• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Lettre aux petits-enfants de mai 68

Lettre aux petits-enfants de mai 68

Ils ont vingt ou trente ans, ils galèrent de stage non rémunéré en recherche d’emploi infructueuse pour cause de manque d’expérience. Ou bien ils ont décroché un job largement au-dessous de leur compétence mais qui peut déboucher, ô merveille, sur un CDI. Les petits-enfants de mai 68 ne rêvent plus de lendemains qui chantent, mais trébuchent sur un présent désenchanté. Désargenté aussi, d’ailleurs. Or, ils ne se font pas entendre, tous ces blessés de l’avenir. Pourquoi ?

Premier mai 2010, manifestation dans un pays en crise, une Europe en crise, un monde en crise. Le mot d’ordre syndical est la défense des retraites. Mais là n’est pas la raison de ce qui saute aux yeux de l’observateur contemplant la procession des citoyens venus commémorer la journée internationale des travailleurs et la défense des acquis sociaux : ceux qui défilent aujourd’hui, ont, en grande majorité, largement dépassé la trentaine. C’est un défilé de séniors qui porte les banderoles.

Jeunesse, où es-tu ? Que fais-tu ? Le monde est en passe de s’effondrer, progressivement grignoté par des décisions ayant confié aux plus forts encore plus de pouvoirs qu’ils n’en avaient, tandis que les contre-pouvoirs étaient démantelés en catimini. Les états, même de gauche, ont été complices d’une mondialisation des échanges, vendue comme une internationale sociale, alors qu’il s’agissait surtout d’une internationale néolibérale. Le peuple, qui sait lire, a voté non au traité constitutionnel européen qui impliquait l’impossibilité de revenir à une politique non capitaliste. Mais celui-ci est revenu quand même, modifié, mais sans être soumis à nouveau aux suffrages des citoyens. Les attaques contre la Grèce, et leur conséquence possible constituée du contrôle éventuel des états par une commission européenne non élue, disent bien quel est l’enjeu, qui s’apparente à une guerre entre la main-mise économique de la haute-finance et le pouvoir du peuple.

Tu ne sais plus, jeunesse abreuvée d’informations et de distractions, angoissée par le chômage et l’avenir, que nous avons le pouvoir. Nous, oui nous, le peuple. Écoute sur ton MP3 le discours d’ Etienne de la Boétie. C’était il y a plus de quatre-cent ans, il avait dix-huit ans. Comment a-t-il pu comprendre tout cela, je l’ignore. C’est presque magique, de trouver dans ce texte ce dont nous, les plus anciens, nous souhaiterions tellement que ce soit compris par chacun. Tout y est, déjà : du projet d’abrutissement des gens de peu d’esprit par des jeux et des spectacles, jusqu’à l’instauration du contrôle d’autrui par un système pyramidal où les élites, dominées par leur chef, compensent et supportent leur aliénation en soumettant leurs subordonnés. Tout est dit du fait que le pouvoir d’un tyran vient du désir inconscient des soumis d’avoir un chef qui lui impose son pouvoir. Sans ce désir, le tyran n’existe pas.

Quel rôle avons-nous dans ton silence d’aujourd’hui, nous qui avons traversé il y a si longtemps, une révolte que nous avons pris pour une révolution ? Nous allons encore aux défilés, nous portons des pancartes, nous bloguons même sur internet, utilisant tes armes, affolés que nous sommes de voir si vite tomber la société heureuse que nous avons connue, et ses projets de justice sociale et d’égalité fraternelle. Mais tu n’es pas avec nous dans la lutte sociale, jouant en réseau devant ton ordinateur, ou travaillant pour payer l’emprunt de ta maison. Tu n’y est pas, et peut-être que la raison en est, entre autre, que nous t’avons convaincue que l’important, c’était le bonheur ici et maintenant, que les hommes politiques étaient interchangeables et que croire qu’un autre monde était possible relevait d’une de nos anciennes maladies de jeunesse que tu as résolument décidé de ne pas attraper. Tu n’es pas là, parce que tu n’as pas conscience que tu nous manques, que cette société, c’est la tienne, et qu’elle sera ce que tu en feras. Tu laisses quelques barbons, égoïstes et experts dans l’art de manipuler les masses, emporter des votes qu’ils ne méritent pas, et tu te laisses écarter des instances dirigeantes des partis, sans penser que l’union fait la force et qu’il suffirait de faire un putsch pour redonner aux partis se disant de gauche une vraie légitimité idéologique, au lieu de tromper les électeurs sur la marchandise, tout au moins sur les décisions de fond.

Nous avons prôné la liberté, et nous nous sommes enchaînés par la consommation. Notre tyran, c’est notre caddy. Tu ne te souviens pas de nos amis partis vivre en élevant des chèvres, pour contrer la société de consommation. Tu ne t’en souviens pas, parce qu’ils sont revenus et qu’ils ont maintenant résidence principale et secondaire, qu’ils ont bercé l’enfance de leur progéniture de séjours au ski et de voyages à l’étranger, et qu’ils lui ont offert son premier ordinateur à l’âge où eux avaient été heureux d’avoir des patins à roulette.

Nous sommes à genoux, un chéquier à la main. L’emprunt est la main invisible qui nous broie «  Empruntez, empruntez, il en restera toujours quelque chose ! ». Oui, nous t’avons transmis la vie à crédit. L’épargne n’est plus considérée comme une vertu, mais comme une erreur, juste bonne à permettre à notre génération de te donner l’avoir indispensable pour que tu puisses t’endetter.

Comment le bonheur « ici et maintenant » que nous avons souhaité, est-il devenu, « acheter tout de suite, même si l’on n’a pas l’argent nécessaire » ?
Quand est-ce que nous avons lâché sur l’essentiel sans le savoir ?
Nous nous sommes tous, ou presque, laissé avoir par la propagande consumériste. Nos valeurs d’égalité sont reprises par les chantres du néolibéralisme, qui avancent masqués. Etre égaux, cela veut dire maintenant obtenir les mêmes biens de consommation. On oppose au projet de déconsommation, l’idée que cela impliquerait de refuser aux plus pauvres ce qu’ils ont bien du mal à obtenir et auquel ils auraient droit comme tout le monde. Mais faire consommer au-delà de ses possibilités, n’est-ce pas ce qui se passe actuellement, avec les résultats catastrophiques que cela engendre en terme de sur-endettement ou d’angoisse quotidienne ? La même propagande peut agiter aussi le spectre du chômage « Si vous prônez la décroissance, vous serez responsables du chômage ! ». Je te suggère une piste de contre-propagande : si le néolibéralisme était une bonne façon de lutter contre le chômage, cela se saurait !
Mais peut-être es-tu dupe de ces sirènes mortelles. Peut-être nous en veux-tu d’avoir profité d’un monde ouvert où tout était à prendre, pour te léguer maintenant une situation explosive où chômage et appauvrissement se développent, tout en te donnant des conseils de rigueur que nous ne nous appliquons plus depuis longtemps à nous-mêmes.
 
Nous nous sommes trompés, lourdement. Nous avons tellement cru à la démocratie que nous avons laissé des gens qui n’en voulaient pas, s’en emparer, pour la détourner de son sens. Il est tard, maintenant, pour ouvrir les yeux. Mais pas trop tard : « Les tyrans ne sont grands que parce que nous sommes à genoux » Étienne de La Boétie, Discours de la servitude volontaire, 1549.

Ne te trompe pas de cible, ô jeunesse de 2010. Nous sommes avec toi, nous voulons que ce monde reprenne le bon chemin, nous souhaitons que chacun ait la possibilité de vivre décemment de son travail, sans être contrôlé, évalué, disqualifié, sous-payé, licencié, comme ça, pour rien, du fait du prince qui est, maintenant, le principe du plus grand bénéfice, doublé d’une normalisation féroce, et d’une prise de pouvoir par un management d’une cruauté dissimulée mais souvent réelle. Notre pays n’a pas fait la révolution pour tomber dans l’absolutisme des marchés.

Nous sommes soucieux de ton avenir, de l’avenir de tous, et de celui de la planète, c’est pourquoi nous tentons d’agir.
Mais, sans toi, rien ne sera possible.
 
Des informations sur Wikipedia à propos d’ Etienne de la Boétie et son fameux Discours :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Discours_de_la_servitude_volontaire
 
Le discours lui-même à lire ou à écouter :
http://audiolivres.wordpress.com/2009/03/21/la-boetie-discours-de-la-servitude-volontaire/
( audition du texte lu en MP3 ; Olivier Gaiffe sur audiolivre )
 
La "Lettre à la jeunesse" d’Emile Zola, sur Wikisource :
http://fr.wikisource.org/wiki/Lettre_%C3%A0_la_Jeunesse
 

Moyenne des avis sur cet article :  4.25/5   (59 votes)




Réagissez à l'article

174 réactions à cet article    


  • Firedog Firedog 17 mai 2010 09:59

    Très bel article !
    Cette phrase : "Peut-être nous en veux-tu d’avoir profité d’un monde ouvert où tout était à prendre, pour te léguer maintenant une situation explosive où chômage et appauvrissement se développent, tout en te donnant des conseils de rigueur que nous ne nous appliquons plus depuis longtemps à nous-mêmes." résume exactement ma manière de penser.


    • Néo-Résistant Néo-Résistant 17 mai 2010 17:00

       Quand on sait que pas loin de 80% des citoyens sont non politisés et intoxiqués par TF1, le Figaro et consorts, il est évident que c’est à la minorité dite agissante qu’appartient la possibilité de renverser (pacifiquement de préférence !) la « dictature des marchés » et jeter le libéralisme dans les poubelles de l’histoire.


    • rocla (haddock) rocla (haddock) 17 mai 2010 10:05

      des générations d’ imbéciles ont fait croire aux jeunes qu’ il fallait comprendre la théorie de la relativité , faire des études bac plus 52 , alors qu’ il y a des tas de métiers super épanouissants où il y a du taf , de l’ argent à gagner .

      Mais des idiots congénitaux ont fait croire que suer la transpiration était le début de la fin .

      Allez jacter ailleurs , professeurs chom’du .


      • Internaute Internaute 17 mai 2010 10:16

        Bien d’accord avec vous mais rien n’a vraiment changé. On entend toujours les sirènes de la formation pour résorber le chômage. On n’entend jamais celles de la création d’emplois. En son temps, Arlette Laguiller réagissait déjà aux propos lénifiants de Miterrand sur la formation en lui envoyant cette remarque cinglante « nous aurons les chômeurs les mieux formés d’Europe ».


      • sisyphe sisyphe 17 mai 2010 12:39

        La génération de 68 comportait, comme toutes les générations, outre les « soixante-huitards », qui avaient compris bien avant tous les autres, et dénoncé, les dangers de la société de consommation, qui manifestaient pour une société plus juste, moins soumise aux puissances financières, comportait, donc, une majorité d’abrutis comme toi, mon pauvre calmos ; d’imbéciles déjà résignés à n’être que des numéros, et chacun pour sa gueule.

        Rien n’ a changé, sauf que les rares voix qui se faisaient entendre pour mettre en garde de l’oppression à venir, ont été ; soit récupérées par la pub triomphante, soit couvertes par la multitude des couards, des égoïstes, des tenants du sauve-qui-peut-chacun-pour-sa gueule, dont tu es, ici, calmos, un parfait représentant.

        Les « soixante-huitards » avaient, eux, au moins, de la dignité, et un esprit de révolte, qui a été laminé par la grande masse des cons-sommateurs qui ne voient pas plus loin que le bout de leur caddy, et des lâches pour qui seul compte leur propre confort.

        La France, l’occident, sont devenus ce que tous ces frustrés aveuglés en ont fait ; des agrégats d’individus isolés, soumis, dociles, serviles, ne trouvant plus, comme objets de défoulement, que des boucs émissaires, leurres facilitant les divisions, le sectarisme, l’isolement.

        Et ça se pose en donneur de leçons !!

        Calmos, tu es un gros con nuisible (et je pèse mes mots).


      • rocla (haddock) rocla (haddock) 17 mai 2010 12:55

        le Sisyphe fait sa crise de puberté ,

        y a deux sortes de gens ,

        ceux qui se démerdent 

        ceux qui attendent tout de l’ Etat 

        maintenant avec la gauche on a RSA CMU payés avec les sous de ceux qui travaillent .

        Et d’ après ce que je lis il y a rien qui va bien , c’ est donc que ce système est vicié par l’ intérieur .

        Le con c ’est bien celui qui parle par rapport à celui qui agit ....


      • foufouille foufouille 17 mai 2010 13:48

        « 

        Les »soixante-huitards" avaient, eux, au moins, de la dignité, et un esprit de révolte, qui a été laminé par la grande masse des cons-sommateurs qui ne voient pas plus loin que le bout de leur caddy, et des lâches pour qui seul compte leur propre confort.

        "
        ben voyons !
        et qui veut plein de pognon ?


      • sisyphe sisyphe 17 mai 2010 13:59

        Par rocla (haddock) (xxx.xxx.xxx.69) 17 mai 12:55

        le Sisyphe fait sa crise de puberté ,

        y a deux sortes de gens ,

        ceux qui se démerdent 

        ceux qui attendent tout de l’ Etat

        Mon pauvre capitaine, je vous ai connu plus inspiré..

        Pour vous paraphraser, je pourrais dire : il y a deux sortes de gens :

        ceux qui dichotomisent tout (comme vous le faites ici)

        et ceux qui essaient de penser un peu plus loin que par des schémas formatés

        Encore capable, ou définitivement rigidifié dans vos clichés à 2 balles ?


      • rocla (haddock) rocla (haddock) 17 mai 2010 14:04

        je crois tout simplement qu’ il y a des paliers .

        là on est entre les marches , sur pause  smiley


      • sisyphe sisyphe 17 mai 2010 14:04

        le capitaine nous fait sa crise de sénilité...
         smiley


      • Firedog Firedog 17 mai 2010 14:10

        Le monde se divise en deux catégories. Ceux qui ont le pistolet chargé, et ceux qui creusent... Toi, tu creuses !
        Le bon, la brute et le truand


      • rocla (haddock) rocla (haddock) 17 mai 2010 14:11

        putain , j’ avais Parkinson , Allzeilmehr , me v’ là sénilingson ....

        mamie , apporte moi le pot ...... smiley


      • rocla (haddock) rocla (haddock) 17 mai 2010 14:12

        dans le monde il y a les poires et ceux qui mangent la poire ....


      • robespierre55 robespierre55 18 mai 2010 00:53

        M. Rocla, vous êtes un cuistre inopérant à la syntaxe approximative.

        « Mais non, je ne vous insulte pas espèce de catachrèse ! »

        [private joke]


      • slipenfer 18 mai 2010 10:04

        sisyphe
        Bonne analyse
        le mouvement happy flower, « hippy »,et la révolté des année 60 70 ont bien été écrasés,
        non sans mal.
         suite à cet volonté d’ annihilation pas mal de ses jeunes se sont démolis,
         (être destroy) d’autre on tenté leur chance en inde,ibiza...les autre collaborés
        avec plus ou moins bien de « réussite social » et pas mal sont morts.
        pour résumer : mon avis c’ est tout.

        happy flower : (tentative de renouer avec la nature contestation plus ou moins
         consciente du futur ) à donné place à

        Prédator : (exploitation de la nature, mouvement Matérialise) (naissance du mouvement
         Punk avant-garde visionnaire alarmiste) .. à donné place a

        Autoprédator : (le mouvement de prédation, devenu monstrueux se retourne contre lui) cancer, très grave pollution destruction des forets  au napalm pour se rappeler le bon vieux temps.
        Guerre démente avec des armes de science fiction, destructions de la matière jusque
        dans l ’ infiniment petit (central nucléaire etc). Empoisonnement total de la planète.
        Bricolage du vivant OGM,Clonage,création de produit presque indestructible jeté au hasard, etc.....
        Comportement suicidaire plus ou moins mondain ou conscient
        « se massacrer soi-même ». (pour la musique ouvrir sa radio)

        prochain mouvement ? a vous de voir et de décider.

        se barrer de cette planète  smiley


      • Halman Halman 24 mai 2010 09:47

        Rocla, la relativité c’est infiniment plus passionnant que tes vanités de décérébrés.


      • Halman Halman 24 mai 2010 09:49

        Rocla si pour toi essayer de comprendre l’univers c’est de la merde, torche toi les neurones, elles puent !


      • Philou017 Philou017 17 mai 2010 12:16

        Là où on voit tous les réacs exprimer leur haine de la liberté ci-dessus.

        Certes, l’apprentissage de la liberté est rude, et une certaine abondance a fait oublier à pas mal de gens que la liberté et la démocratie sont un combat incessant. Mais accuser la gauche est un non-sens dans la mesure où la droite n’a pas su mieux gérer cet héritage.

        Alchimie : "Avec le recul on pourrait peut-être considérer que l’idealisme est plutôt stérile, voire contre-productif"

        Ca alors. Ce qu’on a vu depuis 40 ans, c’est précisément la destruction des idéaux au profit d’un matérialisme aveugle et égoïste, qui nous a mené dans la situation où nous sommes.
        C’est précisément la perte des idéaux qui est en train d’entrainer la société vers le bas, remplacé par le soin de nos élites par un opportunisme matérialiste soi-disant réaliste et individualiste à tout va.
        Ce qu’il faudrait pointer, c’est plutôt un manque de constance et d’action quand la vie devient facile, plutôt qu’une liberté chèrement gagnée.
        Les nostalgiques de l’ordre ne sont que des gens qui ont encore plus peur de l’humanité que de leur asservissement.


      • impertinent3 impertinent3 17 mai 2010 14:45

        Calmos :
        gros, je ne sais pas ;
        con, je ne pense pas ;
        réac, sans aucun doute !


      • rocla (haddock) rocla (haddock) 17 mai 2010 10:28

        Préfèrent se branler les roubignoles sur un banc d’ université au lieu d’ apprendre un métier avec débouché , et quand à 28 ans ils trouvent rien se font embaucher comme magasinier à 950 euros par mois .


        • Internaute Internaute 17 mai 2010 10:30

          Article bien réducteur qui laisse croire que le consumérisme serait le responsable de la crise. Malheureusement les 68ard attardés sont toujours en place et continuent de répandre leur idéologie nauséabonde dans les médias et à l’Education Naitonale. Les ONG sont pleines de mémés prêtes à aller acheter un petit nègre à l’autre bout du monde, de pleureuses qui considèrent que toute l’histoire de France ne sont que des heures sombres dont nous devrions nous repentir, que le monde est un petit village et que nous devons tout partager avec tout le monde. On en paye un prix exorbitant. Cette mentalité masochiste a non seulement mis les jeunes français en concurrence faussée avec une immigration de peuplement, créé des problèmes sans fin de délit d’opinion, de violence et de frais sécuritaires, mais en plus elle a ouvert les portes de la désindustrialisation en poussant à toutes les roues mondialistes. Les 68ards se sont révélés être les meilleurs alliés de la haute finance. Cohen Bendit l’a intégré sans aucune gêne, lui qui se paye des dizaines de milliers d’euros sur le dos des électeurs et roule en BMW tout cuir. Barroso aussi, tous les deux anciens maoïstes.

          Aujourd’hui les jeunes ne peuvent même plus se loger, la faute à un flux migratoire que les plus grosses sociétés du bâtiment n’arrivent plus à suivre. L’explosion démographique est insupportable. On est passé de 43 à 65 millions d’habitants en même pas quarante ans.


          • jondegre jondegre 17 mai 2010 11:33

            "Aujourd’hui les jeunes ne peuvent même plus se loger, la faute à un flux migratoire que les plus grosses sociétés du bâtiment n’arrivent plus à suivre. L’explosion démographique est insupportable. On est passé de 43 à 65 millions d’habitants en même pas quarante ans."

            mon cul, faute à une bulle immobilière savamment entretenue par l’état et ses réductions fiscales ainsi que le non déblocage du foncier, le tout pour le bénéfice de toute l’industrie qui en croque (bâtiment, banques agences immo, banques) et le bénéfice des boomers (qui eux ont pu acheter leur logement en centaine de KF ).


          • fifilafiloche fifilafiloche 17 mai 2010 17:11

            Vous oubliez dans votre liste l’Etat qui se rémunère au pourcentage de la valeur de l’immobilier.


          • rocla (haddock) rocla (haddock) 17 mai 2010 10:38

            Chantecler ,

            les petits commerces ferment à cause du marketing de la grande distribution .

            J’ ai un super exemple d’ un traiteur ( copain à moi qui a bien réussi , et qui a vendu son affaire à l’ âge de 50 ans )

            Son successeur a fait faillite car il était simplement pas doué .

            De l’ argent en circulation il y en a à la pelle , il y en a peut-être jamais eu autant .

            Sauf qu’ on marche à côté de nos pompes .

            En Autriche il y a des grands magasins . Et dans chaque petit village il y a un boucher , une laiterie avec fabrication de fromages , une boulangerie , une petite surface alimentaire , un bistrot fréquenté , un marché par semaine avec du monde qui achète .


            • Mycroft 17 mai 2010 15:26

              Mais dites moi, Haddock, ces super petits commerçants, que vont ils faire pour acheter le pétrole, l’uranium ou n’importe quelle ressource indispensable au maintient de notre niveau de vie ?

              Pas grand chose. Les petits artisans ne sont pas inutiles. Mais pas très loin. Du moins pour une grande partie d’entre eux. Les menuisier ? Ikea fait tout aussi bien, pour moins cher, et avec des conditions de travail souvent bien supérieures. L’alimentaire ? On s’en sort bien avec les super marché. La qualité est moindre ? Peut être, mais pas de beaucoup. Et des associations de consommateur véritablement à même de faire pression sur les gros groupe, associé à un gouvernement qui soit effectivement du coté du peuple ne pourrait qu’améliorer la qualité.

              Reste essentiellement les métiers de réparation et de service esthétique. Ceux là ne se sont pas (encore ?) regroupés en grands groupe ni automatisés. Des formations tournés vers ces métiers vaudraient le coup, c’est un fait.

              La sueur de l’homme ne vaut pas ce qu’une machine peut faire. Certes, certains travaux manuels sont trop pointus pour les machines actuelles. Maçon fait partie de ces métiers là. Pour combien de temps ?

              Ce ne sont pas les artisans qui font bouger le monde, ne vous en déplaise. Et le monde a besoin de bouger, car actuellement, il nous est toujours particulièrement hostile. Les ressources se raréfient, et les nouvelles ressources destinées à les remplacer n’existent pas. Ce dont le monde a besoin, c’est de scientifiques. A même de relever les défis technologiques actuels. 

              Seulement voilà, le modèle actuel n’encourage pas la science. Notamment à cause de gens comme vous qui la méprisent. On ne trouve plus de thésards (normal, ils n’ont pas de poste par la suite après bac +8 et une expérience professionnelle ardue.) alors qu’on a des places pour eux. Même en appelant à l’étranger (ce qu’on ne se prive pas de faire, 50% des thésards de mon labo sont )

              Je ne peux nier qu’on envoie trop de monde, y compris des élèves médiocres, au bac, et en faculté. Dans les premières années de fac, principalement, on ne trouve .Mais le fait est que c’est bien les élèves de faculté ou d’école d’ingénieur qui sont les seules véritables espoirs de notre société. Ce sont ceux justement qui comprennent la théorie de la relativité qui peuvent nous amener la fusion.

              Ce sont ceux qui comprennent les modèle informatiques actuels qui permettent de développer des système plus sur, des vérificateur de code, des protocoles véritablement sécurisé et inviolables, et j’en passe. Et c’est avec de tel produits, nécessairement issues d’une véritable élite intellectuelle (au lieu de la prétendue élite actuelle, basé sur la richesse et le pouvoir plutôt que sur la maîtrise des connaissances) qu’on sera en mesure de payer nos matières premières, parce que c’est notre seule richesse.


            • titi 17 mai 2010 22:52

              « en mesure de payer nos matières premières, parce que c’est notre seule richesse. »
              Bah si on doit compter sur nos universitaires et nos ingénieurs pour nous sortir de là, on est pas dans la merde.

              Pourquoi avec nos super chercheurs on a pas aujourdhui une société leader mondiale sur une activité informatique ? Y sont où nos cadors ? Chez Oracle ? Microsoft ? SAP ? Sun ? PTC ? HP ? Bah non.
              Ils ont mis au point une super console de jeux avez une commande révolutionnaire qui restitue le mouvement ? Bah non.
              Ils ont réalisés des miniaturisations extrèmes des écrans, de la mémoire pour faire tenir un PC dans un téléphone portable ? Bah non.
              Ou bien dans les technologies liées à l’environnement... des super panneaux solaires , des éoliennes à super rendement ? Bah non.

              En fait ils n’ont rien fait.
              Sans doute ce n’est pas hype de travailler sur une vulgaire technologie qui aura des retombées mercantiles... mais en attendant votre fusion lorsqu’elle sera là et bien elle n’aura plus rien à alimenter car il n’y aura plus d’activité.


            • Mycroft 19 mai 2010 12:05

              Mais si mais si ils ont fait.Bon, certes, ils l’ont fait ailleurs, pour la plus part, puisque nos entrepreneurs ne sont pas suffisamment compétent pour donner à nos scientifiques le cadre nécessaire pour qu’ils fassent leur job.

              Les français dans l’informatique s’en sortent pas mal. Et les travaux de français dans des laboratoires français sont reconnues, il suffit, pour s’en convaincre, de voir combien de scientifiques français sont présent dans les conférences internationale, y compris dans les plus sélectives. Il suffite de compter nos médailles Fields. Nous ne sommes certes pas les meilleurs chercheur du monde. Mais nous ne sommes pas mauvais dans ce domaine. Et c’est justement le seul domaine dans lequel nous ne sommes pas mauvais. Parce que pour le reste, les chinois font mieux (enfin, aussi bien, mais pour beaucoup moins cher).

              L’absence d’entreprise compétitive en France dans le domaine de l’informatique n’est pas du à notre communauté scientifique, ce n’est pas son métier.

              Au passage, des recherche (et des découvertes) sur les panneaux solaires, on en fait, en France. Lisez les articles et publications sur le sujet, au lieux d’affirmer que nos chercheur ne font rien. Il y a matière.

              Il est vrai que les scientifiques ne créent pas toujours des technologie directement commercialisable, sans que le monde de l’entreprise n’est à bosser et à prendre des risques pour l’appliquer. Mais ces risques, des boites comme mycrosoft le prennent, pas les boites française qui préfèrent se concentrer sur des risques purement financier et non productifs.


            • caramico 17 mai 2010 10:52

              Ayant eu des enfants avec des écarts d’âge importants, j’ai pu voir les effets néfastes de l’arrivée de l’ordi, des blogs, des facebook et autres jeux en ligne, la nouvelle génération (souvent des fils de bourges) est abrutie et joue les Tanguy dans le cocon de l’appartement où de la maison familiale.
              Elle se demande encore a 25 ans quelle peut bien être sa voie, on fait une première année de ci, une deuxième année de ça, et puis non, ça ça me plaît pas, j’abandonne, je traîne ma couenne...

              On les a élevés dans du coton alors qu’ il aurait fallu les responsabiliser dès leur plus jeune âge.
              Pendant ce temps, le maçon marocain venu faire des petits travaux chez moi me disait :
              Ma fille, elle est juge, mon fils, il est médecin...
              La roue tourne, j’aie vu des fortunes s’écrouler, et d’autres se construisent.
              Mais globalement un monde se meurt, et il va falloir en réinventer un autre.
              Et c’est là que je rejoins l’auteur, il faut interpeller nos jeunes qui globalement n’en ont pas conscience.


              • Internaute Internaute 17 mai 2010 11:13

                La nouvelle génération est aussi abrtuie par des prof 68ards qui donnent le bac à 80% des élèves quelque soit le niveau, refusent toute forme de sélection et laissent croire aux élèves que n’importe qui à le droit de faire n’importe quoi. Il n’y a plus aucune autorité qui pourrait guider les enfants dans les filières leur convenant le mieux et qui surtout arrêteraient de leur laisser croire qu’eux seuls peuvent prendre les décisions les concernant. Le prof qui n’est « qu’un élève plus instruit que les autres » a déboussolé une génération de lycéens.

                Que vaut la parole des parents quand les profs disent le contraire ? Au final les enfants font ce qu’ils veulent. J’ai vécu la même chose avec les miens. Mon fils ainé a eu 13,5 au bac et le directeur « pédagogique » lui a laissé croire qu’il pourrait faire une prépa. Pendant ce temps j’avais beau lui expliquer que ceux qui intègrent on tous eu au moins 16 au bac, rien n’y fit. Aprés une année de frustrations en math-sup où il tournait à 3 de moyenne il est reparti penaud sur une autre voie qui lui a mieux réussi. Une année d’études de perdu c’est aussi une année de salaire soit environ 30.000 euros jetés en l’air pour les lubies de quelques connards qui se prennent pour des pédagogues.


              • jondegre jondegre 17 mai 2010 11:45

                Mais globalement un monde se meurt, et il va falloir en réinventer un autre.
                Et c’est là que je rejoins l’auteur, il faut interpeller nos jeunes qui globalement n’en ont pas conscience.

                Justement, c’est bien le monde des boomers qui se meurre, les jeunes ont bien conscience de la société scindée en 2 :
                les carrières des boomers, l’immobilier des boomers (en KF !), les retraites des boomers, le vote des boomers. La propagande nous vend une société de boomers et des valeurs de boomers tandis la réalité est une tiers-mondisation pour leurs enfants. C’est pas en manifestant le 1er mai avec un drapeau rouge entre FO et la CGT que les choses vont changer.


              • rocla (haddock) rocla (haddock) 17 mai 2010 12:08

                ton boomer avait wc sur l’ escalier , ton boomer voyait des gens en hiver revenir avec des fagots depuis la forêt , ton boomer avait deux semaines de vacances en été , une en hiver , ton boomer avait pas le chauffage central , ton boomer travaillait beaucoup plus que 35 heures , ton boomer allait en Algérie faire 36 mois du moins mes frères ainés , ton boomer quand il mangeait du poulet se prenait pour un milliardaire , ton boomer avait pas la télé , pas d’ auto , pas de portable ni même de fixe , ton boomer mourait de la polyomélite , ton boomer avait la tuberculose , ton boomer avait pas de frigo , plein de trucs comme ça , et surtout le boomer il était pas comme toi , faisant passer son échec sur ses parents , il se démerdait .

                J ’ oubliais , ton boomer avait pas d ’RMI d’ RSA d’ CMU

                On est toujours le con d’ un autre n’ est-il ?


              • morice morice 17 mai 2010 12:18

                propos de REAC : en cas de chômage ils ne peuvent RIEN faire d’autre ! 


                Pendant ce temps, le maçon marocain venu faire des petits travaux chez moi me disait : 
                Ma fille, elle est juge, mon fils, il est médecin...


                bien REAC en effet... et pas loin d’être raciste au passage : un petit coup sur « lls viennent prendre notre pain »  : faudrait pas beaucoup vous pousser là....

                Et c’est là que je rejoins l’auteur, il faut interpeller nos jeunes qui globalement n’en ont pas conscience.
                battez vous donc pour qu’ils en aient une, avec des medias qui ne soient pas à la botte du pouvoir !

              • jondegre jondegre 17 mai 2010 12:23

                « ....faisant passer son échec sur ses parents , il se démerdait
                .....
                On est toujours le con d’ un autre n’ est-il ? »

                il ne s’agit pas de reporter ses echecs sur ses parents ou d’accuser la génération des boomers ou de les traiter de cons. Il s’agit de commenter la lettre aux petits enfants de mai 68 et de souligner certains faits qui ne vont pas dans son sens.


              • foufouille foufouille 17 mai 2010 12:49

                « J ’ oubliais , ton boomer avait pas d ’RMI d’ RSA d’ CMU »
                yavait aussi plein de boulot
                l’essence etait pas a 10f
                les hlm existait deja
                les salaires « manuels » etait plus eleve
                les baraques coutait une poignee de cerise
                la grange a une brique est passe a 200 000f avec de la chance
                etc


              • Yohan Yohan 17 mai 2010 13:15

                Et qu’est-ce qu’il propose le Momo, assis devant son ordi 24h/24 à lancer ses oukases : réac, facho, nazi, islamophobe ? Voilà l’exemple même d’une génération qui s’est goinfrée et qui continue jour après jour de nous promettre des lendemains meilleurs avec la gauche généreuse avec les sous des autres. On voit ce que ça a donné : immigration sauvage, burqa, violence, fabrique d’assistés, et éducation nationale totalement larguée. Cette génération n’a rien d’autre à dire et à faire que de pleurer sur elle-même et de chercher sans cesse des boucs émissaires (USA, Israel, Sarko,...)


              • Mycroft 17 mai 2010 16:32

                @Rocla

                « J’en ai chier, ceux qui me suivent doivent en chier »

                Êtes vous responsable de l’amélioration de la société ? De l’apparition des technologies dont vous parlez. Même partiellement ? Avez vous trouvé ou inspiré la création du transistor ? Permis une production plus massive et plus simple de biens de consommation courante ?

                Non, bien sur. Rien de tout cela. Comme la grande, très grande majorité des boomers.

                Quelle utilité avait le passage de 36 mois en Algérie, pour la France ? Il coutait cher, pour une guerre mal pensée qui a fini sur une défaite.

                Sans chomage, pas besoin de RSA, de CMU ou autre. Votre monde permettait à n’importe qui de s’en sortir par le travail. Pas le notre. Il faut avoir fait les bons choix de carrières à temps, sans se tromper, désormais, sinon, on se retrouve sur une voie sans travail. Les travaux physiques et manuels ne mènent plus systématiquement à un emplois. Et quand ils y mènent, ce sont des emplois locaux, qui dépendent à 100% de la capacité des autres, les intellectuels, à trouver les moyens de se procurer ce dont on a besoin. Et le jour où les dit intellectuels peinent à trouver ces moyens, parce que la donne s’est complexifié, parce qu’ils sont en concurrence avec des gens de plus en plus nombreux, alors ces emplois aussi connaissent le chômage. Voilà la situation telle qu’elle est vraiment.

                Vous avez vécu à une époque où l’occident régnait sur le monde. Et vous avez abusé de cette situation, développant une haine farouche des autres pays à notre égard, limitant la possibilité d’alliance avec ces autres pays, améliorants vos conditions de vie tout en les laissant à même de

                Il est à mon sens temps pour la jeune génération de laisser la vieille payer elle même ses retraites. A part pour ceux qui, en effet, on contribué à l’amélioration de notre niveau de vie. A savoir l’ancienne communauté scientifique dans son ensemble, et ceux qui l’ont soutenues. Ceux là, on leur doit un grands merci. Mais les autres, qui pour la plus part ne les ont jamais vraiment soutenues, qui leur ont imposé des restrictions budgétaire et autres contrainte débiles en remerciement de leur découverte et travaux, ne méritent pas qu’on leur donne l’argent qu’ils réclament parce qu’ils sont vieux.


              • rocla (haddock) rocla (haddock) 18 mai 2010 07:51

                Je suis encore assis sur mon cheval en partance pour Aigues Mortes et aller faire la croisade .

                Sinon t’ as d’ autres maladies ?


              • rocla (haddock) rocla (haddock) 17 mai 2010 11:05

                En fait on est en plein dans ce monde d’ utopie , ceux qui sont allés en Ardèche refaire le monde avec une chèvre se sont heurtés à la réalité .

                La vie se construit pas avec des slogans de neus-neus ( sous les pavés la plage , il est interdit d’ interdire et autres conneries )

                En se retroussant les manches , en ayant un projet qui tient la route , en tenant ses objectifs , 

                Pas avec des bonne intentions ....


                • morice morice 17 mai 2010 12:19

                  En fait on est en plein dans ce monde d’ utopie , ceux qui sont allés en Ardèche refaire le monde avec une chèvre se sont heurtés à la réalité .


                  certains y sont encore...

                • dom y loulou dom 17 mai 2010 13:34

                  l’intention est qund même le premier moteur, il est comme le gouvernail du bâteau

                  l’intention meut l’esprit et l’esprit meut le corps

                  s’il y a absence complète d’intention l’esprit meurt et le corps devient esclave de ceux qui tiennent l’humanité sous leur joug de perversion.

                  C’est là que les merdias jouent un triste rôle vraiment... à formater les rêves pour le nombre, en masse, en lobotomie active, les rêves se rabougrisset à la piscine chlorée au lieu de la rivère à eau de source, aux cyprès et décoratifs au lieu d’arbres fruitiers dans les jardins et du chien en chaîne devant la maison et les quartiers aisés sont un beverly hills à la chaîne où on joue à sex and the city.

                  Sans rêve il n’y a pas d’intention. sans mobiliation concrète autour d’un rêve évolutif, constructif, le système aliène définitivement les aom qui travaillent pour lui.

                  Notre réalité est plus magique que ce que le système proclame toutes les journées, 24h sur 24 et les êtres ont bien plus de pouvoir que le système leur octroie pour utnt qu’ils cherchent leur fondement dans l’amour universel, ce que les anciens appelaient le ciel sur terre.

                  si donc ils ne rêvent plus que des rêves formatés dans des machines ils deviennent esclaves en un rien de temps.


                  C’est tous les efforts pour contrer cette mystification, cette banalisation du réel qui est en cause depuis des années, voir le déni complet de l’esprit. rien de pire ne pourrait affliger les aom.

                  Les mystifications type « la pauvreté est le gage de la sainteté » sont les pires poisons que le système a pu inventer et qui est en guerre ouverte avec l’axe de bonté de l’univers qui veut la prospérité des êtres et pas leur scarification ni leur martyr ni leur rabougrissement à l’état de pucerons lobotomisés quand ils sont nés aom.


                  Mais le lien doit être cherché bien au-delà du système, dans les principes de vie dont le système lui-même ne peut faire abstraction. ce qui est pourtant par trop souvent le cas. Il ne le peut seulement que grâce à l’oubli du nombre et à cette vile habitude de croire que les merdias retiennent tout ce qui mérite une attention.

                  Faux , tout ce qui mérite une attention approfondie est savamment mis de côté par le système merdiatique et pire, perverti sans bornes, l’être humain devrait être un débile fini et croire que le système le mènera jusqu’au paradis sans qu’il n’ait besoin de sortir une seule seconde des divertissements proposés 12 mois sur 12 ni de s’opposer à la haine que le système lui impose tous les jours, un vrais agenda des divetissements pervers...

                  la compétition élevée au rang de dieu glorieux... diviser pour règner est le nom de l’ennemi commun... donc la compétition est le moteur clef du système. Elle est très bien pour des enfants qui doivent chercher leurs marques, mais pas pour des adultes qui doivent oeuvrer de concert pour survivre sur terre.

                  H mis j’oublie que tous sont saints, Jesou en pesone... des ch,ions et des déesses...

                  des divertissements payants bien sûr, le système se récupère tojours sur ce qu’il prétend donner... et quand les divertissements ne suffisent pas pour tenir le troupeau parqué alors le système lui fout une grosse catastrophe sur la gueule.
                   
                  Les crétins diront que c’est parce qu’on tient à comprendre et à dire la vérité...

                  comme le dit le système.

                  et qu’on va ainsi contre les dieux... ceux de wall street donc comme nous l’apprend l’histoire... 


                  mais une vérité vaut un bon million de mensonges

                  car sans connaitre ses origines l’humanité n’a pas d’avenir et les tenants le savent, toute leur gerre contre la citoyenneté vise ce point.


                   le système est une machine de guerre abjecte dans son fondement...

                  devinez où elle mène ses troupes.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

LilianeBaie


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès