• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Les commentaires de ribouldingue



  • ribouldingue ribouldingue 18 décembre 2019 22:29

     

    1L’histoire de la Sécurité sociale en quelques dates clés 17ème siècle
      • 1673

    • Création du premier « régime de retraite » pour les marins par Colbert. 


    1944

    Au mois de mars, le Conseil National de la Résistance propose dans son programme un « plan complet de Sécurité sociale visant à assurer, à tous les citoyens, des moyens d’existence dans tous les cas où ils sont incapables de se les procurer par le travail ». 

      1. 1945

    Ordonnances des 4 et 19 octobre assurant la création du système de sécurité sociale en France sur le modèle « bismarckien » (gestion par les partenaires sociaux, financement par des cotisations à la charge des employeurs et des salariés) ainsi que la refonte du système des assurances sociales des années trente, reconnaissance du rôle complémentaire des mutuelles. Si l’ordonnance du 4 octobre crée un régime général ayant vocation à rassembler l’ensemble des actifs (salariés des secteurs privé et public, exploitants agricoles, travailleurs indépendants et secteurs spécifiques d’activité), elle reconnaît également la possibilité de maintien de certains régimes particuliers de sécurité sociale préexistants (régimes dits « spéciaux »). 

    La sécurité sociale s’est retrouvée déficitaire dès que l’État a foutu son nez dans ses comptes pour satisfaire le patronat qui n’a de cesse de vouloir la supprimer depuis sa création.


    Juste un point à relever au passage pour remettre les pendules à l’heure du sieur blanquer qui devrait revoir sa copie avant de claironner n’importe quoi aux enseignants concernant les augmentations de salaires.

    Petit rappel :

    Le point d’indice salarial permet de calculer tous les salaires de la fonction publique française.

    Si blanquer veut augmenter les enseignants se sont tous les fonctionnaires qui devront l’être.

    Et oui pépère on ne fait pas ce que l’on veut avec la fonction publique. Quand on pense que ce mec est ministre de l’éducation nationale c’est à mourir de rire.




  • ribouldingue ribouldingue 18 décembre 2019 19:50

    Certes, le roitelet de l’Élysée espère que les leaders syndicaux réformateurs plient face aux chants des sirènes, notamment sur l’âge pivot et le pourrissement du mouvement face à la grogne des clients de la sncf et de la ratp. Seulement voilà, un hic se profile en cas d’entourloupe des leaders de la cfdt et de l’unsa qui n’ont sûrement pas oubliés le désengagement massif de leurs militants de base pour venir gonfler les rangs de la cgt suite aux accords signés avec fillon sur la réforme des retraites de 2003. Le pingouin de l’Élysée était encore sous les jupons de sa maman. Aujourd’hui encore, les bases cheminotes et de la ratp du syndicat cfdt et de l’unsa ne sont pas prêtes de lâcher leurs régimes spéciaux surtout après avoir usé leurs semelles sur le pavé depuis 15jours et les pertes de salaires qui vont avec. Il serait très dangereux pour le berger et escure les deux leaders syndicaux réformateurs de faire un enfant dans le dos des militants cheminots et ratp en signant comme des carpettes tout et n’importe quoi. Quant aux pertes de salaires des grévistes, il y a toujours des solutions et des moyens de faire des appels aux dons via les réseaux sociaux et des caisses de soutiens des militants pour les camarades en grève. A votre bon cœur mesdames messieurs les citoyens… Ce mouvement concerne tous les citoyens. Les jeunes, les salarié(e)s, les vieux. Selon un sondage promulgué aujourd’hui 57 % des citoyens soutiennent toujours la grève !



  • ribouldingue ribouldingue 17 décembre 2019 15:21

    Macron découvre les politichiens du vieux monde. Avec entre autre, les petites magouilles habituelles qui se font jour. Comme c’est bizarre ; Vous avez dit bizarre ? On ne voit pas le bon roi claironner et confesser la bonne parole depuis le 5 décembre et le début de la grève illimitée contre l’ouverture en bourse de la retraite. Lui, si loquace, va t-il attendre que tous ses fusibles fondent comme neige au soleil pour lancer son sempiternel grand débat pour s’écouter parler ? Peut-être, fait-il une crise de foie à force de bouffer des chocolats ? C’est aussi la période des gastro entérite si ça se trouve il chie partout dans les salons dorés du palais de l’Élysée.

    Mais pour l’heure il est tracassé par des ennuis de dernière minute suite à la démission du grand manitou delevoye.

    Il cherche un nouveau comique pour remplacer l’autre grand dadais à la mémoire qui flanche, celui là va maintenant consacrer son temps libre à compter ses biens mal acquis pour calculer le montant de sa retraite en ajoutant les cumuls de ses mandats. Une retraite bien mérité pour ce simple d’esprit. Au moins son passage au royaume aura permis d’ouvrir les yeux aux salariés. L’âge de départ à la retraite ne doit pas dépasser 55 ans. On a vu les dégâts que ça cause après 55ans L’alzheimer guette et il est plus que temps de prendre sa retraite. La politique, ça les abîme quand même. Regardez de rugy il bouffait des homards et picolait des grands crus sur le dos de la bête et il ne se rendait même pas compte de sa mauvaise foi. Enfin, tous ces grands charlatans ne passeront jamais par la case prison donc pourquoi se gêner pour continuer ?

    Une petite idée me trotte dans la tête pour remplacer l’ex monsieur retraite. Le roi pourrait mettre balkany. Voilà un autre grand homme intègre qui n’a rien à se reprocher. On dirait le frère jumeau de delevoye. Et comme disait ma grand-mère qui se ressemble s’assemble. Et elle disait aussi « donne à manger à un malin il te chie dans la main ». Sacré macron lui qui voulait changer le monde c’est le monde qui est entrain de le changer il va devenir gâteux avant l’âge de prendre sa retraite.



  • ribouldingue ribouldingue 16 décembre 2019 18:14

    Ce qui est étrange avec la bande de charlatans du pouvoir c’est qu’ils parlent toujours de la dette de la sécurité sociale toutes branches confondues sauf celle des accidents de travail et des maladies professionnelles qui elles sont en excédant normal puisque cette caisse est gérée par le medef. La réforme voulue par le roitelet est un système de capitalisation et donc l’obligation de flinguer la sécurité sociale. Demandez à un banquer ce qu’est un système de répartition. Il vous répondra benoîtement. imaginez que vous faites un crédit à la consommation et que votre dette soit répartie entre tous les citoyens. Impensable pour un banquier et d’où sort notre bon saigneur ? De la banque Rothschild. Ce que monsaigneur ne dit pas c’est qu’en 2024 la CADES ( Caisse d’amortissement de la dette sociale) créée en 1996 pour amortir la dette sociale sera en excédant de 24 milliards d’euros mais chuttttt ! Faut pas le dire ce bel argent pourrait servir pour les gueuletons et autres joyeusetés dont le gouvernement à le secret voyages, voitures de fonction, emplois fictifs etc...

    PARIS (Reuters) - Au lendemain des mesures annoncées par Emmanuel Macron en réponse au mouvement des “Gilets jaunes”, le président de la Cades a réaffirmé mardi que l’extinction de l’organisme en 2024 obligerait bien à reprendre 15 milliards d’euros de dette de la sécurité sociale comme prévu et libérerait une manne de 24 milliards d’euros à cet horizon.

    Message du Président de la CADES. Année 2019

    Je vous souhaite la bienvenue sur le site internet de la Caisse d’Amortissement de la Dette Sociale (CADES) sur lequel vous trouverez toutes les informations essentielles vous permettant de mieux comprendre notre mission, notre environnement financier et réglementaire et les mécanismes de financement et d’amortissement de la dette sociale.

    Au 31 décembre 2018, 155,2 milliards d’euros de dette sociale ont été amortis, soit plus de 60% de la dette reprise depuis 1996 illustrant l’efficacité de nos mécanismes d’amortissement.  Au 22 mai 2019, la barre symbolique des 100 milliards a été franchie : il restait ainsi 98,1 milliards d’euros de dette à amortir.

    Afin d’apurer la dette de la sécurité sociale, le gouvernement a décidé, en accord avec le Parlement, de transférer entre 2020 et 2022 le solde de dette sociale encore détenu par l’ACOSS. Ce sont 15 milliards d’euros qui devraient être ainsi transférés à la CADES en 3 ans, financés sans hausse de prélèvement pour les contribuables ni dépassement de la date d’extinction, maintenue pour 2024.

    Ce transfert sera financé par l’affectation à la CADES d’une fraction accrue de CSG, rendu possible par le retour à l’équilibre de la sécurité sociale prévu par le gouvernement dans la LFSS pour 2019.

    Nous devrions ainsi durant ces prochaines années rester encore très actifs, tant sur les marchés court que moyen et long terme et continuer à proposer à nos investisseurs internationaux des gammes d’instruments financiers toujours extrêmement variées, tant en devises qu’en maturité.
    Fort de ces décisions, nous confirmons ainsi l’objectif de notre mission, tel que fixé par le Parlement, de rembourser l’intégralité de la dette sociale restante d’ici à 2024.

    Jean-Louis Rey
    Président du Conseil d’Administration

    Popaul l’ex monsieur retraite vient de démissionner. Les casseroles qu’il traînaient derrière lui devenaient trop bruyantes.



  • ribouldingue ribouldingue 16 décembre 2019 13:45

    Ce qui se dit tout bas dans les couloirs de l’assemblée nationale et les salons feutrés de l’Élysée Concernant les 1000 euros pour les pensions des plus modestes. Petit mémoire. En ayant atteint le nouvel âge légal soit 64 ans si cette réforme fourre tout passe ; sans interruption durant la carrière professionnelle mais tout en étant resté smicard, le modeste retraité touchera aux environs de 700 euros de retraite par mois. La différence de 300 euros sera reversée via une caisse départementale au même titre que les aides sociales mais ce qui ne se dit pas haut et fort c’est que ce sont les héritiers qui paieront au prorata du nombre de mois et d’années de la différence que le retraité touchera pour atteindre les 1000 euros. Petit calcul pour bien comprendre l’entourloupe. Un retraité part à 64 ans donc à taux plein mais ne touche que 700 euros de retraite par mois. Le modeste a la chance de vivre 10 ans après avoir pris sa retraite soit 120 mois ou 40 trimestres. total : 120X300 =36000 euros. Donc, pour les héritiers une fois que le décès du parent retraité aura eu lieu, les héritiers devront rembourser la somme de 36000 euros au département. En fait pour atteindre les 1000 euros. Les modestes retraités feront payer leurs ayants droits. En somme, c’est une forme de prêt pré mortuaire. A vot’ bon coeur mesdames messieurs les héritiers. Un peu de lecture.

    Source l’humanité du 23 janvier 2018

    Aides sociales, sont-elles récupérées sur la succession ou pas ?

    Mardi, 23 Janvier, 2018

    C’est la grande question que se posent leurs bénéficiaires mais aussi leurs héritiers. Voici les réponses selon la nature des aides et qui les attribue.

    Les aides sociales des départements

    Les aides sociales à domicile sont récupérables sur la succession de leurs bénéficiaires décédés mais seulement sur la partie de l’actif-net-de-la-succession qui dépasse 46 000 euros après un abattement de 760 euros. Elles sont également récupérables dès le premier euro sur les donations consenties après la demande d’aide sociale ou jusqu’à 10 ans avant ET, depuis cette année sur le ou les bénéficiaires d’une assurance vie - article L132-8 du code de l’action sociale et des familles.

    Les aides sociales à l’hébergement (ASH) sont récupérables dès le premier euro sur la succession, les donations, les legs et l’assurance vie. 

    Les héritiers à l’exception du conjoint survivant doivent alors rembourser (même si la succession a été réglée) au prorata de leur part d’héritage et dans la limite de ce qu’ils ont recueilli. En général, ils n’ont pas à rembourser sur leurs deniers propres mais c’est à l’appréciation de chaque département. Cependant, dans un arrêt du 15 octobre 1999 le Conseil d’Etat a jugé que le recours ne peut être effectué que dans la limite de l’actif net de la succession.

    Cet arrêt peut être énoncé pour contester la décision du département auprès de la commission d’aide sociale voire du tribunal administratif dans les deux mois qui suivent la décision de récupération (modèle de lettre recommandée avec avis de réception de recours en pièce jointe).

    Bon à savoir : les héritiers peuvent négocier les montants récupérables auprès de la commission d’admission à l’aide sociale qui siège au conseil départemental (ex conseil général)… avant tout recours.

    Monsieur retraite a oublié de déclaré 13 activités dont 2 rémunérées avec plus de 6000 euros net par mois. Et ce sont ces voleurs menteurs qu veulent vous faire bosser plus longtemps pour toucher une retraite de misère.

    MARDI 17 DECEMBRE 2019 GREVE ET MANIFESTATION POUR LEUR METTRE BIEN PROFOND DANS LE CUL A CES ESCROCS

     


  • ribouldingue ribouldingue 14 décembre 2019 19:29

    Déconne pas manu tu vas pas nous faire un caca nerveux.https://youtu.be/nzktnlUsJ6A



  • ribouldingue ribouldingue 13 décembre 2019 20:14

    On appelle cela le jeu du bonneteau. On embauche dans la police, dans la crs, pour aller faire la guerre et servir de chair à canon. Comme dirait l’autre. Après les mauvaises langues vont encore dire qu’il n’y a pas de travail. C’est la carotte et le tonfa. Un coup de tonfa est égal à une journée de retraite gagnée. Un coup de poing dans la gueule 2 jours. Un œil crevé 1 semaine. C’est la roue de la fortune et le graissage de pattes pour le syndicat alliance police et l’unsa. Avec deux syndicats de droite on ne pouvait pas mieux espérer. Que font-ils pour les suicidés par arme de service pour éradiquer ce fléau. Hein ? alliance police et l’unsa ? Une tournée de chapeau pour payer la couronne mortuaire. Et pour les familles une jolie médaille.



  • ribouldingue ribouldingue 13 décembre 2019 18:44

    Avec de tels propos il faut postuler comme ministre de l’économie ou voire à remplacer monsieur retraite sur la sellette depuis la découverte de son conflit d’intérêt et ses accointances avec les assurances privées.

    le saigneur a besoin d’homme de votre trempe qui n’hésite pas une seconde à dire et à écrire haut et fort que les minima sociaux coûtent un pognon de dingue.



  • ribouldingue ribouldingue 13 décembre 2019 14:47

    Si les salarié-es, les chômeur euses, les sans rien, prenaient la peine de lire le torchon de 132 pages de monsieur retraite ils se seraient aperçus que quand il y a un flou il y a un loup comme disait ma grand-mère. Reprenons les lignes essentielles du torchon de monsieur retraite. Rappelons le quand même aussi au passage que monsieur retraite est le copain et bénévole à 6000 euros par mois des assurances privées.

    Concernant la valeur du point. Comme dirait l’autre. 1. la valeur du point ne pourra pas rester stable ad vitam æternam compte tenu de l’inflation, de la conjoncture actuelle et à venir, du chômage et du nombre de personnes partant à la retraite. Sans variable d’ajustement supplémentaires notamment en parts salariales le point ne fera qu’inévitablement de baisser. Comme les entreprises nous ressassent depuis des décennies que les commandes sont au plus bas, que les charges sociales les étranglent. de ce fait, elles ne peuvent pas embaucher. Que font-elles alors si elles n’ont pas de commandes à honorer ? Elles se tapent la cloche toute l’année ?

    D’ailleurs, monsieur retraite l’écrit aussi dans son rapport, l’avenir est incertain. En clair il ne sait pas lui même ce qu’il va advenir des retraités. Faire bosser jusque 64 ans quand il n’y a pas de boulot c’est comme pisser dans un violon. La mélodie est identique puisque c’est un concerto pour un sourd joué par un aveugle.

    Autre point essentiel pour approfondir la question soulevée par l’auteur de l’article concernant le salaire des femmes tant décrié par les ministres avec en ligne de front marlène schiappa ministre « du quand dira t-on et du bla bla » pour l’égalité hommes/femmes. Oui pour équilibrer le système par répartition il suffirait que les femmes aient le même salaire que les hommes ce qui augmenteraient immanquablement les caisses de retraites.

    Non, nous voyons bien que nous avons à faire à des banquiers, des comptables qui n’ont qu’une chose en tête briser la solidarité en imposant de force l’individualisme.

    Quant aux jeunes les premiers visés par cette politique dévastatrice ils deviendront inévitablement des sdf. Car la soupe populaire, les restos du cœur, le secours populaire, emaüs et toutes les associations en charge des personnes en grande difficulté seront supprimées. Dans l’état d’esprit du roi, la gratuité coûte un pognon de dingue il ne s’en sort pas...Sortons nos mouchoirs et compatissons au chagrin de notre bon saigneur.



  • ribouldingue ribouldingue 12 décembre 2019 17:40

    Remettons les pendules à l’heure concernant le vote de 2005. Il n’y a pas eu que les français qui ont voté contre le traité de Lisbonne. Il serait bien de rappeler que les irlandais et les néerlandais avaient aussi rejeté ce traité fait sur mesure pour les ultra riches. Aujourd’hui les effets se font ressentir plus que jamais de cette politique du « marche ou crève » à l’encontre des peuples rendant de plus en plus vulnérable les classes dites moyennes, celles qui passent constemment à la lessiveuse quand elles ont encore la chance d’avoir un emploi. Les entreprises ont bien compris que la main d’œuvre était devenue trop chère ici bas, et que grâce au traité de Lisbonne passé en force par le bon docteur sarkozy en février 2008, les entreprises n’avaient plus qu’à aller piocher dans les pays, là, où la main d’œuvre étrangère se fait payer à coup de bols de riz et en fermant à tour de bras les industries en France et de mettre sur le carreau des millions d’ouvrier(e)s ou de faire le chantage à l’emploi utilisé par les entreprises pour faire avaler toutes sortes de couleuvres aux salarié(e)s ; comme l’augmentation du temps de travail, les salaires au rabais, le travail le dimanche etc... Quant aux services publics européens ou "services d’intérêt général"( SIG,) correspondent à une conception européenne des services publics. Fondée sur la libre concurrence libre et non faussée, l’Union européenne a par ailleurs dû encadrer les activités marchandes visant à satisfaire l’intérêt général et conçu le statut de service d’intérêt économique général (SIEG). Cette riche idée pondue et dictée a été pondue par la directive de Frits Bolkestein. Il ne faut pas alors s’étonner que les entreprises publics se privatisent (EDF-GDF, les cantines scolaires, la DDE, ADP bientôt etc...

    Bolkestein est un néerlandais alors que son peuple avait rejeté le traité de Lisbonne en même temps que les français. Cela prouve bien que tout était ficelé avant même que le référendum des peuples des 28 pays européens n’était qu’un leurre.

    Depuis 2005 les peuples n’ont de cesse de manifester contre cette construction européenne le brexit en est la preuve puisque ce sont les petites gens qui rejettent cette politique ultra libérale en se tournant vers l’extrême droite. Sortir de l’Europe pour revenir à l’état nation. Oui cela peut-être possible à condition de faire comme l’Allemagne ré industrialiser le pays en favorisant les PME PMI. Favoriser l’agriculture locale et les circuits courts. Pour ce faire, il faut commencer par mettre un grand coup de savate au cul de la FNSEA syndicat de l’agriculture intensive et empoisonneuse collabo de la politique libérale qui ne se soucis pas des endettements des paysans. Ceux là même, qui sont endettés faute de ne plus pouvoir rembourser leurs dettes se suicident. L’Europe craque de tous les côtés et c’est à se demander si les ultra libéraux ne sont pas les marches pieds des partis d’extrême droite. Où pire les ultras libéraux sont des fascistes avançant masqués sous couvert d’être des démocrates. Si ce n’est pas le cas alors c’est à s’y méprendre.



  • ribouldingue ribouldingue 12 décembre 2019 15:03



    C’est à ce genre de détails que l’on sait que ce gouvernement est clair comme de l’eau de roche et que l’on a tout de suite envie d’adhérer les yeux fermés à cette réforme. Aussi menteurs et voleurs les uns que les autres. Tous à mettre dans la même cellule que Balkany. Ils sont pris les doigts dans le pot de marmelade mais ils continuent de nier leurs responsabilités en simulant la main sur le cœur qu’ils avaient oubliés de signaler leurs activités. Quand un citoyen lambda oublie de déclarer ses impôts, ou ne se rend pas à des entretiens d’embauches qui n’ont rien à voir avec leur formation professionnelle initiale. Que fait le gouvernement ? 1. Il applique un redressement fiscal pouvant aller jusque 3 ans en arrière. 2. Pour les chômeurs il sucre les assédics.

    La politique de ces menteurs c’est « faites ce que je dis, et non pas ce que je fais » Eux peuvent escroquer nous non.

    Petits rappels :

    Delevoye dit avoir exercé ses fonctions d’administrateur de l’IFPASS à titre « bénévole ». Ms il déclare aussi avoir perçu 40 000 €/an d’IGS pour notamment siéger au CA de l’IFPASS. Donc, pour lui, une activité qui s’inscrit dans une rémunération de 3300€/mois est « bénévole ».Rémunéré depuis juillet 2016 par le groupe de formation IGS, Jean-Paul Delevoye va rembourser les sommes perçues depuis sa nomination au poste de haut-commissaire chargé de la réforme des retraites en septembre 2017, a indiqué jeudi son entourage à l’AFP, confirmant une information de Libération. Selon sa déclaration d’intérêts publiée sur le site de la Haute autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP), sa rémunération mensuelle était de 5.368,38 euros net, en tant que président de Parallaxe, un institut de réflexion dépendant de ce groupe de formation.

    M. Delevoye a donc perçu à ce titre plus de 16.000 euros sur les trois derniers mois, alors que la Constitution interdit "toute activité professionnelle" aux membres du gouvernement.

    Après ce premier remboursement, son entourage ajoute qu’il « s’apprête à le faire » également pour les sommes perçues depuis sa nomination au poste de haut-commissaire le 14 septembre 2017.

    Soit plus de 107.000 euros net versés entre janvier 2018 et août 2019.

    Au total, M. Delevoye s’est donc engagé à rembourser au moins 123.000 euros, selon le calcul de l’AFP.

    Source : AFP 12 décembre 2019


    Tous ensemble dans la rue le 17 décembre pour leur mettre bien profond dans le cul.



  • ribouldingue ribouldingue 11 décembre 2019 22:46

    Allo ! la jeunesse vous faites quoi ? Vous ronflez ? https://youtu.be/c-fGI6-J4IU



  • ribouldingue ribouldingue 11 décembre 2019 19:39

    Ça y est Gérard Majax vient de nous sortir son lapin de son chapeau. Comme tout le monde s’y attendait edouard s’est contenté comme son mentor lui a dicté de jouer la politique du sourd . Donc pas de changement concernant la valeur du point : 1 point =10 euros soit 0,55 euros en 2020 après l’inflation le point vaudra 0,0055 cts. Les 1000 euros seront maintenus pour les carrières en dents de scie ce sont les ayants droit par succession qui payeront le manque à gagner pour arriver à 1000 euros. Autres reculades. Il se pourrait que peut-être la pénibilité vienne en ligne de compte mais ce n’est pas sûr. En clair, edouard n’a rien apporté de plus. Ah si ! Grandes nouveautés. Donc la génération de 1975 financera sa propre retraite par point et par capitalisation puisque le système par répartition c’est terminé . La génération de 1975 doit souscrire à des assurances privées dès maintenant. Mais où va-t-on ce sont nos gosses qui vont payer cette cochonnerie tout ça pour complaire au président des archi milliardaires. Rideaux ! Pourtant c’est simple pour financer convenablement les retraites. Petit 1 : De l’argent il y en a dans les caisses du patronat. Petit 2 : Taxer les dividendes reversées aux actionnaires. Petit 3 : Remettre l’ISF en place pour que cet argent alimente les caisses de retraite. Réclamons un référendum pour ou contre la réforme macron. On voit bien que cette réforme est claire comme de l’eau de roche mais seulement pour ce gouvernement. Si vous voulez une retraite vous partirez minimum à 64 ans et souscrire à une assurance privée. Il est temps que les lycéens et les étudiants se fassent entendre car c’est maintenant eux qui sont montrés du doigts.



  • ribouldingue ribouldingue 10 décembre 2019 19:21

    Pour que cette grève tienne prenne toute son ampleur et fasse plier cette politique du marche ou crève. Il faut maintenant que les lycéens, les étudiants, les chômeurs, les rsaïste, les sdf, sortent dans la rue et se joignent aux syndicats. Quant aux GJ plutôt que d’attendre bêtement que les syndicats se cassent la gueule pour leur faire le sermon du : « On vous l’avait bien dit en applaudissant en cas d’échec. Macron craint cette fusion et rester les bras ballants dans son kimono et ses pantoufles c’est entré de la politique du diviser pour mieux régner. Avis à bon entendeur ! GRÈVE GÉNÉRAL INTERGÉNÉRATIONNELLE INTERPROFESSIONNELLE ILLIMITÉE...



  • ribouldingue ribouldingue 10 décembre 2019 15:23

    C’est comme moi je suis allé voir un psychiatre pour arrêter de fumer. Il m’a débarrassé de ma maladie. C’est simple en 10 séances à 200 balles il m’a fait prendre conscience de mon addiction. D’après freud Paraît-il que c’est à cause que quand j’étais petit je suçais trop le sein de ma mère. Malheureusement, j’ai été obligé d’arrêter le traitement j’avais 20 000 euros. Mais je suis guéri. Maintenant je fume, mais je suis fier !



  • ribouldingue ribouldingue 10 décembre 2019 11:34

    Macron 1er roi de France n’avait peut-être pas faux lorsqu’il se targuait de lancer devant un parterre de médias partisans que les ouvrier(e)s étaient des illettré(es). Aujourd’hui plus qu’il y a un demi siècle en arrière, puisque les petites gens ne lisent pas ils s’abreuvent d’informations ou plutôt devrais-je écrire de désinformations télévisuelles. En écoutant les informations télévisuelles on dirait des radios crochet en interviewant des badauds. On est en droit de se demander bien d’où ils peuvent bien aller les pêcher. ? Quand un journaliste bien mis sur lui pose la question piège et provocatrice à un charbonnier. Ça va ? Pas trop galère les transports ce matin ? Alors que l’autre qui s’est levé à 2h du matin pour aller au charbon se gèle les couilles en attendant son train. Et ce dernier de répondre par cette fameuse et redoutable réflexion ressassée à chaque mouvement. Comme un citoyen malheureux pleurnichant en voulant se rendre comme un bon petit soldat à son travail pour cirer les pompes de son bien aimé patron. Il suffirait pourtant de faire du co voiturage. Mais non le français est trop égoïste il ne veut pas salir les sièges de sa belle auto. LES SYNDICATS NOUS PRENNENT EN OTAGE ! Elle est belle la phrase non ? Mais savent-ils au moins ce que signifie le mot otage ? J’aimerai bien voir la gueule de celui ou celle qui a le toupet de se croire pris en otage d’être réellement pris en otage par des groupes demandant une rançon dans des conditions de détention déplorable nageant dans leur pisse et leur merde avec un croûton de pain à bouffer et la menace de se faire descendre. L’otage des transports lui ou elle sont mécontents mais ça ne les empêche pas de bouffer, de regarder la tv voire même de baiser à ce que je sache ? Bon bref. Revenons à notre menteur professionnel et mis en cause dans un conflit d’intérêt. Je cite. Monsieur retraite delevoye. Non monsieur retraite nous ne voulons pas bosser jusque 67 ans comme le veut Bruxelles ! Non nous ne voulons pas ‘une retraite par capitalisation ! Nous savons, nous génération du CNR (conseil national de la résistance) et des 30 glorieuses, que la sécurité sociale a toujours été la bête noire du patronat et que tous les gouvernements surtout de droite mais pas seulement se sont efforcés de casser la belle dame. C’est vrai, que l’argent de la sécurité sociale est reversée intégralement aux malades, aux retraités aux familles etc... et que ce bel argent comme le voudrait le patronat depuis sa création ne peut pas être ponctionner et utilisé pour jouer en bourse comme cela pourrait se faire avec les assurances privées d’où la nécessité de casser la sécurité sociale pour les boursicoteurs et les patrons qui pleurnichent à longueur d’année en se plaignant qu’ils payent trop de charges sociales. Qu’ils se rassurent l’empire français est maintenant géré par un banquier qui les comprend bien.



  • ribouldingue ribouldingue 9 décembre 2019 20:07

    132 pages d’enfumage et se foutre royalement de notre gueule. Toutes ces belles lignes,ces belles courbes, ces beaux chiffres, ces beaux pourcentages. Et pour finir : Pierre gagne 3 sous avec le système actuel Pierre touchera : 2,5 sous soit 85 % de son salaire. S’il part à la retraite à 62 ans avec le système universel Pierre touchera 0,25 sous, soit 15 % de son salaire. S’il part à 64 ans avec le système actuel Pierre touchera 3,50 sous soit 90 % de son salaire, avec le système universel Pierre touchera 0,50 sous soit 30 % de son salaire. S’il part à 66 ans avec le système actuel Pierre touchera 3,70 sous soit 95 % de son salaire avec le système universel Pierre touchera 0,75 sous soit 32 % de son salaire. S’il part à 67 ans avec le système actuel Pierre touchera 3,90 sous soit 99 % de son salaire avec le système universel Pierre touchera 1 sou soit 35 % de son salaire. Après 67 ans la famille de Pierre devra s’adresser aux pompes funèbres pour connaître le prix de la stèle et de la cérémonie. En clair, la réforme de la retraite proposée par le roi "c’est marche, ferme ta gueule et crève, en bossant jusque la mort. Autres belles choses pour les carrières en dents de scie. Comme il n’y a aucun financement dans cette réforme ce seront les impôts, donc les contribuables qui devront cracher dans le bassinet pour que les 1000 euros promis par le roi aux retraité(e)s aux carrières en dents de scie puissent en bénéficier. Les fonctionnaires administratifs et les cadres sont les grands perdants de cette cochonnerie. Quant au système par répartition avec le système universel c’est bel et bien terminé ! Pas moins de 6 instances pour gérer le bébé. Le comité central, l’assemblée générale, la cnav , le conseil citoyen, les impôts, les étudiants qui feront de la figuration puisque comme avec le système actuel avec système universel, leurs années d’études ne rentrent pas en ligne de compte dans les cotisations à la retraite. Et pour finir le gouvernement tranchera. Et c’est bien entendu le gouvernement qui aura le dernier mot. Mais n’oublions pas que cette réforme est avant tout le système à point. Un machin juste pour enfumer les salariés. Car 1 point est égal à 10 euros. La valeur du point de retraite est égal à 0,55 euros en 2025 avec l’inflation, le surendettement du pays et le chômage le point devrait valoir 0,10 cts d’euros. Mais l’ami delevoye l’avoue quand même dans son rapport. Nous vivons une époque incertaine et la croissance est très loin du plein emploi. Rassurant non ? Quid des sportifs de Haut niveau qui partent à 35 ans à la retraite combien toucheront-ils de sous ? Bon pour faire clair, le roi voulait juste annoncer une réforme de la retraite qui se résume au bas de laine. Salarié(e)s souscrivez au PER (Plan épargne retraite). Merci Ô monseigneur !



  • ribouldingue ribouldingue 6 décembre 2019 12:54

    Ne nous égarons pas du sujet. Pour faire court, et bien comprendre la situation actuelle ; le petit roitelet sortit tout droit de chez Rothschild, n’a pas été élu sur un programme, il a été intronisé par défaut, tout comme Chirac l’avait été en 2002. Ceci étant dit. Macro 1er ne connaît rien à la politique c’est un économiste calculateur qui est dans un état d’esprit de compétition perpétuel. D’ailleurs, il suffit de ré entendre ses petites remontrances du gamin récompensé pour avoir gravit tous les échelons sans mettre un ongle dans le cambouis. ( les 1er de cordé, si tu veux le même costard que moi tu n’as que aller bosser feignasse, ou encore celle là qui n’est pas mal non plus surtout sortit de la bouche d’un gamin de 40 ans qui n’a jamais connu les 30 glorieuses, si tu veux du boulot tu as juste à traverser la rue pour trouver, et encore celle là, pas mal non plus, en parlant des ouvrier(e)s illettré(e)s ect etc.) Quant aux syndicats réformistes (cfdt, unsa, cgc cftc...) en tête ou non conformistes. Il faut bien qu’ils se rendent à l’évidence, car ce ne sont plus les leaders qui arriveront à canaliser ce mouvement. C’est la base qui va mener le bal. Il y a une colère latente des français qui a commencé par le vote volé de 2005 sur le traité de Lisbonne passé en force en 2008 avec un autre agité du bocal le « sieur sarkozy » avec l’appui de ses affidés et qui a accouché d’un 1er mouvement de mécontents « nuit debout » enchaînant sur le 2ème mouvement « la crise des GJ » et maintenant le 3ème mouvement par la reprise en main des bases syndicales avec cette réforme de retraite voulue par un petit arriviste capricieux élevé avec une cuillère en or dans la bouche qui croit qu’avec un coup de menton les français vont s’agenouiller comme de bons petits esclaves. Tous ces mouvements réunis vont péter à la face de tous ces fouteurs de gueules. Les grands débats n’y feront rien ! Avis à bon entendeur ! Quant aux soit disant Blackblocs pour apeurer l’opinion publique. Les blackblocs sont des flics payés pour foutre le bordel. Cela existe depuis la 1ère révolte des peuples. C’est l’arme fatale voulue par les dirigeants afin de diviser pour mieux régner.



  • ribouldingue ribouldingue 5 décembre 2019 23:30


    A quand, enfin ! Le roi expliquera avec ses petits amis du cac 40, du medef, des actionnaires ,des banquiers, des petits bourgeois, des arriérés mentaux pro gouvernementaux, des rentiers etc etc comprendront-ils que les salariés produisent les richesses du pays et des entreprises et que sans les salariés il n’y pas de capitalisme ? L’autre peut faire de grands débats pour expliquer qu’avec un gourdin bien huilé ça rentre mieux dans le derrière jusqu’au fond. Pour faire comprendre à tous ces menteurs, ces charlatans, ces esclavagistes , ces évadés fiscaux... Que sans les salarié(e)s la vie de nabab c’est belle et bien finie ! Un seul mot d’ordre aux salarié(e)s. GRÈVE GÉNÉRALE ILLIMITÉE !



  • ribouldingue ribouldingue 5 décembre 2019 19:18

    Après le PERP (plan épargne retraite populaire) sortit lors de la réforme des retraites de 2003 avec fillon pon pon les doigts dans le fion. Les enchères sont ouvertes mesdames messieurs ! Voici que le 1 octobre 2019 « macro 1er » invente le PER (plan épargne retraite) celui là n’est plus populaire à l’inverse de son prédécesseur fillon. Le PER, donc, est un machin fait pour casser définitivement la sécurité sociale. D’ailleurs, les complémentaires de santé ont commencé à blesser la bête. Avec la retraite par points et par capitalisation voulut par le petit roitelet et ex banquier de chez Rothschild pour satisfaire ses petits amis patrons, banquiers et actionnaires. Les charognards vont finir d’achever et de dépecer la bête en s’acharnant sur son cadavre. Mais revenons à nos actions du PER(lin pimpin). Vous commencez par alimenter le machin tous les mois pendant 8 ans. Durant l’ouverture du PER vous n’êtes pas imposable vous passez à la caisse fiscale soit : 10 % du revenu capitalisé à la sortie du machin. Le truc fonctionne par actions. En clair, tant qu’il n’y a pas de crack boursier genre comme celui de 2008 qui était juste un hors d’œuvre de celui qui va arrive à grand pas. Votre PER ne craint rien. Par contre, dès que le crack boursier pointera son nez il ne vous restera plus que vos yeux pour pleurer et aller faire la queue aux restos du cœur... Ô merci ! Monseigneur est trop bon ! Nous allons de ce pas, souscrire les yeux fermés à un PER pour faire plaisir aux actionnaires qui sont dans le besoin. Et comme dirait l’autre, si tu veux un boulot, un beau costard, une bonne retraite Alors faite comme vous dit l’autre, traversez la rue...