• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Les commentaires de Morgan Stern



  • Morgan Stern 29 août 2011 10:43

    J’ajoute que ce n’est pas tant parce que la femme a menti auparavant qu’elle est discréditée, mais parce qu’elle a menti « sous serment », ce qui est difficilement pardonnable pour la justice américaine.



  • Morgan Stern 29 août 2011 10:38

    « Permis de violer », vous y allez fort. On peut déplorer que la non-tenue du procès nuise à la recherche de la vérité, mais n’oubliez pas que l’abandon au pénal ne signifie pas la fin des poursuites judiciaires au civil. Ce procureur le sait très bien.

    Ce que j’ai retenu de ce document, c’est que le procureur ayant démontré que la plaignante sait mentir avec une conviction et un réalisme capables de bluffer les experts (le viol au pays), on ne peut se baser sur la crédibilité de la nouvelle accusation (l’intime conviction de ceux qui ont reçu la plainte est très possiblement faillible quand on sait mentir aussi bien). Le témoignage devenant douteux, des preuves irréfutables sont devenues nécessaires.

    Les femmes ont-elles besoin qu’on puisse condamner sans preuve les accusés ? Les condamnations sans preuve, les femmes en ont fait longtemps les frais pendant des siècles, quand l’Église a chassé les « sorcières ». Même si DSK est peut-être coupable, ça ne me semble pas une méthode souhaitable pour juger les affaires.



  • Morgan Stern 11 mars 2011 09:14

    Internet n’empêche personne d’aller chiner sur les quais de la Seine.
    Par ailleurs, tout n’existe pas sur le net, ce qui laisse encore une belle place au « réel ».

    Si parler l’emporte sur la réflexion de fond, c’est aussi parce qu’il en va de même dans le monde réel. En gros, vous accusez Internet de choses dont il n’est pas responsable.

    Aujourd’hui, par les moteurs de recherche il est interdit au fond réel de paraître.

    N’importe quoi. C’est comme en librairie. Il y a ce qui est proposé en tête de gondole et ce qu’il y a au fond des rayons.
    Si vous ne savez pas chiner sur Internet, n’accusez pas Internet.

    Personne ne se doute de la disparition de données sans cesse revues et corrigées jusqu’à être éteintes.

    N’importe quoi. Si vous ne le saviez pas, n’accusez pas pour autant les autres d’être ignorants.
    Ce n’est pas parce que vous tombez des nuées qu’il en va de même d’autrui.

    Par ailleurs, comme vous êtes très logique avec vous-même, vous jugez pertinent de nous informer de vos pensées immatures sur un support numérique volatile.
    Votre philosophie c’est « faites comme je dis, pas comme je fais » ?



  • Morgan Stern 10 mars 2011 09:45

    Quelques rectifications :
    — 1789, la raison tue la bigoterie et les privilèges, mais se noie dans le chaos des intérêts.
    — 1799-1815, guerre de la France contre les monarchies européennes et toute une caste de tyrans.
    — 1815, défaite de la France.
    Ensuite, ce n’est plus qu’une lutte permanente entre intérêts divergents.

    Tout n’est pas faux dans ce qui est écrit, mais dénoncer le pouvoir des banques pour encenser l’Église papiste, c’est de l’idéologie et une lecture de l’histoire biaisée.

    L’Église est une saloperie pire que les banques, et on ne remerciera jamais assez les francs-maçons d’avoir aider à la déloger du pouvoir. Ces derniers ont payé bien cher l’établissement de la République, et ne sont plus grand chose. L’Église a réussi à les discréditer avec son fiel.

    L’Église n’a pas triomphé de la République, et c’est tant mieux.
    Mais ce que Soral voudrait, c’est que la France redevienne la putain de l’Église.

    L’Église et la République ne sont plus que des ombres, face à la finance.

    Mais il faut être idiot pour penser que l’Église aurait pu s’opposer à la finance. On peut même raisonnablement penser qu’elle eût épousé ce pouvoir s’il lui laissait le pouvoir d’imposer ses dogmes. Mais les banquiers n’ont pas besoin d’elle.

    La preuve : dans les autres pays où l’Église n’a pas été démise par une révolution, la finance s’impose aussi, en plus du cortège d’âneries papistes.



  • Morgan Stern 3 janvier 2011 13:45

    Pourquoi défendrions-nous plus le christianisme que la monarchie et la tyrannie que l’Église a soutenues ?



  • Morgan Stern 24 décembre 2010 15:07

    Je ne partage guère votre intérêt pour l’évangile de Judas, qui m’a paru être un écrit plus imaginatif que vraiment inspiré. D’ailleurs, j’ai tendance à penser qu’on a focalisé l’attention du public sur un écrit plutôt mineur pour mieux le détourner d’autres écrits beaucoup plus étonnants et dignes d’attention : l’évangile de Thomas (que certains considèrent comme un source probable aux évangiles synoptiques, Mathieu, Marc, Luc) et l’évangile de Philippe.
    Mais ça fait plaisir de voir que tout le monde n’a pas oublié les écrits de Nag Hammadi. smiley



  • Morgan Stern 16 décembre 2010 17:08

    Des gens de gauche comme M. Besson sans doute, prêt à retourner leur veste pour une place au gouvernement.

    Bref, s’ils ont peut-être été un gauche un jour, ça ne signifie pas qu’ils l’étaient encore pendant la guerre.

    Mais on peut aussi dire que Pétain était un gauchiste, que son gouvernement était constitué de gauchistes et que les flics qui ont mené les rafles étaient aussi des gauchistes.

    On peut réécrire l’histoire et dire n’importe quoi, apparemment.



  • Morgan Stern 2 décembre 2010 11:17

    Article méprisant, méprisable : du ragot, de la médisance. Aucune critique constructive des idées. C’est apparemment trop difficile pour la droite. On peut ne pas aimer Mélenchon, mais ça nous change des lèche-bottes et des corrompus de l’UMP.



  • Morgan Stern 26 novembre 2010 14:18

    Soit la France est une démocratie un État de droit qui se respecte et de ce fait elle respectera les droits de chacun, soit c’est un État totalitaire et alors moi comme tous n’aurons rien à dire.

    Comme souvent la réalité est quelque part entre ces deux catégories idéales. Il y a de la tyrannie en démocratie et des libertés aussi en dictature.
    Ça ne sert à rien de vouloir réduire un pays à ce qu’il n’est pas parce qu’il ne rentre pas dans un idéal. Mais je suis d’accord pour dire que la France glisse de plus en plus vers l’oligarchie, voire la tyrannie.

    Ceci devrait vous intéresser :
    http://tempsreel.nouvelobs.com/actualite/societe/20101126.OBS3685/la-loi-sur-l-hospitalisation-psychatrique-sous-contrainte-en-partie-inconstitutionnelle.html



  • Morgan Stern 26 novembre 2010 11:46

    En France, la Justice est une illusion, la liberté est une illusion, même les Droits de l’Homme sont une illusion et ils sont aussi la plus grande escroquerie de tous les temps, qui fait croire aux peuples du monde entier qu’ils ont des droits […]

    Je suis plutôt d’accord, hormis que ce n’est absolument pas spécifique à la France. C’est plutôt un idéal que personne n’a su mettre en place. Toutes les sociétés sont dominées par une caste qui s’en fout. Je ne vois guère de pays où cet idéal existe, même si c’est parfois un peu mieux ailleurs, mais souvent pire aussi.



  • Morgan Stern 26 novembre 2010 11:41

    La citation de Rocard est trop souvent tronquée : « La France ne peut pas acceuillir toute la misére du monde, mais elle doit en prendre fidèlement sa part. »

    Intéressant comme on peut déformer les propos de quelqu’un, n’est-ce pas ?



  • Morgan Stern 5 novembre 2010 15:05

    Toutes les guerres ont des origines économiques.

    Faux. Lorsque les chrétiens ont massacré les païens, ça n’avait rien d’économique. Idem pour les guerres de religion en Europe. En fait, il s’agit presque toujours de savoir qui va imposer sa loi.
    Après, l’économie est souvent une nécessité, mais rarement la cause.



  • Morgan Stern 5 novembre 2010 10:59

    L’un des problèmes de la France, c’est aussi la multitude de ceux qui jouissent sans cesse de la rabaisser plus bas que terre. Que faire quand tout le monde vous méprise, la plupart des Français eux-mêmes ayant pris goût à ce dénigrement permanent ?
    Par ailleurs, ce qui est demandé à la France, c’est d’être la putain des seuls intérêts commerciaux et de s’aligner sur les USA, c’est-à-dire plus vraiment elle-même. Alors que faire ?
    Que faire quand les Français eux-mêmes sont divisés plus que jamais ?
    Que faire enfin quand le gouvernement lui-même se montre d’une bassesse inouïe et soumis à une caste de gens qui s’octroient tous les privilèges ?

    Je ne vois qu’une issue : une révolution.



  • Morgan Stern 5 novembre 2010 10:44

    Difficile de combattre le désir de persécution des sectaires qui ne voient que par leur religion.
    Vous avez une piste ?



  • Morgan Stern 9 août 2010 11:25

    « La perte du fondement religieux d’une société entraîne à long-terme une décadence de cette société, pour autant que la perte de ce fondement religieux soit majoritaire dans la population »

    Prêchi-prêcha de bigot. L’athée veut la liberté, donc la perte de votre religion. Il est donc normal que vous le considériez comme une décadence.

    Pour un athée, les catholiques sont des idolâtres qui vénèrent des bouts de bois et des tas de pierres nommées « maison de Dieu », et qui se réfèrent à des escrocs qui prétendent posséder la parole de Dieu.

    « Ne vous souciez pas de la politique, ne vous souciez pas des affaires terrestres, mais par contre si vous traversez des problèmes, ayez confiance en l’Eglise. »

    Traduction pour un athée : Ne vous occupez pas des affaires du monde, laissez-nous dominer la terre et écrire les lois pour vous. Faites comme on dit, pas comme on fait.

    La modernité a aussi joué un rôle dans la montée de l’athéisme car vivre dans l’opulence vous fait oublier la foi et c’est plongé dans les MP3 que vous n’entendez plus votre âme.

    Et les riches familles catholiques bourgeoises sont une vue de l’esprit ?

    Comme d’habitude, les bigots crachent sur les autres, leur font la morale du haut de leur jugement, puis s’étonnent d’être mal-aimées. Votre arrogance est un vrai moteur pour l’athéisme et l’apostasie.

    Votre christianisme est une tyrannie contraire à l’esprit des évangiles.

    Un apostat.



  • Morgan Stern 8 août 2010 12:42

    @celuiquichaussedu48

    J’utilise Firefox. En fait, ce sont des boîtes de dialogue en Javascript qui apparaissaient à chaque ouverture de page en bas à gauche. En fait, elles n’apparaissaient que parce que les cookies sont désactivés par défaut chez moi. Depuis que je les ai autorisés pour me connecter, plus de souci. :)

    Oui, si un jour je passe à Linux, ce sera probablement à Archlinux, qui est la distrib que je préfère, mais je ne suis toujours pas convaincu par Linux en Desktop pour des détails qu’il serait trop long d’expliquer ici, même si c’est un excellent OS. ;)



  • Morgan Stern 8 août 2010 12:08

    @celuiquichaussedu48 :
    Oui, je crois bien, ou alors ça fait longtemps que je ne l’ai pas fait. Je ne sais plus. Même si je n’utilise pas Linux comme desktop, je contribue aux logiciels libres (sans être payé) depuis longtemps.
    Le ramassis de préjugés et d’erreurs de Mmarvinbear m’a fait monter la moutarde au nez, et j’ai voulu réagir, même si je ne fréquente plus guère AgoraVox, qui est devenu un nid à trolls et à pop-up javascript.



  • Morgan Stern 8 août 2010 11:37

    @Mmarvinbear

    Vous ne connaissez visiblement pas grand chose au développement des logiciels libres.

    D’abord, vous confondez financement et gratuité. Les gros projets libres sont tous financés et soutenus par des boites et des institutions, mais ça n’ôte rien à la gratuité des logiciels. Ils sont bien gratuits, que vous les financiez ou non.

    Ensuite, les financements ne concernent que les gros projets. Beaucoup de logiciels n’ont pas de soutien et pas de financements. Et leur apport est aussi appréciable que les gros projets. Ne croyez pas que les développeurs vivent des dons (tous les projets n’en demandent pas). Bien souvent, ces dons servent à payer les coûts de serveur, et ça ne va guère plus loin. Les développeurs qui peuvent vivre des dons par Internet sont des raretés. Ils vivent en général d’autre chose.

    Enfin, même sur les gros projets, les financements ne payent qu’un noyau de développeurs, qui ne réalisent qu’une part du projet. Autour de ça, gravitent une multitudes de bénévoles qui apportent leur contribution en fonctionnalités, font la traduction du logiciel, la documentation et s’occupent d’autres aspects aussi indispensables que le codage.

    Il y a aussi beaucoup de petits projets qui n’ont aucun financement. D’ailleurs, beaucoup ont commencé comme ça, avant d’être soutenus par diverses sociétés.



  • Morgan Stern 20 juillet 2008 08:02

    Le QI baisse en général en proportion avec la quantité de personnes réunies.
    Si vous êtes féru de conversations (pas des guerres de tranchées), priviligiez le tête-à-tête ou invitez deux personnes. Au-delà, c’est peine perdue, amha.

    Sinon, Cioran ? Ce Nietzsche raté ? ^^
    A moins d’être déprimé, peut-on l’apprécier pour autre chose que sa plume ? Superbe, il est vrai.



  • Morgan Stern 18 mars 2008 08:49

    Un verrouillage laïc ? Un conservatisme inconscient ? Une crispation sur le passé ? Pas besoin de remonter très loin dans le passé pour se souvenir que la morale bien-pensante des religieux avaient prise sur tout. Et même si l’Eglise est faible (faible ? c’est à voir), songez que beaucoup ne veulent pas voir la religion érigée comme référence, même sous une forme nouvelle et disparate. Nier les arguments pro-laïc, au prétexte que les uns sont de bons réformateurs et les autres des conservateurs (inconscients), est un procédé typique qui ne peut que vous valoir des coups de bâtons :) C’est peu digne d’un esprit "critique" comme argument...

    Si je devais utiliser une allégorie pour définir la laïcité, ce serait celle d’une lutte contre une hydre dont les têtes repoussent en permanence (l’hydre étant la religion normative, se renouvellant en permanence).

    Que la discution puisse avoir lieu, soit. C’est d’ailleurs le cas, non ? La laïcité est un sujet jamais vraiment refermé. Pas besoin du président pour ça. Je me souviens avoir eu de longues discussions sur ce point avec de fervents catholiques il y a des années de ça... Les laïcards sont des tyrans, la laïcité un dogme d’athées, on devrait enseigner que la Bible est une vérité historique, voilà en gros les positions qu’ils défendaient.

    Quant au matérialisme, chacun le voit chez l’autre. Et c’est une accusation facile à lancer à tout-va pour ceux qui veulent paraître spirituel. Difficile de savoir qui est vraiment matérialiste (et ça les regarde, non ?)... Et puis, croyez-vous que les pratiques cultuelles sont dénuées de matérialisme, pleines d’esprits critiques ? (La dernière fois que j’ai assisté à une messe, j’étais effaré par les réponses automatiques des fidèles aux propos du prêtre, assis-debout-assis-debout-assis selon des signes mystérieux, c’était un enterrement et j’ai eu bien du mal à ne pas éclater de rire...).

    Qu’il y ait un rouleau compresseur médiatique (voire plusieurs), j’en conviens. Mais l’esprit critique, au contraire, il fuse de tous les côtés, anarchiquement, selon divers courants plus ou moins moutonniers certes, mais qu’y pouvons-nous ? Croyez-vous vraiment instaurer un esprit critique par la politique, par en-haut, par des injonctions, par un "retour" à la "spiritualité" (prouvez-moi qu’on en est jamais vraiment sorti) ?

    Enfin, je m’étonne toujours de ceux qui affirment : "les gens manquent d’esprit critique, comment se fait-il qu’ils ne se rangent pas à nos arguments... ?" Discours que j’ai entendu de tous les côtés, quel que soit le parti, l’opinion, etc...

    Pour résumer, tout ça sent la tartufferie...