• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Politiques & citoyens > Michel Rocard : « Oui à l’entrée de la Turquie dans l’Europe ! (...)

Michel Rocard : « Oui à l’entrée de la Turquie dans l’Europe ! »

En exclusivité, M. Michel Rocard, ancien Premier ministre, auteur de Oui à la Turquie (Hachette littératures) est l’invité des RDV de l’Agora.

Oui à la Turquie.
C’est à la fois tout un programme et le titre-manifeste de l’ouvrage que Michel Rocard, ancien Premier ministre, vient de publier chez Hachette littératures.

Avec la rigueur intellectuelle qu’on lui connaît, Michel Rocard analyse les tenants et les aboutissants d’une adhésion de la Turquie à l’Union européenne. N’en méconnaissant aucun écueil, en mesurant les risques tout autant que les avantages, il les analyse ici de manière convaincante, avec enthousiasme et suffisamment de recul pour placer son plaidoyer au-dessus de la mêlée.

Dépassant les prises de positions partisanes (qu’elles soient ouvertes ou fermées à cette candidature), il prend presque une posture gaullienne lorsqu’il milite pour un élargissement de l’Europe presque jusqu’aux frontières de l’Oural. Son ouvrage n’est pas une défense inconditionnelle de la Turquie. Souvent, Michel Rocard se fait l’avocat du diable. Au final, constate-t-il, il y aurait beaucoup plus d’avantages pour l’Europe à accepter cette adhésion. Se réappropriant le débat monopolisé et instrumentalisé jusqu’à présent par les populistes de tout poil, il le replace dans un contexte économique, politique, historique, géostratégique raisonné.

Michel Rocard, invité des RDV de l’Agora, répond aux questions de ceux qui, dubitatifs, mais ouverts au débat, s’interrogent sur l’adhésion de la Turquie à l’Union européenne. L’actualité chaude nous le démontre : le monde change. Que la Turquie adhère à l’Europe serait une preuve supplémentaire de ce changement. 

Une interview réalisée par Iannis Pledel et Olivier Bailly
Au sommaire :
La Turquie, un enjeu majeur pour la paix régionale, pour le développement de la Turquie et pour notre relation mondiale avec les communautés musulmanes. Méfiance affichée de la France envers la Turquie (alors qu’il y a très peu de Turcs en France) et alors qu’en ce moment nous assistons à une régression de l’idée européenne chez les Turcs. Cette perte d’enthousiasme des Turcs est dommageable. Nous partageons avec la Turquie un héritage historique. L’Europe est un club de nations qui gèrent leurs affaires de manière comparable, chacun de son côté. Tout nouveau membre du club renforce ce club. La Turquie doit gérer ses conflits historiques passés et présents (Arménie, Chypre, Kurdistan). La Turquie est aux frontières de l’Europe, mais elle lui est historiquement intégrée depuis la Grèce antique jusqu’à nos jours, en passant par François Ier. Il n’y a plus d’immigration turque, le pays se développe. Si le processus d’adhésion s’arrête, la croissance turque ralentira et nous aurons à nouveau une immigration turque. La crise que nous traversons change quelque chose à cette adhésion : plus que jamais nous avons besoin de la Turquie dans l’Europe. L’opinion publique est-elle manipulée sur le dossier ? Quelle idée !

A lire aussi sur Agoravox :
. L’intéressante proposition de Michel Rocard
. La Turquie à la recherche d’un lien de parenté
. France-Turquie, un rappel qui met le feu
. L’adhésion de la Turquie : oui ou non ?
. Où est la place de la Turquie ?
. La Turquie dans l’UE ? Pour un débat digne
. Présidence française et adhésion de la Turquie : quelle attitude adopter ?
. L’Union européenne et la Turquie : l’amour impossible !
. La Turquie a-t-elle toujours envie d’entrer dans l’Europe ?

Crédit photo : Kima

Moyenne des avis sur cet article :  2.94/5   (64 votes)




Réagissez à l'article

209 réactions à cet article    


  • 1984 1984 6 novembre 2008 09:39

    Quels liens avous-nous avec la Turquie ? J’aimerais que l’on explique, une bonne fois pour toute, quels sont ces liens mystérieux qui unissent la Turquie avec l’Europe. Pour ma part, c’est non, non et renon. Ce n’est ni la même culture, ni les mêmes traditions, et ce n’est même pas sur le territoire européen. Et je ne crois pas que je tolèrerais un pays où des journaux peuvent être retirés avec pour seul motif "L’irrespect envers l’islam". La Turquie n’est devenue laïque que par la force, et elle glisse de plus en plus vers la République islamique.

    C’est ça, l’Europe ? Des Républiques islamiques situées en Asie ? Pourquoi pas intégrer l’Argentine, pour améliorer nos relations avec l’Amérique du sud ? L’Argentine répond exactement aux mêmes critères que la Turquie : Pas d’histoire commune, et pas située en Europe. Et pour améliorer nos relations avec "la communauté musulmane", on est obligés d’intégrer des pays musulmans ? Qui plus est, des pays musulmans qui refusent de reconnaitre leurs génocides, et où la liberté d’expression est à tout le moins très variable ?

    La Turquie, j’y suis allé assez souvent que pour affirmer que je ne veux pas que l’Europe ressemble à ça.


    • Gilles Gilles 6 novembre 2008 10:34

      Quels liens avous-nous avec la Turquie  ?

      Prend un bouquin d’histoire et tu comprendras. Ensuite, actuellement la Turquie est trés liée avec nous, économiquement (partenaire privilégié), culturellement (du moins l’ouest du pays) et géopolitiquement (OTAN, allié d’Israël...)

      Quant à l’argument géographique, il est ridicule et l’apanage de ceux qui n’ont pas d’arguments cohérents

      Comme le dit Rocard, et qui n’est pas nouveau, il vaut mieux un tel voisin stratégiquement situé et potentiellement puissant qui s’intégre et progresse avec nous, plutôt qu’il dévie vers, ou un islamisne radical, ou en alliance avec d’autres qui nous cassent les pieds (ce à quoi ils pensent)

      Enfin, autant parler à mon derrière....


    • JoëlP JoëlP 6 novembre 2008 12:09

      Dans un grand marché fourre-tout, pourquoi pas la Turquie ?

      Dans une vraie Europe politique pourquoi la Turquie ?

      Même question pour pas mal d’autres pays, ceux du PECO (Croatie, Bosnie, Serbie, Monténegro, Kosovo, Macédoine, Ukraine, Géorgie, Bielorussie, Albanie, Moldavie etc...) qui veulent ausi entrer. Avez-vous noté que l’Islande en faillite veut (à 65%) entrer dans l’UE (c’était moins de 40% il y a deux mois) ?

      Le problème urgent c’est de refaire un noyau dur de l’Europe en partant peut-être des pays de la zone Euro qui par référendum s’engageraient à entrer dans une confédération. Sans démocratie à quoi bon débattre.


    • Gazi BORAT 6 novembre 2008 12:09

      L’argument géographique, de plus, n’a pas empêché Chypre d’être européenne..

      gAZi bORAt


    • jacques jacques 6 novembre 2008 12:27

      "Quant à l’argument géographique, il est ridicule et l’apanage de ceux qui n’ont pas d’arguments cohérents " J’adore cette phrase tu mets ce que tu veux à la place de géographique et la phrase marche toute seule.Mais mettre le mot géographique était osé mais rien ne semble vous impressionner. C’était, parait-il, le sapeur Camembert qui disait cela : "Quand les bornes sont franchies, il n’y a plus de limites."


    • dup 6 novembre 2008 15:32

      Enfin, autant parler à mon derrière.... peut être lui comprendrait mieux


       Une Grenouille vit un Bœuf
       Qui lui sembla de belle taille.
      Elle qui n’était pas grosse en tout comme un œuf,
      Envieuse s’étend, et s’enfle, et se travaille
       Pour égaler l’animal en grosseur,
      ...............Disant : Regardez bien, ma sœur ;
      Est-ce assez ? dites-moi ; n’y suis-je point encore ?
      Nenni. M’y voici donc ? Point du tout. M’y voilà ?
      Vous n’en approchez point. La chétive Pécore
       S’enfla si bien qu’elle creva.
      Le monde est plein de gens qui ne sont pas plus sages :
      Tout bourgeois veut bâtir comme les grands seigneurs,
       Tout petit prince a des ambassadeurs,
       Tout marquis veut avoir des pages.


    • Marc Bruxman 6 novembre 2008 19:27

      Beaucoup de turcs notamment parmis la haute société sont très européanisés. J’ai parfois été très surpris en discutant avec des relations turques de voir à quel point on pouvait facilement se comprendre. 

      Ensuite historiquement, oui la turqui a eu et continue d’avoir des relations avec l’europe. Elle est à la frontiére entre l’europe et l’orient certes et contient un peu des deux mondes. Pour l’europe, elle peut être justement une très belle passerelle vers le monde musulman. Et c’est donc une chance. On n’est plus à l’heure de la guerre de religion. Ce n’est pas islam contre catholicisme (sinon cela voudrait d’ailleurs dire que l’islam a gagné vu le remplissage de nos églises). Et on a tout à perdre à s’enfermer plutot que d’essayer de comprendre comment on peut intégrer intelligemment la culture de l’islam à nos sociétés occidentales. De par son expérience de l’islam et de la laicité, la turquie est à ce titre un excellent laboratoire. 

      Qu’elle soit effectivement tiraillée entre ces deux mondes n’est pas une surprise. Mais on a justement le choix entre ignorer la turquie et laisser l’influence de l’orient prendre le pas sur elle ou au contraire renforcer nos liens et donc notre influence. Et dans ce second cas, au niveau géopolitique, on pourra justement plus facilement tisser des liens vers le moyen orient. 

      N’oublions jamais de plus qu’un développement économique rapide finira par diminuer presque automatiquement le role de la religion dans la société. Et à ce titre encore, si la turquie rentrait dans l’union européenne, on pourrait espérer un développement économique rapide et une laicisation de sa société. Une fois laicisée, la religion cessera d’être un problème et nous bénéficierons d’une autre façon de voir le monde qui ne peut être qu’une richesse culturelle pour nos sociétés. 



    • sisyphe sisyphe 7 novembre 2008 09:45

      Tiens !

      Me voilà à plusser Bruxman !

      Comme quoi, le pire n’est jamais sûr....


    • lauraneb 29 mai 2011 18:17

      je n’aime pas rocard mais la turquie dans l’europe
      - c’etait de l’empecher de glisser vers l’islam justement en la faisant adherer à nos principes
      - c’était fermer la seule frontière terrestre que l’europe a avec le monde islamique


    • armand armand 6 novembre 2008 09:50

      Quels liens avec la Bulgarie ? Et même avec la Grèce, qui imposait jusqu’à récemment la mention de la religion sur la carte d’identité ? Et dont la vie de tous les jours me semble étonnamment proche de celle des Turcs.

      Je ne sais pas quelle Turquie vous fréquentez, mais Izmir me semble une ville bien plus européenne que la plupart des villes de l’Est de l’Europe...

      Quant au territoire, l’ancien Constantinople me semble plus européen qu’asiatique.

      Par contre, votre remarque cocnernant l’Argentine est intéressante. Quels critères pour l’Europe ? Culturel ? Historique ?


      • Fergus fergus 6 novembre 2008 09:53

        Concernant "Constantinople", votre commentaire montre que vous n’êtes pas allé vous promener au coeur de quartiers intégristes comme Fatih depuis fort longtemps !


      • Emile Red Emile Red 6 novembre 2008 11:19

        @ Armand

        Je crois ce sujet être un dialogue de sourds entre idéologues et personnes sensées, je suis heureux de constater votre bon sens.

        Quoi répondre aux incohérences quand elles sont basées sur une méconnaissance historique, économique et culturelle.

        Allons donc, plutôt, boire un bon café...


      • Gazi BORAT 6 novembre 2008 12:14

        Quartiers intégristes..

        Il en existe aussi à Paris, autour de Saint Nicolas du Chardonnet.. et aussi à Lyon, à St Martin d’Ainay.

        Dans ce dernier, j’y ai même vu un quadragénaire rentrant chez lui le dimance matin avec sa bageuute de pain en sifflottant gaiement.... "Maréchal nous voilà !"

        Il existe aussi à Paris des quartiers chinois (le 13°) ou africains (Montreuil)...

        Il existe aussi à Istanbul des quartiers marxiste-léniniste, tels Ali bey Köy, peuplés d’Alevis, et qui n’ont pas d’équivalents en France.

        What else ?

        gAZi bORAt


      • Gazi BORAT 6 novembre 2008 12:18

        @ EMile Red

        • Allons donc boire un café :

        Excellente idée !
        Afiyet Olsun !

        gAZi bORAt


      • Fergus fergus 6 novembre 2008 12:46

        Vous faites des amalgames pour le moins surprenants et... totalement erronés : comparer un quartier fondamentaliste stambouliote comme Fatih avec la microscopique communauté catho intégriste de Saint-Nicolas du Chardonnet ou, plus aberrant, avec le Chinatown parisien (je connais bien celui du 13e pour avoir vécu en bordure durant de longues années) n’a strictement aucun sens. Et cela d’autant moins, concernant les asiatiques de Paris, qu’il n’existe pas de référence visible à la religion dans ces quartiers, avant tout commerçants.


      • Gazi BORAT 6 novembre 2008 13:01

        @ FERGUS

        • "Il n’existe pas de référence visible à la religion..."
        Connaissez-vous un restaurant ou une épicerie asiatique sans autel des ancêtres ou statuette de Bouddha ? Moi pas !

        Fatih représente autant de particularisme à Istanbul que Barbès à Paris. Mais vous trouverez par contre plus de bars, de boite à strip tease et de maisons closes à Beyoğlu qu’à Pigalle !

        gAZi bORAt

      • Emile Red Emile Red 6 novembre 2008 13:34

        Admettons qu’il y ait des intégristes à Istambul, 2 ou 3 % de la population en comptant très large, ceci serait donc rédibitoire pour l’accés à la CE ?

        Ne serait-ce pas une forme d’eugénisme culturel ?

        A ce compte là, l’attitude plus que rétrograde, limite fanatique, d’une certaine population Irlandaise ou Polonaise dépend du même critère, et le Vatican n’est-il pas un lieu totalement en opposition avec vos principes ?


      • Fergus fergus 6 novembre 2008 13:50

        Oui, Gazi Borat, il y a fréquemment des Bouddahs dans les restaurants asiatiques (y compris dans ceux qui sont tenus par des catholiques, des athées ou des confucianistes), mais je peux vous affirmer, pour en avoir discuté avec des restaurateurs du 13e arrondissement, que c’est la plupart du temps du pur folklore destiné à la clientèle européenne pour créer une ambiance orientale. Le Bouddah ne doit pas être pris plus au sérieux que le « chat de la prospérité », lui aussi omniprésent dans de nombreux restaurants. Dernière remarque : les deux figurent de plus en plus chez les  parisiens au titre de décoration, raison pour laquelle on trouve des Bouddahs en vente dans toutes les boutiques et les chaînes « ethniques » (style Maison du monde) au titre de déco branchée.


      • dom y loulou dom 7 novembre 2008 02:07

        je suis d’accord avec Emile Red, les opposants à l’entrée de la Turquie aiment entretenir la guerre des civilisations... au point que la nôtre, COSMOPOLITE, n’existe presque plus ou du moins se voit contrainte d’entendre jour après jour hurler des gens qui n’entendent jamais rien. C’est plus que lassant. 


        Le fait que la Turquie soit un proche partenaire de l’Europe et que son voeu d’adhérer l’amène à vouloir atteindre les critères d’entrée, devraient largement suffire pour l’entrée dans une europe cosmopolite tels que nous la souhaitons.

        N’en déplaise à certains intégristes français (?) qui aiment décider pour des nations totalement indépendantes et souveraines, comme la France aussi aime l’être. Comment auraient-ils l’audace de refuser le choix à d’autres ? et ces virulents haïsseurs d’Islam, connaissent parfois mieux la géographie du proche-orient que celle de l’europe...

        étrange, n’est-ce pas ? car il n’y a pas un jour de l’histoire européenne dont Istanbul soit absente pourtant.

        Elle pourrait même revendiquer le titre de grande capitale européenne ayant été la capitale de l’empire romain depuis Constantin. C’est le fait de devoir échanger sur un même pied d’égalité entre juifs et musulmans qui leur pose problème ou bien ? C’est bon, vous nous cassez assez les pieds avec vos furieuseries racistes.

        Moi j’aime bien les turcs et cela me suffit amplement. J’aspire à vivre en bonne cohabitation avec les turcs qu’ils soient mes voisins ou voisins géographiques.

        La peur est toujours mauvaise conseillère. L’entretenir est criminel. Mais nous avons à faire avec des gens qui sont nés affiliés avec ceux qui ont crucifié celui qui a dit "fais aux autres ce que tu voudrais qu’ils te fassent" alors quoi maintenant ? quoi aujourd’hui ? cette maxime est donc insupportable ?

        Moi je la trouve tout à fait parfaite,je ne m’enquiquine pas la vie à me demander ce que les autres doivent faire, ma vie est assez compliquée comme ça, surtout que je cherche la paix tandis qu’on me fait la guerre, donc c’est aux TURCS de décider et pas à nous autres.

        Il y a des critères d’entrée très stricts au niveau des droits de l’homme... faudrait déjà aller voir dans nos propres commissariats, voire dans nos propres familles si les droits de l’homme y sont bien respectés avant de constamment pointer son doigt sur les autres.

        N’est-ce pas ?  smiley

        .Et si israel veut participer à la construction de l’Europe qu’elle cesse de le faire dans les couloirs du lobbying des palais calfeutrés ou en se faisant passer pour d’autres, mais au grand jour, qu’Israel aussi fasse sa demande d’entrée et on discutera des droits de l’homme tiens. Ce serait le minimum de politesse qu’on serait en droit d’attendre de sa part après tout ce que Israel coûta à l’europe jusqu’ici en termes de troubles interconfessionels et de coûts de reconstruction. 


      • aurelien362 18 novembre 2008 12:39

        Bien sur que ce n’est pas un problème de choc des civilisations ; c’est un problème de destruction d’un modèle. Le modèle d’état nation républicain, totalement laic, centralise et jacobin. Jusque la, seuls deux pays pratiquaient ce modèle : la France et la Turquie. Depuis que la France est entré dans l’UE, cette dernière tente de lui faire abandonner ce modèle (notamment en voulant la reconnaissance des minorités, du rôle des régions, etc.)
        La France resiste un peu, parce qu’elle a connu un siècle durant lequel ce modèle a été intégeré.
        Pour la Turquie, ce n’est que 50 ans ; une fois dans l’UE, cette dernière pourrait sans problème faire disparaitre le modèle républicain turc, pour se diriger vers un modèle communautaire à l’anglaise.
        En fait, seul l’autoritarisme permet à la Turquie d’imposer ce modèle (comme sous la troisième république français) ; si l’UE force la Turquie à abandonner cet autoritarisme, c’est la fin de ce modèle qui s’annonce, ou son ratage. C’est la disparition de l’héritage de Kémal, dont le rève etait la volonté de creer un état nation fort, souverrain et laïc, qui viendra.

        Personnellement ce n’est pas en tant qu’anti turc (à la de villiers) que je suis contre l’entrée de la Turquie dans l’UE, mais bien en tant qu’amoureux de ce pays et de son modèle républicain ; d’ailleurs, beaucoup de souverrainistes et de républicains turcs sont contre cette entrée. Et il suffit de voir à quel point les français se mordent les doigts -eux qui étaient originellement si attirés par l’UE- pour comprendre que bien des turcs risquent la même desillusion.


      • lauraneb 29 mai 2011 18:21

        comme quartiers integristes il y a aussi le 16ie, neuilly,etc


      • Fergus fergus 6 novembre 2008 09:51

        Je partage globalement l’avis de 1984 : la Turquie (un pays que j’apprécie par ailleurs pour différentes raisons) n’est ni géographiquement ni culturellement en Europe. Commençons par édifier une Union européenne crédible et unie (jusque dans sa monnaie, messieurs les Anglais) à l’intérieur de ses frontières naturelles avant de chercher à l’étendre en terre asiatique.

        A mon point de vue, la solution ne passe d’ailleurs pas par une intégration de la Turquie à l’UE, pas plus que de l’Algérie ou du Maroc, mais par un statut d’états associés sur le plan économique, et sur ce plan-là seulement. 


        • Internaute Internaute 6 novembre 2008 10:31

          Même pas. Le statut d’associé économique consiste à leur donner les mêmes droits que les membres de l’union sans qu’ils soient dans l’union. C’est du même tabac que le droit de vote aux immigrés.

          Rocard est un mondialiste convaincu qui travaille pour les multi-nationales. Les liens économiques privilégiés permettent simplement aux multinationales de délocaliser au Maroc ou en Turquie en économisant cette fois les frais de transports d’une délocalisation en Asie. Les travailleurs français en paieront la facture.

          La seule conséquence de ces "partenariats" dont nous n’avons que faire est une misère accrue sous nos cieux.


        • foufouille foufouille 6 novembre 2008 11:35

          c’est la vrai raison
          les roumains deviennent trop cher pour les delocalisateurs
          certains doivent deja commence a investir


        • Nobody knows me Nobody knows me 6 novembre 2008 16:51

          Commençons par édifier une Union européenne crédible et unie

          Crédible du genre "on fait un referendum et on balance les résultats à la poubelle" ?
           smiley


        • aurelien362 18 novembre 2008 12:42

          Enfin tout dépend du résultat :D
          N’oublions pas que les frnaçais ont "plébiscité l’UE" en votant oui à Maastricth à... 51%.
          Mais par contre les 55% sur le TCE... Hop, oubliés...

          Et l’UE a ensuite l’audace de demander à la Turquie de se "démocratiser" pour négocier ^^ on croit rever :D


        • spartacus1 spartacus1 6 novembre 2008 10:14

          La vieillesse est un naufrage !


          • Internaute Internaute 6 novembre 2008 10:27

            Michel Rocard a toujours été un ennemi féroce de la France. Les décisions politiques qu’il a prises lorsqu’il était aux affaires ont eu des conséquences trés fâcheuses pour les citoyens français. C’est lui qui a favorisé l’iimigration sans contrôle dans la banlieure ouest de Paris. C’est grâce à lui que de plus en plus de femmes portent la burka à Dreux, aux Mureaux et à Mantes-la-Jolie ville qui a cessé de l’être aprés son passage.

            Michel Rocard fait partie de ces intellectuels vifs et brillants qui se complaisent dans la construction de raisonnements abstraits guidés par une idéologie prise pour bonne à priori et jamais remise en cause. Ils sont complètement déconnectés de la réalité. C’est le même genre de type que Jacque Attali.

            A éviter absolument.


            • appoline appoline 7 novembre 2008 12:45

              Beaucoup de lucidité dans votre commentaire. Que Rocard se contente de Conflans Sainte Honorine et que ses idées de grandeur s’arrêtent là. La Turquie dans la commauté européenne, ce triste sire ne trouve pas qu’elle a déjà fort à faire avec d’autre boulets alors que la FRANCE se porte si mal. Qu’il commence à oeuvrer pour son pays en disparaissant de la scène politique.


            • Alpo47 Alpo47 6 novembre 2008 10:59

              Qui se soucie vraiment de ce que pense M.Rocard ?
              Qui se soucie encore de ce que pensent la majorité des citoyens ?
              Quand à l’europe, on constate actuellement que lorsque le vent de la tempête souffle, c’est "sauve qui peut, chacun pour soi...".
              Alors, l’aggrandir encore ? Selon moi, c’est ce qu’on appelle la "fuite en avant"...


              • Plus robert que Redford 6 novembre 2008 11:44

                C’est pas la turquie qui pose problème, c’est l’europe !

                Une grosse merde molle, incapable de s’entendre sur quoi que ce soit ! Alors, de là à peser sur le cours des choses ! 

                La Turquie dans l’europe : une de ces incantations du style "50 milions de français, de Dunkerque à Tamanrasset" ou bien "L’europe, de l’Atlantique à l’Oural"

                Excusez, mais maintenant, je ne crois plus à rien en la matière

                Démerdez-vous !


                • aurelien362 18 novembre 2008 12:44

                  Exactement ; on s’oppose à l’entrée de la Turquie, non par hostilité envers ce beau pays, mais envers l’elargissement, qui conduit l’UE à l’abime, et qui d’ailleurs serait tout aussi catastrophique pour la turquie (pas économiquement certes, mais au point de vue de leur culture et de leur souverraineté qui seraient mises à mal...)


                • foufouille foufouille 6 novembre 2008 11:49

                  ils veulent des delocalisations, des zones a pauvre
                  apres l’absorption de l’ex urss, ils etendront la zone au nord de l’afrique
                  et a la fin, le gvt deviendra mondial


                  • ZEN ZEN 6 novembre 2008 11:55

                    la Syrie n’est pas loin , ni l’Iran...
                    Je propose qu’on arrète l’Europe à Vladivostok !


                    • Super resistant de l’islam 6 novembre 2008 12:09

                      Stupide michel rocard !

                      Il vient nous vendre la turquie dans l’europe alors que son groupe politique et son gouvernement ont travaillé à mettre en place la mondialisation qui a fait tant de pauvres, de chomeurs, de délocalisation et d’immigration.

                      Une immigration parquée dans des cités dont personne ne veut s’occuper.

                      Et ca ose venir nous vendre une "europe mondiale" ! C’est revoltant.
                      A croire que l’europe et les lobbys proposent de belles planques pour les vieux croulants du systeme, bien au chaud et bien payés.

                      Ces arguments sont pitoyables :

                      "pour la paix régionale"  : quel est le rapport ?
                      "pour le développement de la Turquie"  Et la france ? Et la crise ?
                      "notre relation mondiale avec les communautés musulmanes." S’agit il d’un chantage ?
                      "Méfiance affichée de la France envers la Turquie" Les francais seraient ils betes au point de se mefier sans raison ?
                      "Nous partageons avec la Turquie un héritage historique." Comme avec tous les peuples !
                      "Tout nouveau membre du club renforce ce club. " On voit le resultat dans l’europe actuelle
                      "La Turquie est aux frontières de l’Europe, mais elle lui est historiquement intégrée depuis la Grèce antique jusqu’à nos jours," L’amerique et la suisse aussi.
                      "Il n’y a plus d’immigration turque, le pays se développe. " Ben voyons !
                      "Si le processus d’adhésion s’arrête, la croissance turque ralentira et nous aurons à nouveau une immigration turque." La france serait donc moteur de la croissance turque !
                      "plus que jamais nous avons besoin de la Turquie dans l’Europe." 
                      Et pourquoi ? Pour la retraite de M Rocard ?


                      • Gazi BORAT 6 novembre 2008 12:15

                        mR seb 59

                        Arrêtez de vous faire du mal avec de telles lectures..

                        Vous frisez la rupture d’anévrisme !

                        gAZi bORAt


                      • Emile Red Emile Red 6 novembre 2008 13:38

                        Surtout qu’il est très difficile pour lui d’avaler la pillule...

                        Bon café en tout cas...


                      • Super resistant de l’islam 6 novembre 2008 13:52

                        Au contraire !

                        Je me rejouis toujours de constater à quel point l’idéologie politique de certains est à geometrie variable.  smiley

                        Rocard fait partie de ces anguilles , pour tout et contre tout, du moment que ca va dans le sens de ses interets du moment. 


                      • Gazi BORAT 6 novembre 2008 13:58

                        Nicolas Sarkozy, de même, s’est déjà contredit sur ce sujet..

                        Et ses gouvernements excellent à attirer les girouettes !

                        gAZi bORAt


                      • Nobody knows me Nobody knows me 6 novembre 2008 16:59

                        "Il n’y a plus d’immigration turque, le pays se développe." Ben voyons !

                        J’adore les réponses de Seb. Une efficacité redoutable.
                        Une argumentation implacable. Des preuves irréfutables : "Ben voyons".
                        Ca mettrait à genoux tous les arguments des plus grands économistes, historiens et autres spécialistes en 5 minutes.
                        D’un simple revers du "
                        Ben voyons", et la question est réglée... A moins que derrière ce "Ben voyons" se cachent les chiffres de l’immigration Turquie-France ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Babar

Babar
Voir ses articles







Palmarès