• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Les commentaires de oncle archibald



  • oncle archibald 19 septembre 18:18

    @Jacques-Robert SIMON : « Je n’ai pas rencontré Dieu, mais l’Amour. »

    Pléonasme ou tautologie ?



  • oncle archibald 17 septembre 18:24

    @rosemar ; vous croyez qu’au ministère de l’EN et dans les inspections académiques on calcule les moyennes et on fait les ratios avec un boulier chinois ?



  • oncle archibald 17 septembre 18:15

    L’armada des babioles à grignoter devenue incontournable pour accompagner l’apéro est une aubaine attendue par tous mes petits enfants. Au point qu’un menuisier qui était venu chez moi prendre des mesures sur le coup de midi et qui avait décliné mon invitation à boire un verre avec nous s’est fait invectiver par les gniards déçus aux cris de : « tu ne veux pas manger l’apéritif avec nous ? » Expression désormais passée dans la saga familiale. Depuis ce jour, chez nous on mange l’apéro !



  • oncle archibald 16 septembre 21:34

    @rosemar : prétendez vous que les correcteurs ne reçoivent pas des directives sur les barèmes à appliquer de façon à obtenir le pourcentage de reçus qui aura l’agrément de l’académie ? Quitte à revoir une deuxième fois le barème si le nombre souhaite n’est pas obtenu ? Ce qui aboutit pour certains élèves doués à obtenir des notes de 24/20 ou autres joyeusetés ?



  • oncle archibald 16 septembre 18:03

    Le seul moment ou il faudrait totalement bannir l’informatique c’est celui de la correction des copies du bac ou elle sert à modifier la cotation des réponses aux différentes questions d’un devoir en fonction du nombre de reçus qui ont été programmés pour l’année par l’éducation nationale.

    Il y aurait certes moins de bacheliers mais ils seraient plus qualifiés et du coup non seulement il y aurait davantage de places pour eux dans les universités mais il y aurait aussi moins d’échecs en première et deuxième année.

    Car il faudra bien réfléchir un jour au coût du gâchis que représente l’échec total de quelques 27 % des étudiants qui abandonnent leurs études à l’université sans avoir obtenu aucun diplôme. Gâchis monstrueux pour les étudiants eux même qui perdent un ou deux ans de formation, pour leurs parents qui financent leurs études et pour l’éducation nationale en général qui finance locaux matériel et enseignants des universités.



  • oncle archibald 16 septembre 16:56

    Sauf si elle sont très très mal construites les œuvres des architectes durent au moins quelques décennies parfois quelques siècles. En outre nul besoin « d’aller les voir » comme pour celles des peintres et des sculpteurs pour donner un avis sur leur qualité, elles sont exposées en permanence dans la rue et font l’objet de commentaires à jet continu émanant non seulement des « amateurs d’art » mais aussi de tous ceux qui n’ont aucune idée des tenants et des aboutissants qui font que l’on peut les voir à cet endroit, ni du programme ni des contraintes qui ont été imposées à leur auteur.

    L’architecte doit jongler dans tellement de domaines différents, l’art, la technique, la sociologie, les coûts, les financements parfois incompatibles avec le programme, il doit respecter tellement de contraintes imposées par des normes techniques et règlementaires, mais aussi par les désidératas du Maître d’ouvrage que sa liberté se réduit à une peau de chagrin. C’est un espèce de chef d’orchestre qui doit faire jouer une partition qu’il n’a pas été libre d’écrire, interprétée par des musiciens mal payés et qu’il ne connait pas, mais soyez certains qu’au moindre couac, dans n’importe quel domaine, se sera lui qui sera au bout de l’index accusateur. Parfois à justes raisons mais souvent à tort, juste parce qu’il est tellement visible et que sa mission est si mal connue.



  • oncle archibald 15 septembre 21:52

    @Christ Roi : un architecte fait comme tout autre professionnel, il essaye de satisfaire celui qui en lui accordant sa confiance lui permet de travailler et donc de vivre. L’architecte dépend donc des politiques qui sont de gros donneurs d’ordres. Souvent il préférerait se passer de cette espèce de subordination. 


    Le mec qui ne sait même pas en quoi consiste ce tres beau métier juge une profession à partir de quelques monstres sacrés qui ont par leur très forte personnalité et parfois leur talent exceptionnel marqué l’opinion publique. Ces exceptions effectivement exercent leur métier dans des conditions très différentes. Faire appel à eux valorise le maître d’ouvrage au point qu’ils sont même libres de fixer pour leur travail des honoraires totalement hors normes mais qui ne sont jamais discutés.

    L’architecte vulgaris qui se contente de répondre aux problèmes qu’on lui pose comme tout artisan consciencieux est traité de toute autre façon : on lui propose d’accepter un honoraire décidé par le maître d’ouvrage et qui n’est pas discutable, sa seule liberté etant de refuser le boulot s’il estime que la rémunération est vraiment insuffisante. Sa prétendue arrogance il a tout intérêt à la garder au chaud sous son mouchoir, précisément pour avoir l’occasion de montrer qu’il n’est pas incompétent. 

    Plutôt que le Christ roi vous me paraissez être un espèce de pauvre mec aigri et totalement ignorant au moins en matière d’architecture, d’urbanisme et d’environnement.


  • oncle archibald 15 septembre 15:39

    Architecte, urbaniste, paysagiste ou programmeur ?

    Un architecte n’est pas un couteau suisse et pour qu’une œuvre architecturale soit réussie il faut qu’elle s’intègre dans un projet urbain plus vaste qui donne un axe commun à l’ensemble des spécialistes évoqués plus haut.

    Si le maître d’ouvrage public a une vision à long terme et un programmeur doué qui saura traduire ce projet d’aménagement général l’architecte pourra travailler dans de bonnes conditions et concevoir un ouvrage susceptible de donner satisfaction à tous.

    Napoléon III et Georges Haussmann on fait un tandem absolument remarquable. Le projet qui a permis de refaçonner complètement le centre de Paris découle de la volonté politique et de la « vista » d’un préfet. On connait beaucoup moins le nom des architectes qui ont œuvré pour réaliser ce projet, bien que souvent il soit gravé, avec celui du sculpteur, sur la façade des immeubles.



  • oncle archibald 14 septembre 22:50

    @hervepasgrav : je n’ai jamais eu l’impression de dialoguer avec vous tant cela paraît impossible. Comme le disait un grand avocat pénaliste dans un colloque sur « la vérité » : un avocat ne ment jamais, il expose la vérité de son client. Nous n’habitons pas le même monde. 


    Pourtant par moments vous avez l’air d’admetttre qu’il existe des impondérables et qu’il faut faire avec. Nos enfants et petits enfants, les votres comme les miens, seront confrontés à des situations dont nous n’avons même pas idée et comme nous quand nous avions des responsabilités à prendre ils feront « au mieux ». 

    La seule chose qu’il m’est impossible d’avaler dans vos discours c’est l’absence de responsabilité personnelle. Non, le coupable ne se cache pas dans le placard à balais. Chacun fait au mieux avec ses couilles et son couteau, sans oublier que finalement nous sommes tous sur le même bateau, qu’il flotte encore à peu près convenablement, et qu’il faut empêcher les fous furieux de le saborder.


  • oncle archibald 13 septembre 12:27

    @hervepasgrave c/ titi et archibald :

    rêveur nostalgique c/ réalistes
    pessimiste c/ optimistes

    Finalement vous allez donner raison à ma sœur ainée, 88 ans, bon pied bon oeil, 5 enfants, 12 petits enfants, 4 arrière petits enfants à ce jour, qui dit que pour les gros bosseurs (comme elle le fut) l’époque est finalement plus facile que la sienne.

    Base de son raisonnement : il y a tellement de mecs qui sont désabusés et revendicatifs, qui n’ont aucune envie d’aller bosser mais le font en trainant les pieds par simple obligation de boucler un budget, qui à l’entretien d’embauche commencent par demander comment s’organisent les vacances, que le jeune qui en veut vraiment, qui a la gnaque et l’envie de bosser, est repéré immédiatement par l’employeur. Donc d’après elle moins de concurrence au départ et après à lui de jouer pour progresser et « faire carrière » au sein de l’entreprise ou dans une autre.

    Pendant des années j’ai pensé elle exagère. Finalement la fréquentation des esprits tordus que l’on croise sur Agoravox me laisse penser qu’elle a peut être raison.

    Non ça n’était pas mieux « avant » ! Ça a toujours été dur de s’en sortir, mais « avant » on savait tout ça. On n’expliquait pas aux gens que l’état leur devait tout et que leurs malheurs ne résultaient que de la cupidité de 1% de la population mondiale. En revanche on expliquait aux plus nantis qu’ils étaient les moteurs de toute l’économie, que c’était formidable, mais que la « solidarité » était une obligation qui passait par la collecte différenciée de l’impôt sur les revenus. Au delà d’une certaine somme ils devaient reverser 65% soit en gros les deux tiers de leurs revenus au pot commun.

    Sous régime socialiste au cri de je hais les riches on a expliqué aux entrepreneurs qui réussissent qu’ils étaient des salauds bons à lyncher en place publique. En revanche on a réduit à 45%, moins de la moitié, le prélèvement maximum à opérer sur leurs revenus dans la tranche la plus haute dite tranche résiduelle.

    Idéologie à la con, mensonges éhontés au peuple crédule et inefficacité totale !



  • oncle archibald 13 septembre 10:36

    @Fifi Brind_acier : "Ce qui a changé, c’est la financiarisation de l’économie, la mondialisation, son cortège de délocalisations et la volonté des mondialistes de détruire les Etats et la solidarité. Et l’enrichissement éhonté des 1%."

    Il y a du vrai la dedans, et devant une telle machine monstrueuse et bien huilée vous pensez que c’est nous seuls les Français avec nos petits bras qui allons renverser la baraque ...... Et puis finalement c’est très bien que nous sachions produire de grandes richesses tout en travaillant moins que par le passé.

    Quant à la répartition des richesses c’est par l’impôt que l’on peut l’influencer. Pas à l’échelle de l’Andorre ni de Monaco. Le pouvoir est à l’échelle d’un groupe assez puissant pour qu’on soit obligé de l’écouter. L’Europe est de taille suffisante pour cela, pas la France seule comme vous nous le serinez depuis des lustres. La France peut être le levain qui fait pousser la pâte, le creuset dans lequel germent les idées nouvelles, comme elle le fût dans le passé, et c’est déjà énorme.



  • oncle archibald 12 septembre 20:11

    @Amaury Grandgil : je vous fais observer que les aléas de la vie guettent tout le monde, aujourd’hui comme hier et avec sans doute des conséquences moins penibles aujourd’hui qu’hier en raison des diverses assurances et dispositifs de solidarité qui au fil des ans se sont mis en place. Pour faire perdurer ces dispositifs il est absolument nécessaire de les adapter à un contexte nouveau. que cela plaise ou non le monde a changé et nous sommes concernés par ces changements.



  • oncle archibald 12 septembre 19:29

    @titi : n’insistez pas, il veut que ses petits enfants puissent creuser à la pelle et à la pioche un nouveau canal du midi ......



  • oncle archibald 12 septembre 12:25

    @hervepasgrave : un exemple à faire hurler qui me remonte. Il y a à Castelnaudary un lycée professionnel qui forme des dessinateurs pour les cabinets d’architectes et d’ingénieurs du bâtiment. Jusqu’à il y a peu on apprenait aux enfants à dessiner avec un té et une équerre sur une feuille de calque, on parlait vaguement en fin de parcours d’une possibilité de dessiner sur l’écran d’un ordinateur .....

    Pendant que cette formation était dispensée il n’y avait plus un seul cabinet de professionnel qui dessinait « à l’ancienne » et il n’y avait donc aucun employeur potentiel pour ces enfants. Combien cette folie a t-elle coûté à chacun de nous, contribuables lambda ? En moyenne environ 11600 euros par élève et par an ! Combien de gosses quand ils ont vu la réalité ont-ils eu envie de hurler sur les années perdues à apprendre un métier qui n’existe plus ?



  • oncle archibald 12 septembre 12:14

    @hervepasgrave : aujourd’hui si possible et en tous cas demain ce sera une organisation nécessairement nouvelle et différente de la formation permanente qui permettra d’offrir un nouveau job à ceux dont le métier aura disparu.

    Analyser le marché du travail à l’instant T et son évolution probable, organiser la formation pour répondre aux nouveaux besoins, voila des taches très nobles pour l’état et les syndicats qui auront compris qu’on ne peut pas éternellement mentir aux gens en leur laissant croire que les seuls responsables de leurs malheurs sont ces salauds de patrons qui ferment les usines sans se soucier d’eux.



  • oncle archibald 12 septembre 12:05

    @Amaury Grandgil : et oui, ça fait mal de dire à des gens qui viennent d’être licenciés que sans instruction suffisante ils auront du mal en 2017 à trouver un emploi car les emplois peu qualifiés se font de plus en plus rares. Mais ça reste plus honnête que de leur faire croire qu’on va « tout faire » pour que « trés vite » ils retrouvent un travail comme l’on fait tous ses prédécesseurs sans exceptions.



  • oncle archibald 12 septembre 10:47

    Remettez la phrase prononcée dans son contexte et vous ne pourrez qu’admettre que votre interprétation est partisane et erronée.

    Vous donnez d’ailleurs vous même le lien qui permet de confirmer mes propos. Emmanuel Macron a dit qu’’il « serait d’une détermination absolue et ne céderait rien, ni aux fainéants, ni aux cyniques, ni aux extrêmes » opposés à sa réforme du Code du travail.

    Pourquoi ne commenter que sur « les fainéants » en laissant croire que le Président vise sous ce vocable les travailleurs qui sont opposés aux réformes qu’il propose ? Dans cette hypothèse qui sont « les cyniques et les extrêmes » qu’il vise dans ses propos ?

    Il saute aux yeux que le procès qui lui est fait sur ce point n’a pas lieu d’être. C’est bien au hommes politiques d’hier et d’aujourd’hui que ces mots s’adressent. Ce qui n’empêche en rien de penser que les reformes proposées ne sont pas pertinentes si c’est votre opinion. Vouloir prouver par un mensonge est une méthode qui affaiblit plus qu’elle ne sert l’exposé de votre position.



  • oncle archibald 12 septembre 09:06

    @hervepasgrave : un de mes fils est ingénieur roboticien et son entreprise travaille pour les entreprises automobiles. Il m’a invité à voir un matin à 6h la mise en marche d’une chaîne de soudure dans une usine Renault. C’est très impressionnant. Les lumières s’allument et au silence succède tout à coup un feu d’artifice d’étincelles et le vacarme des machines. Les opérations de soudure s’exécutent sans aucune intervention humaine au rythme de 55 voitures par heure. Une voiture par minute à très peu près. Le savoir faire des ouvriers soudeurs a servi à concevoir le robot. Les centaines d’ouvriers soudeurs nécessaires avant la robotisation n’ont plus aucune utilité dans aucune usine de fabrication d’automobiles au monde. Même en Chine !



  • oncle archibald 11 septembre 16:58

    @hervepasgrave : «  totalement stupide et suicidaire professionnellement parlant. » ????

    Ce qui serait stupide et suicidaire serait de vouloir se passer des progrès fulgurants que l’automatisation et la robotisation des chaines de production permettent. Il restera quelques spécialistes des techniques d’antan pour entretenir et restaurer des biens devenus objets de collection. C’est d’ailleurs très à la mode pour les voitures, les bateaux et même les avions.

    Pour autant quand on regarde un parking, un port ou le tarmac d’un aéroclub on n’y voit que des objets très contemporains et le savoir faire pour construire ces objets est bien celui d’aujourd’hui pas celui d’hier. On a plus besoin de spécialistes des matériaux composites et du stratifié que de charpentiers de marine dans les chantiers navals d’aujourd’hui.



  • oncle archibald 11 septembre 15:36

    @Aristide : il serait tout de même indispensable de savoir de quoi l’on parle à propos de ces pillages et le « téléspectateur moyen » ne peut rien deviner.

    Le citoyen lamba que je suis observe cependant que notre ministre de l’intérieur affirmait hier soir dans l’étrange lucarne que les gendarmes sont sur place et que les pillages ont cessé, tout en précisant qu’il en envoyait deux escadrons de gendarmerie mobile en renfort .... A mon avis c’est l’un ou l’autre. Ou les pillages ont cessé ou on envoie des gendarmes en renfort pour les faire cesser.

    Je veux bien croire que les pilleurs soient une « toute petite minorité » mais quand même. Les quelques images que nous avons tous vus montrent des bandes de pilleurs qui agissent très librement comme s’ils étaient les maîtres de la ville et pas du tout comme s’ils craignaient l’intervention prochaine des forces de l’ordre. Impression confirmée par Madame Girardin Ministre des Outre mers dont la présence n’a pas davantage indisposé les pilleurs qu’elle a pu voir à l’œuvre du haut de son hélicoptère.

    Il est impossible de minimiser le problème comme certains tentent de le faire très connement. Cette partie de territoire Français semble ne plus être soumise à la loi ordinaire et j’imagine la détresse de ceux qui ont tout perdu et qui constatent qu’ils ne récupèreront même pas la partie de leurs biens que l’ouragan a épargné. Y a t-il encore un pilote dans l’avion ?