• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Les commentaires de krolik



  • krolik krolik 5 janvier 2012 20:04

    Dans le « petit calcul » je faisais simplement intervenir les surcoûts post Fukushima sur le parc français, évalués à 10G€, mais il n’y a pas de quoi fouetter un chat.

    Pour maintenir un réseau électrique il faut bien une production en base solide. Si vous n’avez pas de base vous ne pouvez pas coupler une éolienne..

    Si un anticyclone vient à stagner sur la France, et bien vos éoliennes passent en « mode commun » tout à l’arrêt...Donc il faut des sources « sûres » disponibles.

    L’hisotire de la petite production pour la consommation locale, ça fait pense à la vidéo du gars Jérémy Rifkin qui allait dans ce sens : chacun produit et chacun met sur quelque chose qui pourrait être une grande plaque de cuivre. A pour asseoir son discours il prenait l’exemple de la redistribution des fichiers par internet qui conduisent les « majors » du multimédia près dela faillite, donc il prédit la fin des grandes structures comme EDF...

    Sauf que Rifkin ne voit pas la différence entre les courants faibles et les courants forts. Pour une plaque de cuivre européenne il faudrait déjà multiplier par 20 la puissance des connection avec l’Espagne, et lorsque que l’on sait la difficulté à faire passer une seule terne à travers les Pyrénées..

    En fait Rifkin raisonne un peu comme le type qui joue sur sa console de jeu un jour, en s’éclatant avec une mitrailleuse virtuelle et le lendemain qui prend sa kalachnikov pour aller faire ses courses chez Picard-surgelés.. Ca c’est le raisonnement de Rifkin..

    Quant au prix de l’uranium.. alors comme cela on va voler l’autralie et le plus grand fournisseur qui est le Canada !!! Vraiement ils ne savent pas cvompter dans ces pays. ne pas oublier que ce sont les contrats avec ces pays qui détrerminent le prix du marché, et les contrats avec le Niger ou la namibie, ou le kazhakstan ne font que suivre le prix mondial.

     

    @+



  • krolik krolik 5 janvier 2012 19:39

    En ce qui concerne les travaux de Bandazhevsky sur la pectine de pomme, les études ont été refaites et montrent que l’effet pectuine de pomme est nul, si l’on veut accélérer l’évacuation du césium 137 il faut prendre du Bleu de prusse.

    Que Bandazhevsky soit allé en prison c’est une affaire du type soviétique, entre un scientifique autodéclaré se faisant un peu graissé la patte pour accepter des étudiants et le système à la con de Lukatchenko.

    Mais Bandazhevsky est typiquement un homosoviéticus sur lequel on ne peut pas compter, et la Criirad qui fondait de grand espoir sur leur collaboration en a fait la douloureuse expérience losqu’il leur a claqué dans les mains. L’homosoviéticus change d’avis comme de chemise, de façon imprévisible, spécialement pour un avantage immédiat qui a sacrifier l’avenir.

    Evitez de citer Bandazhevsky, ça décrédibilise grave un message.

    Il est bien évident qu’il faut faire la différence entre l’irradiation extérieure qui peut être interrompue et une contamination permanente absorbée.

    En ce qui concerne le fameus césium 137, je vous mets ici une courbe intéressante qui montre l’évolution de la contamination au césium 137 d’un échantillon de population belge (la courbe a été faite par le centre de Mol) et l’on voit bien que le césium s’évacue plus vite que sa décroissance naturelle.. cinq fois plus vite.. et que les dépôts de césium ne sont que très très peu réingérés dans le temps.

    Mais si vous voulez en savoir plus, je vous conseille la lecture de la « Directive Radioprotection » publiée au JO de l’Union Européenne le 30 juin 1996. Une bible que chaque personne intéressée par la radioprotection devrait avoir à portée de main, ça permet de discuter sur des bases sûres.

    En ce qui concerne le barage de Vouglans, vous êtes en train de vouloir ré-inventer l’eau tiède et le fil à couper le beurre. Les problèmes ont été étudiés depuis sa construction et donné lieu à de nombreux rapports. mais tout cela à une époque où internet n’existait pas. C’est l’attitude propre des antinuc de pousser des cris d’orfraies sur des problèmes évalués depuis longtemps. la Criirad par exemple ne cite jamais aucune référence bibliographique par exemple dans ses notes.. comme cela ça dispense de les chercher..Mais ces documents se trouvent dans les DRIRE, et ils sont pris en compte lors de toute nouvelle installation, nucléaire, Sévéso..etc..

    A propos de feissenheim a-t-on une référence d’une digue qui aurait laché suite à un séisme en France ?

    A propos vous ne m’avez pas répondu en ce qui concerne la question de savoir pourquoi il existe encore des personnes vivantes à Ramsar, Guarapari , au Kérala ?? Alors que si l’on applique la relation linéaire sans seuil .. tout le monde est mort..

    @+



  • krolik krolik 5 janvier 2012 17:48

    Mais ce n’est pas en utilisant des majuscules que cela donne plus de poids à ce que vous écrivez.

    Le petit calcul d’augmentation du prix du kWh est tout de même significatif de la différence entre :

    - on tient compte des recommandation de l’ASN

    - on fait de l’éolien et du PV en substitution, substitution qui d’ailleurs n’a pas lieu puisqu’il faut toujours conserver des centrales pour arriver en soutien lors de « pas de soleil » ou « pas de vent »..

    Ce petit calcul je l’ai fait justement après avoir lu le papier de Mallaurie dans le Nouvel’Obs.

    Un petit calcul de votre part aurait été plus significatif qu’une espèce de hullulement.

    Mais en dehors de l’éructation il semble que vous soyez « limité ».

    @+



  • krolik krolik 5 janvier 2012 12:51

    @ObjectifX2

    Sauf que l’annonce de 4000 morts potentielles n’est pas zéro... Après on peut discuter de l’application de la relation linéaire sans seuil.. et chacun sort ses références épidémiologiques..Et là vous êtes sec, car vous avez omis (Ah la sélection des petites phrases sorties de leur cont« exte  !!) Ramsar, le Kérala et Guarapari au moins... Et ça se vérifie chaque jour.

     

    En ce qui concerne la rupture du barrage de Vouglans vous êtes mal tombé, Bugez n’est pas dans l’alignement du déversement possible. Ce barrage est effectivement »ennuyeux« et a nécessité des précautions dans le domaine nucléaire. (Ne pas croire que les ingénieurs qui sont bossent dans le nucléaire sont tous des blaireaux). C’est l’effet avalancheux sur d’autres barrages que provoquerait cette rupture. mais la centrale de Bugey n’est pas dans la ligne d’écoulement. Par contre sur Lyon on aurait une vague de 5 mètres qui s’engouffrerait dans la vallée du Rhône en faisant claquer les barrages successifs. Et ce qui était à craindre c’était dans ce cas la retenue du barrage de Caderosse la vague en retour sur l’usine Melox !!

    Vous ne l’aviez étudié ce cas ? Mais à quoi pensez vous ?

    Mais, il a été adapté des vannes à ouverture rapide sur ce barrage de façon laisser passer la vague consécutive à la rupture de Vouglans, et tout une chaine d’information a été installée.

    Mais tout cela pour faire passer inaperçues les conséquences humaines et matérielles d’une vague de 5 mètres sur la ville de Lyon, un peu comme sont oubliés rapidement la vingtaine de milliers de morts du tsunami japonais qui finalement ne sont rien devant le »zéro mort« par irradiation de Fukushima.

    Manifestez vous pour la suppression des barrages qui sont des »dangers sans retour" ?

    Vous devriez étudier un peu la question avant d’annoncer des trucs sans savoir..

    @+



  • krolik krolik 4 janvier 2012 22:40

    La valeur de 4000 morts ressort d’une estimation probabiliste issue de la « relation linéaire sans seuil », très « pifométrée » du fait que cette relation n’est pas applicable aux faibles débits de dose...Si elle était applicable aux faible débit de dose, tous les habitants de Ramsar en iran, du Kérala en Inde, de Guarapari au Brséil seraient morts depuis et ces villes auraient laissé la place à des déserts uniquement propices à la survie des insectes..

    Dans cette estimation probabiliste de 4000 morts, la solution « zéro mort » est aussi une solution possible.

    Entre vivre à côté d’une centrale nucléaire ou ên aval d’un barrage.. il n’y a pas photo.. un barrage ça ne pardonne pas.. Il suffit de demander aux habitants de Fréjus.

     

    @+



  • krolik krolik 4 janvier 2012 22:32

    Marc Viot a raison ???? C’est à voir de plus près.

    Concernant le coût des mesures proposées de 10 G€ par l’ASN sur 10 ans pour la « robustesse » du nucléaire, je les compare au chiffre d’affaire  de la production nucléaire de 160 G€ sur la même durée. Il s’agit donc  d’une augmentation de 6%, ce qui me paraît tout à fait supportable  (d’autant plus que le prix de vente au particulier est environ deux fois  plus élevé que le prix à la production ; l’augmentation ne serait alors que  de 3%).

     

    D’un autre côté on peut estimer le surcoût du programme Grenelle  pour l’éolien et le PV. Ces énergies ne permettent pas de diminuer le  nombre de réacteurs car ceux ci sont nécessaires pour faire face aux  périodes sans vent et (ou) sans soleil.

    Les ENR permettent seulement de diminuer les  dépenses de combustibles des réacteurs, soit environ 4€/MWh.
    L’achat de courant éolien à 82€/MWh coûte, en fait, 78 €/MWh. Pour un parc  de 25 GW qui produirait environ 55 TWh pour un surcoût en fin de programme de d’environ 4 G€/an.

    Pour le PV, avec 5 GW installé une production de 5  TWh on devrait payer un surcoût de 2,5 G€, soit un total de 7,5 G€ à  comparer au CA nucléaire (je me limite à celui là pour la simplicité du  raisonnement) on a donc une augmentation de 7,5/16=0,46 soit 46%.....

    Donc Marc Viot a tort.

    @+



  • krolik krolik 4 janvier 2012 14:53

    @ snow62fr

    Le chiffre de 4000 morts que vous annoncez est celui max qui pourrait avoir une conséquence en cinquante ans sur l’Europe entière.. autrement dit complètement invisible dans la statistique. Il y a déjà 1000 morts par rien qu’en France dues aux particules en suspension dans l’air.. ces 1000 morts sont bien acceptés et l’on continue joyeusement à se servir de sa voiture. Pour la voiture on est prêt à faire tous les sacrifices, mais pour l’électricité .. non.. deux poids deux mesures.

    @+



  • krolik krolik 4 janvier 2012 00:03

    Magnon, ne vous désolez pas.

    L’auteur, Viot, ne sachant plus quoi dire est allé cherché son copain Pascal Martin, plutôt dans le style « bo-bo-littéraire » pour cloturer le débat qui n’a pas eu lieu d’ailleurs.

    Pascal martin s’est incrit sur AV simplement pour venir répondre à un fil qui était sorti de la page quotidienne d’AV..

    Mais nous écrivons pour les « taiseux »(ceux qui n’écrivent pas et qui viennent simplement lire, pas question de vouloir faire modifier la position des antinucs viscéraux.

    Les antinucs se décrédibilisent eux-mêmes vis à vis des « taiseux ».

    De ce point de vue les échanges sur ce fil ont été un « must ».

    @+



  • krolik krolik 3 janvier 2012 10:18

    @ L’auteur

    Mais vous, vous êtes allé en Ukraine après Tchernobyl ? Vous avez essayé de voir les dégats réels, et essayé de comprendre la société soviétique ?? Vous avez publié votre expérience pratique quelque part.

    Perso j’y ai passé des années, d’ailleurs j’étais le seul Occidental à participer au premier congrès de « Union Tchernobyl » en Novembre 1990 à Kiev, le regroupement des « liquidateurs ».

    Le thème du congrès ne portait pas du tout sur la santé des liquidateurs, mais sur leur demande insistante auprès des autorités d’avoir le droit d’importer de l’Occident de la vodka en exonération de taxe !!!
    C’était l’époque où l’on ne trouvait vraiment plus rien dans les magasins, rien dans les restaurants..rien.. et même la vodka était devenue rare face à la demande qui augmentait.
    De fait ils ont effectivement obtenu ce droit, l’année d’après au moins dans l’Ukraine indépendante, droit qui a perduré pendant au moins 5 ans avant d’être retiré.
    Lorque l’on demandait aux organisateurs s’ils tenaient un fichier des liquidateurs pour pouvoir faire un suivi.. Non ce n’est pas la peine.. !!!
    La détresse était partout dans les rues et les campagnes de l’URSS, et bien au-delà de Tchernobyl.

    Je vous mets ici le « pin’s » du congrès : Il représente un arbre de la zone de Tchernobyl. Cet arbre à la forme très particulière d’une fourche avait servi pendant la guerre aux Nazis comme potence !! Ca exécutait ferme en Ukraine !
    Mais lors de l’explosion de Tchernobyl, les gaz chauds s’écoulant du récteur dans les premières heures avait cuit l’arbre et l’arbre était mort !
    Et les liquidateurs de dire :
    - Les Nazis se sont servis de l’arbre, mais les Communistes l’ont tué.
    Enfin la grave atteinte écologique.

    Donc vos expériences équivalentes sur « le terrain » ? Vous qui voulez afficher le « monopole de l’écoute » .

    @+



  • krolik krolik 3 janvier 2012 01:38

    Il y a effectivement eu une épidémie de cancers de la thyroïde, épidémie qui a touché des enfants de moins de 17 ans et à 80% de moins de 5 ans. Et il y a eu 8 morts, le cancer de la thyroïde est heureusement traitable et les taux de mortalité n’ont rien à voir avec un cancer primaire du poumon.

    D’une façon générale les Soviets avaient arrêté de mettre de l’iode dans le sel de cuisine depuis 1973, et 40% de la population souffrait antérieurement de désordres thyroïdiens !!

    Le sel de cuisine utilisé était du sel gemme qui ne comporte pas d’iode, car ils n’avaient pas de marais salant, le seul endroit possible pour un marais salant était l’isthme de Kerch près de la crimée, mais là ils avaient installé une usine d’extraction de brome pour des fins militaires, ce qui avait créé une énorme pollution.. enfin c’était les conneries de l’URSS..

    Phénomène bien connu par les « crétins du Valais » ou « crétins des Alpes ». Ce sont les Kiwanis qui ont réglé ce problème ensuite. Mais localement près du réacteur éventré les habitants ont pris non seulement de l’iode 131, mais aussi des iodes 132-133-134-135 à durée de vie beaucoup plus courte que le 131 donc à radioactivité beaucoup plus grande.

    Il est à noter que ces iodes très radioactifs avaient disparu dans les quelques jours après l’accident et qu’il n’y en avait plus dans le « nuage » arrivant en France.. Donc les problèmes en Corse...Enfin la Justice a tranché sur ce problème par le non-lieu sur Pellerin.

    Les habitants de Fukushima eux n’ont pas de déficit en iode du fait qu’ils habitent près de la mer et mangent des poissons et crustacés ce qui a tendance à saturer les thyroïdes.

     

    @+



  • krolik krolik 2 janvier 2012 23:33

    La photo manquante ici.

    @+



  • krolik krolik 2 janvier 2012 23:30

    il y a un point important que je voudrais souligner, et qui a causé beaucoup d’émoi dans différentes instances, y compris à Bruxelles. Après Tchernobyl lorsque l’on a vu apparaître des photos comme celle-ci.

    L’instant d’effroi passé, mais le coeur retourné. Il a été décidé d’enquêter finement sur ce qui se passait réellement. Car des trisomies 18 ou des hydrocéphalies n’avaient jamais été détectées, que ce soit à Hiroshima ou ailleurs lors d’accidents graves d’ouverture et dilution dans le milieu de sources industrielles qu’elles soient de cobalt, de césium...(voir par exemple la thèse CNAM de Corinne Guertzon -écolo distinguée-sur l’accident de Goïania au Brésil).

    Des cas comme cela, historiquement il y en a de nombreux bocaux au Musée Dupuytren, rue de l’Ecole de Médecine à paris, mais on en trouve également dans les collections de l’hôtel Dieu à Lyon, à Montpellier.. Des cas passés au formol au XIXème siècle (bien avant le nucléaire civil ou militaire), et devenus rares maintenant.
    Alors on a cherché et l’on s’est aperçu que :
    A l’époque de l’URSS, il ne naissait aucun enfant avec malformation génétique, impossible de trouver la moindre trisomie 21 ou autre sur toute l’URSS.
    Pour la simple et bonne raison que du fait du dogme de la priorité à la production il fallait que chacun puisse travailler.
    Les naissances se passaient dans des maternités fermées sous le prétexte d’asepsie (manque d’antibiotiques entre autres choses), la parturiente était rasée,aseptisée, et aucune visite autorisée, pas même le mari ; fenêtres hermétiquement closes.
    Le mari pour voir le bébé devait téléphoner à son épouse, elle lui donnait par téléphone le numéro de la chambre affiché à la fenêtre, et lorsque le mari venait il envoyait des gravillons contre la fenêtre pour attirer l’attention de sa femme (pas de téléphone portable à l’époque). A ce moment l’épouse nouvelle mère pouvait lui faire voir le bébé par la fenêtre (sans l’ouvrir bien sûr).
    Alors comment surveiller ce qui se passait à l’intérieur des maternités !!!!
    Mais à partir de la chute de l’URSS en 1991 les méthodes ont changé, les toubibs se sont mis à ranimer tous les nouveaux-nés.
    Et là ils ont commencé à en avoir beaucoup, et plus que chez nous !
    Pourquoi plus que chez nous ? Tout simplement parce qu’à l’Ouest au troisième mois il est pratiqué une première échographie, si cette échographie conduit à une doute grave, il est pratiqué une amniocentèse sur le génome du fœtus. Et là les parents sont mis en face de leurs responsabilités.
    Personnellement j’ai eu à connaître deux cas proches qui se sont terminés par des IVG.
    Et en plus pour faire bonne mesure les Ukrainiens ont rassemblé les cas en provenance de tout le pays, y compris de l’extrême Est du pays, les zones industrielles du Donbass, Donetsk, Marioupol, zone où le « nuage » n’est jamais passé.. Mais c’était histoire de faire plus dramatique.
    En ex-URSS ils n’ont pas le matériel de suivi, échographie, amniocentèse, donc ils ont plus de cas « monstrueux » que chez nous.
    Nous sommes mal équipés pour recevoir ces enfants, mais eux ne l’étaient pas du tout du fait de non antécédents historiques expliqués plus haut.
    Alors ils ont tout mis sur le dos de Tchernobyl.

    Les occidentaux se sont laissés attendrir dans un premier temps et puis des recherches ont été entreprises et l’on est arrivé aux conclusions que je viens de vous donner.
    Alors qu’en plus il y ait des malformations dues à des intoxications aux métaux lourds c’est très possible…
    Dans le même style on peut se pencher sur le cas de la Roumanie. Là, la politique de Ceausescu était de vouloir multiplier la population roumaine par quatre en 20 ans, il avait voulu faire passer une loi en 1977 qui se devait d’obliger les ménages à avoir cinq enfants !! Les accoucheurs avaient des primes pour toutes les naissances « vivantes ».
    Et à la chute du « Danube de la pensée » il a été trouvé 100 000 enfants atteints de malformations croupissants dans des orphelinats-mouroirs. L’horreur la plus complète.
    Et il n’a jamais été dit que le « nuage » ait atteint la Roumanie. Le « nuage » est passé au Nord et à l’Ouest mais pas au Sud sur la Roumanie. qu’en Roumanie aussi la pollution par métaux lourds soit importante c’est évident également.

    En fait pour en revenir sur ce cas d’hydrocéphalie, il faut savoir que lorsque cela se produit en Occident, s’il n’est pas décidé d’IVG et bien l’on branche un cathéter entre le crâne et le péritoine ce qui permet au liquide céphalo-rachidien de ne pas comprimer le cerveau et de ne pas provoquer cette monstruosité de dilatation. Le développement peut se faire quasiment normalement, et au bout de quelques années on retire le cathéter
    Mais en Ukraine ils n’avaient pas d’entraînement sur cette technique La médecine était délabrée comme le reste du pays.
    Lorsque des « documentaires » sont passés sur ces sujets, des séries de photos horribles, des parents qui pleurent, mais aucun toubib, chirurgien, généticien n’est appelé pour donner son avis de spécialiste. Ce sont des reportages à penser avec ses tripes et ses yeux pour pleurer.
    Si l’on veut interpréter des évènements passés dans les pays de l’Est à l’aune de nos réflexes occidentaux, on a tout faux. La normalité, le sens commun, n’ont pas les mêmes résonances ici et là-bas.
    On a du mal à comprendre qu’entre le Nazisme et le Communisme il y a d’étranges parentées. D’autre part cela n’est pas ressorti de façon spectaculaire car aucune armée occidentale n’a envahi l’URSS pour aller fouiller les « détails ».

    Et de publier des photos comme celles-ci sans commentaire, ça anesthésie le sens critique, en fait c’est la technique développée par Goebbels avec l’appui de Léni Rieffensthal.

    @+



  • krolik krolik 2 janvier 2012 23:24

    Je crois qu’il faut corriger quelques erreurs.
    - le plutonium se trouve naturellement dans le sol sur environ 1 mètre d’épaisseur, qui est la limite d’action des rayons cosmiques qui arrivent sur terre et qui font transmuter l’uranium 238 naturel en 239Pu. ce qui conduit au fait qu’il y a environ 9 tonnes de plutonium répartis sur le territoire continental français, et que l’on peut compter environ 15 Bq de 239Pu dans le moindre pot de fleur sur sa fenêtre.

    Mais le plutonium sous forme oxydée ne s’assimile pas, une fois ingéré il est directement évacué par les « voies naturelles ». A Kiev sur les 900km2 de la ville et de sa banlieue il a été répandu 54 grammes de 239Pu, de quoi tuer 54 millions de personnes.. sauf que personne n’est mort de Pu. Lorsque l’URSS s’est effondrée on a fait venir en France des Kievois qui habitaient là-bas , avant, pendant et après Tchernobyl. Ils onbt été passé à l’anthropogammamétrie totale et les opérateurs étaient déçus de ne pas trouver le moindre petit becquerel de 239Pu. Le 239Pu est dangereux lorsqu’il est inhalé, mais contrairement au plomb il n’a pas tendance à se mettre en aérosol.

    Vous citez Vassily Nesterenko fondateur de Belrad, mais il faut rappeler que ce n’était pas un expert en radioprotection, il était spécialiste de la conception de centrales nucléaires mobiles pour faire démarrer les missiles intercontinentaux mobiles sur trains. Des trucs comme ceux là. Il est décédé d’une opération à l’estomac en août 2008, mais en Février 2008 il avait fait une déclaration intéressante : en estimant à 20 millions les décès en 22 ans sur la zone concernéé Russie-Bélarus-Ukraine.. Plus personnbe n’est mort de mort naturelle sur cette période. C’est un « scoop » que vous auriez pu reprendre, au lieu de citer son fils , Alexeï, pisse-menu qui a réduit les propos de son père à 985000 morts..

    Il est certain qu’il y a eu des mutations génétiques sur Tchernobyl, et spécialement chez les oiseaux. Par exemple on trouve des hirondelles dont la longueur des queues bifides n’est pas égale, de la même façon que l’on en trouve dans des villes très polluées comme Moscou ou Paris.

     

    @+

     

     



  • krolik krolik 19 décembre 2011 12:39

    Si vous voulez voir le détail du dernier trajet du TK bremen, je vous conseille ce site où l’on peut suivre tous les bateaux équopés du bon transpondeur, cfe qui était le cas de ce bateau.

    @+



  • krolik krolik 19 décembre 2011 10:23

    Oui, c’est cela dès que les médias commencent à parler d’un sujet que l’on cvonnait un peu.. il faut fermer le poste..

    Dans le nucléaire c’est la même chose.. Et ici sur AV.. je vous dis pas !

    @+



  • krolik krolik 18 décembre 2011 11:03

    Comme à votre habitude, à un argument sérieux vous répondez par une pochade.

    Vous tenez vraiment à décrédibiliser les antinucs ?

    @+





  • krolik krolik 15 décembre 2011 17:40

    Sauf que Irène et Frédéric Joliot Curie ne sont jamais partis aux USA pendant la guerre... Grossière erreur ! C’est Halban et Kowarski qui sont partis sur Londre rejoindre le « comité Maud ».

    Le boson de Higgs est tiré d’une équation non linéaire.. or jusqu’à présent la mécanique quantique n’a jamais fonctionné qu’avec des équations linéaires...

    De cette même équation t’Hooft et Polyakov ont tiré un monopôle magnétique..mais avec une telle masse (de l’ordre de 10^17 masses de protons..) que l’on n’est pas prêt de la mettre en évidence.

    Mais si l’on en reste aux bases de la mécanique quantique : le boson de Higgs n’existe pas !

    On verra bien qui a raison vraisemblablement en 2012..

    @+



  • krolik krolik 11 décembre 2011 12:14

    @Gasty,

    Mais il y a eu des personnes directement exposées, ce sont les Lapons de Scandinavie à deux pas des essais de Nouvelle Zemble. Les lapons mangent du renne, qui manque des lichens, qui stockent les métaux lourds.

    il y a eu pas mal d’enquêtes épidémiologiques réalisées par les Français, les Finlandais, les Norvégiens, les Suédois (ne pas croire que tout le monde est resté les deux pieds dans le même sabot !), les Scandinaves aiment bien leurs lapons ; et qu’en est-il résulté ?... Rien..

    A Ramsar il y a des habitnts qui se prennent leurs 260mSv par an depuis ... leur naissance.. et qu’est-ce que cela induit sur leur santé ? .. Rien..

    Il a du y avoir cinq ou six personnes qui se sont prises un peu plus que 250mSv à Fukushima, ce qui devrait augmenter leur risque de cancer de 1,5 à 2%...Mais dans la mesure où ils ont un suivi spécial, ça ne devrait pas changer leur espérance de vie.

    Alors les milliers / millions de morts annoncés..Où allez-vous les trouver ?

    En tout état de cause, mieux vaut vivre à côté d’une centrale nucléaire plutôt qu’en aval d’un barrage, car le barrage lui ne pardonne pas.. Et ce ne sont pas les gens de Fréjus qui démentiront.

    @+



  • krolik krolik 11 décembre 2011 01:11

    @Pérol,

    Le seul problème c’est qu’avec l’énergie.. il ne suffit pas d’avoir un beau discours..

    Pour faire fonctionner un ascenseur lorsque vous habitez au 10ème étage.. lorsqu’il faudra retourner au lavoir pour la lessive... (ma grand’mère est morte sur un lavoir en 1952.. ce n’est pas si vieux et il y avait de l’électricité déjà..).

    Toutes les énergies sont polluantes.. le tout c’est de trouver un compromis optimisé. Magnon vous a rappelé quelques vgérités sur les morts du charbon, du pétrole, du bois, de l’hydraulique... et on peut même ajouter le PV avec les installateurs qui sont tombés des toits(voir une étude suédoise publiée en Février dernier dont on a parlé ici.

    Alors vous agitez la « bombe », Tchernobyl et Fukushima... Je vous conseille de prendre connaissance de quelques repères :

    Comme ici l’inventaire comparatif des divers accidents nucléaires.. Avec les essais atmosphériques nous avons survécu à une centaine de Tchernobyl entre 1945 et 1962 !!

    L’hémisphère Nord a été hautement contaminé, tenez ici une comparaison entre des enfants de l’hamisphère Nord en général et des enfants à la frontière de l’Est française suite à tchernobyl.

    Et visiblement vous n’avez aucune notion de radioprotection, aucune notion de la radioactivité naturelle sur terre et des Océans.

    Mais ce n’est pas avec des belles considérations philosophiques que l’on fait fonctionner le monde qui nous entoure, c’est avec des systèmes de productions énergétiques stables.

    @+