• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Politiques & citoyens > Lettre ouverte à tous ceux qui, à gauche, s’évertuent à diaboliser le (...)

Lettre ouverte à tous ceux qui, à gauche, s’évertuent à diaboliser le MoDem

De jour en jour, on découvre dans les médias des propos de vieux camarades de gauche qui nous laissent pantois. Un concours semble lancé pour savoir qui récusera avec le plus de véhémence toute perspective d’accord même local avec ce Mouvement Démocrate de tous les péchés.

On comprend certes l’affolement de ces papillons toujours attirés par les lumières trotskistes. Mais nombre d’autres, que nous avons connus plus pragmatiques et mieux inspirés, se lancent aussi dans cette croisade contre ce nouvel empire du Mal centriste.

François (Hollande) et Stéphane (Le Foll), on vous a bien entendus vous emporter contre la "tambouille" du MoDem. On vient même de voir exclure du PS un Alain Ramos coupable dans sa ville (celle de Marie-George Buffet), de vouloir, en alliance avec le MoDem, remettre un peu de démocratie après soixante ans sans alternance.

Tremblant à l’idée "que la droite ne revienne (...) à Paris dans les bagages de Delanoë", on t’entend, toi Denis (Baupin) agiter le Mouvement Démocrate comme un chiffon rouge... et chemin faisant prôner le fameux "100 % à gauche" cher depuis des lustres à la Ligue communiste révolutionnaire.

Et, si on t’écoute Noël (Mamère), le PS aurait aujourd’hui à faire le choix cornélien entre l’écologie (les Verts) et la droite (le MoDem). Bigre.

Un tel déferlement nous a presque troublés ! Après des décennies passées à gauche et chez les Verts, ne nous serions-nous pas engagés (par cynisme ou inconscience qui sait) dans une de ces incroyables dérives qui à la fin des années 30 amenèrent nombre d’hommes de gauche dans les bras de la collaboration ? En décidant d’adhérer au Mouvement Démocrate, n’aurions-nous pas franchi la frontière qui sépare le Bien du Mal en politique. N’aurions-nous pas jeté d’un coup notre conscience écologiste par-dessus bord ?

On a beau avoir fait et refait depuis plusieurs jours notre examen de conscience politique, nous n’avons trouvé aucun crime sur notre route. Pas même un petit délit. En revanche, il nous semble que vous, nos amis de gauche, devriez revenir sur terre, regarder le monde en face et cesser de vous laisser impressionner par la popularité de Besancenot. Sinon, vous risquez fort de connaître les déboires qu’a connus cette droite qui courrait après le Front national.

La zone de protection que vous tentez de dresser aujourd’hui autour du MoDem est tout de même étonnante quand on voit combien, depuis bientôt un an, de Kouchner à Attali, a tangué la gauche. Mais ceci explique peut-être cela. Soyons donc bon prince. Au fond, on pourrait presque comprendre ce déferlement d’hostilité contre le Mouvement Démocrate...

Reconnaissons-le, le MoDem est un objet étrange, une sorte d’ovni et en général en politique on n’aime guère voir bouger les règles de ses petites batailles navales. Jusqu’à ce que la réalité devienne incontournable, on préfère rester sourd aux bruits d’un monde qui change que d’entendre des vérités qui dérangent.

On a l’impression que nombre d’entre vous, nos vieux amis de gauche, restez comme figés dans le fétichisme des mots. Se dire "de gauche" serait comme une sorte de Sésame. Qui prononce le mot fétiche, qui se proclame "gauche", est de "de la famille". Ce quelles que soient les conneries proférées, le ridicule de certains mythes ou les crimes jamais dénoncés. Qui en revanche viendra de la droite sans se rouler dans la cendre, devra en revanche et pour l’éternité resté voué aux gémonies... Quant au traître qui cessera de faire du mot "gauche" une religion, il devra être poussé aux enfers. Qui n’est pas avec nous est contre nous ! Décidément les bons vieux réflexes staliniens ne semblent pas complètement morts !

François Mitterrand qui venait de la droite (et vu là d’où il venait, François Bayrou est un quasi gauchiste) a conquis le Parti socialiste en se gorgeant de mots (« le peuple de gauche » ; « la gauche », « le socialisme » ; « l’union de la gauche »...) pour en deux ou trois ans faire ensuite s’effondrer les piliers du Temple. Un quart de siècle s’est écoulé depuis. La bonne vieille sociale-démocratie s’est usée un peu partout en Europe. Le mur de Berlin s’est effondré. La géopolitique est bouleversée. Les ressources s’épuisent et la planète va de plus en plus mal. N’empêche, à vous entendre, on a la triste impression qu’il faudrait toujours psalmodier les mêmes mots et toujours penser avec les concepts vieux d’un siècle et demi pour être dans le bon camp...

François Bayrou ne se paye pas de mots et ne se roule pas dans la cendre pour séduire la gauche, mais, parfois, il nous arrive de rêver que vous, nos vieux amis de gauche, écologistes ou non, écoutiez vraiment ce qui se passe dans cet ovni qu’est le Mouvement Démocrate.

Y sont arrivés par milliers des hommes et des femmes de 30 ou 40 ans qui bien souvent ont fait leurs preuves ailleurs et ne se payent pas de mots : des gens pragmatiques qui veulent vraiment faire bouger les choses.

Ils n’étaient pas à Malville, mais ils sont nés avec l’écologie et l’exigence qu’un développement durable est pour eux une évidence.

Nés Européens, ils veulent davantage d’Europe, mais ne sont pas aveugles devant ses dérives et ses insuffisances.

Catholiques, juifs, musulmans ou athées, ils ont la laïcité à la française chevillée au corps et sont à fond contre Sarkozy quand le Béarnais Bayrou dénonce "le retour qu’on croyait impossible en France, du mélange entre l’Etat et la religion".

Sortis de BEP ou de Polytechnique, ils veulent une éducation de qualité pour le plus grand nombre.

Employés ou ingénieurs, ils ne supportent pas la dictature de la finance et veulent de la justice sociale.

Venus de familles de droite ou de famille de gauche, ils exigent davantage de démocratie et ne supportent pas les dérives de Nicolas Sarkozy, son pouvoir personnel sans cesse plus pesant, ses insultes, son manque de tenue, les retours de la cour, le mélange insupportable des genres et ses tentatives de mainmise totalitaire sur les médias.

Vous le voyez le Mouvement Démocrate est vraiment peuplé de "réacs" !

François, Stéphane, Denis, Noël, libre donc à vous de diaboliser le MoDem, de monter en épingle quelques contre-exemples pour jeter le bébé avec l’eau du bain, mais ce qui se dit, se pense et s’applaudit au MoDem ce n’est vraiment pas "la droite" de toutes vos angoisses.

Comme l’a redit récemment François Bayrou à la Maison de la chimie "Le temps viendra assez vite où la question sera celle de la reconstruction d’un projet national" un projet où se rassembleront "des forces de gauche, des forces du centre démocratique et la partie la plus consciente de la droite républicaine".

Entre cette perspective, entre le sérieux mendésiste d’un Bayrou et les numéros de charmeurs de serpents guévaristes, les gens comme vous, de la gauche de gouvernement ont le choix. On espère vraiment que vous ferez le bon. Rendez-vous déjà le 9 mars au soir.

 
Jean-Luc Bennahmias et Raymond Pronier

(Paris, Marseille le 27 février 2008)

Moyenne des avis sur cet article :  4.07/5   (90 votes)




Réagissez à l'article

95 réactions à cet article    


  • Voltaire Voltaire 4 mars 2008 10:09

    Il est de bon ton de stigmatiser le MoDem, pour son attitude soi-disant floue. Curieux renversement de situation !

    Car enfin, le MoDem avait pourtant bien annoncé dès le début de sa campagne quelle serait son attitude : autonomie dans une majorité de cas, alliance en cas d’accord sur un projet commun avec des têtes de listes démocrates, de gauche ou de droite modérée, qui partagent l’essentiel des valeurs du MoDem.

    En revanche, on chercherait en vain une telle transparence à droite ou à gauche ! PS et UMP sont engagé dans un discours schizophrénique entre positions nationales et positions locales. De nombreux élus locaux PS appelant ou réalisant des accords avec le MoDem devraient défendre la position officielle du PS, pour laquelle el MoDem serait de droite et infréquentable ? Et ces élus de droite partisans d’accords locaux qui voient leur parti se lancer dans une campagne de tir au Bayrou ?

    Tout cela n’est pas très sérieux, et relève d’un calcul politicien dépassé. On peut parfaitement ne pas être d’accord avec la vision sociétale du MoDem, mais il faut cesser cette hypocrisie permanente, où le MoDem est l’énemi à abattre quand il menace un élu, et devient un partenaire convoité quand il permet de conserver sa place. Replaçons la politique au niveau des idées et des projets, elle ne s’en portera que mieux.


    • brieli67 4 mars 2008 14:40

      tourner vous vers l’Allemagne et regardez ce qui se passe acrtuellement à la SPD....

      La lune de miel socio-démocrate libérale à la DSK ou Ségolène c’est terminé. La base a réclamé localement dont sur Berlin et sur la Hesse- Francfort ... un rapprochement avec die Linke le parti de l’ex-RDA . Finalement que les deux"Stones" ministres qui ont occupé les médias tous les jours et tous les jours par leur thèses économiques ont votès contre l’avis des 8o autres délégués. C’est un virement à gauche du SPD de peur que les rangs s’affaiblissent.

      Par ailleurs les Bündnis-Grüene ont presque disparu sauf à Berlin où ils sont altermondistes et pacifistes et dans le Bade-Wurtemberg ou ils sont prêt à entrer en coalition avec la CDU.

      La politique nait de la confrontration des idées et des projets. Le centrisme basé sur des compromis est contre-productIf. A l’instar du TCE la politique serait bridée pour de nombreuses années.

      Un Congrès se prépare loin des média ... et foin de nous l’idée de désigner le candidat PS de 2012.


    • wangpi wangpi 5 mars 2008 03:06

      à paris dans le VIIème, les derniers sondages donnent dati à 46%, la socialiste à 29, et le modem à 17.

      une alliance de circonstance (?) serait une bonne leçon de parachutage, où de chute libre, au choix...

       

      à bon entendeur.


    • TALL 4 mars 2008 10:13

      Mo quoi ?

       


      • Gzorg 4 mars 2008 10:19

        Mais si tall tu sais bien, c’est le partis ou tout le monde s’éloigne en courant de son président, qui est incapable de s’entendre sur une ville comme Lyon sans éclater en 3 morceaux.

        Et qui avec un peu de chance va même réussir à se prendre une branlée à Pau.

        C’est comme chez le fromager soit tu prend du fort en gouts soit du doux et onctueux et t’arrive pas a te faire au allégée insipide....parceque c’est des fromages de super-marché !


      • TALL 4 mars 2008 11:20

        Salut Calmos

        Ben pour ça tombe bien aujourd’hui, j’ai un peu de taf ( un rapport sur momo que je dois envoyer à Langley ).

        Faudra flinguer autre chose pour garder la main. Y a bien un pigeon dans le coin, non ?

         


      • TALL 4 mars 2008 12:26

        Te bile pas, Dom. L’abandonnera jamais le momo.

        Sa mission est claire : il lui faut sauver la planète avant Bruce Willis.

        Et si jamais il faiblit, on l’encouragera un peu. Le temps qu’il reprenne son envol, et nous nos pétoires smiley


      • Djanel 4 mars 2008 15:00

        Alors les orphelins on s’ennuie.


      • TALL 4 mars 2008 17:39

        Su - suc, djadja, su - suc

        Geeeeeentil, làààààà

        C’est bien smiley


      • tvargentine.com lerma 4 mars 2008 10:17

        Après avoir pollué la vie des habitants de Paris Ile de France,voila l’exemple type de la démagogie d’un opportuniste sans idées qui aura instrumentalisé l’écologie et qui maintenant et monté dans le bus du Modem.

        Si il fallait démontrer que le MODEM n’est qu’un instrument de rassemblement de loosers et d’opportunistes pour avoir des places éligibles ,la preuve est faite avec super-démago ,Jean-Luc Bennahmias

        Combien gagne t-il par moi notre ami opportuniste pour débiter ses aneries ?

        Le pire c’est de savoir que des électeurs ont pu se faire avoir en votant pour ce type de personnage

        Soyons certain que les électeurs républicains sauront faire le bon choix aux municipales

         


        • La Taverne des Poètes 4 mars 2008 10:24

          Comme chacun sait, le MoDem incarne le Mal absolu puisqu’il compromet le basculement régulier du Pouvoir d’un camp vers l’autre. Quand il s’agit de prendre le pouvoir et de légiférer pour son seul camp, tout est permis et les alliés qui refusent d’être complices de cette logique d’affontement sont stigmatisés. Droite et Gauche sont d’accord sur un point : il faut bien huiler ce système qui donne tout un jour à un camp et tout un autre jour au camp adverse, et qui leur permet de prospérer politiquement. Les medias renforcent autant qu’ils peuvent aussi ce système bipolaire : ainsi Colombani appelant à la veille du premier tour à ne pas voter Bayrou. Et le souci de la démocratie là-dedans ? Bah, droite et gauche s’en accomodent.

          Mais la Droite en fait autant envers le MoDem. Maintenant c’est Rachida Dati qui fait savoir au MoDem qu’il pue. Accusation de racisme puis, devant la force des faits qui démontrent que le MoDem n’a absolument rien à se reprocher, dénégation des propos tenus malgré la caméra qui a filmé les injures abjectes de Madame Dati.

           


          • Gilles Gilles 4 mars 2008 16:05

            La taverne

            "Comme chacun sait, le MoDem incarne le Mal absolu puisqu’il compromet le basculement régulier du Pouvoir d’un camp vers l’autre."

            ça alors....le Modem est quasiment entièrement peuplé d’élus qui viennent d’un camp ou de l’autre, comme vous dîtes

            Ils ont juste une autre étiquette, mais au fond on reste avec les mêmes, qui pensent de même, agiront de même


          • Imhotep Imhotep 4 mars 2008 16:30

             petite erreur. Il y a 70 % des villes couvertes par une liste MoDem dont l’immense majorité sont des nouveaux venus de la politique. A Lyon, les anciens élus ont fui soit chez Perben pour recevoir une bonne fessée, soit chez Collomb. Sont restés une partie des anciens et tous les nouveaux adhérents. Non le Modem et ses candidats ne sont pas, et en très grande majorité, des élus d’autres partis.


          • Gilles Gilles 5 mars 2008 16:16

            Imhotep

            Je parlais des ténors actuels du modem, du moins ceux qui sont restés et dont on parle dans les media ! Mais j’avoue ne pas être trés calé sur ce sujet


          • Emile Red Emile Red 4 mars 2008 10:58

            Dès la 4ème ligne, le ton est donné, quand on est pas socialo et de gauche on ne peut être que trotskard.

            Ca donne vite le niveau de reflexion de Bennhamias et du modem, qui n’aiment soit disant pas les présupposés de la droite et de la gauche envers eux.

            Juste une petite analyse questionnante, comment peut-on être écolo et défendre un parti qui ne remet rien en cause du libéralisme sauce XXI ème siècle ?

            Vous me rappelez furieusement les radicaux d’avant guerre, toujours à chercher le bon coup à faire pour être sûr d’une présence sur une liste donnée victorieuse, à la différence que vous êtes loin d’être la troisième force qui influerait sur la vie politique ce qui semble normal puisqu’aucune ligne directrice ne vous canalise.

            Vous n’existez que parcequ’il n’y a plus de droite républicaine, mais ne la remplacez pas, le seul mérite qu’on peut vous accordez est d’avoir finement orchestré la montée du populisme sarkosien et la déshérence des classes moyennes par votre non-engagement contre l’idéologie néo-libérale dont vous êtes un des chiens de garde.

            Quant à savoir si vous avez un programme, un sens critique, des capacités à promouvoir un type de société autre que celui servi à longueur de temps par les médias il est bien évident que c’est le vide abyssal, petit parti bourgeois provincial vous êtes et resterez parcequ’il faut une ambition porteuse pour gouverner, ce qui visiblement vous manque, vous ne pouvez pas éternellement piquer aux autres ce qui pourrait être le froment d’une nouvelle dynamique.

            Vous êtes ce que les Français engagés ressentent, vide de toute créativité.


            • La Taverne des Poètes 4 mars 2008 11:13

              Les militants du MoDem sont encore tranquilles. Ce n’est pas aujourd’hui non plus que des arguments sérieux viendront les inquièter !

               


            • masuyer masuyer 4 mars 2008 12:01

              Ce n’est pas aujourd’hui non plus que des arguments sérieux viendront les inquièter !

              Des arguments sérieux, un peu comme les votres ici ?


            • Emile Red Emile Red 4 mars 2008 13:06

              Masuyer.............


            • Forest Ent Forest Ent 4 mars 2008 11:43

              Mais non, on ne diabolise pas le modem.  smiley

              On ne diabolise d’ailleurs pas la droite en général. Sauf Sarkozy, mais c’est quand même un cas très spécial. Personnellement, je n’ai aucun jugement de valeur individuel à poser sur des gens qui apprécient Chirac, Fillon, Villepin, Bayrou, etc ... Je me demande simplement comment ils ont pu s’enthousiasmer pour Sarkozy qui n’a jamais caché son jeu, et j’aimerais bien qu’ils me l’expliquent un jour.

              Bayrou n’est pas un fou excité. C’est un vieux routier de la politique. Il a été plusieurs fois ministre sous des gouvernements RPR/UMP. C’est un politicien normal et un homme de droite. Il n’y a pas de honte à ça, et il n’est pas question de lui en faire grief. Il en faut.


              • Forest Ent Forest Ent 4 mars 2008 14:20

                Remarquez, pour moi Mme Royal était aussi une candidate de droite. smiley

                D’accord avec vous : cessons de véhiculer des clichés éculés. Ce qui compte, ce n’est pas l’étiquette, ce sont les idées.

                Dans cette rubrique, les programmes de Royal et Bayrou étaient illisibles, et l’action de Sarkozy depuis qu’il est élu l’est beaucoup plus. Je ne vois pas de différence entre les trois sur le sujet qui me semble le plus d’actualité : l’économie.

                Ni le clivage droite/gauche, ni les étiquettes PS/Modem/NC/UMP ne représentent plus les différences d’idées que l’on peut trouver aujourd’hui en France.

                Des exemples de questions importantes sont par exemple pour moi : faut-il libéraliser le marché de l’énergie ? faut-il délocaliser ? faut-il des douanes ? Or sur ces questions ces quatre partis sont du même avis. Ils représentent tous la "France d’en haut".

                Sarkozy a été le plus habile pour le masquer, jouer sur les non-dits, et laisser penser le contraire. Ca n’a pas fait illusion longtemps. Mais comme beaucoup de français, je n’attends rien de plus de Royal et Bayrou. Tout ce petit monde se tasse dans un "centre" qui rétrécit de plus en plus et que beaucoup de français contemplent désespérés depuis l’autre côté de la fracture sociale.


              • acmazin 4 mars 2008 19:05

                Il me semble que le programme présidentiel de F BAYROU préconisait le maintien de l’énergie -tout du moins ce qu’il en reste- dans le giron de l’Etat. De même qu’il -avec l’UDF- avait été le seul à manifester son désaccord sur la privatisation des autoroutes (il me semble que l’UDF avait mené une action sans résultat auprès du Conseil d’Etat). Le silence des autres était alors assourdissant.


              • Forest Ent Forest Ent 4 mars 2008 21:29

                Pas sûr. Il me semble plutôt me souvenir que Bayrou était contre la privatisation de GdF, comme Sarkozy à l’époque, mais pour la libéralisation du marché.


              • Le péripate Le péripate 4 mars 2008 12:02

                Diaboliser le Modem ! Pour quoi faire ? C’est très bien qu’il y ait des partis de droite, un de plus ne changera pas grand-chose. Qu’il soit démocrate, c’est-à-dire qu’il soutient la démocratie parlementaire, c’est bien aussi, mais s’il laisse par là entendre qu’il est le seul à l’être, c’est probablement très exagéré.

                Je note, amusé, que ceux qui n’adhèrent pas au Modem sont catalogués guévaristes, trotskistes... Ce n’est pas de la diabolisation, ça ?


                • Nemo 4 mars 2008 12:04

                  Les Verts, voyant leurs espoirs d’accéder un jour au pouvoir définitivement s’effacer, ont décidé de jouer au coucou dans un autre nid. Au passage, outre leur incapacité au dialogue et leur manque total de réalisme, ils ont choisi d’importer au Modem ce qu’il savent faire le mieux, à leur mode de gouvernance sous forme d’imparable machine à perdre.

                  Décrire Bayrou comme un homme de bien fait bien entendu hurler de rire les observateurs politiques informés, puisqu’à une ligne politique claire, Mister 2012 a imposé le "je-bouffe-à-tous-les-râteliers-de-manière-totalement-décomplexée".

                  Les vases communicants sont à l’oeuvre. Au fur et à mesure que les "pointures" telles que M. Benhammias noyautent le Modem, les militants historiques fidèles aux idées de l’UDF s’en vont, dégoûtés.

                  En conclusion, il ne faudra pas s’étonner si votre parti voiture-balai-des-loosers-de-la-République s’imprime en décalcomanie contre le mur vers lequel il se dirige à grande vitesse.

                  Ca ne sert à rien de mettre une couche de peinture neuve sur des ratés...


                  • ronchonaire 4 mars 2008 12:54

                    Plutôt d’accord.

                    J’avoue avoir été tenté par le MoDem au début, l’idée semblait belle et l’alternative à la ringardise de l’opposition droite/gauche crédible. Quand j’ai vu que la plupart des adhérents ne sont en fait que d’anciens PS ou verts, qui ont apporté avec eux leur incapacité chronique à s’entendre et à prendre des positions claires, j’ai fait machine arrière. Si j’avais voulu cotoyer ces gens-là, je me serais inscrit au PS (ce qui dans mon cas revient à dire que je me serais volontairement mis les bijoux de famille dans un étau et que j’aurais serré à m’en faire rompre les cordes vocales.)

                    Le Modem, oui, pourquoi pas ? Une gauche plurielle bis, merci mais non merci.


                  • LE CHAT LE CHAT 4 mars 2008 12:57

                    J’ai assisté à la prmière réunion du modem des bdr en sept de l’année passée , où les anciens UDF jouaient des coudes pour occuper les premiers rangs , en laissant peu parler les nouveaux adhérants veant de génération écologie , des verts ou Cap 21 . Actuellement Rocca Sera le caïd départemental cire les pompes de Gaudin le pro incinérateur contre Jean luc Benhamias qui lui est contre . Dur d’avoir une quelconque lisibilité ......


                    • Emile Red Emile Red 4 mars 2008 13:11

                      T’inquiètes, le Chat, ils sont pareils à Bordeaux, Lyon.... enfin partout.


                    • LE CHAT LE CHAT 4 mars 2008 13:28

                      @emile

                      j’ai constaté ! et si le Bayrou prend une veste de Pau , du modem il restera plus que Pau de balle !

                       


                    • snoopy86 4 mars 2008 14:00

                      Salut Calmos, salut Emile

                      Je signale à Emile un commentaire sacrilège sur le Pessac-Léognan sur l’article de ce jour d’Argo


                    • Emile Red Emile Red 4 mars 2008 14:10

                      Arghhh Snoopy, la délation a parfois du bon je m’en vais de ce pas lire ça...

                      S’il perd le Bayrou il n’aura plus, à Pau, de chambre.


                    • LE CHAT LE CHAT 4 mars 2008 14:13

                      @calmos

                       ça commence à sentir le Pau pourri pour lui !  il va tomber sur le Pau potin !


                    • Emile Red Emile Red 4 mars 2008 14:15

                      Nicolas se sert d’Edgar Morin, l’armée d’Hervé Morin, et depuis qu’il est parti le Modem cherche son Michel Morin....


                    • A. Nonyme Trash Titi 4 mars 2008 15:05

                      Z’êtes rien d’autre que des Pau d’vache !

                       


                    • Emile Red Emile Red 4 mars 2008 15:40

                      Après la parabole du paralytique on aura bientôt celle du Paulitique...


                    • LE CHAT LE CHAT 4 mars 2008 15:54

                      Pour rigoler , rien ne vaut une bonne bataille de Pau- Luchon 


                    • Emile Red Emile Red 4 mars 2008 18:11

                      Bayrou va laisser Pau terne.


                    • barbouse, KECK Mickaël barbouse 4 mars 2008 13:05

                      l’argument le plus fréquent que j’ai rencontré c’est que le modem n’est pas une force politique ni autre chose que le partie d’un seul homme, charismatique certe, mais incapable de rassembler une force suffisante pour mettre au manettes des hommes et des femmes aussi convaincu d’etre centriste actif que l’on peut l’etre en se pensant de droite ou de gauche tant l’affirmation " je suis centriste" n’est pas ancrée dans l’esprit comme une identité politique claire et cohérente, a part " je suis pro bayrou".

                      C’est d’ailleurs a mon sens le vrai problème de cette élection, c’est quoi la différence entre un candidat modem et les autres ? ça incarne quel idée ? quel projet ? quel vision du citoyen ? c’est au niveau local qu’il faut s’affirmer, et a part de l’orange sur des affiches, je ne vois pas grande différence.

                      ce que je trouve dommageable dans cette article, même si moi aussi je regrette que des gens autour de moi, de gauche, n’ont pas l’audace ni l’envie de faire passé leur idée par le centre, c’est qu’il dénie les doutes raisonnable que peut avoir un électeur du ps vis a vis du modem, en les accusant de "diaboliser".

                      Le PS ne diabolisent pas le modem, ils se contente d’attendre que le soufflet tombe politiquement, et qu’une fois que les têtes d’affiche du PS seront faite sur un meilleur casting,

                      qu’ils auront pri le temps de fignoler un nouvel argumentaire pour séduire les anciens déçu, qu’ils feront amende honorable a demi mots, excuserons leurs erreurs sur l’autel du coeur et des bons sentiments qui les animes, et ils ne doutent pas que tout content de retourner dans un sentiment d’appartenir a la grande famille de gauche plutot que de rester dans celle des centristes épuisée pour exister,

                      nombreux sont ceux qui vont revenir sagement dans le girons du PS, tant il est difficile pour le citoyen de faire passé ses convictions au dela du sentiment confortable d’appartenir a un plus grand nombre d’électeur. C’est d’ailleurs pour ça que je considère néfaste le manque de combativité, le manque d’affirmation identitaire politique du centre, qui ne saisit pas chaque occasion pour affirmer ce que c’est d’être centriste idéologiquement.

                      Pourtant c’est facile a faire, la france est une et indivisible, le centre c’est l’affirmation premier de ce principe au dessus des clivages partisans.

                      Sur le simple critère qu’ils est mon compatriote, cet autre n’est pas mon ennemi, ses bonnes idées méritent d’etre entendu, l’idéal de la france ce n’est pas d’être un cumul d’identités hostiles entre elles mais une harmonisation permanente de chaque identité qui la compose pour assurée au mieux l’intéret de chacun. Cette harmonisation ne passent plus par les parties politique classiques qui verrouillent l’expression de la france réelle.

                      Le centre, c’est le seul terrain idéologique qui permet d’enfin sortir des impasses, ou l’affirmation de son appartenance a l’esprit de la république ne se confond pas avec un nationalisme excluant, ou l’appartenance a un courant d’idée ne vous fait pas nager en dehors du fleuve, ou etre minoritaire ne vous transforme pas en muet face à des sourds.

                      c’est la 3 eme force qui doit se faire entendre dans les tables de négociations entre le patronat et les ouvriers pour que personne n’oubli l’intéret général,

                      Le centre, c’est le territoire ou croyants et athées peuvent dépassé leurs communautarisme premier et familiale, dépassé leur vieilles querelles, non par soumission ou sentiment de défaite, mais par envie d’engagement utile dans chaque étape de notre communauté de destin national,

                      celle qui transcende et harmonise les différences sans les nier ni les stigmatiser bêtement. C’est l’endroit ou l’autre n’est pas que ce qu’ils affirme etre, ni sa foi, ni son age, ni son métier, ni sa peau, ni ses forces et faiblesses, ni ce que ce que les médias façonnent de son image, mais avant tout un etre humain et un compatriote qui participe, qu’il soit actif ou inactif, de l’ici et maintenant de notre vie collective.

                      amicalement, barbouse.


                      • Imhotep Imhotep 4 mars 2008 16:35

                         Petite erreur. Cet article n’accuse pas les électeurs de gauche mais leur leaders politique. Relisez l’article avec cette petite correction et vous verrez que cela vous donnera une optique nouvelle de lecture.


                      • barbouse, KECK Mickaël barbouse 4 mars 2008 18:16

                        vous avez raison, j’ai changer d’optique, merci.

                        avec un peu de recul, j’ai le sentiment que ce qui m’enclin a cette erreur en lisant cet article, c’est l’usage du mot diabolisation.

                        les années ou j’ai entendu le FN tenir le meme argument vis a vis du meme PS, avec ce meme vocabulaire, y sont peut etre pour quelque chose. Je crois que je préfèrerai qu’on dénonce la tactique du déniegrement, les coups bas, la volonté d’étouffer le modem, ou autre appellation, que diabolisation.

                        amicalement, barbouse.


                      • Babalas 4 mars 2008 18:31

                        C’est bien d’harmoniser, mais n’implique aucune remise en cause des fondamentaux de notre système économique. Et comme beaucoup l’on fait remarque dans de précédent posts, sans remise en cause sévère de cet aspect là, pas changement de cap social important... Le Modem ne saurait donc être suffisant, sauf à considérer qu’un changement de moeurs politique est une solution à tout...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès