• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Politiques & citoyens > Liberté conditionnelle pour Marina Petrella

Liberté conditionnelle pour Marina Petrella

La Cour d’appel de Versailles a décidé la remise en liberté sous contrôle judiciaire de Marina Petrella, cette demande de remise en liberté sous contrôle judiciaire ayant été requise par le parquet général en raison de "l’état de santé de Marina Petrella et du problème de la compatibilité des soins et de son traitement avec sa situation".

C’est une décision qui va dans le bon sens,
"C’qui prouve qu’en protestant quand il est encore temps.
On peut finir par obtenir des ménagements !"
(Boris Vian)

Une décision qui va dans le bon sens, mais qui ne constitue qu’un premier pas, en effet elle ne remet pas en cause la procédure d’extradition. Même si Bernard Kouchner "se réjouit de la décision prise par la Cour d’appel de Versailles" et ajoute avoir "toujours plaidé pour qu’une issue humanitaire puisse être trouvée, dans l’esprit de la loi sur la libération des détenus malades", peut-être se souvient-il avoir été ministre de François Mitterrand ?

La question de fond reste entière, et il s’agit bien là d’un problème politique et non d’une simple question judiciaire. La volonté du gouvernement italien, près de trente ans après les faits d’obtenir l’extradition et l’incarcération de Marina Petrella aujourd’hui et demain des autres réfugiés italiens est bien un choix politique sur lequel le gouvernement de Silvio Berlusconi doit s’expliquer.

La base d’un Etat démocratique n’est pas la vengeance ni l’utilisation d’événements passés pour justifier la criminalisation du militantisme que l’on constate aujourd’hui.

L’urgence n’est pas à la vengeance ni à l’oubli, mais bien au contraire à comprendre cette période de notre histoire commune, et ce travail historique ne pourra se faire que dans le cadre d’une amnistie.

C’est la voix que le Parlement français a choisi à plusieurs reprises, dès 1880 une loi d’amnistie était votée au bénéfice des communards, la fin de la guerre d’Algérie s’est soldée par plusieurs lois d’amnistie…

Dans l’attente de cette décision qui appartient au Parlement italien, le gouvernement français doit réaffirmer que les réfugiés italiens ne seront pas extradés.

Jean-Michel Arberet

Conseiller municipal d’Arcueil

Partenaire du groupe communiste

http://jm-arberet.over-blog.com/


Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (20 votes)




Réagissez à l'article

36 réactions à cet article    


  • italiasempre 8 août 2008 12:40

    ..... La volonté du gouvernement italien, près de trente ans après les faits d’obtenir l’extradition et l’incarcération de Marina Petrella aujourd’hui et demain des autres réfugiés italiens.....

    Si on suit votre logique on aurait du aussi foutre la paix a klaus barbie...où alors c’est valable seulement pour les assassins politique d’extreme-gauche ?


    • ASINUS 8 août 2008 14:04

      bonjour italiasiempre

      pour k barbie , l etat n avait pas donné sa parole
      que l etat italien veuille voir aboutir sa demande est une chose legitime
      j ose esperer que sa volonté serais la meme s il s agissait du pendant " noir" de
      ces années de plombs

      reste sans s arreter au cas particulier , qu il est de tradition republicaine
      quand un president français quelqu il soit donne sa parole
      ses successeurs quelqu ils soient la tienne, en cela
      aussi le president Sarkosy innove


    • Calito 8 août 2008 13:05

      Dans la mesure ou cette personne n’a jamaisn regretté ses actes.... je ne vois pas au nom de quoi on refuserais son extradition...

      Je ne serai contre que si elle risquait la peine capitale en Italie car je suis contre. Mais ce n’est pas le cas.

      Imaginez un instant que quelqu’un décrète que vous êtes un adversaire et que vos idées sont mauvaises, puis que cette même personne vous assassine.

      C’est ce qu’à fait cette personne. Elle a mérité sa condamnation, et si elle a commis d’autres crimes ailleurs.... qu’elle paye.

      Point barre. Le reste c’est de la sympathie pour le terrorisme.
      Certe, le plus grand auteur de ce ce site est pro-terroriste, mais ce n’est pas pour autant que l’on doit insulter la mémoire des victimes.

      Un peu de respect.


      • Kassandra Kassandra 8 août 2008 15:26

        L’état Italien dont les services secrets ont toujours été proches des fascistes (assassinat de Pier Paolo Pasolini) ont aussi manipulés pas mal de brigadistes en se débarrassant ainsi d’Aldo Mauro et de pas mal de gens.

        Cet état est pourri jusqu’au trognon, Berlusconi a bâti sa fortune et sa "carrière" politique avec la complicité des maffias du sud. Cet état a dirigé et magouillé des jugements bidons par contumace, (c’est commode quand les gens ne sont pas là pour se défendre on peut leur coller n’importe quel méfait...) qui n’ont aucune valeur. Il n’y a qu’une stronza comme Italiasempre pour n’y trouver rien à redire...


        • Sigma Sigma 8 août 2008 15:52

          comme Italsempre ..

          je remarque que suivant la couleur politique du criminel ( parce que c’est bien d’un crime qu’il s’agit ...) on amnistie au nom d’un romantisme ,comme si l’extrême gauche défendue par une classe politique ,plutôt des classes politiques exisant encore chez nous ,comme si cette extrême gauche soutenue par les intellectuels était la détentrice de cette justice sentencieuse " pauvres et opprimés tuant le symbole du capitalisme et de la bourgeoisie ,de la police ,de la religion,de la justice et de l’armée en assassinant un de ses représentants "....

          comme Nathalie Ménigon et Jean Marc Rouillant chez nous ,assassins,mais nobles aux yeux du peuple !.....mais assassins quand même !

          alors evidemment si il s’était agit d’un ancien Nazi " allez pas de pitié ,y’ a qu’a les zigouiller sans jugement ! allez hop au poteau ! "

          bien sur qu’il doit payer ,mais les autres aussi ,et cette Marina Petrella aussi ,on reclame justice ? certes ,mais la même pour tout le monde .

          alors ,on invoquera qu’elle était en dépression ;que son état de santé se serait aggravé si elle avait été livrée à la justice Italienne ....

          qu’est ce que c’est que cette comédie ? voulez vous parier que sa santé va aller en s’améliorant en sortant d’hospitalisation surveillée ?

          on prend vraiment les gens pour des billes ,je suis déçu ,je vois encore que suivant sa couleur politique on est soit une héroine ,soit un monstre !

          et dire qu’on se prétend en démocratie .......et dans un état de droit !


          • ASINUS 8 août 2008 15:57

            bonjour sigma
            je ne vois nul post decrivant petrella comme une heroine
            plus haut


          • Sigma Sigma 8 août 2008 16:17

            Asinus ..

            l’auteur de l’article sans le dire ouvertement ,et invoquant l’histoire ne convainc personne ....

            il y a quand même un parti pris .....


          • tvargentine.com lerma 8 août 2008 16:04

            L’inpunité des crimes avec mort ne doit pas exister

            Cette personne est une terroriste qui a l’époque à pris ces responsabilités et elle doit assumer même apres 50 ans ou 30 ans ses crimes

            Pas de tolérance pour les assassins


            • Philou017 Philou017 8 août 2008 16:30

              Et les criminels de Gladio, pourquoi on les poursuit pas ?


              “Un ancien général des services secrets italiens affirme que les services de renseignement américains ont manipulé le terrorisme d’extrême droite en Italie durant les années 1970.
              L’assertion a été faite par le général Gianadelio Maletti, l’ancien chef du service de contre-espionnage militaire. Le général Maletti, qui fut chef de la section de contre-espionnage du service de renseignement militaire entre 1971 et 1975, indique que ses hommes avaient découvert un approvisionnement d’explosifs militaires venant d’Allemagne pour une cellule terroriste de droite situé dans la région de Venise.
              « Ces explosifs ont été obtenu grâce à l’aide des membres de la CIA : une indication que les américains allaient au-delà de l’infiltration et l’observation de groupes extrémistes afin d’instiguer des actes violents. La CIA, obéissant aux directives de son gouvernement, voulait créer un nationalisme italien capable d’arrêter ce qu’elle considérait comme un tournant vers la gauche, et pour atteindre ce but elle utilisa le terrorisme. »
              Bref, la vague de terreur qui enveloppe l’Italie suit parfaitement le scénario Gladio. Qu’il existât un lien entre la terreur italienne et la CIA, comme le général Marcelli l’indique, était déjà connu auparavant. En 1976 a eu lieu aux USA une commission d’enquête dirigée par le sénateur Pike. On peut lire dans ses récits que l’ambassade américaine à Rome a payé un haut fonctionnaire des services secrets italiens, pour qu’un groupe d’extrême droite puisse renverser le gouvernement et le remplacer par un régime plus favorable. En 1983, les services de renseignements italiens publient une étude sur le trafic d’armes international. On peut y lire qu’ avec l’accord d’Alexander Haig et d’ Henri Kissinger (à ce moment chef adjoint et président du Conseil de Sécurité Nationale), la Sûreté d’état italienne avait recruté quatre cents officiers militaires au sein de la loge-P2.
              Ceci sera confirmé plus tard par Richard Brenneke, un ex-agent de la CIA, dans une interview télévisée. L’ex-agent sait de quoi il parle, puisqu’il opérait au sein du réseau Gladio même, comme transporteur d’armes. Brenneke déclare que le gouvernement américain dépensait mensuellement pas moins que $10 million pour cette opération. « On a utilisé la loge durant les années ‘70 et 80 (…) afin de développer le terrorisme en Italie, et dans d’autres pays. Cette loge est toujours active car elle disparaît, se transforme au gré des circonstances ; mais sa structure de commandement, directement issue de la CIA demeure »
              « On a utilisé la loge durant les années ‘70 et 80 (…) afin de développer le terrorisme en Italie, et dans d’autres pays. Cette loge est toujours active car elle disparaît, se transforme au gré des circonstances ; mais sa structure de commandement, directement issue de la CIA demeure »
              En 1980, un attentat dans la gare de Bologne fait 85 morts. L’équipe d’investigation sur l’attentat ne formule sa conclusion qu’en 1986, après des années de sabotage par la Sûreté d’état italienne : une structure privée existe, en Italie, composée de militaires et de citoyens, avec comme but d’influencer la démocratie par des moyens non démocratiques. Pour atteindre ce but, le groupe se sert des attentats organisés par des mouvements néo-fascistes. « Il constitue une forme de gouvernement invisible, dans lequel la loge-P2, certains services secrets, le crime organisé et le terrorisme sont intimement liés » concluent les juges.
              tueriesdubrabant.winnerbb.com/la-piste-terroriste-gladio-f43/gladio-t115.htm

              Il y a de quoi faire des proces, non ?


              • ronchonaire 8 août 2008 17:22

                Pour commencer, ce n’est pas l’Etat français qui avait donné sa parole mais Mitterrand, ce qui n’est pas du tout la même chose. Il n’a consulté personne à ce moment-là, il a pris sa décision seul. On reproche beaucoup ses "faits du prince" au Président actuel ; n’oublions pas ceux de ses prédécesseurs.

                Ensuite, il faut revenir aux faits. Cette femme a tué, elle doit être jugée, ne serait-ce que par égard pour les victimes. Qu’elle ait tué il y a trente ans ou hier matin ne change rien, un crime de sang ne doit pas rester impuni. Il me semble d’ailleurs que ce type de crime est impréscriptible, même dans la loi française (merci aux juristes de me corriger si ce n’est pas le cas).

                Quant à votre laïus sur l’Etat démocratique, il est quand même très mal venu. Tout ce que demande l’Etat italien est de pouvoir juger des meurtres commis sur son territoire ; il n’y a rien de non-démocratique là-dedans, c’est même tout le contraire. C’est lorsque l’on commence à donner un sentiment d’impunité pour certains que la démocratie est en danger car un de ses piliers, en l’occurrence la justice, est bafoué.

                Votre utilisation du terme "réfugié" pour qualifier cette femme me met d’ailleurs très mal à l’aise ; aux dernières nouvelles, l’Italie n’est pas un pays en guerre, il ne l’était pas non plus au moment où elle a commis ses crimes. Ce n’est pas non plus un pays barbare où l’on vous jette en prison pour un oui ou pour un non, sans procès, et où on vous lapide sur la place publique. La considérer comme une réfugiée est une insulte à tous les vrais réfugiés, ceux dont la vie est réellement en danger dans leur pays.

                Alors admettez simplement que vous la soutenez uniquement parce qu’elle est d’extrême-gauche, personne ne vous en voudra ; et gardez vos leçons de morale à l’emporte-pièce pour des causes qui en valent vraiment la peine.


                • Cosmic Dancer Cosmic Dancer 8 août 2008 17:30

                  Excellent commentaire, Ronchonaire, dans lequel je me retrouve complètement.


                • Philou017 Philou017 8 août 2008 18:26

                  Mais si, Ronchonnaire, l’Italie était en guerre. Lisez mes interventions sur Gladio.

                  Sinon, je suis d’accord avec vous sur la nécéssité de justice. Mais il faudrait qu’elle soit rendue avec équité pour tous les criminels de l’époque, dont les brigadistes ne sont pas les pires, loin de là.
                  De plus, la demande Italienne ressemble trop à une volonté de désigner des coupables tout faits (et de gauche)à des crimes qui avaient bien d’autres connections.

                  A ce niveau, il faudrait aussi comdamner tous les Français qui se sont livrés à des exactions en Algérie, par exemple. ne faisons pas deux poids, deux mesures.


                • Marc Bruxman 8 août 2008 17:26


                  Si on suit votre logique on aurait du aussi foutre la paix a klaus barbie...où alors c’est valable seulement pour les assassins politique d’extreme-gauche ?


                  Non non c’est bien comme vous dites. Comme d’hab l’extréme gauche se comporte en fasciste, applique les mêmes méthodes et vient protester et pleurer après.

                  La meuf dont il est question est une terroriste qui a tuée des innocents.

                  Si un nazillon avait fait la même chose et qu’on le libérait on verrait toute l’extréme gauche geuler : "ouais c’est un nazi c’est dégeulasse".

                  Mais c’est bien cela montre une fois de plus toute la mauvaise foi dont l’extréme gauche est capable et montre pourquoi ces gens la ne doivent jamais avoir le pouvoir. Quand on glorifie une pute terroriste, il ne faut pas s’attendre à avoir des gens raisonables au pouvoir.

                  Ceux qui défendent cette terroriste devraient avoir honte. Et après ca dit respecter les droits de l’homme.


                  • Kassandra Kassandra 8 août 2008 17:32

                    Je me demande ce que viens faire ici Lerma et ses copains, sigma, cochonnaire,calamitho, ils ne pourraient pas aller troller ailleurs sur le site "Sarko et ses fans"par exemple ça nous ferait des vacanses...


                  • Kassandra Kassandra 8 août 2008 17:38

                    J’avais oublié Sébastien et mikaplouk, hey les trolls ,concentrez vous plutôt sur la cérémonie d’ouverture des JO, il y aura "interro" après ! Orale parce que écrite c’est trop dur pour vous.


                  • maxim maxim 8 août 2008 17:43

                    Kassandra ...

                    vacances ,ça se termine par un C un E et un S !


                  • Philou017 Philou017 8 août 2008 18:15

                    Je n’ai pas vu quelqu’un defendre Marina Petrella. Mais il y a un monde entre Klaus Barbie et cette femme :

                    Marina Petrella a été arrêtée par hasard. Elle se présentait dans un commissariat de police pour déposer une plainte. Une fiche est sortie. A partir de cette fiche, une procédure d’extradition s’est enclenchée. Elle s’est retrouvée le lendemain sous écrou extraditionnel. Marina Petrella est arrivée en 1993 dans le cadre de la politique d’asile de la France initiée par François Mitterrand. En vertu de laquelle les réfugiés italiens des années de plomb qui arriveraient, tourneraient la page, se signaleraient aux autorités, bénéficieraient d’un asile et ne seraient pas extradés. C’est ce qu’on a appelé la doctrine Mitterrand. Et c’est devenu la politique internationale de la France, au fil des gouvernements, de droite comme de gauche, qui se sont succédés. Jusqu’en août 2002, ces gens ont bénéficié toutes couleurs politiques confondues, d’un asile juridiquement consolidé, puisqu’ils ont obtenu des titres de séjour, en toute connaissance de cause et dans la transparence sur leur situation judiciaire italienne. Ils ont vécu ici au grand jour en se signalant aux autorités dès leur arrivée. C’est le cas de Marina Petrella qui est arrivée en 1993, et qui a vécu quinze ans ici, a fondé une famille, a eu un enfant français, une petite fille née en France, un enfant de l’asile. Elle a travaillé comme assistante sociale pour des collectivités territoriales, et s’est particulièrement investie en banlieue dans l’aide des personnes défavorisées. Et on l’arrête brusquement, au mois d’août 2007, sur une demande d’extradition qui datait de 1994 et que la France n’avait pas exécuté. »

                    contrejournal.blogs.liberation.fr/mon_weblog/2007/11/irne-terrel.html



                    Marina Pettrella a été une criminelle politique, et ce dans le climat trouble de l’italie de cette époque. Si on doit parler de nazis, il faudrait plutôt citer les instigateurs du réseau gladio et certains hommes politiques Italiens qui n’ont pas hésiter à s’allier à la mafia.
                    Dans ce cadre Marina Petrella était une réfugiée politique, qui a agi par conviction et révolte. Rien à voir avec des plénipotentiaires qui mettent leur pouvoir au service d’idéologies fascisantes et racistes. L’extrader aujourd’hui revient à satisfaire la paranoïa anti terroriste à bon compte sur le dos d’une femme qui a montré qu’elle avait tourné la page depuis longtemps. C’est aussi revenir sur une parole donnée qui ne nous fait pas honneur. Ca sert surtout à démontrer l’obsession sécuritaire du gouvernement de la maniere la plus cynique et la plus méprisable.

                    Ces subtilités échappent sans doute à votre petite cervelle éprise de justice facile et expéditive. Vos vociférations agressives cachent à mon avis tout autre chose que la recherche de justice.

                    "La justice est si sacrée, elle semble si nécessaire aux succès des affaires, que ceux-mêmes qui la foulent au pied prétendent n’agir que d’après ses principes".
                    Chateubriand


                  • Kassandra Kassandra 8 août 2008 20:13

                    Je ne me fatigue pas pour des trolls (dont tu es), je ne corrige pas, je me met à leur niveau...


                  • Kassandra Kassandra 8 août 2008 20:17

                    @ Maxim

                    Je ne me fatigue pas pour des trolls (dont tu es), je ne corrige pas, je me met à leur niveau...


                    doublon excuses !


                  • maxim maxim 9 août 2008 11:03

                    c’est quoi un Troll ..

                    celui qui n’est pas compatissant avec une personne devant rendre des comptes à la justice pour crime ?

                    au début de l’année je suis allé comme plaignant au tribunal de Sens ,il y avait un petit con style voleur de Mobylettes recidiviste passant en audience immédiate entouré de deux Gendarmes ,il a écopé d’un an ferme ! il a accepté sa peine ....

                    alors evidemment on ne mélange pas les styles ! mais quand même ...

                    une terroriste recherchée pour crime venue se planquer chez nous ,devant puger une peine prononcée dans un pays démocratique ,l’Italie n’est quand même pas une dictature que l’on sache ....
                    et bien je regrette ,mais toute soit disant repentie qu’elle se prétend ,la loi est la même pour tout le monde ..

                    on tue ,on paie ! y’a pas de raison !


                  • pinson 11 août 2008 18:48

                    @Kassandra

                    Je me mets à leur niveau... Avec un "s" à la fin...


                  • Sébastien Sébastien 8 août 2008 17:26

                     Petrella ouste... du balais... en Italie et en prison. C’est drole de classifier les terroristes, les sympthique, ceux dont on comprend la cause, et les autres...


                    • Philou017 Philou017 8 août 2008 18:32

                      Les resistants des années 40 étaient aussi des terroristes pour le pouvoir, et présentés comme tels. Mais je comprend leur cause et j’ai même de la sympathie pour eux.



                    • mikaboom 8 août 2008 18:40

                       Oui enfin l’italie de l’époque des brigadistes n’avait rien à voir avec le régime nazi et n’occupait aucun pays étranger hein.

                      Quel philou ce philou....

                      Il serait même pret à défendre action directe et le pouvoir fasciste de la France des années 70.....


                    • mikaboom 8 août 2008 18:41

                       Par ailleurs à tous les collabos des assassins rouges, la doctrine mitterand ne couvrait pas les auteurs de crimes de sang.


                    • Philou017 Philou017 8 août 2008 21:06

                      Mikaboom : " Par ailleurs à tous les collabos des assassins rouges, la doctrine mitterand ne couvrait pas les auteurs de crimes de sang."

                      Enfin ! vous parlez sans doute des fascistes de la loge P2 et des politiciens mafieux, dont certains ont plus d’un crime sur la conscience.
                      J’avais raison de ne pas désespérer.

                      Et si le régime n’était pas fasciste, certaines de ses pratiques l’étaient, à commencer par ceux qui ont instrumentalisé les brigades rouges dans des buts politiques.

                      Vous serez sans doute d’accord avec moi pour demander la réouverture d’une enquête pour démasquer tous les coupables....


                    • mikaboom 8 août 2008 17:31

                       Donc si j’ai bien tout compris, il suffit de faire une greve de la faim pour être libéré de prison ?

                      bon je vais flinguer un commissaire ou deux et je peux donc sortir de prison c’est bien ca ?


                      • Marc Bruxman 8 août 2008 17:45

                        Penses à prendre ta carte au parti avant !


                      • Philou017 Philou017 8 août 2008 18:36

                        Dans les regimes fascistes de toute sorte, beaucoup de terroristes ont une carte du parti, celui du dictateur au pouvoir.
                        Je suis sur que ca ne vous embete pas autant, du moment que ce n’est pas un parti classé à gauche.


                      • mikaboom 8 août 2008 18:38

                         Citez moi un seul parti fasciste au pouvoir dans les dictatures de ce monde........


                      • barbouse, KECK Mickaël barbouse 8 août 2008 20:03

                        avant de jouer les jurés, il ne serai pas négligeable de considérer que vu son état de santé, la transferer en italie est un risque de tout simplement la tuer, et qu’au regard d’une certaine idée de justice, il est bien dommage qu’on ne puisse pas la juger selon la loi italienne sur le sol français, sans l’extrader.

                        amicalement, barbouse.


                        • egobaxx 9 août 2008 01:57

                          La France est le seul pays qui a de la sympathie pour les criminels et les terroristes. c’est fait ouvertement avec le soutient d’homme politique.
                          C’est aussi le seul pays ou les victimes n’ont aucun droit et doivent se taire

                          La france, c’est le monde a l’envers. Même ben laden serait libéré en Fance et la je ne plaisante pas.


                          • jaja jaja 9 août 2008 10:21

                            Permettez moi de vous faire remarquer que vos assertions sont fausses.

                            Carlos est détenu à la centrale de Poissy depuis plus de vingt ans, Georges Ibrahim Abdallah ou Fouad Ali saleh, sont également derrière les barreaux depuis plus de vingt ans. Les détenus d’Action directe n’ont pas tous été libérés après plus de 20 ans de prison...

                            Comme quoi il est difficile de débattre dans une atmosphère où beaucoup se permettent de dire n’importe quoi pour rendre buvable leur soupe nauséabonde....


                          • Marc Bruxman 9 août 2008 02:49


                            Marina Pettrella a été une criminelle politique, et ce dans le climat trouble de l’italie de cette époque. Si on doit parler de nazis, il faudrait plutôt citer les instigateurs du réseau gladio et certains hommes politiques Italiens qui n’ont pas hésiter à s’allier à la mafia.
                            Dans ce cadre Marina Petrella était une réfugiée politique, qui a agi par conviction et révolte. Rien à voir avec des plénipotentiaires qui mettent leur pouvoir au service d’idéologies fascisantes et racistes.


                            Non non et non ! On parle d’attentats terroristes et de meurtre. Ce n’est pas justifiable. Que le motif soit le racisme ou une conviction autre n’a rien à voir la dedans.

                            Et même si effectivement les résistants français étaient officiellement des terroristes, et bien que je sache :

                            • L’italie n’a jamais été envahie.
                            • L’italie avait un gouvernement démocratiquement élu.
                            Dans ces conditions, les brigades rouges étaient effectivement des terroristes qui ont tués des innocents au prétexte qu’ils représentaient une certaine société dont ils ne voulaient pas. De même que certains racistes tuent des gens parce qu’ils représentent des cultures dont les racistes ne veulent pas. Les deux sont autant condamnables et minables. Les deux sont à vomir. L’extrader aujourd’hui revient à satisfaire la paranoïa anti terroriste à bon compte sur le dos d’une femme qui a montré qu’elle avait tourné la page depuis longtemps. C’est aussi revenir sur une parole donnée qui ne nous fait pas honneur. Ca sert surtout à démontrer l’obsession sécuritaire du gouvernement de la maniere la plus cynique et la plus méprisable.

                            Mitterand n’aurait jamais du protéger une meurtriére. Et le fait de tourner la page n’exclut pas un jugement. C’est au juge de prendre en compte les éventuels regrets et le fait qu’elle n’est plus militante afin d’adapter la peine.

                            Je suis pour le fait qu’elle soit jugée et je suis aussi pour le fait que la peine soit adaptée du fait du très long délai écoulé entre le crime et le jugement (considérant qu’il n’y a pas eu de délits entre temps). Ce n’est d’ailleurs pas valable que pour elle. Je me suis toujours dit que si j’étais juré je serai enmerdé de devoir condamner quelqu’un pour un crime commis il y a 20 ans quel que soit ce crime. Maintenant la culpabilité doit être reconnue et surement une peine prononcée de façon symbolique. Car ce genre de crimes est trop grave pour rester impuni.





                            • Daerel Daerel 9 août 2008 13:37

                              On croit rêver... Marina Petrelli a été accusée et condamnée par contumace en Italie pour le meurtre d’un commissaire et blessures graves sur le chauffeur de ce commissaire... Ce sont des crimes de sang.

                              Le fait que Mitterrand se soit permis d’accueillir ces criminels et de les protéger a toujours été un acte arrogant et mérpisant envers l’Italie.

                              Au même titre, que penseriez-vous que l’Italie accueille le meurtrier du préfet Erignac et lui assure l’immunité en refusant toute extradition ? La justice française, l’Etat français et la famille Erignac serait bafoués et ceux qui crient à protéger Marina crieraient au scandale.

                              Pitoyable. Que sa cause fut juste ou non, le fait de tuer discrédite totalement son combat et elle doit être punie. D’autres gens ont réussi à changer les choses sans tuer comme Gandhi. Eux sont admirables, pas les criminels de sang qui ne s’excusent même pas de leurs meurtres... car évidemment, elle ne s’excuse pas. Si vous êtiez la famille du commissaire italien assassiné, comment vivriez-vous cette situation et comment ressentiriez-vous les articles de défense comme celui-ci ?

                              Je serai blessé et je ne pourrais faire le deuil... et vous ?

                              (évidemment, comme elle a agi au nom de l’idéal de l’extrême-gauche, on lui pardonne tout... pitoyable) !


                              • Yep Yep 10 août 2008 16:24

                                Vous parlez des "réfugiés italiens" persécutés pour leur "militantisme".

                                D’après wikipedia, "un réfugié est une personne qui se trouve hors du pays dont elle a la nationalité ou dans lequel elle a sa résidence habituelle  ; qui craint avec raison d’être persécutée du fait de sa race, de sa religion, de sa nationalité, de son appartenance a un certain groupe social ou de ses opinions politiques, et qui ne peut ou ne veut se réclamer de la protection de ce pays ou y retourner en raison de ladite crainte".

                                Je vois mal comment cette définition peut s’appliquer à Mme Petrella. Elle n’est pas "persécutée du fait de ses opinions politiques", comme vous l’affirmez, mais recherchée par la justice de son pays.
                                Pays qui, faut-il le rappeler, était (et est toujours) une démocratie, avec un gouvernement élu par le peuple, dans lequel les libertés individuelles sont assurées (presse, opinion, manifestation, culte, etc.).
                                Pourquoi est-elle recherchée ? Parce qu’elle ne partage pas les opinions du parti au pouvoir ? Ou parce qu’elle a commis un meurtre ?...  Cette dame n’est pas persécutée pour ses opinions, elle est convoquée devant les tribunaux pour un crime de sang.

                                Dès lors, Mme Petrella n’est en aucun cas une réfugiée politique. C’est une criminelle en fuite.
                                Et pour ces criminels, il y a des accords de coopération judiciaire qui valent plus que la parole d’un ancien chef d’état.

                                Sous couvert de bonnes intentions, le PCF dont vous vous revendiquez fait une fois de plus la preuve de sa mémoire sélective en ce qui concerne les criminels.





Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès



Partenaires