• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Politiques & citoyens > Manuel Valls et l’aggiornamento de la gauche en matière de (...)

Manuel Valls et l’aggiornamento de la gauche en matière de sécurité

Christian Vanneste, député (UMP) du Nord, réplique à une tribune de Manuel Valls, député-maire d’Evry (PS), parue dans Le Figaro au sujet de la sécurité. Il revient également sur la proposition de loi Estrosi visant à lutter contre les violences des groupes.

Il y a un mois, dans les colonnes du Figaro, Manuel VALLS publiait une tribune qui montrait à gauche une nouvelle et bonne volonté en matière de sécurité. Contrairement au faux-pas de Madame AUBRY, à l’encontre de toute la tradition qui voulait qu’à gauche on victimise les délinquants, résistant à une société injuste et qu’on stigmatise les partisans de la vidéosurveillance comme des ennemis de la liberté, le Député-maire d’Évry reprenait la thèse d’Alain BAUER du délinquant, produit de lui-même, osait évoquer la vidéo-protection comme un objet de consensus politique, et allait jusqu’à dénoncer les ratés de la chaîne pénale.

Après avoir lu ce texte, que j’aurais pu cosigner, je n’ai pas été étonné du soutien que le parti socialiste m’a apporté lors de la discussion de la proposition de loi sur les bandes, fin juin. Le groupe socialiste a en effet soutenu trois de mes propositions. La première consistait à raccourcir le délai entre la commission d’un délit et le prononcé de la sanction. La seconde visait à introduire comme peine autonome, et non plus de substitution le Travail d’Intérêt Général, tellement plus adapté pour la délinquance de quartier que la prison saturée et souvent présentée comme l’école du crime. La troisième instituait un délit de harcèlement social afin de rendre possible des sanctions pénales à l’encontre de cette délinquance minuscule, qui à travers l’occupation d’une pelouse, d’un square, d’un parking permet à une bande de s’approprier un territoire et d’y faire régner sa loi. Cette disposition qui vise à protéger des insultes, des menaces, des brimades une population qui doit déjà supporter le bruit, la dégradation de l’environnement et les trafics de tous genres sans rien voir ni protester, est inspirée de la politique de la « vitre brisée » menée à New York par son ancien Maire Rudolph GIULIANI et prolonge le texte sur les halls d’immeuble initié par Nicolas SARKOZY. Le parti socialiste a néanmoins voté cet amendement, comme les deux précédents apportant la démonstration que la sécurité n’est ni de gauche ni de droite, que les bandes doivent être combattues au nom de la liberté des citoyens, qu’elles doivent être éradiquées des quartiers (d’où elles mènent ensuite leur raid) au nom de la tranquillité des habitants.

Le Gouvernement n’a pas approuvé ces amendements, la majorité ne les a pas votés, manquant à cette occasion l’envoi d’un signal essentiel adressé à l’ensemble du pays : face à la violence des bandes, le Parlement unanime droite et gauche confondues propose des solutions de bon sens, fermes, mesurées, et donc efficaces.

Un jeune ne peut comprendre une peine qui lui est infligée un an après la commission des actes.

Il est plus facile de mettre en œuvre un Travail d’Intérêt Général que de construire une cellule de prison. Le premier redonne le sens de l’utilité sociale et ramène le voyou à la banalité du quotidien. La seconde apparaît aux yeux des autres comme un rite d’initiation qui confère un grade supplémentaire quand il n’apporte pas un plus grand savoir-faire.

Il est certes utile de pourchasser ceux qui commettent des agressions au cours des expéditions menées par les bandes auxquelles ils appartiennent. Il est plus utile encore d’empêcher que ces bandes ne se forment et ne prennent conscience de leur pouvoir en leur interdisant de s’approprier un territoire et d’y exercer un pouvoir de nuisance.

J’en appelle aujourd’hui aux membres de la majorité : ne laissez pas passer l’aggiornamento de la gauche en matière de sécurité, car bientôt c’est elle qui pourra nous accuser à juste titre de laxisme et d’inefficacité.

 


Moyenne des avis sur cet article :  2.93/5   (54 votes)




Réagissez à l'article

147 réactions à cet article    


  • TSS 8 juillet 2009 10:34


    la loi existe deja ,pas besoins d’entasser des lois sur des lois(non appliquées d’ailleurs) à

    moins que le« motodidacte » veuille laisser son nom à la posterité... !!


    • morice morice 8 juillet 2009 10:58

      ah, notre député partisan des manières fortes s’est trouvé un copain de banlieue marrant, Valls fair une saillie sur les « whites », les « blancs », voilà l’autre là qui se radine.  « inspirée de la politique de la « vitre brisée » menée à New York par son ancien Maire Rudolph GIULIANI et prolonge le texte sur les halls d’immeuble initié par Nicolas SARKOZY. »dites vous : euh, on a les héros qu’on mérite, Vanneste : vous voulez aussi nous imposer Bernard Kerik comme responsable sécurité à Tourcoing ? Faudra d’abord le faire sortir de prison... A moins que vous n’entraîniez la police de Tourcoing comme la police irakienne, « formée » par.. Kerik ? Vous comptez aussi mettre avec les mecs qui le protégeaient, les mercenaires de Blackwater ??? jolies vues d’avenir tourquennois, Vanneste.


      Allez, je vous propose un autre grand exemple de ce que vous souhaitez. Il s’appelle Harold Hurtt. Mais là, je vais vous laissez chercher tout seul qui c’est.

      • Bois-Guisbert 8 juillet 2009 12:00

        Allez, je vous propose un autre grand exemple de ce que vous souhaitez. Il s’appelle Harold Hurtt

        Infiniment mieux qu’Harold la fiotte, Joe Arpaio, chef de la police du comté de Maricopa, en Arizona.

        Une vraie vedette : ayant oublié son patronyme, il m’a suffit de taper « Shérif » et « Arizona » pour le retrouver dans la seconde.

        Un joli portrait du personnage sous :

        http://felixggenest.blogspot.com/2008/07/joe-arpaio-en-un-diaporama.html


      • agent orange agent orange 8 juillet 2009 13:19

        Morice, voila enfin une réaction pertinente. Vous remontez dans mon estime.
        J’ai été un peu dur hier... Un mélange de mauvaise foi et de paresse intellectuelle, sans doute.

        Je croyais le problème des banlieues réglées depuis que Sarkozy, le ministre de l’intérieur de l’époque avait invité Gideon Ezra et son directeur de la police Moshe Karadi, spécialistes de la sécurité dans les territoires occupés, à former les flics français aux techniques israéliennes.
        Ces techniques de répression seraient-elles inopérantes en France ?
        Peut-être que celles de Blackwater sont meilleures ?



      • agent orange agent orange 8 juillet 2009 13:24

        Désolé de ma complète ignorance de ce qui se passe en France aujourd’hui.
        Je vis à 5 ou 6 fuseaux horaires (selon les saisons) à l’Est, depuis 1994.


      • Traroth Traroth 8 juillet 2009 20:53

        @Bois-Guisbert : Je parie que vous vous réjouissez des baisses du budget de la formation en prison, je me trompe ? Tant qu’on fait des économies, hein ! Les taulards ne sont pas là pour aller à l’école, c’est quoi cette histoire ! « C’est quand même extraordinaire » !!!
        Le fait que la formation soit la meilleure manière d’éviter la récidive ne doit surtout pas vous faire réfléchir...


      • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 13 juillet 2009 06:11

        Voici le genre de liens qui incitent certains de mes amis de la gauche a vouloir me voir pendu... mais je crois qu’il faut que l’ordre règne. 



        Pierre JC Allard

      • jeanclaude 8 juillet 2009 10:59

        C’est formidable de vous lire sur ce sujet. Je suis de plus en plus convaincu que si la gauche a perdu une partie de ses électeurs traditionnels, c’est parce qu’elle a esquivé cette question de la responsabilité individuelle de chaque citoyen, quelle que soit sa place dans les classes sociales.
        Continuez.
        J’approuverais aussi que quand un gouvernement de droite refuse des propositions d’amendements dans un domaine aussi sensible, la gauche en fasse davantage état pour informer les citoyens. Ce serait un excellent canal pour qu’elle retrouve la confiance populaire. Bien sûr ce n’est pas encore possible aujourd’hui, une partie de vos amis se réclamant toujours d’une vision de l’homme basée sur des postulats philosophos-antropologiques qui ont vieilli, je pense à Rousseau et à Marx notamment. Le jour où la gauche comprendra que le temps ne s’est pas arrêté et que l’autocompréhension des individus et du social est à reprendre à chaque génération, on se portera mieux.

        Enfin vous demandez que la droite accepte des amendements qui sont fondés. Si la réciproque devenait vraie de temps en temps et que l’opposition n’estimait pas perdre son âme en votant un texte parce qu’il a son origine chez les adversaires, la démocratie aurait procédé d’un cran dans l’âge adulte ( et retrouverait l’esprit des premiers mois de l’assemblée nationale révolutionnaire de 1789... ; comportement que les panégéristes actuels de la révolution passent pudiquement sous silence).


        • Walden Walden 8 juillet 2009 11:02

          Autant les 2 premières propositions apparaissent sans conteste de bon sens, autant la troisième peut surprendre, puisque le « délit de harcèlement moral » existe déjà actuellement, et depuis 2002 (au travail) : si cela s’avèrait opportun, il serait possible d’en élargir simplement le champ d’application.

          Article 222-33-2 du Code Pénal : « Le fait de harceler autrui par des agissements répétés ayant pour objet ou pour effet une dégradation des conditions de travail susceptible de porter atteinte à ses droits et à sa dignité, d’altérer sa santé physique ou mentale ou de compromettre son avenir professionnel, est puni d’un an d’emprisonnement et de 15000 euros d’amende. »

          La difficulté consiste à définir de manière suffisamment précise quels éléments doivent être établis pour que l’infraction soit constituée, afin de ne pas risquer de devenir un prétexte de qualification arbitraire d’un « délit d’allure patibulaire » (pour ne pas dire de sale g...)

          En effet, on sait comment fonctionne la Justice, faute de moyens humains suffisants : les tribunaux sont saturés, les magistrats jugent en comparution immédiate sans avoir le temps d’approfondir. D’ailleurs le même problème de carence a des conséquences en amont, que ce soit pour gérer les prisons surpeuplées, aussi bien que les peines alternatives à l’incarcération, comme le Travail d’Intérêt Général.

          L’inflation permanente de la législation pénale s’avère dommageable à une juste application de la Justice, qui ne peut plus s’exercer de manière équitable et sereine. L’esprit de rsponsabilité devrait d’abord pousser les élus à garantir par la Loi que des moyens soient attribués à la Justice, à la mesure des tâches qu’on lui confie.


          • sisyphe sisyphe 8 juillet 2009 11:24

            Entièrement d’accord avec ce post de Walden.

            J’ y ajouterai juste que la loi devrait fixer, définitivement, la séparation des pouvoirs prévue dans la constitution, et instaurer l’indépendance absolue de la justice du pouvoir exécutif ; ce qui, évidemment, est de moins en moins le cas.

            Par ailleurs, soutien total à monsieur Vanneste, pour cette proposition de bon sens (je cite) :

            Il est plus facile de mettre en œuvre un Travail d’Intérêt Général que de construire une cellule de prison. Le premier redonne le sens de l’utilité sociale et ramène le voyou à la banalité du quotidien. La seconde apparaît aux yeux des autres comme un rite d’initiation qui confère un grade supplémentaire quand il n’apporte pas un plus grand savoir-faire.

            Pour une fois qu’un député UMP ne s’égare pas dans le tout-répressif, on ne va pas faire la fine bouche.


          • HELIOS HELIOS 8 juillet 2009 12:45

            Encore une fois, Mr Vanneste n’est pas exactement dans la ligne « du parti ».
             
            On se demande même ce qu’il y fout, dans ce parti, si ce n’est pour jouer au sous marin.. ; a moins que ce ne soit un autre genre de Lefebvre, un aboyeur bien plus tranquile chargé de tester les reactions du bon peuple de France.

            Mais je m’egare, je dois dire que sur le cas Hadopi, il a été plutôt responsable, reste a savoir s’il va continuer mainetnant que le deuxieme round (hadopi 2) demarre. laissons lui le benefice du doute pour l’instant.

            Dans le cas qui nous importe, là, presentement, son hérésie est de vouloir proposer du travail d’interêt collectif en guise de sanction. Bonne initiative, mais pour le president issu du rang de cet UMP dont il est malgré tout un representant, je pense que c’est une impossibilité intellectuelle que d’approuver.

            En effet, dans le contexte de marchandisation a outrance qu’on veut nous faire vivre, a chaque delinquant, c’est autant d’entreprises et de chomeurs qui ne pourront pas effectuer le boulot.

            Constatons le, la France est déjà a genoux economiquement. considerer que 1 delinquant sur 10 soit concerné par cette peine, cela fait quand même aux alentour de 8000 travailleurs potentiel « GRATOS » ! vous mesurez tout de suite le manque à gagner.

            Il est donc des comportements sociaux inacceptables, surtout gravés dans la loi, comme le partage mais également le travail d’interêt collectif. Ne revons pas cet amendement n’a pas été rejeté pour rien, ce n’est pas un probleme technique c’est clairement un fond ideologique qui ne fait que verrouiller toute proposition un tant soit peu humaine.

            Quand, dans les années 80, on pensait qu’il faudrait 20 ans pour se remettre des mesures sociales de la gauche.. ; et c’est grosso modo ce qu’il s’est passé, les elections de 2002 en sont l’exemple et l’etat du PS aujourd’hui le confirme, Se remettre des 5 ans de Sarkozie vont nous prendre consideranblement plus de temps, tant les torsions de notre modele sont importante....
             
            pour le reste, la gruyerisation du systeme va le faire s’effondrer un de ces jours, nous le savons bien et pourtant nous ne disons rien.... bon, je serais probablement mort avant, depuis mon petit nuage j’observerai en rigolant, puisque j’aurai l’eternité devant moi.


            PS : Mr Vanneste, avez vous songé a rappeler a votre ami, mr Estrosi, qu’il avait promis de ne pas cumuler de mandat ? il avait commencé a executer, incompletement, sa promesse en demissionnant du conseil général, mais son accession au gouvernement voudrait qu’il abandonne la mairie de Nice.... Des promesses, toujours des promesses...


          • Stalker 8 juillet 2009 11:08

            L’idée d’un délit de harcèlement social me séduit, car si elle est encadrée, elle permettrait de réduire bien des problèmes et de tuer dans l’oeuf la montée des exaspérations.

            C’est en ce moment le principal problème de certains lieux et de certains quartiers, mais il y a quand même de gros problèmes d’application potentielle de cette loi, car comment déterminer ce qu’est une attitude agressive, si ce n’est de manière subjective.

            Je crois que pour ce problème, l’ilotage serait une meilleure solution, elle a donné ainsi de bons résultats dans le passé et dans d’autres pays, mais ce n’est hélas pas une idée à la mode.


            • barbouse, KECK Mickaël barbouse 8 juillet 2009 11:08

              bonjour,

              essayer encore un peu de donner une stature d’homme crédible en matière de sécurité a M.Walls du PS tout en faisant la promotion de sa proposition UMP de ce qui n’est déja plus qu’une loi parmis d’autres avant même d’etre votée a quelque chose de pathétique qui en dit long sur le courage en politique.


              « un jeune ne peu pas comprendre une peine qui lui est infligée un an aprés la comission des actes. » dites vous ?

              Au delà du fait que cet argument rappel le conseil pédagoqique que l’on donne aux maitres de chiens, de rapidement sanctionné aprés son dépot de comission indélicat sinon le chien oublie et ne sait pas pourquoi on lui crie de dessus,

              vivre un an en ce demandant a quel sauce on va être sanctionné est une peine en soi, surtout dans la quête d’avenir qu’incarne l’esprit de la jeunesse. C’est, a mon humble avis, si vous étiez conscient de ce que c’est d’être jeune aujourdh’ui, l’argument que malheureusement vous n’utilisez pas et qui en dit long, lui aussi, sur la façon dont vous abordez le problème.

              amicalement, barbouse.


              • jeanclaude 8 juillet 2009 11:13

                Je vois hélas que vos amis de gauche esquivent le fond de la question et s’en tiennent à l’ironie ou au fatalisme ou à l’idéologie sclérosée habituelle. Bon, avec une telle qualité de réflexion, d’évaluation, d’auto-distance de l’adversaire la droite a encore de beaux jours devant elle. Ouf.

                Alors qu’il faudrait discuter sur le seul dosage. Comparer la direction où vous voulez aller avec la situation à NY, c’est un exemple typique du dialogue de sourds. C’est jeter un seau d’eau sur l’incendie sans vouloir en découvrir l’origine. Or c’est bien un problème l’incivilité des bandes. Problème qui touche en premier les populations cantonnées, par la minceur de leur portemonnaie, dans des quartiers ou des banlieues pas drôles.

                Une telle incapacité d’analyse de la part de gens de gauche m’épatte. C’est la préférence donnée à l’idéologie sur le pragmatisme. Quand l’idéologie devient le but en soi, c’est bien que le groupe se sent menacé, est sur la défensive, doute de son avenir.

                Bien sûr que s’il y a des bandes inciviques, c’est aussi parce que ils ne savent pas quoi faire, que la cellule familiale ne remplit pas tout son rôle, que les conditions de vie sont dégueulasses, que le système éducatif est à revoir. Mais c’est une simple question de logique. C’est pas parce que A est vrai que A’ est faux. Dire que historiquement la gauche se targue d’être fille des Lumières, de la raison, etc...


                • jeanclaude 8 juillet 2009 11:19

                  A l’auteur. Je me suis planté, vous êtes à l’UMP. Mes excuses que je parle de vos amis de gauche. Le reste de mes propos garde bien sûr toute son acuité.


                  • Annie 8 juillet 2009 11:26

                    Mais si j’ai bien compris, c’est la gauche qui a accepté les amendements et la droite qui les a refusés !


                  • Christian Vanneste Christian Vanneste 8 juillet 2009 12:11

                    Je vous en prie !


                  • Christian Vanneste Christian Vanneste 8 juillet 2009 12:13

                    Le rapporteur et le Gouvernement ont systématiquement refusé mes amendements alors que ceux-ci étaient soutenus par plusieurs députés de la majorité (notamment mon amendement visant à la création d’un délit de harcèlement social) et votés par la gauche...


                  • William7 8 juillet 2009 11:39

                    Très intéressant, le fait de mettre au centre de la pensée de droite la « responsabilité individuelle » Par contre, c’est assez pathétique de ne pas en apercevoir les implications fonctionnelles et idéologiques dans une société de classe et de domination.

                    Ce retour réactionnaire, cette bonne vieille régression vers le 19ème siècle se faissant passer pour une pensée moderne et originale, ça par contre, ce n’est pas pathétique, mais tout simplement génial ! La novlangue en somme.


                    • William7 8 juillet 2009 11:43

                      En matière sociale aussi, on a droit à ce blabla « responsabilisant » pour matter la« horde d’assistés »...Quelle différence entre cette « ’non-pensée » et la différence victorienne que l’on établissait entre bons et mauvais pauvres (les pauvres méritants vous savez...°)

                      Quand je pense que les droitiers se veulent plus « fins » que les gauchistes, c’est à pleurer...


                    • Yannick Harrel Yannick Harrel 8 juillet 2009 12:40

                      Bonjour,

                      Eminemment regrettable en effet M. Vanneste que vous n’ayez été suivi par vos collègues sur ces trois points qui me paraissent empreints d’équilibre et de respect de l’individu.

                      Protéger la société des atteintes exercée à son encontre est bien entendu l’une des charges incombant aux élus se devant d’élaborer un cadre législatif efficient. Néanmoins encore faut-il que cette mission soit pondérée par la réalité de terrain : la répression pour la répression, et malheureusement parfois dans un cadre d’emballement médiatique ne donne que peu de résultats probants. Un individu doit avoir le droit de s’amender par des actes concrets envers la société et comme vous le précisez la prison est parfois une école de la violence prolongeant et affinant le caractère le rejet social. Evidemment cela demande des moyens en terme de suivi personnalisé mais le gain social lui me paraît en valoir largement la peine.

                      Et pour le fait qu’il faille sévir envers les petites atteintes civiles, je suis aussi d’accord. D’une part pour éviter un engrenage de déliquescence sociale (le désordre nourrit le désordre) et d’autre part pour faire reposer la paix civile sur autre chose que des patrouilles de police ou une vidéosurveillance accrues. Des situations pouvent rapidement dégénérer par des faits non punis et réitérés.

                      Hélas, comme sur la question des droits d’auteur à l’ère du numérique, je constate que le bon sens n’est pas de mise dans les hémicycles, même si quelques mohicans tentent des propositions équilibrées et c’est tout à leur honneur...

                      Cordialement


                      • tvargentine.com lerma 8 juillet 2009 12:55

                        Il conviendrait de vous attaquer à l’économie noire générée par la vente de la drogue et des cigarettes de contrebandes pour « casser » le bizness« des voyoux qui délimitent leur térritoire et le »communautarisant« .

                        J’habite Colombes et vraiment nous n’avons pas l’impression que la crise du batiment existe !!!!! non,ici la crise financière n’est pas arrrivée !

                        Il est impressionnant de constater la »richesse« de familles s’exprimant difficilement en français et disposant d’un pouvoir d’achat supérieur à la classe moyenne définie par l’INSEE pour s’acheter des maisons et faire les travaux par des travailleurs en situation
                        non régulière et non assujéti à cotisation sociale ????

                        D’ou vient l’argent de ces »nouveaux riches ?????

                        Que fait le G.I.R ?????

                        Alors,avant de faire voter d’autres lois,commençez Monsieur le Député par les faire appliquer par la police républicaine et les services de lutte contre le travail au noir,et de lutte contre l’argent sale

                        Merci Monsieur le Député de votre contribution au débat citoyen et républicain

                        http://www.tvargentine.com


                        • Christian Vanneste Christian Vanneste 8 juillet 2009 14:44

                          Que font les GIR ??

                          C’est en effet une des questions posées au Garde des Sceaux et ancienne Ministre de l’Intérieur. Il faut noter néanmoins que c’est cette dernière qui les a relancé en janvier 2008 en leur adjoignant plusieurs compétences.


                        • Massaliote 9 juillet 2009 09:19

                          Entièrement d’accord avec lerma ! Mais quand la police fait « trop bien » son travail, elle est la cible des « discriminés ». Exemple : à Marseille, vendredi dernier une grenade défensive a été jetée sur le commissariat de la rue Félix Pyat, dernier épisode d’une guérilla menée par les trafiquants en raison d’un taux d’élucidation augmenté de 65%. J’attends toujours les grandes chaines télé à l’écoute de nos policiers même si Hortefeux a réagit. Pourtant, je vois comme lerma le train de vie des pov’immigrés. Le chef de la mosquée d’Orange, propriétaire d’une maison de 330 mètres carrés et de plusieurs appartements, mis en examen entre autre pour proxénétisme aggravé n’avait pas travaillé autrement que 9 ans comme ouvrier agricole depuis 1968(ce qui ne semble pas avoir interpellé les services fiscaux) . Ce sinistre individu prostituait avec son clan familial de jeunes marocaines de 14 à 25 ans. Elles entraient en France clandestinement bien façilement me semble t’il puis lorsqu’elles tombaient enceintes et qu’ils ne réussissaient pas à les faire avorter (une jeune femme a témoigné avoir reçu des coup de poings à ces fins) faisaient reconnaître l’enfant par des « Français » . Nous avions donc de nouveaux Français (la mère étant éligible à la nationalité) ce qui permettait à ce bon chef religieux de percevoir les allocations prévues par la loi.

                          COMMENT cela a t’il pu durer pendant des décennies sachant que le café le France détenu par le fils aîné, pivot central du « commerce » est situé en face d’un commissariat et que les « rumeurs » parcouraient la ville ?


                        • maxim maxim 8 juillet 2009 13:01

                          Monsieur le Député ,

                          c’est bien dommage que l’on ait refusé votre amendement qui va dans le bon sens ,il faudra bien quand même que ceux qui se sont opposés à vos propositions prennent en compte que dans les priorités ,la sécurité passe au premier plan,et que certains quartiers sont proprement invivables pour les honnêtes gens .

                          est ce que ceux qui s’y sont opposés se rendent réellement compte de la situation,ou bien est ce par souci de tranquillité ( illusoire ) qu’ils adoptent ce véto ?

                          il y a pourtant urgence ,et l’actualité nous en donne l’exemple par la mise à sac de la ville de Firminy par une bande ,parce que l’un de leur copain déliquant aurait tenté de se suicider lors de sa garde à vue ,avec tous les fantasmes mis en avant pour profiter de l’aubaine de casser et incendier !


                          • Yohan Yohan 8 juillet 2009 13:20

                            On voit bien que ceux qui refusent ce genre d’amendement ne vivent pas dans les quartiers où règne la loi des gangs. A force de victimiser les auteurs de petits délits et de passer l’éponge, on discrédite le travail de la police dans ces quartiers, tout autant que le travail de prévention des travailleurs sociaux, ce qui conduira à plus de dépapages des uns comme des autres. Faudra-t-il attendre de connaitre une situation insurrectionnelle pour agir ?. Je côtoie des travailleurs sociaux qui ont changé de discours en voyant que le travail de socialisation n’a plus de prise sur certains délinquants, qui voient bien que le crime peut finalement profiter, quand il n’y a plus d’Etat dans les quartiers.


                            • William7 8 juillet 2009 13:33

                              http://www.institut.fsu.fr/nvxregards/19/19-interview_wacquant.htm
                              On ne peut, j’y reviens, aborder de façon réaliste la question de la délinquance et de la responsabilité si l’on ne prend pas en compte réellement la capacité des individus à exercer une responsabilité individuelle. On sait pertinemment que les jeunes de certains quartiers ne trouveront pas de travail. Ce qui, structuralement, conduira certains d’entre eux à la délinquance. On ne peut déterminer lesquels d’entre eux, de façon individuelle. Mais, collectivement, on peut prévoir le phénomène et même son importance.

                              Bizarrement, c’est aux plus démunis que l’on demande d’exercer cette responsabilité. Quand un chef d’entreprise licencie, on dit certes qu’il exerce sa responsabilité vis-à-vis de ses actionnaires. Mais on ne lui demande pas de l’exercer envers la ville touchée par ses décisions. La question est donc : la responsabilité de qui, envers qui, et dans quel domaine ? Il y a une certaine dissymétrie dans les débats actuels


                            • Annie 8 juillet 2009 14:16

                              Tout à fait vrai. C’est pour cela qu’il est intéressant de voir ce qui se fait dans d’autres pays. En Angleterre, il existe des partenariats entre une police de proximité, les associations de locataires, les collectivités et les entreprises locales, les écoles, les parents d’élèves, les instituts d’éducation professionnelle pour s’attaquer à ce qui est appelé « comportements anti-sociaux »’ qui englobent les graffitis, le vandalisme, la pollution acoustique, le phénomène de bandes etc. chacun ayant une part de responsabilité dans le maintien de la sécurité dans son propre environnement. Des contrats sont passés sur une base volontaire entre toutes les parties. Le comportement anti-social est encadré légalement et toute infraction donne lieu à un ASBOS, le maillon faible de ce système puisqu’il est devenu un badge d’honneur pour les plus jeunes délinquants. Ce n’est pas une panacée mais une démarche qui reconnait le fait que la sécurité est l’affaire de tous et que la délinquance n’est pas déconnectée de son environnement. J’ajouterai que le rôle de la police est crucial dans cette approche et que le tout répressif va à l’encontre des buts recherchés.


                            • sheeldon 8 juillet 2009 15:27

                              bonjour

                              a yohan

                              bien sur vous habitez vous meme de ce genre de « quartiers » ?

                              ce n’est pas des lois qu’il faut mais des fonctionnaires dans ces quartiers , vous pouvez créer autant de lois que vous voulez , remettre les fers et meme le bagne , les misérables hugo vous vous souvenez , le problème est social et pas racial comme aime a le dire de nombreuses personnes ici , la droite , le ps ( et oui ) et les classes dirigeantes ( la presse n’appartient pas a mère thérésa ! ) depuis quelques années surfent sur l’insécurité a des fins électorales , mais quel est le résultat ?

                              quand a l’insurrection je n’y suis pas totalement opposé , je trouve que nos « élites » ne sont pas si géniales que ça et qu’un petit coup de guillotine ne ferait pas tant de mal ! le seul problème c’est que c’est toujours les puissants qui tirent la corde !

                              victimisé les auteurs de petits délits ? je trouve en effet que tf1 le figaro mais aussi libé , ou le parisien , n’ont de cesse que de victimiser ces jeunes gens avec des reportages excellents sur la misère dans les cités et la désespérance de ces jeunes ..... 

                              quand au discrédit de la police dans les quartiers , que voulez-vous mon cher monsieur « il ne faut pas joué au foot avec les jeunes des cités , un flic ça ne sert a pas ça !! » vous vous rappelez ? voyez l’efficacité ! par contre niveau électoral jackpot .

                              la bac et des crs c’est inefficace dans les cités meme les syndicats de police en conviennent .

                              alors tant que le chomage ( et ça va pas s’arrangé ) sera ce qu’il est dans ces quartiers , que les services normaux de l’état n’y seront pas rétablis je ne vois pas comment une loi pourrait changer la moindre chose . et tout ça avec 130 000 fonctionnaires en moins sur 5 ans ( voir les disparitions de postes dans la police ) . courage va y avoir du taf !
                              en fait ils ont déjà la solution grace aux entreprises privés qui vont se substituées au public ( miam ça fait envie ) ...

                              pour les sous il y avait « assez » pour les banques et « assez » pour le bouclier fiscal c’est donc c’est bien un choix !!

                              un truc général comme ça .

                              pour les futures réponses : encore des fonctionnaires blablabla fainéants , nantis etc.... 

                              vous en avez pas mare de vous en prendre aux petits ?

                              cordialement


                            • Yohan Yohan 8 juillet 2009 15:36

                              Je travaille dans ces quartiers (c’est déjà ça) et l’insertion de ces jeunes est mon métier depuis bientôt 30 ans. Je pense donc que j’ai légitimité pour en parler. De plus, j’ai été un des premiers à expérimenter des stages commando d’insertion sociale et professionnelle, avec des résultats très appréciés par les pouvoirs publics, puisque récupérés médiatiquement, et pour autant, non suivis d’effets démultiplicateurs ensuite..


                            • sheeldon 9 juillet 2009 10:30

                              bonjour

                              a yohan

                              vous me dites que ça fait trente ans que vous y travaillez ( et je vous crois sur parole ) , très bien , mais ça change quoi a mon argumentaire ?

                              ou vous voyez des jeunes « victimisez » ? dans la presse ? par les pouvoirs publics ? par les politiques ( mis a part quelque uns d’extrème gauche je ne vois pas ).

                              vous croyez vraiment qu’une loi va changer quelque chose ? sérieusement , parce que on m’a dit les peines planchers on les fait , ça va « responsabilisé » , puis après on a durci encore les peines et ??? ça change quoi si il n’y a pas de policiers sur le terrain ( et je parle pas de crs qui ne sont pas formés a ça ), une justice qui suit , s’il n’y a plus rien pour la réinsertion après la prison ? etc .... 

                              a quoi ça sert ce genre de loi a part flatté une certaine partie de l’électorat ?
                              et puis après si ça marche pas on remet le bagne ? ( certains ici seraient pour ) ou alors on fait comme berlu en italie , des milices citoyennes ? puis pourquoi pas les enfants de moins de 5 ans en taule ( après tout on est jamais assez prudent ! ),
                              il n’y a pas de limites ?

                              parce que a vous entendre si on refuse ce genre d’amendement on ne connait rien , on ne vit pas la bas ( ce que vous ne faites pas non plus au demeurant ) et donc on est pas légitime , je trouve ça limite comme réflexion ! si je ne suis pas cycliste je ne peux parler du tour de france ?

                              ha oui une dernière chose , le fait que les pouvoirs public vous félicitent ne veut rien dire pour moi , d’après mon expérience c’est meme mauvais signe . ça vous flatte sans doute et je peux le comprendre mais ce n’est en aucun cas un gage de qualité . de plus je ne vois pas en quoi des stages commandos ( ça coute combien par stagiaire ? ) soient une solution pour réglé le problème dans nos quartiers populaires (au cas par cas pourquoi pas mais a grande échelle je doute ) .

                              http://www.acrimed.org/article3151.html 

                              un peu de pub pour cet excellent bouquin .

                              cordialement


                            • Elisa 8 juillet 2009 14:08

                              Ah, si on pouvait arrêter un criminel avant qu’il ne commette son crime !


                              • Philou017 Philou017 8 juillet 2009 14:12

                                "J’en appelle aujourd’hui aux membres de la majorité : ne laissez pas passer l’aggiornamento de la gauche en matière de sécurité, car bientôt c’est elle qui pourra nous accuser à juste titre de laxisme et d’inefficacité."

                                Je ne pense pas que la sécurité soit la priorité des Français, malgré des campagnes médiatiques répétées.

                                N’y aurait-il pas d’autres sujets plus cruciaux, mr Vanneste, que cette obsession (escalade ?) sécuritaire qui semble ronger nos hommes politiques ?

                                Il y a une crise économique, morale et écologique de grande ampleur, me semble-t-il. Mais peut-être que vu la sujétion de la politique Française à un cadre Européen de plus en plus uniformisateur et rigide, il ne reste plus que ce genre d’arguments à des députés impuissants et sans vision de l’avenir ?

                                Il fut un temps où on parlait de choix économiques, d’orientatiosn, de plans de développement et de priorités sociales.
                                Tout cela semble bien fini.


                                • Christian Vanneste Christian Vanneste 8 juillet 2009 14:47

                                  Selon Montesquieu, la sécurité est la première de nos libertés ! Ne pas l’oublier ! Relisez les commentaires au-dessus du vôtre... Ils sont éloquents !


                                • Emile Red Emile Red 8 juillet 2009 15:07

                                  Combien vous avez raison.

                                  Il est des politiques que nos dirigeants mettent en avant pour cacher l’incurie qu’ils ont à régler les vrais problèmes que sont la pauvreté, le chomage et la dévastation du milieu.

                                  Pour la majorité UMP, le mot sécurité n’a pas le même sens que pour le commun des citoyens. La sécurité dans l’emploi entre autre est inscrite dans la constitution, et beaucoup de ces députés ont tendance à oublier que la France est une démocratie sociale.

                                  Les caméras importent plus que le pain dans l’assiette, les bandes font plus de dégats que les délocalisations et la police est capable de tout régler.... comme en Chine.


                                • Emile Red Emile Red 8 juillet 2009 15:18

                                  Mon post précédent tendait de féliciter Philou bien sûr.

                                  Quant à la responsabilité du citoyen Lambda, M. Vanneste, je trouve un peu fort que ce soit des gens qui, au delà de toute couleur politique, revendiquent son retour quand en même temps ils sont incapables de se séparer du mauvais grain de leurs groupes.

                                  A quand une loi spécifique et définitive contre les politiques reconnus coupables de méfaits électoraux ou, par exemple, d’abus de bien sociaux ?
                                  A quand une loi interdisant le cumul des mandats ?
                                  A quand une loi obligeant à la démission pour des politiques condamnés ?
                                  A quand une loi interdisant la récupération d’un mandat suite à un ministère ?

                                  A quand l’égalité des élus et des citoyens devant la loi, en particulier pour les avantages sociaux ?


                                • Reinette Reinette 8 juillet 2009 18:39

                                  A quand une loi spécifique et définitive contre les politiques reconnus coupables de méfaits électoraux ou, par exemple, d’abus de bien sociaux ?
                                  A quand une loi interdisant le cumul des mandats ?
                                  A quand une loi obligeant à la démission pour des politiques condamnés ?
                                  A quand une loi interdisant la récupération d’un mandat suite à un ministère ?

                                  A quand l’égalité des élus et des citoyens devant la loi, en particulier pour les avantages sociaux ?

                                  EMILE RED + 10








                                • Tall 8 juillet 2009 18:56

                                  La sécurité selon big brother ??....pour mieux controler la populasse .......


                                • Philou017 Philou017 8 juillet 2009 19:08

                                  "Selon Montesquieu, la sécurité est la première de nos libertés ! Ne pas l’oublier ! Relisez les commentaires au-dessus du vôtre... Ils sont éloquents !"

                                  Je vous propose de laisser Montesquieu à son époque, c’est trop facile de reprendre ce genre de citation hors de tout contexte.
                                  Que des citoyens soient préoccupés par la sécurité, soit. Mais comme le dit Emile Red, la sécurité prend divers aspects, notamment celui de l’emploi et celui de l’unité collective d’un pays.

                                  Il me parait évident que dans un système individualiste et dans une société qui parait avoir perdu toute vision positive du futur, les citoyens ont tendance à se raccrocher à leur petit confort et donc à se focaliser sur leur sécurité. Personnellement, j’y vois plus le signe d’une fragilisation de la société que d’une véritable inquiétude, même s’il existe bien sur des zones plus problématiques que d’autres.

                                  Mais est-ce le rôle d’hommes politiques de se focaliser sur de tels sujets ? N’ont-ils pas le devoir de proposer un projet de société et d’améliorer des conditions de vie, qui se dégradent depuis des années ?

                                  Insister sur le sentiment sécuritaire ne me parait même pas un programme minimum, mr Vanneste, Mais vous et vos pairs avez-vos quelque chose d’autre à proposer aujourd’hui ?

                                  Vous avez institué un système libéral qui amene plus d’insécurité, plus de stress, plus de pauvreté et de peur du lendemain. Qu’avez-vous à proposer en compensation, à part votre antienne sécuritaire du flic et des prisons ?


                                • jean 8 juillet 2009 19:19

                                  Tall conformémentà tes dires casses toi et loin........ 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès



Partenaires