• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Les commentaires de Blé



  • Blé 13 avril 2018 13:23

    La minorité française qui a voté pour Macron croyait s’en doute avoir trouvé un sauveur ou un chef. Ils ont un Monarque heureux de l’être comme un enfant gâté qui a enfin obtenu l’objet de son caprice. On va voir ce que l’on va voir et effectivement nous voyons la société se décomposer à grande vitesse.

    C’est incroyable comme les français oublient que le Président de la République n’a aucun contre pouvoir en face de lui et quand il quitte sa fonction il n’a aucun compte à rendre à personne.

    Je veux bien que l’on me dise que nous sommes en République sous un régime démocratique mais j’attends que l’on me le démontre.



  • Blé 13 avril 2018 13:17

    @quand

    La croyance entre en jeu selon la conscience de l’individu au moment du vote. Que cette croyance soit religieuse, philosophique ou encore politique.



  • Blé 10 avril 2018 13:29

    @L’enfoiré

    Témoignage

    J’ai eu l’occasion de m’occuper de jeunes adolescentes très fâchées avec l’orthographe comme je l’étais moi même au même âge.

    Contrairement à ce que l’on veut absolument nous faire croire l’orthographe serait une difficulté insurmontable. Elle est insurmontable pour les personnes qui sont loin de la culture de l’écrit.

    Avec les jeunes adolescentes, en leur proposant de faire une parodie sur le conte de Cendrillon et en précisant que l’orthographe n’avait aucune importance, on verrait cela après la lecture des textes et bien ces jeunes qui ne pouvaient jamais écrire plus de 5 -6 lignes ont écrit en moyenne 4 pages pleines. Le plus surprenant, sur la première page, il y a des fautes d’orthographes pratiquement à tous les mots. Au fur et à mesure du texte, le nombre de fautes d’orthographe diminuait spontanément.

    Quand je fis la remarque à ces jeunes, elles ont été les premières surprises et nous avons essayé d’analyser ce phénomène. Je ne veux pas être trop longue mais c’est bien en écrivant que l’on apprend à écrire car cela permet d’intérioriser les règles de l’écrit comme on intériorise les règles de l’oral quand l’enfant apprend à parler.

    Une autre dimension qu’il ne faut pas négliger, c’est le plaisir d’écrire. Ces jeunes avaient un réel plaisir d’écrire à partir du moment où elles savaient que l’orthographe n’était pas le but de l’exercice.

    Je suis intervenu durant des années auprès des publics en difficultés, tous sans exception comprennent que les règles de grammaires sont nécessaires à la compréhension d’un texte écrit (quel qu’il soit) seulement en France, on met la charrue avant les bœufs.



  • Blé 8 avril 2018 07:00

    Il y a un livre qui expliquait en longueur et en largeur ce que nous vivons et subissons actuellement :

    « L’Horreur économique » de Viviane Forester en 1996 cher Fayard.

    Depuis 22 ans, les élites politiques, économiques, médiatiques françaises travaillent à ce projet avec zèle. Elles se moquent des français et de la France.

    Toute personne ou groupe de personnes qui avait et a toujours l’intention de dénoncer, d’informer, d’organiser une résistance digne de ce nom face à ce totalitarisme qui s’impose dans l’Union européenne est systématiquement descendu en flèche par les média dominants aidés par la classe dominante. 



  • Blé 8 avril 2018 06:36

    Si la prévention des cancers rapportaient autant que leurs traitements, je pense qu’il y aurait beaucoup moins de personnes atteintes d’un cancer. Malheureusement, en France, la prévention, on ne connait pas.
    D’un coté on supprime les subventions pour aider des jeunes à s’installer pour cultiver bio et de l’autre on rembourse des médicaments qui soignent les conséquences de la mal bouffe.

    Ce qui coûte très cher ce n’est pas le salaire des travailleurs ou les indemnités de chômage ni les services publics mais le retour sur investissement des rentiers.



  • Blé 7 avril 2018 13:48

    @joletaxi

    « Et en plus , la longévité en bonne santé s’accroit régulièrement, au point que cela commence à poser de sérieux problèmes ».

    La longévité en bonne santé n’est pas pour tout le monde. Les cadres, les métiers libéraux, les politiques, bref les gens qui n’ont pas eu besoin d’user leur corps de leur force durant 30 ou 40 ans pour vivre.

    Avez-vous eu l’occasion de voir une radio des vertèbres d’un maçon de 50 ans après 30 ans de maçonnerie. Aujourd’hui le métier est peut-être moins dur mais ceux qui arrivent à la retraite en 2017-18 sont vraiment très abimés ainsi que les femmes de ménages, les caissières, les agents de production , bref toutes les personnes qui travaillent sur des chaînes, dans les commerces, dans la fonction publique catégorie « c » arrivent à la retraite en très mauvais état de santé.

     Le discours dominant n’est pas la réalité. 



  • Blé 6 avril 2018 06:14

    L’autre jour j’ai vu un reportage sur les familles qui s’alimentent qu’en bio. Une mère de famille expliquait qu’en changeant les habitudes alimentaires, manger bio ne lui coûtait pas plus cher qu’avant sa remise en question alimentaire.

    Plus de plats préparer, plus de boisson gazeuses, plus de charcuterie, plus de desserts, en bref, elle achète que des produits bruts (légumes, fruits, céréales et farine, œufs et lait d’origine végétale, peu de viande, peu de fromage...).

    Le lait d’origine animal n’est pas très bon pour la santé des adultes. Aujourd’hui, mêmes les médecins (tout au moins où j’habite) recommandent d’en manger le moins possible.

    La santé durable commence dans l’assiette, il ne faut pas l’oublier. Il est vrai que c’est plus facile de trouver des produits non transformés pour les gens qui vivent dans les zones rurales que dans les mégapoles.

    Merci pour ce très bel et intéressant article.



  • Blé 5 avril 2018 13:49

    Après la lecture de cet article j’ai eu comme l’impression que les populations françaises étaient de trop. A en croire l’auteur de cet article, s’il n’y avait pas ces travailleurs qui veulent bosser et vivre dignement de leur travail, tout serait dans le meilleur des mondes.

    Les multinationales se font du fric, les rentiers s’enrichissent, les libertés individuelles diminuent pour le plus grand nombre mais pas pour les élites politiques, ni pour les élites économiques ni pour les élites médiatiques puisque ces trois catégories baignent dans la même eau du néo libéralisme.

    France 2012-2017 : un redressement incomplet, toujours inférieur à la moyenne européenne
    De quoi les travailleurs du privé et des services publics se plaignent-ils ? Dans les hôpitaux, tout baigne, dans les HEPAD tout baigne, dans les établissements scolaire tout baigne, dans les universités tout baigne, pour les S D F tout baigne, pour les 3 millions de mal logé tout baigne, etc..., etc...sûr qu’une fois que la France sera redressée selon les critères de l’ Union européenne tous ces mécontents seront ravis du résultat.


  • Blé 5 avril 2018 13:33

    Pousser la propagande au point où les média dominant la pousse est contre productive.

    Pratiquement chaque famille a un ou deux chômeurs dans son entourage et sait parfaitement que trouver un emploi quand il n’y en n’a pas relève d’un abus de pouvoir de la part de l’état.

    Ce qui coûte cher ce ne sont pas les cheminots mais les grandes lignes de T G V qui ont été conçues pour la classe aisée et très aisée qui se déplacent d’une mégapole à une autre. Il est bien connu que le temps c’est de l’argent, il n’était donc pas question de leur faire perdre du temps dans des trains moins rapides.

     Les T E R ,et les intercités ont été négligés depuis 20 ans (ainsi que l’entretien des rails, des ponts, des tunnels) ) car elles transportent les travailleurs-euses des grandes banlieues ou zones rurales vers les grandes villes où toute l’économie est concentrée.

    La propagande de média dominants ne peut pas faire oublier le vécu et le ressenti dans les corps et les têtes de la majorité des français au quotidien. 



  • Blé 5 avril 2018 13:13

    @Armelle

    Vous avez raison, beaucoup de gens ne partent pas à la retraite à 50 ans, ils partent beaucoup plus tard mais ils coûtent aux contribuables 5fois, dix fois plus cher parce qu’ils ont été députés, ministres, présidents, etc....

    Un détail qui ne vous aura pas échappé, la durée de vie en bonne santé d’un- travailleur-euse dont les cheminots se raccourcie chaque année d’un trimestre depuis ces dernières années.

    Jusqu’à présent, l’état nous expliquait qu’avec le prolongement de la vie, il fallait partir à la retraite plus tard mais cette tendance commence à s’inverser :
    - la pression sur les gens,(travailleurs des services publics et privés)
    - les pollutions,
    - la mal bouff
    - les difficultés pour accéder aux soins
    -les mauvaises conditions de logement
    -l’isolement
    - etc...



  • Blé 5 avril 2018 06:56

    Rien de nouveau sous le soleil. Durant mon enfance, on opérait à tour de bras les enfants des amygdales, on supprimait les utérus des femmes dès qu’elles avaient dépassé un certain âge, on gardait les mamans dans les maternités une bonne dizaine de jours après leur accouchement, etc...à qui ce système profitait, certainement pas aux patient-tes.

    Avec la suppression massive de lits dans les hôpitaux, on opère beaucoup moins les amygdales des enfants, on opère beaucoup moins les utérus et les mamans restent à l’hôpital que 3-4 jours quand tout va bien pour la mère et pour l’enfant.

    Ceci pour dire qu’en France il y a une constante depuis très très longtemps, il faut que la santé des français soit au service d’intérêts d’une minorité que l’on appelait les mandarins. Les labo et pharmacies ont pris le relais.

     



  • Blé 4 avril 2018 18:34

    En Mai 68 la plus grande majorité des français était sous une autorité : autorité administrative, autorité scolaire, autorité médicale, autorité de l’armée, autorité des élites politiques au gouvernement, etc...

    Puis il y avait la guerre froide, l’américanisation massive des esprits (musique, cinéma, feuilletons à la télé, coca-cola, sans parler du mode de vie, de la bouff, du plastique partout, etc...) la lutte contre le communisme, bref, en 68 la classe dominante dominait allègrement sur tout le pays, prenait des décisions qui ont encore aujourd’hui des répercussions mais certainement pas celles que ce jeune homme auteur de l’article pensent.

    En 68, la femme était traitée comme un être inférieur surtout si elle appartenait au monde ouvrier.

    En 71 quand Pompidou a décidé que l’état devait emprunter à des banques privées, nous en payons encore le prix et ce prix est de plus en plus cher car les rentiers en veulent toujours plus.

    Quand on ignore autant de choses sur un sujet comme celui de mai 68, on écrit rien ce qui évite de dire des bêtises.



  • Blé 3 avril 2018 06:35

    Les religions telles que nous les connaissons sont nées avec l’écriture. Fixer avec l’écrit des cultures qui se transmettaient oralement n’a pas été une excellente idée. Nous en payons encore aujourd’hui le prix. Il est étrange qu’au sein des trois religions du livre et qui sont monothéistes, la spiritualité est mis à part quand elles les abordent.

    Que Dieu existe ou non n’a jamais été le problème de ceux qui se sont emparés de la religion pour prendre le pouvoir et le garder. La philosophie de la religion n’est jamais qu’une facette rationnelle pour expliquer l’irrationnel inhérente à l’être humain. Le bien et le mal sont deux notions qui ont été imposées par les gardiens du temple aux populations et toujours en leur faveur.



  • Blé 2 avril 2018 13:43

    @Fifi Brind_acier

    Je suis d’accord avec votre analyse. Je me suis sans doute mal exprimée, je voulais surtout dire que la démocratie étasunienne n’a rien à voir avec la démocratie à la française bien que dans les deux cas, elles ont un point commun : les élites veulent le pouvoir et le garder à tout prix. Ce ne sont pas leur population respective qui les préoccupent, seulement cette soif (maladive ) de domination.



  • Blé 2 avril 2018 13:22

    Ces messieurs musulmans lorsqu’ils laissent leur femme seule avec des enfants en bas âges pour une femme plus jeune (durant 20 ans carrière auprès des femmes en situation d’illettrisme, j’en ai vu plus d’une pleurer) ce n’est pas le coran qui les aide à assumer leurs responsabilités.

    Car ces femmes au nom du même coran n’avaient pas le droit de sortir seule sauf pour accompagner les enfants à l’école, elles n’avaient pas le droit d’apprendre le français, d’aller travailler, etc...etc...

    La seule solution qui soit pérenne pour que les femmes, toutes les femmes quelque soit leur religion, est d’avoir la possibilité de travailler et de pouvoir subvenir à leurs besoins sans être sous la coupe d’un homme et de son salaire. Tant que les femmes devront être payées avec des clopinettes, je doute fort que la violence qui leur est faite, cesse.



  • Blé 1er avril 2018 07:03

    La bourgeoisie française a toujours été et est toujours anti républicaine. Les U S A lui ont donné un bon coup de main en 1968. Déjà à cette époque l’américanisation des esprits était bien avancée. Pas un jour ne passait sans que les média dominants ne fasse l’éloge de la démocratie étasunienne.Il y avait un véritable culte de l’individu tout puissant libre de « jouir » sans avoir à se préoccuper des conséquences de ses actes.

    La propagande faisait en sorte de maintenir les « masses » dans une ignorance totale entre la démocratie étasunienne et la démocratie en France.

    La démocratie étasunienne repose sur la liberté de l’individu, (son droit de posséder une arme, de s’enrichir sans limite, d’exploiter les esclaves, de conquérir des terres, et d’organiser le génocide des indiens) et sur la prédominance du $ dans le monde des affaires.

    En France la démocratie n’a jamais été une démocratie réelle. Le vrai pouvoir est passé de la noblesse (les aristocrates) à la bourgeoisie, le peuple est passé d’un Maître à un autre mais rien a changé pour lui.
    Les renégats de Mai 68 ne sont que le prolongement des renégats de la révolution de 1789 mais cette révolution n’a jamais été faite dans le but de partager le pouvoir entre la classe possédante et les peuple des travailleurs.



  • Blé 1er avril 2018 06:17

    En France, après la guerre de 45, les français salariés ont acquis certains droits grâce à leurs luttes.Il faut rappeler qu’à cette époque, la bourgeoisie avait une peur bleu du « communisme ». Durant ces luttes que disaient la droite ?? Ces deux petits jeunes gens bien propres sur eux l’ ignorent tout comme l’auteur de cet article.

    Ces jeunes gens veulent ignorer le fait que depuis Pompidou, les Présidents élus ne gouvernent pas , ils dirigent le pays au mieux des intérêts de la classe possédante et du $.

    Le choix politique de préférer un chômage massif plutôt que de répartir équitablement la richesse produite par les travailleurs en est la parfaite illustration. L’économie et la finance ne sont pas entre les mains du saint esprit mais entre les mains d’une minorité qui ne pense qu’à satisfaire sont goût du lucre et du pouvoir.

     
    La classe possédante ne connait qu’un seul parti, le sien. Tout le reste n’est que du blablabla.



  • Blé 29 mars 2018 13:21

    Le CRIF a perdu une occasion de se taire car en agissant comme il l’a fait concernant la marche blanche en mémoire de Mireille Knoll, il a indiqué sans contestation possible qu’il instrumentalisait cet hommage à des fins qui n’ont rien à voir avec ce crime crapuleux.
     Honneur à monsieur Knoll qui a su remettre à sa place le responsable du CRIF avec beaucoup d’intelligence.



  • Blé 29 mars 2018 13:10

    Heureusement que Poutine existe, sinon il faudrait l’inventer pour que la ministre anglaise puisse « enfumer » gentiment les anglais et les européens par la même occasion. Les chefs d’états de l’Union européenne ne sont pas dupes, ils savent parfaitement que Poutine n’a aucun intérêt à tuer des russes en Angleterre.



  • Blé 28 mars 2018 13:24

    Ce n’est pas parce que l’on est « vieux » que l’on est sage malheureusement.

    Beaucoup de gens (ouvriers, manœuvres, salariés employé-e-s, petit cadre, commerçants, artisans, petits fonctionnaires et quelques autres) qui ont entre 65-75 ans aujourd’hui n’ont pas compris que la société que la classe possédante mettait en place durant leur jeunesse allait tôt ou tard se retourner contre nos enfants et petits enfants. Les partis politiques ont juste fait ce qu’il fallait pour enfumer les gens depuis 35-40 ans.

    Que ce soit la droite ou la gauche au pouvoir,rien ni personne n’a empêché les rentiers de prendre le pouvoir.

    Il ne faut pas en vouloir à toutes ces personnes qui ont été mis de coté par le gouvernement parce qu’elles savaient, elles avaient de l’expérience mais elles coûtaient trop chers.

    Ceci dit, ce n’est pas à cause des vieux que la société s’effondre, c’est à cause de l’individualisme forcené et la propagande qui chaque jour nous déifie l’individu comme valeur absolu.
     
    Sauf, sauf que la solidarité des membres de la classe possédante est sans faille, ce n’est pas l’individu qui est déifié mais la famille, les réseaux, l’argent, les propriétés mobiles et immobilières.

    Lisez donc les bouquins du Couple Charlot-pinçon, il nous explique comment la classe possédante s’est appropriée le pouvoir et s’est organisée pour le garder.