Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Politiques & citoyens > Sarkozy et le mirage industriel

Sarkozy et le mirage industriel

La vente d’un réacteur nucléaire à la Lybie, même s’il est destiné à alimenter une centrale de désalinisation de l’eau de mer, pose une série de questions extrêmement sérieuses et délicates.

Tout d’abord, la France peut-elle et doit-elle une nouvelle fois porter la responsabilité, dans un seul but commercial, de disséminer la technologie nucléaire à des pays dont le moins que l’on puisse dire est que l’histoire ne plaide pas en leur faveur ?

Rappelons pour mémoire que nous sommes à l’origine des difficultés que l’humanité tout entière rencontre aujourd’hui avec l’Iran, puisque c’est la France qui avait vendu au chah d’Iran non seulement des réacteurs nucléaires civils mais également une participation au sein d’Eurodif pour disposer d’uranium enrichi. Les années 1980, qui ont eu des conséquences particulièrement sanglantes en France, ont illustré, grandeur nature, l’irresponsabilité de ce choix, laquelle se traduit aujourd’hui dans le chantage nucléaire qu’exerce l’Iran sur le monde dans son ensemble. Il est du reste assez surprenant que, lorsque la France prétend jouer un rôle dans une négociation avec l’Iran sur le contrôle du nucléaire, son attitude passée ne lui soit pas opposée par tous ceux qui subissent les conséquences de ce choix initial.

Mais l’Iran ne nous a pas suffi puisque nous avons récidivé avec l’Irak ; les deux poignées de main de Jacques Chirac à Saddam Hussein en 1976, la construction d’Osirak et la sulfureuse association d’amitié franco-irakienne sont encore dans toutes les mémoires. Et, par décence, nous passons sous silence les pots-de-vin et la mise en cause de personnalités françaises dans les grenouillages politico-économiques du régime irakien. Mais quel serait l’état du monde si Saddam Hussein avait pu disposer d’Osirak et, en sens contraire, quel aurait été le poids de l’Irak si ce pays n’avait pas disposé, grâce à la France, de technologie nucléaire, domaine dans lequel il faut arrêter de penser que le passage du nucléaire civil au nucléaire militaire se heurte à des obstacles infranchissables. L’histoire nous a d’ailleurs montré qu’ils ont été par deux fois franchis et peut-être davantage.

Dans ces conditions, est-il vraiment raisonnable de récidiver et de vendre à un pays aussi peu sûr que la Libye un réacteur nucléaire, même civil ? Est-il vraiment démocratique qu’une décision d’une telle importance, pour notre pays et pour le monde soit prise par le président de la République seul, sans même que le Parlement puisse délibérer sur un sujet aussi majeur !



En second lieu, l’utilisation de la technologie du nucléaire civil comme solution pour les pays en développement est-elle raisonnable ?

Trois raisons en font sérieusement douter :


- Les réserves en uranium que recèle la planète ne permettent en aucune manière de développer massivement le nucléaire. C’est une solution non durable et qui va très vite faire peser sur les réserves une pression considérable à même de changer l’équation financière du système.


- Ensuite, la technologie nucléaire exige un niveau de sécurité et de formation du personnel considérable. Comment s’assurer que ce niveau pourra être atteint et que l’humanité ne s’expose pas ainsi à des Tchernobyl en puissance ?


- Enfin, et surtout, le développement de la technologie nucléaire constitue un risque géostratégique et terroriste majeur. Outre le chantage nucléaire auquel nous nous exposons tous et qui existe déjà du fait de l’Iran, de la Corée du Nord, peut-être du Pakistan, demain de la Libye ou d’autres pays, le risque de dissémination des déchets nucléaires, de trafic de matériaux fissiles permettant la fabrication massive de bombes sales constitue des menaces supplémentaires dont le monde déjà particulièrement dangereux dans lequel nous vivons n’a vraiment pas besoin.

On peut comprendre que la France souhaite exporter sa technologie, pour renforcer ses entreprises leaders et assurer l’emploi de ses salariés. Mais, on ne peut que regretter que les choix qui sont faits et continuent à être faits favorisent les secteurs industriels du XXe siècle et sacrifient ceux du XXIe.

Demain, lorsque chacun aura compris enfin que le nucléaire n’est pas une solution durable et que le solaire, l’énergie des marées, la biomasse auront connu les développements auxquels ils sont appelés, il est fort à craindre que l’industrie française soit la grande perdante.

Ainsi aurions-nous opté pour un mirage industriel, en faveur des risques politiques les plus considérables que l’humanité puisse courir !

Corinne Lepage


Les réactions les plus appréciées

  • JL (---.---.---.178) 27 juillet 2007 09:47
    JL

    Madame Lepage, je viens vous dire qu’en règle générale, je suis en phase avec vos prises de position.

    Sur l’aspect technique abordé par cet article je n’ai rien à dire sinon mon approbation. En revanche j’aimerais dire un mot sur l’aspect politique.

    Vous écrivez : «  »Est il vraiment démocratique qu’une décision d’une telle importance, pour notre pays et pour le monde soit prise par le Président de la République seul, sans même que le Parlement puisse délibérer sur un sujet aussi majeur !«  »

    Il est clair que Mr Sarkozy gouverne avec et pour ses amis industriels : coups d’éclat et coups d’état permanents à tous les étages.

    Vous ajoutez : «  »Ainsi, aurions-nous opté, pour un mirage industriel, en faveur des risques politiques les plus considérables que l’humanité puisse courir !«  »

    On peut dire qu’en matière d’écologie, il pratique la politique du : « Après moi le déluge » !

  • Vilain petit canard (---.---.---.249) 27 juillet 2007 11:50
    Vilain petit canard

    Je suppose que vous vouliez dire « Après les infirmières bulgares avec l’aide d’AREVA, et avant Ingrid Bétancourt avec l’aide de Nescafé, Le Petit Nicolas envisage de »libérer« Aung San Suu Kyi avec l’aide de Total ».

    Faudrait pas croire qu’on libère les gens gratuitement, quand même !

  • alberto (---.---.---.253) 27 juillet 2007 10:41
    alberto

    Voltaire : j’allais écrire un commentaire semblable au votre !

    Cela dit, Corine Lepage a raison de nous alerter sur les « procédures » de décisions d’acceptation de tels contrats militaro-industriels et de la philosophie ambiante selon laquelle un président considère que son élection constitue pour lui la fourniture par le peuple d’un blanc-seing lui permettant de prendre toute décision engageant la politique du Pays sans en référer à quiconque : c’est encore plus monarchique qu’un monarchie constitutionnelle !

  • Olivier Pierret (---.---.---.153) 27 juillet 2007 15:40
    Olivier Perriet

    Je ne réponds pas sur le fond de l’article mais je tiens à mettre ce commentaire sur cette affaire. La réaction de N Sarkozy me semble extrêmement dangereuse puisqu’elle revient à donner une prime à un dirigeant qui a organisé une sorte de prise d’otage sur des motifs abracadabrantesques. Si maintenant il faut retenir des coopérants, les torturer, les accuser de tous les maux, les emprisonner 8 ans pour être réintégré dans le concert des nations, on va se bousculer au portillon ! Et les ingénieurs qui vont aller en Libye, que va-t-on faire quand ils seront accusés d’espionnage ? On sait que de nombreux pays africains emploient de telles méthodes pour faire pression sur les Européens (cf. la Côte d’Ivoire de L Gbagbo). Mais se mettre à genoux devant eux aussi ouvertement, c’est incroyable : il n’y a qu’en France que personne ne s’en rend compte smiley


Réagissez à l'article

146 réactions à cet article

  • lerma (---.---.---.24) 27 juillet 2007 09:39
    tvargentine.com

    Pourquoi la France n’aurait-elle pas le droit de vendre des centrales nucléaires civiles alors que les américains et les anglais prennent des parts de marché importantes et depuis des années en Libye ? ou ailleurs ?

    La technologie du nucléaire français est la meilleure au monde et n’a rien à voir avec le nucléaire communiste des anciens pays de l’est.

    La France doit pouvoir récuperer des marchés dans tous les domaines et dans tout les pays face à la puissance dominante américaine.

    Le discours de l’écologie doit etre modernisé et nous pouvons remercier Nicolas Hulôt d’avoir su remettre l’écologie à sa place et remettre les partis se définissant comme « vert » à leur vrai place dans l’échiquer politique c’est à dire vers l’extrème gauche.

    Il n’y a rien de pire que d’instrumentaliser un débat de société derrière des discours politiques extrèmistes qui réduisent la vision et les projets d’un pays.

    Oui,la technologie du nucléaire reste à ce jour la meilleure au monde dans la mesure ou elle respecte les normes et tant qu’une nouvelle énergie aussi puissante n’aura pas été découverte,il ne sert à rien de chercher à revenir en arrière.

    Le nucléaire est une solution durable et l’industrie française n’a pas à perdre des parts de marché avec des discours sur le nombril alors que les concurrents remplissement leurs carnets de commandes

    Merci de votre intervention sur Agoravox

    • slaf (---.---.---.15) 27 juillet 2007 12:58

      Tout à fait d’accord le nucléaire est à ce jour la technologie la moins polluante de toute à la condition de bien traiter les déchets. Je vous invite à lire le physicien mondialement connu Lovelock (gaya). Car le problème majeur et capital actuel est le CO2. Certes l’utilisation des panneaux solaires photovoltaiques est non polluantes mais leur fabrication est très polluantes. Pour le reste, le peuple lybien mérite le nucléaire. Et notons que pour l’instant ce qui est signé n’est qu’un protocole qui prévoit d’ailleurs aussi une collaboration humaine. Je pense, et sans être un fan de notre président, que globalement sa pugnacité pour créer des zones de l’euro-méditerannée et eurAfrique est très bonne et qu’il prend les choses par le bon bout à savoir le développement économique et non le développement politique de ces régions.

    • iliaval (---.---.---.121) 27 juillet 2007 14:59
      iliaval

      Pourquoi la France n’aurait-elle pas le droit de lâcher une bombe atomique sur un pays dit ennemi, l’Amérique l’a bien fait. Pourquoi n’aurait-on pas le droit de serrer la main d’un dictateur tunisien, lybien, etc. les américains l’ont bien fait eux. Pourquoi n’aurait-on pas le droit d’être des salauds vendeurs d’armes et de technologie meurtrière comme les autres ? Pourquoi n’aurait-on pas le droit d’être aussi stupides que les autres humains ? Hein, on se le demande. D’ailleurs, ne nous posons pas la question : nous avons élu Sarkozy comme président de la République. Pour un peu, on se croirait américains.

    • spartacus1 (---.---.---.156) 27 juillet 2007 16:54
      spartacus1

      Comment peut-on se féliciter de la fermeture d’une centrale nucléaire en Corée du nord et vendre une centrale nucléaire à la Lybie de Khadafi ?

      M. Sarkozy, un zéro pointé pour votre totale incohérence. Bon, il est vrai que vous nous avez habitué à dire n’importe quoi et son contraire.

      Parce que, tant en matière de démocratie que de respect des droits de l’homme, Corée du nord et Lybie, même combat !

    • Surcouf (---.---.---.174) 27 juillet 2007 17:36

      @ ludovic

      aujourd’hui, effectivement, le photovoltaique est une energie polluante quoi que dans une moindre mesure si l’on compare avec d’autre. Une centrale thermique au charbon par exemple.

      demain par contre, le photovoltaique a de bonne chance de devenir une énergie totalement non-polluante. voir panneaux solaires photovoltaiques de 3ème génération (DYESOL) et même un « breaktrough » annoncé pour 2015, le solaire photovoltaique organique....(en gros, c’est du biomimétisme, on émule la réaction d’une feuille d’arbre ou autre - le meilleur panneau solaire qui soit-.

    • jako (---.---.---.216) 27 juillet 2007 20:32

      Bonjour juste un détail on oublie toujours pour ces centrales « non poluantes » le bilan catastrophique de leur construction et celle des betons et celle des acier utlisés une centrale nucléaire a probablement « pré-consommé » sa non production de CO2 par sa simple construction quand à sa destruction.......

    • ju (---.---.---.108) 27 juillet 2007 22:49
      ju

      « La France doit pouvoir récuperer des marchés dans tous les domaines et dans tout les pays face à la puissance dominante américaine. »

      Alors aidons les coréens qui sont otages des talibans pour gagner des marchés en Afghanistan. En échange on pourrait fournir le nucléaire aux talibans, après tout ils ne sont pas si terribles que ça.

    • BMD (---.---.---.6) 28 juillet 2007 08:59

      @Ludovic Charpentier,d’où tirez-vous que l’électricité photovoltaïque est une énergie pas chère.Même la centrale de Brendis en Allemagne, la plus grande et la plus moderne au monde,délivrera un courant vendu 7 fois plus cher que l’électricité nucléaire en France, et encore avec l’aide d’énormes subventions !Encore le mythe des énergies renouvelables gratuites. Mais il en est de même du pétrole et du charbon dans leurs gisements, tant que l’on ne les exploite pas ! D’autre part le solaire est une énergie intermittente. Si cet inconvénient n’est pas grave pour le chauffage solaire, car on sait accumuler la chaleur d’un jour sur l’autre, il n’en est pas de même pour l’électricité ! Il faut donc disposer de centrales thermiques que l’on appelle centrales de l’ombre parce que le bon public n’a pas conscience de leur existence ( et semble-t-il,il ne faut pas compter sur les mouvements écologistes pour les informer), pour suppléer à ce qu’on appelle l’intermittence , c’est-à-dire les variations de puissance de l’insolation au cours de la journée,et plus généralement de l’année.Dans le cas du solaire, c’est environ 80 % de l’électricité qu’il faut fournir avec des centrales thermiques. En Allemagne, ce sont des centrales à charbon qui servent de supplétifs !En Lybie, ce seraient des centrales au fuel ! Khadafi semble mieux informé sur la question que vous l’êtes ! Il n’a pas envie de gaspiller du pétrole ,qui est la source de sa richesse.On peut aussi le féliciter de choisir une solution préservant mieux l’environnement, puisqu’il évitera ainsi de grosses émissions de gaz carbonique, et de graves pollutions atmosphériques( SO2, oxydes d’azotes, suies etc...) dans la banlieue de Tripoli.

    • Fred (---.---.---.108) 28 juillet 2007 10:05

      « Pourquoi la France n’aurait-elle pas le droit de lâcher une bombe atomique sur un pays dit ennemi, l’Amérique l’a bien fait. Pourquoi n’aurait-on pas le droit de serrer la main d’un dictateur tunisien, lybien, etc. les américains l’ont bien fait eux. Pourquoi n’aurait-on pas le droit d’être des salauds vendeurs d’armes et de technologie meurtrière comme les autres ? Pourquoi n’aurait-on pas le droit d’être aussi stupides que les autres humains ? Hein, on se le demande. D’ailleurs, ne nous posons pas la question : nous avons élu Sarkozy comme président de la République. Pour un peu, on se croirait américains. »

      mis a part la bombe atomique, il me semble que la france n’a pas attendu les us pour dealer avec les dictateurs.

    • Fred (---.---.---.108) 28 juillet 2007 10:11

      je crois que beaucoup de gens en france oublie que leur comfort de pays developpe a un cout, notamment de nombreux deals avec des dictateurs. Alors on s’enerve en facade mais qui est pret ici a payer plus pour l’essentiel des ressources naturelles ? Tout le monde parle de partage avec les pays pauvres mais personne n’est pret a diminuer son train de vie.

    • BMD (---.---.---.6) 28 juillet 2007 13:53

      @Jako, quand vous dites probablement, c’est je suppose une manière de dire que vous en êtes convaincu.Cela montre que vous êtes mal renseigné.Toutes les sources d’énergie demandent pour être développées de construire les éléments de la filière, et donc aucune n’est exempte d’une production de CO2 liée à cette construction. Mais il faut rapporter cette production au kWh produit. En ce cas l’hydraulique et le nucléaire, avec environ 20 g/kWh de CO2, ont la plus basse et le lignite employé en Allemagne ou en Grèce la plus haute, avec IOOO g/kWh. Le cas du solaire photovoltaïque et de l’éolien est plus complexe à traiter. A première vue, la production est à peu près également de 20 g/kWh pour l’éolien et de l’ordre de 120 pour le photovoltaïque actuel, à cause entre autres de la production de CO2 élevée qui accompagne la production de silicium. Mais, à cause de leur intermittence, il faut leur associer des centrales thermiques qui sont celles qui produisent sur l’année l’essentiel de l’électricité, 70 à 80 %. C’est donc le couple éolien- thermique ou photovoltaïque- thermique qu’il faut considérer,et on tourne alors autour de 900 g/kWh. C’est mieux que du charbon seul, mais pas tellement.

    • thibaut (---.---.---.76) 28 juillet 2007 19:05
      thibaut

      Le nucléaire civil n’est pas forcément lié au nucléaire militaire : cela dépend du type de centrale (1). Le projet de centrale en Lybie est une centrale de type PWR (2) qui ne peut être utilisée a des fins militaires (pas de production de plutonium).

      Vous aurez donc compris pourquoi il n’y a pas ici comme vous le pensiez de contradiction. Fournir une énergie régulière, propre et sûre, non détournable à des fins militaires (contrairement aux réacteurs que developpent eux-même les Iraniens et Coréens du Nord) à un pays en grande transformation (la Lybie d’aujourd’hui ne demande qu’à commercer en paix, ses nouvelles ressources le lui permettent) est parfaitement en ligne avec la volonté qu’a Sarkozy de promouvoir le dévelopement économique de nos voisins méditéranéens.

      Ou peut-être devrait on laisser la Libye developer elle même un réacteurs utilisable à des fins militaires, comme les Iraniens et Nord Coréens ? je trouve qu’avec sa toute nouvelle puissance de négociation (ressources naturelles et immigration) c’est au contraire plutot réjouissant que Kadhafi ai accepté, d’autant plus que c’est une entreprise Francaise qui est choisie.

      (1) http://en.wikipedia.org/wiki/Nuclear_reactor

      (2) http://www.platts.com/Nuclear/News/8176475.xml?src=Nuclearrssheadlines1

      http://en.wikipedia.org/wiki/Pressurized_water_reactor

    • BMD (---.---.---.6) 29 juillet 2007 08:43

      @Surcouf, illusion mon cher Surcouf, le photovoltaïque de masse restera une énergie fortement polluante via les centrales à charbon qu’il faudra lui associer, tant que l’on ne sera pas capable de se débarrasser de cette assistance obligatoire grâce à des stockages d’électricité au moins 10 fois plus performants que les meilleures batteries actuelles.Et çà ne semble pas être pour demain !Voir mes commentaires à Ludovic. Par contre, le photovoltaïque peut être une chance dans les pays qui n’ont pas l’électricité, en leur permettant d’avoir un peu d’éclairage,un réfrigérateur et un téléviseur pour écouter les discours de leurs dirigeants.Il ne faut pas beaucoup d’énergie pour cela, et quelques m2 de panneaux solaires assistés par une batterie( au plomb parce que ce sont pour l’instant les mieux adaptées)suffisent.Dans ce cas, les progrès des panneaux solaires seront précieux.

  • JL (---.---.---.178) 27 juillet 2007 09:47
    JL

    Madame Lepage, je viens vous dire qu’en règle générale, je suis en phase avec vos prises de position.

    Sur l’aspect technique abordé par cet article je n’ai rien à dire sinon mon approbation. En revanche j’aimerais dire un mot sur l’aspect politique.

    Vous écrivez : «  »Est il vraiment démocratique qu’une décision d’une telle importance, pour notre pays et pour le monde soit prise par le Président de la République seul, sans même que le Parlement puisse délibérer sur un sujet aussi majeur !«  »

    Il est clair que Mr Sarkozy gouverne avec et pour ses amis industriels : coups d’éclat et coups d’état permanents à tous les étages.

    Vous ajoutez : «  »Ainsi, aurions-nous opté, pour un mirage industriel, en faveur des risques politiques les plus considérables que l’humanité puisse courir !«  »

    On peut dire qu’en matière d’écologie, il pratique la politique du : « Après moi le déluge » !

    • Rage (---.---.---.192) 29 juillet 2007 15:44
      Rage

      Bonjour,

      Je ne peux qu’adhérer aux positions que vous proposez dans cet article, tant l’omniprésent président endort la population par sa politique médiatique.

      La stratégie de M.Sarkozy est calquée sur la méthode américaine de l’occupation du terrain par le rapport de force : on s’approche des dictatures par le biais démocratique et ensuite on profite de la faiblesse des régimes pour leur vendre des armes ou de la technologie contre des pétro-dollars et autres argent sale.

      Peu importe qu’écologiquement on soit dans un non sens, que politiquement on réitère les erreurs du passé ou même tout simplement qu’on figure en photo sans sourciller avec un dictateur « soft » : l’objectif est de filer des marchés à Areva, Airbus, Vinci and co afin que ces « fleurons » soient ensuite aptes à financer le parti et les campagnes politiques...

      Que le nucléaire soit « dangereux », que le pays soit instable, que les geôles soient bondées d’intellectuelles : pour des personnes comme M.Sarkozy, peu importe les sacrifices tant que l’image véhiculée est bonne et que l’argent coule à flot.

      Par contre, pour les écolos, les pauvres, les intellectuels, et tout simplement les citoyens, il faudra s’attendre à payer cher le prix de cette politique « tout feu tout flamme » de la terre brulée : quand il faudra stocker les déchets et demander à des dictatures en bout de course de gérer leurs « parc nucléaire », il ne faudra pas s’étonner d’avoir des poubelles à ciel ouvert, des tchernobyl et des attentats issus de la pauvreté que l’on inflige à certain pendant que d’autres se gargarisent.

      Cela s’appelle construire aujourd’hui l’instabilité de demain.

      Le monde est dangereux, parce que nous sommes les premiers à financer cela et à insuffler la violence.

      Nous commettons les mêmes erreurs que les USA de Bush avec 10 ans de retard.

  • henri desire landru (---.---.---.235) 27 juillet 2007 09:59

    j’ai bien mieux qu’une centrale nucleaire..... Je vous emmene en week-end a Gambais ravissante Corinne......

  • Jean Claude BENARD (---.---.---.11) 27 juillet 2007 10:04
    Jean Claude BENARD

    Madame Lepage,

    Au delà du fait que je partage votre avis sur la fourniture de cet équipement, je suis obligé de constater qu’il est obligatoire d’être dans le bon camp (celui du président) pour décider de ce qui est bon ou non pour l’avenir de la planète.

    Deux questions se posent :

    La diplomatie et le business sont-ils compatibles avec le respect de la planète ?

    et

    Les emplois sont-ils l’ennemi du développement durable ?

    En attendant, nous avons clairement pu constater que la secrétaire d’état est beaucoup plus mobilisé par les « ourseries » que par la prolifération nucléaire.

    Ainsi va le dessein (UMP) de notre pays.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

ECRIVEZ UN ARTICLE !





Les thématiques de l'article


Palmarès