Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Politiques & citoyens > On vous en rajoute une tartine...

On vous en rajoute une tartine...

La presse européenne s’est fait l’écho ces derniers jours des rumeurs les plus folles au sujet de la règlementation européenne sur l’étiquetage des produits alimentaires. Les députés européens ont été accusés pèle mêle de vouloir interdire de vendre les œufs à la douzaine ou d’obliger une célèbre pâte à tartiner d’indiquer sur ses pots des mentions extrêmement alarmistes du type « Attention danger, favorise l’obésité », ce qui aurait effectivement conduit à commercialement condamner la marque. Ces rumeurs sont bien entendu complètement infondées, mais appellent quelques réflexions.

Elles révèlent d’abord les dysfonctionnements du système médiatique. Si l’on retrace l’histoire de la fausse information relative à la pâte à tartiner star des goûters d’écoliers, on découvre qu’elle provient de déclarations ambigües de la maison mère de l’entreprise productrice de ce produit, relayée et déformées immédiatement sur le net via le réseau social Facebook par un député italien de la Ligue du Nord, mouvement populiste allié de Silvio Berlusconi. Justement, le gouvernement italien n’a pas été en reste, puisque le ministre italien en charge des affaires européennes a dénoncé un risque de « fondamentalisme nutritionnel », rien de moins. Dans la foulée, cette pseudo information a fait les choux gras d’une partie de la presse italienne, avant d’être reprise sans aucune vérification par plusieurs sites internet de quotidiens, mensuels et radios. Il faudra attendre 24 heures pour que des journalistes publient des articles démontant la supercherie et l’emportement de leurs collègues. Le Parlement n’a pas cherché à interdire un produit, mais, effectivement, à encadrer davantage les campagnes publicitaires mettant en avant les bienfaits pour la santé de certains produits, si ces allégations ne sont pas fondées. Résultats des courses : une publicité monstre à zéro euro pour la marque et une déformation de plus du travail des institutions européennes aux effets dévastateurs dans l’opinion publique.

Car malheureusement cet épisode est aussi révélateur de l’image déplorable présente dans l’esprit des citoyens du travail des institutions européennes, et singulièrement de celui des députés européens. Bruxelles, nid de technocrates déconnectés des réalités produisant des règlements imbéciles, destructeurs et inapplicables ? ’"C’est la faute à Bruxelles" est un leitmotiv des populistes de tous poils. Mais un tel raccourci n’aurait qu’un impact limité s’il ne se fondait pas sur des représentations très bien ancrées dans l’opinion publique, celles d’une Union européenne inutile et même contre productive. Si le processus législatif européen est loin d’être optimal, notamment en raison du manque de transparence de la comitologie par exemple, il est aussi un excellent moyen de promouvoir des législations nécessaires dans les domaines clés de l’environnement, de la protection des consommateurs ou des libertés publiques par exemple.

Enfin, le développement de telles rumeurs démontre une fois de plus la redoutable efficacité du lobbying de l’industrie agro-alimentaire. Ce secteur avait déjà déployé une énergie et des sommes considérables, lors du vote en 1ère lecture du texte sur l’étiquetage des produits alimentaires, notamment pour torpiller la proposition d’un code couleur qui aurait permis une vision immédiate et simple des teneurs en sucre, sel, graisses saturées et graisses de chaque produit. Ce système était pourtant soutenu par les associations de défense des consommateurs, les associations de médecins, et les organismes de sécurité sociale. Cela n’a pas empêcher une majortié de députés de le rejeter. Le problème n’est pas que les lobbyistes défendent leur industrie, mais que les arguments que certains d’entre eux mobilisent relèvent de la malhonnêteté intellectuelle et consiste à invoquer des principes d’intérêt général, pour faire justement le contraire d’une politique d’intérêt général. Le fait que cette rhétorique soit reprise sans vérification par plusieurs journalistes et responsables politiques est tout à fait anormal.

Corinne Lepage


Les réactions les plus appréciées

  • Internaute (---.---.---.92) 1er juillet 2010 11:25
    Internaute

    Comme d’habitude les députés mentent et nous roulent dans la farine. Ce qu’oublie de vous dire Corinne Lepage est que depuis bien longtemps les députés européens, pour favoriser la libre concurrence, ont supprimé l’obligation de la mention d’origine sur les produits. Ils veulent empêcher les citoyens de pouvoir acheter les produits selon leur provenance. Le choix est interdit. Il y a eu quelques corrections depuis mais l’esprit des députés reste le même. Alors le baratin de Corinne Lapage, mondialiste de première classe est d’une hyprocisie sans borne. Ils sont les premiers responsables des délocalisations, de la désertification industrielle en Europe, du chômage de masse qui s’en suit. Ils continuent en mettant en concurrence les services. Par exemple les camionneurs français font faillite l’un derrière l’autre parceque Corinne Lepage donne le droit aux camionneurs polonais, payés le tiers, de venir les concurrencer. Sans parler des centres d’appels téléphonique placés en Afrique et autorisés par Corinne Lepage. Grâce à elle, les ampoules électriques coûtent 7 fois le prix de l’année dernière et la dernière usine d’ampoule en France Osram a fermé. Peut-être a-telle des actions dans l’entreprise chinoise qui les fabrique.

    Continuez à voter pour elle et continuez à être taxé pour qu’elle s’empiffre de Nutella avec ses 20.000 euros par mois si cela vous amuse.

  • Hadrien (---.---.---.117) 1er juillet 2010 12:13
    Hadrien

    J’invite par ailleurs tous les agoravoxiens à rappeler sans relâche aux Bruxellolâtres combien ils sont anti-démocratiques, et que donc leurs décisions sont une gifle de tous les jours à la souveraineté du peuple.

    Partout, en bouche à oreille, dans les commentaires des blogs, des sites, dans les discussions avec vos voisins, au marché, dans les discussions de comptoir, dans les réunions de famille, il faut le marteler car ces gens comptent sur notre mémoire de poisson-rouge :

    Les français ont dit NON.
    Les irlandais ont dit NON.
    Les néerlandais ont dit NON.

    NON c’est NON !

  • Hadrien (---.---.---.117) 1er juillet 2010 12:01
    Hadrien

    Madame Lepage,

    Que Bruxelles aime ou n’aime pas le Nutella est le cadet de nos soucis.

    Les français ont dit NON.
    Les irlandais ont dit NON.
    Les néerlandais ont dit NON.

    Il ne s’agit pas de sondages, mais de votes démocratiques, par définition représentatifs de la volonté des peuples, et ô combien plus que des petits sondages manipulateurs.

    Vous pouvez tartiner autant que vous le voulez sur Bruxelles ou le Nutella, cela ne changera en rien le caractère fondamentalement anti-démocratique de l’UE, et donc illégitime de toutes les décisions qui y sont prises par et pour une petite clique.

    Et cela, une majorité de français le pensent.

  • patroc (---.---.---.252) 1er juillet 2010 10:47

    Suffit de pas en acheter !.. Manger bio et naturel, vous vous sentirez mieux physiquement et financièrement.. Cela fait plus de 10 ans que je ne suis pas entré dans une grande surface (voleurs et empoisonneurs, complices d’un système et de lobbies portés sur l’argent uniquement).. On peut vivre sans elle sans problème !.. Et financièrement, que d’économie, contrairement à ce que l’on veut (toujours les mêmes !) nous faire croire !.. Le bio en grande surface ? Même les petites épiceries bios sont moins chères !... Et à pied ou à vélo en plus !.. Y’a 10 ans, j’étais ringard, aujourd’hui, je suis encore en avance de 10 ans !.. Boycott ! Boycott ! boycott !.. Et sur le site de Ségo (désir d’avenir) pour signer la pétition contre la réforme des retraites : A 4 millions, on annule tout !!.. Cà, c’est pour vous aussi, Corinne Lepage !.. Merci à vous de participer à Agoravox !.. Très cool..


Réagissez à l'article

61 réactions à cet article

  • Yakaa (---.---.---.230) 1er juillet 2010 10:30
    Yakaa

    Pourquoi lire cet article et laisser des commentaires, quand on sait que madame
    Corine Lepage ne répondra pas en personne.

    Tant qu’a vouloir faire du journalisme citoyen et jouer la transparence,
    jouez donc le jeu jusqu’au bout !

    • Walden (---.---.---.146) 1er juillet 2010 13:11
      Walden

      On peut lire cet article parce qu’il est a priori intéressant en soi, apportant quelques éléments d’information et de rectification au sujet d’une rumeur infondée.

      On peut laisser des commentaires pour la communauté des lecteurs, indépendamment des réponses y étant ou non apportées par l’auteur.

      Et justement, comment ne pes réagir en lisant une telle contrevérité : « Le problème n’est pas que les lobbyistes défendent leur industrie, mais que les arguments que certains d’entre eux mobilisent relèvent de la malhonnêteté intellectuelle et consiste à invoquer des principes d’intérêt général, pour faire justement le contraire d’une politique d’intérêt général. »

      Eh bien si, le lobbying est un problème ! Il s’avère très problématique sur le principe que le vote d’assemblées censément représentatives des électeurs puisse être influencé par les lobbies : c’est une confiscation de la démocratie au profit des intérêts privés.

      Car à l’évidence, le lobbying consiste à confier à un groupe de pression de représenter des intérêts privés (comme ceux des industriels) auprès des parlementaires.

      A l’évidence aussi, les stratégies des groupes d’intérêts privés ne sont pas nécessairement guidées par des préoccupations morales : c’est pourquoi l’on ne peut raisonnablement s’attendre à ce que les lobbies n’utilisent que des arguments honnêtes, et encore moins qu’ils se préoccupent de l’intérêt général, qu’ils ont justement pour objectif de court-circuiter !

      La seule manière d’empêcher ces procédés serait donc d’interdire le lobbying.

    • Corinne Lepage (---.---.---.123) 2 juillet 2010 18:11
      Corinne Lepage

      La commission ENVI du Parlement Européen s’occupe des questions environnementales, de sécurité alimentaire et de santé publique. Car ces sujets sont liés.

      Les travaux en cours concernent :

      -  Les émissions des véhicules légers commerciaux

      -  La réduction des inégalités dans l’accés à la santé en Europe

      -  La directive RoHS

      -  Le management des bio-déchets

      -  La prévention des catastrophes naturels et d’origine humaine

      -  L’information sur les produits médicaux soumis à prescription

      -  La directive DEEE

      -  Les droits des patients transfrontaliers

      -  la protection des sols

      -  La mise sur le marché des produits biocides

      -  Les émissions industrielles

      -  La biodiversité

      -  Le protocole pour la protection des zones côtières de la Méditerranée

      -  Les nouveaux aliments

      -  Les obligations des opérateurs du bois

      -  Les médicaments contrefaits

      -  Les initiatives pour la lutte contre la maladie d’Alzheimer

      -  La pharmacovigilance

      -  Au-delà du PIB

      -  Le management de la grippe H1n1 dans l’UE

      -  Le livre vert sur la protection des forêts

      -  La résolution COP 10 sur la biodiversité à Nagoya

      -  La résolution COP 16 sur le changement climatique à Cancun

       

      L’Information des consommateurs sur les denrées alimentaires (abrog. directives 90/496/CEE et 2000/13/CE)

      L’objectif est de proposer une refonte des règles de l’étiquetage des denrées alimentaires par le biaisd’un règlement du Parlement européen et du Conseil. Le projet de proposition consolide et actualise deux domaines de la législation en matière d’étiquetage : l’étiquetage des denrées alimentaires en général, régi par la directive 2000/13/CE, d’une part, et l’étiquetage nutritionnel, objet de la directive 90/496/CEE, d’autre part.

      La directive 2000/13/CE a été modifiée à plusieurs reprises et il est nécessaire de l’actualiser à la lumière de l’évolution marché des denrées alimentaires et des attentes des consommateurs. En 2003, la Commission, en étroite collaboration avec les parties prenantes, a lancé une évaluation de la législation relative à l’étiquetage général des denrées alimentaires afin d’en réexaminer l’efficacité et de recenser les besoins et les attentes du consommateur d’aujourd’hui en matière d’information sur les denrées alimentaires. Les axes principaux d’une future proposition ont été dégagés dans les conclusions de cette évaluation, publiées en 2004.

      En ce qui concerne l’étiquetage nutritionnel, le consommateur doit avoir accès à des informations claires, cohérentes et étayées par des éléments concrets. Cette nécessité a été soulignée dans le Livre blanc intitulé « Une stratégie européenne pour les problèmes de santé liés à la nutrition, la surcharge pondérale et l’obésité », publié en mai 2007. Certains acteurs ont lancé des initiatives incitant à l’intégration des informations nutritionnelles à l’avant des emballages. Les systèmes d’étiquetage utilisés sont variables, ce qui peut créer des entraves aux échanges.

      Les principaux éléments de la proposition sont les suivants :

      1) Information des consommateurs sur les denrées alimentaires : la proposition modernise, simplifie et clarifie le paysage actuel du domaine de l’étiquetage des denrées alimentaires. Elle prévoit notamment :

      • une refonte des diverses dispositions horizontales relatives à l’étiquetage. La fusion de ces textes (directives) en un seul acte législatif (règlement) maximisera les synergies et se traduira par une plus grande clarté et cohérence des règles communautaires ;
      • une cohérence entre les règles horizontales et verticales ;
      • une rationalisation (actualisation, clarification) des informations obligatoires requises par l’article 3, paragraphe 1, de la directive 2000/13/CE ;
      • l’instauration d’un mécanisme flexible de la base au sommet (prenant la forme de régimes nationaux) susceptible de favoriser l’innovation du secteur et l’adaptation de certains aspects de la réglementation sur l’étiquetage à la diversité et à l’évolution constante des marchés et des attentes des consommateurs.
    • Corinne Lepage (---.---.---.123) 2 juillet 2010 18:12
      Corinne Lepage

      En outre, la proposition introduit des principes clairs permettant de délimiter plus précisément informations obligatoires et informations facultatives. Les principaux changements apportés à l’étiquetage en général sont les suivants :

      • en matière d’étiquetage des denrées alimentaires, les responsabilités des différents exploitants de la chaîne d’approvisionnement du secteur alimentaire sont clarifiées ;
      • afin d’améliorer la lisibilité des mentions de l’étiquetage, une taille minimale des caractères d’impression est introduite pour les informations obligatoires ;
      • les denrées alimentaires non préemballées vendues dans le commerce de détail et les établissements de restauration collective doivent désormais comporter des informations sur les ingrédients allergènes ;
      • étant donné les spécificités du vin, des boissons spiritueuses et de la bière, la proposition prévoit que la Commission rend compte de l’application des règles actuelles sur la liste des ingrédients et l’étiquetage nutritionnel obligatoire de ces produits, et qu’éventuellement, des mesures spécifiques soient adoptées ;
      • concernant l’étiquetage relatif au pays d’origine ou au lieu de provenance des denrées alimentaires, l’exigence de base prévue dans la législation est maintenue. Dès lors, un tel étiquetage est facultatif. Cependant, il devient obligatoire dès que l’absence de cette information est susceptible d’induire en erreur le consommateur. Aussi bien l’indication obligatoire, que volontaire en tant qu’outil de promotion des ventes, du pays d’origine ou du lieu de provenance des denrées alimentaires, ne doit pas tromper le consommateur et doit se fonder sur des critères harmonisés ;
      • le pays d’origine doit être déterminé conformément aux dispositions sur l’origine non préférentielle, en application du code des douanes communautaire. Par lieu de provenance, il conviendra d’entendre tout lieu autre que le pays d’origine spécifié par le code des douanes communautaire. Les règles régissant la détermination du lieu de provenance seront adoptées dans le cadre de la procédure de comitologie ;
      • des critères sont introduits concernant la déclaration du pays d’origine ou du lieu de provenance, d’une part, des produits contenant plusieurs ingrédients et, d’autre part, des viandes autres que les viandes de bœuf et de veau. Ces critères s’appliqueront de la même façon à l’indication d’origine « CE », qui est facultative ;
      • enfin, la proposition clarifie les conditions régissant l’adoption par les États membres des règles nationales relatives à l’indication d’origine dans l’étiquetage.

      2) Étiquetage nutritionnel : la proposition impose le positionnement d’un étiquetage nutritionnel dans la partie principale du champ visuel. Elle permet l’élaboration de bonnes pratiques en matière de présentation des informations nutritionnelles, y compris d’autres formes d’expression de ces informations en liaison avec les besoins quotidiens globaux en nutriments, ou une présentation sous forme graphique. Les principaux nouveaux points de la proposition sont les suivants :

      • il est obligatoire de déclarer dans la partie principale du champ visuel (face avant de l’emballage) la valeur énergétique et la teneur en lipides, en acides gras saturés, en glucides, avec une référence spécifique aux sucres, et en sel, pour 100 g ou 100 ml ou par portion ; la mention des nutriments figurant sur une liste prédéfinie est facultative ;
      • dans le cas des boissons alcoolisées, des dérogations sont prévues pour le vin, les boissons spiritueuses et la bière, et feront l’objet d’un futur rapport de la Commission ; pour les autres boissons alcoolisées, seule la valeur énergétique est à indiquer obligatoirement dans l’étiquetage ;
      • les éléments obligatoires doivent aussi être déclarés en relation avec les apports de référence, tandis que d’autres formes de présentation peuvent être mises au point dans le cadre de régimes nationaux instaurés à titre volontaire.

      La nouvelle proposition se traduira par la modification, la refonte et le remplacement de certaines dispositions en vigueur en application de la législation horizontale actuelle sur l’étiquetage des denrées alimentaires et aboutira à l’abrogation des actes suivants : directives 2000/13/CE, 90/496/CEE, 87/250/CEE, 94/54/CE, 1999/10/CE, 2002/67/CE, 2004/77/CE et règlement (CE) n° 608/2004.

      L’intégralité du texte est disponible sur le site de l’observatoire législatif du Parlement Européen :

       http://www.europarl.europa.eu/oeil/file.jsp ?id=5592852

      Vous trouverez ma position sur le vote sur mon site en date du 15 juin

      http://www.corinnelepage.eu/L-information-et-la-protection-des-consommateurs-attendront-_a311.html
      Et lors du coup de g..., note publiée le 20 juin sur mon blog
      http://corinnelepage.hautetfort.com/archive/2010/06/20/coup-de-g.html#comments

      Sur le site du parlement, vous trouverez le le détail des votes

      http://www.europarl.europa.eu/sides/getDoc.do ?pubRef=-//EP//NONSGML+PV+20100616+REQ-VOT+DOC+PDF+V0//FR&language=FR
      Les appels nominaux :
      http://www.europarl.europa.eu/sides/getDoc.do ?pubRef=-//EP//NONSGML+PV+20100616+REQ-RCV+DOC+PDF+V0//FR&language=FR

      Les amendements visant à créer le « traffic light » sont les amendements 314 et 316.

      De nombreux amendements ont aussi permis d’améliorer la législation sur la provenance des produits.

       

      J’encourage aussi à aller voir le travail fait sur les plates-formes pétrolières :

      http://www.corinnelepage.eu/Catastrophe-petroliere-du-Mexique-Quels-risques-en-Europe-Les-representants-des-compagnies-petrolieres-de-la-Commission_a313.html

      http://www.corinnelepage.eu/Plates-formes-petrolieres-offshore-l-Europe-doit-agir_a295.html

      et la position prise par la toute jeune association des anciens ministres de l’environnement :

      http://www.ame-die.org/index.php ?mact=News,cntnt01,detail,0&cntnt01articleid=6&cntnt01lang=fr_FR&cntnt01returnid=59

      Une audition du conseil et de la commission est prévue le mercredi 7 en session plénière à Strasbourg

      Corinne Lepage

    • HELIOS (---.---.---.230) 3 juillet 2010 00:25
      HELIOS

      SUPER !

      Vos textes, ces deux là, plus ceux lisibles à partir des liens que vous nous fournissez ressemblent comme deux gouttes d’eau aux rapports que je donne aux directions générales de mes clients qui me les demande.

      Sauf, que dans mon cas, cela n’engage que la la gestion des grands projets des systemes d’informations et cela n’impacte pas la vie des gens.

      Jouer à poser des questions, au cours d’une reunion, affirmer qu’il faut agir et pour cela mettre des regles, mettre les moyens d’en controler leurs applications ( au passage vous oubliez de preciser la sanction), c’est le B-A BA de n’importe quel bac+5 qui sort d’une ecole d’ingenieur.

      Ce qu’on attends d’un homme politique, ce n’est pas qu’il soit ingenieur, c’est qu’il ait une vision collective de notre société et qu’il s’implique pour orienter AVEC ET EN TENANT COMPTE DES AUTRES, tous les mecanismes qui sont incomplets, imprecis, defaillants ou inexistants et seulement QUAND CELA EST NECESSAIRE. Les ingenieurs, les consultants, les lobbyistes, les financiers, les avocats etc, la liste est longue, sont ceux qui aident mais ne decident pas, pas plus que les integristes je rajouterai puisque vous faites parti d’un mouvement a tendence « verte ».

      Ce qu’on attend de vous, c’est que vous participiez aux travaux du parlement europeen en vous engageant en tant que representante du peuple Français, puisque la bas, a Bruxelles, ce n’est pas comme en France, vous restez la representante de la France.
      Vous devez defendre le point de vue Français dans le cadre de vos convictions avec tous le respect qui est dû a ceux qui n’etaient pas de votre avis.
      Vous pouvez vous entourer d’assistants, c’est parfait, choisissez les et faites les vraiment travailler sur les sujets traités auxquel vous participez, comprenez en les enjeux et defendez le bon sens avant la techniques administratives... car DERRIERE CHAQUE MOT D’UNE DIRECTIVE vous allez impacter des milliers d’européens.

      Et s’il vous reste un peu de dignité, defendez l’institution dans laquelle vous exercez votre art, en refusant les « arrangements » et les « errements » qui font que, d’une bonne idée soutennue par 250 millions d’europeens, nous soyons aujourd’hui 450 millions a la rejeter

      S’il faut marquer la quantité de sel, de sucre ou de gras de façon visible et coherente sur l’etiquette., choissez un logo (le e par exemple), une police de caracteres, une taille et 2 ou trois couleurs tranchantes sur des fonds differents et vous imposez, a partir d’une date proche (quelques mois maximum, parce ue les producteurs savent changer en qq jours), l’application. Les produits marques et non marques vont cohabiter le temps de l’ecoulement des stocks, on s’en fiche. Chaque pays ayant une DGCCRF est capable de constater le respect des regles et vous faire remonter les infractions.

      Vous pourrez ainsi marquer le Nutella, et au passage le miel des abeilles aussi !

      Trop simple, vous allez, me dire, surement.... mais moi, je ne cottoie pas dans les couloirs mr Danone....

      bonsoir

  • Gabriel (---.---.---.98) 1er juillet 2010 10:37
    Gabriel

    Madame Lepage,

    Vous possédez une belle éloquence, mais dites moi, ne faites vous pas parti du sérail (Modem, Assemblée Européenne…) ? Alors la critique ne serait-elle bonne que lorsqu’elle vous arrange ? Ou doit elle être restrictive selon vos objectifs ? J’ai peur que vous ne soyez guère crédible… 

  • Jean-Pierre Llabrés (---.---.---.82) 1er juillet 2010 10:41
    Jean-Pierre Llabrés

    Cette photographie n’est-elle pas par trop avantageuse, flatteuse ?

  • patroc (---.---.---.252) 1er juillet 2010 10:47

    Suffit de pas en acheter !.. Manger bio et naturel, vous vous sentirez mieux physiquement et financièrement.. Cela fait plus de 10 ans que je ne suis pas entré dans une grande surface (voleurs et empoisonneurs, complices d’un système et de lobbies portés sur l’argent uniquement).. On peut vivre sans elle sans problème !.. Et financièrement, que d’économie, contrairement à ce que l’on veut (toujours les mêmes !) nous faire croire !.. Le bio en grande surface ? Même les petites épiceries bios sont moins chères !... Et à pied ou à vélo en plus !.. Y’a 10 ans, j’étais ringard, aujourd’hui, je suis encore en avance de 10 ans !.. Boycott ! Boycott ! boycott !.. Et sur le site de Ségo (désir d’avenir) pour signer la pétition contre la réforme des retraites : A 4 millions, on annule tout !!.. Cà, c’est pour vous aussi, Corinne Lepage !.. Merci à vous de participer à Agoravox !.. Très cool..

  • morice (---.---.---.236) 1er juillet 2010 10:47
    morice

    Enfin, le développement de telles rumeurs démontre une fois de plus la redoutable efficacité du lobbying de l’industrie agro-alimentaire. 


    et de l’extrême droite anti européenne ! où trouvait-on les premiers délires sur le Nutella ?
    ici : 

    comme quoi les vieilles toupies racontent n’importe quoi : mais rassurons-nous, elle ne mettra pas son saucisson dans le nutella, déjà....
    • Hadrien (---.---.---.117) 1er juillet 2010 12:16
      Hadrien

      Hum. Donc le Front de Gauche, qui a pris des positions souverainistes, serait d’extrême droite ?

      Si je comprends bien, sont d’extrême droite tous ceux qui ne pensent pas « correctement », même s’ils sont de gauche. Voilà un exercice acrobatique très distrayant.

    • Radis Call (---.---.---.237) 1er juillet 2010 12:23

      Le front de gauche s’est constitué à partir du non au TCE , c’est à dire pour une autre Europe et l’amalgame avec les souverainistes d’alors est particulièrement malhonnête .

      Merci morice pour les liens .

    • galien (---.---.---.166) 1er juillet 2010 12:24

      Morice fidèle au poste dans sa tour de vigie.

    • Hadrien (---.---.---.117) 1er juillet 2010 12:32
      Hadrien

      Être souverainiste, ce n’est pas un parti politique, c’est une qualité morale et démocratique, comme « être démocrate » ou « respecter le résultat des urnes ».

      Les français sont souverainistes dans leur majorité.

      55 % de français ont dit NON au TCE en 2005.

      Je vous laisse imaginer l’ampleur de ce pourcentage si l’on refaisait ce référendum aujourd’hui, en pleine crise.

      La tyrannie de la minorité vaincue est absolument insupportable.

  • le naif (---.---.---.162) 1er juillet 2010 11:13
    le naif

    Une petite question Madame Lepage

    Au moment ou nous sommes confronté à une marée noire sans précédant dans le Golfe du Mexique, et à une crise économique qui menace de désintégration l’Europe, sans parler de bruits de botte au moyen orient, est-ce bien le moment de se focaliser sur le Nutella ???

    Par cette intervention, vous participez vous même à ce que vous voulez dénoncer :

     " Car malheureusement cet épisode est aussi révélateur de l’image déplorable présente dans l’esprit des citoyens du travail des institutions européennes, et singulièrement de celui des députés européens. Bruxelles, nid de technocrates déconnectés des réalités produisant des règlements imbéciles, destructeurs et inapplicables ?"

    Slts

  • HELIOS (---.---.---.19) 1er juillet 2010 11:23
    HELIOS

    Bonjour madame Lepage, bonjour a tous...

    Tout le monde sait bien comment fonctionne les mecanismes de lobbying et nous en avons une exemple de plus.
    Ce qui est dommage c’est que l’auteur de l’article tente une fois de plus pour profiter du crime et jeter le bébé avec l’eau du bain - comme on dit -

    Dans l’ordre, sortir un article sur le Nutella, produit en situation de monopole permis par l’appropration d’un bien commun a l’humanité (une variete de noisette) me parait provenir d’un opportunisme de mauvais aloi. ce n’est pas parce que vos mots clefs dans le logiciel de news vous a interpellé qu’il faut trouver une raison a intervenir sur Agoravox.... j’aime le Nutella !

    Parce que, madame Lepage, vous demontrez l’opportrunisme de ceux qui se croient de hommes et des femmes politiques, qui s’offrent au service de la nation et qui ne sont que des saltimbanques surfant sur les rires de la salle sans se rendre compte que ce sont des rires jaunes ! Je continue a aimer le Nutella

    Voyez vous, madame, la commission europeenne, même si elle est mal foutue est une premiere pierre a une construction qui nous est indispensable.. Defendre... — ou non— les décisions, ridicules — ou non — des députés fait partie de VOTRE travail d’acteur politique, c’est l’essence même de votre existence de politique, sinon, restez chez vous !

    Nous avons signés des traités qui a la bases sont généreux, mais helas bien incomplets. Votre participation a ce projet doit se faire dans une vision plus digne de ce que doit etre l’Europe. et a ce jour, il est nettement plus urgent de penser a autre chose que la qualité nutritive du Nutella.

    Concretement, votre action doit se faire dans les cercles politiques et en aucun cas sur des sites de journalismes tels qu’Aagoravox, d’autant que vous n’etes pas suffisament impliquée pour connaitre votre login et participer au debat. Cet article, n’est en fait qu’une publicité sur votre nom et a ce titre devrait etre considéré comme une promotion eliminable par les bloqueurs de pub.

    Votre avis nous interresse, c’est clair, donnez le, dans ce cas, dans les commentaires, ecrivez vos propres articles et participez, ou alors, abstenez vous.

    Bonne journée

  • Internaute (---.---.---.92) 1er juillet 2010 11:25
    Internaute

    Comme d’habitude les députés mentent et nous roulent dans la farine. Ce qu’oublie de vous dire Corinne Lepage est que depuis bien longtemps les députés européens, pour favoriser la libre concurrence, ont supprimé l’obligation de la mention d’origine sur les produits. Ils veulent empêcher les citoyens de pouvoir acheter les produits selon leur provenance. Le choix est interdit. Il y a eu quelques corrections depuis mais l’esprit des députés reste le même. Alors le baratin de Corinne Lapage, mondialiste de première classe est d’une hyprocisie sans borne. Ils sont les premiers responsables des délocalisations, de la désertification industrielle en Europe, du chômage de masse qui s’en suit. Ils continuent en mettant en concurrence les services. Par exemple les camionneurs français font faillite l’un derrière l’autre parceque Corinne Lepage donne le droit aux camionneurs polonais, payés le tiers, de venir les concurrencer. Sans parler des centres d’appels téléphonique placés en Afrique et autorisés par Corinne Lepage. Grâce à elle, les ampoules électriques coûtent 7 fois le prix de l’année dernière et la dernière usine d’ampoule en France Osram a fermé. Peut-être a-telle des actions dans l’entreprise chinoise qui les fabrique.

    Continuez à voter pour elle et continuez à être taxé pour qu’elle s’empiffre de Nutella avec ses 20.000 euros par mois si cela vous amuse.

  • joletaxi (---.---.---.211) 1er juillet 2010 11:41

    ancienne ministre de l’environnement....


    à l’heure où tous nos gouvernements tentent désespérément de boucher les trous béants de leurs finances,n’est-il pas ahurissant de voir se perpétrer et s’accélérer des énormes transferts de richesses depuis l’union européenne,vers des pays tiers,dans le cadre de la politique « carbone » prônée par les les activistes verts ?
    Quand en plus, on voit poindre le nez des requins de la finance, sur le marché carbone, que les exemples de fraude sont innombrables, et que les bénéfices environnementaux de ces mesures se révèlent dérisoires, n’est-il pas temps, et urgent d’imposer un moratoire sur ces mesures, ainsi qu’un audit scientifique ?
    Les élus européens ont la réputation d’être déconnectés de la réalité sur le Nutella, mais en matière de prospective énergétique en regard des alarmes climatiques,ils font preuve d’un autisme coupable.
    On ne peut que s’interroger sur les motivations d’un tel comportement grégaire,bien orchestré et relayé jusqu’à la nausée par la presse ?
    Croyez-vous encore vraiment aux prophéties du rapport du GIEC ? 
    Ce serait faire injure à votre intelligence.
    Alors expliquez nous les motivations réelles de ces politiques sans issue ?

  • Radis Call (---.---.---.237) 1er juillet 2010 11:44

    Après nous avoir vendu François Bayrou, agoravox veut-il propulser Corrine lepage et CAP 81 ?

    Effectivement , nous parler de l’étiquetage ,qui est du domaine de Bruxelles , et faire l’impasse sur deep water ,quand on est écolo et de plus responsable d’un cabinet d’avocat spécialisé dans les désastres maritimes, c’est culotté .

    Quant à la photo de ses vingt ans , no comment !

  • foufouille (---.---.---.111) 1er juillet 2010 11:48
    foufouille

    les compteurs sur les puits, c’est pas imaginaire
    il est ou boveste, il fait la sieste ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

ECRIVEZ UN ARTICLE !





Les thématiques de l'article


Palmarès