• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Les commentaires de EL Yagoubi



  • EL Yagoubi 4 septembre 21:24

     

    Je suis revenu pour la troisième fois à la lecture de ce super article qui a scanné des réalités complexes dans une haute définition. Merci à son auteur.

    Je n’hésite pas à dire ici en une seule phrase qui résume la vie dans la ville de Marseille : Le pronostic vital engagé est un diagnostic réel. Toutes les maladies politiques structurelles, chroniques et sévères sont profondément enracinées dans un cet organisme infecté en puissance et en actes. Il faut vivre dans cette ville pour comprendre comment fonctionne l’ensemble des acteurs conventionnels dans une synergie d’étouffement et de clôture de tout espoir de faire et de vivre dans une normalité basique. 



  • EL Yagoubi 4 septembre 01:05

    Merci Elric de cet éclairage fort sur des vies dans une ville livrée à la prédation et aux acteurs de la destruction dans un silence violent. Mais ce qu’on ne sait pas est plus important de ce qu’on connait dans cette ville. Même les oiseaux se font rare à cause du manque des arbres et espaces verts pour se nourrir, se reposer et se reproduire. Ils ne se reproduisent pas à cause des bataillons des rats qui peuplent tous les coins. Quelle horreur ! vous prenez la longue rue « Paradis », rue Olivier et d’autres et d’autres, vous ne percevez aucune plante ou un petit arbre, à part quelques pots de fleurs accrochés dans des fenêtres noircis de pollution. Respirer à Marseille est un luxe et ivre est un risque majeur. 



  • EL Yagoubi 5 mai 14:25

    @Francis, agnotologue
    Merci Francis de cet éclairage global qui correspond réellement aux faits. J’ajoute ici l’idéologie du décollage économique de Walt Whitman Rostow qui a fait des ravages dans les pays du Sud ou « des pays en voie de développement », notoirement manifestes dans la destruction des infrastructures économiques et sociales traditionnelles par la voie de la libre entreprise. J’ai découvert cette idéologie dans l’ouvrage d’Edward Saïd, professeur de littératures comparées à l’université de Colombia : Culture et impérialisme. Ed., Fayard. 2000.



  • EL Yagoubi 4 mai 22:00

    Une très belle prestation

    J’ai toujours gardé le concept de gouvernance sous le feu de critique fondamentale. Je ne sais pas d’où vient ce concept. Ce que je sais c’est qu’il est né malade au début des année 90 avec l’école de Chicago, mais je suis encore incertain. Bien que l’article soit tributaire d’une analyse interne sur la configuration de la France actuelle, il n’en demeure pas moins que l’analyse externe portant sur la France est aussi d’une grande qualité que l’on peut repérer dans des contributions publiées dans la sphère anglophone et dans un effort remarquable dans la sphère arabophone. Je suis trilingue (arabe, français et anglais) et je navigue sur ces trois registres dans mes approches modestes.



  • EL Yagoubi 25 avril 18:22

    J’ai fait une première lecture de ce texte dense et complexe qui donne des ouvertures et de clôtures prudentes dans une dialectique ascendante et descendante. J’ai déduit que la France actuelle en tant que société aux pesanteurs anthropologiques s’efface pour se présenter en des singularités et des identités ambigües, autour desquelles s’organisent des jeux de forces centripètes et centrifuges.

    Merci à l’auteur Mervis Noctau et aux contributeurs dans les commentaires.



  • EL Yagoubi 15 avril 23:25

    Merci à toi Bernard pour toutes tes contributions de qualité sur ce site.



  • EL Yagoubi 15 avril 23:17

    Il n’y a aucun doute que « l’épidémie du covid 19 » a été une très belle opportunité pour transformer la santé en tant qu’enjeu mondial qui concerne le bien-être de l’humanité en un instrument complexe et redoutable configuré en plusieurs langages pour accélérer son contrôle total. La peur d’un objet non identifié ou moins identifié contre lequel une soi-disant guerre est déclarée est aussi une autre épidémie aux tendances exponentielles. Le couple de guerre et peur se marie parfaitement dans le système de représentations collectives et sociales pour enfanter une autre pathologie qui se répond sans encombre dans le terrain des opinions naïves.



  • EL Yagoubi 14 avril 02:11

    "La culture permet d’ériger un mépris mondain comme ossature à une caste apte à capter les efforts d’autrui pour les transformer en jouissances personnelles. Elle n’a donc pour fonction que de justifier une bonne éducation où tout est permis sauf celui d’être honnête, sérieux, travailleur, attentif aux siens, aux autres, ce qui ne nécessite ni savoir, ni connaissance, ni culture. 

    " Excellent.

    Merci Jacques de cet effort dans la construction du lien entre savoir, connaissance et culture.



  • EL Yagoubi 5 avril 21:13

    Article clair et pertinent.

    "Si jusqu’à présent Joe Biden pensait que la Russie et la Chine seraient ses cibles principales en politique étrangère, maintenant, après l’accord sino-iranien qui change les règles du jeu, le Moyen-Orient pourrait devenir tout aussi difficile pour les Américains, conclut The Strategist

    Il a toujours été difficile pour les usa de comprendre le Moyen-Orient et reste toujours plus difficile pour une « superpuissance » d’être puissante dans son paradigme en faillite. 



  • EL Yagoubi 18 mars 00:35

    "La société française, et pas seulement elle, a été gagnée par une sorte de folie collective qu’on n’a pas connue depuis 80 ans en Europe. La puissance techno-sanitaire alliée à l’impuissance sociale conduit la nation vers une direction inconnue." Excellent.

    Cette folie a été parfaitement organisée par des agences régionales de santé (ARS) qui récoltaient et remontaient des données statistiques des morts et des infectés sans passer par des filtres interprétatifs humains et apaisants. Elles ont joué un rôle néfaste dans la propagation de l’idéologie de la peur auprès des populations. A quoi servent ces structures bureaucratiques déconnectées des réalités ?



  • EL Yagoubi 11 mars 23:53

    @oncle archibald
    Merci à vous et à tous les contributeurs qui ont choisi le site d’Agoravox pour publier autour des sujets qui se rapportent à des domaines où des enjeux sont énormes et lire ce qu’on ne trouve pas ailleurs. J’écris dans une modestie sur des faits du complexe psychiatrique et celui de la tutelle et curatelle qui résistent aux éclairages conventionnels vu la densité des violences des pratiques qui les caractérise et le silence qui les entoure. C’était une découverte incidente dans ma recherche menée de façon indépendante de toute influence morale et matérielle. Je suis passé de l’ignorance à la connaissance de ces deux mondes obscurs fortement liés et si travaillés pour qu’ils soient ainsi. Il faut que ces pratiques cessent !



  • EL Yagoubi 9 mars 21:48

    Absolument oui. On meurt mal en France est une vérité sociologique violente. Je pense à celles et à ceux qui au nom de « soins », leur vie est pulvérisée dans un silence violent. Beaucoup sont jeunes. Ce sont des femmes et des mamans pour des diagnostics psychiatriques fallacieux et des délations du voisinage corrompu se sont mis-es en hospitalisation psychiatrique forcée avec des « drogues » imposées comme « soins » jusqu’à la dernière seconde de leur vie. Je cite le cas de ma compagne tuée par des traitements psychiatriques imposés à Aix-en-Provence à l’age de 43 ans en dépit des alertes à tous les niveaux hiérarchiques des services concernés. Le certificat établi par le service de la médecine légale en 2014 est sans appel : « Défaillance respiratoire aux surcharges médicamenteux ». Et autres. Pour plus d’information : https://cvjn.over-blog.com/2016/02/nathalie-texte-explicatif-cvjn.html

    Merci de laisser ce commentaire passer sans encombre. Il y a ce lien qui renvoie aux détails de ces horreurs institutionnalisées.



  • EL Yagoubi 7 mars 01:18

    Il n’y a aucun doute que le phénomène de la corruption a atteint des niveaux et des dimensions les plus dangereux. Je parle ici de la corruption intellectuelle et dans le milieu scientifique ou de recherche. L’histoire fabuleuse du covid-19 est une mine d’or qu’il faut étudier en boucles pour comprendre comment cette maladie politique et sociale, la corruption, génère des absurdités dans toutes les sphères de réflexion et de décision. La maladie politique dont la corruption n’est qu’un symptôme est une réalité profonde et complexe qui a infecté l’ensemble du système. 



  • EL Yagoubi 16 février 01:20

    "Le bon sens incline à penser que seuls des scientifiques sortant du lot pourront avancer et éclaircir les zones d’ombres dans les champs virologiques, immunologiques et cliniques." Sortir des sentiers battus dans tous les domaines. Les habitudes de penser tuent la pensée. Excellent article .



  • EL Yagoubi 3 janvier 2020 23:48

    @EL Yagoubi

    Désolé ! Pour le respect de la langue et et de toutes les langues, je corrige :

    J’ai lu l’article dans un esprit tranquille mais je ne peux que constater la pauvreté extrême dans le traitement du terme de l’esprit.

    Heureusement le commentaire de Séraphin est plus qu’un commentaire. Une véritable synthèse de qualité de l’ouvrage de Howard Gardner que j’ai lu et relu au début des années 90 du siècle passé. Il est constitué d’environ 600 pages ou plus.

    Merci Séraphin de cette belle synthèse que j’ai copiée et sauvegardée. Vous avez parfaitement résumé l’ouvrage en quelques lignes.



  • EL Yagoubi 3 janvier 2020 23:45

    @Séraphin Lampion

    J’ai l’article dans un esprit tranquille mais je ne peux que constater la pauvreté extrême dans le traitement du terme de l’esprit.

    Heureusement le commentaire de Séraphin est plus qu’un commentaire. Une véritable synthèse de qualité de l’ouvrage de Howard Gardner que j’ai lu et relu au début des années 90 du siècle passé. Il est constitué d’environ 600 pages ou plus.

    Merci Séraphin de cette belle synthèse que j’ai copié et sauvegardée. Vous avez parfaitement résumé l’ouvrage en quelques lignes.



  • EL Yagoubi 7 juillet 2019 21:58

    « car la sociologie est aussi une »science" comme une autre) d’essayer d’intégrer dans la réflexion par exemple la physique quantique déjà difficilement compréhensible par les scientifiques eux-mêmes tellement la nature est « étrange » (tout en restant implacablement logique).

    "

    Bien que l’article soit d’une intensité débordante, l’auteur traite la sociologie comme science même si les guillemets disent beaucoup de choses. Ce serait une erreur de percevoir cette discipline polluée dans toutes ses tendances, de l’ériger à ce niveau d’intelligibilité. Pour qu’elle soit une soit une science, elle doit être autonome. Est-ce que la sociologie, et tous composants le bazar des sciences humaines et sociales en France ont une autonomie dans leur fonctionnement ?

    Je ne le pense à aucune seconde.



  • EL Yagoubi 14 avril 2019 00:02

    Un témoignage cru qui s’achève dans cette une question avec une belle réponse :

    "« Qu’est-ce que vous pouvez avoir contre eux ? Ils sont aussi des travailleurs acharnés, tout comme nous. Ils ont simplement été forcés d’aller au front. »



  • EL Yagoubi 3 avril 2019 00:48

    J’ai survolé son parcours ascendant dans les circuits du pouvoir et des institutions facilité par son appartenance sociale de référence, mais j’ai identifié une référence manquante dans sa propulsion : Le sens. A-t-elle conscience de sa privation de cette qualité fondatrice du durable ? Et pourtant, elle prétend apporter des compétences dans le monde politique. J’espère qu’apprendre sera plus correcteur pour ses compétences pour mieux apporter. 



  • EL Yagoubi 21 mars 2019 00:04

    Article qui interroge.

    Je n’ai jamais été attiré par le mouvement féministe à cause de sa vision réductionniste et isolationniste dans le concert des luttes sociales et politiques mais j’étais totalement engagé dans les luttes pour l’EMANCIPATION COLLECTIVE des oppressions institutionnelles et culturelles qui s’aggravent avec le néolibéralisme prédateur. L’engagement dans la transformation écologique de la société humaine implique la participation de l’ensemble, hommes et femmes, à la poursuite des réalisations des processus d’intercompréhension entre eux.

    Malheureusement, avec l’impérialisme des soi-disant réseaux sociaux, l’inattendu est arrivé massivement dans les relations entre hommes et femmes surtout dans le monde arabe. Ils ont mis toutes les conditions pour accélérer la destruction de la confiance dans la vie des couples. En Égypte, plus de 50% de divorce est lié aux mauvais usages de ces réseaux qui n’ont rien du social.

    Je termine ici pour ne pas heurter la sensibilité de l’un ou de l’autre avec cette belle citation de l’écrivain Égyptien Taha Hussein (1889-1973) : « Seules les femmes émancipées donneront des générations d’hommes libres »