• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Politiques & citoyens > Euro 2016 : un grand stade oui mais...

Euro 2016 : un grand stade oui mais...

A l’approche de l’euro 2016, de nombreux clubs et collectivités débattent de l’opportunité de rénover ou de reconstruire leur stade.

Entre partisans et opposants, les débats sont « musclés » : certains pensent qu’il s’agit encore de construite « des paquebots de béton » qui coûteront des centaines de millions d’euros publics pour le foot-bisness ; d’autres souhaitent saisir cette « chance historique » pour moderniser nos structures sportives.

Jeune élu bordelais et non-fan de foot, voici mon intervention, vendredi 2 octobre 2009, lors du Conseil de la Communauté Urbaine :

« Notre agglomération a aujourd’hui besoin d’un grand stade. Pour ma part, je soutiendrais ce projet mais pas à n’importe quel prix, pas sans que nous saisissions cette opportunité pour réaliser un véritable investissement environnemental.

Nous avons besoin d’un Grand Stade pour trois raisons :

- tout d’abord, le coût financier du stade actuel. Le stade Jacques CHABAN-DELMAS est un véritable tonneau des danaïdes ! Un panier percé dans lequel nous jetons chaque année plusieurs millions d’euros simplement pour l’entretenir ; et il s’agit toujours d’un « vieux stade »… Je passe sur l’impossibilité de faire évoluer la structure du stade actuel tant son implantation est enclavée et son fonctionnement contraint.

- deuxième raison qui me pousse à soutenir ce projet : le sport dont il est question ici. Je ne suis pas un fan de foot et je ne vais pas au stade à chaque match. Malgré tout, en tant qu’élus, nous ne devons pas oublier ce que représente le football dans notre pays, pour nos jeunes et les milliers de supporters. Le football, c’est le sport populaire par excellence ! Bien évidemment, il y a une élite, comme dans tous les sports. Une élite qui a parfois un comportement financier choquant, mais une élite qui fait aussi rêver, surtout quand cette équipe s’appelle le FCGB et qu’elle est championne de France.

Je ne peux pas laisser dire que les Girondins de Bordeaux sont le fer de lance d’un « Foot-Bisness ».

Tout d’abord, parce que le budget n’a rien à voir avec des clubs comme Paris, Marseille ou Lyon au niveau français ; ce qui nous place de facto à des années lumières financièrement parlant de nos prestigieux homologues Européens (Real de Madrid, Manchester ou le Milan…)

Les Girondins de Bordeaux portent en étendard la culture du jeu et des valeurs positives de ce sport. Jamais les dirigeants bordelais n’ont eu la philosophie d’un sport où l’argent serait Roi. Pas plus que les supporters d’ailleurs. Pour rappel, les groupes de supporters de Bordeaux ont fait plusieurs grèves la saison passée et ont déployé quasiment à chaque match des banderoles contre les dérives du foot business, dans une indifférence médiatique et politique presque totale…

Le football est une activité commerciale c’est-à-dire une économie créatrice de richesse, d’emplois et d’animation.

- troisième et dernière raison : le levier économique que pourrait constituer cette structure. En période de récession, l’investissement généré par les pouvoirs publics doit être encouragé. Et nous aurons pour cela besoin de toutes les collectivités, y compris du Conseil Général.

Mais, comme je le disais dans l’introduction de mon intervention, un Grand Stade OUI mais pas à n’importe quel prix.

Le prix, justement, plus de 200 millions d’euros à ce jour. Il serait irresponsable, dans le contexte économique et écologique actuel, de ne pas profiter de ce projet pour réaliser un investissement environnemental. Je plaide ici pour la réalisation de ce projet car je crois que nous n’aurons pas 2 fois dans la décennie l’occasion d’investir à une telle hauteur.

Agir pour le Développement Durable, c’est combattre le « courtermisme » au profit d’une vision de long terme, innovante, qui non seulement limite l’emprunte environnementale de la structure et de sa construction, mais qui nous oblige à saisir toutes les opportunités pour faire de ce stade autre chose qu’un nouveau paquebot de béton.

Pourquoi par exemple de pas exiger que l’ensemble du Grand Stade soit recouvert de panneaux photovoltaïques ? Il pourrait ainsi être une véritable unité de production énergétique et donc une source de financement non négligeable pour sa construction, son utilisation et surtout, une source de financement préférable à l’adossement de nouvelles surfaces commerciales.

Pourquoi ne pas avoir un dispositif puissant de récupération des eaux de pluie ?

Ces idées sont loin d’être irréalistes. D’autres villes dans le monde se sont engagées dans cette voie, à l’image de Berne ouTaïwan.

J’ajoute enfin que concernant le lieu d’implantation, le quartier du Lac à Bordeaux est celui qui répond le mieux aux exigences environnementales, notamment par une future desserte du tramway.

Ma position sur le Grand Stade sera donc un « Oui MAIS » pour que notre agglomération dispose d’une infrastructure moderne et nécessaire, qui ne soit pas une « épave » échouée sur l’agenda 21 de notre agglomération, mais au contraire un investissement environnemental pour les générations futures. Bref un stade écolo ! »

Fabien ROBERT

www.fabienrobert.com


Moyenne des avis sur cet article :  2.6/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • Yann Amare 5 octobre 2009 12:46

    A Grenoble il y a un Grand Stade construit en pleine ville (faut voir le bordel les soirs de match), la construction de ce stade a été la cause de la large destruction du seul grand parc de cette ville par ailleurs très polluée. Ce parc a été défendu par les habitants et les arbres menacés occupés par des jeunes écocitoyens pendant 3 mois, l’ hiver 2003-04...Les pouvoirs locaux (socialistes) ont envoyés les robocops matraquer et gazer les défendeurs de ce parc contre le bétonnage. L’argent public a financé la construction de ce stade (100 millions d’€), l’équipe de foot (le GF38) a été privatisée, les résultats cette saison de cette équipe atteint des records dans les pires résultats jamais obtenus par une équipe de foot en L1 (8 matchs 8 défaites)... Les grenoblois se demandent au profit de qui on a bousillé ce parc ? Et pourquoi ? Et pour quelle raison on les a roulé dans la farine à ce point ?...  


    • Yann Amare 5 octobre 2009 15:23

      T’as pas toute tes facultés, parkmachin, t’as pas compris que j’en ai rien à battre du foot, je peux même dire que je suis content que le GF38 perde tout ses matchs (pourvu que ça continue), ça met dans la merde les constructeurs de cette saloperie de stade, fais toi greffer un cerveau le tien il est HS...


    • Maximus 5 octobre 2009 19:52
      @ Yann Amare

      C’est une bonne chose de votre part de rappeler que ces installations, aussi immondes que démesurées, n’ont strictement aucune certitude d’être pleinement utilisées à long terme.

      Je serais curieux de savoir à quoi ressemble le stade de la Beaujoire à Nantes, les soirs de matches, avec son équipe sinistrée et ses gradins vides.

      Et le stade de France, quel taux d’utilisation de ce machin ?

    • LE CHAT LE CHAT 5 octobre 2009 14:25

      Salut Parkway ,
      oui , c’est des fois bien cher pour parfois un triste spectacle , on est loin de la premier league ou de la bundesliga !

      enfin , ils ont pas la chance d’être sponsorisé par Rollex comme le golf , pas plus écologique surtout dans le midi avec les centaines de m3 d’eau gaspillés pour arroser les greens ...


    • Fergus Fergus 5 octobre 2009 16:11

      La construction des stades destinés au activités sportives professionnelles doit désormais être laissée totalement à la charge des clubs utilisateurs. A eux de le rentabiliser.

      Ras-le-bol des investissements publics pour des équipements qui coûtent plus qu’ils ne rapportent aux collectivités alors qu’ils permettent de très gros profits pour des clubs largement gangrénés par l’abandon de la plupart des valeurs éthiques du sport..

      Signé : un ancien footballeur (32 ans de pratique et 10 ans d’encadrement de jeunes)


      • georges 5 octobre 2009 17:19

        si seulement les stades etaient privatisés le contribuable n aurait pas a se plaindre de debourser mais les municipalités refusent de conceder les stades
        on est en France, le pays du « service public » mis a toutes les sauces ( en fait un moyen pour les municipalités de conserver une part de pouvoir )
         les clubs de foot sont des entreprises privées dont les locaux sont encore sous controle des pouvoirs publics . en france on estime que le foot a un role social ..

        pour l Euro 2016 en France je n y crois guere , l Italie devrait l avoir , ils sont plus ambitieux et plus en avance que nous sur les dossiers , chez nous le carcan administratif est quasi insurmontable , tout intitiative privée est freinée et lorsqu il y a une intervention publique les eternels empecheurs de tourner en ronds se mettent en branle . on est pas un pays de foot , pas un pays de sport


        • elec 42 elec 42 5 octobre 2009 18:50

          pour canaliser la colère du peuple,les romains avaient inventés les jeux du cirque,nous on a le foot.


          • Maximus 5 octobre 2009 19:03

            A ce que je vois, les caisses publiques sont beaucoup moins vides pour ceux qui ont de l’influence et déjà bien trop d’argent. Les collectivités publiques veulent aider des vrais miséreux surtaxés, comme on le voit


            Remember 1998, l’emploi précaire se développe, on privatise, mais pas de problème pour les sphères de pouvoir, le foot est là.

            Les sportifs professionnels sont d’une avidité répugnante ? Forcément, ils n’ont que ça pour la plupart.

            Un type de 80 de QI devrait être reconnaissant à l’existence de pouvoir gagner 1000 fois ses performances cérébrales en Euros/mois (pas mal le ratio non ?).

            • stephanemot stephanemot 6 octobre 2009 04:45

              Bordeaux ne peut pas a la fois avoir des ambitions internationales au niveau politique, economique, culturel et touristique, et conserver une telle enceinte. J’ai ete a « Chaban » a l’epoque « Lescure » et si ce stade a evolue, il n’est clairement pas plus adapte a ce siecle qu’a la fin du precedent.

              Il convient de considerer un stade comme un lieu de vie fondamental pour un club et ses supporters, mais aussi un outil precieux pour une ville, sa region, leurs habitants et leurs visiteurs, au-dela des speculations immobilieres habituelles.

              La tendance est au multifonctionnel / multiservices 365j/365 24h/24 7j/7, au respect de l’environnement y compris l’environnement urbain, aux hubs de transports multimodaux, aux partenariats public-prive...

              Ce n’est ni une cathedrale ni un monument mais un quartier a part entiere de la ville, qu’une communaute a la chance inouie de pouvoir completement repenser et optimiser une fois tous les deux siecles au maximum.

              Il serait non seulement stupide mais irresponsable de ne pas considerer un tel projet serieusement. C’est a dire sans verser dans la simple cosmetique (comme pour la Coupe du Monde 1998 en France) ni dans le pharaonique demesure (comme le toit du stade de Montreal pour les JO 1976).

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON









Palmarès