Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile

 Accueil du site > Tribune Libre > Politiques & citoyens > Eloge d’une voie humaine

Eloge d’une voie humaine

Le libéralisme est arrivé à son terme.

Pour comprendre la crise actuelle - crise du sens, crise du lien social, crise globale – il faut remonter à la genèse du projet libéral. 

Issu des guerres de religion particulièrement meurtrières, le libéralisme avait pour projet de résoudre la question de la violence par la « privatisation » des questions du vrai et du bien. Ainsi, il a supprimé la catégorie du bien transcendant en le remplaçant par des valeurs, propres à chaque individu. Il a crée une société neutre, où chacun est libre de vivre selon son bon désir, dès lors qu’il respecte la liberté d’autrui. Et par là, a réussi à faire vivre ensemble des individus aux croyances très diverses. 

C’est beaucoup. 

Mais, c’est aussi ce qui a conduit au relativisme, à l’effacement du souci du vrai et à la destruction du lien social. 

Le cadre juridico-politique mis en place, la voie en effet, était libre. Main dans la main, les libéralismes culturel et économique ont radicalement transformé, en très peu de temps, tout l’ordre sur lequel reposait l’ancien monde. Le guerrier s’est drapé de l’étoffe du doux commerçant, l’aristocrate a cédé sa place au trader efficace, les intérêts se sont substitués aux passions… 

Hier, l’économie libérale, a permis de démocratiser l’accès à la machine à laver. Et c’était un progrès.

Et puis chacun étant équipé, le libéralisme a instrumentalisé un ressort profondément humain, qui est celui du désir et c’est ainsi qu’a été créée la société de consommation. 

« Consomme », dit le Marché, « Jouis sans entraves » disent les libertaires. Consomme de la jouissance, jouis de ta consommation. Le couple est parfait… 

Tant et si bien qu’à la question fondamentale « quel est le sens de ma vie ? », l’individu de la société libérale-libertaire s’est mis progressivement et inéluctablement à répondre « c’est la satisfaction de mon désir, et celui du voisin m’importe peu. » 

Et puisque tout est équivalent dans un monde sans norme, l’homme est devenu lui-même un objet de consommation. Nous sommes ainsi passés du « droit de l’homme » au « droit à l’homme », du « droit de l’enfant » au « droit à l’enfant », du respect de la dignité inaliénable de chacun à son mépris éhonté. 

Certains dès lors peuvent acheter, sans mauvaise conscience aucune, des organes en provenance des pays pauvres. D’autres « débranchent » un parent malade parce qu’il n’est plus productif. Bientôt, on pourra commander des bébés sur Internet, car le désir individuel n’a plus de limites. Les conflits entre libertés individuelles se réglant devant l’instance « neutre » du juge. 

La « méthode » libérale de pacification, par la neutralisation de l’espace public, a une faille. Et par cette faille, l’acide corrosif s’est immiscé dans la sphère privée. Le libéralisme victorieux a généré de la désagrégation et du vide. 

Plus de deux siècles après l’invention libérale, que reste-t-il en somme ? 

Un homme sans histoire ni attache. Un atome sans alliance passant des contrats économiques, affectifs, virtuels, avec d’autres atomes. Si le propre de l’alliance est le don gratuit et total de soi, le contrat, révocable, n’engage pas l’être. 

Cet homme universel et imaginaire, prôné par les médias et les élites pseudo progressistes, ne croit en rien parce qu’on lui dit « tu peux croire ce que tu veux, tant que tu penses que cela n’a pas valeur de vérité. » « Tu peux vouloir faire le bien et rester fidèle aux tiens et à tes convictions. Oui, tant que cela n’a pas de poids. » 

Le vide donc, mais encore ? 

Mère Nature… Gaïa prend la place de Dieu. Panthéisme ? Dans un monde fatigué « on oublie les individus pour ne considérer que l’espèce », annonçait Tocqueville. 

 « Arrêtons de faire des enfants », car il n’y a plus rien à attendre de l’homme. Le niveau des océans monte, « sauvons l’arche, mais surtout pas Noé ! », nous disent les écologistes radicaux.

 L’homme devient second par rapport à la planète. Gaïa devient totalitaire. Telle est la réponse ultime de la « deep ecology » aux excès engendrés par l’incroyable machine planétaire à créer et à satisfaire nos désirs. 

Fin de l’histoire ? 

Bien au contraire. 

La crise est profonde, certes. Mais elle nous appelle à rechercher l’essentiel et provoque notre imagination. 

Devant le mur devant lequel nous sommes, de nouvelles pistes doivent être ouvertes. 

Nous devons trouver le moyen de recréer du lien, sans lequel aucune civilisation ne peut durer. 

Cela, nous le ferons en expérimentant la liberté non plus dans l’arrachement de toutes contraintes mais dans le fait d’agir et de s’associer avec d’autres. Entendons-nous bien, nous sommes pour la liberté, nous sommes des militants de la liberté ! Mais nous ne voulons pas d’une « liberté pour moi seul ». Pour nous, la liberté s’exerce dans la responsabilité et dans le souci de l’intérêt général. 

Nous le ferons aussi en réintroduisant le don au sein même de l’économie, car si la logique de la gratuité disparaît alors le lien social disparaît. Changer nos indicateurs de richesse en serait le chemin.

Nos libertés individuelles exacerbées doivent être régulées, sans quoi nous encourons le risque d’une « guerre de tous contre tous ». Etrange paradoxe, c’est ce que précisément le projet libéral voulait à tout prix éviter… 

Il faut donc encadrer le « marché des désirs ». Réaffirmer une chose fondamentale, à savoir que l’homme n’a pas de prix mais qu’il a une valeur inestimable. 

C’est à ces conditions que le 21ème siècle sera un siècle formidable.  

Christine Boutin, Présidente du Parti Chrétien-Démocrate



Sur le même thème

FN : la France pense tout bas
Eloge du populisme
Euro-fascisation : faire l’autruche ou affronter ? par Georges Gastaud
P.I.B., coke, crack, et lupanar…
Le rapport du CIDE sur les réseaux pédocriminels en France et ailleurs


Les réactions les plus appréciées

  • Par Fergus (---.---.---.155) 14 octobre 2010 10:06
    Fergus

    Bravo, Christine !

    Très beau et très convaincant, votre discours. « L’homme n’a pas de prix » est un formidable slogan auquel tous les humanistes ne peuvent qu’adhérer, qu’il soient croyants comme vous ou mécréants comme moi.

    Mais pourquoi Diable (pardon pour cette référence au malin) avoir si longtemps soutenu, avant d’être virée du gouvernement, cette politique de droite dure, si inégalitaire, si destructrice du lien social, si pourvoyeuse de détresse des classes populaires.

    Comment croire que votre nouvelle profession de foi puisse l’emporter sur votre désir de vendre cher un ralliement futur à Sarkozy ou quelque autre cacique qui vous réintègrerait dans le giron du pouvoir libéral ?

    Désolé, mais je ne vous fais pas confiance, et si je vous accorde une part de conviction dans vos propos, je la crois parfaitement soluble dans le creuset de vos ambitions personnelles !

    Je vous souhaite une excellente journée.

  • Par Daniel Roux (---.---.---.249) 14 octobre 2010 11:16
    Daniel Roux

    Christine Boutin a la nostalgie du monde d’antan. Ah qu’elle était belle l’époque bénie où chacun restait à sa place.

    La bourgeoisie exploitait le prolétariat, la charité apaisait les consciences, le curé régnait sur les âmes, fustigeait le révolutionnaire et promettait le paradis aux « pauvres mais honnêtes », la norme sociale était défendue par la bienséance et le voisinage, les réfractaires et révoltés étaient envoyés en prison ou dans l’armée coloniale combattre les « terroristes » de l’époque, la police tirait sur les manifestants ou les jetait dans la Seine, les jeunes femmes, abandonnées ou désespérée, avortaient dans la clandestinité ou subissait la honte d’être « fille mère », les ouvriers épuisés, s’abrutissaient au bistrot ou transcendait leur état dans le parti communiste et les syndicats, sous la surveillance soupçonneuse du pouvoir, la marmaille jouait dans les terrains vagues.

    Aujourd’hui le peuple sait qu’il est trahi par ceux là même qu’il fait vivre et qui réclament sa confiance. Il sait que la justice est un outil pour l’opprimer, que les hommes politiques sont corrompus par le grand capital et ne gouvernent qu’en sa faveur, que l’avidité des riches n’a pas de bornes et que tout est bon pour s’enrichir davantage y compris la guerres, les crimes, les vols, l’empoisonnement des hommes et de la terre.

    Si vous voulez vous rendre utile, madame Boutin, dénoncez ce que vous savez du monde politique, sa corruption, ses magouilles, ses fromages, ses caisses noires, ses ententes illicites. Dénoncez au peuple ce que vous savez des secrets et des affaires de tous ceux qui ont l’audace et l’arrogance de nous donner des leçons de morale républicaine.

  • Par frugeky (---.---.---.205) 14 octobre 2010 10:12

    C’est seulement quand on vous retire la gamelle que vous vous mettez à cracher dans la soupe ?

  • Par Yvance77 (---.---.---.51) 14 octobre 2010 10:34

    Bonjour,

    Pourquoi avoir défendu le libéralisme de Sarko pendant tant d’années alors ?

    Si vous nous aviez écouté nous nous savions déjà que c’était voué à l’échec !

    Vous me faites penser à ces femmes éconduites par leurs nouvels amants et qui s’en retournent vers leurs anciens amours une fois décues de l’actuel

    A peluche

Réactions à cet article

  • Par Fergus (---.---.---.155) 14 octobre 2010 10:06
    Fergus

    Bravo, Christine !

    Très beau et très convaincant, votre discours. « L’homme n’a pas de prix » est un formidable slogan auquel tous les humanistes ne peuvent qu’adhérer, qu’il soient croyants comme vous ou mécréants comme moi.

    Mais pourquoi Diable (pardon pour cette référence au malin) avoir si longtemps soutenu, avant d’être virée du gouvernement, cette politique de droite dure, si inégalitaire, si destructrice du lien social, si pourvoyeuse de détresse des classes populaires.

    Comment croire que votre nouvelle profession de foi puisse l’emporter sur votre désir de vendre cher un ralliement futur à Sarkozy ou quelque autre cacique qui vous réintègrerait dans le giron du pouvoir libéral ?

    Désolé, mais je ne vous fais pas confiance, et si je vous accorde une part de conviction dans vos propos, je la crois parfaitement soluble dans le creuset de vos ambitions personnelles !

    Je vous souhaite une excellente journée.

    • Par Taverne (---.---.---.38) 14 octobre 2010 11:10
      Taverne

      Christine Boutin a fait plus pour le logement social que son successeur, l’arriviste Benoît Apparu, d’ailleurs très impopulaire dans le milieu du logement social et qui a Sarkozy pour seul modèle. Il n’y connaît rien à rien ! Il paraît que lors du congrès annuel des bailleurs sociaux, on a entendu scander « Revenez, Christine Boutin ! » C’est dire à quel point il est incompétent et même dangereux ce type...

    • Par Salsabil (---.---.---.252) 14 octobre 2010 11:26

      Bravo Fergus !

    • Par Fergus (---.---.---.155) 14 octobre 2010 11:47
      Fergus

      Merci, Gül.

      Comme tu l’as compris, la tartufferie m’indispose, et celle de Christine Boutin s’apparente à celle de ces dévôts, prompts par devant à manier les grands principes humanistes, et à les trahir aussitôt par derrière pour peu que leurs intérêts soient en jeu.

      Amitiés !

    • Par Peachy Carnehan (---.---.---.110) 14 octobre 2010 16:38
      Peachy Carnehan

      La critique du néolibéralisme progresse dans les esprits, c’est bien. Maintenant, et là je suis un peu comme Fergus, je doute vraiment de la sincérité de C.Boutin.

    • Par Daniel Roux (---.---.---.249) 14 octobre 2010 17:48
      Daniel Roux

      @ Fergus

      Merci Fergus et bien vu :

      « votre désir de vendre cher un ralliement futur à Sarkozy ou à tout autre cacique.. »

    • Par Pierre JC Allard (---.---.---.52) 14 octobre 2010 17:55
      Pierre JC Allard

      Bonjour Fergus


      Je vous vois incrédule ; qui ne le serait pas ? Mais douter n"est pas nier. Vu de mon côté de l’Atlantique, ce message n’ est plus l’occasion d’un acte de foi en quiconque exécuterait ce programme, mais d’un coup de chapeau à cette esquisse qui peut avoir sa vie propre. Correspond-elle - je parle de l’esquisse - a ce que souhaiterait une fraction significative des Français ? 

      Si oui, elle mérite d’être diffusée et j’inviterai Madame Boutin a s’exprimer sur nos pages ou à nous autoriser la publication de ce message. D’autres l’on fait déjà et ont suscité beaucoup d’intérêt. Le Québec a vocation d’être le Ferney d’une France où la censure n’est plus un lointain et improbable péril mais une réalité quotidienne… Je m’en remets à vous.

      PIerre JC Allard



    • Par rocla (haddock) (---.---.---.165) 14 octobre 2010 17:58
      rocla (haddock)

      Un Ferney-Brancard ...... smiley

    • Par JL (---.---.---.71) 14 octobre 2010 18:52
      JL

      Bonjour PJCA. A votre avis, spéculer sur les denrées et matières premières, cela relève-t-il d’un désir dont on pourrait légiférer dans notre beau pays de France, ainsi que le propose dame Boutin, je cite : « Il faut donc encadrer le « marché des désirs ». »

    • Par Fergus (---.---.---.155) 14 octobre 2010 19:16
      Fergus

      Bonjour, Pierre.

      « Douter n’est pas nier », en effet, et je suis prêt à accorder un certain crédit à Christine Boutin pour l’avenir si elle prolonge cette prise de parole par des initiatives susceptibles de lui donner du corps et du sens, loin des petits arrangements d’appareil que je soupçonne en sous-main.

      Que le Québec puisse être un nouveau Ferney, pourquoi pas ? La terre est accueillante et les habitants ouverts aux débats venus de France et, à l’évidence, beaucoup plus fins connaisseurs de notre réalité sociopolitique que bien des Français. A Christine Boutin de voir si elle franchit l’Atlantique...

      Cordiales salutations.

    • Par morice (---.---.---.204) 14 octobre 2010 23:55
      morice

      « L’homme n’a pas de prix »


      comme Dieu a fait l’homme à son image la conclusion s’impose : Dieu ne vaut pas un clou.
    • Par stefcor (---.---.---.192) 18 octobre 2010 13:53

      cet article est rafraichissant mais ses opposants reproche à ce discourt son ton critique car en fait nous pratiquons la servitude volontaire vis à vis de la consommation et evidenment c’est blessant quand on nous le prouve : mais enfin le plaisir est-il reellement au rendez vous quand on consomme puisque la vente d’anti depresseur augmente : j’en doute ; mais comme tout aliéné nous le croyons et bien sur comme tout les fous nous sommes normaux

  • Par frugeky (---.---.---.205) 14 octobre 2010 10:12

    C’est seulement quand on vous retire la gamelle que vous vous mettez à cracher dans la soupe ?

  • Par TSS (---.---.---.50) 14 octobre 2010 10:17

    1)je n’accorde aucun credit moral aux « grenouilles » de benitier !!

    2)l’invention liberale, vous en avez bien profité durant votre carrière et notamment la dernière

     sinecure ,grassement payée, qui vous été proposée... !!

  • Par Capone13000 (---.---.---.191) 14 octobre 2010 10:25
    Capone13000

    La bonne blague, pourquoi n’avait vous rien fait de visible au gouvernement qui aille dans ce sens ?
    Vous savez très bien comment fonctionne notre système aujourd’hui, l’idéologie néo-libérale made in USA a appauvri l’ensemble de la planète au profit de quelques uns. Vous avez lachement participé à ce système qui vous enrichissait.

    La seul chose que je retiendrais de vous positive c’est vos doutes sur la version officielle des attentats du 11 Septembre.

  • Par UltraLord (---.---.---.2) 14 octobre 2010 10:27

    Ce sont les deux grands problèmes de notre siècle que de savoir comment recréer un lien social qui s’amenuise jour après jour et comment réintégrer l’éthique et l’égalité sociale dans la société, le travail, ...

    Malheureusement, la société de consommation a encore de beaux jours devant elle, et avec elle, le non respect de l’individu ... Tant que les gens continueront d’acheter des jouets made in china, des petits enfants continueront de travailler ... Et tant que les gens n’auront pas plus de moyens, ils continueront d’acheter bas prix, et donc chinois.

    Les inégalités se creusent de plus en plus. Mais c’est une révolution idéologique dont la société a besoin. De choisir dans quelle mesure l’individu souhaite travailler pour lui seul ou dans quelle mesure il accepte de participer à la solidarité.

    Reste le constat pour moi que le politique ne peut résoudre ce problème puisqu’il reste le choix individuel de toute personne. Ainsi donc, je ne peux qu’acquiescer vos idées. Mais pour vos solutions, je crains qu’elles ne puissent qu’au mieux participer à ne pas dégrader la situation.

    Aujourd’hui, ce n’est même plus le gouvernement qui doit changer ... c’est l’homme !

    • Par plancherDesVaches (---.---.---.147) 14 octobre 2010 20:42

      Effectivement, Gros Con.
      Le « pouvoir » ayant été acheté par les puissances financières, ta remarque est une merde dont je suis le seul qui daigne te dire que tu es un sous-humain de basse-fosse qui doit juste rapporter du fric.

      Sinon : dégages.

  • Par liberta (---.---.---.57) 14 octobre 2010 10:28


    @ Mme Boutin

    vous dites ---"réaffirmer une chose fondamentale, à savoir que l’homme n’a pas de prix----------

    Que de belles paroles Madame !!!!!!!!!! Que faisiez vous donc avec un si bel esprit au gouvernement Sarkozy, qui plus est au Ministère du Logement ?

    D’ailleurs qu’avez vous fait à ce Ministère de si éclatant qu’on s’en souviendrait aujourd’hui ?

    D’ailleurs, dès que vous avez été évincée de ce gouvernement je me souviens de vos airs outragés et menaçant Sarkozy !!!

    Afin de vous calmer il vous a fourni une mission (je ne sais plus sur quoi) TRES BIEN REMUNEREE !!! avec le fruit de nos impôts évidemment !!!!

    Alors votre article aujourd’"hui dans la droite ligne de vos pensées bienfaitrices, voyez vous me
     
    rappelle une autre face de Christine Boutin, un peu moins près du bénitier !!!!!

    Vous avez deux faces Madame !! et quand on a des responsabilités civiques, je trouve ça gênant





  • Par Yvance77 (---.---.---.51) 14 octobre 2010 10:34

    Bonjour,

    Pourquoi avoir défendu le libéralisme de Sarko pendant tant d’années alors ?

    Si vous nous aviez écouté nous nous savions déjà que c’était voué à l’échec !

    Vous me faites penser à ces femmes éconduites par leurs nouvels amants et qui s’en retournent vers leurs anciens amours une fois décues de l’actuel

    A peluche

  • Par zototo (---.---.---.138) 14 octobre 2010 10:36

    « à savoir que l’homme n’a pas de prix » La formule est joli est pleine de sens....


    Mais en étant avec la majorité qui met a mal les avantages sociaux (retraites et sécu), ça relève du grand écart...

    Enfin c’est logique qu’une catholique se sente assez mal dans un gouvernement qui mets en place le nouvel ordre des malades mentaux...
    • Par Jowurz (---.---.---.9) 14 octobre 2010 11:53

      Zozoto,

      Il faut comprendre « l’homme n’a pas de prix » au sens sarkozien c’est-à-dire L’homme ne vaut rien.

      Je me demande si la formule est aussi belle que d’aucuns le disent ?

  • Par rocla (haddock) (---.---.---.165) 14 octobre 2010 10:54
    rocla (haddock)

    Bonjour Cri-Cri

    Bienvenue chez les fous .

  • Par LE CHAT (---.---.---.148) 14 octobre 2010 11:03
    LE CHAT

    nous encourons le risque d’une « guerre de tous contre tous ». Etrange paradoxe, c’est ce que précisément le projet libéral voulait à tout prix éviter… 

    l’ultralibéralisme tel qu’il est pratiqué , ce n’est que la loi de la jungle !  smiley

  • Par Daniel Roux (---.---.---.249) 14 octobre 2010 11:16
    Daniel Roux

    Christine Boutin a la nostalgie du monde d’antan. Ah qu’elle était belle l’époque bénie où chacun restait à sa place.

    La bourgeoisie exploitait le prolétariat, la charité apaisait les consciences, le curé régnait sur les âmes, fustigeait le révolutionnaire et promettait le paradis aux « pauvres mais honnêtes », la norme sociale était défendue par la bienséance et le voisinage, les réfractaires et révoltés étaient envoyés en prison ou dans l’armée coloniale combattre les « terroristes » de l’époque, la police tirait sur les manifestants ou les jetait dans la Seine, les jeunes femmes, abandonnées ou désespérée, avortaient dans la clandestinité ou subissait la honte d’être « fille mère », les ouvriers épuisés, s’abrutissaient au bistrot ou transcendait leur état dans le parti communiste et les syndicats, sous la surveillance soupçonneuse du pouvoir, la marmaille jouait dans les terrains vagues.

    Aujourd’hui le peuple sait qu’il est trahi par ceux là même qu’il fait vivre et qui réclament sa confiance. Il sait que la justice est un outil pour l’opprimer, que les hommes politiques sont corrompus par le grand capital et ne gouvernent qu’en sa faveur, que l’avidité des riches n’a pas de bornes et que tout est bon pour s’enrichir davantage y compris la guerres, les crimes, les vols, l’empoisonnement des hommes et de la terre.

    Si vous voulez vous rendre utile, madame Boutin, dénoncez ce que vous savez du monde politique, sa corruption, ses magouilles, ses fromages, ses caisses noires, ses ententes illicites. Dénoncez au peuple ce que vous savez des secrets et des affaires de tous ceux qui ont l’audace et l’arrogance de nous donner des leçons de morale républicaine.

  • Par Deneb (---.---.---.73) 14 octobre 2010 11:17
    Deneb

    Bonjour Mme Boutin

    Parlons de consommation. On consomme quelque chose qui se consume. Qui s’épuise. On consomme de la nourriture. On consomme de l’énergie, encore que celle-ci existe en quantités illimités, il suffit de l’apprivoiser, ce que l’Humain fait depuis la nuit des temps. Mais en parlant de la jouissance, du plaisir, du désir, de la motivation, de l’enthousiasme, de la passion ... Peut-on consommer ces valeurs ? Peut-on vraiment parler de la consommation en parlant de la culture ? S’épuise-t-elle lorsque l’on en profite ? Non, c’est même le contraire. La culture et le plaisir ne sont pas des biens consommables. Ce qui leur attribue leur puissance c’est le

    partage. La culture ne croît que si tout le monde en profite.

    Vous dites qu’il faille encadrer le « marché des désirs ». Les désirs sont-ils des biens consommables pouvant faire l’objet d’un marché ? Les désirs sont-ils taxables ? Je crois, comme vous, que l’Humain, pas seulement l’homme comme vous dites, n’a pas de prix, ni de valeur marchande. Ni ses rêves, ni ses désirs, d’ailleurs.

    Nous sombrons peu-à-peu dans la douce illusion que l’argent peut tout acheter, que tout peut faire objet d’un marché. Sans doute à cause de cet amalgame entre la consommation et l’enrichissement culturel, intellectuel et spirituel qui n’est pourtant pas une ressource épuisable donc consommable ; Elle n’existe en effet que dans la mesure de sa propagation et du partage qu’elle suscite.

    J’ai la vision d’une société future où les gens consommeront de moins en moins de biens matériels, mais s’enrichiront sans scrupule sur le plan culturel, intellectuel, spirituel. Où l’on jouira sans entraves des fruits de l’imagination et de l’ingéniosité humaines.

    Pourtant le gouvernement dont vous faîtes parti veut réduire la culture, ce temple de l’imagination humaine, à un simple bien de consommation. En traquant les méchants cinéphiles et autres mélomanes récidivistes, qui « volent » les oeuvres, en évoquant la culture avec une sémantique consumériste, votre gouvernement n’a-t-il pas installé ses étals dans ce temple ? Vous croyez en Jesus-Christ, ce qui n’est pas mon cas, je me considère athée. Mais j’ai la foi en société humaine qui finira inévitablement par renverser ces étals et libérer la culture du carcan mercantile dans lequel veut l’enfermer le Pouvoir.

    Avec tous mes respects.

    • Par Fergus (---.---.---.155) 14 octobre 2010 11:56
      Fergus

      Bonjour, Amaury.

      Vous avez raison concernant les prisons, et c’est là l’une des réelles qualités que je reconnais à Christine Boutin.

      Mais pour le reste, sa dénonciation des errements du libéralisme se heurte, que vous le vouliez ou non, à son passé de complice de ces errements et au manque total de crédibilité de son mouvement. Un mouvement qui, faute de position politique clairement en rupture avec cette calamité qu’est le sarkozysme laisse augurer un ralliement lorsque le fromage sera jugé suffisamment appétissant par la dame des Yvelines.

    • Par Jowurz (---.---.---.46) 14 octobre 2010 16:06

      Vu son âge (66 ans), la visite des prisons relève plus du grand frisson polisson que de l’aventure patronnesse. Qu’à-t-elle donc à offrir cette Monserrat Caballé des geôles ? L’éloge d’une voie humaine ? 

      En génèral l’adjectif humain qualifie ce qui est pitoyable voire dégueulasse. Alors s’il faut faire l’éloge de la voie dégueulasse prise par certains hommes politiques. Sans moi !

      Mais j’ignorais qu’elle essaie des solutions d’une voie humaine pour prononcer son discours anti-libéral un peu comme Aragon écrivait dans « le Mot d’ordre ». Alors je plagie le poète : « Le Monde est rempli de faux témoins »

    • Par emile wolf (---.---.---.230) 14 octobre 2010 16:21

      elle ne fait pas que parler de la misère, elle essaie des solutions.

      C’est vrai : ses solutions sont misérables  !

      ce poème d’Aragon, « la rose et le réséda ».

      Mais n’est-ce pas Aragon qui dans son traité du style écrivait : « .Le propre du génie est de fournir des idées aux crétins une vingtaine d’années plus tard »  ?"

  • Par Deenye (---.---.---.156) 14 octobre 2010 11:24
    Deenye

    Donc, voilà le résultat de la mission fictive de Mme Boutin : un article sans le moindre intérêt sur AgoraVox...

    ...et je prends le pari qu’elle ne viendra pas répondre aux nombreuses questions qui lui seront posées dans les commentaires...

    AVox est devenu le refuge des politicards n’ayant pas les ’moyens’ de publier une tribune dans le Monde, ou dans les pages Rebonds de Libé...

    Ici, ils savent qu’ils seront publiés et qu’ils auront quelques commentaires...

    ...qu’ils s’abstiennent bien sûr de commenter à leur tour tant ils méprisent leurs éventuels lecteurs...

    En ce qui me concerne, je n’attends qu’une seule chose de Mme Boutin : qu’elle ait le courage d’appeler à voter CONTRE Sarkozy en 2012, au 1er tour ET au 2ème tour...

  • Par Salsabil (---.---.---.252) 14 octobre 2010 11:25

    Quel joli texte !

    Qui oserait donc dire le contraire de ce que vous affirmez ?

    Mais alors, que faites-vous donc à l’UMP ?

    A moins qu’en tant que conseillère politique de ce même parti vous éprouviez actuellement comme un besoin de faire comprendre à ces crétins de français individualistes et trop libres que le pays ne fonctionne plus ainsi, qu’il leur faut marcher au pas.
    Et quelle meilleure façon de leur faire comprendre que cette fichue réforme des retraites qui mécontente 70% d’entre eux, n’est qu’une forme de « don » qui crée du « lien social » !

    Et cette histoire de trop de liberté qui tuerait la liberté et empêcherait donc d’aller au bout des choses. Libérons Nicolas ! Il n’est pas vide, lui !

    « une guerre de tous contre tous » ???
    Non, Madame, une guerre entamée par les élites contre le peuple, ne soyez pas surprise que ce dernier rentre à son tour dans l’action.

    Et enfin, plutôt que tenter une leçon de morale généraliste, balayez donc devant votre porte auparavant !

  • Par emile wolf (---.---.---.201) 14 octobre 2010 11:27

    Pauvre Christine Boutin !

    Pour comprendre quelque chose au libéralisme, il faut remonter à Adam et Eve en passant par Levallois, Lascaux et Sumer. Combien cette bonne et charitable chrétienne a-t-elle touché de l’Elysée et du Vatican pour faire rédiger, gracieusement par un scribe sans talent, cette prose insipide expliquant son libéralisme divin revu et corrigé par Hésiode ?

    Sous le ciel d’Ouranos, cette Cassandre à maman Gaia qui va se faire voir chez la Pythie pour y puiser sa philosophie d’un formidable 21ème siècle est désopilante de grotesque.

    Essuyez vos larmes, mes bien chers frères et soeurs ! Au carrefour des idées saintes la grenouille ayant grimpé l’échelle du bénitier - un miracle, vu son âge avancé - il risque de faire beau toute la journée.
    Au fait ! En sortant, n’oubliez pas de remplir la sébile pour les bonnes oeuvres à Sarko, hein !.

      

  • Par Philou017 (---.---.---.85) 14 octobre 2010 11:29
    Philou017

    Mme Boutin détourne le débat sur le libéralisme économique pour en revenir à une critique du libéralisme social, réduisant sa vison à une dénonciation de ce qu’elle désigne comme une sorte d’égoïsme libéral qui serait à l’origine de tout nos problèmes.

    "Nos libertés individuelles exacerbées doivent être régulées, sans quoi nous encourons le risque d’une « guerre de tous contre tous ». Etrange paradoxe, c’est ce que précisément le projet libéral voulait à tout prix éviter… Il faut donc encadrer le « marché des désirs »"

    Mme Boutin n’envisage nullement de réformer le libéralisme économique, si destructeur d’équilibre et de valeurs, mais d’y adjoindre quelques mesures symboliques, et surtout de limiter les libertés individuelles, qui pense-t-elle, étouffent l’intérêt général.
    Elle omet bien sur de dire en quoi consistent ces limites, et s’abstient de faire toute référence au capitalisme qui a utilisé le libéralisme pour faire de l’économie un instrument au services des puissances de l’argent.

    Si l’égoisme peut être nuisible, il se développe dans le cadre d’une société qui a perdu tout idéal politique et qui n’a plus de réel projet politique, ce qui concerne Mme Boutin et son parti au premier chef. Mais elle ne dit rien là-dessus, préférant s’en tenir à des considérations philosophiques mal cernées, et sans aucune portée.

    Un bel exemple du vide de la pensée politique actuelle. Et cela, Mme Boutin, ce n’est pas dû au libéralisme du XIXeme siecle, mais bien à la main-mise des puissances financières sur l’info et les appareils politiques et institutionnels, sur ces cinquante dernières années.

    On retrouve là toute l’hypocrisie des mouvements politiques Chrétiens, qui se limitent aux questions de morale, en évitant de se livrer à une quelconque analyse ou remise en cause de l’organisation économique. Ce conservatisme sans ambition a permis entre autres la gabegie actuelle.Et cela, c’est une des vraies questions que vous devriez vous poser.

  • Par Rough (---.---.---.234) 14 octobre 2010 11:30

    Comment cet article en forme d’auto-encensement a-t-il pu franchir la modération ? Venir sur AV avec un article dont le seul but est de faire du buzz autour de son dernier bouquin c’est indécent et c’est prendre les lecteurs d’AV pour des idiots !
    Elle, la grenouille de bénitier qui fut, et est toujours en pointe, de tous les combats d’arrière-garde que ce soit contre l’avortement, contre le planning familial ou contre certains films un peu iconoclastes...
    Celle qui dont le silence et le soutien furent achetés par le rois des pygmés pour 9000 euros mensuels....

  • Par rocla (haddock) (---.---.---.165) 14 octobre 2010 11:31
    rocla (haddock)

    le sens de la vie  ?

    Pierre , lequel a bâti des devises a dit  :

    l’ avenir est devant toi sauf si tu te retournes tu l’ as dans le ....

     j’ me souviens plus exactement des mots , c ’est environ çà .

  • Par jluc (---.---.---.136) 14 octobre 2010 11:33

    Beau texte, très poétique !

    Je vous cite : « sans quoi nous encourons le risque d’une « guerre de tous contre tous ». Étrange paradoxe, c’est ce que précisément le projet libéral voulait à tout prix éviter… » il s’agit du projet libéral à ces origines alors...

    Il y a belle lurette que cette guerre existe déjà, et que projet libéral veut dire « chacun pour soi, et moi d’abord ». On n’a bien compris que les syndicats se battent pour protéger les régimes spéciaux, etc. Et que dire du MEDEF 1er assisté du 3ème pays le plus riche du monde qui fustige les assistés sociaux.

  • Par ZEN (---.---.---.74) 14 octobre 2010 11:36
    ZEN

    Madame
    Nous ne sommes pas devant un « mur », mais devant le vide
    C’est très bien de critiquer l’individualisme et le consumérisme , mais il faudrait dire deux mots du système économique qui l’a engendré, sinon vous en restez au niveau des bons sentiments et des incantations
    Cauchet peut vous y aider
    Lash (sur le narcissisme) aussi
    Barber encore plus
    Vous pourriez en parler à l’Elysée, c’est mieux que la Princesse de Clèves... smiley

    • Par plancherDesVaches (---.---.---.147) 14 octobre 2010 16:48

      N’use pas ton énergie, Zen.
      C’est une politique, ce que tu dis est pour elle de la merde car tu fais parti du peuple qu’il faut manipuler.
      http://www.youtube.com/watch?v=oNJo...
      Franck Lepage.

      Cette garce de boutin qui avoue que tout fric est bon à prendre même si c’est pour l’acheter est maintenant cramée et, mieux, entraine les scathos avec elle en essayant de vendre l’aumône pour sauver son « âme »...

      On voit par là l’éthique de ce genre de personne qui n’a que le mérite d’être une basse actrice de série B qui a réussi à obtenir un incertain pouvoir par des voies aussi illégales que ceux qui l’ont utilisée.

      Autant être admiratif de tant de bassesse.

      En principe, selon les principes de mafia qui habitent le milieu, elle va être éliminée discrètement, mais surement. Omerta oblige.

  • Par bakounine (---.---.---.59) 14 octobre 2010 11:39

    Madame Boutin prend vraiment les gens pour des cons !!!
    Quelle suffisance, voila le probleme de la France, nos politiques sont avant tout des opportunistes et rien d’autre, des squatters qui ne vivent que de réunions à deux balles de tchatch et de mensonges.
    Boutin votre nom n’inspire pas la quietude ni la bonté non il inspire le danger qu’une femme telle que vous puisse un jour avoir le pouvoir : le marteau et le goupillon ; une belle dictature.

    Mais qui est Dame BOUTIN ??

     "Immortalisée pour avoir surtout tendu la Bible en direction du perchoir du haut de son banc de députée, Christine Boutin restera donc dans les mémoires comme l’une des élues les plus incontestablement fanatiques de sa génération. (...) Lors de la publication, en 1995, de l’encyclique Evangelium vitae (mode d’emploi de la pensée du Pape à destination des pro-vie), le Pape la nomme consulteur de la Sacrée congrégation Pontificale pour la famille, véritable centre nerveux de toute l’action provie internationale du Saint-Siège. Elle a donc un statut quasi-identique à celui de diplomate du Vatican, ce qui est toujours ennuyeux pour une élue du peuple français. Dans l’hypothèse, même improbable, d’une guerre entre les deux Etats, l’attitude de Christine Boutin ne ferait aucun doute. Elle le dit elle-même : “je suis d’abord catholique avant d’être élue” (1).
    - « Quand elle ne se rend pas à une manifestation anti-PaCS, la députée participe régulièrement à la Marche pour la vie comme en 1995 où elle faisait même partie des personnalités mises en avant aux côtés de Mme Jérôme Lejeune, et du Professeur Lucien Israël. C’est tout naturel, rares sont les associations provie qui n’ont aucun lien avec Christine Boutin. Parmi son tableau de chasse, notons qu’elle est présidente d’honneur du très sectaire et très homophobe Cercle de la cité vivante, »oeuvre chrétienne pour la défense contre les incitations à la perversion des moeurs". Leur missel ? Un best-seller pour intégristes intitulé La Marée noire de la pornographie dont les citations douteuses amalgament systématiquement homosexualité et pédophilie pour finalement rendre responsables les homosexuels et leurs complices marxistes et francs-maçons de la fin du monde. Choqué par “l’intrusion des homosexuels dans la vie politique”, le Cercle explique : “Au parlement et dans certaines régions, on est surpris de voir la fréquence d’homosexuels aux postes politiques (...) une pareille ingérence n’est ni saine ni souhaitable”. Quant au Sida, le Cercle appelle à la rescousse le Pr. Germain : “Ce virus a eu le génie de s’attaquer à ceux qui ont transformé la physiologie de la reproduction en plaisirs frelatés (...) ils sont responsables des millions de morts à venir. (...) En cette période où tout ce qui est contre la morale même naturelle est admiré, ce virus savait où frapper.” Bref, un ouvrage de référence que madame Boutin a bien entendu dû conseiller à quelques-uns de ses copains députés de droite, homos planqués, et dont on a pu apprécier toute l’ardeur anti-PaCS le 9 octobre...

    - « Autre association à son actif, elle fait partie du comité de parrainage de la Trêve de Dieu de Claire Fontana » (...)
    - "De toutes les associations auxquelles elle prend part, la plus importante est sans aucun doute l’Alliance pour les droits de la vie créée en 1994. Ce qu’elle décrit comme un Comité national d’observation et d’action” abrite en réalité la colonne vertébrale du principal réseau de lobby provie —complémentaire de l’action lobbyiste menée par l’AOCPA (2). En premier lieu, l’Alliance joue un rôle centralisateur dans les campagnes de courriers-pétitions menées par le biais de ses Relais pour la Vie (réseau d’associations et individus provie) à l’encontre des minitels roses, de la pornographie dans les médias, du “mariage des homosexuels” ou encore de maisons d’éditions pour enfants comme l’Ecole des loisirs accusés de pervertir les chérubins par ses livres abordant l’homosexualité ou le suicide.
    - « Récemment, l’Alliance vient d’ajouter une toute nouvelle méthode de lobbying à son actif. On se demandait qui étaient ces rangées entières de personnes âgées assistant aux débats dans les tribunes de l’Assemblée nationale et vers lesquelles Christine Boutin jetait sans cesse un regard complice. La réponse se trouve comme toujours au siège de l’Alliance pour les droits de la Vie où la secrétaire explique comment la présidente Christine Boutin invite depuis des années ses fidèles de l’Alliance à des chapelets où l’on prie pour l’âme des hommes politiques français “afin qu’ils protègent et qu’ils sauvent la vie et la famille”... Un rituel qui a lieu tous les mercredi à six heures trente — à proximité de l’Assemblée ! Les fidèles n’ont qu’à s’inscrire auprès de l’attachée parlementaire de Christine Boutin. L’idée serait venue à la députée à l’occasion d’une réunion de prieurés des Frères de Saint-Jean à Boulogne organisée le 1er avril 1995 par le Cercle de la cité vivante. Et devinez l’âme de qui est au centre de toutes les prières des membres de l’Alliance pour la vie depuis des mois : Jean-Pierre Michel, le rapporteur du PaCS en personne ! »
    - "Son statut auprès du Vatican, son rôle stratégique et le pouvoir qu’elle a acquis à la tête d’innombrables associations ont fait de Christine Boutin une véritable tête de pont du lobby provie au sein du parlement. L’idée d’un groupe inter-parlementaire provie, baptisé Groupe parlementaire pour favoriser l’accueil de la vie, s’est concrétisée en 1986 grâce au soutien des députés du Front national. En 1988, leur disparition l’amène ensuite à recréer un autre groupe parlementaire, beaucoup moins soudé et bien moins déterminé à reprendre le débat de 1975 sur l’avortement : le groupe Démographie et accueil de la vie. Parmi ses membres, Colette Codaccioni sera sollicitée par le premier ministre Edouard Balladur pour rédiger un rapport sur la politique familiale. Il lui sera remis en octobre 1993 avec en exergue cette citation fort peu républicaine : “Le fruit de vos entrailles est béni”. En résumé, Codaccioni y déplore page après page la chute de la nuptialité et les conséquences catastrophiques de la loi Veil.
    - De son côté, le 28 mars 1994, Christine Boutin — dont l’une des stratégies consiste à demander régulièrement la stricte application d’une loi sur l’IVG très ambiguë — demande à Simone Veil d’engager des poursuites contre les IVG illégales. Des propositions de lois ont aussi été soumises. Ainsi, en 1990, quelques députés demandent la “création d’une commission d’enquête sur les procédés nouveaux permettant l’avortement et les moyens mis en oeuvre pour en contrôler l’utilisation”. Dans l’exposé des motifs, ils se présentent comme “adversaires du RU 486” et expliquent qu’ils souhaitent “apprécier les éventuels effets négatifs pour la santé des femmes de chacun des procédés abortifs”. Parmi les signataires, on s’étonne de trouver Bruno Durieux, alors ministre délégué par Michel Rocard à la santé, aux côtés de Yann Piat (UDF ex-députée FN), Marie-France Stirbois (FN) et Christine Boutin.
    - Parmi les autres projets de loi, l’équipe de Christine Boutin a aussi présenté un projet de Gilbert Gantier qui vise à abroger la loi Roudy relative à la couverture des frais afférents à l’IVG. François d’Harcourt, député UDF, a quant à lui présenté une proposition de loi “tendant à créer un revenu mensuel au profit des mères au foyer, dénommé salaire maternel”.
    - Autre action, celle visant à inciter les chefs de la droite à envisager d’amnistier les personnes reconnues coupables de commando anti-IVG. En mai 1995, Jacques Toubon, ministre de la Justice du gouvernement Juppé et opposant de longue date de la loi Neiertz, prépare un projet d’amnistie présidentielle pouvant inclure leur grâce tout en expliquant vouloir créer “un équilibre entre ceux qui se battent pour ou contre l’avortement”. Lorsqu’elle passe à l’Assemblée, le 21 juin, l’amnistie est sévèrement critiquée par le PS, le PC et quelques élus de la majorité, soutenus par la CADAC, le Planning familial, et des Verts. Le gouvernement cède et propose alors de revenir sur le texte et d’exclure les assaillants de l’amnistie. Au moment du passage au Sénat, le 17 juillet, Christian Bonnet, François Blaizot, Jean Chérioux, Luc Dejoie et Charles Pelletier présentent un amendement au texte de l’amnistie qui réintègre les assaillants, présentés comme de simples manifestants. Une manifestation de l’Union pour la vie, aux abords du Luxembourg soutient leur démarche. Malgré la présence de féministes dans la tribune et l’opposition des députés communistes, l’amendement est adopté et renvoyé à une commission paritaire qui réunit des députés et des sénateurs. Celle-ci exclut finalement les commandos de l’amnistie mais affirme qu’il faut sanctionner plus sévèrement l’avortement et retourner à une application stricte de la loi, c’est-à-dire à la condamnation de ceux qui incitent à l’avortement et qui ne découragent pas assez les femmes d’avorter. Le Planning familial est clairement visé. Pour avoir un aperçu des millions d’autres petites choses dont cette députée “pro-vie” a le pouvoir, il faut se rappeler qu’elle a également représenté l’Assemblée à la Commission des affaires culturelles et sociales ainsi qu’au Conseil national de l’adoption.

    - Ses sponsors
    Miracle de la République française, une loi sur la transparence du financement de la vie politique permet de consulter la liste des entreprises ayant financé la moindre campagne électorale entre 1993 et 1995, date à laquelle les dons de personnes morales sont interdits. Si vous vous demandez qui a bien pu financer le maintien à l’Assemblée nationale d’une députée brandissant la Bible comme d’autres lèvent le coude, soyez prêts à regarder d’un autre oeil quelques-uns de vos supermarchés, alcools et accessoires de luxe... Boutin a reçu 306 000 F de la part de différentes entreprises pour sa campagne des législatives en 1993. Un beau score, nettement plus que la plupart de ses collègues. En tête des sponsors les plus généreux de Christine Boutin, on retrouve une certaine Docks de France-Paris : 20 000 F. Le nom ne vous dira rien. Derrière cette enseigne générique se cache pourtant la holding chargée, entre autres, de l’exploitation des supermarchés Mammouth et Auchan ! Un géant de la distribution alimentaire présent partout en Europe. Comme si cela ne suffisait pas, une des filiales du groupe, Maurepas Distribution Auchan, a poussé le zèle jusqu’à verser 50 000 F supplémentaires. 70 000 F en tout à l’actif de la grande distribution. Christine Boutin a ainsi bénéficié des subsides de la société Quillery, un grand nom du BTP, pour un montant de 25 000 F. Autre célébrité, la société Marnier Lapostolle a quant à elle déversé 20 000 F pour soutenir la leader du mouvement « pro-vie » français. Son dirigeant, Jacques Marnier Lapostolle n’est autre que le producteur du célèbre Grand Marnier (auquel certains trouveront peut-être désormais un goût amer). Enfin, si aujourd’hui le financement politique par des entreprises est devenu parfaitement illégal, Christine Boutin n’a pas pour autant perdu tous ses amis entrepreneurs. Fait inquiétant, l’entourage de la chef de file des anti-avortement semble compter plusieurs responsables de laboratoires pharmaceutiques, à l’image d’Ariel Aguettan, président des laboratoires du même nom et membre de la redoutable Alliance pour les droits de la vie.
    Bref, entre son savoir-faire militant, ses réseaux, son pouvoir de lobby et son côté femme d’affaire, le femme politique la plus anti-féministe et la plus anti-choix de l’Assemblée nationale n’a pas fini de faire parler d’elle. Après l’avortement, l’homosexualité, on l’attend d’ores et déjà sur la bioéthique. Vivement un conflit avec le Vatican que le Saint-Père la rappelle comme chef de guerre !"
  • Par rocla (haddock) (---.---.---.165) 14 octobre 2010 11:40
    rocla (haddock)

    Il y a truc dont je suis certain et que tout le ponde peut constater , le libéralisme est un truc où on peut dire et penser ce qu’ on veut . C’ est le cas ici .

    En Chine mettez-vous sur la place à la tienne Etienne et dites en criant «  les dirigeants c’ est des salauds » ensuite faites quinze ans de zonzon et sans-doute après vous direz « le libéralisme , mas mal  »

    • Par sisyphe (---.---.---.235) 14 octobre 2010 11:58
      sisyphe

      Il faudra expliquer à rocla la différence entre libéralisme et démocratie ; si quelqu’un a la patience et le courage de s’y mettre....

      La Chine, mon pote, elle est en plein libéralisme : renseigne toi un minimum... 
    • Par ZEN (---.---.---.74) 14 octobre 2010 12:08
      ZEN

      sisyphe
      Mission impossible ! smiley

    • Par JL (---.---.---.71) 14 octobre 2010 12:23
      JL

      Le libéralisme et la démocratie, deux choses différentes ? Hum ...

      Le capitalisme c’est : « On te donne des objets, mais tu fermes ta gueule » ! (Bernard Maris)

      Au fait, quels objets ? Les objets fabriqués en Chine ?



      Je crois que ce qu’il se passe en Chine n’est que l’autre face du libéralisme, les deux sont des avatars du capitalisme. Nous vivons dans l’illusion de la démocratie : tu peux dire tout ce que tu veux, voter pour qui tu veux, du moment que ça ne change rien du rapport de force.

    • Par morice (---.---.---.204) 14 octobre 2010 12:25
      morice

      Pas la peine : atteint d’Alzheimer ; il faut tout lui redire le lendemain. 

    • Par werther_original (---.---.---.161) 14 octobre 2010 12:26
      werther_original

      oui sisyphe , et il faudra expliciter aussi ce que t’apelles la démocratie.

      Entre démocratie représentative et « Pure democracy » , il y a un fossé.

      Quant à dire qu’en chine , c ’ est le libéralisme qui prévaut. C’est grotesque.

      En chine , c’est du bon gros capitalisme bien gras avec sauce étatique forte.

      Et pis les poncifs cachés derrière ce que tu dis du genre : depuis le libéralisme , il n’y a jamais eu autant d’inégalités est tout sauf juste. Compare ce que possède un cerf par rapport au seigneur et un smicard par rapport a bill gates.

      Tu verras qu’il y a eu du chemin de fait.

    • Par sisyphe (---.---.---.235) 14 octobre 2010 12:33
      sisyphe

      La Chine est l’exemple type du libéralisme, tel que l’ont conçu Friedman et consorts ; le libre échange (commercial, et surtout monétaire, financier) au sein d’une dictature.


      La démocratie (la vraie démocratie, avec le pouvoir appartenant au peuple, à travers ses élus) est l’ennemi du libéralisme, parce qu’elle est régie par des LOIS, sous le contrôle des citoyens. 
      C’est pourquoi le libéralisme n’a de cesse de minorer le rôle des Etats, en imposant son ordre à l’échelle mondiale, transétatique, quel que soit le régime de ces états... 

      Après, pour ce que sont devenues les pseudo démocraties occidentales, vassalisées par les forces de la finance, c’est une autre histoire... 
      Ne pas confondre système parlementaire et système monétaire..
    • Par Le péripate (---.---.---.66) 14 octobre 2010 12:39
      Le péripate

      Ben oui, l’État est faible en Chine, ce qui est bien la preuve de son libéralisme.

      Ou comment raconter des conneries plus grosses que sa Suffisance Sysiphe.

    • Par sisyphe (---.---.---.235) 14 octobre 2010 12:43
      sisyphe

      Par werther_original (xxx.xxx.xxx.161) 14 octobre 12:26

      oui sisyphe , et il faudra expliciter aussi ce que t’apelles la démocratie.

      Entre démocratie représentative et « Pure democracy » , il y a un fossé.

      Quant à dire qu’en chine , c ’ est le libéralisme qui prévaut. C’est grotesque. 

      En chine , c’est du bon gros capitalisme bien gras avec sauce étatique forte.


      Exactement ce que prônait Friedman, quand il déclarait qu’il préférait un système libéral dans une dictature, que pas de libéralisme dans une démocratie. 

      C’est surtout le concept de libéralisme qu’il faut préciser. 

      Aujourd’hui, il est devenu le bras armé du capitalisme ultralibéral, imposé au monde entier par le système monétaire et financier « libéral »... 

      La démocratie, c’est le pouvoir pour le peuple,, par le peuple (à travers ses représentants élus, et soumis aux lois). 
      Mais, pour moi, un système où un président élu par 50% des voix (exprimées) plus une, détient tous les pouvoirs, même celui d’aller contre la loi, et l’impose à l’ensemble du pays, n’est pas une démocratie ; c’est un régime autocratique. 

      Tout de même préférable à une dictature, certes, mais un déni démocratique. 

    • Par werther_original (---.---.---.161) 14 octobre 2010 12:44
      werther_original


      La « VRAIE démocratie » , c’est presque aussi risible que la « VRAIE religion » .

      J’en avais discuté longtemps avec Kalki , mais la démocratie c’est mort dans l’oeuf. Ca ne dure jamais. J’ai pas trop envie de me refendre de 5 pages d’explication pour démontrer. 

      Y’a qu’a voir , cite moi une démocratie , avec pouvoir au peuple qui existe aujourd’hui. Pouvoir au peuple , je dis bien .

      Et pis tu m’expliqueras aussi si on peut parler de pouvoir du peuple quand 53 % des gens imposent leur point de vue à 47 autre % des gens. Humm , la je suis très curieux de l’explication.

      Et aussi tu peux répondre à mon assertion disant en subtance , que depuis que tout s’est un peu libéralisé , y’a quand même moins de différences entre pauvre et riche. (tu sais , le seigneur et le cerf) .


    • Par sisyphe (---.---.---.235) 14 octobre 2010 12:52
      sisyphe

      Par Le péripate (xxx.xxx.xxx.66) 14 octobre 12:39

      Ben oui, l’État est faible en Chine, ce qui est bien la preuve de son libéralisme.


       smiley 

      Non ; au contraire, en Chine, c’est une dictature ; donc un état fort. 

      Mon brave Péripate, exactement ce que préconisait ton idole von Hayek, avec Friedman à sa suite ; tu sais : au Chili ; le libéralisme s’accomode parfaitement de la dictature, et d’un état fort, pourvu qu’il aille dans le sens des intérêts des puissances financières... 

      Tu as la mémoire courte, ou défaillante ? 

      Allez, un petit rappel...

      Comme la plupart des libéraux depuis Alexis de Tocqueville, Hayek considère que la démocratie est un moyen, et non une fin en soi  : «  Que dans le monde occidental, le suffrage universel des adultes soit considéré comme le meilleur arrangement, ne prouve pas que ce soit requis par un principe fondamental23  ». L’avantage principal qu’il reconnait à la démocratie est de permettre la transition pacifique au sommet du pouvoir politique. C’est « quelque chose de précieux, et qui mérite qu’on lutte pour le conserver »24. Cependant, cela ne fait pas de la démocratie un régime à défendre pour lui même et il est impératif que ce régime soit encadré par la Rule of law (règne du droit ou règne de la loi). Ce n’est pas parce que le pouvoir émane du peuple qu’il doit être illimité : « tout gouvernement, et spécialement un gouvernement démocratique, devrait être doté de pouvoirs limités »25. Entre un gouvernement démocratique sans limitation et un pouvoir qui ne tire pas son essence du peuple mais serait limité par la loi, c’est ce dernier qui emporte l’assentiment d’Hayek. « Je préfère un gouvernement non démocratique limité par la loi à un gouvernement démocratique illimité (et donc essentiellement sans loi) » déclare-t-il dans une conférence en 197626. 

       Les antilibéraux lui reprochent souvent la section centrale de la citation suivante, énoncée en 1981 lors d’un entretien : « Je dirai que, comme institutions pour le long terme, je suis complètement contre les dictatures. Mais une dictature peut être un système nécessaire pour une période transitoire. Parfois il est nécessaire pour un pays d’avoir, pour un temps, une forme ou une autre de pouvoir dictatorial. [...] Personnellement je préfère un dictateur libéral plutôt qu’un gouvernement démocratique manquant de libéralisme. Mon impression personnelle est que [...] au Chili par exemple, nous assisterons à la transition d’un gouvernement dictatorial vers un gouvernement libéral28. »

       smiley smiley 

    • Par werther_original (---.---.---.161) 14 octobre 2010 12:53
      werther_original

      Bon tu as répondu à une de mes questions avant que j’ai fini mon commentaire.

      Donc pour toi , 53 par rapport à 47 , ce n’est pas une démocratie .

      Très bien , nous sommes d’accord.

      La ou ça se complique , c’est comment faire pour faire autrement ? Avoir 99 % contre 1% .

      on part exactement comme avec kalki , qui me sortait des arguments bien peu convaincants du genre : quand les gens seront instruits , ils comprendront , ou bien , ca prendra le temps que ca prendra pour avoir un consensus.

      POINT 1 :

      Exactement comme Kalki , la vérité , c’est lui l’a , quand les gens seronts instruits , il vous rejoindront sur votre falaise de la connaissance et vous vivrez tous heureux car allant tous dans le même sens.

      POINT 2 :

      Le temps qu’il faut pour avoir un consensus. Trop bien , alors soit ça prendre dix siècles , soit on arrive à : la guerre c’est pas bien , la paix c’est trop Cool.


      Soit troisième possibilité , celle qui arrive souvent , et que je sens poindre dans tout tes commentaires . Si les gens sont trops cons une fois instruits pour piger la chose , et bien on leur fera rentrer de force dans le crane . Tu connais le tableau : pol-pot , staline ... et consorts.


    • Par sisyphe (---.---.---.235) 14 octobre 2010 12:58
      sisyphe

      Par werther_original (xxx.xxx.xxx.161) 14 octobre 12:44



      Et aussi tu peux répondre à mon assertion disant en subtance , que depuis que tout s’est un peu libéralisé , y’a quand même moins de différences entre pauvre et riche. (tu sais , le seigneur et le cerf) .

      Très simple ; grâce à la Révolution française, puis à la Déclaration des Droits de l’Homme, puis, à l’instauration des démocraties, puis, aux conquêtes des DROITS SOCIAUX acquis de longue lutte par les travailleurs et les citoyens, dans les démocraties.

      Rien à voir avec le « libéralisme » qui, lui, sous sa forme capitaliste, depuis qu’il est imposé au monde entier (très récemment, notamment, depuis la transformation du système monétaire en 1973, ratifiée par les Accords de la Jamaique, en 1976), aggrave les inégalités. 

      D’autres questions ? 

       smiley 

    • Par Le péripate (---.---.---.66) 14 octobre 2010 13:07
      Le péripate

      Oui. Et c’est ki ki bosse pour payer tout ça ? Pas toi, en tout cas.

    • Par sisyphe (---.---.---.235) 14 octobre 2010 13:15
      sisyphe

      @ werther original 


      ttttt ttttt  ; sophismes et démagogie... 

      A aucun moment, il n’est question de faire une distinction entre ceux qui seraient « éduqués » et les autres ; ça, c’est TON schéma, pas celui d’une vraie démocratie. 

      Une vraie démocratie, c’est : 
      - une démocratie représentative de toutes les tendances politiques, où toutes les catégories de citoyens peuvent avoir accès aux prises de décisions, prises, à une certaine majorité (pas 50+1 contre 49, mais, par exemple, aux 2/3 ou aux 3/5ème des voix)
      - des élus révocables par les électeurs en cas d’exactions, de fraudes, de conflits d’intérêt, etc... 
      - les décisions importantes (constitutionnelles, de politique internationale, etc...) soumises à référendums
      - des référendums d’initiative populaire, déclenchés par un nombre raisonnable de signatures 
      - toute une série de contre-pouvoirs offerts aux citoyens ; plaintes en nom collectif, possibilité de saisir la justice, le conseil constitutionnel, etc... 
      - des organismes indépendants de contrôle ; des comptes de l’état, avec pouvoir décisionnaire 
      - surtout, une JUSTICE entièrement indépendante du pouvoir exécutif, inscrit dans la constitution 
      - un système monétaire et financier entièrement sous contrôle d’un organisme central d’état, 
      indépendant, et contrôlant les organismes privés (banques, organismes financiers, assurances, etc...) 
      - et toute une série d’autres mesures, permettant aux citoyens d’avoir un pouvoir de contrôle et de décision sur les mesures, lois, qui les concernent. 

      si tu as des propositions .. 
       smiley 

    • Par werther_original (---.---.---.161) 14 octobre 2010 13:18
      werther_original

      Pfff , n’importe quoi , on était déja dans un système tendant vers le libéral avant la révolution française.

      et la révolution française a encore accentuer la chose.

      Sous l’Ancien régime, les activités économiques dépendaient du bon vouloir du Roi, étaient strictement encadrées par l’État royal ou par des réglementations qui limitaient le nombre de producteurs. Toutes les entraves à la liberté de production, qu’elles soient agricoles, artisanales ou industrielles, sont supprimées.

      Et le siècle des lumières, qui ont donné le terreau de la révolution, Vous allez me dire que cela n’était pas libéral ?





    • Par werther_original (---.---.---.161) 14 octobre 2010 13:27
      werther_original

      ah oui sisyphe les 2/3 ou les 3/5. Comme un peu des référendums.

      Un référendum comme en suisse qui dit non aux minarets et qu’ensuite on critique alors qu’il est l’expression non détourné de l’avis de la population ; Et à qui on demande de revoter ou qu’on traite de bas du front (hein sisyphe) .

      Il est beau le discours , elle est laide l’application. Il va être beau votre consensus.

      Sisyphe , la démocratie pour vous , c’est quand 2/3 ou 3/5 des gens pensent comme vous , le reste c’est de la dictature ou des connards.

    • Par sisyphe (---.---.---.235) 14 octobre 2010 13:28
      sisyphe

      ... j’insiste sur le côté REPRÉSENTATIF de l’ensemble des tendances politiques des citoyens, par le biais, d’un scrutin à la PROPORTIONNELLE ; parce que, la Vème République, en France, sous le prétexte de mettre fin au « régime des partis », a supprimé la proportionnelle, et institué un régime à « scrutin majoritaire » qui a pour résultat............ d’avoir institué un régime de 2 partis dominants ; le bipartisme, comme aux Etats-Unis, où c’est le CONTRAIRE de la démocratie.


      Que l’ensemble des partis soit représenté, et que les décisions soient prises à une majorité des 2/3. 
      Si les partis n’arrivent pas à s’entendre, retour devant les citoyens, par la voie de référendum. 
    • Par sisyphe (---.---.---.235) 14 octobre 2010 13:37
      sisyphe

      Par werther_original (xxx.xxx.xxx.161) 14 octobre 13:27

      ah oui sisyphe les 2/3 ou les 3/5. Comme un peu des référendums.

      Un référendum comme en suisse qui dit non aux minarets et qu’ensuite on critique alors qu’il est l’expression non détourné de l’avis de la population ; Et à qui on demande de revoter ou qu’on traite de bas du front (hein sisyphe) .

      Ben oui, mon gars. 

      Vote au 2/3 et référendums ; : ça, c’est de la démocratie directe. 

      Les Suisses ont voté ; on peut critiquer leur vote, mais il fait force de loi, point barre. 

      Personne ne leur a demandé de revoter. 

      Et quand les Français s’expriment, par référendum, à 53 et quelques pour cent contre le traité européen, ce vote doit également avoir force de loi, et non pas être détourné, en faisant voter le contraire, à l’Assemblée, par des députés félons.. 

      Quant aux bas du front, il suffit d’un système proportionnel, pour qu’ils soient rendus à leur juste place ; une petite minorité d’élus ou/et de votants, sans influence majeure sur les décisions importantes concernant la politique de l’état, parce que, contrairement à toi, moi, je suis un vrai démocrate, et je ne prends pas les citoyens pour des imbéciles.

      Mais, finalement, on dirait que ça t’emmerde, d’envisager un vrai système démocratique ; c’est pas assez libéral ? 

       smiley 


    • Par sisyphe (---.---.---.235) 14 octobre 2010 14:04
      sisyphe

      @ werther original 


      De plus, j’entends bien la confusion que tu entretiens (tout à fait volontairement) entre le libéralisme (système CENSÉ assurer la liberté ; de commercer, de circulation des biens, des personnes, le « libre-échange ») sous son aspect théorique, 

      et le système capitaliste libéral, devenu désormais ultralibéral, qui en est le contraire, puisqu’il impose une concurrence totalement faussée, et, surtout, un système monétaire mondialisé entièrement aux mains des prédateurs des banques privées et autres organismes financiers privés, spéculateurs, edge funds, etc... qui est en train de mettre 98% de la population mondiale à genoux, au profit des mafias qui se gavent. 

      Le « libéralisme » est devenue l’arme mortelle du capitalisme international ; il n’a strictement plus rien à voie avec une quelconque liberté ; il en est même le fossoyeur. 
  • Par BABAYAYA (---.---.---.226) 14 octobre 2010 11:40
    BABAYAYA

    @ l’auteure :


    Bonjour, vous signez là un très beau texte, ayant le bon sens de n’appuyer non plus sur une idéologie mais sur l’humanisme intrinsèque qu’il faudrait développer un peu plus qu’il ne l’est actuellement.... Et en celà j’approuve ce texte à 100%...

    Malheureusement, permettez-moi, de douter un temps soit peu de l’intime conviction que vous semblez y mettre par le fait de vos revirements politiques de ces dernières années...

    cela dit, je suis partisan du pardon et de la seconde chance, donc si vous pouviez vous atteler à rendre cette vision politiquement réelle et partagée....

    J’irais même plus loin : Ne serait-il pas temps pour vous, gens de politique, qui , et je ne vous apprends rien là-dessus, semblent de plus en plus éloignés de nous, « petit peuple », d’unir vos volonté et compétences au delà de tout clivage, pour qu’un quinquennat remette un peu d’ordre en france ? après reprennez vos joutes si vous voulez, mais de grâce, arretez-les pour cinq années, et occupez vous de nous !!!!!!!!! 

    merci
    • Par Jowurz (---.---.---.203) 14 octobre 2010 12:04

      Babayaya,

      Cessez de faire des complexes de petit peuple. Ne vous abaissez pas ! Comme vous les Christine Boutin sont nés d’un Martin et d’une Durand... du petit peuple. Elles et les autres de son engeance vivent de vous, profitent de vos impôts et n’ont pas, eux, de problèmes de retraite.

      Ces personnes ne sont pas plus que vous et vous doivent le respect que vous leur accordez. Relisez la Constitution, le souverain c’est vous, le peuple, pas vos représentants.  

      Souvenez-vous en et mettez-le en application sans vous traîner par terre.

    • Par BABAYAYA (---.---.---.226) 14 octobre 2010 13:23
      BABAYAYA

      @ jowurtz


      non je ne la joue pas à me trainer par terre, juste j’utilise le second degré avec un gros brin d’irronie, dans l’attente d’une hypothétique réponse de sa part.......

      cella dit je remarque que comme d’habitude ces politiciens faisant des articles ici, ne le font que dans un sens, et jamais ne viennent ensuite s’en justifier face à nous.......
      cqfd quand je dis qu’ils sont éloignés de nous........ je nne suis pas plus petit qu’elle, puisque je suppose que comme tout etre humain elle (et ses semblables politiciens) est aussi humble que moi assise sur une cuvette de wc...

      cordialement à vous, bonne journée
  • Par rocla (haddock) (---.---.---.165) 14 octobre 2010 11:41
    rocla (haddock)

    tout le ponde c ’est dans des mondes qui pondent

  • Par JL (---.---.---.71) 14 octobre 2010 11:45
    JL

    Bonjour Madame Boutin. J’ai lu attentivement votre texte, et j’aimerais exprimer ici une réaction.

    J’ai lu en fait trois textes : le premier m’a enthousiasmé. Un historique aussi court que précis. Vous écrivez : « Le guerrier s’est drapé de l’étoffe du doux commerçant, l’aristocrate a cédé sa place au trader efficace, les intérêts se sont substitués aux passions… 
     ». Je vois là trois jolies litotes ! Et ici, litote est un euphémisme ! .

    La deuxième partie qui commence à : « Plus de deux siècles après l’invention libérale, que reste-t-il en somme ?  » Si je vous trouve là encore lucide - en effet, Sade n’est pas loin - en revanche, je sens comme une dérive de la pensée dans cette assertion : « L’homme devient second par rapport à la planète. Gaïa devient totalitaire. » Cela n’est-il pas contradictoire avec le constat précédent ?


    Enfin, troisième partie, la profession de foi. Je lis : "Il faut donc encadrer le « marché des désirs ».

    Ceci mérite réflexion. Gandhi écrivait : « La planète compte suffisamment de ressources pour répondre aux besoins de tous, mais pas assez pour satisfaire le désir de possession de chacun. »

    Et pourtant un millard d’êtres humains ont faim, et beaucoup en meurent. Et vous ne dites pas un mot sur les pratiques des Hedges fund qui spéculent sur les produits alimentaires de base.

    Ce que je veux dire ? Votre proposition d’encadrer le marché des désirs dégage une odeur qui ne me plait guère.

    • Par voxagora (---.---.---.114) 15 octobre 2010 12:10
      voxagora

      Je ne lis l’article qu’aujourd’hui, alors tant pis si j’arrive après la bataille,

      et que ma réaction ne satisfait que moi,
      mais l’occasion est trop belle pour que j’y résiste :
      je parie ma chemise que ce à quoi vous pensez à partir du mot « désir »
      n’a rien à voir avec ce qui vient à l’esprit étroit de madame Boutin.

  • Par Jowurz (---.---.---.39) 14 octobre 2010 11:48

    La présidente du parti chrétien démocrate affirme :

    Le libéralisme est arrivé à son terme.

    Elle oublie d’ajouter :

    L’esclavagisme recommence
     !

    Comme disent les bons chrétiens de sa sorte et génération : L’enfer est pavé de pieuses intentions.

  • Par foufouille (---.---.---.223) 14 octobre 2010 11:50
    foufouille

    pîtoyable la boutin
    au moins, elle a pas sorti sa bible

  • Par morice (---.---.---.204) 14 octobre 2010 11:55
    morice

    ah, allez, la Boutin, il vous reste plein de gens à admirer.


    Prenons en un au hasard : 

  • Par Julie21 (---.---.---.180) 14 octobre 2010 11:56

    Bravo !
    Entièrement d’accord, il est urgent de dénoncer les dérives de l’ultra-libéralisme économique allié à un libéralisme culturel débridé et de remettre le souci de l’homme au cœur des décisions.
    Merci pour cet article qui va au fond des choses !

    • Par Jowurz (---.---.---.43) 14 octobre 2010 12:18

      Julie 21

      J’admire votre enthousiasme.

      Toutefois le fonds des choses c’est le fonds du trou économique, le chaos, la misère et la servitude. Formidable 21ème siècle !

      il est grand temps que les incompétents à la Boutin et collègues de droite, de gauche et du centre, passent la main à des personnes respectueuses du peuple, des lois et des institutions républicaines. Hélas je vous l’accorde tous les ténors politiques se ressemblent et partagent la même cupidité.   

      Les corrompus et les profiteurs sont encore à l’ordre du jour avec ou sans libéralisme ou socialisme. L’exhibitionnisme démagogique me répugne : c’est le cas de cet article totalement vide.

    • Par morice (---.---.---.204) 14 octobre 2010 12:26
      morice

      « Merci pour cet article qui va au fond des choses ! »


      c’est profond de combien un bénitier ?
    • Par Peretz (---.---.---.225) 23 octobre 2010 17:27
      Peretz

      Inutile de vous époumoner bonnes gens. Elle ne lira aucun de vos posts. Heureusement pour elle. Elle voulait juste se donner bonne conscience, et vérifier que le diable était toujours là en espérant le conjurer avec de belles paroles. Ou nostalgie des croisades ? www.voixcitoyennes.fr

  • Par morice (---.---.---.204) 14 octobre 2010 12:11
    morice

    Vous avez participé à un gouvernement qui a servi à louche les riches au Fouquets et qui a foutu dehors des Roms et vous venez ici l’air angélique ? Comment osez-vous, Madame Boutin ?


    On vous rognerait les ailes pour moins que ça dans votre religion : votre ancien maître n’a pas beaucoup coupé son manteau en deux semble-t-il : ce qui vous attend, Madame Boutin, avec ce à quoi vous avez participé, c’est davantage l’enfer que le paradis.


    Vous avez embrassé un jour Satan, et non le bon samaritain selon vos critères surannés, inutile de venir nous revendre votre bénitier à bonnes paroles. Faire pénitence, voilà ce que vous devriez faire si vous étiez une véritable catholique, et surtout venir CONFESSER votre participation à ce gouvernement de FORBANS. Au lieu de ça, vous osez vous pointer comme si vous sortiez nue du paradis, sans même avoir rencontré Adam : vous avez pêché, Madame Boutin, vous avez beaucoup pêché : un vrai catholique ne reconduit pas son prochain à la frontière, et n’a pas un Hortefeux comme confesseur. 

    Quand à l’argent des bonnes sœurs, je vous laisse méditer sur le cas, vu que vous côtoyiez aussi le responsable des dégâts..


    bonne lecture :
  • Par ZEN (---.---.---.74) 14 octobre 2010 12:15
    ZEN

    Ah ! j’ai oublié...puisque l’auteur s’est occupée de «  justice sociale et mondialisation », une étude a dû lui échapper...

  • Par iris (---.---.---.174) 14 octobre 2010 12:18

    du balai les anciens poliqiques !!
    on veut des gens intègres intelligents cultivés non cupide-avec un regard neuf
    du balai boutin !!

  • Par armand (---.---.---.27) 14 octobre 2010 12:26
    armand

    Surtout...
    Madame Boutin, choisit pour manifester sa compassion aux pauvres et son dédain des riches, quand elle est investie du ministère du logement...
    Non pas l’encadrement des loyers
    Ni même une taxe permettant de juguler la spéculation immobilière,
    Encore moins un plan de construction de nouveaux HLM,
    MAIS des SURLOYERS brutaux et démesurés, destinés à virer des logements sociaux les classes moyennes...
    Voilà l’oeuvre de Madame Boutin...

    • Par Philou017 (---.---.---.85) 14 octobre 2010 14:18
      Philou017

      Mais si c’est tres intéressant pour constater le niveau de reflexion politique de nos élus.

      J’adorerais vois s’exprimer ici des députés UMP sur leur vision politique. Quoique certains prendraient certainement un « nègre » pour remplir les paragraphes...

    • Par emile wolf (---.---.---.206) 14 octobre 2010 16:34

      Pas d’inquiétude l’alchimiste, c’est juste un essai de misère de Mame Boutin dixit watremez l’Amaury de service.

  • Par morice (---.---.---.204) 14 octobre 2010 12:30
    morice

    Vous savez, les cathos ont commencé dans l’immobilier :


    « 
    Tu es Pierre et sur cette pierre je bâtirais mon Église  »
    • Par emile wolf (---.---.---.206) 14 octobre 2010 16:43

      Pas les cathos morice, pas les cathos...Les Chrétiens ! « Chrestianos »... André Paul vous le confirmera, c’est la Vetus latinus en personne qui le narre.... Après qu’ils se soient fait barboter l’idée par les Cathos, je ne dis pas, mais rendez à César ce qui n’appartient pas aux Roms. Sacrebleu !

      Croyez-vous Morice que Mame Boutin qui dévore les maux d’une voie humaine pratique aussi l’inflation ?

  • Par Nestor (---.---.---.181) 14 octobre 2010 12:31
    Nestor

    Bonjours Christine !

    J’ai une question pour vous, pendant combien d’années avez-vous cautionné et appuyé les responsables de ce que vous dénoncez dans votre article !

    Vous me direz, il n’y a que les imbéciles qui ne change pas d’avis, mais changer d’avis n’enlève en rien les responsabilités du passé !

    Pour dire que même si vous venez de changer d’avis, vous êtes responsable des faits de sociétés que vous dénoncez aujourd’hui, car vous avez soutenu et travaillé avec ceux qui en sont responsables !

    En tout cas je suis désolé pour vous, ça doit faire mal de s’apercevoir que l’on a pas été dans le bon camp pendant une majeur partie de sa vie surtout quand on représente et que l’on crie bien fort que l’on est Chrétien !

    Maintenant que vous le dénoncez ok, mais on vous attend pour le combattre, pour tirer sans ménagement sur vos anciens camarades et mentors !

    Allez faut monter au front maintenant Christine !

  • Par morice (---.---.---.204) 14 octobre 2010 12:33
    morice

    Je suis effaré de la pauvreté du raisonnement d’une (ex) ministre : Si on a la machine à laver c’est grace au liberalisme !!!


    remarquez c’est vrai ;mais ça l"est aussi pour le communisme :mais les machines sont moins belles... 

    • Par JL (---.---.---.71) 15 octobre 2010 09:31
      JL

      « Si on a la machine à laver c’est grace au liberalisme !!! » (CB)

      « remarquez c’est vrai ; mais ça l’est aussi pour le communisme : mais les machines sont moins belles...  » (morice)

      Certes, mais lesquelles sont les plus durables ?

      « Trois ingrédients sont nécessaire pour que la société de consommation puisse poursuivre sa ronde diabolique : la publicité, qui crée le désir de consommer, le crédit, qui en donne les moyens, et l’obsolescence accélérée et programmée des produits qui en renouvelle la nécessité. Ces trois ressorts de la société de croissance sont de véritables pousse-au-crime ».(Petit traité de la décroissance sereine : Serge Latouche).

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

ECRIVEZ UN ARTICLE !





Les thématiques de l'article


Palmarès







Partenaires