• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Politiques & citoyens > Fin de récré sifflée pour le service public du train

Fin de récré sifflée pour le service public du train

 

 Le parlement européen vient de voter le rapport suivant :


1. L’ouverture à la concurrence du transport ferroviaire international de passagers dès 2008, y compris cabotage sur lignes internationales.

Qu’est-ce que le cabotage ? Quasiment personne ne voyage de Paris à Rome en train. Cela signifie que sur la ligne Paris-Rome, les segments Paris-Lyon, Lyon-Marseille, Marseille-Turin, etc. sont aussi ouverts à la concurrence.

 

 

A l’intérieur de ces grandes lignes internationales, on trouve les liaisons nationales les plus rentables. A terme, cela signifie que seules les "grandes" compagnies ferroviaires (SNCF, DB) risquent de monopoliser et d’écrémer le marché, au détriment des compagnies nationales des pays à taille réduite et/ou traversés par des grandes lignes internationales ( Belgique, Luxembourg, Pays- Bas, Autriche, République tchèque, Slovaquie, Hongrie, Pologne, Lettonie, Lituanie...).

 

2. L’ouverture à la concurrence du transport ferroviaire national de passagers dès 2012.

 

3. La possibilité d’ouvrir de manière anticipée le trafic national avec une "clause de réciprocité" selon laquelle seules les entreprises ferroviaires établies dans un état membre dont le réseau est ouvert à la concurrence pourraient faire circuler des trains dans un autre état membre.

 

La droite française a joint ses forces à celles des droites européennes pour accélérer la libéralisation du trafic ferroviaire. Elle a voté pour l’ouverture à la concurrence du transport ferroviaire des passagers, relayant les ambitions commerciales de la direction de la SNCF qui ne cache pas son soutien à cette directive.

 

La priorité politique de l’Union européenne devrait être de rééquilibrer les conditions de concurrence entre le rail et la route. Sans ce volontarisme, la route continuera de triompher. A cet égard, l’Europe doit privilégier une véritable politique des transports, plutôt qu’une approche en termes de marché des transports, qui risque de perpétuer l’hégémonie routière. La question n’est donc pas celle du choix entre monopole ou concurrence, mais plutôt celle de la compétitivité externe du rail par rapport aux autres modes de transport.

 

Enfin, c’est encore un service public essentiel qui est balayé par cette directive qui accélère le désengagement des sociétés nationales de chemin de fer de l’exploitation des lignes non rentables, pour organiser la compétition sur les liaisons les plus profitables, au détriment de l’aménagement du territoire et de l’usager.

 

 

 

 


Moyenne des avis sur cet article :  1/5   (2 votes)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • CaDerange (---.---.125.103) 30 septembre 2005 10:56

    Mais Monsieur le député, ceçi n’est que le resultat du traité de Maastricht que Monsieur Mitterand a signé et fait approuvé par les Français par referendum et du traité de Nice que Monsieur Chirac mais aussi Monsieur Jospin ont signé ! Tout ceci était écrit des le départ dans les traités sur l’Europe que l’on nous a fait voter, gauche et droite confondus. Il est un peu étonnant de s’en apercevoir seulement 20 ans après !


    • juxjux (---.---.189.150) 1er octobre 2005 09:36

      Et puis, et alors ? Les conditions de service à la SNCF sont bonnes, les employés compétents, le matériel est bien entretenu. La France est championne du monde du train. Alors, oui à l’ouverture des marchés et que le meilleur gagne.

      EDF gére bien l’électricité de Londres, la RATP exploite une dizaine de ligne de bus du réseau londonien.....car ce sont des bonnes entreprises, avec un formidable savoir-faire, des compétences extraordinaires.

      Maintenant si votre inquiétude concerne la défense des droits exhorbitants du système de retraite cheminot et le maintien corrolaire du syndicalisme bourgeois, conservateur et irresponsable des fédérations du rail que vous caressez dans le sens du poil, socle profond de votre électorat, et bien oui, si j’étais vous, je parlerais bien de « fin de récré » comme s’intitule votre message.

      Le monde n’est pas « une récré » Monsieur le Député, le monde est sérieux, grave, et impliquant. Retournez jouer aux billes.


      • sashaa 27 novembre 2009 18:57

        Un livre incontournable sur le sujet vient de paraitre, écrit par Jean-Claude Favin-Lévêque, ancien cadre SNCF, sous le titre « Concurrence ferroviaire : la France peut-elle gagner ? » , aux éditions lignes de repères.
        Nous sommes sans doute très bons avec le TGV, mais selon l’auteur la SNCF a de gros handicaps à surmonter sur elle veut gagner cette bataille du rail à laquelle elle, mais aussi l’état, ne s’est pas préparée alors que les Allemands sont très en avance.
        Les pertes de part de marché sur le fret, en particulier, seront difficiles à surmonter.
        Mais lisez ce livre, il est très éclairant, mais aussi dérangeant pour les tenants d’un immobilisme très franco-français.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON









Palmarès