• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Les commentaires de Krokodilo



  • Krokodilo Krokodilo 4 décembre 21:43

    Il y a en ce moment dans nos médias, télés et journaux, une recrudescence d’articles sur le thème de « la Russie masse des troupes à la frontière, aie aie aie... ils vont re-envahir l’Ukraine » (oui,exemple récemment l’Obs : « Faut-il craindre une nouvelle invasion russe en Ukraine ? »). ce peut être effectivement une stratégie pour désigner l’agresseur par avance en cas d’intensification militaire de la part de Kiev.

    Mais en même temps, la vérité de la situation semble se diffuser : il y a qq jours sur France-info, radio on ne peut plus atlantiste, lors d’un débat, deux intervenants sur quatre ont rappelé la promesse trahie de ne pas étendre l’Otan à l’est, cité l’achat et l’usage de drones, le refus de Kiev de commencer à travailler les accords de Minsk.Sur Marianne aussi, un entretien qui ménage tout le monde, genre il faut dialoguer avec toutes les parties. Et comme toujours, un déficit de vraies infos, que des analyses, des éditos... sauf ici, bravo !

    Perso, je crois que plus Kiev tarde à mettre en oeuvre Minsk, plus la fédéralisation (qui est plus ou moins implicite dans Minsk) sera difficile à faire accepter à la population qui a souffert, plus on se rapprochera d’une partition, avec rattachement ou micro-Etat tampon. Kiev sait que l’ouest aussi voudra une certaine autonomie, et la liberté linguistique, alors que Zelensky se faisait fort de retrouver l’unité territoriale passée... Mais je ne suis moi aussi qu’un « stratège en chambre » !



  • Krokodilo Krokodilo 4 décembre 21:21

    @yakafokon Effcetivement, les USA, la Pologne et les baltes, ne veulent pas d’un rapprochement économique entre l’UE et la Russie, ni politique ni culturel, alors même que nous sommes bien plus proches culturellement de la Russie que de tout le Maghreb, la Turquie, et toute la péninsule arabique.



  • Krokodilo Krokodilo 1er décembre 17:59

    @I.A. Il paraît que le genre des mots déconcerte les élèves à l’étranger (les apprenants en jargon) car il n’a ni règle ni logique. L’exemple que je trouve le plus frappant et le plus amusant (il a été remarqué par d’autres), c’est « la » sentinelle : un garde impressionnant, fusil à l’épaule, qui contraste avec un article féminin. A chaque langue ses difficultés, mais toutes n’ont pas celle-ci. La foule, c’est pas mal aussi, je retiens !



  • Krokodilo Krokodilo 30 novembre 09:35

    @Bertrand Loubard ... !! Je ne connaissais pas ce mot de Godard.



  • Krokodilo Krokodilo 24 novembre 18:18

    @QAmonBra Je plussoie, on est tellement habitués à lire ou entendre des éditoriaux, des analyses et opinions, qu’on est tout étonnés d’avoir des infos !



  • Krokodilo Krokodilo 17 novembre 18:54

    Sur Arte, long documentaire reprenant tout le conflit du Donbass, qui se veut objectif parce qu’il donne une ou deux fois la parole à Lavrov et Poutine, ainsi qu’à un ou deux citoyens pacifiques, mais qui gomme toute implication des USA dans le Maidan, alors que celle-ci est documentée, filmée, l’aide financière avouée et chiffrée par des officiels, etc. La va-t-en-guerre Mendras intervient cinq ou six fois... Aucune mention de l’interdiction de la langue russe qui a servi de déclencheur au Donbass, aucune mention du rôle des unités néonazies, aucune mention de la chasse à la langue russe dans la vie quotidienne (uniquement l’interdiction des chaînes télés d’oligarques pro-russe), pas non plus de micro-trottoir dans le Donbass lui-même, pas de mention des milliers de réfugiés qui, curieusement ont choisi de se réfugier... en Russie ! Et je suis sûr qu’ils croient avoir fait du bon boulot parce qu’ils ont reconnu que l’Ukraine était divisée et qu’au Maïdan, c’étaient surtout des Ukrainiens de l’ouest.. Ce qui apparaît le plus clairement dans le doc, c’est la déception de Zelensky comprenant que l’UE a d’autres chats à fouetter que de partir en guerre contre la Russie pour ramener le Donbass à l’Ukraine ou l’intégrer dans l’Otan. Et les USA, idem.



  • Krokodilo Krokodilo 25 octobre 18:16

    Tout ça est vrai, et constaté depuis longtemps. Malheureusement ça s’aggrave, nos médias faisant rarement des efforts pour éviter ces barbarismes. Au contraire, certains se régalent à utiliser toutes les expressions à la mode censées faire jeune et branché. A la base, le problème est politique et date de très longtemps, de la guerre des langues dans l’UE, qui avait à l’origine trois langues de travail ,fr-all-angl : l’anglais a gagné par KO, mais pour cela il a été largement soutenu par notre lobby pro-étasunien, par exemple par l’introduction obligatoire et hypocrite « des » langues vivantes à l’école primaire, qui a abouti, comme prévu initialement (dans l’avant-projet) à l’anglais obligatoire de fait. C’est un problème d’impérialisme, tout simplement, et du refus de débattre de la communication dans l’UE, dont les langues étaient censées être égales ! Nombre de nos dirigeants sont des « Young Leaders », des pro-anglais, pro-Otan et pro-anglais.



  • Krokodilo Krokodilo 16 octobre 18:43

    Je n’ai pas lu le livre cité, mais je recommande également le roman « Souvenez-vous du gelé » d’Yves Gauthier, qui d’ailleurs indique les cahiers du Cpt Coignet et les mémoires du Sgt. Bourgogne parmi ses sources. Son roman fait sentir l’influence culturelle de la France et du français en Russie, entre autres par le fait que de nombreux prisonniers de guerre se sont reconvertis en tuteurs ou profs . Cette proximité culturelle est demeurée longtemps, y compris du temps de l’URSS, elle est méconnue en France parce que nos médias et nos élites sont pour la plupart obnubilés par les USA.



  • Krokodilo Krokodilo 5 octobre 18:59

    Belle demi-plaidoirie annoncée par un demi-titre ! Pourquoi demi, parce qu’il manque le comment. « Pour sauver le latin et le grec... » il faudrait, on pourrait, etc.

    Constat amer qui n’est suivi d’aucune proposition de réforme structurelle, sachant que le problème n’est pas seulement celui exposé mais celui de toutes les langues, anciennes ou modernes. L’école ne peut tout simplement pas proposer toutes les « granges langues » ni le latin/grec dans tous les établissements, du moins pas sans une profonde réforme structurelle. J’en avais proposé une il y a longtemps, basée sur la liberté de choix des langues et le fonctionnement ne classe de niveau, ainsi quu’n large usage des technologies de al comm, mais l’heure n’est pas à la liberté, elle est à l’anglais imposé dès le CP. Alors, les humanités...



  • Krokodilo Krokodilo 3 octobre 12:40

    @Fanny la Russie est chrétienne, relativement laïque (pratique libre de nombreuses religions), coopère depuis longtemps avec nous sur le spatial et sur la lutte antiterrorisme islamique, et son passé est largement européen, il suffit de visiter ses fabuleux musées pour s’en rendre compte. Ce pays est donc bien plus proche de nous que la Turquie, et que les USA ultra-violents, intolérants (les athées sont quasiment des monstres là-bas, obligés de se constituer en une sorte de syndicat pour prouver qu’ils appartiennent bien à une communauté« religieuse ») et messianiques. La vocation universaliste dont vous parlez est une spécificité française, aimée ou moquée, qui nous vient en partie de la révolution, la Russie est loin d’être le seul pays à ne pas la reconnaître. Il ne faut jamais oublier que nous sommes alliés et même amis avec de nombreux pays tout aussi autoritaires, voire bien plus : monarchies féroces, théocraties et banales dictatures militaires. A mon sens, ce « gap » avec la Russie est géopolitique, pas culturel c’est paradoxal, mais les USA, l’histoire et l’Otan en sont bien la cause, et le suivisme de nos dirigeants, particulièrement les « Young Leaders ». maintenant que le mur de Berlin et le communisme de l’URSS sont tombés, la Russie est plus proche de nous, Français et UE, que de l’Asie, mais la situation les a obligés à se tourner vers la Chine



  • Krokodilo Krokodilo 2 octobre 18:07

    @Marc GERMAN Excellent article, vraiment, et revue de détail à conserver comme aide-mémoire de nos relations avec notre « allié. » Comme noté déjà dans un commentaire, il paraît que sans les USA nous aurions du mal question gros porteurs militaires et, surtout, surveillance électronique et drones, mais est-ce une raison pour accepter menaces, chantage, extorsion, emprisonnement de cadres, extra-territorialité des lois, espionnage, coups tordus, politique étrangère imposée, imposition progressive de l’anglais comme langue de l’UE ? Non, bien sûr. Plus on s’écrase, moins on est respecté, c bien connu.
    Et pas un seul candidat à la présidence pour promettre l’asile politique à Assange, véritable prisonnier politique occidental, le Soljenitsyne occidental ! idem sur l’Otan je crois, pas un.



  • Krokodilo Krokodilo 2 octobre 18:00

    @Fanny Je plussoie, excepté sur le gap idéologique UE-Russie. Ce clivage est renforcé par les sanctions prises sur pression américaine, puis maintenues de même, ainsi que par le matraquage atlantiste des médias. Il y a plus de reportages sur les USA que sur tous nos partenaires européens réunis ! parfois sur de sujets aussi importants qu’un barbecue géant grâce à un camion-grill : on mesure l’importance géopolitique ! Sans oublier Halloween, la dinde ou les sports confidentiels en Europe (baseball et football américain, catch). En vérité, la Russie est culturellement plus proche de la France que les USA, fut un temps où De Funès et P. Richard y étaient très connus. Même après Napoléon, nombre de prisonniers français ont travaillé comme tuteurs de la noblesse, et la Russie ne s’est pas vengée en rasant Paris. Surtout, l’URSS n’existe plus, la Russie est devenue capitaliste (parfois trop...). Souverainiste ? Oui, et alors ? Autoritaire ? Oui, euh chez nous un seul homme peut engager l’armée pour des années du moment qu’il appelle ça des opex plutôt qu’une guerre ! Réactionnaire ? Définition diffiicle, évolution des moeurs et des lois variables : qu’étions-nous il y a30 ans ? Les femmes y ont eu le droit de vote très longtemps avant la France...



  • Krokodilo Krokodilo 20 septembre 18:58

    @jef88 L’armée de l’UE c’est l’Otan, sa langue l’anglais. Ce sont des signes assez clairs !



  • Krokodilo Krokodilo 20 septembre 18:57

    @ZenZoe On n’entend pas beaucoup d’Américains ou d’Anglais expliquer que leur langue est difficile ! Ils savent où est leur intérêt...



  • Krokodilo Krokodilo 20 septembre 18:55

    @VICTOR Ayoli
    Oui, je les avais lus, on ne le répète jamais assez. Mais au vu des candidats à la présidence et de leurs programmes... Aucun n’a proposé la suppression de l’anglais obligatoire au primaire, par exemple. Ni la sortie du commandement intégré de l’Otan, uniquement une réflexion ça passe partout et n’engage à rien !



  • Krokodilo Krokodilo 20 septembre 14:19

    En ce moment dans L’Obs un article sur le déclin du français (article réservé sauf le débuté)



  • Krokodilo Krokodilo 22 août 18:13

    Il y a donc une marge de négociation entre pays riches et en voie de développement, ou carrément pauvres : nous on doit faire réellement des avancées significatives vers l’altercroissance ou même la décroissance, et eux ils organiseraient de sérieux plannings familiaux ( qui vont forcément avec des systèmes de sécu et de retraite, qui eux-mêmes vont avec des pays bien gérés par des non-corrompus... vaste programme quand même, mais les diplomates sont faits pour ça. Au boulot !



  • Krokodilo Krokodilo 11 août 11:57

    pareil : bravo pour vos articles détaillés, précieuse source pour qui veut suivre en français le conflit du Donbass, avec souvent les déclarations précises des uns et des autres, toutes choses malheureusement introuvables dans nos médias traditionnels... D’ailleurs, beaucoup n’ont même plus les moyens de faire du journalisme, ils se contentent de débats (sans contradicteurs, bien sûr...), de commentaires et d’éditoriaux qu’on peut écrire dans un café parisien ! Et au passage, vous redorez le blason d’AVox...



  • Krokodilo Krokodilo 11 août 11:50

    @Mellipheme c’est aussi ce que je crois, qu’Allemagne et France savent parfaitement ce qui se passe en Ukraine et que nos médias cachent, mais que par raison d’Etat, par volonté de privilégier une (relative) entente européenne... ils suivent la ligne US. Sauf lorsque l’Allemagne a tout fait pour achever le gazoduc et a envoyé balader les Américains ! Bravo à elle. Et honte à nous.



  • Krokodilo Krokodilo 7 août 18:05

    @pingveno Bonjour. Je l’ai entendu en voiture peu avant de faire cet article, probablement sur France-info, sinon Fr-culture, je crois que T. Pesquet répondait aux questions des enfants. Il n’a pas développé le sujet. Mais je n’ai pas noté les références de l’émission, désolé.
    Au sujet des films russes, j’ai remarqué que depuis la multiplication des plate-formes, la diversification des offres a entraîné celle des origines des films. Je ne sais pas pour Netflix, perso j’ai accès à Prime-vidéo (par Free), et ils « offrent » des films russes récents, dont certains n’ont rien à envier à Hollywood question qualité (3 en SF, 1 film de guerre, 1 au Bolchoi), de même qu’un grand nombre de films de « Bollywood »