• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Politiques & citoyens > Voter pour rendre l’Europe aux peuples

Voter pour rendre l’Europe aux peuples

« L’Europe sans les peuples  » écrivait prophétiquement dès 2004 le député Berthu en analysant la constitution européenne. Seulement deux ans après la participation record des présidentielles, nous nous dirigeons vers une probable abstention record aux élections européennes. Stratégie élyséenne oblige, ni le débat médiatique ni la campagne de meetings n’ont encore démarré, alors que nous sommes à près d’un mois du scrutin !

Car si le débat s’ouvre, c’est l’Europe construite par l’UMP qui en sera la cible. Le Président Sarkozy prend alors seulement le temps de laisser Besancenot et le NPA surfer sur la vague des tensions sociales, un nouvel attirail prétendument antisocialiste qui finira sûrement, comme l’ouverture à gauche, par faire perdre la droite, ou du moins ses valeurs.

Surtout, les candidats de l’UMP, qui trépignent eux-mêmes pour faire campagne, éprouvent tout le mal du monde à embrayer leurs discours après avoir prononcé leurs sempiternelles exhortations insipides telles que « nous avons besoin de plus d’Europe », «  C’est beau l’Europe  », « Quand l’Europe veut, l’Europe peut », et ce devant des assemblées, presque vides ! Disons le sans ambages, les français se foutent de cette ritournelle des européennes, et ils ont en partie raison ! Et ce pour quatre raisons.

D’abord, l’Europe ne tient pas ses promesses
. L’UMP et le PS, qui n’ont sur l’Europe que des divergences minimes, nous promettent chaque fois un eldorado européen « la fois d’après ». Il est un fait qu’ils demandent aux français de réitérer leur confiance à chaque scrutin envers des institutions qui n’ont finalement jamais défendu leurs intérêts, ni été adaptés à leurs réalités économiques et sociales, mais dont on leur assure avec aplomb qu’elles le seront désormais.
 
La ruse fonctionnait au moment de faire ratifier les traités européens, qui, de Maastricht à Nice, incarnaient chacun leur tour la réforme ultime d’un système qui se rationalisait enfin. Sauf qu’une fois la supercherie découverte… le processus de ratification s’est vite éloigné du peuple, pour pouvoir continuer la marche forcée. En effet, depuis le « traumatisme » du 29 mai 2005, où les eurobéats ont compris par la force des urnes que les français ne les suivaient plus dans leur frénésie, la ratification du traité de Lisbonne a été soigneusement éloignée de tout processus référendaire, chaque fois que cela était possible. « La voie parlementaire est aussi démocratique » nous dit-on. Soit, dans ce cas, comment expliquer l’écart entre une Assemblée nationale qui ratifie le traité constitutionnel avec un Oui soviétique qui plafonne à 95%, et un référendum qui porte le Non à 55%.

Et si aujourd’hui le Non irlandais pose problème, il faut les faire revoter, quitte à leur mentir. Dans ce cas, pourquoi ne pas faire revoter également les Etats qui ont dit Oui par voie parlementaire ? Un exercice périlleux, quand on sait que des promesses faites d’emploi, de prospérité et de richesse culturelle, nous ne récoltons aujourd’hui que les réalités du chômage, de l’inflation et de l’immigration.

L’Europe est loin, deuxième cause de désaffection des français. Loin et sourde, quand elle ne perçoit pas les malaises d’une région, d’un secteur économique ou d’un métier qui meurt. Sourde comme pour un séisme dont, à plusieurs centaines de kilomètres, on ne ressent que vaguement les secousses sismiques. Loin, physiquement loin, enfermée dans le « caprice des Dieux », surnom des gigantesques immeubles de Bruxelles, où se décide la pluie et le beau temps sur 490 millions d’européens. Dans ce carrefour des illuminés, les commissaires confient chaque jour plusieurs centaines de rapports aux députés européens sur des sujets qu’ils ne connaissent pas, et qui s’empressent alors d’écouter les conseils aussi avisés qu’intéressés des 15.000 lobbyistes officiels qui les entourent malicieusement. Toute l’Europe se passe en effet à Bruxelles dans les navettes entre Commission et Parlement, ce malgré le simulacre de Strasbourg dont on maintient l’existence, pour faire croire que l’Europe actuelle est la continuité de celle de ses fondateurs du Traité de Rome, alors qu’elle en est l’antithèse.
 
Cette Europe est loin, loin de réalités simples qu’elle ne comprend pas, loin des difficultés économiques de pays qu’elle ne veut pas aider, au nom d’une sacrosainte vision de la libre concurrence, elle qui suit le sillon de l’Organisation mondiale du commerce qui souhaite en réalité organiser le commerce du monde. Voilà une Europe soixante-huitarde qui interdit d’interdire la concurrence déloyale, mais qui paradoxalement se trouve très proche des français au moment de les empêcher de travailler : quotas de pêche insensés, étiquetage de dangerosité des fromages, normes ruineuses de production, de pollution et de consommation : le « meilleur » est sans doute pour la suite. Mais que n’a-t-on dit en dénonçant ces dérives, « populistes » que nous sommes. L’Europe des eurobéats n’a pas besoin de la crise pour tuer des pans économiques entiers, elle a deux armes plus puissantes : le règlement et la directive.

Car l’Europe est une bulle technocratique indécente, a fortiori dans les moments difficiles comme ceux que nous vivons aujourd’hui. Plus de 40.000 fonctionnaires s’agitent dans la ruche bruxelloise, et redoublent d’inventivité pour tout normer, depuis la taille des cages à poule jusqu’à celle des béquilles de moto, en passant par le lettrage des pneumatiques de tracteur agricole. Un bêtisier quotidien qui alourdit les coûts de production et qui fait la fierté des députés qui en sont les rapporteurs, car il leur permet de pointer orgueilleusement en tête du classement d’activité parlementaire, eux qui n’ont pas compris que la politique des commissions est surtout la politique des omissions, à force de ne plus savoir ce dont a besoin la France.

Le système européen actuel (et voulu) fait même pire, il va contre leur volonté. Avec le transfert incessant de compétences de la France à l’Europe, qui a confondu subsidiarité et jacobinisme, 80% des lois se décident à l’échelon européen… et se décident à la majorité des Etats, en lieu et place de l’unanimité. Ce qui signifie que l’essentiel du travail d’un élu ou fonctionnaire français en poste à Bruxelles ne consiste pas à agir pour la France, mais à préserver le peu qu’ils puissent, si par chance une majorité favorable se dégage. Une logique de législation subie qui arroge même le droit à l’Europe de décerner de lourdes amendes aux pays qui tardent à faire appliquer les nouvelles lois, souvent dans l’intérêt de leurs ressortissants. Une soumission dans quel but ? Nul ne le sait.

Personne ne connait la direction de l’Europe, hormis quelques fédéralistes. Les vrais fédéralistes, qui militent pour la disparition pure et simple des Etats et des nationalités au profit d’un Etat européen unique, sont en réalité une poignée. L’écrasante majorité des courants politiques ne sait pas trop jusqu’où vider la coquille étatique, et dans quel sens orienter cette construction sans fin, elle suit alors le courant fédéraliste, qui lui ne manque pas d’idées.
Ce déboussolage vaut autant en matière institutionnelle que sur le plan de l’élargissement, où les atermoiements n’en finissent plus avec la Turquie, qui bénéficie aujourd’hui d’un confortable statut de candidat officiel, rétribué à hauteur de 564 millions d’euros annuels, et membre observateur du parti européen PPE, dirigé par l’UMP. Surtout, l’Europe ne sait pas où elle va parce qu’elle s’est construite selon des desseins d’utopie économique et juridique, en contournant l’hétérogénéité de nos pays, et en oubliant ce qu’elle aurait pu être véritablement, et doit être à partir de maintenant : une volonté politique.
 
Voilà pourquoi, pour changer d’Europe, nous avons besoin d’une participation massive le 7 juin prochain. Un souffle démocratique est nécessaire pour réorienter l’Europe vers une volonté politique beaucoup plus naturelle, celle proposée par Philippe de Villiers, dotée d’un fonctionnement administratif plus simple mais finalement plus ambitieux dans les bienfaits. Pour mettre fin aux décisions qui se prennent dans l’ombre, les français demandent une vraie transparence en Europe, eux qui ne comprennent pas que ce soit une Commission européenne nommée qui concentre tous les pouvoirs, alors que nous leur demandons tous les 5 ans d’élire un Parlement, qui n’est dépositaire que d’un pouvoir résiduel.

Ce fonctionnement européen simple, efficace et transparent, c’est celui qui se base sur les gouvernements et les Parlements des Etats pour décider ensemble au sommet, dans le respect de la voix et de la légitimité de chacun. D’une Europe qui s’est perdue, Libertas en est le GPS, qui rendra l’Europe aux peuples, ses vrais propriétaires.

Et si nous recollons le lien démocratique, que nous avons brisé, entre les suffrages des peuples européens et les décideurs de l’Europe, si nous leur rendons la liberté de choisir la direction de l’Europe, que nous leur avons volée, alors nul ne doute qu’ils retrouveront l’enthousiasme et la confiance nécessaires pour croire à nouveau en l’Europe, la leur.
 

Moyenne des avis sur cet article :  3.55/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

23 réactions à cet article    


  • LE CHAT LE CHAT 5 mai 2009 10:14

    que des phrases vides de sens dans cette « campagne » pour une europe des lobbies et des ploutocrates ! le parlement européen ne sert à rien , certains veulent nous faire croire que ses pouvoirs sont renforcés , mais pour moi c’est un théatre de guignols grassement payés pour légiférer sur la longueur des cure dents et le diamètre des aubergines !

    les plus pitoyables sont les socialistes français qui ont la prétention de vouloir chasser Baroso alors que leurs collégues anglais , espagnols et portuguais du m^me groupe le soutiennent !

    mais il faut voter pour prouver que le non à cette europe là est toujours majoritaire , je me ferai personnellement le plaisir d’y envoyer Le Pen rien que pour faire chier les bobos !


    • beubeuh 5 mai 2009 10:55

      Voter pour mec qui siège pas, tu risques pas de faire chier grand’monde. Et puis il se présente encore, le vieux ? Il commence à être un peu croulant non ?


    • LE CHAT LE CHAT 5 mai 2009 11:06

      @beuh beuh

      c’est juste pour enmerder Cohn bendit pour la séance inaugurale ! mais t’as raison , le vieux peut prendre sa retraite après , place aux jeunes ....
      le pourcentage du FN est juste un indicateur pour dire merde à UMPSModem !


    • beubeuh 5 mai 2009 11:18

      Tu parles ! C’est l’exercice favori de Cohn-Bendit d’aller fustiger du facho. Pour se faire bien voir de son propre électorat c’est tout bénef.

      Bon par contre je crois que tu n’es pas dans la bonne chapelle : ici c’est chez de Villiers. Gare à la consanguinité !


    • LE CHAT LE CHAT 5 mai 2009 11:30

      @beuhbeuh

      j’ai aucune confiance en De Villiers qui est toujours un soutien fidèle de l’UMP et qui se fait financer par des ploutocrates pour se faire élire !


    • beubeuh 5 mai 2009 15:10

      ...mais tu as confiance en Le Pen, elle est bien bonne !


    • artam 6 mai 2009 08:42

      Bonjour Le Chat, force m’est de constater que ce que vous avancez est un triste constat qui se vérifie souvent au quotidien. Chiche, lançons le pavé Le Pen dans la mare ! 


    • LE CHAT LE CHAT 6 mai 2009 10:22

      Salut Artam , t’as bien compris que la plus part des gens qui votent Fn le font pour dire merde à tous les partis du système , on est loin du soutien inconditionel et idéologique à ce parti nationaliste certes , mais parfaitement démocratique !
      voter De Villiers ou Dupont Aignant les fait nettement moins chier !


    • Internaute Internaute 5 mai 2009 11:09

      Soyons clair. Cette élection a deux enjeux.

      Un enjeu européen.
      Avec leur système la France n’aligne que 70 députés sur 700 (chiffres arrondis). A supposer que ces députés votent tous pareil en pensant aux intérêts de la France, cela ne fait que 10% des voix. En fait, comme ils se tirent dans les pattes, notre représentation se limite à 3%. Ces élections n’ont donc aucun intérêt sur le plan européen. Quel que soit le candidat pour lequel nous vontons, il sera inaudible et inutile. C’est comme si l’Assembléee Nationale acceuillait 27 partis politiques avec avantage de représentation de 1 à 10 pour les petits partis. Au mieux c’est une cour de récré, au pire c’est le Societ Suprême où 2.000 délégués applaudissent sans rien comprendre quand leur chef de file lève la main.

      Un enjeu national.
      Cette élection peut servir à mesurer la popularité de l’UMPS. C’est un sondage grandeur nature et non limité à la méthode des quotas.

      Conclusion.
      S’il y a un candidat nationaliste dans mon bureau de vote j’irai voter et sinon je m’abstiendrai.


      • beubeuh 5 mai 2009 11:19

        Je crois que tu peux chanter la Marseillaise très fort en espérant qu’on t’entendes jusqu’à Bruxelles, ce sera plus efficace.


      • beubeuh 5 mai 2009 11:12

        @ l’auteur :

        « La voie parlementaire est aussi démocratique » nous dit-on. Soit, dans ce cas, comment expliquer l’écart entre une Assemblée nationale qui ratifie le traité constitutionnel avec un Oui soviétique qui plafonne à 95%, et un référendum qui porte le Non à 55%.

        Un peu plus loin vous dites :

        Ce fonctionnement européen simple, efficace et transparent, c’est celui qui se base sur les gouvernements et les Parlements des Etats pour décider ensemble au sommet, dans le respect de la voix et de la légitimité de chacun.

        Il faudrait savoir : la voie parlementaire nationale : elle est démocratique oui ou non ?

        Moi j’ai l’impression que vous la trouvez démocratique quand ça vous arrange et antidémocratique et non représentative dans le cas contraire.


        • LE CHAT LE CHAT 5 mai 2009 11:28

          elle est pas démocratique , vu que tout est truqué de façon à ce que seuls les partis de l’establishement soient représentés ! la moitié des électeurs votent pour des prunes ou préférent s’abstenir , vu qu’ils n’ont aucune chance de se sentir représentés


        • beubeuh 5 mai 2009 15:13

          Bin voilà, c’est bien ce que je dis : on condamne l’Europe parce qu’elle est antidémocratique, et on avance comme solution de se replier sur la Nation...qui n’est pas démocratique non plus. Je n’ai jamais compris comment on pouvait trouver un semblant de cohérence dans tous ces discours nationalistes (enfin si j’ai compris : le principe c’est de dire oui à la dictature, mais FRANCAISE, Monsieur, pouet pouet pouet).


        • tioneb 5 mai 2009 13:17

          Quelque chose de très intéressant :
          http://www.observatoiredeleurope.com/notes/Droite-et-gauche-adoptent-ensemble-97-des-textes,-selon-une-etude_b1354225.html
          Cet article montre que la droite et la gauche ont voté ensemble sur 97% des textes !
          Qui peut croire qu’il existe une différence fondamentale entre la gauche et la droite aujourd’hui ?
          Tous les partis pro-européens ont la même politique de fond (bien qu’il puissent se battre sur la forme ou sur des détails), c’est à dire : l’UMP, le PS, et le MoDem. En effet, l’UE décide de 80% du volume des lois nouvelement votées en France et ces lois sont votées conjointement par tous les partis au parlement Européen.

          Tant que l’on croit que l’on peut faire autre chose de cette Europe, on continuera à se fera avoir.

          D’autre part, il y a quelque chose de gênant à imposer au Français d’être Européens. C’est comme imposer au Tibétains d’être chinois ou au Québécois d’être Canadiens.

          Vouloir reconditionner les citoyens Français en citoyens Européens de force et contre leur vonlonté parcequ’une minorité pense que c’est le mieux est malsain. On n’écoute les peuples, on ne les reconditionnent pas.

          Enfin, à tous ceux qui se disent Européens. Si l’Europe est votre pays, Déménageriez vous aussi facilement en Ukraine, en Turkie, en Allemagne...c’est à dire dans votre pays Européen qu’à un autre endroi de la France ? Si vous êtes muté en Turkie ou en Angleterre, est-ce la même chose que d’être muté à Lyon ?


          • Lisa SION 2 Lisa SION 2 5 mai 2009 13:45

            Bel article, mais sans solutions à part le vote massif.

            " les commissaires confient chaque jour plusieurs centaines de rapports aux députés européens sur des sujets qu’ils ne connaissent pas, et qui s’empressent alors d’écouter les conseils aussi avisés qu’intéressés des 15.000 lobbyistes officiels qui les entourent malicieusement. "

            Tout est devenu commerce. Vous pouvez toujours voter contre un parti dominant, si vous consommez des produits issus d’un groupe lobbyiste contraire à votre couleur politique et soutien financier du parti dominant, votre vote compte pour zéro. On peut encore trouver des petits partis écologiques et aller voter en brulant du diésel dans un grosse berline allemande. Les clients de ces lobbyistes industriels comptent plus que les votants à ces élections, il n’est pas étonnant que le soutien médiatique à ces élections soit absent et inutile, mais surtout, il parait donc évident que pour réduire l’influence de l’alignement aux malicieux mercantiles, c’est de ces marques industrielles dont il faut se détourner.

            " Depuis le début de l’année, le nombre de ménages français qui constituent un dossier de surendettement est en hausse de 16% par rapport à la même période en 2008, confirmant une information de Libération révélée ce matin. " L’aide que l’Etat a accordé aux banques en fin d’année a servi à inonder de pubs pour les prêts d’urgence dans lesquels sont tombés nombre de nouveaux clients. http://droit-finances.commentcamarche.net/actualites/l-endettement-moyen-par-dossier-depose-aupres-de-la-banque-de-france-a-39-500-euros-100597-actualite.php3 .

            Le vote massif n’aura d’impact que s’il profite aux petits partis comme l’écologiste ou l’anti-sionniste, bien moins malicieux que celui des puissants lobbyistes.


            • Lisa SION 2 Lisa SION 2 5 mai 2009 14:04

              Certains députés logent dans des hotels de passe de seconde zone pour se faire du cash, eu égard aux très confortables frais de bouche et de logement dont ils bénéficient. Pour les dignitaires étrangers en visite les putes sont bien entendu gratuites. Elles sont les organes majeurs des lobbyistes qui ne sont en fait que des proxénètes déguisés capables de soudoyer n’importe quel député face à une femme à genoux. C’est par ce procédé malicieux que le big pharma a acquis sa notoriété publique et ses profits en millards de dollars...D’ailleurs, en italie, on peut commencer pute, et finir député...ça en dit long, n’est ce pas !


            • xray 5 mai 2009 19:04

               

              Le bourbier européen 

              L’Europe gagne à pourrir la vie du plus grand nombre. 

              De cette Europe du fric, des banquiers, des ânes,  de la pègre, de la mafia,  des curés fascistes, on n’en veut pas ! 

              Dès l’instant où l’on a parlé de construire l’Europe, on pouvait observer que les plus acharnés à « construire l’Europe »  étaient les plus incompétents en tous domaines. On aurait dû se méfier. 


              ÉCHO-EUROPE (L’EURO-INJUSTICE) 
              Anéantir toute forme de responsabilité que le pouvoir ne peut contrôler. 

              Le Grand Guignol politique 
              http://n-importelequelqu-onenfinisse.hautetfort.com/ 

              L’euro « justice » 
              http://echofrance36.wordpress.com/2008/10/22/leuro-justice-un-immense-neant-dans-une-coquille-dillusion/ 

              La Cour européenne de justice 
              http://echofrance23.wordpress.com/2008/08/09/la-cour-europeenne-de-justice/ 

              La dictature de l’image
               
              http://echofrance37.wordpress.com/ 



              • maharadh maharadh 5 mai 2009 19:37

                Une chose m’étonne prodigieusement ‹j’oserai dire qu’elle me stupéfie) c’est qu’à l’heure où j’écris, après les innombrables expériences, après les scandales journaliers, il puisse exister encore dans notre chère France un électeur, un seul électeur, cet animal irrationnel, inorganique, hallucinant, qui consente à se déranger de ses affaires, de ses rêves ou de ses plaisirs, pour voter en faveur de quelqu’un ou de quelque chose.

                http://life-in-the-dead.over-blog.com/article-30714963.html


                • franck2009 5 mai 2009 22:16

                  J’ai voté NON au TCE, les parlementaires français ont voté OUI.

                  Je ne participe plus à un scrutin qui légitimerait de prés ou de loin cette Europe.

                  La Turquie entrera contre mon gré en Europe. Le pacte Transatlantique sera voté par l’Europe contre mon gré. Mais pas avec la légitimité de mon vote.

                  Pour tuer l’Europe ne voter plus pour elle . Ne voter plus aux européennes .

                  Le parti des abstentionnistes mine l’Europe plus surement qu’un Non majoritaire.
                  La réalité de l’ultra-libéralisme tuera plus surement l’Europe que les manigances manœuvrières des Delors, Barnier, Bayrou.

                   


                  • vinvin 6 mai 2009 02:22

                    Et bien moi je ne suis pas EUROPEEN ni dans ma tete ni dans mon coeur.

                    JE SUIS FRACAIS, ET UNIQUEMENT FRACAIS.



                    L’ Europe est une théocratie qui est en train doucement, mais surement, appelée a devenir une Dictature a l’ image de l’ ancienne URSS, avec toutes ces nouvelles loies a la con de plus en plus restrictives, punitives, etc, etc......

                    Donc, JE N’ IRAIS PAS VOTER POUR LES EUROPEENNES.

                    Lorsque l’ Europe sera devenue une Dictature invivable je quitterais la France, et par ce fait le continent Européen.

                    J’ irais vivre dans le pays de mon ex épouse, ( le Cameroun,) car la-bas au moins:1/ il n’ y a pas radars sur les routes,2/ pas de permis points,3/ on peut conduire bourré,4/ on fait pas chier les fumeurs,5/ on peut aller pisser au pied d’ une arbre en bois sans se prendre une contravention par les flics.

                    Et rien que par rapport aux 5 points que je viens de sités, je serais gagnant !


                    Bien cordialement.




                    VINVIN.


                    • philéas 8 mai 2009 11:58

                      Les européennes...les souverainistes sont de sortie.
                      Rendre l’Europe aux peuples disent-ils. Eh bien moi, j’aimerais aussi que M.de Villiers rende ses indemnités parlementaires aux contribuables qui le payent pour pas grand chose :
                       http://www.europarl.europa.eu/members/public/yourMep/view.do?name=de+villiers&partNumber=1&language=FR&id=2212

                      Pour le reste, cet article est un bel exemple de propagande.
                      En vrac :
                      « L’Europe est une bulle technocratique indécente ». Absurde. Il suffit de comparer avec la situation chez nous. Et par exemple, si on parlait de la bulle technocratique du Conseil Général de Vendée ? http://quoideneufeneurope.hautetfort.com/archive/2005/10/26/bureaucratie-europeenne-vraiment.html

                      Le coup de lobbyistes et des décisions loin des citoyens : bien sûr, en France, ça n’existe pas ! Et bien sûr dans les mairies, lss conseils généraux qui, eux sont prêts, soi disant, des citoyens il n’y a pas de passe droits ni d’influences sur les élus ! Qui peut croire ce conte à dormir debout ? Les lobbies agissent partout et à tous les niveaux. Mais dans l’Union on sait qui sont les lobbyistes, car ils sont enregistrés. En France, on ne sait pas car tout se passe dans l’ombre. C’est plus démocratique, vraiment, et plus proche des citoyens ? De qui se moque M.Louis ?

                      La Turquie : quoi qu’on pense sur l’élargissement à la Turquie, n’importe qui qui s’intéresse un tant soit peu aux affaires européennes sait très bien que cet élargissement n’est pas pour demain ni pour après demain car il faut l’unanimité des états pour l’accepter. Mais bien sur M.Louis n’en dit rien car l’« épouvantail » de la Turquie c’est un de ses fonds de commerce.

                      L’Europe ne tient pas ses promesses écrit M. Louis parce qu’on a revoté sur le nouveau traité. Ce n’est pas l’Europe qui l’a décidé ainsi mais la majorité élue par les français en 2007. De même, rien n’empêche les irlandais à ne pas revoter. Ils ont bien voté non malgré les pressions énormes exercées parait-il. Ce sont des décisions nationales et non européennes.

                      A tous ceux qui veulent payer des élus sans savoir quel travail ils font, à tous ceux qui préfèrent la propagande à l’information, je dis : votez MPF !


                      • JONAS JONAS 8 mai 2009 23:13

                        Patrick LOUIS  :

                        Je connais votre Mouvement, je vous connais et je connais Philippe et surtout vos électeurs  !

                        Vous déclarez candidement  : «  Ce fonctionnement européen simple, efficace et transparent,* c’est celui qui se base sur les gouvernements et les Parlements des États pour décider ensemble au sommet, dans le respect de la voix et de la légitimité de chacun  ».

                        *Il n’y en aura jamais, tellement les intérêts sont divergents. Il fallait dès le départ s’orienter vers une Europe Confédérale.

                        Les peuples des pays fondateurs, France, Allemagne, Angleterre  ; les pigeons ou les cocus, n’en veulent plus de cette Europe de marchands  :. Du GOF  : . ou de la GL.

                        Économiquement et militairement, cette Europe, c’est  : «  La Grenouille qui veut se faire plus grosse que le Bœuf  !  ».

                        Elle se gonfle s’enfle, mais, n’a jamais été capable d’obtenir des Turcs l’évacuation de Chypre, pas plus que des excuses du Gouvernement de ce pays, pour le génocide Arméniens.

                        L’Arménie est au monde Chrétien, ce qu’est Israël aux Juifs  !

                        Ces derniers, ont réussi à obtenir des excuses de la part des Gouvernements Allemands et Français, grâce à la puissance des USA.

                        Mais que peuvent espérer les Arméniens de cette prostituée couronnée de 12 étoiles, qui s’est compromise avec toutes les nations  !

                        Mieux  ! Avec l’Île de Chypre, elle accepte qu’on lui marche sur un orteil, et invite celui qui l’écrase à rentrer comme maquereau dans sa maison de passe  ! (Pour être poli).

                        La loi Coranique, c’est exercé sur la moitié de l’île de Chypre qui appartenait à la Grèce, en vertu d’une Sourate du Coran, qui dit que  : Toute terre ou réside une majorité musulmane, devient de fait une terre Islamique  !

                        Cette Sourate a été appliquée militairement par l’Armée Turque qui a envahi militairement cette partie de Chypre.

                        Nous n’avons plus confiance en vous, Messieurs, vous avez fait de ce pays une province européenne aux ordres, contrairement au terme de Président que vous employez pour le gouvernement de cette province, c’est celui de Gouverneur qui devrait être d’usage  ! La France n’a plus de Président, depuis la signature du Traité de Lisbonne.

                        Nous n’avons pas besoin d’une équipe de jésuites à Bruxelles, leurs places et au Vatican  ! Nous avons besoin d’Hommes avec leurs attributs, à Paris  !  !  !

                        Salutations.

                         


                        • JONAS JONAS 9 mai 2009 11:02

                          @ Patrick LOUIS  :

                          Un conseil, n’utilisez pas le titre de votre article pour des affiches  ! La modification d’une seule lettre vous ridiculiserez  !  !  ! La preuve  :

                          Voter pour rendre l’Europe aux peuples.

                          Voter pour Vendre l’Europe aux peuples.

                          @ +

                           

                           

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès