• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Emploi ou dette ?

Interview ce matin, tôt, sur Radio Classique, et demain sur BFM. Puis conférence nationale du Premier ministre sur les Finances Publiques. L’enchaînement de ces rencontres et la lecture de la presse me donnent le sentiment qu’il subsiste encore en France, et c’est sans doute le seul endroit au monde, une conviction que la dépense est le meilleur soutien à l’emploi. Je ne m’explique pas qu’on puisse encore croire à cette légende. Si elle était vraie, attendu notre niveau très élevé de dépense, nous serions au plein emploi, voire en surchauffe de notre économie. En réalité, la dette : c’est ce qui étouffe la croissance et l’emploi, et non l’inverse.

Voilà quinze ans que je m’époumone à crier cette conviction sans convaincre beaucoup, j’en conviens. Nous sommes en déficit budgétaire depuis 30 ans, non pas parce que nous ne prélevons pas assez, mais parce que nous dépensons trop ! Notre dette n’a pas encore atteint son zénith, mais certains ne désespèrent de l’y hisser. Notre chômage est désespérément élevé. Que croyez-vous qu’on en conclue ? Qu’il faut continuer ! On se pince pour y croire, et pourtant ... J’entends que la question des jours actuels serait de savoir quand nous briserons la spirale de la dette. Cette année ? L’année prochaine ? Avant, après les élections ? Je réponds : maintenant ! Il faut commencer maintenant. Le plus tôt sera le mieux. Pour le pays, pour le gouvernement, pour la croissance, et pour l’emploi.

Ce sont d’ailleurs les recommandations de la Commission présidée par Michel Pébereau à laquelle j’ai eu l’honneur d’appartenir. Nous devons absolument nous convaincre, et convaincre les plus hautes autorités de notre pays, que la maîtrise de la dette est une priorité absolument du même ordre que le soutien à la croissance, à l’emploi, à la solidarité. Que ces objectifs sont totalement liés. Qu’ils sont indissociables. Et que la fuite en avant dans l’endettement ferait courir les plus grands risques précisément à notre économie, à la croissance, et à l’emploi, et donc à la cohésion sociale.

Le budget de l’Etat doit être remis à l’équilibre en moins de 5 ans (4 ans est notre recommandation). Cela suppose que les dépenses soient désormais stabilisées en euros courants (zéro valeur), et non plus seulement en euros constants (zéro volume), comme actuellement. En restant en euros constants, l’augmentation du ratio d’endettement n’est stoppée qu’au bout de 4 ans. Il faut alors attendre 8 ans pour revenir à l’équilibre, et 9 ans rien que pour revenir à notre niveau d’endettement actuel ! Non, décidément, il ne serait pas raisonnable d’attendre 9 ans pour retrouver les marges de manoeuvre dont nous avons besoin pour renforcer notre potentiel de croissance et de solidarité. En revanche, en euros courants, l’accroissement de l’endettement est stoppé en 2 ans. Voilà pourquoi il faut stabiliser les dépenses en euros courants dès maintenant. Attendre 2007, c’est perdre un an, c’est prendre le risque de donner l’image d’une législature résignée, et ce n’est pas placer la prochaine dans une dynamique positive.

Non décidément, l’emploi n’a pas de pire ennemi que des finances dégradées et une dette excessive. Qu’on se le dise !


Moyenne des avis sur cet article :  2.71/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • tvargentine.com lerma 11 janvier 2006 19:03

    En regardant l’emission « Droit de savoir » de Charles Villneuve sur TF1 nous avons pu découvrir ,preuve à l’appui ce que nous avions pu constater ici et là dans notre vie quotidienne : L’économie noire explose !.

    Chaque jour,je parcours Paris et il est vrai ,que nous voyons de plus en plus de bar à hotesses (bar à putes) qui se montent et leur développement est assez impressionnant dans Paris.

    Peut être le redémarrage de l’activité économique ?

    Ne serait t-il pas plus simple d’accorder à une prostituée ,un vrai statut de travailleuse ,plutôt que de la voir se faire exploiter par un négrier qui banchi de l’argent sale dans ce type de bar en plein explosion à Paris.(ceci est un autre débat)

    Au cours de ce reportage,nous avons pu voir le montage financier qui était créé pour échapper à l’administration française :

    Société de droits anglos-saxon,salaire en livre anglaise,« salairé détaché en French » .......paient-ils la taxe professionnelle ?

    Bien sur,c’est légal et cela doit permettre à d’autres activitées économiques d’avoir une meilleure adaptation à l’économie mondiale et comme le signal Mr DE VILLEPIN ,1er ministre sur son site web http://www.premierministre.gouv.fr/chantiers/favoriser_croissance_emploi_15 5/

    « fourni aux créateurs d’entreprises des outils pour réussir, facilité le développement d’activités innovantes. » (30-11-2005)

    Nous avons pu aussi découvrir dans cette émission objective ,un vrai faux secrêt sur le travail dissimulé et la fraude fiscale des fonctionnaires de l’administration.

    Instituteurs : mais tous les étudiants savent que leur profs bossent au black alors que le fonctionnaire dispose d’un status social les plus protégés et ou les avantages sociaux ne sont pas à déniger. http://www.education.gouv.fr/

    N’est-ce pas les fonctionnaires de l’éducation nationale qui sont les premiers à défendre leur intêret particulier dans la rue quand les jours de grêve étaient encore rémunérées comme jours travaillés ?

    N’est-ce pas ces mêmes fonctionnaires qui refusent d’aller enseigner dans les banlieues difficiles ,car dans les quartiers pauvres,ils n’y a pas d’argent chez les parents de classes sociales défavorisées pour faire des « extras au black » ?

    C’est donc,ici, un secrêt de polichinelle mais il convient,à l’heure des inégalitées sociales flagrantes,de révoquer l’institutionalisation du travail dissimulé et de la fraude fiscale dans l’administration républicaine.

    Comment ?

    En obligeant l’ETAT,a faire ce qu’il fait pour un quidam du privé,qui ,lui ,a trop travaillé pour gagner sa vie afin d’avoir le pouvoir d’achat d’un fonctionnaire de l’éducation nationale,sans les avantages sociaux (35h,congés payés.et le black...).

    Il faut un croisement des fichiers,bases de données privée/public des caisses de retraites,croisement du solde annuel des revenus bancaires avec le salaire annuel versé par l’ETAT afin de trouver le différentiel d’enrichissement,...bref ce que fait l’actuelle administration composé de fonctionnaires ,qui eux même font des extras dans le conseil fiscal aux entreprises, contre ces « mauvais français » qui ne déclarent pas tout leur revenus à l’administration fiscale.

    Il existe ici,une double discrimination envers le salarié du privé,qui n’a pas l’ensemble des avantages sociaux du fonctionnaire (Retraite,35h,congés payés....)

    Ensuite,dans ce reportage,nous avons,l’aveu de « braves fonctionnaires de police »,qui ,pendant des années se sont trouvés salariés de sociétés de sécurité privée ,tout en ayant un salaire de fonctionnaire,avec la main sur le coeur en expliquant que cela n’existe plus,que cela était toléré...

    Bref,la fraude fiscale et le travail dissimulé était autorisé dans la police et la gendarmerie.

    Ce qui peut expliquer qu’une bonne majorité d’entre eux soient propriétaires de résidence secondaire,alors qu’ils ont à la base des revenus qu’il ne le permettait pas !

    On a donc,des fonctionnaires de police et de gendarmerie,propriétaire de résidences secondaires grace au travail dissimulé et à la fraude fiscale.

    Il conviendrait ici,de croiser avec effet retro-actif les bases de données des caisses de retraites du privée et du publique pour avoir les fonctionnaires-fraudeurs et leur faire des avis à tiers détenteurs afin de recouvir cet argent non déclaré au fisc.

    cela doit se chiffrer en milliard d’euros.

    A l’heure,ou en France,on nous annonce une explosion des PV grace à l’activisme de fonctionnaires de police et de gendarmerie http://www.rtl.fr/info/article.aspdicid=405126

    ne pourrait t-on pas ,exiger,en qualité de citoyen républicain,un reçu de l’Etat,avec le PV,que le fonctionnaire qui a délivré ce pv,n’est pas référencé dans les bases de données des caisses de retraites du privée ou ayant un patrimoine supérieur à ces revenus,ou ayant déjà eu affaire avec des « histoires » de travailleurs salariés pour des sociétés de sécurité privée ?

    Le modèle Suedois pourrait-il amélioré une meilleure qualité du service public ?

    http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-3224,36-721150@51-633528,0.html

    http://www.senat.fr/rap/r00-348/r00-34812.html

    Toujours est-il ,que le lecteur est en droit d’exiger de savoir si le fonctionnaire verbalisateur activiste ne pratique pas l’emploi dissimulé et la fraude fiscale.

    http://perso.wanadoo.fr/metasystems/Repression.html

    il convient d’éviter de voir se reproduire ce que ce type de fonctionaire à pu produire sous le régime de Petain ,pour de l’argent et des primes et ce que pourrait produire demain avec un aventuriste à la tête de l’Etat qui indexerait les amendes et PV au salaire du fonctionnaire travailleur d’emploi dissimulé et bénéficiant de l’impunité dans la fraude fiscale.

    Car la seule fois ou on a ainsi instrumentalisé des « activistes » au sein d’une administration c’était sous le régime de PETAIN !!!

    Doit-on permettre aux fonctionnaires qui ont investie le Parti socialiste ,de parler aux nom de tous les citoyens Français dans leur ensemble et ne prendre en compte que de leur interêt particulier en générant une véritable fracture sociale dans notre pays ?

    Pourquoi le statut du fonctionnaire ne pourrait t-il pas etre remis en cause en France dans l’interêt du citoyen et du contribuable ?

    Pouvons nous dans ce pays,enfin discuter d’un Etat moderne ,efficace dans le traitement de l’administration et de la productivité sans attendre le départ de la génération baby boom ?

    Le débat citoyen et républicain est ouvert


    • (---.---.102.65) 11 janvier 2006 21:42

      Ca n’est pas en regardant le « Droit de savoir » de Charles Villneuve sur TF1, qui est une émission réalisée pour « vendre à Coca-Cola du temps de cerveau disponible » que tu apprendre quelque chose !

      C’est totalement n’importe quoi.


    • (---.---.102.65) 11 janvier 2006 21:47

      M Lambert, vous dites : « Notre chômage est désespérément élevé. Que croyez-vous qu’on en conclue ? Qu’il faut continuer ! »

      Qui conclue ça, s’il vous plait, qu’on lui fasse la peau ?

      On sait tres bien que le chomage est dû a la faillite totale des des partis politiques de droite, et du PS, qui ont abandonné l’idée d’agir sur l’économie, et qui préfère un néo-libéralisme et libre-échangisme stupide, qui créé de la misère, du chômage, de la précarité et une FORTE ENVIE DE SUICIDE, à moins qu’elle se transforme bientot en une envie DE TOUT CASSER, pour repartir sur des bases saines pour une nouvelle société, moins basée sur le fric, et plus sur la solidarité.


      • fredal (---.---.4.108) 12 janvier 2006 08:49

        « Il faut un croisement des fichiers,bases de données privée/public des caisses de retraites,croisement du solde annuel des revenus bancaires avec le salaire annuel versé par l’ETAT afin de trouver le différentiel d’enrichissement,. »

        L’administration fiscale a acces aux soldes des comptes bancaires francais, mais ca ne marche pas : tous les petits commercant que je connais ont une double compta, et utilisent une partie de leur recettes en liquide pour leur depenses courantes en cash. Impossible de coincer un coiffeur ou un barman qui prends 10-20 pourcents de ses recettes et paye en cash ses courses, ses restaus et autre.

        2 remarques a propos de l’article :

        1)Le probleme n’est pas tant de trop depenser que de bien depenser. des depences dans l’education, la R et D, l’environnemment sont des investissemments qui porteront leur fruits dans le futur .

        2)la 5 eme republique avec un parlemment « a la botte » du gouvernemment fait qu’il votera toujours le budget de ce dernier . Comme le gouvernemment a toujours des imperatifs electoraux a cours terme, une vue a moyen long terme est sacrifiee.


        • fab (---.---.248.31) 12 janvier 2006 11:54

          c’est pas tout les jours que l’on a la chance de pouvoir répondre à un homme politique impliqué dans le futur de la société comme vous l’êtes, alors j’en profite.

          si ce n’est les conclusions de la fameuse commission Pebereau, attendues et pleines de lieux communs « s’endetter c’est mal » je voudrais attirer votre attention sur le fait qu’une commission présidée par un tel banquier critiquant la dette ne peut que faire acquiesser le citoyen crédule et rigoler les autres. en effet les grandes banques d’affaires BNP en tetes, bénéficient à mon avis en premier lieu de l’endettement de l’état : elles proposent des produits financiers à base, ou couverts à partir des produits de dettes de l’état, lequel état « permet » les activités de marché car il est caution en dernier ressort. que dire d’un établissement comme DEXIA qui est leader sur l’endettement des collectivités locales.

          croyez vous vraiment, monsieur le sénateur, que ces gens sont impliqués dans la réduction de la dette ? franchement, ça les arrange bien non ? à moins qu’ils ne commencent à avoir peur de ne pas etre remboursés aussi bien ? j’attends avec impatience vos réponses Monsieur Lambert.


          • Briand (---.---.199.45) 12 janvier 2006 12:41

            Le plus intéressant dans cet article c’est :« ce qui n’est pas dit ». C’est à dire : Comment et qui ? Comment réduire le déficit, et qui va payer ? Quelques éléments de réponse. Comment : moins de dépenses d’Etat Education, recherche, sécu, fonction publique et autres dépenses sociales (maladie, retraite….)allocations diverses, qui en période de crise permettent de maintenir un semblant de cohésion social. Qui ? L’actuel ministre Belge des finances dont le pays a connu un déficit budgétaire pire dans les années 80/90, nous suggère de penser TVA.Ils sont à 21%, il y aurait donc une possibilité de rentrées fiscales de ce côté là. C’est, ce que s’apprête à faire Angela. C’est donc pour le citoyen lambda, le risque de double peine. Rappelons par ailleurs que : « Trop d’impôts tuent, l’impôt », on comprend mieux l’instauration d’un bouclier fiscal pour quelques-uns et leurs départs vers quelques destinations exotiques. (la Belgique par exemple) DR


            • Ugo (---.---.156.186) 15 janvier 2006 22:56

              Une info pratique...contre les dettes...J’ai trouvé un nouveau site, vous trouvez un service bien pratique :« Mesurez gratuitement votre vulnérabilité au licenciement » A visiter.... http://www.tensions-sociales.com


              • www.jean-brice.fr (---.---.157.251) 19 février 2006 18:12

                Il est certain que la dette a une influence sur l’activité économique : pourquoi ne parle-t-on JAMAIS du redressement financier de la France de 1958 ?


                • eltoon (---.---.118.202) 20 février 2006 03:20

                  Peut-être les préoccupations (difficultés de fin de mois) d’un ancien notaire aujourd’hui sénateur (l’auteur de l’article) ne sont pas les mêmes que celles du quidam...

                  D’abord, la lutte contre le chômage version De Villepin a son modèle. Un modèle à 5% de chômage mais avec la création (développement puisque quoique rare, phénomène déjà existant en France) des fameux travailleurs pauvres typiques des sociétés libérales à 5% de chômeurs (cumulant deux jobs, n’ayant aucune protection sociale). (Chiffres 2004 : 20% de « working poor » aux états-unis sur l’ensemble des actifs). Que veut-on 10% de chômeur ou 5% avec 20% de travailleurs pauvres ? Ça se discute... et ça se vote.

                  TinyToon

                  « En démocratie, la rue gouverne, éclairons-la »

                  PS : En réponse à ceux qui se demandent où le gouvernement va faire des économies... Je leur dis que c’est déjà visible et je parle seulement de ce que je connais : l’EDUCATION

                  32% de postes aux concours en moins, 17500 départs à la retraite prévus à la rentrée 2006, 10300 postes mis dans les différents CAPES, CAPE et CAPET. Par exemple : des besoins estimés (par le ministère lui-même par le biais de sa DPE, rapport n°71) à 1085 nouveaux profs d’EPS par an entre 2006 et 2013 ; et 400 postes mis au concours.

                  249 établissements « Ambition Réussite » remplaçant les 900 établissements ZEP existants aujourd’hui. « 249 établissements bénéficiant de 1000 profs supplémentaires »(De Robien), et où va-t-on les prendre puisqu’on diminue le nombre de postes aux concours ? Et bien dans ceux qui perdront la certification ZEP...

                  Et pourtant on nous parle de lutte contre la violence, d’égalité des chances... Ah ce qui est sur, c’est que là où il y a les caméras les moyens sont mis : ETAMPES, où un professeur a été poignardé, on met les moyens : On diminue l’effectif de 200 élèves (on passe de 500 à 300) on rajoute un CPE et un adjoint pour obtenir in fine un collège (qui n’était pas ZEP) de 300 élèves, avec 2 CPE, 2 adjoints et un principal. Quel taux d’encadrement !!! Faut-il attendre un évènement dramatique amenant caméras et annonciateur de moyens permettant de remplir davantage les missions de l’école : Instruire, éduquer, former (cf. « Missions de l’enseignant » BO 07/1996) ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès



Partenaires