Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile

Où en sommes-nous ?

Beaucoup de décisions ou de débats lancés par les pouvoirs publics trouvent leur origine, non dans la proposition qui est avancée, mais dans la réalité de nos finances publiques qui ne permettent plus de faire les choix les plus opportuns. La dette abyssale jointe à des risques non négligeables, liés à la nécessité d’emprunter en permanence, ne permettent plus de poser les questions en termes de coûts réels, à court, moyen et long terme et encore moins en termes de politique.

L’affaire des 1500 démolitions des maisons des Pays de la Loire entre dans cette réflexion. Outre le caractère choquant (après 30 ans de laxisme) de mesures aussi rapides et aussi radicales – et sans aborder la question juridique qui n’est de loin pas mince, le choix de démolitions expresses s’explique en grande partie par le fait qu’ordonner la démolition en application du droit reconnu à l’Etat d’exproprier en cas de risque majeur d’origine naturelle permet de recourir au fonds Barnier, au demeurant insuffisant. En revanche, faire les travaux de confortation de digues impose de recourir aux fonds publics, ce qui est probablement impossible à budgéter. Voilà ce qui provoque la décision des zones noires avec une tentative de passage en force. En effet, l’application de la loi permet aux personnes de recourir au juge de l’expropriation après enquête publique, laquelle doit comporter un dossier justifiant à la fois d’un risque majeur et du fait qu’il est moins coûteux d’exproprier que de protéger…

Cela reste à démontrer …sauf que ce n’est pas la même caisse qui paye. Voilà ce qui justifie le choix délibéré de sacrifier des zones qui peut-être pourraient permettre le maintien d’habitations : éviter des travaux, même peu onéreux.

Certes, on peut déplorer que les PPRI n’aient pas été mis en place, que la spéculation se soit attaquée à des zones fragiles et à risques, mais les maisons existent au moins pour certaines d’entre elles. Leur démolition devrait aboutir à une politique identique dans toutes les zones à risque majeur, ce qui conduirait à des changements de cap considérables et à un financement spécifique bien au-delà de ce que permet aujourd’hui le fonds Barnier. De plus, le retard pris pour la mise en œuvre les PPRT (Plans d’exposition aux risques technologiques) est dû à l’insuffisance de moyens pour payer le départ des habitants qui l’auraient demandé. Et pourtant ! L’existence de zones létales au voisinage d’usines Seveso est un fait.

Alors, qu’en est-il ? L’Etat a voulu frapper un grand coup sur la table. Mais outre le fait que la décision ne soit pas nécessairement légale ni opportune, elle ouvre un immense sujet pour lequel il n’est pas financièrement en état d’agir.

Alors, que faire ?

Sortir d’abord d’un mode de faire qui confond urgence et précipitation.

Ensuite, prendre le temps de l’évaluation des choix en ne faisant pas de la trésorerie l’alpha et l’oméga des décisions. Une orientation est une question, son mode de financement en est une autre.

Enfin, changer de priorités, car celles qui ont été poursuivies jusqu’à présent dans ce domaine, à savoir le laxisme et la cécité nous ont conduit au drame que nous vivons et auquel l’Etat est en passe d’ajouter l’injustice comme un deuxième traumatisme. Il est grand temps d’admettre que le XXIème siècle ne se satisfait plus des recettes du XXème.



Sur le même thème

TAFTA : Accord de Partenariat Transatlantique à l’empreinte écologique désastreuse… Grand marché de dupes pour les Européens
« La France doit améliorer sa compétitivité » décryptage des diktats et menaces d’un membre du directoire de la BCE dans une interview donnée au journal Le Monde
Prospective mondiale : L’Allemagne, du Frein à la Croissance de l’Europe à une grave Rechute de l’Economie mondiale à l’horizon 2015-2017
La manipulation de l'opinion publique selon son inventeur
Le RDIE : la bombe à retardement démocratique du traité transatlantique


Les réactions les plus appréciées

  • Par Emile Red (---.---.---.177) 14 avril 2010 12:00
    Emile Red

    En bon voisin de la Charente, et provincial bouseux comme une grande quantité de Français, je me pose des questions sur le possible débordement de la Seine à Paris...

    A la suite d’une telle catastrophe est-il prévu de raser les quartiers qui eurent déjà les pieds dans l’eau maintes fois ? De fermer définitivement les lignes de métro sujettes à l’invasion aquatique ? D’apprendre à nager, autrement qu’en eaux troubles, aux députés et élus de tous bords qui ne cessent de déraisonner ?

    Y at-il un moyen de faire comprendre aux élites que le principe de précaution ce n’est pas après coup qu’il faut l’appliquer ?

    En attendant on peu vendre l’Airbus de Sarko ça permettra de réparer quelques digues, et puis réduire les émoluements scandaleux des élus, pour qu’ils montrent un peu de cette solidarité qu’ils sont si prompts à nous demander, et pour une fois, nous avons tant fait de cadeaux à Bouygues, il serait temps qu’il se comporte en homme et participe avec ses pauvres moyens...

    Quelques idées ne tuent pas, elles ne nécessitent que vrai courage et abnégation, ce qui fait tant défaut à la classe politique qui se gargarise de faux semblants.

    A ce propos puisque nous avons une représentante du peuple, les élus, eux aussi, vont ils cotiser plus longtemps pour leur scandaleuse retraite royale ?

  • Par Julien (---.---.---.11) 14 avril 2010 13:10
    Julien

    Corinne,


    Vous parlez de la dette. Connaissez-vous l’origine de la dette ?
    Je vous invite très fortement à vous renseigner :

    La loi Pompidou-Giscard de 1973, l’article 104 du traité de Maastricht, l’article 123 du traité de Lisbonne, cela vous dit-il quelque chose ? Tout le mal est pourtant là. Il faudrait peut-être que les politiciens commencent à en parler. Pourquoi l’Etat est obligé d’emprunter aux banques avec intérêt ? Pourquoi les banques prêtent avec intérêt de l’argent qu’elles n’ont pas ?

    Voici une page intéressante concernant la dette publique de la France, sans les intérêts payés aux banques :


    Bref, il faut arrêter les banques. Je suis en train de lire « La face cachée des banques » par Eric Laurent, et ça fait peur !


    Le problème est que c’est un problème pas du tout abordé par les médias et les politiciens. Rendez-vous compte de la vacuité des informations disponibles à la radio et la télé, de la vacuité du discours des politiciens.

    La seule solution que je vois pour l’instant, c’est voter pour le seul homme politique qui dénonce les pratiques des banques, Mélenchon. Peut-être il est le seul à en parler parce qu’il est un des seuls à comprendre le fonctionnement du système (bon, il y a aussi Jacques Cheminade).
    Rendez-vous compte par exemple de l’ignorance du journaliste d’« Arrêt sur Images », et de sa stupéfaction lorsqu’il se rend compte qu’effectivement, comme l’affirme le document vidéo BANKSTER, les banques prêtent de l’argent qu’elles n’ont pas avec intérêt :


    Voyez ce que dit Mélenchon sur les banques :

  • Par JL (---.---.---.152) 14 avril 2010 14:40
    JL

     l’Etat autorise le tabagisme qui fait 60 000 morts chaque année

    Et que dire de l’amiante ? Et des autres polluants ?

    En effet, la seule attitude convenable est de construire des digues, et indemniser ceux et seulement qui veulent partir parce qu’on leur a attribué des permis de construire ! Et encore, en tant que contribuable je réclame une enquête à ce sujet.

    Mais c’est cela aussi, le fascisme, qui consite à traiter ses citoyens comme des sous-hommes !

  • Par caramico (---.---.---.87) 14 avril 2010 11:15

    J’ai bien peur que le XXIème siècle soit une pâle imitation du XIXème, où on se foutait comme d’une guigne du traumatisme humain, ce qui est bien le cas présent.

Réactions à cet article

  • Par caramico (---.---.---.87) 14 avril 2010 11:15

    J’ai bien peur que le XXIème siècle soit une pâle imitation du XIXème, où on se foutait comme d’une guigne du traumatisme humain, ce qui est bien le cas présent.

    • Par plancherDesVaches (---.---.---.187) 14 avril 2010 20:48

      Non. Pas « tout à fait ».

      L’assurance est née de la peur du risque. Et vogue sur la peur de la mort faisant en cela une concurrence de front aux religions. Vu la religion de l’argent omniprésente et obligatoire.

      Ainsi, vous regarderez le scandale que fait chaque mort dans des conflits armés (soit constitution d’armées de mercenaires) , des catastrophes naturelles (bonnes, comme les guerres car rapportent un max par la reconstruction), la Médecine qui n’arrive pas à faire vivre des gens pourtant condamnés (d’où débat sur l’euthanasie),... J’en passe et des meilleures, vu le niveau de pollution des esprits et l’addiction au fric.

      Le jour où Bill Gates a acheté une île pour en faire une arche tel moïse, il nous a montré par sa bêtise et sa conscience que l’Humanité courait à sa perte à grandes enjambées.
      Buffet n’a pas fait mieux, me direz-vous.

      Les milliardaires serrent les fesses, ces temps-ci. D’où le bordel ambiant qu’ils ont crée.

    • Par plancherDesVaches (---.---.---.187) 14 avril 2010 21:51

      http://www.agoravox.fr/tribune-libr...

      Et cet article est sur un site soit-disant « citoyen »... ?

      Bonjour, Désolé d’intervenir dans ce débat, mais contrairement à vos affirmations Corinne Lepage vient répondre aux commentaires. Vu la quantité de codes et d’outils internet à gérer c’est le webmaster de Cap21 qui poste les textes de Corinne Lepage, elle ne connait pas les codes d’accès. Ses réponses sont donc directement dans les commentaires. Cordialement Bertrand Rio, secrétaire général de Cap21

      C’est bien connu : en politique, on utilise des grouilleaux... !

    • Par Voris (---.---.---.178) 15 avril 2010 10:25

      En somme, la question ne serait pas « où en sommes-nous ? » mais « qui sommes-nous ? »
      Qui est l’auteur de cet article ?

    • Par gimo (---.---.---.74) 15 avril 2010 12:48

      P D  V 


      TU AS MIS LE DOIGT AU CENTRE  !!! la peur mère !!!!! de la lacheté !!!

  • Par Lisa SION 2 (---.---.---.106) 14 avril 2010 11:27
    Lisa SION 2

    Bonjour,

    à Gruissan, dans le narbonnais, il y a mille chalets construits sur un banc de sable protégé par une modeste digue, mais tous sur pilotis. http://t0.gstatic.com/images?q=tbn :... et http://t0.gstatic.com/images?q=tbn :...
    Bien sur il aurait été judicieux d’y penser dès le départ, mais s’il y a financements et assurances, ce serait plus malinque de faire arraser une digue pour avoir vue sur l’océan...

    Cordialement. L.S.

    • Par morice (---.---.---.130) 14 avril 2010 12:28
      morice

      faut mettre toute la vendée sur pilotis alors... ça va être long, non ?

    • Par eugène wermelinger (---.---.---.9) 14 avril 2010 17:58
      eugène wermelinger

      Morice : et les deux assemblées au pilori ? 

    • Par oncle archibald (---.---.---.157) 14 avril 2010 18:44

      Lisa j’ai appris à conduire il y a heu.. une bonne cinquantaine d’années, comme tous les gamins audois à cette époque, sur la piste en sable qui donnait accès à ces chalets .. ...

      Y etes vous revenu récemment ?? Des chalets d’origine il en reste quelques uns, mais beaucoup ont leur « dessous » construit .. on y fait d’abord un garage, puis quand on s’est habitué à voir l’espace clos, on ouvre une fenêtre dans lemur .. et hop ..voila deux chambres de plus ..Pire, de très nombreux permis de construire ont été délivrés sur cette zone avec autorisation de construire les rez de chaussée ..Et pas uniquement pour des commerces, il y a de nombreux appartements à rez de chaussée dans cette partie de Gruissan actuellement ..

      Il serait sans doute possible en Charente et en Vendée, dans certains endroits, d’obliger à avoir les lieux de sommeil en étage de façon à avoir « un refuge » en cas de nouveaux sinistres.. De fixer une cote de hauteur minimale pour le premier plancher dans les règlements d’urbanisme ..

      En Hollande on construit des maisons sur pilotis, d’autres qui flottent comme des bateaux, des solutions techniques pour qu’il n’y ait plus de risques mortels il y en a beaucoup ... Mais comme le dit très bien Corine Lepage, raser les maisons est pour l’Etat beaucoup moins couteux en raison du financement des expropriations-démolitions par le « fonds Barnier »...

      Je vois un énorme boulot qui s’annonce pour mes confrères experts charentais et vendéens .. Car certains propriétaires en « zone noire » vont résister à l’expropriation-démolition et s’acharner à prouver que la décision de l’état n’est pas fondée pour eux, d’autres vont faire des procès à l’état et à leurs élus locaux pour avoir vendu des terrains inconstructibles dans le cadre des plans d’urbanismes applicables au moment où ils ont fait construire .. Experts, avocats et magistrats du Tribunal Administratif ont du pain sur la planche pour quelques années ..
    • Par appoline (---.---.---.48) 14 avril 2010 19:17
      appoline

      Tout cela engage quand même la responsabilité de chacun, se faire construire ou habiter une bicoque sise juste derrière une mauvais digue, il faut en avoir un coup dans les pattes arrières. J’ai habité juste un petit moment rue de la plage à Aytré, de suite quand j’ai vu le peu de distance qui me séparait de la mer qu’il ne fallait pas traîner dans les parages. La mer, c’est beau mais les risques existent et les nier relève de la débilité, le jour où cela paie il n’y a pas de demie mesure. Maintenant, ils pleurent les pseudos plagistes, pseudos marins et réclament DES SOUS à la collectivité, comme si la collectivité était responsable de leur connerie. Personne ne les a obligé à signer chez le notaire ou l’agence immobilière, qui a dû leur dire certainement qu’ils risquaient d’avoir les pieds dans l’eau. Alors, qu’ils aillent se faire voir, d’autant que certains ont été prévenus, notamment à Aytré du coup de vent, personne n’a bougé. Tout le monde veut les avantages mais aucun inconvénients, qu’ils se contentent de l’argent des assurances et basta. La communauté a plus qu’assez de payer pour un oui pour un non alors que les caisses sont vides. La solidarité me direz vous, je n’en ai que faire lorsqu’on prend des risques et qu’on ne veut pas en assumer les retombées.

    • Par plancherDesVaches (---.---.---.187) 14 avril 2010 21:17

      Excusez-moi de vous dire que vous êtes tous hors sujet.

      L’ auteure n’en a rien à faire. Elle surfe sur la vague politique de la peur de la fin du monde par le filon financier de l’écologie né de l’exploitation de la planète par l’argent.

      Une catastrophe sert bien sa « cause ».

  • Par Le chien qui danse (---.---.---.227) 14 avril 2010 11:28

    Sortir de...
    Changer de...
    Prendre le temps de...

    Moi je veux bien, mais c’est la révolution que vous voulez là !

    Sinon faut ajouter :

    Il suffirait de...
    Faudrait que...

    Pour que les sinistrés de toutes les régions du monde soit nourris d’espoir de lendemains qui chantent alors qu’on veut des lendemains qui changent.
    Il faut finir par voir que les cordons de la bourse sont aussi violent que les kalachnikovs.
    Nous nageons en pleine irrationalité et ce dans presque tous les domaines.

    Merci pour votre intervention.

  • Par Emile Red (---.---.---.177) 14 avril 2010 12:00
    Emile Red

    En bon voisin de la Charente, et provincial bouseux comme une grande quantité de Français, je me pose des questions sur le possible débordement de la Seine à Paris...

    A la suite d’une telle catastrophe est-il prévu de raser les quartiers qui eurent déjà les pieds dans l’eau maintes fois ? De fermer définitivement les lignes de métro sujettes à l’invasion aquatique ? D’apprendre à nager, autrement qu’en eaux troubles, aux députés et élus de tous bords qui ne cessent de déraisonner ?

    Y at-il un moyen de faire comprendre aux élites que le principe de précaution ce n’est pas après coup qu’il faut l’appliquer ?

    En attendant on peu vendre l’Airbus de Sarko ça permettra de réparer quelques digues, et puis réduire les émoluements scandaleux des élus, pour qu’ils montrent un peu de cette solidarité qu’ils sont si prompts à nous demander, et pour une fois, nous avons tant fait de cadeaux à Bouygues, il serait temps qu’il se comporte en homme et participe avec ses pauvres moyens...

    Quelques idées ne tuent pas, elles ne nécessitent que vrai courage et abnégation, ce qui fait tant défaut à la classe politique qui se gargarise de faux semblants.

    A ce propos puisque nous avons une représentante du peuple, les élus, eux aussi, vont ils cotiser plus longtemps pour leur scandaleuse retraite royale ?

  • Par volpa (---.---.---.139) 14 avril 2010 12:00
    volpa

    Corine LEPAGE égale une opportuniste de plus.

    • Par morice (---.---.---.130) 14 avril 2010 12:34
      morice

      génial !!


      « Ne serait-il pas plus raisonnable d’imposer aux propriétaires de ces maisons de s’équiper d’un système qui leur permette de le faire facilement ? Par exemple une échelle escamotable, une large trappe qui s’ouvre facilement dans le plafond, un genre de velux que l’on puisse ouvrir pour accéder au toit ? Ou tout autre système simple qui permette de s’échapper de la maison par le haut ? »

      en gros : c’est un JEU : vous construisez, mais vous prenez le risque vous même : le lendemain, l’un a fait une butte de 10 m de haut, un autre a surélevé la moitié du département sur pilotis, un troisième à l’éjecteur de la capsule Apollo dans son garage, au cas où, le quatrième a racheté le ballon de J-Louis Etienne.. un cinquième créé une dérivation vers le tunnel sous la Manche... 

      bref, heureusement qu’on vous a comme penseur ici, Léon... un sommet de ridicule, ce truc !! un sommet !!!
    • Par gimo (---.---.---.222) 14 avril 2010 13:30

      Questions qui fachent  !!
      si vous ( corinne LE PAGE ) ministre aujourd’hui oseriez vous poser ces questions ? non !!
      déconnecté de la réalité !!
      autres questions qui fachent le prix des maisons en 1er ligne éstimées à 4x fois
      leur prix ( vue sur la mér ) par cupidité dés lors je ne les pleurs pas !!


      la NATURE il ne faut pas la prendre pour un conne  !!!!!
      merci dame nature quI dévoile les vrais vérités de ce monde de tartufle
      bien que côté humain c’est désolant !!! bien sur !!!

    • Par Arcane II, le retour (---.---.---.210) 14 avril 2010 16:02

      Dans ce coin de l’île de Ré il y a des personnes très influentes.

    • Par appoline (---.---.---.48) 14 avril 2010 19:22
      appoline

      Vrai, du côté des Portes en Ré, au bois de Trousse-Chemise, les bicoques sont effectivement occupées par des nez de boeuf dont le porte-monnaie est étoffé, ils ne se mélangent pas avec la voltaille, quoique. Mais le cata à Trousse-Chemise, s’échouer sur les bancs de sable l’apéro à la main, j’ai connu pire.

    • Par plancherDesVaches (---.---.---.187) 14 avril 2010 21:24

      Une île, dont la possession était depuis longtemps disputée entre deux pays asiatiques vient de se faire submergée par l’Océan...

      Au moins un conflit de moins dans ce monde de cons.

    • Par vin100 (---.---.---.3) 14 avril 2010 12:51

      Chantecler, t’es pas clean, méchant garçon !

      Pour une fois qu’un homme politique, nourrit le débat ou le lance au lieu de jouer les piques assiettes au frais de la Princesse, cela mérite mieux que tes sarcasmes personnels qui en plus sont hors sujet par rapport à l’article.

      LIBERTE - EGALITE - FRATERNITE

      Soit un peu plus Fraternel Citoyen Chantecler !

  • Par morice (---.---.---.130) 14 avril 2010 12:26
    morice

    Je propose une solution : on écarte la population, on fait rentrer les Rafales d’Afghanistan et on bombarde toute la zone. Pleins d’avantages :


    1) les Rafales ne servent plus à une guerre idiote.
    2) les militaires font joujou autrement qu’avec leurs ordinateurs.
    3) on peut vérifier si les bombardements français sont plus « propres » que les américains.
    4) on peut vérifier après si les bombes françaises sont propres ; si dix ans après les mulots du coin ont six pattes et quat’z’yeux, c’est clair. C’est de l’uranium appauvri.
    5) notre bon président peut remettre des médailles, à défaut de les avoir données un peu n’importe comment.
    6) on fait venir le Génie qui rebâtit à la place un parking ou un aérodrome pour Canadairs amphibies, eux. 
    7) bon, j’en ai marre, trouvez-vous même les autres idées... au modem, il y en a plein y paraît..Ah,vous n’y êtes déjà plus ?
    • Par Voris (---.---.---.178) 14 avril 2010 14:09

      Morice, tu réclames une idée du MoDem, et bien là voilà :

      Garder toujours des crédits disponibles, une marge de manoeuvre, au lieu creuser la dette publique pour faire des cadeaux aux riches. Cette idée a été exprimée par Bayrou lors des Présidentielles. Il avait averti : en cas de malheur, si l’Etat n’a plus de marges de manoeuvres, le peuple va en baver (enfin il a dit ça en mieux). Une idée simple, de bon sens et tellement d’actualité avec la crise survenue depuis et cette catastrophe à demi-naturelle.

      Au lieu de cela, comme l’explique fort bien Corinne Lepage, faute de pouvoir recourir à des fonds publics qui n’existent plus, on choisit la seule solution qui reste : une solution idiote, radicale et injuste.

    • Par morice (---.---.---.130) 14 avril 2010 15:14
      morice

      Garder toujours des crédits disponibles



      avec des caisses vides ?
    • Par Voris (---.---.---.178) 14 avril 2010 15:48

      Mais non AVANT, « imbécile » ! Evidemment, maintenant que Sarko and Co ont fait main basse sur le « butin négatif » (*) de la Nation, la proposition serait, je suppose, de faire des économies sur les fastes de la République, de revoir le bouclier fiscal à la baisse (retour au plafond de 50 % par exemple), d’examiner globalement le bouclier et l’ISF, de supprimer certaines niches fiscales...

      (*) Néologisme par lequel je désigne le butin opéré dans les caisses vide, dans la dette.

  • Par vin100 (---.---.---.3) 14 avril 2010 12:37

    Madame le Ministre,

    Changer de priorités, oui mais comment FAIRE alors que l’Etat et l’état général de la France intrinsèquement ne lui permet plus de FAIRE.
    Les recettes du XX e comme vous dites étaient celles d’un monde en croissance, ou la progression des richesses des personnes et donc de l’Etat permit les rêves et les gachis les plus fou.

    Avec la diarrhée législative et l’inflation réglementaire permanente et évolutive qui rend désormais toute application concrète quasiment impossible.
    Avec toutes les structures politiques obsolètes du Canton, aux Pays, aux Départements, au Sénat qui nourrissent les rentes de tous les professionnels de la Politique sans vision qui tiennent sur le terrain les rênes du possible.

    Sans doute faudrait il avant tout, nettoyer les Ecuries du Pouvoir :
    Simplifier les « Millefeuille Administratif » ce qui ne se fera sans doute jamais.
    Un homme scierait il la branche sur lesquel il est assis, ou refuserait il une rente qui lui accorde Finance et Privilèges ?
    Non bien sûr, alors pourquoi un Politique le ferait ?
    Il n’est qu’a voir avec quelle facilités les Politiques (même de Droite qui nous prône l’Orthodoxie financière ) veulent à tout prix et au plus vite se construirent des Palais Départementaux alors que l’on parle de la suppression du département.
    PS : Le cas de L’Aube (10) est très instructif...

    Peut on encore compter sur nos hommes politiques ?
    Je crains que non, malheureusement.

    Bertrand PICARD, le célèbre psychiatre et aventurier qui vient de décoller et va faire le tour du monde en avion solaire dit qu’il ne faut plus désormais voter pour des partis politiques mais pour des personnes qui ont des visions politiques.
    De telle façon que tous les hommes politiques qui n’ont pas de Vision (la plupart) soient désormais obligés d’en avoir une, pour espérer garder leur place.

    Votre article est intéressant.
    Il pose un constat mais ne propose aucune véritable vision, aucune proposition hormis un simple bon sens (ce qui est déjà pas mal, mais cela la plupart des Français le partage ).
    Il est donc malheureusement tout a fait insuffisant.

    • Par appoline (---.---.---.48) 14 avril 2010 19:39
      appoline

      Chère Madame,


      La France part à la dérive, c’est un constat. Les qualités des hommes et des femmes en politique ne sont plus ce qu’elles étaient. Travailler pour un état nécessite une bonne dose d’abnégation dont les gouvernements successifs ne font pas grand étalage. Si vous cotoyez certains cercles vous devez savoir qu’il n’y a plus de possibilités de revenir en arrière, seul un avenir sombre nous attend.
    • Par plancherDesVaches (---.---.---.187) 14 avril 2010 21:31

      « La France part à la dérive »

      Nombriliste tel le coq qui chante les pieds dans la merde.

      Tout est mondial. Mondialisme « oblige »...

      Par contre, les cons de Français que nous sommes avons mis un libéral-profiteur à la tête de l’état. (l’état étant censé faire le bien du peuple)...
      Bravo, tout perdu pour des décennies. smiley

  • Par JL (---.---.---.152) 14 avril 2010 12:44
    JL

    Vous parlez de dette abyssale ? Sauf erreur la niche fiscale Copé à elle seule nous coûte 20 millirads d’euros !?

    Vous parlez de « fonds Barnier » : c’est quoi ? C’est l’UE qui paie ? Belle mentalité !

  • Par Julien (---.---.---.11) 14 avril 2010 13:10
    Julien

    Corinne,


    Vous parlez de la dette. Connaissez-vous l’origine de la dette ?
    Je vous invite très fortement à vous renseigner :

    La loi Pompidou-Giscard de 1973, l’article 104 du traité de Maastricht, l’article 123 du traité de Lisbonne, cela vous dit-il quelque chose ? Tout le mal est pourtant là. Il faudrait peut-être que les politiciens commencent à en parler. Pourquoi l’Etat est obligé d’emprunter aux banques avec intérêt ? Pourquoi les banques prêtent avec intérêt de l’argent qu’elles n’ont pas ?

    Voici une page intéressante concernant la dette publique de la France, sans les intérêts payés aux banques :


    Bref, il faut arrêter les banques. Je suis en train de lire « La face cachée des banques » par Eric Laurent, et ça fait peur !


    Le problème est que c’est un problème pas du tout abordé par les médias et les politiciens. Rendez-vous compte de la vacuité des informations disponibles à la radio et la télé, de la vacuité du discours des politiciens.

    La seule solution que je vois pour l’instant, c’est voter pour le seul homme politique qui dénonce les pratiques des banques, Mélenchon. Peut-être il est le seul à en parler parce qu’il est un des seuls à comprendre le fonctionnement du système (bon, il y a aussi Jacques Cheminade).
    Rendez-vous compte par exemple de l’ignorance du journaliste d’« Arrêt sur Images », et de sa stupéfaction lorsqu’il se rend compte qu’effectivement, comme l’affirme le document vidéo BANKSTER, les banques prêtent de l’argent qu’elles n’ont pas avec intérêt :


    Voyez ce que dit Mélenchon sur les banques :

    • Par JL (---.---.---.152) 14 avril 2010 14:05
      JL

      La dette est un drain installé par les vampyres sur les finaces publiques. Le bouclier fiscal c’est parce que ça choque l’esprit de prendre aux riches d’une main ce qu’on leur donne de la’utre !

    • Par JL (---.---.---.152) 14 avril 2010 14:09
      JL

      La dette  : La guerre des banques contre les peuples : "Avis au peuple : en plus de vos problèmes l’Union Européenne est là pour vous enfoncer en cas de malheurs. « L’Europe qui protège » est plus cruelle et couteuse quand elle met la main à la poche que le FMI lui-même.’ (JL Mélenchon)

    • Par friedrich (---.---.---.12) 14 avril 2010 16:05
      Si les gens de cette nation comprenaient notre système bancaire et monétaire, je crois qu’il y aurait une révolution avant demain matin.

      Henry Ford

      A propos, qui se rappelle avoir étudié le principe de la création monétaire à l’ école ? Personne... c’ est bien ce que je pensais. Y a -t-il un ancien ministre de l’ Education avec qui on pourrait en discuter sur Avox ?
  • Par LE CHAT (---.---.---.148) 14 avril 2010 13:16
    LE CHAT

    avec de tel principes idiots , on peut aussi raser Montpellier qui est inondée tous les ans et tous ce qui est construit près des cours d’eau ayant tendance à déborder !

  • Par simplesanstete (---.---.---.107) 14 avril 2010 13:52

    Ah madame Lepage, ici comme chez Paul Jorion la vie où sa représentation a la peau dure et çà ne va pas S’ARRANGER la pression individuationiste se renforce, les digues de toutes sortes se fissurent, faites vos jeux, cela devient passionnant pour le moindre.Les gars et les filles de mauvaises « volontés » sont entrains de se donner de l’esprit et CA, cela n’a point de PRIX, le prochain « livre » de Paul si je ne m’abuse dont les spéculations ont des limites que je connais parfaitement. Le monde est très petit et certains voudraient l’emmurer et s’emmurer quelle pétention !!!

  • Par majik (---.---.---.158) 14 avril 2010 13:56

    Pourqoi ne pas faire participer ces grosses boite du CAC 40, a la solidarité nationale, les faire participer a titre exceptionnel
    tester leur nationalisme militant, puisque notre niconabot n’oublie jamais ces potes lors de voyages à l’etranger, lui le meilleur vrp de france
    Combien le montant des benefs du CAC 40, quelque millions de moins leur fera rien, non
    evenements exceptionnels, solidarité exceptionnelle,
    Mais non, mais non je rigole...c’est toujours les ptites gens qui vont crachouiller au bassinet pour toutes les erreurs de gestion du politique, et au fait c’est pas eux, c’est leur predecesseurs.
    A propos des politiques, mise à part leur reelection, je ne vois pas ce qui les motive, ils ressortent sur les marchés resseraient des pognes, montrer leur belles gueules, là sont forts , tres forts
    Merci Mme LEPAGE pour cette eclairage sur l’etat de nos finances publiques, on savait pas

    • Par JL (---.---.---.152) 14 avril 2010 14:12
      JL

      Les patrons du CAC40 devraient se présenter en cul de chemise, devant le peuple, pour être arrosés de goudron et de plumes de canards. Et leurs entreprises nationalisées !

  • Par docdory (---.---.---.118) 14 avril 2010 14:23
    docdory

    @ Corinne Lepage 


    Dans l’affaire des maisons condamnées à la destruction dans les zones inondables de Charente, il y a quand même une question de libertés individuelles qui rentrent en ligne de compte .
    Après tout , l’Etat n’intervient pas lorsque des gens pratiquent des sports dangereux ( parapente, ski hors piste, ULM, Vendée globe challenge , canyoning etc ... ) .
    De même, l’Etat autorise le tabagisme qui fait 60 000 morts chaque année , soit 164 morts par jour . 
    La catastrophe liée à la tempête Xynthia, si effroyable qu’elle ait été, n’a probablement pas fait plus de victimes qu’une année de ski hors piste , ou que 8 heures de mortalité du tabagisme en France. On ne voit donc pas pourquoi on inflige la double peine de destruction de leurs maisons aux inondés qui ne souhaiteraient pas quitter les lieux, qui ne causent d’éventuels préjudices futurs qu’à eux-mêmes .
    Il faudrait que la République se décide de prendre un jour ses citoyens pour des adultes. Cela implique de considérer que les citoyens ont le droit de vivre dangereusement si tel est leur bon plaisir .
    Le seul devoir de la République est d’interdire les nouvelles constructions dans les zones inondables, et d’avertir les citoyens qu’ils habitent en zone inondable. Pour ce qui est de la destruction forcée des maisons existantes , elle se mêle de ce qui ne la regarde pas !
    • Par JL (---.---.---.152) 14 avril 2010 14:40
      JL

       l’Etat autorise le tabagisme qui fait 60 000 morts chaque année

      Et que dire de l’amiante ? Et des autres polluants ?

      En effet, la seule attitude convenable est de construire des digues, et indemniser ceux et seulement qui veulent partir parce qu’on leur a attribué des permis de construire ! Et encore, en tant que contribuable je réclame une enquête à ce sujet.

      Mais c’est cela aussi, le fascisme, qui consite à traiter ses citoyens comme des sous-hommes !

    • Par morice (---.---.---.130) 14 avril 2010 15:15
      morice

      Dans l’affaire des maisons condamnées à la destruction dans les zones inondables de Charente, il y a quand même une question de libertés individuelles qui rentrent en ligne de compte .


      oui, le droit de mourir noyé....
    • Par JL (---.---.---.152) 14 avril 2010 16:32
      JL

      @ morice on a aussi le droit de fermer sa gueule ! Vous voulez l’interdire ?  smiley

    • Par appoline (---.---.---.48) 14 avril 2010 19:47
      appoline

      @ Morice,


      Il y a aussi la possibilité de ne pas construire sa bicoque derrière la vague, quand on est aussi con il faut s’attendre à reprendre sa connerie dans le nez, ah marina les pieds dans l’eau, quelle garce celle-là.
    • Par mariner valley (---.---.---.98) 15 avril 2010 07:56
      mariner valley

      @Doctory,

      Je suis d’accord avec vous mais dans le cas des maisons inondées et le choix de vivre dangereusement il y a une petite différences car dans le cas des sports dangereux s’il y a un problème c’est votre vie dans la balance et personne ne payent pour vous. Dans le cas des maisons ces braves gens veulent vivre dangereusement mais au premier coup de vent on demande a l’État de payé et la je ne suis pas du tout d’accord.

      Quand on veut construire dans une zone inondable OK, mais alors on se démerde quand ca tourne au vinaigre et on ne demande rien et on ne se plaint que les compagnies d’assurance vous fasse payer la prime de risque.
      D’État veut peut-être empêcher aussi que les gens viennent se plaindre. En leur disant aussi que comme ils veulent vivre dangereusement mais ne pas accepter les conséquences et bien on vous l’interdit.
      Vouloir vivre dans une zone inondable ne fait pas partie d’un comportement d’adulte a partir du moment ou au premier soucis on demande aux contribuables de mettre la main a la poche.

      Je refuse de payer pour permettre a des gens de vivre leur sensation forte, c’est leur problème.

      L’État autorise le tabagisme car il rapporte, mais L’Etat n’a pas compris que les soins lies au tabagisme coute surement plus chers a la société que les taxes liées a la cigarette. Je ne suis pas sur que le tabagisme soit rentable, donc l’Etat devrait l’interdire ou faire casquer au prix fort, par le patient les soins qui en découle....le fait-il non.

      Vous voulez réduire le nombre de fumeurs en France, n’augmenter pas le prix (ca fait grimper la contrebande) faite taxer au patient les soins qui sont directement lies a sa consommation de cigarettes.....Vous vivez dangereusement c’est votre choix, voila le prix a payer pour ca.....

    • Par JL (---.---.---.152) 15 avril 2010 09:10
      JL

      « dans le cas des sports dangereux s’il y a un problème c’est votre vie dans la balance et personne ne paye pour vous » (Mariner alley)

      Je ne suis pas d’accord ! Les assurances et la Sécu contribuent aux frais de « réparation » en cas d’accident.

      Par exemple, si je ne mets pas de ceinture de sécurité je suis verbalisé au motif que ça coûte plus d’argent à la société en cas d’accident.

      Là non plus, je ne suis pas d’accord. Je dis que c’est peut-être le contraire. Qu’est-ce qui est plus coûteux pour la collectivité entre un décès sur le coup ou bien d’un handicap gravissime à vie ? Cherchez l’erreur ?
       
      A la vérité je sais où est l’erreur : en cas d’accident, un handicapé à vie impacte « positivement » davantage sur le PIB qu’un mort sur le coup ! De la même façon, la destruction des maisons impactera davantage sur le PIB que la construction de digues !

    • Par Emile Red (---.---.---.177) 15 avril 2010 09:24
      Emile Red

      « Je refuse de payer pour permettre a des gens de vivre leur sensation forte, c’est leur problème »

      Vous préférez casquer pour Peugeot ou la Société Générale...

      Comment peut-on être aussi obtu ? Les 9/1O ème des gens qui vivaient sur les terrains ravagés ne savaient pas que ceux-ci étaient innondables, pour la bonne raison que pour l’administration ils ne l’étaient pas.

      Il est facile d’accuser la bétise des habitants, mais personne n’oblige le citoyen moyen d’être intelligent et a fortiori expert en quoi que ce soit, surtout quand on voit ce que donnent les expertises expertes de vrais experts.

      Si vous ne voyez aucune différence entre le pingoin boute feu qui va se foutre dans une avalanche et le papy tranquille qui veut finir ses vieux jours dans le seul havre de paix qu’il possède, il n’est pas étonnant que les politiciens usent et abusent de réthorique allambiquée pour vous faire croire à la vierge.

      Bientôt vous accuserez les possesseur de Toyota d’être responsable de la pédale d’accélérateur et le balayeur de chez Boeing du décés du facho polonais.

      Pauvre France....

    • Par mariner valley (---.---.---.98) 15 avril 2010 09:31
      mariner valley

      En cas d’accident, un handicapé à vie impacte « positivement » davantage sur le PIB qu’un mort sur le coup !

      On ne choisit pas de devenir handicape a la suite d’un accident.

      On choisit de vivre dans des zones inondables en connaissances de causes. Pourquoi devrais-je payer pour un type qui aime bien avoir les pieds dans l’eau. C’est son choix, c’est sa maison, c’est son style de vie.


      De la même façon, la destruction des maisons impactera davantage sur le PIB que la construction de digues !

      Je ne suis pas sur de ca.

    • Par mariner valley (---.---.---.98) 15 avril 2010 09:44
      mariner valley

      @Emilie Red

      Les 9/1O ème des gens qui vivaient sur les terrains ravagés ne savaient pas que ceux-ci étaient innondables, pour la bonne raison que pour l’administration ils ne l’étaient pas.

      Et c’est la faute de l’État, de ne pas les en avoirs informes ou de ne pas avoir fait le nécessaire pour s’assurer de la sécurité des terrains, maintenant je ne vois pas pourquoi il devrait rebâtir les maisons au même endroits alors que le risque sera toujours présent....et si ca recommence dans 2-3ans, on reconstruira les maisons encore et encore.....et si votre petit vieux souhaitant finir ses jours tranquille y passe dans la prochaine inondation, c’est la faute a qui  ?????

      A l’État ??? ou au petit vieux ??? qui refuse de mettre sa vie a l’abri. On accusera qui a votre avis ????

      Pour une fois que l’État essaie (a sa charge) de corriger quelques unes de ses bourdes

      Non je ne préfère pas plus casquer pour Peugeot ??? Je vire toute la colonne dirigeante pour incompétence.....et j’essaie de trouver un type qui fera correctement son boulot....

    • Par mariner valley (---.---.---.98) 15 avril 2010 09:48
      mariner valley

      Bientôt vous accuserez les possesseur de Toyota d’être responsable de la pédale d’accélérateur et le balayeur de chez Boeing du décés du facho polonais.

      Je ne commenterais pas vue que ca n’a pas grand chose a voir avec le sujet et que vous poussez bien loin ma pensee

    • Par mariner valley (---.---.---.98) 15 avril 2010 10:14
      mariner valley

      @chantecler

      Et je suis d’accord avec vous, s’il y a eu arnaque c’est aux promoteurs de payer ( avec la complicité de l’État) maintenant si vous êtes au courant que c’est inondable vous êtes fautif aussi en acceptant .

      Les gens qui disent ca n’arrivent qu’aux autres ca existe aussi. C’est peut-être méchant mais c’est vrai. Les gens qui refusent de mettre leur vie en securite aussi, qui est responsable dans ce cas la ???

    • Par vin100 (---.---.---.3) 15 avril 2010 10:17

      @Emile Red

      Ou c’est qu’tas vu que l’Administration et les Propriétaires ne savaient pas ou ne pouvaient pas savoir que les terrains étaient innondables ?

      Dans toutes les communes et depuis forts longtemps, ces zones sont connues, balisées et les réglementations existent, elles définissent depuis toujours ce qui s’appelait autrefois les POS (Plan d’occupation des sols) et qui s’appellent aujourd’hui les PLU (Plans locaux d’urbanisme ).

      La définition de ces plans obligatoire depuis longtemps dans toutes les communes, fait l’objet de longues discussions et d’échanges passionnés dan toutes les communes car tous les habitants peuvent donner leur avis avant que le Plan soit entériné.

      Après, depuis que grâce à la décentralisation, ce n’est plus la DDE et la Préfecture qui donnent leur accord mais le Maire de la Commune qui peut être votre voisin, il y a du coup application ou non, il y a « arrangements » ou pas.

      Faut arrêter le discours permanent de victimisation, c’est pas eux c’est la société qui est en faute.

  • Par patou (---.---.---.159) 14 avril 2010 14:25
    cmoy

    Les responsabilités sont partagées entre ceux qui ont accordés des permis de construire dans des zones a risques et les victimes qui voulaient tous à tout prix et même en défiant dame nature avoir des maisons qui donnaient presque sur les plages , on ne peut avoir le beurre et l’argent.....

    De nos jours les personnes qui prennent des risques ne veulent plus les assumer quand la catastrophe survient ils oublient facilement que c’est eux qui ont désirés prendre ces risques.

    D’un autre côté il existe des lois (code de l’urbanisme) que certains élus n’ont pas respectés pour diverses raisons réelection etc.........

    Encore une fois L’homme se croit plus puissant que la nature et oublie la sagesse des anciens a qui il ne serait pas venu l’idée de construire les pieds dans l’eau !

    Autre responsable que l’on retrouve toujours dans les catastrophes le dieu fric par lequel beaucoup de malheurs arrivent.

    Beaucoup de nos élus oublient aussi qu’ils sont grassement payés pour faire un travail qu’ils ne peuvent mettre sur les aléas de la vie car je rappelle que gouverner c’est prévoir et si on ne peut pas tout prévoir dans la vie , les zones inondables SI !

  • Par Le vénérable du sommet (---.---.---.85) 14 avril 2010 16:26
    Le vénérable du sommet

    Et si on envoyait nos politiques en hollande ?? Ce serait drôle non ??
    Dans cinq ans, les premières digues commencent à craquer (ben oui, ça coûte cher quand même de s’en occuper).
    Dans 10 ans, on exproprie tout les hollandais de leur pays. Tiens !! En Belgique par exemple pour le plus grand plaisir des wallons ... mdr

  • Par Voris (---.---.---.178) 14 avril 2010 16:47

    C’est le principe « demain, on rase gratis » mais à la mode sarkoziste.

  • Par AnnO’Nyme (---.---.---.186) 14 avril 2010 16:59
    GéraldCursoux

    On paniique ! l’Etat est débordé par le principe de précaution. Il y a eu ce que l’on sait ; mais l’on sait que la probabilité de ce risque est faible, alors pourquoi ne pas laisser les gens concernés faire ce qu’ils veulent : rester eu partir. Les assurances sont là pour payer les sinsitres et dans les zones à risques les Cies nont qu’à ajuster le montant de leurs primes au risque. La vie continue, après un incident climatique exceptionnel qui a fait 53 morts.Mais c’est comme pour les tremblements de terre : après le séisme on ramasse les gracas et les morts et on reconstruit comme avant ! exemple à l’Aquila qui n’est pas rasée... malgré un risque sysmique latent. Sans évoquer la Californie et les catastrophes passées : on a continué de construire. Sans parler du Japon... Kobé est reconstruite, dans l’attente de la prochaine secousse...
    En France Chamonix est en zone avalancheuse rouge : il faut donc raser Cham au nom du principe de précaution !
    Evidemment, il eût été préférable qu’ils n’y ait pas eu de constructions là où est passé l’ouragan maritime. Mais il appartient aussi aux propriétaire d’apprécier les risques...
    Pour conclure : (pardonnez-moi cette vulgarité, mais il faut être claire) principe de précaution mon cul !
    Bien à vous.

  • Par Fergus (---.---.---.118) 14 avril 2010 17:01
    Fergus

    Bonjour, Corinne.

    Pour une fois, je suis assez d’accord avec les décisions prises au sommet de l’état. Pour une raison très simple : à quoi servirait-il de réparer des habitations endommagées pour les détruire dans quelques mois. Au moins les choses sont claires pour tout le monde.

    Cela n’enlève rien évidemment au drame qui se jouera pour les personnes expulsées. Mais il n’y a pas d’autre solution de bon sens, sauf à pratiquer une fuite en avant en consolidant les digues pour les rendre à peu près sûres. Mais compte tenu de leur état et des kilomètres de digues supplémentaires nécessaires à la sécurisation, cela coûterait des fortunes pour mettre en place une protection en conformité avec celle qui prévaut aux Pays-Bas.

    Le gros problème qui est posé me semble plutôt être celui de l’indemnisation. Compte tenu de l’état des finances publiques, il est à craindre de très importants retards. Il importera donc de trouver des solutions de relais non imputables aux expulsés.

    Enfin, il faut que des sanctions exemplaires soient prises contre les élus, irresponsables et cupides (pour leur commune et parfois pour eux-mêmes), qui ont permis ce désastre. Entre les maires qui s’exonèrent de leurs devoirs et les préfets laxistes qui n’imposent pas la signature du PPRI aux élus locaux, il faudra également que l’on réforme les processus de décision.

    • Par Cassino (---.---.---.230) 15 avril 2010 12:10
      Cassino

      "à quoi servirait-il de réparer des habitations endommagées pour les détruire dans quelques mois"
      Surtout que certaines maisons n’ont pas eu plus de 10 centimètres d’eau et sont très très endomagées, les plaintes ont moisi.

  • Par marie (---.---.---.3) 14 avril 2010 17:03

    d’abord je pousse un cri : NON A CHEMINADE ! je vous en prie ce monsieur est trop stratosphérique , et j’arrêterais là ;
    pour revenir à madame Lepage , ministre de l’environnement en ?? 1996ou 1997 ?..les activistes des assos écologiques ont permis pendant quelques années de bonnes rentrées financières ; les affaires sont les affaires ; qui me dit que ce texte n’est pas aussi une façon de se signaler en tant que conseil ? c pratique aussi internet, çà permet de toucher une clientèle presque gratuitement
    « sans aborder la question juridique qui n’est de loin pas mince »....le choix de démolitions expresses s’explique "

    desespérant tout çà : quand verra-t-on une de ces personnes bien placées avoir un peu de coeur que n’a t-elle pondu un article sur les abeilles menacées par les pesticides ? sur la bétonisation de ce pays, sur l’industrialisation du vivant..certes, cela n’a rien à voir avec son activité de cabinet juridique mais qu’un peu de gratuité dans les causes aménerait un peu d’air dans ce pays si mal barré !

    • Par airlane (---.---.---.72) 14 avril 2010 20:19

      C’est le cabinet d’avocats associés de Mme Lepage qui a été chargé de la défense des propriétaires qui ont créé une association de défense.

      C’est à vérifier mais je crois que les Cies d’assurances sont dégagées de toute intervention à partir du moment où les habitations sont détruites, leur garantie se limitant à la remise en état des constructions... Cadeau pour les Cies ?

    • Par plancherDesVaches (---.---.---.253) 14 avril 2010 21:58

      Très bien vu, Airlane.

      Encore une socialisation de pertes.

  • Par marie (---.---.---.3) 14 avril 2010 17:09

    il ya les zélus et les zélites, ne pas oublier, d’ailleurs comment le pourait-on ce pays a été si bien piloté par elles, les zélites que voilà où il en est.
    dette abyssale, retraites cauchemardesques, voitures brulées, déklinquance tarée, bref, je vous fais pas un dessin vous savez !

    là je me dis mais heureusement qu’on avait des zélites pour nous dire le chemin ! parce que sinon !

  • Par Peachy Carnehan (---.---.---.79) 14 avril 2010 17:12
    Peachy Carnehan

    Et oui, néolibéralisme quand tu nous tiens, comme aux USA...

    A force de baisser les impôts, de délaisser l’économie réelle, et de ne pas chercher à dégager des recettes, les Etats et le gouvernement central n’ont même plus assez d’argent pour entretenir les routes et les ponts.

    Et dire que Sarko et sa bande croient toujours en ce (contre)modèle.

  • Par Peyo (---.---.---.53) 14 avril 2010 17:49

    À lire la presse locale (j’habite à 20km de La Rochelle) je découvre qu’il n’y a jamais eu la moindre inondation le long de la cote concernée. Si j’en crois les Élus locaux en tout cas ; Et puis on pourrait éviter de mettre en zone noire la maison de la belle soeur du Député ou du Maire ou la femme du propriétaire de l’Agence immobilière ! Enfin, on pourrait prendre des égards vis à vis des Zélites, quand même.... !
    Quoi 53 morts ? Ça c’est des affubulations des journalistes parisiens désoeuvrés. Ou d’anciens ministres de l’écologie ou de l’environnement. Et tous ces propriétaires qui comptaient faire plus que la culbute sur leur propriété comme leur avaient promis les promoteurs.....Que vont-ils devenir ?
    Quand au fond Barnier et autres caisses à catastrophes naturelles, lisez donc le Canard enchainé.
    À mon avis ça va durer très longtemps cette affaire au moins jusqu’après la Présidentielle car le successeur de Nabotléon reviendra, lui sur le tracé des zones noires.
    Trois ans, c’est rien du tout dans la vie d’une maison (sauf les maisons de maçon aurait dit Coluche)

  • Par Vilain petit canard (---.---.---.65) 14 avril 2010 17:52
    Vilain petit canard

    Bonjour Mme Lepage,

    J’espère que vous répondrez aux commentaires sur cet article si intéressant. En tant que vendéen, j’ai été assez touché par votre analyse des choses, et comme vous, je crois que c’est tout bêtement la peur de dépenser qui a motivé cette destruction délirante. Tout le monde a été complice dans cette situation, ou presque, et maintenant, on détruit les preuves, c’est aussi simple que ça.

  • Par Voris (---.---.---.157) 14 avril 2010 20:23

    Il se trouve que « Back Water Blues », une des premières chansons de Bessie Smith (voir mon article de ce jour), faisait le récit du drame de l’inondation de la ville de la New Orleans. On fit détruire la digue pour sauver les maisons des Blancs et, du coup, inonder celles des Noirs. La ville de La Nouvelle Orleans est régulièrement ravagée par les inondations et ouragans.

    Aujourd’hui en France, on renforce les digues pour les riches propriétaires de l’île de Ré et on rase les maisons modestes. François Hollande avait dit « je n’aime pas les riches », Sarkozy fait comprendre tous les jours « je n’aime que les riches ».

    Bessie Smith : Back Water Blues, blues profond et dramatique

    Well it rained five days and the sky was dark as night
    Yes, it rained five days and the sky was dark as night
    There’s trouble in the lowlands tonight.
    I got up one morning, I couldn’t even get out of my door (2x)
    There was enough trouble to make a poor boy wonder where to go.
    I went and stood up on a high old lonesome hill (2x)
    I did all I could to look down on the house where I used to live.
    It thundered and lighteninged and the wind began to blow (2x)
    There were thousands of poor people didn’t have no place to go.
  • Par patou (---.---.---.159) 14 avril 2010 20:24
    cmoy

    @ l’enfoiré merci grâce a vous je viens de m’aperçevoir que je viens de me faire pigeonner mais bon il y a beaucoup d’autres auteurs qui ne se prennent pas la peine de répondre sur avox.

    Bizness donc pas de temps a perdre.

  • Par marie (---.---.---.124) 14 avril 2010 20:40

    eh oui, chacun son fonds de commerce mad lepage c’est l’environnement qui apporte à la fois monnaie et postes.

  • Par Croa (---.---.---.217) 14 avril 2010 22:11
    Croa

    Contrairement à ce que vous pensez « les zélites » ne sont pas si cons que ça smiley

    Il y a là une belle occasion de soutenir le marché immobilier.

    Ce truc me fait penser à la prime à la casse, un cadeau pour les constructeurs et rien d’autre ! Surtout pas un moyen de soutenir l’emploi et pas plus de polluer moins ! Dèjà à ce sujet, focalisés sur ces leurres, nous nous perdions en conjectures !

    Nous sommes gouverné par des escrocs, ce qui commence pas la soit-disant dette (comme l’ont déjà signalé d’avisés intervenants) mais se retrouve aussi dans toutes leurs idées à la con. smiley

  • Par Pseudo Temporaire ... (---.---.---.51) 15 avril 2010 00:42

    A Arcane II le retour,

    Bravo ! 

    Je suis abasourdi par la pertinence de la strategie que vous avez choisi pour me discrediter :

    - plagier un de mes pseudos
    - plagier l’image me representant sur Agoravox.

    Cependant, pour pousser le travestissement qui vous fait jouir a son paroxysme, il aurait fallu que vous vous dotiez d’une adresse IP se terminant par 51.

    C’est en effet la seule que j’ai ; et elle nous differencie donc.

    La moderation semblant tres bien s’accomoder de vos methodes, j’aurais 2 questions :

    1.Que seriez-vous sans moi ?
    2. Dialoguer en echangeant des arguments n’est-elle pas une solution plus viable dans une agora citoyenne que l’usurpation sterile d’identite virtuelle ?       
  • Par Pseudo temporaire ... (---.---.---.220) 15 avril 2010 00:47

    Vous aussi avez été affublé d’un pseudo temporaire ?

  • Par Pseudo Temporaire ... (---.---.---.51) 15 avril 2010 00:49

    Les blagues les plus courtes sont les meilleures, dit-on ...
  • Par Pseudo Temporaire ... (---.---.---.51) 15 avril 2010 00:54

    Et ne jalousez pas trop ma position d’avoir un pseudo impose par le site.

    Vous oubliez les 3 points de suspension dont j’ai ete dote.

    Tout un programme ...
  • Par Pseudo temporaire ... (---.---.---.220) 15 avril 2010 00:56

    Là, ils vous ont gâté !

  • Par Pseudo temporaire ... (---.---.---.220) 15 avril 2010 00:56

    Qu’avez-vous fait de réprehensible pour être ainsi puni ?

  • Par Pseudo Temporaire ... (---.---.---.51) 15 avril 2010 00:59

    Avoir choisi comme pseudo Humphrey Binsucet.

    Mais qui etes-vous ?
    • Par Voris (---.---.---.178) 15 avril 2010 10:21

      ça dépend, faut voir...Si Ségolène vient en robe assez légère pour laisser s’exprimer le vent frippon, en ce cas « Toutes les femmes à l’abri ! Les hommes peuvent sortir » smiley

  • Par rocla (haddock) (---.---.---.91) 15 avril 2010 07:41
    rocla (haddock)

    tous aux aubris ............. smiley

  • Par kataroff (---.---.---.40) 15 avril 2010 15:57
    kataroff

    Moi je me demande, pourquoi exproprier ? Si des gens souhaitent rester, en connaissance de cause, laissons les faire, du moment qu’ils s’engagent a ne pas venir se plaindre plus tard. L’etat est toujours pret a imposer et a interdire, en bon utilitariste.

    Et la responsabilite individuelle alors ? Sommes-nous des enfants, incapables d’assumer nos choix ? Faut-il interdire la tabac sous pretexte que c’est mauvais pour la sante ? Exproprier les zones inondables ?

     L’etat veut s’insinuer dans la sphere privee, ou il n’a decidemment pas sa place.

  • Par hks (---.---.---.222) 19 avril 2010 00:17

    chère Corinne

    je vais de ce pas mettre un lien vers votre article sur le  blog du désastre ...les fautais se sentent un peu à court d informations

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

ECRIVEZ UN ARTICLE !






Palmarès







Partenaires