• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Les commentaires de Pasagenoux



  • Pasagenoux Pasagenoux 4 décembre 2020 18:07

    Je ne comprends pas toutes les critiques que suscitent cet article.

    Pourtant, être nombreux  et c’est une lapalissade -, ça permet d’avoir du poids, tout simplement, et ainsi d’exister dans le concert des Nations.

    Au XVIIe siècle, le Québec coupé de la France suite au traité de Paris de 1763, a misé sur sa forte natalité pour peupler le pays et ainsi garder son caractère francophone dans l’océan anglophone qui l’entourait. Et si aujourd’hui, on parle encore français dans cette partie du monde, c’est grâce à la Révolution des Berceaux qu’a connue le Québec jadis. Cette révolution ne s’est pas faite en Louisiane ni dans l’Ouest Canadien, et les Francophones là-bas sont en voie de disparition.

    Que dire également du message écrit sur les Pierres-Guides de Géorgie aux É-U-A (Georgia Guidestones), pierres sur lesquelles sont gravés les commandements du nouvel ordre mondial et où il est préconisé que la population mondiale idéale ne dépasse pas les 500 millions d’individus, pas plus.

    Alors oui, il y a peut-être quelque chose derrière la dénatalité, elle est peut-être voulue et programmée pour que nous n’existions plus dans le concert des Nations et pour que nous répondions aux injonctions du nouvel ordre mondial.



  • Pasagenoux Pasagenoux 3 décembre 2020 09:11

    La Covid a-t-elle (aussi) tué l’open-space ? — En tout cas, elle n’a pas tué les anglicismes qui sont en train de pourrir notre langue !

     



  • Pasagenoux Pasagenoux 2 décembre 2020 11:50

    @AlLusion   « Le français est une langue très difficile », dites-vous, mais qu’en est-il de l’anglais ? 

    Force est de constater qu’on a persuadé un grand nombre de gens en leur disant et en leur rabâchant que l’anglais c’est facile et que le français c’est horriblement difficile. On a ainsi créé un cliché tenace qui joue en faveur de l’anglais au détriment de notre langue. Mais en réalité, qu’en est-il au juste, et si on s’appuyait sur des critères objectifs pour répondre plus justement à cette question ?

    Des critères comme...

    1. l’alphabet :

    Anglais : non phonétique, 20 voyelles (phonétiques), 46 phonèmes, 1120 graphèmes.

    Français : non phonétique, 16 voyelles (phonétiques), 35 phonèmes, 190 graphèmes.

    Notons que le taux de dyslexie est nettement plus élevé en Angleterre qu’en France.

    (Article paru dans Science : Jean-François Démonet de l’unité Inserm [Institut national la santé et de la recherche médicale] de l’Hôpital Purpan de Toulouse a mené la partie française de l’étude. Le reste de l’équipe est composé de scientifiques italiens, anglais, canadiens.)

    Bien que ce sujet soit peu exploré et que les causes de la dyslexie soient probablement multifactorielles, il est clair qu’il y a un lien entre la phonétique plus ou moins difficile de la langue et la dyslexie.

    En France, les enseignants estiment qu’on apprend à lire au CP, en un an.

    En Angleterre, les enseignants estiment ce temps d’apprentissage de la lecture à trois années.

    2. la prononciation :

    Anglais : chaotique, insaisissable ; impossibilité de fixer une norme, les règles existent, mais les exceptions sont trop nombreuses pour pouvoir lire des mots inconnus.

    Français : chaotique, règles existent avec quelques exceptions, il est possible de lire des mots inconnus pour la plupart des cas.

    3. l’accent tonique :

    Anglais : indéfinissable, fixé par l’usage ; aucune norme ne peut être établie.

    Français : fixe, sur la dernière syllabe.

    4. les verbes irréguliers :

    Anglais : 283.

    Français : 81.

    C’est vrai que les verbes français, ce n’est pas facile, mais l’anglais est-il mieux ? Présent simple, présent progressif, preterit simple, preterit progressif, présent perfect simple, présent perfect progressif, past perfect simple, futur simple, past future, conditionnel présent, futur proche, passé exprimant une habitude... Si on se souvient que plusieurs temps français ne sont pour ainsi dire jamais utilisés... disons, ex æquo pour l’anglais et le français de ce point de vue.

    5. l’identification de la fonction grammaticale :

    Anglais : très confuse, le même mot pouvant être un nom, un verbe, un adjectif, un adverbe.

    Français : plus claire ; il existe des mots faisant office à la fois d’un nom et d’un adjectif, mais les verbes et les adverbes sont identifiables.

    6. la syntaxe :

    Anglais : ordre des mots rigide, la moindre inversion change le sens.

    Français : ordre des mots fixe, mais l’inversion est possible, le sens n’est pas altéré (une belle maison - une maison belle).

    Conclusion, cela fait 5 points en faveur du français plus facile que l’anglais !




  • Pasagenoux Pasagenoux 28 novembre 2020 17:41

    @VICTOR Ayoli  Très bien votre article, j’ai essayé de mettre un J’M, mais ça ne marche pas (?). Quoi qu’il en soit plus nous serons nombreux à protester contre l’anglicisation, plus nous aurons des chances de réveiller les consciences endormies.
    Persistons !



  • Pasagenoux Pasagenoux 28 novembre 2020 17:30

    @babelouest  Il y a l’Afrav qui a gagné 3 procès : 
     Contre la mairie de Nîmes : Rendu-de-l-affaire-Afrav-Mairie-de-Nimes.pdf (francophonie-avenir.com)

     Contre l’université Paris Sciences et Lettres : Rendu-de-Jugement-dans-l-affaire-PSL-contre-l-Afrav-21-09-2017.pdf (francophonie-avenir.com)

     Contre la Maison de la céramique de Sèvres : rendu-de-jugement-dans-l-affaire-Afrav-contre-le-Sevres-Outdoors-de-la-Maison-de-la-Ceramique-de-Sevres-et-de-Limoges.pdf (francophonie-avenir.com)



  • Pasagenoux Pasagenoux 28 novembre 2020 09:44

    @rogal  Écrire au président Macron, ça ne sert peut-être à rien, mais ça peut soulager, et qui sait, comme disait Michel Blanc dans Les Bronzés, sur un malentendu...
    « Ça n’empêchera pas l’anglais de rester la langue mondialement dominante », dites-vous, soit, mais essayons de croire tout de même en notre langue. Certaines études ne disent-elles pas qu’aux environs de 2050, les francophones, grâce aux Africains, pourraient atteindre les 800 millions de locuteurs, plaçant ainsi notre langue parmi les langues les plus parlées au monde ?



  • Pasagenoux Pasagenoux 28 novembre 2020 09:29

    @babelouest  Très bien votre poème sur Eklablog.
    Dans votre commentaire, vous dites que les associations de défense de la langue française sont nombreuses, mais en connaissez-vous qui ont gagné des procès à l’appui de la loi Toubon ?



  • Pasagenoux Pasagenoux 27 novembre 2020 09:16

    @Bendidon — En tout cas, votre langage est farci d’anglicismes ! Ne seriez-vous pas un brin colonisé par la langue de l’Oncle Sam ? 



  • Pasagenoux Pasagenoux 6 février 2020 10:05

    @Ruut  

    Il y a quelques années de cela, nous avions demandé (l’association Afrav) à la DDPP de l’Essonne (ex-DGCCRF) d’intervenir au sujet du mot DEAL employé sans traduction en français par Carrefour. On nous avait alors répondu qu’il n’y avait pas d’infraction à la loi, car le mot DEAL était dans le Petit Larousse et était entré de ce fait dans l’usage, un peu comme le mot « week end », nous a-t-on fait remarquer.

    La question est donc de savoir quel est le dictionnaire qui fait autorité au sujet de la langue française. Normalement, bien sûr, c’est celui de l’Académie française, et non le Larousse ou le Petit Larousse qui sont des dictionnaires commerciaux consacrant l’usage et non le bon usage contrairement à celui de l’Académie française. 

    Mais sur quel texte peut-on s’appuyer pour affirmer que seul le dictionnaire de l’Académie française fait autorité pour la langue française, car si nous n’avons pas un texte précis, les angliciseurs auront toujours beau de dire que tel mot anglais est dans le Larousse, donc il n’a pas besoin de traduction en français. Ce serait le cas, notamment, avec les mots « fun » et « hype » de la publicité des transports nîmois, si nous portions l’affaire à la DDP du Gard.


  • Pasagenoux Pasagenoux 4 février 2020 09:32

    @agent ananas  Depuis, comme par hasard, elle est partie travailler aux États-Unis d’Amérique : https://youtu.be/-0NI1xL8JrY



  • Pasagenoux Pasagenoux 4 février 2020 09:25

    @Laconique  La politesse voudrait que l’on parle français sur un site francophone. Quant à dire qu’au Japon personne n’est mort du fait de parler anglais, c’est peu dire, car c’est oublier les deux bombes atomiques d’Hiroshima et de Nagasaki qui ont mis ce pays à genoux, puis qui l’on plaçait sous le protectorat anglo-américain jusqu’à nos jour.



  • Pasagenoux Pasagenoux 4 février 2020 09:04

    @moderatus  Merci pour vos encouragements, mais sachez qu’il n’est pas interdit d’adhérer à l’association, 



  • Pasagenoux Pasagenoux 4 février 2020 08:58

    @Krokodilo  Merci pour ces trois commentaires, pleins de vérités, hélas.



  • Pasagenoux Pasagenoux 4 février 2020 08:56

    @Trelawney  

    Mais comment peut-on dire que l’anglais n’est pas une « langue étrangère », alors que cette langue est portée par l’impérialisme anglo-américain, l’impérialisme de la première puissance militaire et d’espionnage du monde ? Une langue, de surcroît, qui véhicule les valeurs de la finance de Wall Street et de la City, celles de l’ultralibéralisme et du libre-échangisme mondial, celles des GAFAM et Cie qui veulent gouverner le monde ?

    L’anglo-américain, le globiche, est ainsi devenu la langue de la globalisation, la langue du compactage humain, celle qui a pour but de détruire le citoyen pour qu’il ne soit plus qu’un simple consommateur, une langue qui n’est plus internationale puisqu’elle tend à tuer les nations, une langue dont il faut combattre l’impérialisme et l’hégémonie jusqu’au dernier souffle de notre énergie.



  • Pasagenoux Pasagenoux 25 juillet 2019 12:07

    @Eric F  Il n’y a aucune raison que l’anglais soit la seule langue internationale lors d’assemblées internationales. Accepter cela, c’est se soumettre au diktat anglo-américain, c’est l’esprit capitulard, voire collaborationniste français, qui ressort.
    François Mitterrand a dit : « La France ne le sait pas, mais nous sommes en guerre avec l’Amérique. Oui, une guerre permanente, une guerre vitale, une guerre économique, une guerre sans mort apparemment. Oui, ils sont très durs les Américains, ils sont voraces, ils veulent un pouvoir sans partage sur le monde. C’est une guerre inconnue, une guerre permanente, sans mort apparemment et pourtant une guerre à mort. »
    Alors, « Do you speak English ?  Ben, ça dépend : « et vous, vous parlez français ?



  • Pasagenoux Pasagenoux 25 juillet 2019 10:52

    @Paul Leleu  Les jeunes Français ont été abrutis à l’anglais depuis leurs premières couches Baby Dry Pampers, Blum-Byrnes, le Congrès pour la Liberté de la culture s’étaient déjà chargés de coloniser ses parents à l’American way of life, alors, pour se sortir de là, ce sera difficile, un peu comme le Gaulois qui ne voulait pas se faire romaniser ; le Berbère, arabiser ; le franco-manitobien, angliciser.
    Il faudrait qu’il y ait en France une vraie politique de la langue, mais pour cela, il faudrait que notre pays soit gouverné par de vrais politiciens, et non, comme avec Mycron aujourd’hui, par des agents de l’oligarchie anglo-mondialiste.



  • Pasagenoux Pasagenoux 24 juillet 2019 19:43

    @Eric F  « Par contre, lorsqu’il y a des personnalités anglo-saxonnes aux actus, on ne les entend jamais parler en anglais, c’est immédiatement recouvert par la traduction simultanée, alors que là il serait préférable d’entendre l’original et de fournir en sous titre la traduction, pour améliorer notre déplorable niveau d’anglais à l’international. », écrivez-vous.
    Mais pourquoi ces personnalités anglo-saxonnes ne parleraient-elles pas français ? Pourquoi tout le monde doit être condamné à apprendre leur langue parce qu’ils ont décidé de ne plus en apprendre aucune ? Les plus nuls en langues étrangères se sont les Anglo-saxons, et non les Français comme aiment tant à le dire nos chers merdias, alors obligeons les anglophones à apprendre les langues, cessons de nous soumettre à l’anglais, et évitons en cela de le parler autant que possible. 



  • Pasagenoux Pasagenoux 5 mai 2019 09:23

    @sls0  Oui, ça existe encore l’Eurovision et ça a beau être un machin ringard et nul, c’est tout de même regardé par près de 300 millions de téléspectateurs. Alors, laisser ce machin aux mains des angliciseurs ne me paraît pas être stratégiquement une bonne chose. Bien sûr, on peut vivre reclus sur une île sans télé, sans électricité et se nourrir de pêche et de cueillette, mais on finit toujours par se faire coloniser parce que trop faible pour se défendre. Alors, sortons de notre confort, de notre île paradisiaque et allons affronter les angliciseurs où ils se cachent, même si c’est à l’Eurovision, car sinon ils finiront par débarquer sur nos rivages pour dominer et coloniser nos propres enfants.



  • Pasagenoux Pasagenoux 5 mai 2019 09:03

    @Jeekes  Bilal Hassani représentera la France au concours de l’Eurovision même si c’est un « produit de consommation jetable », c’est France 2 qui a organisé la sélection pour France Télévisions, service public de la télévision française. Le problème avec l’Eurovision n’est pas tant que l’on regarde cette émission ou pas, le problème c’est qu’elle est vue par plus de 300 millions de téléspectateurs. Et quelle image donne la France à ces 300 millions de personnes, si, à travers le chanteur, ou la chanteuse, qui la représente, elle s’exprime en anglais ou en bilingue français-anglais ?

    En tout cas, elle ne donnera certainement pas envie aux 300 millions de téléspectateurs en question, d’apprendre notre langue puisque, à leurs yeux, l’anglais paraîtra être devenu la seconde langue officielle de France.

    Quoi qu’il en soit, France Télévisions fait partie des gros contributeurs financiers de ce concours, elle y donne donc de l’argent public, notre argent, de l’argent qui, selon l’article 15 de la loi n°94-665, n’a pas à être donné à des entreprises qui participent à l’élimination de notre langue. Cet argent serait mieux employé, me semble-t-il, à organiser un concours international de la chanson au niveau de la Francophonie ou à « fortifier » celui qui a lieu tous les quatre ans lors des jeux de la Francophonie. 



  • Pasagenoux Pasagenoux 5 mai 2019 08:44

    @L’Astronome  Le problème c’est qu’on oublie de dire que si la langue anglaise est composée de beaucoup de mots français (les deux tiers, selon Henriette Walter), c’est que l’Angleterre a été conquise par Guillaume le Conquérant qui y a imposé le français comme langue officielle. Ainsi durant près de trois siècles, jusqu’aux environs de 1300, le français était langue officielle en Angleterre, au point que la devise de ce pays est en français « Honi soit qui mal y pense ». Mais pourquoi la langue française devrait-elle s’angliciser au même titre que la langue anglaise s’est francisée, alors que nous, nous n’avons pas été conquis par les Anglais ? Nous, ou plutôt les Gaulois, avons été conquis par les Romains. Leur présence en Gaule durant plusieurs siècles a fait que les dialectes gaulois ont disparu au profit de dialectes oil et oc issus du latin que parlaient les Romains et c’est à partir de ces dialectes oil et oc qu’est née la langue française. Par la force des choses, nous sommes un peuple gallo-romain et non un peuple gallo-saxon, notre langue est une langue latine et non une langue saxonne, et aujourd’hui, nous n’avons aucune raison d’angliciser notre langue, à moins d’accepter, dans le contexte de la guerre de velours, la main mise anglo-saxonne sur notre pays.