• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Les commentaires de Gérard Dahan



  • Gérard Dahan Gérard Dahan 25 janvier 2015 09:06

    Syriza est une forme de populisme de gauche :

    beaucoup promettre et notamment la fin des politiques d’austérité
    proposer une relance économique et des programmes sociaux de soutien
    sans vraiment savoir comment il va les financer,
    ou éventuellement en comptant sur le contribuable Européen pour les financer
    ce que Bruxelles veut éviter vue la montée de l’anti-européanisme...

    Parce que c’est bien l’inconnu : Puisque Syriza souhaite désormais rester dans l’UE comment espère-t-il financer son programme de relance ?



  • Gérard Dahan Gérard Dahan 25 janvier 2015 08:06

    @ Soi même :
    Une très longue citation...
    Je constate que vous vous appuyez dans vos analyses sur les travaux de l’institut Ludwig Von Mises, économiste ultra libéral et Libertarien notoire.
    Un simple petit bémol et de taille : toute la politique d’Hitler était basée sur un point central son nationalisme et sa haine de l’autre.
    Donc, votre article rappelle que s’il était centraliste, protectionniste et interventionniste, il l’était tout comme Keynes, mais votre article parle peu de sa haine de l’intérêt (qu’il attribue gentiment aux juifs apatrides) de son revirement économique (le NSDAP se disait socialiste) et du fait qu’effectivement il a ouvert les frontières mais seulement pour accueillir les travailleurs du STO (service du travail obligatoire) et les déportés.

    On comprend cependant que Von Mises ait été plus attiré par le fascisme que par le nazisme qui avait moins développé les thêmes raciaux.

    Je vous invite à lire mon précédent article sur « les invariants de l’extrême droite ».
    http://www.agoravox.fr/actualites/politique/article/les-invariants-de-l-extreme-droite-161014



  • Gérard Dahan Gérard Dahan 25 janvier 2015 07:15

    @ Fifi :
    « Sauf que l’ Allemagne est vent debout contre toute augmentation de la masse monétaire qui fera baisser la valeur du mark »
    La valeur du mark ? Mais de quoi parlez vous Fifi ? Que je sache, l’Allemagne n’utilise plus le mark depuis 13 ans ?
    Par ailleurs, comme je l’ai expliqué un peu plus haut, ce qui inquiète surtout l’Allemagne c’est le non respect des promesses de réformes structurelles...
    Nous allons d’ailleurs le voir très bientôt avec les élections grecques d’aujourd’hui et la probable élection du parti Syriza qui a promis la fin de l’austérité imposée par Bruxelles...



  • Gérard Dahan Gérard Dahan 25 janvier 2015 06:53

    @ l’auteur :
    Je crois qu’il faut vous expliquer la différence entre une moto et un scooter.
    En effet, sur vos 4 photos, il n’y a pas une seule moto et il n’y a que des scooters.
    Et pour l’essentiel, des 125 cc ...
    La Fédération des motards en colère que vous citez implicitement commence à s’intéresser aux scooters, mais prend essentiellement à son compte les thèmes de combats des motos.

    La différence ? Ce sont effectivement tous les deux des 2 roues motorisés, mais les conducteurs n’ont absolument pas la même culture.

    Un scooteriste est souvent un automobiliste qui en ville utilise un 2 roues motorisé. A ce titre, il veut se faufiler comme un vélo, a souvent peu de culture 2 roues, il ne se protège pas ou pal (pas de gants, casque souvent pas attaché, pas de blouson comportant des protections, en été il est quelquefois en en t-shirt, en short ou en jupe, en sandale ou en tong...) et effectivement sur le trottoir il est parfois garé n’importe comment.

    La preuve ? Sortez de la ville, sur les nationales et les autoroutes, vous verrez très peu de scooters alors que les scooters sont très majoritairement les 2 roues motorisés que vous voyez en ville.
    Les motards sont bien moins représentés en ville, mais ils sont l’essentiel des 2 roues motorisés que vous voyez sur les routes et autoroutes.
    C’est la raison pour laquelle ils dénoncent (en vrac) les rails de sécurité (familièrement appelés « hachoirs à motard » parce-qu’ils protègent les voitures mais tuent les motards), la généralisation des ralentisseurs et autres « coussins berlinois » notamment juste avant les ronds points qui font « décoller » les motos et perdre le contrôle, la vignette pour les motos (quand vous conduisez un engin qui peut vous tuer très rapidement vous êtes très attentifs aux organes de sécurité)...

    En ce qui concerne le stationnement des 2 roues motorisés en ville, là encore, le problème est généré par une non-adaptation des structures urbaines à l’évolution du nombre des 2 roues en villes : Le nombre d’emplacements de parking à destination des 2 roues motorisés n’a pas suivi l’explosion des scooters en milieu urbain.



  • Gérard Dahan Gérard Dahan 24 janvier 2015 20:18

    Ce n’est pas faux. Plusieurs auteurs considèrent effectivement que la véritable fin des conséquences de la crise de 29, fut l’effort d’investissement du fait de la préparation de la 2ème guerre mondiale.



  • Gérard Dahan Gérard Dahan 24 janvier 2015 19:57

    @ Laulau :
    Je crois qu’il faut simplement que vous preniez des cours d’économie. La FED n’a aucun intérêt à faire remonter l’Euro et justement je crois que vous confondez économie et Monopoly...

    Par ailleurs je vous rappelle que nous sommes dans un système capitaliste mondialisé. Que cela ne corresponde pas à vos idées (ou aux miennes) n’a aucune importance sur la détermination des politiques et sur les mécanismes qui interviennent.

    Décidément vous n’avez pas compris ce qu’est la déflation...puisque si je rajoute du pouvoir d’achat, cela ne fera rien puisque les gens attendrons pour consommer sachant que les prix vont baisser.



  • Gérard Dahan Gérard Dahan 24 janvier 2015 19:41

    Comparer Roosevelt et Hitler, excusez-moi mais j’ai le sentiment que vous ne savez pas de quoi vous parlez : Roosevelt a mis en place au début des années 30 une politique néo-keynésienne basée sur une relance d’activité par la politique des « grands travaux ».
    Hitler était en revanche une bille en économie qui prônait l’autarcie économique, la condamnation du principe de l’intérêt et l’accroissement des richesses par l’absoption de nouveaux territoires.
    On ne parle vraiment pas de la même chose.



  • Gérard Dahan Gérard Dahan 24 janvier 2015 19:02

    Bonjour,

    Je suis motard depuis 42 ans,
    conducteur de voiture depuis 40 ans,
    adhérent à la mutuelle des motards depuis... 25 ans
    cycliste depuis... je ne sais plus vraiment...
    et presque sexagénaire comme vous,

    En tant qu’homme d’études, j’ai participé à plusieurs commissions sur le partage de l’espace public entre piétons, cyclistes, 2 roues motorisés et voitures...

    Il est clair que nos infrastructures routières urbaines n’ont pas été conçues pour la place du vélo en ville. Les trottoirs en principe étaient prévus pour les piétons.
    L’émergence des vélib’, vélo’v... à été une formidable opportunités que les pouvoirs publics n’avaient pas envisagées... Ils se sont donc trouvé dans l’obligation de « bricoler » des solutions intermédiaires, temporaires et à la coupe mal taillée.

    Il est clair que le partage de la route entre voiture, vélos et 2 roues motorisés est dangereux pour les plus exposés que sont les vélos, d’autant que les conducteurs de ces vélos de location (l’essentiel des utilisateurs) ne sont pas des cyclistes expérimentés de la conduite en ville.
    En fait, ils s’appréhendent eux-mêmes au contraire comme des « néo-piétons » ne respectant aucune des règles du code de la route exigées pour les véhicules (ce qu’ils sont en principe) et se mettant eux-mêmes très souvent en danger.

    La seule solution, consisterait à verbaliser tous les utilisateurs de vélos de location dès qu’ils ne respectent pas les règles de conduite (ce qui est systématique et constant), mais cela risquerait de faire baisser l’utilisation de ces vélos de location qui est considérée par les pouvoirs publics comme une bonne voie.

    C’est ce qui explique la création de plus en plus fréquente de « fausses pistes cyclables » sur les trottoirs. Ce n’est évidemment pas une chose souhaitable et elle est évidemment dangereuse pour les piétons, mais sur les axes urbains rapides, un cycliste risque sa vie et souvent de lui-même, il monte sur le trottoir pour se protéger.

    Je ne pense pas comme vous que le partage des trottoirs entre vélos et piétons soit une solutions, et il est clair que la seule vraie solution est la création de véritables pistes cyclables. Mais ces pistes cyclables ont plusieurs inconvénients : elles ne sont pas possibles partout, elles ont une « emprise au sol » non négligeable, elles ont un vrai coût
    Dans l’intervalle et dans l’attente de « véritables pistes cyclables » la solution intermédiaire envisagée est effectivement le partage des trottoirs.

    Je suis cependant étonné (sans mettre en doute votre parôle) des propos que vous reportez du président de la mutuelle des motards.
    Les motards sont par définition vulnérables sur la route. Ils en payent tous les jours un assez lourd tribu. Je crois donc que nous sommes par définition en situation de comprendre ce que veut dire être vulnérable.



  • Gérard Dahan Gérard Dahan 24 janvier 2015 16:24

    faute de ma part : « en commençant par accroître la masse monétaire »



  • Gérard Dahan Gérard Dahan 24 janvier 2015 16:20

    @ Laulau :
    C’est pour ça que les américans n’ont pas fait 1, mais 3 plans d’assouplissement quantitatifs (QE)...
    Décidément ces américains sont bêtes quand même...

    Il existe différentes modes de relance de la croissance.

    Ce que vous évoquez c’est ce qu’on appelle la relance par la consommation
    qui marche assez mal lorsque les prévisions sont mauvaises.
    Les gens préfèrent attendre et faire des économies au cas ou...
    Le plan de la BCE est plutôt une relance par la compétitivité, l’investissement et le crédit

    Le plan de la BCE tente de jouer sur plusieurs leviers :
    - En accroissant la masse monétaire (d’Euros) en circulation, il joue sur le taux de change.
    Ça a déjà commencé à agir, l’Euro baisse par rapport au dollar.
    - Immédiatement, le produits Européens sont plus compétitifs puisque pour acheter des produits en €, il faut moins de $ et les échanges se font majoritairement en dollar.
    - Par ailleurs, les produits importés (hors de la zone Euro) se retrouvent plus chers. Ce qui renvient à dire que s’il devient plus cher d’importer des produits, il est parfois plus intéressant de les acheter sur place. -> donc cela peut relancer l’activité dans certains domaine au sein de la zone Euro.
    - Le rachat d’obligations par la BCE réinjecte de l’argent dans les banques. Les banques ont donc plus de liquidités et sont incitées à accorder des crédits. Donc le taux des crédits déjà bas, va encore baisser.
    - Les crédits, ce sont évidemment les possibles investissements des entreprises qui voyant leur compétitivité s’améliorer hors de la zone Euro peuvent être incitées à emprunter et à produire plus.
    - L’accroissement de la production c’est évidemment l’emploi et en conséquence une baisse du chômage.
    - Accroissement de la compétitivité des entreprises européennes, baisse du chômage, ces différents éléments peuvent jouer sur le moral des Français et les pousser à consommer de nouveau...

    Voilà comment on peut effectivement casser une spirale déflationniste...
    en commençant pour accroître la masse monétaire et relancer (un peu) l’inflation.



  • Gérard Dahan Gérard Dahan 24 janvier 2015 15:03

    @ onecinikiou :
    désolé, j’avais glissé sur votre remarque.

    Lorsqu’on juge un sondage, il est important de regarder l’ensemble du sondage.
    Je contate que le sondage Ipsos était très complet, comportait 50 questions réparties dans 12 domaines et que Francetvinfos à titré et mis en exergue 1 seule question et 1 seul résultat choc.

    Bref, la question d’Ipsos était neutre, son étude complète
    et la véritable « manipulation » provient de Francetvinfos qui choisit de ne titrer que sur un seul résultat pour pouvoir faire un titre choc...



  • Gérard Dahan Gérard Dahan 24 janvier 2015 13:46

    @ L’auteur :
    - Que cette mesure était souhaitable voire même un peu tardive, j’en conviens parfaitement.
    - Que les USA qui vivent considérablement plus à crédit soient farouchement opposés à la réussite de l’Euro qui pourrait ravir au dollar sa position de monnaie référence dans les échanges internationaux, cela me parait également une évidence.
    - Que l’Euro soit effectivement capable de ravir au dollar sa position de monnaie référence, c’est également potentiellement très possible ; il suffit de voir quel est le PIB de l’Europe des 18 (zone Euro) 9600 milliards d’€ en 2013 comparativement au PIB 2013 des USA (12 600 milliards d’€)

    Je trouve cependant votre conclusion pour le moins optimiste. Tout cela reste des possibilités et l’Europe politique n’est pour le moment, pas sortie de ses difficultés.



  • Gérard Dahan Gérard Dahan 24 janvier 2015 13:24

    L’opposition (mesurée) d’Angela Merkel à cette mesure n’est pas due à la décision d’insuffler un peu d’inflation dans l’Economie Européenne, ou même de l’abandon de la conservation d’un Euro fort ; au contraire, un Euro un peu plus faible convient parfaitement à l’économie allemande qui en tire de considérables bénéfices en voyant ses produits devenir plus compétitifs.
    Cette opposition (mesurée) est due au risque de voir les économie européennes du sud de l’Europe abandonner leur programme de réformes structurelles à partir du moment où la menace des pressions financières s’estompe...



  • Gérard Dahan Gérard Dahan 24 janvier 2015 13:13

    Si les commentateurs avaient quelques connaissances en économie, ils sauraient que la déflation est l’un des pires inconvénients en matière de récession et que la croissance n’est considérée comme possible que sur des taux d’inflation compris entre 2% et 4%.
    Comme nous étions sur un taux proche de 0,3% d’inflation en base annuelle, c’est la raison pour laquelle l’économie européenne était en position de risquer la déflation...



  • Gérard Dahan Gérard Dahan 24 janvier 2015 11:58

    @ Joletaxi :
    Veuillez m’excuser mais je n’ai pas compris grand chose de ce que vous vouliez dire. Si je comprends bien votre commentaire est « sarcastique » ?

    Quand vous citez une phrase qui ne vous appartient pas, "mettez là entre guillemets« , pour qu’on comprenne que vous réagissez à cette phrase.

    Quand vous citez une autre phrase qui ne vous appartient pas en la déformant comme celle ci-dessous et en lui faisant dire le contraire de ce qui est écrit, c’est soit de la mauvaise foi, soit de l’ignorance des règles d’écriture de base, soit de la manipulation... (J’ai mis en gras, la véritable phrase citée)

     »Croire que l’on peut encore être le fer de lance d’un mode d’énergie rejeté par tous les pays malgré Fuku (vous savez ce truc qui a fait zéro mort, zéro la tete à Toto), des pays comme la Chine, l’Inde, et plus près de nous l’Angleterre mettent en construction ou en projet des dizaines de réacteurs,

    parce que trop couteux, trop dangereux et technologiquement pas abouti est un folie qui nous conduira à la dépendance énergétique parce que nous n’avons pas su ou voulu opérer notre virage à temps."

    Vous reprochez à Trelawney de ne pas suffisamment s’expliquer... Personnellement j’ai trouvé son article bien plus clair que votre commentaire...



  • Gérard Dahan Gérard Dahan 23 janvier 2015 18:45

    @ ecophilopat et JeanVidales
    Je n’ai pas de réponse précise à votre question et on ne peut faire que des suppositions.
    - Peut-être les sympathisants de la droite ou du FN étaient-ils occupés sur d’autres sites,
    - Peut-être un groupe de sympathisants de Melenchon se sont-ils acharnés sur Agoravox...

    Il y a cependant une autre remarque qu’il est possible de faire : le 27 novembre 2013 un internaute a faussé tout seul une question internet sur le site « francetvinfos » dont les résultats devaient être présenté au cours du journal télévisé « soir 3 ». Il a expliqué ensuite comment il avait pu voter tout seul 64 000 fois en moins d’1/2 heure à la question posée .

    L’affaire a éclaté lorsque le présentateur a soudainement annoncé en direct qu’il ne pouvait donner les résultats, ceux-ci lui paraissant suspect.
    A l’époque, l’affaire a fait beaucoup de bruit.
    http://www.lemonde.fr/actualite-medias/article/2013/11/29/ce-n-est-pas-le-premier-sondage-en-ligne-que-je-fausse_3522512_3236.html

    Par la suite, France 3 a annoncé qu’elle avait fait le nécessaire, mais je peux vous assurer qu’il n’en est rien...

    La conclusion est qu’il n’est pas nécessaire d’être des dizaines pour opérer ce type de manipulation, une seule personne avec quelques notions informatique est suffisante pour complètement « bidonner » une question internet.



  • Gérard Dahan Gérard Dahan 23 janvier 2015 17:06

    Je viens de répondre à ton article par un autre article... (qui paraîtra peut-être demain)
    Cordialement smiley



  • Gérard Dahan Gérard Dahan 23 janvier 2015 16:28

    @ Mac : vous êtes mur pour lire mon livre... :) « faire un sondage à chaud au lendemain du 7 janvier pour savoir si les gens accepteraient que l’on adopte des lois d’exception » :
    La pratique des sondages « à chaud » s’est effectivement généralisée (Le premier à l’avoir fait est François Mitterrand qui en avait compris l’intérêt) c’est la technique du « légendage » de l’évènement et elle est effectivement partiellement manipulatoire.
    Elle sert notamment à orienter le commentaire des journalistes en leur expliquant (par l’intermédiaire des résultats du sondage) la façon dont les Français sont censés avoir perçu l’évènement. Mais encore faut-il que les résultats aillent dans le sens que vous souhaitez... Si ce n’est pas le cas, il suffit de ne publier que les réponses aux questions qui vont dans votre sens.

    @ adzo : Les sondages coûtent cher et les Français en sont friands (200 lors de la campagne présidentielle de 2002, 300 en 2007, 400 en 2012) ... On sait que l’annonce d’un sondage pré-électoral sur un journal, permet le développement des ventes. C’est la raison de la multiplication de ces pseudos sondages.
    Désolé de la faute d’inattention pour Mélenchon et je vous rassure (je viens de vérifier), elle n’est pas présente dans mon livre...

    @vachefolle : essayez, publiez un article ?



  • Gérard Dahan Gérard Dahan 23 janvier 2015 13:08

    Merci de vos réactions.
    Quelques réponses à certaines de vos remarques.

    @ P’tit Charle : permettez moi de ne pas être d’accord avec vous ; bons nombres de vrais sondages ne sont pas « manipulés (pas tous) et participent à une véritable connaissance de la société sur elle-même.

    @ Yurf-coco : oui, il y a »manipulation« lorsqu’il y a intention et dans ce cas, la manipulation est évidente. Les aveux de Clément Sénéchal, le twitter officiel de Melanchon en sont la preuve.Je ne dis pas que Mélanchon l’avait organisé, mais il ne pouvait pas ne pas le savoir.

    @ Fergus  : Pas entièrement d’accord avec vous, on a vu oralement Jean Marie Le Pen se prévaloir de résultats de »question internet« qu’il nommait »sondage« ... Oralement, tout le monde ne savait pas qu’il parlait de »question internet« ... Et globalement cette utilisation participe à la »décrédibilisation« des sondages...

    @ adzo : Je dis simplement que les »questions internet« utilisent abusivement le mot »sondage« et que comme les gens ont l’habitude de donner du crédit aux sondages (quand ils sont faits dans les règles de l’art), ces »questions internet« sont systématiquement »bourrés" par les sympathisants de tous les partis.
    Je ne vise pas particulièrement le FdeG, le FN a également abondamment utilisée ces manipulations, reportez vous à mes articles précédents, j’explique la mécanique de certains d’entre eux...



  • Gérard Dahan Gérard Dahan 23 janvier 2015 11:02

    Merci, je vais aller voir...