• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Les commentaires de Roland Gérard



  • Roland Gérard Roland Gérard 27 janvier 2013 10:56

    Pour ma part, j’en retiens principalement que « Ministre » ce n’est pas un métier facile. Quel autre choix pourrait-on avoir dans cette position que celui d’endosser ce qu’est la France, avec son histoire, ses archaïsmes, ses contradictions...tout en croyant, l’histoire l’a montré, en sa force, sa cohésion, sa capacité d’agir dans le monde...croire, ministre ou pas en la possibilité d’une avancée lente...et puis revient à ma mémoire la stérilité de l’affrontement...je le croirais toujours : « le chevalier blanc est une ordure ». En tout cas merci à Stéphane pour sa participation au débat sur notre site citoyen et merci à France Inter de laisser s’exprimer les militants et aussi à l’auteur de l’article, je ne savais rien de cette affaire. Elle est intéressante.



  • Roland Gérard Roland Gérard 22 décembre 2012 18:59

    Merci pour cet article qui me fait penser à cette phrase qui nous vient de quelqu’un qui semble bien savoir de quoi il parle, en tout cas à moi ça parle : "Les peuples racines sont en réserve. Ils ne sont pas en arrière de l’histoire. Non, ils sont en réserve pour être nos éclaireurs et nous protéger de nos folies en rappelant les lois éternelles."

    Jean Malaurie



  • Roland Gérard Roland Gérard 22 décembre 2012 14:13

    merci vraiment, vous nous offrez un bon moment !
    Roland



  • Roland Gérard Roland Gérard 21 novembre 2012 08:19

    vous dites :

    « Le choix du mode alimentaire est donc déterminant dans la valeur de l’empreinte écologique de chacun »

    Oui c’est clair.

    Éducation à l’environnement et santé ce sera un chantier des assises de l’EEDD. Ici les progrès possibles sont immenses...pire, à l’horizon nous voyons des changements qui vont permettre d’économiser des euros...en alimentation, en santé, en qualité des écosystèmes...

    merci pour votre article ce n’est pas du bio qu’il faut en premier c’est de la cohérence.

    à suivre.



  • Roland Gérard Roland Gérard 15 octobre 2012 15:31

    parce que rien n’est fichu, parce que c’est naturel d’y croire, parce que si on n’y crois pas ce doit être bien désespérant de vivre, parce que toute personne un jour peut ouvrir les yeux, par ce que prêter attention à la nature devient une évidence, parce qu’il y a de plus en plus de cantines bio...



  • Roland Gérard Roland Gérard 15 octobre 2012 15:28

    Avec les pollutions, le réchauffement climatique, la disparition de la biodiversité, les maladies environnementales...nous sommes confrontés a une nouvelle donne que l’humanité n’a jamais connue. Que l’école ne le prenne pas en compte quand elle parle de « refondation » c’est très surprenant. Oui, il y a sans doute des lobbys qui agissent, mais pas le notre je peux vous assurer, il est juste ridicule de faiblesse dans le rapport de force que nous connaissons.

    cordialement
    RG



  • Roland Gérard Roland Gérard 18 septembre 2012 10:40

    Oui, souvent il m’arrive de dire, il y a deux Éducation nationales, celle des profs avec lesquels dans l’échange, on fait des projets passionnants, pour nous et les enfants et souvent à la force du poignet et celle des bureaux de la rue de Grenelle, là haut qui jamais n’entre en dialogue avec nous !
    Pas d’environnement à la refondation de l’école, pas de ministre de l’éducation à la conférence environnementale : très cohérent en fait !



  • Roland Gérard Roland Gérard 4 juin 2012 09:07

    PRÉCISION : Décidément c’est pas facile de faire vite et juste. Il y a ce qu’on appelle au RCR, que je découvre encore, des « petites mains » mot entendu à plusieurs reprises aux Glières et ces petites mains ont travaillé pour le livre sur la création duquel j’ai reçu cette précision : « le livre »La force du collectif" a été écrit par les 5 petites mains du réseau, donc par le RCR, qui ont collecté , trié, réorganisé des propos de Charles, en accord avec lui après l’avoir rencontré chez lui, à Besançon, et avoir travaillé sur 5 heures d’enregistrement audio. Et bien sur tous les droits ont été donnés au réseau.« Le »faire ensemble" toujours lui.



  • Roland Gérard Roland Gérard 2 juin 2012 20:50

    RECTIFICATIF : J’en suis vraiment désolé je viens de rencontrer Jean-Pierre Barou d’ « indigène éditions » à la Comédie du livre à Montpellier. J’étais tout content de lui annoncer que je parlais de sa maison d’édition dans cet article et là bâche ! Je reprends un extrait de la page 24 de l’exemplaire qu’il m’a donné : « Quant à Indignez-vous  !, son ébauche naquit lors de la projection du film de Gilles Perret, Walter, Retour en résistance, hommage à Walter Bassan. Une séquence retint toute notre attention. Cravaté, Hessel martelait à l’écran : »Résister, c’est refuser d’accepter le déshonneur, c’est préférer la légitimité à la légalité, c’est continuer à s’indigner lorsque ce qui est proposé n’est pas conforme aux valeurs que nous avons essayé de faire passer à travers le Conseil National de la Résistance, sans quoi notre humanité risque de péricliter". Ensuite le livre à été construit suite à trois interviews et c’est Sylvie Crossman directrice éditoriale qui a trouvé le titre définitif. Promis la prochaine fois je creuse, croise et recroise les informations...Encore toutes mes excuses RG



  • Roland Gérard Roland Gérard 21 novembre 2011 10:31

    Merci ça bouge oui, il y avait de l’intelligence, un grand sens des responsabilités, de l’engagement, j’ai plutôt confiance.

    le « éviter de froisser » je l’ai senti comme une réflexion d’ordre général. La question soulevée me semble être : comment ne pas se censurer mais aussi comment ne pas froisser des sensibilités. Je crois qu’il suggérait juste que c’était contre productif de heurter des sensibilités. Cela suggère tout un débat sur le limites de la liberté...gros chantier !



  • Roland Gérard Roland Gérard 16 novembre 2011 19:56

    L’incendie est important il va falloir qu’on s’y mette tous. Il me semble que la prise de conscience et la volonté de changement sont là présentes dans les troupes que j’ai côtoyé. Je n’ai senti ni grandes certitudes, ni arrogance, mais une volonté de comprendre et d’agir, même par moment de l’indignation. à suivre.



  • Roland Gérard Roland Gérard 23 octobre 2011 07:14

    Je précise juste que j’ai rédigé une note d’ambiance à partir de quelques éléments entendus qui m’ont intéressé. Beaucoup d’autres aspects qui ont été abordés n’apparaissent pas là. RG



  • Roland Gérard Roland Gérard 11 octobre 2011 13:25

    Merci pour le coté retour du front qui ne peut pas laisser indifférent et hélas rappelle quelques souvenirs.

    l’éducation n’est décidément pas une marchandise.

    Du respect de la vie, l’intelligence qu’on peut construire avec les autres êtres vivant, surtout quand on est enfant, elle vient de là, du respect de la vie.
    Prendre une coccinelle dans sa main pour la montrer aux maternelles, où se mettre a quatre pattes pour l’observer sur son brin d’herbe voilà deux attitudes radicalement opposées. Soit on domine, soit on essaie de se mettre à niveau pour observer sans perturber. L’expérience montre qu’on apprend toujours beaucoup plus dans la seconde attitude et qu’en plus très souvent le merveilleux est au rendez-vous.
    L’EEDD ne connait qu’un seul diplôme, c’est un papier recyclé avec écrit dessus « cohérence », il ne peut être délivré à l’animateur que par sa propre conscience.
    Bravo Yvan on est avec toi et tout le groupe autour de l’écran...pas certain de refaire un aquarim de la même manière s’il m’arrive de refaire une classe de mer ! A bientôt sur une nouvelle tranche de vie j’espère.



  • Roland Gérard Roland Gérard 3 septembre 2011 17:50

    Il va finir par y en avoir beaucoup des palmes académiques reparties vers le ministère...je voudrais bien savoir combien. Entre les enseignants qui démissionnent* et ceux qui sont sanctionnés il y a tout ceux qui y croient de moins en moins, ceux qui ont de moins en moins la pêche. Il y a d’évidence une souffrance de plus en plus grande dans le monde des enseignants, parfois de la colère... Je ne pense pas pour ma part qu’on puisse bâtir un système éducatif sans des enseignants qui ont la foi et la confiance dans leur hiérarchie. Alors oui au dialogue rétablit et à la levée des sanctions, merci pour ce geste de soutien...sans attendre reconstruisons.
    *http://www.rue89.com/2011/09/01/instit-depuis-24-ans-je-suis-venu-vous-dire-que-je-demissionne-220168



  • Roland Gérard Roland Gérard 17 août 2011 19:44

    bravo pour votre article et ce travail de base si nécessaire. J’espère qu’on se rencontrera un jour dans les réseaux de l’EEDD, ça ferait plaisir de vous voir le 28 octobre http://www.cfeedd.org/papyrus.php?menu=39



  • Roland Gérard Roland Gérard 21 juillet 2011 18:11

    alors il y aurait réellement une élite ?



  • Roland Gérard Roland Gérard 17 juillet 2011 22:59

    et si on créait un permis de voter ?



  • Roland Gérard Roland Gérard 17 juillet 2011 22:49

    Le problème de l’Éducation nationale c’est qu’elle reste sur les savoirs livresques, elle fonctionne dans le dogme qui peut se résumer a 5 points : 1 discipline, 1 heure, 1 prof, 1 classe, 1 note. Or c’est l’heure d’apprendre à apprendre, c’est l’heure d’apprendre à travailler avec les autres, c’est l’heure de sortir de la classe pour voir comment est réellement le monde. Il faut mobiliser le cerveau certes, mais aussi le cœur et aussi la main, on apprend en faisant, on apprend par l’expérience, et puis on aime avancer là où l’on aime pourquoi faire semblant de l’ignorer .

    en quelques mots :

    Folie que l’école
    qui nous demande
    de faire parfaitement seul
    au jour de l’examen

    alors que nous devons
    faire au mieux
    ensemble
    durant toute
    notre vie !

    A+



  • Roland Gérard Roland Gérard 3 juillet 2011 11:11

    ça me plait ! Retrouver ses propres mots et refuser ceux qu’on veut nous imposer et qui très vite se révèle vides de sens, c’est résister et reconquérir l’accès au sens. Produire sa nourriture, faire son compost et nourrir le sol, c’est certain, c’est changer le monde. 



  • Roland Gérard Roland Gérard 2 juillet 2011 08:09

    Effectivement cette réaction est surprenante au départ, mais ce que j’ai compris pour ma part c’est qu’il y a une très grande perte de confiance de la part des acteurs de terrain dans les représentants des sommets de l’Etat et des organisations internationales et que leur vocabulaire technocratique devient insupportable à la base, il ne sont plus crédibles, trop de promesses non tenues, et leur vocabulaire est rejeté avec eux. Nous avons aussi ce type de réaction en France de la part de militants de terrain qui ne veulent plus se voir imposer un vocabulaire venant du haut, il y a quelque chose de la résistance à une dépossession la dedans. Dans les rangs des éducateurs a l’environnement le slogan : « DD est mort » à fait mouche. Quand on voit que certain ose dire qu’un circuit automobile en région parisienne est compatible avec le développement durable, on comprend ! RG