• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Politiques & citoyens > Hyper-présidence ou Impair-présidence ?

Hyper-présidence ou Impair-présidence ?

La sagesse populaire enseigne de ne pas confondre vitesse et précipitation. En cette période de voeux, on pourrait souhaiter au Président de la République de pouvoir s’en inspirer. La fin de 2009 et le début de cette année ont été en effet marqués par une multiplication d’« impairs » qui illustrent la manière dont notre pays est mal gouverné.

  • La censure de la taxe carbone n’a été que la conclusion provisoire d’une démarche hâtive, incomplète et de surcroît injuste que les Sages n’ont pu que sanctionner.

  • La gestion de la crise de la grippe H1N1 n’a pas été plus satisfaisante  : on se souvient des difficultés rencontrées devant les centres de vaccination. On découvre aujourd’hui que des millions de doses ont été commandées en trop. Et la vaccination dans les cabinets médicaux, qui devait commencer aujourd’hui, peine à démarrer faute de mise à disposition des doses adéquates.

  • L’élection de deux nouveaux représentants de la France au Parlement européen a dû être annulée et retirée dans la précipitation de l’ordre du jour de l’Assemblée nationale devant l’opposition du Parlement de Strasbourg et de la Présidence de l’Union.

  • La réforme de Pôle emploi, dans un contexte d’explosion du chômage, s’est révélé à ce point catastrophique que des dizaines de milliers de dossiers sont restés en souffrance et que le gouvernement a été contraint de recruter en urgence des contractuels pour faire face aux besoins, sans résoudre les problèmes d’organisation particulièrement sensibles sur le terrain.

  • La désorganisation de la majorité est telle que le Sénat a même fini par voter contre le projet de redécoupage électoral, obligeant le gouvernement à saisir à nouveau l’Assemblée nationale dont l’ordre du jour est pourtant déjà surchargé.

  • Le texte sur les jeux en ligne, présenté dans l’urgence en septembre pour rentrer en application le 1er janvier est toujours bloqué au Sénat faute de pouvoir trouver sa place dans un ordre du jour totalement embouteillé.

Force est de constater que l’hyperprésidence n’est pas un gage d’efficacité. Par charité, je ne multiplierai pas les exemples au-delà de ceux que je viens de citer, qui sont déjà par eux-mêmes suffisamment illustra tifs. On aurait simplement pu espérer qu’au moment où notre pays traverse une crise sans précédent, le gouvernail soit tenu d’une main ferme et l’équipage motivé. L’hyperprésidence signifie au contraire une navigation « au jugé », qui ne peut qu’inquiéter sur l’évolution de la situation de notre pays.

 

Gaëtan Gorce

http://gorce.typepad.fr/blog/

 


Moyenne des avis sur cet article :  3.86/5   (14 votes)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • Bardamu 13 janvier 2010 11:02

    « La censure de la taxe carbone n’a été que la conclusion provisoire d’une démarche hâtive, incomplète et de surcroît injuste que les Sages n’ont pu que sanctionner. »

    -Mais l’UmpS -alliance objective entre deux partis aussi internationalistes et « libéraux » l’un que l’autre : l’Ump et le Ps- veillera à remettre le couvert prochainement, n’en doutons pas une seconde.

    Le Ps adôôôre cette fausse écologie, son acmé étant désormais atteint grâce à ce « réchauffisme » opportun -par moins dix cet hiver, tout de même ! 

    Oui, cette taxe n’étant rien moins qu’un échelon écolo à franchir avant de nous hisser vers la gouvernance mondiale !
    Eh puis, d’assurer ainsi le triomphe d’une oligarchie élitaire mondialiste autant souhaité par Flamby-Hollande que Nico-petit-président !

    Nonobstant le tour de passe-passe, il est certain que les petits, les Français d’en bas le paieront, ce « droit à respirer ».
    Les grands industriels, quant à eux, auront droit à des quotas de carbone à ne pas dépasser.
    Et comme de bien entendu ces derniers s’empresseront de transgresser un semblant de loi, ceci sans que les politiques -leurs représentants- ne s’y opposent.
    Un parmi eux, moins en vue qu’un autre, sera alors livré en pâture un court moment aux ogres médiatiques, pour donner le change... eh puis, basta, oublié !... que vogue le navire !


    « La gestion de la crise de la grippe H1N1 n’a pas été plus satisfaisante : on se souvient des difficultés rencontrées devant les centres de vaccination. On découvre aujourd’hui que des millions de doses ont été commandées en trop. Et la vaccination dans les cabinets médicaux, qui devait commencer aujourd’hui, peine à démarrer faute de mise à disposition des doses adéquates »

    Elle a surtout été le fait d’une énorme manipulation cette gestion ! d’une sacrée propagande !... d’un viol des foules à la Tchakhotine !

    Sinon, le Ps aurait mené l’affaire pareillement, la santé étant chez nos bobos de gôche leur préoccupation principale.
    Eh ! être enrhumé n’est pas l’idéal pour se rendre à l’opéra : renifler nuit à l’écoute !


    « La réforme de Pôle emploi, dans un contexte d’explosion du chômage, s’est révélé à ce point catastrophique que des dizaines de milliers de dossiers sont restés en souffrance et que le gouvernement a été contraint de recruter en urgence des contractuels pour faire face aux besoins, sans résoudre les problèmes d’organisation particulièrement sensibles sur le terrain. »

    Enfin, en matière de dissolution des services publics, Jospin n’a-t-il pas fait naguère preuve d’un sacré talent ?

    Les Dsk, Lamy, Rocard !... plus libéraux, il n’y a pas !

    La même racaille en l’UmpS !
    Ici, une bourgeoise entrepreneuriale !... là, une bourgeoise bobo, versée dans la culture et le cosmopolitisme -sushis et vélib !

    Alors, pour le petit... être mis Gros-Jean comme devant par l’une ou l’autre de ces parties d’un grand-Tout, quelle imprortance !

    Parmi ceux-ci, des incompétents du même acabit qui n’ont pas vu venir cette crise, et qui tentent de nous faire croire à une reprise -quand dans le même temps les grands patrons d’entreprise retirent leurs billes, protègent leurs biens !... hop ! hop ! les stocks options !... renseignez-vous, vous verrez !

    Oui, les mêmes tartufes au discours creux et ampoulé, communiquant avec un peuple qu’ils ignorent et mépisent avec un commun double langage, une langue du même bois !

    Bon, on l’aura compris, entre élites umpéistes sionistes ou élites de gôche qui le sont tout autant -Dray, « monsieur Tel Aviv » ; Dsk, copain comme cochon avec Sarko, qui chaque matin se réveille avec une pensée... pour Israël !... rien à attendre de ceux-là !

    Ouste, l’UmpS !... adieu les pitres !
    Tout ça finira en un seul parti : le souhait de Sarkozy.
    Alors quand vous voterez aux régionales, évitez ces deux bulletins, de couleur bleu-rose !



    • ddacoudre ddacoudre 13 janvier 2010 14:25

      Bonjour Gaëtant

       

       

      Le commentaire de bardamu est dur mais juste, si tu as raison sur l’activité de notre hyperprésident, ce qui vous sépare ne sont pas des problèmes de fond mais de forme et de détail. Si vous étiez au pouvoir vous auriez fait la même chose a quelque variantes prés, car l’on ne peut gérer le pays en dehors des réalité de son environnement économique et politique.

       

      Nous pouvons tenir les discours que l’on veut mais la réalité est celle de nos actes au quotidien. Vous n’êtes plus des socialistes et vous avez un mal fou a l’admettre, au point d’en faire même un déni. Vous tournez en rond depuis des années pour vous séparer de son histoire, c’est ce que te dis Bardamu. Cela ne signifie pas que vous n’ayez pas la volonté d’assurer le bien être des citoyens et leur prospérité, mais de la même manière que l’on Ump et le Modem, comme tous ceux qui pour construire l’EU ont abdiqué devant les marchands qui aujourd’hui tiennent le monde, même la Chine. Cela ne vous empêche pas d’être auprès du quotidien des concitoyens et d’être efficace, mais ce ne sont pas là que se dessinent les pouvoirs et la puissance. Or sans le savoir vous êtes devenu des disciples de Hayek, qui considérait que le marché se régulait tout seul pour apporter la prospérité, comprenant que vos actions politiques en sont un élément. Devant l’échec patent de cette de se modèle (je sais que les puristes de Hayek me reprendront) qui nous a conduit à nos maux actuels vous préconiser d’en sortir par le mal qui nous y a conduit, ainsi nous tournons en rond et tournerons en rond jusqu’à l’inévitable explosion mondiale qui se dessine.

      Si vous espère changer les choses alors vous allez devoir reconstruire une espérance sur un socialisme nouveau où les entreprises aurons toujours leur place au service de l’humanité et non de quelques actionnaires, il y a d’autres moyens qu’eux pour capitaliser, ce sera à vous de le construire, mais pour se faire il vous faudra faire la traversé du désert, il vous faudra reconquérir la défiance de la population envers les partis qui sont le creuset de la démocratie dont vous n’avez fait qu’un instrument élitiste au service des marchands, ce qui ne met pas en cause louables intentions sociales.

       

      La population mondiale croit, elle se regroupe pour une bonne part dans les cités urbaines qui deviennent des lieux criminogènes et liberticides, les ressources énergétiques seront consommées rapidement devant cette explosion avant même que nous ayons trouvé les moyens de satisfaire toute la demande. Cela signifie que l’écart que l’on mesure en fracture va devenir un abîme si vous ne trouvez pas un moyen autre que celui du travail pour offrir un revenu aux populations et réorienter leur désir vers d’autres espérances que celles de productions ostentatoires qui vont disparaître. Or ce sont elles que les marchands développent dans les marchés asiatiques et vous n’avez aucun moyen de les en empêcher sauf d’être prêt pour offrir une nouvelle ère et une nouvelle civilisation quand le capitalisme marchand s’effondrera. Si vous ne faites pas cela vous ou d’autre peut-être, alors les populations confieront leur destin à des « tyrans », même s’ils sont issus des partis politique qu’ils élisent.

       

      Nous entrons dans une évolution démocratique qui par le désintérêt de ses citoyens maintenu dans une sous culture consumériste va devenir une démocratie totalitaire dont les citoyens élirons tous les 5 ans leur dictateur jusqu’au saut final.

       

      J’ai quitté le PS pace que vous n’étiez plus des socialistes, parce que vous ne vous reconnaissiez plus dans des hommes comme Pelloutier, je n’ai aucune rancœur et j’ai tristement vécu votre déclin. Je ne pense pas que vous vous ressaisirez vous irez jusqu’au fond du gouffre pour vous fondre et mourir avec la loi du marché.

      2100 sera de fait le tournant séculaire de cette industrialisation qui a apporté son lot de grandeurs et montré les capacités cognitives humaines. Elles seules peuvent nous être la richesse future il va vous falloir apprendre à rémunérer les hommes pour apprendre et du cumul de leurs connaissances en sortira le futur, mais faut-il ne pas les réduire à des outil mercantile dont l’on a de moins en moins besoin car la technologie nécessite de moins en moins de main d’œuvre, mais ce n’est pas pour autant que celle-ci n’aura pas « faim ». or vous ne pouvez proposer de la nourrir par ce qui va se raréfier encore plus et presque disparaître dans l’industrie le travail. Lionel avait déjà lancé ce débat quand il était au commende du Ps, nous ne l’avions regardé que par le petit bout de la lorgnette en pensant que le tertiaire suffirai à apporter des solutions, il y a certes contribué sinon cela serai pire mais il a atteint ses limites.

       

      La lutte contre la pollution va être une activité fleurissante, si vous laisser les marchands se l’approprier ils ne construiront que ce qui est source de revenu pour les actionnaires, nous sommes dans cette voie, il faut donc s’attendre à de nouvelle crise comme celle qua traversé les nouvelles technologies. Aujourd’hui il est impossible aux politiques de reprendre la main, soyez donc prêt pour affronter le grain.

       

      Mélanchon est dans votre situation je lui ai dit a peu pré la même chose, est-ce, que des résidus du socialisme historique qui a marqué notre histoire, il sera regrouper les bouts disséminés qui ont giclé du mur de Berlin pour les fondre et construire le futur. Je pense qu’il est mieux placé que vous, mais il va avoir du mal a récupérer toutes les nouvelles initiative qui naissent on se ground pour les synthétiser, ce n’est pas un pari impossible.

       

      Je terminerai sur cette maxime on ne lui avait pas dit que c’était impossible, il la fait.

       

      Cordialement.


      • LOKERINO LOKERINO 13 janvier 2010 17:23

        en parlant de voeux que pensez vous de la formule de votre college à Toulouse , Mr Cohen :
        Pierre Cohen et l’équipe municipale vous souhaitent une année chaleureuse et durable. »

        Que peut bien vouloir dire une « année durable » ? le contraire est une année non durable ? de moins de 365 jours ? Le marketing politique nous conduit parfois a des expressions bien ridicule !!!



         
         

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON









Palmarès