• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Les commentaires de Blé



  • Blé 29 mars 17:45

    Ceux qui ont votés avec enthousiasme la « Chose » qui gouverne commencent à s’inquiéter. Le danger de l’épidémie semble bien partagé, le virus ne fait pas la différence entre une tenue d’ouvrier ou un costard 3 pièces qui sont portés en grande majorité par la petite bourgeoisie dans le parti LREM.



  • Blé 28 novembre 2019 20:25

    Pour écrire un tel article, il faut vraiment être ignorant. Lisez donc Fakir, ce journal vous instruira, vous en avez besoin.

    La France insoumise est un mouvement populaire, ce n’est pas un parti politique classique, d’autre part, il faut vraiment penser au ras des pâquerette pour réduire ce mouvement à un individu (J.L.Mélenchon ne s’est jamais considéré comme irremplaçable ce qui n’est pas le cas de beaucoup d’individus de droite , d’extrême , de droite extrême.



  • Blé 28 octobre 2019 05:28

    L’auteur de cet article devrait réviser son histoire de l’école. Il ignore (volontairement ou non ) que l’école n’a jamais été faite pour les populations non possédantes de biens et/ou de capitaux (propriétaires fonciers, actions, entreprises, etc...). Ces gens avaient déjà une scolarité payante et voyaient d’un très mauvais œil que les masses populaires puissent lire, écrire, compter.

    L’école a d’abord été faite pour conditionner les masses à l’ordre de la société établi une bonne fois pour toute par la bourgeoisie

     Depuis 1791 la bourgeoisie détient le pouvoir et l’économie et que je sache, un joueur de tennis, un footeux, gagne plus que le personnel des hôpitaux, que les pompiers ou encore un professeur. On dépense des milliards pour les jeux Olympiques mais on ne trouve pas de sous pour mettre du personnel auprès des anciens dans les EPAD

    La majorité des journalistes de ce pays sont très complaisants vis à vis des élites politiques souvent corrompus.



  • Blé 26 septembre 2019 05:34
    La Révolution française n’est pas terminée

    La révolution française c’est d’abord la bourgeoisie qui dans un premier temps s’est associée au peuple (les travailleurs) puis, une fois que le pouvoir a changé de main , ces bourgeois (francs maçons ou pas) les ont renvoyés à leur charrue, à leur misère.

    Depuis, la bourgeoisie a toujours su et pu garder le pouvoir avec ou sans l’ Eglise.

    L’auteur de cet article confond allègrement le rôle de l’ Église, institution qui a toujours été du bon coté du pouvoir et des possédants avec la religion et la spiritualité.C’est tellement vrai que c’est seulement depuis que le pape François est à la tête de l’Église qu’il y a autant de problèmes et d’ennemis à l’intérieur même de l’église catholique

    D’autre part, comment la bourgeoisie en France s’est-elle enrichie après 1789 ? Beaucoup d’auteurs restent très très discrets sur ce sujet. 



  • Blé 10 août 2019 13:04

    @Christelle Néant

    Avant la guerre de 14-18 60% de la population vivait dans les zones rurales, ce n’est pas un cliché, renseignez-vous auprès de gens qui peuvent vous instruire sur les populations à partir de 1871, vous serez très surprise d’apprendre beaucoup beaucoup de choses sur la culture populaire rurale, sur de développement de l’hygiène avec la scolarisation obligatoire etc..., etc..., etc....
    Ce qui tue, ce ne sont pas les maladies mais les conditions dans lesquelles elles apparaissent sur un individu.



  • Blé 9 août 2019 13:20

    @Christelle Néant
    non ,ce n’est pas un cas personnel. Ce qui tuait beaucoup d’enfants dans les campagnes, ce n’est pas la rougeole, ou la scarlatine proprement dite mais le manque d’hygiène (par ignorance), la mal nutrition qui affaiblissait les organismes, etc...
    Ma mère qui est née à la campagne pendant la guerre de 14-18 a survécu ainsi que ses 11 frères et sœurs à toutes les maladies infantiles.
    Je ne remets pas en cause ce que vous écrivez, alors S V Pavant de me dire que je suis un cas, renseignez vous sérieusement auprès de gens compétents.



  • Blé 9 août 2019 06:21

    @Christelle Néant

    Dans les années 50-60-70, je le répète, dans les maternelles les enfants étaient contaminés par la rougeole, la varicelle, les oreillons, la scarlatine, je n’ai pas souvenir ou de documents qui relatent des dizaines de morts d’enfants entre 3 et 6 ans durant ces périodes. Comme toujours il y a certainement eu des cas de mortalité mais certainement pas par dizaine.
    Dans les années 70, dans la classe de ma fille aînée, sur 25 enfants, 20 étaient absents pour cause de rougeole, je n’ai pas souvenir qu’il y ait eu un seul décès cette année là ni les années d’avant ou les années d’après.



  • Blé 8 août 2019 19:59

    Je fais parti de cette génération qui en maternelle voyait les 3 quarts des enfants d’une classe touchés par la rougeole, les enfants étaient soignés et restaient à la maison. Je n’ai pas le souvenir d’avoir entendu mourir en masse les enfants à cause de la rougeole, peut-être quelques cas chez certains enfants qui l’ont mal supporté mais durant des dizaines d’années, il y avait des pics d’épidémies de rougeole mais pas de pic de mortalité infantile.



  • Blé 12 mai 2019 13:23

    La première difficulté pour un individu est de prendre conscience du monde où il vit, de son organisation (économie, administration, religion, classes sociales, etc...) car depuis sa naissance jusqu’à l’âge de raisonner, il baigne dans un environnement qui conditionne en parti son esprit, son intelligence, sa sensibilité.

    Heureusement, il y a des gens heureux en France comme ailleurs, ils n’ont aucune envie d’exploiter les autres, de s’enrichir au dépend du travail des autres, etc..., ils se contente de ce qu’ils ont par contre ils étendent leurs relations amicales, les échanges, et le partage.  



  • Blé 29 avril 2019 13:39

    Le préfet Lallement a été appelé à Paris pour qu’il mette en place le même maintien de l’ordre qu’il a appliqué à Bordeaux, c’est à dire intimider et décourager aux maximum les manifestants, pour se faire, utiliser ce qu’il faut pour mutiler, asphyxier, etc...


    Il est évident aujourd’hui que ce préfet de Bordeaux a fait tout ce qu’il fallait (donner des ordres aux forces de l’ordre pour violenter de façon traumatisante les gilets jaunes plutôt pacifistes afin de décourager les manifestants.


    La politique de Macron devient intenable, il aura sans de plus en plus recours aux forces de l’ordre et à la violence d’état pour imposer le néo libéralisme aux français.




  • Blé 21 octobre 2018 05:45

    @pipiou


    Je constate que le « Petit » Sarko vous inspire encore quand vous parlez de racaille.

    Qu’entendez-vous par racaille ? Ceux et celles qui luttent pour garder leur boulot ? Monsieur Mélenchon se déplace et soutient toujours les plus modestes les plus vulnérables à la politique Macronnienne.
    Comment appelez-vous les gens qui spolie l’état, et planque leur fric dans les paradis fiscaux ? Il est vrai que dans un paradis tous les habitants sont des « saints ».

    Ce qui est dramatique et pitoyable, ce n’est pas monsieur Mélenchon mais ceux qui le critiquent sans rien connaître de lui.


  • Blé 2 juillet 2018 13:45

    J’ai durant des années fait du bénévolat de bon cœur trouvant normal d’aider son prochain et d’être solidaire.
    Aujourd’hui je ne fais plus de bénévolat car je suis écœurée du comportement des responsables des associations et surtout de l’administration.

    Durant + de 30 ans, je me suis occupée de personnes en situation d’illettrisme dans le cadre professionnelle. Quand j’ai demandé à faire du bénévolat auprès d’un public en difficulté face à l’écrit, il me fallait faire un stage de 8 jours pour assimiler « l’idéologie » qui se cache derrière cette soit disant formation.



  • Blé 2 juillet 2018 05:37

    J’ai appris à penser ailleurs que dans le cadre d’une idéologie.

    En 2018, les français sont moins libres qu’en 1945. La discrimination entre les minorités, entre les genres, entre les classes sociales n’ont pas disparue et le plus grave, la propagande fait tout pour faire oublier que la pauvreté, la misère, le conditionnement des cerveaux et l’abrutissement est d’abord une question de choix économique.

    Le capitalisme s’arrange parfaitement avec n’importe quel régime politique sauf avec un régime qui appliquerait réellement comme objectif, l’émancipation des producteurs de richesses. (je ne parle pas des propriétaires des outils de production, qu’ils soient individuels ou sous la tutelle de l’état ne change rien à l’affaire).

    En tant que femme, les femmes bien que vivant dans un pays dit démocratique et républicain devaient vivre sous la coupe de l’homme jusqu’en 1974 sans que ces messieurs n’y trouve à redire. Le fiston à ses 21 ans avait plus de droit que sa mère qui l’avait élevée.

    Aujourd’hui que la condition masculine se rapproche de plus en plus de la condition féminine tout au moins pour les classes moyennes et pauvres, on nous abreuve de problèmes tel que les migrants, les noirs, les juifs, les pas juifs, les musulmans et les pas musulmans, bref chaque jour les français ont droit à un déluge de propagande loin des charrettes de licenciements, loin des délocalisations qui se poursuivent à la vitesse grand « V », loin des privatisations à tout crin, loin des limitations de liberté individuelle et collective, loin de la casse des services publiques etc...

     



  • Blé 2 juillet 2018 04:54

    Nous sommes à une époque où il devient de plus en plus difficile de s’exprimer sans tomber sur un « groupe » qui sortira toujours des arguments négatifs ne serait-ce que pour se faire « mousser », pour dire « nous sommes là, nous veillons au grain » comme si aujourd’hui la majorité des adultes étaient incapables de penser par eux mêmes.

    La petite maison dans la prairie n’est pas plus stupide que les romans de la Comtesse de Ségur.

    A l’époque des massacres des indiens dans cette partie du monde, on ne parlait pas de génocide mais de conquêtes de territoires tout comme les français faisaient des conquêtes de territoire en Afrique.



  • Blé 1er juillet 2018 07:02

    C’est vrai que dans notre civilisation tout se joue pratiquement durant l’enfance et la maltraitance des enfants a été un sujet tabou jusqu’à depuis peu de temps.

    Ceci dit, les personnes qui s’en sortent le mieux pour elle même et leurs enfants quand elles en ont est de comprendre , puis pardonner au parent (à la mère, au père ou aux deux).

    Pardonner est un travail sur soi de longue haleine mais qui libère. Vouloir mettre de coté le passé consciemment ou inconsciemment et faire « comme si » rattrape les individus tôt ou tard et souvent brise un équilibre qu’ils avaient eu beaucoup de mal à trouver : chagrin, souffrance, souvenirs remontent à la surface et c’est le désarroi.

    Je me permets d’écrire ce que j’écris car je suis passé par ce cheminement. Quand ma mère est entrée en HEPAD, j’espérais qu’elle me demande pardon mais elle n’était plus en état de le faire. Durant des années je pensais que je ne pourrais jamais pardonner ces années de violence durant d’enfance et d’adolescence mais j’y suis arrivé et je me sens « libre » vis à vis d’elle et vis à vis de la société qui regardait ailleurs.



  • Blé 1er juillet 2018 06:23

    Je crois que tous les peuples n’ont qu’une envie, pouvoir vivre en paix.

    Le plus gros problème, il me semble, c’est la corruption à la tête de pratiquement tous les états occidentaux qui ont malheureusement imposer + ou - leur système à tous les autres pays du monde.

    Même dans les pays les plus pauvres du monde, il y a une clique qui vit dans le luxe pendant que les gamins du peuple font les poubelles pour survivre.

    Rajouter à cela les problèmes du manque d’eau dans certaines régions (les barrages de la Turquie par exemple), etc... .

    L’individualisme à tout crin de l’idéologie néo libérale interdit aux populations de se prendre en main. Aujourd’hui selon des spécialistes non corrompus (ça existe) notre planète peut nourrir sans problème 9 milliards d’habitants mais si un homme (quelque soit son pays ou sa religion) utilise autant d’énergie et d’eau que 1000 pauvres alors, oui les guerres vont se poursuivre car cet homme n’a pas l’intention de partager, c’est ce qui est dramatique.



  • Blé 30 juin 2018 13:23

    @colibri,

    Les pauvres d’aujourd’hui sont plus proches de la misère que ne l’étaient les pauvres des années 50 et soixante.

    Dans ces années, peut-être pas tout le monde mais beaucoup d’ouvriers qui étaient pauvres mais pas dans la misère se permettaient de partir 3 semaines en faisant une location tout à fait abordable pour un salaire d’ouvrier ce qui n’est plus le cas depuis belle lurette. Des locations d’une semaine qui équivaut pratiquement à un S M I C ne permettent plus aux ouvriers de se le permettent. Il reste à se nourrir et payer le transport et une petite glace de temps en temps.

    Dans les années 40, les ouvriers et employés ont lutté pour obtenir une meilleure vie pour eux et pour leurs enfants. J’ai l’impression que cela vous chagrine que des pauvres puissent avoir le droit de vivre en dehors des soucis du lendemain. C’est quand même plus simple d’ accuser les pauvres de fainéantise ou de ne pas être très malin pour s’en sortir. Combien d’infirmières doivent dormir dans une caravane parce qu’elles n’ont pas les moyens avec le salaire qu’elles ont de payer un loyer et tout le reste.

    Vous vivez sur quelle planète ??



  • Blé 30 juin 2018 06:10

    Nous ne sommes pas obligés de relever les « idées » des végans et autres extrémistes qui prétendent lutter pour l’écologie et la nature.

    Nous sommes dans une société de « consommation » nécessaire au CAC40 pour survivre.
    Quand tous ces extrémistes s’en prendront aux vrais responsables qui imposent un mode de vie stupide alors ces gens pourraient être crédibles. Pour le moment, ils ne sont pas pas crédibles, ils vivent entre eux et manifestement cela ne leur semble pas suffisant pour leur confort égotique. Ils aimeraient voir autour d’eux des gens qui les approuvent alors qu’ils n’ont aucune conscience de ce qu’entraînerait leur façon de vivre à grande échelle.

    Ils oublient que l’humanité s’est passée d’eux durant pas mal de siècles et même si notre époque n’est pas folichonne, ils ont le droit de la respecter sans culpabiliser les gens qui ne pensent pas comme eux.



  • Blé 27 juin 2018 13:24

    @Konyl

    Les membres de la bourgeoisie ont toujours considéré les ouvriers ou salariés comme des gens qui devaient être menés par eux car eux seuls savent ce qui est bon pour les « prolétaires ».

    Pour la bourgeoisie le chômeur doit ne plus douter un instant qu’ est responsable du chômage. C’est si vrai que si ce chômeur n’écoute pas au doigt et à l’oeil les bons conseils des préposés à pôle emploi, il sera sanctionné. Les délocalisations industrielles, le manque d’investissement dans l’industrie et les entreprises ne sont responsables de rien, c’est la faute à personne parce que c’est le modèle économique qui veut ça.

    En France la bourgeoisie a l’art et la manière de responsabiliser les victimes et d’épargner les vrais responsables. Je suis à la retraite et je me souviens parfaitement que cela ne date pas d’aujourd’hui, dans les années 70, les chômeurs étaient déjà traités comme des profiteurs en puissance, des fainéants, .....



  • Blé 27 juin 2018 13:08

    Avant d’être un problème individuel, c’est d’abord un problème collectif que les industriels des nouveaux appareils avec leur nouvelle technologie imposent aux sociétés, par le travail, (il a fallu que je me forme sur l’ordi pour garder mon emploi) les loisirs,(des jeux à ne plus finir) l’administration (se procurer une fiche d’état civil, déclaration d’impôt, sécurité sociale, etc...).

    L’essor du foot pourrait-il être aussi gigantesque sans la télé, les smartphones, les caméras, etc..., etc... y aurait-il autant d’argent qui passe des poches des spectateurs dans les poches des oligarques, des propriétaires de média, des magasins des supporters, des propriétaires de club,etc... ?

    Le foot rassemble plus surement les français que le combat des salariés contre la privatisation de la S N C F. Il faut rendre hommage à la propagande qui fait un excellent travail de manipulation de l’opinion publique.

    Le plus ennuyeux, c’est que beaucoup de gens ne peuvent plus imaginer un instant pouvoir vivre sans leur « nounou » portable.