • tvargentine.com lerma 14 août 2008 11:45

    Si il fallait expliquer pourquoi des citoyens et des citoyennes ont voté en masse pour Nicolas Sarkozy même si cela à pu être difficile ,Claude Allègre résume bien l’état d’esprit de la société des citoyens et citoyens de gauche non sectaire (extreme gauche) qui voulaient une rupture et un changement profond.

    Dans votre commentaire vous tirez le débat vers le bas,car même des citoyens de gauche spéculent à la bourse et cela fait parti d’une économie de marché

    Vous devriez chercher à comprendre comment cela fonctionne plus que de faire des raccourcis simplistes

    Oui,Nicolas Sarkozy fait un programme réaliste de transformation de la société qui est un bon programme.

    Concernant le logement,(relire mon article sur le logement social)

    Vous devriez demander au Maire de Paris qui grace à la spéculation immobilière à encaissé 700 Millions d’euros
    Si les personnes en France ne peuvent plus se loger c’est que les villes,les collectivités,les regions investissent l’argent dans des bureaux ou dans des investissements débiles (HLM au Pérou.....)

    Mais reconnaissez que les socialistes qui ont soutenu S.ROYAL sont les 1er à pratiquer cette politique du pire dans le domaine du logement et de l’exclusion






    • K K 14 août 2008 12:09

      Si les HLM au Pérou sont de l’aide à ce pays suite au tremblement de terre, je trouve que c’est plutot une bonne chose.

      Claude Allègre a commencé à détruire sa réputation scientifique, il se penche maintenant sur sa réputation politique avec le même succés. Il souhaite redevenir ministre ?


    • nick 14 août 2008 12:12
      par lerma (IP:xxx.x1.72.24) le 13 avril 2007 à 09H30

      Nicolas Sarkozy doit être combattu sur ses idées et nous
      pouvons constater que ses idées sont celles d’une droite
      qui ressemble à celle de Berlusconi et de Ms Asnar,tous deux,grands amis,à l’époque de G BUSH et de la guerre en
      IRAK.

      Rappelons nous les propos de N SARKOZY à l’époque,lui était
      pour l’alignement de la position française sur les USA et
      l’envoi de troupes françaises en IRAK.

       

       

       

       

       

       

       

      Chaques jours qui passe démontre l’echec de cette guerre

       

       

       

       

       

       

       

      Dans quelle merde,Nicolas SARKOZY aurait mis LA FRANCE si
      il avait été président de la République.

       

       

       

       

       

       

       

      En terme économique,N.SARKOZY ne s’attaque pas à ses amis
      du BTP qui emploient enormement de sociétés sous-traitantes
      qui ne respectent pas la legislation française du droit du
      travail ainsi que du salaire minimum légal au travailleur.

       

       

       

       

       

       

       

      Etrange !

       

       

       

       

       

       

       

      En terme de sécurité de la personne,la situation est encore
      plus grave car maintenant nous avons aussi bien peur d’une
      bavure de la police que d’un multi-recidiviste qui viendrait vous agresser et que dire des statistiques bidonnées de baisses de l’insécurité,dont les premières
      victimes sont les fonctionnaires de police,qui n’osent plus
      rentrer ici ou là,car zones de non de droits,livrés aux trafiquants.

       

       

       

       

       

       

       

      En terme de politique économique,Nicolas SARKOZY durant 5
      ans,n’a pas déposé un projet de loi pour supprimer les
      35 h Aubry !

       

       

       

       

       

       

       

      En faite,Nicolas Sarkozy,l’a dit,ce qu’il interesse c’est
      le pouvoir.

       

       

       

       

       

       

       

      Il convient de faire un parallèle entre les populistes qui
      ont dirigé l’Argentine et ruiné l’Argentine et le populisme de Nicolas SARKOZY car c’était un peu les mêmes idées qui ont ruiné un pays très riche

       

       

       

       

       

       

       

      Allons nous laisser Nicolas SARKOZY ruiner la France ?

       

       

       


      http://www.tvargentine.com


    • ZEN ZEN 14 août 2008 11:49

      Claude Allègre attend visiblement un prochain marocain


      • Marc Bruxman 14 août 2008 12:26


        Un sous-maroquin pour Besson, un joli hochet pour Kouchner, bientôt un sous-maroquin pour Allègre ou Lang, M. Sarkozy ne comprend-il donc pas qu’il fait des cadeaux aux pires rebuts du P.S. que plus personne n’apprécie, à gauche comme à droite (pardon, sauf Lerma), et qu’ainsi il déçoit autant d’impétrants de son camp ?
        Sans doute obsédé par la démolition du P.S., il ne voit pas le prix qu’il paie pour satisfaire sa manie.


        Alors oui c’est sur au PS, il reste François Hollande aka Flamby, Segoléne Royale aka Becassine, Laurent Fabius aka girouette passée du libéralisme à l’extréme gauche, du oui à l’europe au non à l’europe. Ca c’est sur qu’il y a une dreamteam à gauche. Je ne dis pas que j’apprécie Lang de chévre, mais bon ca a une autre classe que Flamby et Becassine quand même.

        Au PS, il reste Delanoe que tout le monde n’apprécie pas mais qui parait compétent. En tout cas, à Paris il a fait du beau travail ce qui n’était pas évident alors que le vert était dans le fruit. Mais en cas d’élections je crains qu’on ne voit l’homophobie la plus abjecte ressurgir à son sujet. Paris est une ville relativement tolérante sur ce sujet, je crains que dans la France profonde ca passe beaucoup moins bien.

        En dessous, il y a une belle équipe de bras cassés et c’est le problème. C’est que Delanoe va en chier pour constituer une équipe valable.

        Enfin concernant le fait de forcer l’implosion du PS pour Sarkozy, le but est peut être de permettre à un nouveau PS analogue aux partis socialistes étrangers de naitre en France. On a le PS le plus rétrograde d’europe. Cela bloque la vie démocratique. A long terme, c’est mauvais pour l’UMP car le nouveau PS qui naitra en sortira renforcé alors que le PS actuel ne peut gagner que des élections locales. Mais en le brisant maintenant, il permet d’assurer la ré-election en 2012 ce qui devrait permettre de finir le programme de réformes prévu sur 10 ans. Il sera alors temps de passer la main. Lorsque l’économie sera libérée il faudra agir sur le terrain des libertés individuelles. Et c’est la que reconstituer un PS non marxiste est intéressant.





      • sisyphe sisyphe 14 août 2008 14:01

        Bruxman, en bon petit propagandiste de la droite la plus archeo-néocon du monde, n’a qu’un souhait : qu’une fois la France enfin alignée sur ses modèles anglo-saxons qui se barrent en c....., elle ne comporte plus que des partis de droite ; PS y compris.

        Quant aux appellations de flanby et becassine, elles montrent la distinction, l’élégance et la dignité du personnage.

        Un discours au niveau de la pensée : largement au dessous de zero.


      • Jean-paul 14 août 2008 15:01

        Sysiphe comme d’habitude se permet d’insulter ceux qui ne sont pas d’accord avec lui .
        La droite la plus archeo neocon du monde !!!!
        Mais a propos de la gauche sans doute la plus adaptee et la plus intelligente du monde .


      • sisyphe sisyphe 14 août 2008 15:35

        Aucune insulte là-dedans, mon brave !
        Néocon est le diminutif de néoconservateur, employé par les néoconservateurs eux-mêmes...
        Archeo est un substantif qui indique que la doctrine néocon est déjà vieille d’une bonne quarantaine d’années, largement démontée par les faits.
        En revanche, archéo-néocon sonne bien, et figure exactement la droite française.... par une judicieuse assonance !  smiley


      • ZEN ZEN 14 août 2008 19:19

        Pff ! grosse fatigue...


      • Marcel Chapoutier Marcel Chapoutier 14 août 2008 11:52

        Allègre dit n’importe quoi comme toujours, c’est lui faire beaucoup d’honneur de parler de lui, même négativement, il faudrait que ce soit une règle dans les médias.

        Allègre, qui est-ce ?...


        • Marc Bruxman 14 août 2008 12:11

          Claude Allégre a très bien compris ce dont il retourne. Le monde change très vite en ce moment à la fois au niveau technique et au niveau géopolitique. Soit la France change et elle reste en course, soit elle ne change pas, et on deviendra un pays pauvre.

          Prenez Laure Manaudou, elle ne s’est pas entrainée pendant 6 mois et toute championne qu’elle est, elle a coulée. Nous s’est pareil, si on continue à se laisser buller sans faire ce qu’il y a a faire, on coulera.

          Le probléme c’est qu’Allégre se permet de dire ce qu’il dit parce qu’il a un boulot bien payé et assuré et que la politique il s’en fout c’est un homme libre, pas comme ces Fabius, Royal, Buffet et autres qui sont des politiques professionnels et sont prêts à tout pour être élus y compris a faire couler leur peuple.

          L’idéologie communiste dont l’article transpire a plein nez et donc on a une confirmation dans la signature de l’auteur a déja entrainé de nombreuses nations à la ruine. Aujourd’hui il nous reste en représentant la Chine (mais qui n’est plus coco dans les faits même si les scolaires ont encore un cours de Marxisme-Léninisme ou on leur explique la "théorie de la triple représentativité" qui justifie que le capitalisme soit introduit en Chine), le Vietnam (pareil que la Chine en moins avancé) et pour finir la Corée du Nord.

          Lorsque la France aura compris que le bolchévisme n’est pas une idée romantique mais une idée nauzéabonde au même titre que le nazisme, il y aura un grand pas de fait.



          • Medkorp Medkorp 14 août 2008 12:56

            Salut !

            C’est fou comme certains ne comprennent pas.

            Personne n’idolatre le communisme ou le nazisme, mais certains nous prennent encore pour des ...

            Ce que vous n’avez pas saisi, c’est que nous comprenons parfaitement le monde actuelle, fait de grand patrons, de dirigeants et bien sur des travailleurs que nous sommes.

            Déjà que métro, boulot, dodo c’est pas marrant nous faire bouffer la pillule il n’y a pas le choix sinon cela va etre encore plus dur...cela commence doucement à faciliter le transit intestinal...

            Nous ne vivons pas pour etre esclave, ni pour la compétitivité d’un pays ou seuls les puissants ont de réels droits.

            Il y a longtemps la France à fait une révolution, certaines personnes comme vous devaient leur dire à l’époque qu’ils n’avaient rien compris et que le monde ne fonctionnait pas comme cela et pourtant la révolution à bien eu lieu.

            Continuons sur cette lancée, consommation effrené pour ceux qui ont les moyens et ceinture pour les autres et certains voudraient en plus que l’on soit content ? Dite moi vous etes de droite ?



          • Marc Bruxman 14 août 2008 13:55


            Il y a longtemps la France à fait une révolution, certaines personnes comme vous devaient leur dire à l’époque qu’ils n’avaient rien compris et que le monde ne fonctionnait pas comme cela et pourtant la révolution à bien eu lieu.


            Non c’est justement les libéraux qui ont fait la révolution pour ne pas qu’une caste de privilégiés d’état (les nobles) les empéchent de réussir.
            La révolution était très libérale dans son idéologie. Elle ne réclamait pas du fric pour tous, mais tout simplement l’égalité des régles du jeu. Une telle révolution serait effectivement utile à l’heure actuelle ou l’état Français est redevenu pléthorique.

            N’oubliez jamais qu’en 1789 les commercants et entepreneurs n’avaient aucun droit. C’est eux qui ont été les grands bénéficiaires de la révolution. Ils n’ont fait que prendre un pouvoir qu’ils avaient déja dans les faits.

            Aujourd’hui cela recommence avec une classe de privilégiés d’état pléthoriques (fonctionnaires) et un état qui veut restreindre les libertés pour se maintenir au pouvoir. Ce que vous feignez d’ignorer c’est que les pauvres aussi paient pour cette classe de privilégiés via la TVA.

            Continuons sur cette lancée, consommation effrené pour ceux qui ont les moyens et ceinture pour les autres et certains voudraient en plus que l’on soit content ? Dite moi vous etes de droite ?


            Non je suis libéral au sens du libéralisme classique. La droite actuelle n’est pas libérale. Je suis plus proche d’un parti comme Alternative Libérale que d’un parti comme l’UMP.

            Lorsque l’on vous décrit l’UMP ou le parti de Bush comme étant libéral, on vous ment. Cela dit la gauche ne l’est pas non plus.


          • sisyphe sisyphe 14 août 2008 14:04

            Bruxman :


            L’idéologie communiste dont l’article transpire a plein nez et donc on a une confirmation dans la signature de l’auteur a déja entrainé de nombreuses nations à la ruine. Aujourd’hui il nous reste en représentant la Chine (mais qui n’est plus coco dans les faits même si les scolaires ont encore un cours de Marxisme-Léninisme ou on leur explique la "théorie de la triple représentativité" qui justifie que le capitalisme soit introduit en Chine), le Vietnam (pareil que la Chine en moins avancé) et pour finir la Corée du Nord.

            Lorsque la France aura compris que le bolchévisme n’est pas une idée romantique mais une idée nauzéabonde au même titre que le nazisme, il y aura un grand pas de fait
            .


            Bruxman est en train de rafler toutes les médailles de l’épreuve des points Pavlov !
             smiley smiley


          • herve33 14 août 2008 14:17

            Bruxman : le mur de Berlin , cela fait 20 ans qu’il n’existe plus . Le monde change très vite mais vous êtes au temps de la guerre froide .

            L’économie ne se fait plus au niveau des Etats , mais au moins au niveau des continents , et surtout au niveau mondial . Que la France se réforme ou pas , nous sommes tous embarqués dans le même bateau , et force est de constater que celui -ci commence sérieusement à tanguer .
            Dans une version les plus optimistes , la croissance des pays émergeants va au mieux stagner dans les mois qui viennent , . Les US vont connaitre une crise presque aussi grave que 1929 quoique différente et l’Europe subira le contre coup de cette crise .



          • Marc Bruxman 14 août 2008 16:19

            Bruxman : le mur de Berlin , cela fait 20 ans qu’il n’existe plus . Le monde change très vite mais vous êtes au temps de la guerre froide .

            Non non je n’y suis plus mais c’est pas pour cela que j’oublie. C’est comme le nazisme vous voyez ce n’est peut être plus d’actualité mais je sais que ca pue. Et bien le  communisme c’est pareil. On a peut être plus Staline et sa bande de voyous ou le génocidaire Pol Pot mais on sait ce qui nous attend si on porte ces gens comme le facteur au pouvoir.


            L’économie ne se fait plus au niveau des Etats , mais au moins au niveau des continents , et surtout au niveau mondial .


            Jusque la on est d’accord !

            Que la France se réforme ou pas , nous sommes tous embarqués dans le même bateau , et force est de constater que celui -ci commence sérieusement à tanguer .

            Non non ! L’économie pour prendre la métaphore du bateau c’est la mer. Et quand vous avez un bateau inadapté à la mer que vous affrontez vous coulez. Si on doit se prendre une tempéte, je préfére avoir un bateau fait pour plutot que de me trouver sur un zodiac.

            Dans une version les plus optimistes , la croissance des pays émergeants va au mieux stagner dans les mois qui viennent , . Les US vont connaitre une crise presque aussi grave que 1929 quoique différente et l’Europe subira le contre coup de cette crise .

            Oui on va se prendre une crise économique, et elle est d’ailleurs déja la. Cela ne sera ni la premiére ni la derniére. Et elle est avant tout du à la distortion du gouvernement américain qui a voulu augmenter la masse monétaire croyant pouvoir éviter la crise économique. Il a réussi à la retarder mais maintenant que le barrage a cédé, cela va être terrible.



          • FYI FYI 14 août 2008 16:51

            C’est pathétique, la France n’a jamais été aussi riche et pourtant, nous sommes en présence de bataillons de pauvre, la classe moyenne se paupérise et pourtant BRUXMAN, le néocon junior, nous demande d’ouvrir les yeux et de nous adapter encore plus vite ...

            Le problème n’est pas la capacité des citoyens de s’adapter, les français ont une main-d’oeuvre très qualifié, mais la répartition de richesse entrepris par les néocons qui osent de surcroit nous dire que nous ne travaillons pas assez.... Le cynisme a ses limites.
            A quand un Poutine à l’UE ?


          • vieuxconCGT vieuxconCGT 15 août 2008 12:50

            Pour la finesse de l’analyse, ajoutons l’homophobie de la province des culs terreux, puisque selon Bruxmann la tolérance n’a cours que dans Paris. Il doit confondre France et Amérique profonde... Espèce d’Allègre !


          • Calito 14 août 2008 12:35

            J’aime bcp lire ce type d’articles.
            La haine que porte les gens de gauche vis à vis de ceux qui les ont reniés ets savoureuse.
            Continuez à vous battre les gars.


            • herve33 14 août 2008 13:50

              Claude Allegre est devenu comme certains éléphants du PS comme Jack Lang , Bernard Tapie , Kouchner , de véritables Sarkozystes , tout simplement par opportunisme , car notre Monarque de Président leur a promis un poste d’ouverture dans leur futur gouvernement .

              De plus , Mr allègre n’est plus à une bétise près , après avoir affirmer que le réchauffement n’est pas si grave qu’on veut nous le faire croire . Il veut nous faire gober que la mondialisation est une avancée pour le bien etre des citoyens .

              Cette mondialisation que l’on vend à coup de délocalisations , de suppressions de postes et mise en pièce des services publiques , et désormais derrière nous .

              Cette gigantesque farce va bientôt prendre fin , et nos politiques vont devoir revoir leur copie , la croissance s’est finie tout simplement car les ressources de notre planète sont limitées . Il va falloir apprendre à vivre autrement .



              • TSS 14 août 2008 14:00

                c’est triste à plus de 70 ans d’avoir le cerveau remplacé par dez la gelée de coing !!


                • Jean Lasson 14 août 2008 14:15

                  On sent bien que toute la tribune d’Allègre n’est qu’un habillage de "[...] Nicolas Sarkozy a fondamentalement raison". Comme en patinage, c’est la "figure imposée" de l’exercice et Allègre l’exécute avec son style de pachyderme.

                  Le seul intérêt du texte d’Allègre, c’est de montrer ce qu’il faut faire désormais - et en public ! - pour accéder à quelques miettes de pouvoir et de pourboire. Spectateurs involontaires de cette humiliante prestation, nous constatons que, sous Sarkozy, l’obscénité n’a plus de limite smiley


                  • Stephane Guezenec Stephane Guezenec 14 août 2008 16:03

                    La haine de l’extrême gauche pour la gauche réaliste fait toujours plaisir à voir. Cet article idiot et mal écrit permet à tous les décérébrés besancenistes de cracher leur venin. On sent bien qu’il ne leur en faudrait pas beaucoup pour annuler le suffrage universel et rétablir la peine de mort pour les collabos. Alors les gars, c’est chouette la démocratie ?


                    • sisyphe sisyphe 14 août 2008 16:11

                      Tiens !
                      un allègre Allegriste !
                      Il en existe donc ?
                       smiley


                    • Jean Lasson 14 août 2008 16:41

                      Stéphane Guenezec écrit : "La haine de l’extrême gauche pour la gauche réaliste fait toujours plaisir à voir. [...] Alors les gars, c’est chouette la démocratie ?"

                      Votre "gauche réaliste" est bien celle qui s’est abstenue hypocritement pour faire adopter le TCE, à Versailles en février, contre la volonté dûment exprimée du Peuple ?

                      Alors oui, mon gars, c’est chouette la démocratie. Et votre "gauche réaliste" n’est ni de gauche, ni démocratique. C’est une imposture qui n’arrive même plus à habiller l’appétit carriériste de ses membres. L’outrance courtisane d’un Allègre aide à exposer cette corruption.

                      Dans le temps, les communistes qualifiaient les socialistes de "sociaux-traîtres". Moi qui ai voté socialiste - je l’avoue - de nombreuses fois au siècle dernier, je suis bien obligé de constater que ce qualificatif de "social-traître", appliqué à votre "gauche réaliste", s’avère juste.


                    • Leveque 14 août 2008 16:37

                      Ce qui me fatigue, dans les articles des gens de gauche et particulièrement des communistes,
                      c’est qu’ils ont une propension à tout savoir qui est extraordinaire.
                      Le bien c’est eux, le mal, c’est les autres : bush, sarkozy, berluconi...etc
                      et d’ailleurs les autres,  tous dans le même panier : Tous des pourris !!

                      A les écouter, personne de vivant et aujourd’hui au pouvoir n’est respectable, ni Sarkozy, ni tony blair,
                      ni Berlusconi, ni Angela Merkel, ni Poutine, ni Bush.

                      Donc ils vont chercher des symboles, des Salvador Allendes, des Chés Guevarra, des résistants etc....

                      ils transpirent désormais une haine puante contre Sarkozy, une haine qui porté à ce point ne peut signifier qu’une seule chose : la jalousie.
                      Car il réussit malgré tout, il fait des choses, il bouge doucement les choses, et les Francais le sentent.

                      Dans un sens qui plait ou non, mais avec l’assurance du mouvement !

                      La gauche, elle, s’enferme dans une dénonciation grotesque du libéralisme, du capitalisme, de la dictature,
                      de la CIA de bush, décréte ce qui est bien ou mal, sans jamais rien n’en appliquer.

                      il y a ceux qui décrétent le bien et le mal, et ceux qui "font" la France et l’histoire de demain.

                      Vous parlez de Craonne en critiquant Nicolas Sarkozy,
                      et vous prennant pour un poilu sacrifié,
                      Que pensez vous alors des déserteurs soviétiques que Staline a fait executés ?
                      Deux poids deux mesures ?


                      • Alain Terrieur 14 août 2008 16:41

                        Bravo et merci à Monsieur Renève qui en une dizaine de posts a tenu à nous faire partager sa haine de Monsieur Allègre.

                        Monsieur Renève illustre à merveille le caractère sectaire et réactionnaire de cette gauche haineuse et donneuse de leçons, figée dans une idéologie inconsistante aujourd’hui largement et définitivement décrédibilisée. La haine et l’exclusion sont les 2 seuls derniers ciments qui fédèrent la gauche.

                        Le monde qui bouge vous dit merci de nous rappeler à quel point la gauche que vous représentez s’est elle même exclue du nouveau paysage politique.

                        Excluez, excluez, Monsieur Renève, vous caricaturez si bien votre clan sectaire.


                        • Alain Terrieur 14 août 2008 17:01

                          http://www.lefigaro.fr/politique/2008/06/03/01002-20080603ARTFIG00563-charasse-le-ps-ne-dit-plus-la-verite-aux-francais.php

                          Exclu du Parti socialiste, le sénateur du Puy-de-Dôme vient d’adhérer au groupe RDSE (Rassemblement démocratique social et européen) qui compte désormais 17 membres.

                          LE FIGARO. Dans quel état d’esprit êtes-vous après votre exclusion du PS ?
                          Michel CHARASSE. Très zen. Pour moi comme pour beaucoup de Français, il y a un certain temps que le niveau du PS ne dépasse pas celui des trottoirs municipaux, sujet sur lequel il faut reconnaître que les socialistes sont très bons !

                          Qu’entendez-vous par un « certain temps » ?
                          Le PS s’est étiolé petit à petit jusqu’à la déchirure brutale de l’échec de Lionel Jospin, en 2002. C’est comme un bassin qui se vide : contrairement à ce qui se passait sous François Mitterrand, nous ne parlons plus aux Français pour leur dire la vérité, mais pour distraire les médias sur des sujets secondaires, des questions de société qui n’intéressent le plus souvent que les minorités.

                          Vous pensez au pacs ?
                          Oui, mais pas seulement. Que disons-nous par exemple aux Français, depuis des années, sur l’avenir des retraites ? Aujourd’hui comme en 2003, au moment de la loi Fillon, nous n’avançons aucune proposition courageuse. Le gouvernement réforme tout seul, et nous ne savons que dire non. Avec, parfois, des propositions d’une démagogie effrénée : il se trouve encore des élus PS pour faire croire à des pauvres gens que nous reviendrons à 37,5 ans de cotisation ! Sur un sujet fondamental qui angoisse tant les Français, les socialistes se taisent parce que dire la vérité en face, ce serait se mouiller sur la durée des cotisations, leur montant, éventuellement le niveau des retraites, sans parler de l’âge de départ ! Vous les voyez, ces frileux, se lancer là-dedans ? Oh, ils ont été courageux sous Rocard et sous Jospin, pour faire le bilan objectif de la situation des retraites. Mais ils se sont bien gardés d’annoncer la moindre mesure ! Au fond d’elle-même, la direction du PS est ravie que la droite se tape le sale boulot. Lionel Jospin avait décidé de n’aborder le sujet qu’une fois élu, de peur, sans doute, que dire la vérité lui fasse perdre les élections. Eh bien, l’absence de vérité a réglé l’affaire !

                          Est-ce aussi la raison de l’échec de Ségolène Royal ?
                          Entre autres. Les Français n’ont jamais su ce qu’elle ferait sur les retraites ! Elle s’est bien gardée d’y réfléchir, et surtout de faire des propositions. Il faut dire qu’un sujet de cette importance est difficile à aborder dans le cadre de réunions participatives Tupperware… Je suis frappé aussi par le silence du PS sur la situation et sur l’avenir des finances publiques, sécurité sociale et budget de l’État. Le traité de Maastricht de 1992 nous impose de réduire nos déficits de 80 à 100 milliards d’euros d’ici à 2012. Il a été négocié par un président et un gouvernement socialistes, soutenu par une majorité socialiste et approuvé par référendum par les Français, appelés par le PS à voter oui ! Le gouvernement actuel s’attaque au problème dans la douleur et sous les lazzis des socialistes, mais que proposent-ils à la France pour appliquer « leur » traité et pour que notre pays reste écouté et respecté en Europe ?

                          Pourtant, le PS parle sans cesse des déficits…
                          Oui, tous les jours, sans doute pour faire sérieux et responsable. Mais quant aux solutions, c’est autre chose. Faut-il des impôts et/ou des cotisations sociales supplémentaires ? Silence ! Des économies budgétaires et sur les dépenses sociales ? Motus ! Et quand on les pousse dans leurs retranchements, ils brandissent le paquet fiscal, qu’ils proposent d’abroger, ce qu’ils ne feront pas, notamment sur les heures supplémentaires et les droits de succession. En ajoutant aussitôt qu’ils redistribueront les 15 milliards ainsi récupérés en pouvoir d’achat. 2012 attendra ! En même temps, ils refusent bec et ongles la moindre participation des patrimoines au financement de la dépendance. Autrement dit, ils trouvent tout à fait normal qu’un pauvre type, qui n’aura jamais de maison ni d’appartement, paie des impôts pour permettre à un propriétaire de transmettre son bien à ses héritiers qui, peut-être, ne se sont jamais occupés de lui. C’est peut-être de la justice socialiste, mais ce n’est pas de la justice sociale ! Et je pourrais citer d’autres exemples : que propose le PS pour compenser la montée du prix de l’essence, si ce n’est de laisser le pauvre Sarkozy ramer tout seul ?

                          Le PS va encore vous accuser de sarkozysme…
                          Même exclu du PS, je reste socialiste. Je le suis depuis 46 ans, donc bien plus longtemps que beaucoup des adhérents actuels, et pas grâce à une carte à 20 balles ! Je voudrais que ce parti, que j’ai servi toute ma vie parce qu’à travers lui je voulais servir la France, sorte à son prochain congrès des propositions sérieuses et courageuses. Qu’il cesse de se demander s’il est libéral ou pas, participatif ou pas… Aujourd’hui, quand on prononce le mot « partage » au PS, combien sortent leur revolver ? Notre sociologie n’est plus celle du pays. François Mitterrand disait que, pour gouverner la France, il faut aimer les Français. Le nombrilisme quotidien ne me paraît pas être la forme d’amour que nos concitoyens attendent des socialistes.

                          Après votre exclusion, dans quel groupe allez-vous siéger au Sénat ?
                          J’ai adhéré mardi au groupe RDSE, où je retrouve mes amis radicaux de gauche qui, eux, sont de vrais républicains et de vrais laïcs.


                        • sisyphe sisyphe 14 août 2008 17:36

                          par Alain Terrieur (IP:xxx.x5.131.88) le 14 août 2008 à  16H41

                           

                          Le monde qui bouge vous dit merci

                          Monsieur Terrieur,

                          Puisque vous avez la chance de faire partie du "monde qui bouge", vous ne voudriez pas en profiter pour essayer de le faire bouger dans le bon sens ?
                          Celui d’une plus grande justice, et d’une meilleure redistribution des richesses ?
                          Merci d’avance.
                           smiley


                        • jeanclaude 14 août 2008 16:48

                          Je pense que M. Allègre a raison et l’histoire concluera un jour que si les socialistes français l’avaient écouté, lui et d’autres de la gauche, l’évolution de la France en aurait profité.

                          Votre argumentation est insignifiante et vous êtes plus dans l’émotion et dans l’idéologie que dans la réfutation. Les sentiments que vous portez à Allègre ne vous permettent pas de faire la différence entre l’homme, le militant et l’observateur, ce dernier ayant peut-être quelque chose à dire.

                          • ou bien Allègre a tort. Dans ce cas, à vous suivre à la lettre, il n’y a pas de lien direct entre "le bien-être des français" et "le développement de la France". Dans ce cas expliquez-nous comment notre bien-être peut s’améliorer avec une économie qui s’essoufle et se fragilise.
                          • ou bien Allègre a raison. Dans ce cas demander aux seuls actionnaires de monter au créneau est soit une blague, soit une bétise. L’actionnaire va là où ses actions porduisent du profit. C’est la règle - on peut l’aimer, l’accepter ou la haïr. En attendant c’est elle qui nous gouverne.
                          Comme beaucoup de concitoyens, je me préocupe de l’avenir - dont celui de mes enfants et connaissances. Je ne puis donc vous suivre et je suis obligé de dire que vous êtes-même dangereux. On n’est jamais d’accord avec tout le programme d’une majorité, on peut être exaspéré par certains aspects de la personnalité de notre président. Il fait des réformes qu’une majorité d’économistes et d’observateurs estiment devoir être faites depuis des années.

                          Cela va au-delà d’une querelle droite-gauche. Le positionnement d’une gauche anticapitaliste n’apporte rien, puisqu’elle n’accédera jamais au pouvoir. Par contre le fait que la gauche n’arrive pas à une analyse suffisante pour entrer dans l’action est une catastrophe pour la France. Puisqu’elle assure la partie la plus libérale d’être aux affaires pour une durée indéterminée. Alors qu’une partie des réformes pourrait être menée dans un esprit plus social.

                          • A. Nonyme Trash Titi 14 août 2008 17:11

                            Tiens un coco qui tire sur un socialo. . Sympa cet article !


                            • jeanclaude 14 août 2008 17:15

                              Je poursuis, car j’ai volontairement répondu à l’auteur avant de lire les posts.

                              Je suis de plus en plus ennuyé, exaspéré et catastrophé par la teneur des propos des intervenants de gauche dans cet article et sur AV.

                              Il n’y en a plus que pour vilipender le président des E.U., des Français, l’Europe, les "traîtres" au parti socialiste, sinon le parti-traître. Toutes les ressources intellectuelles et passionnelles sont mobilisées sur ces assauts polémiques

                              Une réflexion sur l’évolution de la France et du monde orientée vers des propositions réalisables, je n’en vois que peu.

                              Le fond de références est tout aussi déconcertant. On cite ici Craonne, ailleurs les Lumières, 1789, la commune, la loi de séparation de 1901. Comme si toute la contemporéanité pouvait être éclairé par cette voute idéologique illuminatrice, entrée dans l’intemporalité. Comme si tous les peuples et nations avaient adhéré à cette nouvelle scholastique.

                              Ici pour le cas d’Allègre, au lieu de faire la part des choses et d’enchaîner avec une vraie contrargumentation, on entre rapidement dans la discrimination symbolique d’une parole qui n’a plus le droit d’être prise en considération, car venant d’un traître.

                              C’est bientôt le néant d’une vraie pensée politique, c’est à dire, au-delà de la révolte, attentive au réel, désireuse de construire.


                              • sisyphe sisyphe 14 août 2008 17:42

                                Le problème d’Allègre n’est pas tant qu’il soit un "traitre" ; c’est surtout qu’il est con comme un balai, et, sur tous les plans, systématiquement à côté de la plaque.
                                Toutes ses visions sont fausses ; aucun esprit d’analyse, aucune lucidité (il va jusqu’à nier le réchauffement planétaire), des diagnostics systématiquement faux...
                                Il n’excelle que dans la prétention, la forfanterie, la suffisance, et le léchage de bottes pour satisfaire sa petite soif de pouvoir.
                                Allègre aux chiottes ! smiley


                              • Marc Bruxman 14 août 2008 17:54

                                Vous avez tout à fait raison, le niveau des posts de l’ultra gauche sur ce site est de plus en plus affligeant.


                                Une réflexion sur l’évolution de la France et du monde orientée vers des propositions réalisables, je n’en vois que peu.


                                Non car le réalisme implique d’abandonner certains réves érigés en religion pour une certaine catégorie de la population. C’est pour cela qu’elle est prête à tout pour ne pas voir ce qui est en train de se passer. Un peu comme l’église qui ne voulait pas voir que la terre tournait autour du soleil, l’extréme gauche ne veut pas le réalisme économique car cela ruinerait complétement son idéologie fondatrice.

                                Or, reconstruire une idéologie c’est compliqué. Et on a pas d’idéologie de remplacement. Alors même si il devient de plus en plus difficile voire impossible d’argumenter, il ne faut pas remettre en cause le dogme.

                                Lorsque cela n’est pas possible, on se perd en insulte, on traite les gens de "neos-cons", ou on récite l’idéologie, "les pauvres toujours plus pauvres, les riches toujours plus riches". Idéologie qui reste vraie tant qu’on ne l’a pas remis dans le contexte de l’an 2000. 

                                Le fond de références est tout aussi déconcertant. On cite ici Craonne, ailleurs les Lumières, 1789, la commune, la loi de séparation de 1901. Comme si toute la contemporéanité pouvait être éclairé par cette voute idéologique illuminatrice, entrée dans l’intemporalité. Comme si tous les peuples et nations avaient adhéré à cette nouvelle scholastique.


                                On emploie des références du passé car on en a plus à citer dans le présent. C’est le début du renoncement et cela touche toute la politique étatiste traditionelle.

                                Quand Sarkozy a voulu recrée de la ferveur nationale, il a ressorti Guy Moquet du formol. Que représente la guerre de 39-45 pour un jeune lycéen d’aujourd’hui ? Plus grand chose. La aussi, toute l’idéologie du gaullisme qui a fondé la France de l’après guerre est maintenant difficile à maintenir car ses symboles ne sont plus adaptés au monde moderne. Alors on nous ressort toujours les memes symboles éculés.

                                Pour la gauche c’est Jaurés, la loi 1901, la commune, pour la droite c’est De Gaulle. Que ces symboles soient des éléments respectables de notre passé, soit ! Mais maintenant,il faudrait vivre dans l’avenir et vouloir relever les défis.

                                La on est dans la situation d’un mec qui refuse d’aller aux jeux olympiques pour remettre son titre en jeu. Oui il pourra effectivement perdre la compétition et se prendre une raclée public si il est mauvais. Mais ce qui est sur c’est que si il ne va pas aux JO il perdra son titre olympique.


                              • sisyphe sisyphe 14 août 2008 19:13

                                Bruxman :
                                l’extréme gauche ne veut pas le réalisme économique

                                Ben non ; et pas que l’extrème gauche !
                                Si le "réalisme économique" est la perpétuation du système actuel, c’est à dire d’une financiarisation totalement dérégulée, qui fait le jeu et la fortune de quelques spéculateurs et grands groupes financiers, aux dépens des 9/10ème des habitants du monde, si c’est l’aggravation des inégalités, la captation des richesses par une infime minorité, la production de misère pour les 2/3 de l’humanité, les famines, les exodes, la privatisation du vivant, la mise à sac de la planète, la malutrition, la désolation et la mort, et, pour parler de la France, 7 millions de personnes sous le seuil de pauvreté, l’explosion du nombre de sdf, la paupérisation des classes moyennes, 3 millions de personnes mal logées ; ben non, nous n’en voulons pas.
                                Non seulement nous, mais les 9/10ème de la planète n’en veulent pas.
                                Vous êtes un dinosaure, monsieur Bruxman ; tant sur le plan du retard de vos idées, que sur le plan du désastre carnassier.

                                Ceux qui continuent à raisonner en termes d’archéo-néoconservatisme friedmanien, sont les fossoyeurs de la planète. Votre pseudo "réalisme économique", n’est qu’un retour à la barbarie et à la loi de la jungle.
                                Partout, et depuis belle lurette, ce système a fait la preuve de son inviabilité, de ses degats, de son iniquité, de son incurie.
                                Ceux qui continuent à s’acharner à le défendre, sont soit d’énormes cons à qui l’histoire n’apprend rien, soit de cyniques profiteurs, prêts à écraser les autres, pour leur pettits avantages personnels.

                                Si vous aviez, outre un minimum d’intelligence, une once de dignité, vous n’oseriez même plus vous regarder dans la glace, tant ce que vous y verriez vous emplirait de honte, monsieur Bruxman.

                                Comme tous les dinosaures, je souhaite que l’arrivée sur terre d’une comète de justice, d’équité sociale, de fraternité et de solidarité, fasse disparaitre votre race à jamais, monsieur Bruxman.

                                Vous êtes une honte pour la dignité humaine.


                              • Marc Bruxman 14 août 2008 19:50


                                Ben non ; et pas que l’extrème gauche !
                                Si le "réalisme économique" est la perpétuation du système actuel, c’est à dire d’une financiarisation totalement dérégulée, qui fait le jeu et la fortune de quelques spéculateurs et grands groupes financiers, (....) l’explosion du nombre de sdf, la paupérisation des classes moyennes, 3 millions de personnes mal logées ; ben non, nous n’en voulons pas.
                                Non seulement nous, mais les 9/10ème de la planète n’en veulent pas.

                                Vous me faites un peu penser a ces GI qui croient que l’on pourrait faire la guerre sans qu’il y ait de victimes. Résultats lorsqu’ils se trouvent confrontés à la réalité ils se font tirer comme des lapins. Je sais très bien qu’il y a des dégats collatéraux dans le fonctionnement de l’économie. Mais je sais aussi que soit l’on accepte ces dégats et on peut les éviter pour nous mêmes soit on refuse de les voir et on va s’en prendre plein la geule.

                                Partout, et depuis belle lurette, ce système a fait la preuve de son inviabilité, de ses degats, de son iniquité, de son incurie.

                                Vous avez vu un système qui a fait moins pire ? Ah vous allez me répondre les 30 glorieuses ! Ou il y avait plus d’état et moins de financiers. Pourtant surprise, la pauvreté y était beaucoup plus élevée que maintenant et la vie des ouvriers beaucoup plus dure même si il n’y avait pas de chomage. Regardez un reportage sur les usines françaises dans les années 60 et vous allez trouver des conditions de travail dont vous ne voudriez absolument pas aujourd’hui. 

                                Je passerai bien sur sur les expériences d’applications totale du socialisme (URSS, ...) qui se sont toutes soldées par un niveau de pauvreté généralisée.

                                Ceux qui continuent à s’acharner à le défendre, sont soit d’énormes cons à qui l’histoire n’apprend rien, soit de cyniques profiteurs, prêts à écraser les autres, pour leur pettits avantages personnels.

                                Comme d’hab, pas d’accord avec vous == gros con ou gros enfoiré. Ca en est même lassant.

                                Si vous aviez, outre un minimum d’intelligence, une once de dignité, vous n’oseriez même plus vous regarder dans la glace, tant ce que vous y verriez vous emplirait de honte, monsieur Bruxman.

                                Je m’y regardes sans honte. Pour l’intelligence il parait que ca va j’ai pas été diagnostiqué avec un déficit, ca doit donc être la dignité. Je vais y réfléchir ;)

                                Comme tous les dinosaures, je souhaite que l’arrivée sur terre d’une comète de justice, d’équité sociale, de fraternité et de solidarité, fasse disparaitre votre race à jamais, monsieur Bruxman.

                                Ah c’est pas une révolution qui va avoir ma peau mais une "cométe de justice" ! La punition divine vue depuis l’extréme gauche c’est un comble !

                                Vous êtes une honte pour la dignité humaine.

                                Mais oui ! Mais c’est vous qui parler "de faire disparaitre votre race à jamais". Après le nazisme et les camps de concentration c’est mal hein ! Ce qui est bien c’est que Sisyphe a l’humanisme et la démocratie sélective. On est démocrate avec ceux qui sont d’accord avec nous. Cool ! Remarquez pour être élu c’est pratique.



                              • sisyphe sisyphe 14 août 2008 20:22

                                Bruxman :

                                Je sais très bien qu’il y a des dégats collatéraux dans le fonctionnement de l’économie. Mais je sais aussi que soit l’on accepte ces dégats et on peut les éviter pour nous mêmes soit on refuse de les voir et on va s’en prendre plein la geule


                                Dégats collatéraux ! smiley
                                De plus, votre réponse confirme exactement ce que je disais plus haut : bof, trois fois rien, les dégats collatéraux (voir ma liste du dessus) ; on les accepte (d’autant plus facilement qu’on n’en est pas victime soi-même, hein ? smiley ), et on peut les éviter pour nous-mêmes ; les autres, hein, chacun sa merde....

                                Il ne s’agit pas de "refuser de les voir" ; au contraire, il semble que ce soit vous qui refusiez : nous, non seulement, on les voit, mais, justement, on veut les supprimer, en changeant le système .
                                Et il ne s’agit pas (je précise pour le parfait pavlovien que vous êtes) de communisme, ou de retour en arrière ; il s’agit de faire évoluer ce système, par une régulation indispensable, par la taxation du capital (notamment spéculatif), la détaxation du travail, une plus juste redistribution des richesses ; bref, les mesures que la réalité IMPOSE ; pour tous ceux qu’un minimum de lucidité effleure de temps en temps...
                                Mais sans doute que votre lucidité laisse le pas à vos intérêts bien compris, n’est-ce pas, monsieur Bruxman , car vous n’avez toujours pas répondu à une question qui vous a été posée : combien gagnez vous d’argent par mois, monsieur Bruxman, qu’on comprenne un peu mieux votre point de vue ? smiley

                                Quoiqu’il en soit, je note que vous confirmez  vous-même votre statut de dinosaure idéologique...


                              • Marc Bruxman 15 août 2008 01:28



                                Alors, (ex)facho ou pas ? Vous ne m’avez pas répondu....


                                Réponse rapide, et non ! Libéral depuis assez longtemps et moins de 30 ans.

                                Je vous rappelle au passage et je l’ai écrit plein de fois que je suis pour la liberté pas seulement économique mais y compris en matiére de moeurs, la liberté d’expression totale, etc... Pas très compatible avec un programme de facho.

                                Donc non jamais le moindre contact avec le FN ou des groupuscules à la con ! Désolé !


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès



Partenaires