• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Les commentaires de Vive la République



  • Vive la République Vive la République 24 décembre 2008 18:25

    Retrouvez cet article et beaucoup d’autres sur l’énergie, l’économie ou la politique sur mon blog : http://vivelarepublik.blogspot.com



  • Vive la République Vive la République 28 avril 2008 23:15

    Voici ma dernière contribution sur le sujet, j’espère qu’elle sera lue jusqu’au bout même par ceux qui sont en complet désaccord avec cet article.

    Tout d’abord, j’aimerais citer une phrase reprise par l’un d’entre vous est qui inscrite en tête de mon blog : "Penser, c’est chercher à tâtons la vérité sans se laisser intimider par l’opinion majoritaire ni séduire par la tentation du paradoxe à tout prix." Cette phrase, du philosophe Alain Finkielkraut me semble un modèle de justesse et de pondération. Bien entendu, j’entends d’ici les commentaires du style "Quoi, Finkielkraut un philosophe ! Ce n’est qu’un sale raciste". En effet, Agora Vox est remplie de personnes qui jugent les phrases en fonction du nom de leur auteur plutôt qu’en fonction de leur contenu.

    Pour le dire autrement, le vrai doute méthodique, inspiré par Descartes, et que je partage plus que quiconque par ma formation scientifique, c’est le doute qui accepte de douter de lui-même. Si on n’arrive pas à cet étape, on tombe très (trop) facilement dans un espèce doute obsessionel, source de lui-même.

    J’aimerais maintenant, sans la moindre agressivité, faire remarquer à certaines personnes que le ton haineux de leurs commentaires est proprement inacceptable. On peut débattre sans traiter l’autre de suppôt de l’administration Bush, de nul, ou encore d’insulter un philosophe dont la propre vie est en danger parce qu’il a osé émettre une opinion sur une religion. Où est la tolérance, quelle est la soucre de ces tombereaux de haine qui s’abattent sur Internet ? Un autre philosophe, Emmanuel Lévinas, apporte un élément de réponse tout à fait intéressant. Selon lui, la base de la sociabilité se situe dans l’interdit du visage. J’ai l’intention de dire tout le mal que je pense d’untel, mais quand j’arrive en face de lui, je reste interdit car je reconnais dans le visage d’autrui ma propre humanité. C’est cet interdit qui s’efface quand on écrit un message sur un forum ou quand on envoie un mail d’insultes. A cet effet s’ajoute l’impunité de l’anonymat, il est tellement facile d’exprimer des propos infâmants quand on n’a pas à en assumer la responsabilité.

    J’invite donc tous les lecteurs de ce message à vous livrer à un travail d’introspection avant de valider vos commentaires. Demandez-vous "pourrais-je dire cela à l’auteur s’il se trouvait en face de moi, oserais-je braver l’interdit posé par son visage en face du mien ?". Cette invitation à la tolérance est ma manière à moi de ne jamais désespérer de l’humanité même quand elle prend son visage le plus haineux.

    Bien à vous,

    L’auteur.



  • Vive la République Vive la République 28 avril 2008 13:07

    De tous les articles que j’ai écrit sur AgoraVox, c’est celui qui suscite le plus de réactions. Cela ne m’étonne qu’à moitié, je me doutais bien qu’AV regorge d’adeptes de la théorie du complot.

    Beaucoup d’entre vous semblent victimes du syndrome Mélenchon : un homme qui doit passer sa vie sur les sites d’infos parallèles d’Internet, qui trouve deux ou trois trucs sur le Tibet et qui va faire le malin sur les plateaux télés avant de se faire démonter par des experts du sujet.

    Mon article se trouve conforté par bon nombre de vos réactions, je lis chez certaines ce sentiment de supériorité, ce narcissisme qui dit "moi, on ne me la fait pas".

    J’aurais peine à lutter face à des gens qui s’aiment tant...



  • Vive la République Vive la République 28 avril 2008 11:14

    Retrouvez cet article et bien d’autres sur mon blog de réflexion politique : http://vivelarepublik.blogspot.com.

     



  • Vive la République Vive la République 7 avril 2008 23:44

    Ce qu’il ne faut pas lire parfois ! Sachez que même si l’Etat décidait de vendre tous ses actifs (château de Versailles et Tour Eiffel compris), il ne pourrait rembourser que la moitié de son passif c’est-à-dire de sa dette. On est loin du "matelas de billets" que vous évoquez. Comme c’est souvent le cas sur ce genre de sites, vous parlez sans savoir, sans rien comprendre aux ordres de grandeur en jeu. C’est déprimant...



  • Vive la République Vive la République 7 avril 2008 13:44

    Retrouvez cet article et bien d’autres sur mon blog de réflexion politique : http://vivelarepublik.blogspot.com

     



  • Vive la République Vive la République 21 mars 2008 13:07

    Retrouvez cet article et bien d’autres sur mon blog http://vivelarepublik.blogspot.com

     



  • Vive la République Vive la République 10 mars 2008 12:03

    Retrouvez cet article et bien d’autres sur http://vivelarepublik.blogspot.com



  • Vive la République Vive la République 28 février 2008 07:45

    A part une personne ou deux, l’ensemble des commentaires est d’un niveau affligeant. C’est donc ça le "journalisme citoyen", un endroit où les désoeuvrés viennent vomir leurs commentaires sans intérêt ? A quoi bon essayer d’écrire des choses un tant soi peu intelligentes.

    C’est à pleurer...



  • Vive la République Vive la République 27 février 2008 10:35

    Retrouvez cet article ainsi que de nombreuses autres réflexions politiques sur mon blog : http://vivelarepublik.blogspot.com

     



  • Vive la République Vive la République 19 février 2008 10:04

    Retrouvez cet article et beaucoup d’autres sur mon blog http://vivelarepublik.blogspot.com

     



  • Vive la République Vive la République 13 février 2008 21:19

    Cher Philippe,

    Permettez-moi d’être en profond désaccord avec vous. Je ne dis pas qu’on peut dépenser comme on veut et que de toute façon, ça finira par revenir dans les caisses de l’Etat, je dis qu’il faut évaluer chacune des mesures mais ne surtout pas se limiter à ce qu’elles "coûtent" au premier ordre. Dans le cas de la défiscalisation des heures supplémentaires, il ne s’agit même pas de la part de l’Etat d’une avance sur recette : à mesure que ce mécanisme coûtera de l’argent, les gens recevront du pouvoir d’achat donc paieront de la TVA, ils travailleront éventuellement plus donc augmenteront la production du pays... A aucun moment l’Etat ne met 15 milliards sur la table et attend, en fin d’année, que quelques sous reviennent dans sa musette. L’économie est dynamique, pas statique.

    J’ai du mal à comprendre en quoi l’argent utilisé pour payer davantage ces heures sup’ est moins noble que la lutte contre la pauvreté ou contre le chômage. L’un n’exclue pas l’autre, une politique de réforme étant censée payer sur le long terme, plus on en lance, mieux c’est. Le problème en ce qui concerne certaines politiques, c’est quand on donne l’argent sans aucun retour sur investissement. Prenons l’exemple de la rénovation de barres d’immeubles qui se délabrent aussitôt finis les travaux. Pour le coup c’est de l’argent de jeter par les fenêtres.

    Mais rassurez-vous, je n’ai rien contre la lutte contre la pauvreté, je soutiens d’ailleurs le travail admirable de Martin Hirsch dans ce domaine, de même que je souhaite que le chômage baisse, c’est pourquoi j’étais favorable au CPE. Au moins, j’ai le mérite de la cohérence.

    Pour conclure, je déteste JM Sylvestre.



  • Vive la République Vive la République 13 février 2008 21:10

    Je redis ce que j’ai écrit plus haut : que représente le PIB ? Si c’est la création de richesse alors, je persiste et je signe, je pense que les services n’ont rien à y faire et le bricolage dans les ménages devrait y figurer ! Je pense qu’il faut toujours en revenir aux bases et essayer de dépasser l’illusion monétaire qui semble vous animer. La monnaie n’est qu’un moyen d’échange, pour raisonner économiquement, j’aime bien me dire "qu’est-ce que cela donnerait si on était resté au troc ?".

     



  • Vive la République Vive la République 13 février 2008 21:05

    Allons à l’essentiel : je suis en désaccord avec la totalité de vos affirmations. Ajoutons à cela que je n’aime pas trop le ton que vous employez. On a beau être sur Internet, on a le droit d’écrire ce que l’on pense plutôt que de le vomir de la sorte.



  • Vive la République Vive la République 13 février 2008 20:55

    Je suis d’accord que la déduction des intérêts d’emprunt sur la résidence principale profite principalement aux classes moyennes, je n’y vois pas forcément un mal, même si c’est la mesure du paquet fiscal que j’approuve le moins.

    Mais la moitié du paquet fiscal concerne les heures supplémentaires, et ça, vous ne pouvez pas dire que cela ne concerne pas les milieux modestes !

    Finalement, il y en a pour tout le monde : 1/2 pour les milieux modestes, 1/3 pour les classes moyennes et moins d’1/6 pour les plus riches. Où est le scandale ?

     

     



  • Vive la République Vive la République 13 février 2008 13:26

    Reprenons poit par point :

    1- Les chiffrages électoraux ne servent à rien si on ne tente pas d’estimer les recettes des mesures proposées. Je suis d’accord qu’il faut éviter de distribuer de l’argent à son électorat en lui faisant des cadeaux, mais quand on fait une mesure de relance budgétaire c’est qu’on s’attend à relancer la croissance. Ce dont il faut discuter c’est donc de la pertinence économique des mesures proposées pas du fait qu’elle coûte tant d’euros au début.

    2- Il y a eu une très grande discussion pour savoir si on incorporer ou non les services dans le calcul du PIB, car la notion de "valeur ajoutée" est plus discutable. Rendre un service ce n’est pas la même chose que créé de la valeur. On peut très bien penser que c’est l’industrie et elle seule qui, au final, créé de la richesse brute.

    3- Revoyez la théorie de Ricardo : même si on a un pays imporductif dans tous les domaines et un autre productif dans tous les domaines, les DEUX ont intérêt à commercer ensemble. Il n’y a pas de perdant selon cette théorie, que je ne partage pas.

    4- Si la théorie du bonheur relatif existe elle ne doit pas recueillir un grand assentiment chez nos dirigeants. On peut le regretter. Toutefois, méfions-nous de tout ce qui peut venir de la sociologie, qui me semble encore plus contestable que l’économie.

    5- Les techniques de l’économétrie pour passer de la corrélation à la causalité sont très fragiles, je pense en particulier aux variables instrumentales. Tellement fragiles qu’on peut leur faire dire souvent ce que l’on veut. Croyez bien que c’est mon expérience qui parle.



  • Vive la République Vive la République 13 février 2008 13:17

    Citez-moi un ouvrier qui fait des heures sup et qui place son argent dans les paradis fiscaux !

    Soyons sérieux deux minutes, dans le paquet fiscal, il y a moins d’un milliard de "cadeau fiscal pour les riches", à savoir le bouclier fiscal, et rien ne dit que cette mesure ne rapportera pas plus d’argent qu’elle n’en coûtera. Vous pouvez vérifier les chiffres par vous même : à mesure qu’on réduit l’ISF, il rapporte de plus en plus à l’Etat.



  • Vive la République Vive la République 13 février 2008 13:14

    Je ne vois ce qui vous choque dans le raisonnement que vous dénoncez. Si vous faîtes une régression et que vous obtenez le résultats suivant :

    Croissance du PIB= 2*croissance démographique-5*richesse du pays (complètement au hasard), vous supposez implicitement que 2 et 5 sont fixes et ne varient pas avec la croissance démographique ou la richesse moyenne des pays, ce qui est manifestement faux. 2 et 5 sont en fait des dérivées partielles calculées en un point précis, dès que l’on bouge, ces ces nombres bougent aussi.



  • Vive la République Vive la République 13 février 2008 13:08

    A Geko,

    Vous ne m’avez pas compris au sujet de l’économétrie : je pense que non seulement qu’on peut faire un mauvais usage des travaux économétriques, mais qu’en eux-mêmes ils sont déficients. L’endogénéité des variables, l’absence de variables instrumentales, la simplicité des modèles de régression sont des éléments rédhibitoires pour l’économétrie.

    Qu’est ce qui vous prouve que la relation causale vient de la pauvreté vers la délinquance, ça c’est de l’idéologie, c’est certainement en partie vrai mais en partie seulement. Ce ne sont pas les statistiques qui vous font penser cela mais plutôt une idée de l’homme et du monde. Sachez qu’elle n’est pas partagée par tous.

     



  • Vive la République Vive la République 13 février 2008 10:18

    Retrouvez cet article et bien d’autres rélfexions politiques et économiques sur mon blog http://vivelarepublik.blogspot.com ! Et que le débat s’engage.