• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Les commentaires de Boileau419



  • Boileau419 Boileau419 21 mai 2008 06:02

    L’auteur ne s’est même pas aperçu qu’il nous a donné une image pas vraiment déplaisante du Dalaï.



  • Boileau419 Boileau419 21 mai 2008 06:01

    Si c’était Bush qui s’était porté miséricordieusement au secours de sinistrés américains, qu’auriez-vous dit ? Arrières-pensées électoralistes...

    Dans le cas de Wen Jiaobao, il y a sans nul doute une sympathie sincère, mais je ne peux m’empêcher de penser qu’il y a aussi beaucoup d’intérêt propre.

    Et il ne faut pas oublier le scandale des écoles mal construites, signe de la corruption du PCC. De cela pas un mot dans votre article.

    Pour ceux qui seraient pas au courant, on a remarqué que dans les villes et villages affectés par le séisme, la proportion de bâtiments scolaires effondrés était anormalement élevée, et des parents d’enfants morts ne se sont pas privés de signaler que les édifices détruits avaient été mal construits, ce qui constitue évidemment un énorme scandale pour le Parti local.

    La secte d’illuminés pro-chinois d’agoravox est bien cocasse...

     



  • Boileau419 Boileau419 28 avril 2008 11:41

    Quelle violence ? Une affiche avec un chef sioux qui dit "Ils n’ont pas pu mettre des limites a l’immigration, maintenant ils vivent dans des réserves" ? Vous vous émouvez pour bien peu !

    Vous parlez de simplisme, mais pourquoi tout devrait-il toujours etre d’une extreme complexité pour etre vrai ? Quand des étrnagers s’installent massivement quelque part, c’est certain que cela crée un problème très grave pour les autochtones, surtout si ceux qui s’installent viennent avec une religion qui est intolérante et impérialiste (et n’ont nullement l’intention de se laisser assimiler). Un enfant de cinq ans peut le voir...

    Le simplisme n’est-il pas dans votre analyse angélique de l’immigration ?





  • Boileau419 Boileau419 20 avril 2008 11:10

    Voici un article qui devrait aider quelques indécis à ouvrir les yeux sur la nature du nationalisme chinois :

     

    Caught in the Middle, Called a Traitor

    By Grace Wang
    Sunday, April 20, 2008 ; B01

     

    I study languages — Italian, French and German. And this summer — now that it looks as though I won’t be able to go home to China — I’ll take up Arabic. My goal is to master 10 languages, in addition to Chinese and English, by the time I’m 30.

    I want to do this because I believe that language is the bridge to understanding. Take China and Tibet. If more Chinese learned the Tibetan language, and if Tibetans learned more about China, I’m convinced that our two peoples would understand one another better and we could overcome the current crisis between us peacefully. I feel that even more strongly after what happened here at Duke University a little more than a week ago.

    Trying to mediate between Chinese and pro-Tibetan campus protesters, I was caught in the middle and vilified and threatened by the Chinese. After the protest, the intimidation continued online, and I began receiving threatening phone calls. Then it got worse — my parents in China were also threatened and forced to go into hiding. And I became persona non grata in my native country.

    It has been a frightening and unsettling experience. But I’m determined to speak out, even in the face of threats and abuse. If I stay silent, then the same thing will happen to someone else someday.

    So here’s my story.

    When I first arrived at Duke last August, I was afraid I wouldn’t like it. It’s in the small town of Durham, N.C., and I’m from Qingdao, a city of 4.3 million. But I eventually adjusted, and now I really love it. It’s a diverse environment, with people from all over the world. Over Christmas break, all the American students went home, but that’s too expensive for students from China. Since the dorms and the dining halls were closed, I was housed off-campus with four Tibetan classmates for more than three weeks.

    I had never really met or talked to a Tibetan before, even though we’re from the same country. Every day we cooked together, ate together, played chess and cards. And of course, we talked about our different experiences growing up on opposite sides of the People’s Republic of China. It was eye-opening for me.

    I’d long been interested in Tibet and had a romantic vision of the Land of Snows, but I’d never been there. Now I learned that the Tibetans have a different way of seeing the world. My classmates were Buddhist and had a strong faith, which inspired me to reflect on my own views about the meaning of life. I had been a materialist, as all Chinese are taught to be, but now I could see that there’s something more, that there’s a spiritual side to life.

    We talked a lot in those three weeks, and of course we spoke in Chinese. The Tibetan language isn’t the language of instruction in the better secondary schools there and is in danger of disappearing. Tibetans must be educated in Mandarin Chinese to succeed in our extremely capitalistic culture. This made me sad, and made me want to learn their language as they had learned mine.

    I was reminded of all this on the evening of April 9. As I left the cafeteria planning to head to the library to study, I saw people holding Tibetan and Chinese flags facing each other in the middle of the quad. I hadn’t heard anything about a protest, so I was curious and went to have a look. I knew people in both groups, and I went back and forth between them, asking their views. It seemed silly to me that they were standing apart, not talking to each other. I know that this is often due to a language barrier, as many Chinese here are scientists and engineers and aren’t confident of their English.

    I thought I’d try to get the two groups together and initiate some dialogue, try to get everybody thinking from a broader perspective. That’s what Lao Tzu, Sun Tzu and Confucius remind us to do. And I’d learned from my dad early on that disagreement is nothing to be afraid of. Unfortunately, there’s a strong Chinese view nowadays that critical thinking and dissidence create problems, so everyone should just keep quiet and maintain harmony.

    A lot has been made of the fact that I wrote the words "Free Tibet" on the back of the American organizer of the protest, who was someone I knew. But I did this at his request, and only after making him promise that he would talk to the Chinese group. I never dreamed how the Chinese would seize on this innocent action. The leaders of the two groups did at one point try to communicate, but the attempt wasn’t very successful.

    The Chinese protesters thought that, being Chinese, I should be on their side. The participants on the Tibet side were mostly Americans, who really don’t have a good understanding of how complex the situation is. Truthfully, both sides were being quite closed-minded and refusing to consider the other’s perspective. I thought I could help try to turn a shouting match into an exchange of ideas. So I stood in the middle and urged both sides to come together in peace and mutual respect. I believe that they have a lot in common and many more similarities than differences.

    But the Chinese protesters — who were much more numerous, maybe 100 or more — got increasingly emotional and vocal and wouldn’t let the other side speak. They pushed the small Tibetan group of just a dozen or so up against the Duke Chapel doors, yelling "Liars, liars, liars !" This upset me. It was so aggressive, and all Chinese know the moral injunction : Junzi dongkou, bu dongshou (The wise person uses his tongue, not his fists).

    I was scared. But I believed that I had to try to promote mutual understanding. I went back and forth between the two groups, mostly talking to the Chinese in our language. I kept urging everyone to calm down, but it only seemed to make them angrier. Some young men in the Chinese group — those we call fen qing (angry youth) — started yelling and cursing at me.

    What a lot of people don’t know is that there were many on the Chinese side who supported me and were saying, "Let her talk." But they were drowned out by the loud minority who had really lost their cool.

    Some people on the Chinese side started to insult me for speaking English and told me to speak Chinese only. But the Americans didn’t understand Chinese. It’s strange to me that some Chinese seem to feel as though not speaking English is expressing a kind of national pride. But language is a tool, a way of thinking and communicating.

    At the height of the protest, a group of Chinese men surrounded me, pointed at me and, referring to the young woman who led the 1989 student democracy protests in Tiananmen Square, said, "Remember Chai Ling ? All Chinese want to burn her in oil, and you look like her." They said that I had mental problems and that I would go to hell. They asked me where I was from and what school I had attended. I told them. I had nothing to hide. But then it started to feel as though an angry mob was about to attack me. Finally, I left the protest with a police escort.

    Back in my dorm room, I logged onto the Duke Chinese Students and Scholars Association (DCSSA) Web site and listserv to see what people were saying. Qian Fangzhou, an officer of DCSSA, was gloating, "We really showed them our colors !"

    I posted a letter in response, explaining that I don’t support Tibetan independence, as some accused me of, but that I do support Tibetan freedom, as well as Chinese freedom. All people should be free and have their basic rights protected, just as the Chinese constitution says. I hoped that the letter would spark some substantive discussion. But people just criticized and ridiculed me more.

    The next morning, a storm was raging online. Photographs of me had been posted on the Internet with the words "Traitor to her country !" printed across my forehead. Then I saw something really alarming : Both my parents’ citizen ID numbers had been posted. I was shocked, because this information could only have come from the Chinese police.

    I saw detailed directions to my parents’ home in China, accompanied by calls for people to go there and teach "this shameless dog" a lesson. It was then that I realized how serious this had become. My phone rang with callers making threats against my life. It was ironic : What I had tried so hard to prevent was precisely what had come to pass. And I was the target.

    I talked to my mom the next morning, and she said that she and my dad were going into hiding because they were getting death threats, too. She told me that I shouldn’t call them. Since then, short e-mail messages have been our only communication. The other day, I saw photos of our apartment online ; a bucket of feces had been emptied on the doorstep. More recently I’ve heard that the windows have been smashed and obscene posters have been hung on the door. Also, I’ve been told that after convening an assembly to condemn me, my high school revoked my diploma and has reinforced patriotic education.

    I understand why people are so emotional and angry ; the events in Tibet have been tragic. But this crucifying of me is unacceptable. I believe that individual Chinese know this. It’s when they fire each other up and act like a mob that things get so dangerous.

    Now, Duke is providing me with police protection, and the attacks in Chinese cyberspace continue. But contrary to my detractors’ expectations, I haven’t shriveled up and slunk away. Instead, I’ve responded by publicizing this shameful incident, both to protect my parents and to get people to reflect on their behavior. I’m no longer afraid, and I’m determined to exercise my right to free speech.

    Because language is the bridge to understanding.





  • Boileau419 Boileau419 20 avril 2008 03:36

    La réponse officielle à votre question est que l’escrimeuse handicappée chinoise n’avait pas encore commencé le relais. Elle attendait de recevoir la flamme du deuxième relayeur. D’où l’absence des schtroumpfs macoutes de l’escorte chinoise. Reste qu’à mon avis cette histoire est bel et bien un coup monté.

    Regardez bien la troisième photo sur cette page du site officiel. Que voyez-vous à l’arrière-plan ? Le bus des schtroumpfs macoutes, qui se gardent bien d’intervenir sur place...

    Quant à la photo des soldats moines, on a dit qu’elle serait tirée d’un film tourné en 2003. Le problème, c’est que divers films ont été proposés. On a aussi dit que c’était une photo qui serait apparue au dos d’une revue chinoise sur le Tibet, parue elle aussi bien avant les faits de cette année. le hic, c’est que personne jusqu’à présent n’a pu produire une photo de cette revue. Bref, les arguments des pro-Chinois restent des allégations non fondées.

    Depuis quand des bidasses chinois jouent des moines tibétains dans des films ? Cette explication me parait aussi ridicule que l’afffaire du passeport intact de je ne sais plus quel pilote arabe qui s’est jeté sur les tours jumelles à New York. La tour d’acier a pris feu, l’avion s’est volatilisé, mais le passeport du terroriste égyptien a échappé à la fournaise et est tombé sur le trottoir, où un agent de police l’a ramassé...

    On nous prend vraiment pour des cons...



  • Boileau419 Boileau419 19 avril 2008 04:10

    Je suis entièrement d’accord avec ce que l’auteur dit à propos des violations de nos principes démocratiques lors du relais de la Flamme, qui a été de manière sournoise une sorte d’injection suplémentaire de dictature et d’oppression dans nos pays, où les libertés sont singulièrement en recul depuis une bonne décennie.

    On ne peut que saluer à ce propos le courage du Japon et de l’Australie d’écarter du relais les schtroumpfs macoutes chinois.



  • Boileau419 Boileau419 19 avril 2008 04:02

    Que les pro-Chinois disent le fond de leur pensée :

    Le pouvoir de gouverner, d’où vient-il ? Des fatalités historiques ? De la divinité ? De la supériorité culturelle ? Ou du consentement des gouvernés ?

    Il y en a sur ce forum (spontanément ou à la solde de la Chine) qui voudraient nous faire croire qu’en matière de politique c’est l’histoire (réinventée par eux) et aussi la modernité technologique et culturelle (incarnée par la fameuse croissance à deux chiffres de la Chine) qui justifieraient tout. Le Tibet a appartenu un certain nombre de siècles à la Chine=>donc il doit lui appartenir ad vitam aeternam ; la Chine est moderne et éclairée=>les moines tibétains d’un autre age doivent plier bagages et se soumettre ; la Chine fournit des tracteurs et des télévisions=>c’est bien payé pour la perte de la liberté.

    Contre cela il faut affirmer le primat de la volonté d’un peuple au temps présent, de meme qu’il faut affirmer la liberté d’un individu d’échapper aux conditionnements de son histoire et de son environnement pour créer son avenir. C’est tout. Ou bien le pouvoir d’un gouvernant vient du consentement de ses sujets, ou il est le produit de la violence. C’est le contrat social ou le canon.

    Il est certain que les Tibétains veulent se gouverner eux-memes et n’ont aucunement envie d’etre gouvernes par Pekin. C’est donc à une violation grossière du contrat social que l’on assiste, aussi bien au Tibet qu’en Chine (Mao s’est imposé par la violence !).

    En fait, ce principe existe aussi dans la pensée chinoise, bien que sous une forme moins claire (les Chinois sont plutot nuls en matière de pensée politique, leur histoire sur ce plan se résumant à une longue soumission à l’autorité de plus de 4000 ans) : le peuple a le droit de chasser un gouvernant qui ne respecte pas les lois du Ciel. Donc meme en Chine les sujets du Dragon céleste ont leur mot à dire et sont en théorie les acteurs de leur destinée. Par conséquent dire que le principe du contrat social est un acquis culturel occidental qui n’est pas exportable n’est pas sérieux (d’autant que l’exemple de Taiwan prouve que les Chinois aussi peuvent apprendre la démocratie).

    Dans le fond je me demande si ceux qui défendent le pouvoir communiste ne sont pas des racistes qui s’ignorent. Ils semblent penser qu’un Chinois repu (l’éternel argument des 1,3 milliards de Chinois bien nourris par les dirigeants rouges) n’a pas à demander la liberté d’expression et tous les droits dont nous jouissons. Il est encore plongé dans l’animalité et donc sans aspirations réelles de ce coté-là...

    Le fait que nos gouvernments soutiennent la Chine prouve qu’ils ne sont pas réellement démocratiques. Mais c’est là une autre question...

     

     



  • Boileau419 Boileau419 19 avril 2008 03:28

    Que les Tibétains s’en soient pris aux Han, ça ne m’étonnerait pas du tout. Cela arrive souvent en Indonésie, où les autochtones en veulent aux Chinois de dominer l’économie locale.

    Evidemment, si la cause tibétaine n’était pas incarnée par des moines, il est certain que beaucoup la trouveraient plus acceptable. Des guérilleros maoistes auraient certainement la faveur de pas mal de gauchistes et autres anti-cléricaux acharnés. Mais des restes d’une théocratie moyen-ageuse...

    La Chine a la chance d’etre à la fois communiste (de nom) et un pays asiatique. Donc, tout lui est pardonné. Si c’était des Blancs de droite qui s’en prenaient aux Tibétains, tous feraient chorus pour condamner les "affreux colonialistes sanguinaires". Et si les Tibétains coupaient en petits morceaux des commerçants blancs, ce serait oublié et justifié au nom des injustices subies de la part de l’abominable oppresseur.

    Le plus marrant dans toute cette affaire, c’est qu’on parle d’intox et de désinformation des médias occidentaux alors que chacun sait que toute la presse chinoise est muselée et ficelée comme les pieds de leurs gonzesses impériales (oh, le merveilleux passé droit de l’hommiste de la Chine !). On croit rever...



  • Boileau419 Boileau419 11 avril 2008 12:42

    L’argument : la France n’est pas totalement innocente, donc pas question de critiquer les autres est idiot. C’est une forme de l’argument faux ad hominem.

    Parce que le mal est le mal et qu’on peut objectivement en parler sans être soi-même parfait. La question à poser est : ce que x a fait est-il juste ou pas juste ? C’est un peu la même sottise que celle que profèrent les pays en développement qui refusent de sauver leurs forêts vierges sous prétexte que les Européens, qui les mettent en garde, ont eux aussi coupé leurs forêts. Et alors ? Détruire une forêt est objectivement un mal. Donc on peut le dire. Et espérer, évidemment, que celui qui le dit, le dit pour être soi-même plus respectueux de l’environnement.

    Ensuite parce qu’il y a des degrés dans l’état de "péché" : les atteintes aux droits de l’homme qui sont le fait de l’Etat français n’ont aucune commune mesure avec ceux de la Chine. La France, n’en déplaise à certains esprits chagrins, n’est pas une horrible dictature fasciste. 

     

     

     

     

     

     

     

     



  • Boileau419 Boileau419 11 avril 2008 12:32

    Au tissu d’idioties de l’auteur, il n’y a qu’une seule réponse à donner : le Thibet aurait parfaitement pu, à son rythme et avec l’aide de pays plus respectueux de son identité, se mettre à l’heure moderne. Il suffit de voir comment ont évolué les autres royaumes du toit du monde pour s’en convaincre. Et s’il avait voulu rester pauvre et moyen-âgeux en dédaignant les réfrigérateurs et les élections multipartites, eh bien, cela aurait aussi été un choix à respecter, n’en déplaise aux croisés du développement.

    Rappelons quand même que le gouvernement chinois a soutenu activement le régime génocidaire de Pol Pot et a massacré allègrement les Han eux-mêmes par la famine et par la violence directe. Comment peut-on avoir la mémoire si courte pour oublier qu’en 1989 l’armée chinoise a tiré sur des étudiants désarmés et pacifiques ?

    Et puis voilà qu’on nous ressort la énième version de l’argument de la victimitude : la pauvre Chine, qui a en réalité passé une grande partie de son histoire sous différentes occupations étrangères, a été brimée par nous au XIXe siècle. Donc elle doit se voir accorder de notre part un chèque en blanc moral jusqu’à la fin des temps. Un peu comme un autre Etat du Moyen-Orient qui profite de ses morts de la Seconde Guerre mondiale pour se placer au-dessus de toute critique.

    Le Yuanming Yuan ; c’est vrai, a été détruit en partie par des Français et des Anglais. Vous oubliez cependant de nous dire qu’il a été aussi détruit par divers seigneurs de la guerre chinois et par les gardes rouges parce que symbole d’une époque honnie et révolue. Je me souviendrai toujours des paroles d’un maître de tchigong que j’ai fréquenté à l’époque où cette pratique, similaire par certains aspects au yoga, était très en vogue en Chine. Il nous a dit (on était tout un groupe de francophones dans son école) : "La politique de réforme et d’ouverture a détruit bien plus la culture chinoise et ses monuments matériels et spirituels que les gardes rouges."

    Eh oui, en fin de compte, les pires ennemis des Han, ce sont eux-mêmes. Pas nous,qui leur avons d’alleurs donné, cela compense beaucoup de choses, jecrois, tout le tralala moderne depuis les jeans jusqu’aux fusées spatiales. Mais où est la gratitude, hmmm ?

     



  • Boileau419 Boileau419 11 avril 2008 12:09

    Je pense que le seul principe qui tienne, c’est de demander aux intéressés à quel Etat-nation ils veulent appartenir. C’est tout. Autrement on s’enlise dans les sables de l’interpétation historique. Il faut demander aux Tibétains ce qu’ils veulent. Même chose pour Taïwan. Pour le Kossovo, j’approuve l’indépendance des Kossovars albanais, mais j’estime que les zones à majorité serbe devraient être rendues à la Serbie.

    Dire que le Tibet a appartenu à la Chine est faux pour une autre raison, subtile, qui est que la Chine en tant qu’Etat nation n’est qu’une création moderne ; de même que la France n’a réellement commencé à exister en tant que concept politique qu’après le renversement de la monarchie. Autrefois les liens de loyauté étaient strictement personnels : on n’était pas Français, on était sujet du roi de France, ce qui est très, très différent (mais difficilement compréhensible pour nous qui sommes énamourés d’abstractions). Par conséquent, au Moyen-Age, la Chine n’a pas dominé le Tibet. Il y a eu des liens de vassal à suzerain entre l’empereur (mongol, han et mandchou selon les époques) et les dirigeants thibétains. C’était une affaire d’homme à homme, pas une relation entre entités "Chine" et "Thibet".

    Je parie que personne n’a compris, mais je crois être dans le vrai.



  • Boileau419 Boileau419 11 avril 2008 11:39

    Bien parlé Wuyilu.

    Personnellement il y a quelque chose que je me suis toujours demandé à propos du Tibet : les troupes mandchoues ou mongoles ont-elles jamais occupé cet immense territoire ? J’en doute fort. Je pense que le Tibet payait sans doute un tribut à Pékin et reconnaissait son autorité, sans que les Chinois-Mandchous se mêlassent réellement de la gestion au jour le jour du pays.

    Toute l’argumentation des pro-Chinois repose sur l’idée que le passé lierait un peuple à jamais. Un argument monstrueux avec lequel on pourrait arracher des morceaux entiers de l’Italie pour les donner à l’Espagne et rendre toute l’Amérique du Sud à Madrid. Comment est-il possible d’être d’une telle mauvaise foi ? 

    Et ce qui amusant aussi c’est que d’un côté on condamne le féodalisme des Tibétains au nom de la modernité, et de l’autre on s’appuie sur des liens féodaux de suzeraineté et des faits du passé impérial de la Chine pour justifier l’occupation du Tibet par la Chine communiste...

     



  • Boileau419 Boileau419 11 avril 2008 07:24

    le site officiel des JO de Beijing s’est fait hacker

    ils parait qu’ils auraient mis plein de photos pas harmonieuses dans tous les coins

    les salauds de dharamsala

     



  • Boileau419 Boileau419 10 avril 2008 10:52

    Nous oublions ainsi que cette nation, qui compte parmi les plus anciennes du monde, fière de ses traditions de haute culture et de son histoire immémoriale, n’a perdu son autonomie que durant une centaine d’années lorsque ce sont singulièrement l’occident et les puissances rivales régionales qui l’ont envahie, dépecée, humiliée... croyant peser sur le régime, ce sont les chinois dans leur ensemble que nous humilions, et ceci d’autant plus quand on sait le rôle que jouent dans cette culture, le respect des formes, l’obligation de ne pas « perdre la face. » Au lieu de fêter des retrouvailles, de voir là l’occasion d’entamer le dialogue, d’installer la confiance qui permettrait sans doute de critiquer et d’influer sur le cours des choses - au Tibet et au-delà - notre attitude de diabolisation sans nuance ne peut que susciter méfiance et repli nationaliste dans une population désarçonnée par ces volées de bois vert qu’elle estime imméritées..."

    Quel tissu d’insanités ! La Chine a été dominée par les Mongols et les Mandchous pendant des siècles ; de larges portions de son territoire ont aussi été contrôlées par divers peuples de la steppe, et même les Thibétains l’ont envahie. Donc, pour ce qui est des humiliations dues à des présences étrangères, la Chine en a vu d’autres que les ridicules petites escarmouches de Londres et Paris.

    Ils se sentent humiliés ; les Tibétains, eux, sont opprimés et asservis. D’un côté de petits bobos psychologiques ; de l’autre des morts. Je compatis avec la vraie souffrance....

    Les Chinois devraient se consoler à la pensée que tous les tabassés sont dans le camp anti-chinois et qu’aucun gouvernement n’a déclaré forfait pour les Jeux.

    Que fallait-il faire pour éviter aux chinois de perdre leur sacro-sainte face ? Tirer au canon dans la foule des manifestants ? Je trouve que l’attitude des services d’ordre à Londres et à Paris a été plus qu’honorable et même trop honorable. En fait, c’est la France et la Grande-Bretagne qui devraient se sentir bafouées de voir transplanter sur leur territoire des attitudes mandarines vis-à-vis de la dissidence.

    4000 d’histoire et pendant que l’Europe passait par tant de transformations et d’expériences sur le plan politique, la Chine n’a su qu’obéir, obéir, obéir. Maintenant ils voudraient nous couler dans leur moule. Non, merci.

    Pour éviter d’être humiliés je conseille aux Chinois le meilleur antidote qui soit : la connaissance honnête de soi.

     

     



  • Boileau419 Boileau419 9 avril 2008 11:42

    L’ambassadeur de Chine en France a prévenu Henri Sérandour que des officiels chinois n’hésiteraient pas à arracher le badge "Pour un monde meilleur" arboré par les porteurs de la flamme olympique...

    L’information est rapportée par nos collègues de l’Equipe. Hier, l’ambassadeur de Chine en France, M. Kong Quan a menacé les athlètes français participant aux relais de la flamme d’arracher de leur poitrine, le badge "Pour un monde meilleur". Récit.

    Coup de sang de Kong Quan

    Lundi 7 avril. La flamme olympique est censée faire le tour de Paris. Elle y parvient au prix d’un effort terrible : manifestations, répressions par les forces de l’ordre... Pris au milieu de ces enjeux politiques, les athlètes ne sont pas épargnés : crachats, coups, insultes...
    On en oublierait presque que certains arborent un léger signe de défiance à l’égard du régime chinois : le badge "Pour un monde meilleur". Un symbole très consensuel. Mais c’est déjà trop pour l’ambassadeur de France en Chine.

    David Douillet : "Ils vont voir ce qui va leur arriver"

    M. Kong Quan, fou de rage, passe un coup de fil au Comité national olympique et sportif français (CNOSF). Il tombe sur le chef de cabinet du Président, Jean-Paul Clémençon. Kong Quan lui intime l’ordre d’empêcher les relayeurs de la flamme olympique de porter le badge. Jean-Paul Clémençon fait aussitôt suivre l’information à son patron, Henri Sérandour. Furieux, Sérandour en informe à son tour les responsables de l’initiative "Pour un monde meilleur". David Douillet, à la pointe du mouvement prévient : "Ils n’ont qu’à essayer de me l’enlever et ils vont voir ce qui va leur arriver !"

    Henri Sérandour : "Un badge avec des menottes"

    Le président du CNOSF, Henri Sérandour, tente d’obtenir une réaction du CIO à cette menace chinoise. La réponse du Comité international fait l’effet d’une douche froide : il n’est pas favorable au port du moindre signe distinctif... Henri Sérandour s’emporte alors : "J’ai obtenu des athlètes qu’ils portent un badge qui n’attaque pas directement la Chine, mais qui demande selon un monde meilleur. Si les Chinois le désirent, nos athlètes, au contraire, peuvent aussi arborer un badge avec les menottes." La flamme a quitté la France pour San Francisco. Mais le feu de la polémique, lui, continue de brûler entre Paris et Pékin...



  • Boileau419 Boileau419 9 avril 2008 11:38

    L’ambassadeur de Chine en France a prévenu Henri Sérandour que des officiels chinois n’hésiteraient pas à arracher le badge "Pour un monde meilleur" arboré par les porteurs de la flamme olympique...

    L’information est rapportée par nos collègues de l’Equipe. Hier, l’ambassadeur de Chine en France, M. Kong Quan a menacé les athlètes français participant aux relais de la flamme d’arracher de leur poitrine, le badge "Pour un monde meilleur". Récit.

    Coup de sang de Kong Quan

    Lundi 7 avril. La flamme olympique est censée faire le tour de Paris. Elle y parvient au prix d’un effort terrible : manifestations, répressions par les forces de l’ordre... Pris au milieu de ces enjeux politiques, les athlètes ne sont pas épargnés : crachats, coups, insultes...
    On en oublierait presque que certains arborent un léger signe de défiance à l’égard du régime chinois : le badge "Pour un monde meilleur". Un symbole très consensuel. Mais c’est déjà trop pour l’ambassadeur de France en Chine.

    David Douillet : "Ils vont voir ce qui va leur arriver"

    M. Kong Quan, fou de rage, passe un coup de fil au Comité national olympique et sportif français (CNOSF). Il tombe sur le chef de cabinet du Président, Jean-Paul Clémençon. Kong Quan lui intime l’ordre d’empêcher les relayeurs de la flamme olympique de porter le badge. Jean-Paul Clémençon fait aussitôt suivre l’information à son patron, Henri Sérandour. Furieux, Sérandour en informe à son tour les responsables de l’initiative "Pour un monde meilleur". David Douillet, à la pointe du mouvement prévient : "Ils n’ont qu’à essayer de me l’enlever et ils vont voir ce qui va leur arriver !"

    Henri Sérandour : "Un badge avec des menottes"

    Le président du CNOSF, Henri Sérandour, tente d’obtenir une réaction du CIO à cette menace chinoise. La réponse du Comité international fait l’effet d’une douche froide : il n’est pas favorable au port du moindre signe distinctif... Henri Sérandour s’emporte alors : "J’ai obtenu des athlètes qu’ils portent un badge qui n’attaque pas directement la Chine, mais qui demande selon un monde meilleur. Si les Chinois le désirent, nos athlètes, au contraire, peuvent aussi arborer un badge avec les menottes." La flamme a quitté la France pour San Francisco. Mais le feu de la polémique, lui, continue de brûler entre Paris et Pékin...



  • Boileau419 Boileau419 9 avril 2008 09:58

    L’ambassadeur de Chine en France a prévenu Henri Sérandour que des officiels chinois n’hésiteraient pas à arracher le badge "Pour un monde meilleur" arboré par les porteurs de la flamme olympique...

    L’information est rapportée par nos collègues de l’Equipe. Hier, l’ambassadeur de Chine en France, M. Kong Quan a menacé les athlètes français participant aux relais de la flamme d’arracher de leur poitrine, le badge "Pour un monde meilleur". Récit.

    Coup de sang de Kong Quan

    Lundi 7 avril. La flamme olympique est censée faire le tour de Paris. Elle y parvient au prix d’un effort terrible : manifestations, répressions par les forces de l’ordre... Pris au milieu de ces enjeux politiques, les athlètes ne sont pas épargnés : crachats, coups, insultes...
    On en oublierait presque que certains arborent un léger signe de défiance à l’égard du régime chinois : le badge "Pour un monde meilleur". Un symbole très consensuel. Mais c’est déjà trop pour l’ambassadeur de France en Chine.

    David Douillet : "Ils vont voir ce qui va leur arriver"

    M. Kong Quan, fou de rage, passe un coup de fil au Comité national olympique et sportif français (CNOSF). Il tombe sur le chef de cabinet du Président, Jean-Paul Clémençon. Kong Quan lui intime l’ordre d’empêcher les relayeurs de la flamme olympique de porter le badge. Jean-Paul Clémençon fait aussitôt suivre l’information à son patron, Henri Sérandour. Furieux, Sérandour en informe à son tour les responsables de l’initiative "Pour un monde meilleur". David Douillet, à la pointe du mouvement prévient : "Ils n’ont qu’à essayer de me l’enlever et ils vont voir ce qui va leur arriver !"

    Henri Sérandour : "Un badge avec des menottes"

    Le président du CNOSF, Henri Sérandour, tente d’obtenir une réaction du CIO à cette menace chinoise. La réponse du Comité international fait l’effet d’une douche froide : il n’est pas favorable au port du moindre signe distinctif... Henri Sérandour s’emporte alors : "J’ai obtenu des athlètes qu’ils portent un badge qui n’attaque pas directement la Chine, mais qui demande selon un monde meilleur. Si les Chinois le désirent, nos athlètes, au contraire, peuvent aussi arborer un badge avec les menottes." La flamme a quitté la France pour San Francisco. Mais le feu de la polémique, lui, continue de brûler entre Paris et Pékin...



  • Boileau419 Boileau419 9 avril 2008 07:50

    C’est fascinant de voir que ceux-là meme qui reprochent au Tibet son féodalisme sont les premiers, réécrivant l’histoire à l’encre de Chine, à tirer des arguments des liens féodaux entre l’empire du Milieu et le Tibet pour justifier historiquement la situation présente.

    Ceux qui utilisent l’argument du prétendu obscurantisme du régime des lamas par communisme viscéral ou par haine de tout pouvoir clérical me semblent faire un plaidoyer un peu nostalgique et passéiste de la colonisation (qu’ils appellent pudiquement "développement"). Je suis certain qu’ils m’écorcheraient vif si je disais que la France a bien eu raison de coloniser les Noirs cannibales et adeptes de la sorcellerie. Mais voilà, c’est la Chine communiste qui est dans le camp des colonisateurs cette fois (pardon, des développeurs). Donc tout est pardonné.

    Assez d’hyporisie. Le Tibet pouvait parfaitement évoluer vers des formes d’organisation plus à notre gout tout seul et se développer sans la Chine, avec l’aide de l’Inde ou des pays occidentaux. Et si la Chine a modernisé, elle a aussi pillé et saccagé. Quel est le bilan ? On ne le saura jamais car les déprédations ne sont pas comptabilisées dans les statistiques officielles.