• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Les commentaires de Eve



  • Eve 18 avril 2008 14:59

    Bayrou n’a pas fait ce que vous vouliez donc il est mort. C’est noté.



  • Eve 17 avril 2008 14:34

    Comment peut-on parler d’échec de Bayrou quand on constate le poids qu’il a pesé dans la perte de 50 sièges de l’ump (législatives), dans les municipales ? Avec ces 50 sièges, l’ump pourrait sabrer dans tout et le PS prolongerait de cinq ans sa mort cérébrale (déjà qu’on l’entend à peine malgré le nombre de grosses têtes).

    Que le MoDem n’y trouve pas des sièges (c’est le système qui le veut et que ni PS ni UMP n’a envie de réellement changer parce qu’ils ont tout à perdre) c’est un fait mais cela n’a rien à voir, un militant ne s’exprime pas dans une assemblée cadenassée par un seul parti sauf si c’est le sien. La politique ce n’est pas qu’obtenir un siège et dormir devant la caméra de l’assemblée quand bien même les experts du genre seraient nombreux, d’ailleurs pourquoi se priveraient-ils puisque leurs électeurs les re-plébiscitent quasi à vie ?

    Et c’est un risque que Bayrou a pris en toute connaissance de cause qu’il assume là où d’autres n’assument rien d’autre que leurs arrières après retournement de veste si nécessaire et cela va toujours dans un seuls sens : vers ceux qui les attribuent.

    C’est tellement simple, tellement évident, qu’il faut être de mauvaise foi ou à côté de la plaque pour ne pas le voir.

    Un autre forum vient de s’ouvrir sur Bayrou : ce n’est qu’une ressucée de précédents. Chacun va y remettre son petit laïus avec les déjà-déçus, inconstants changeant de chapelle à chaque élection, se donnant un droit de parole qu’ils ne prendraient pas au MoDem ; de l’autre côté, les abonnés à vie (pour gagner du temps sur la réflexion, ce qui n’interdit pas de poster toujours les mêmes âneries dont la plus courante, binaire, est pour rappel "c’est toi qui as tout faux"), confondant politique et loterie : une chance sur deux de gagner qu’il soit ump, ps, ou un de leurs satellites. Le perdant gagne le droit de geindre cinq ans, le gagnant gagne le droit de faire semblant d’être heureux pendant cinq ans, mais près de 50% d’électeurs sur le carreau pendant ce temps. Passionnant. UMP et PS s’en foutent : ils ont leurs fins de mois assurées aussi longtemps que le bipartisme existera et que leurs satellites le resteront. Mais ça change quoi dans la situation actuelle : le pouvoir d’achat, l’économie, le social ? Rien de rien. Et pour cinq ans sauf si on descend dans la rue. Faudra bien y arriver, tôt ou tard mais ce ne sera pas avec le PS qui se contentera de récupérer.

    Deux clans principaux qui ont tout intérêt personnellement à ce que rien ne change, se rejetant continuellement la faute alors que de toute évidence, l’un et l’autre ont le même intérêt : garder le monopole. Un troisième parti indépendant, dans une proportionnelle, les obligerait à discuter. Pour rappel : une réelle démocratie veut que chaque élu vote aux assemblées en fonction du mandat que lui ont conféré ses électeurs pas d’une pseudo-discipline de parti. Aussi longtemps que l’électeur ne l’aura pas compris, rien ne changera. On n’a que ce qu’on mérite dirait ce cher président, et il s’en rend compte jour après jour, son pouvoir de séduction au sein même de son parti branle. Franchement quelle situation envier ? Sarkozy ? Bayrou ? X au PS ? Tout dépend de vos désirs  : bling-bling-moi-je ; tenter de changer l’immobilisme ; X. Mais aussi dormir ; geindre etc.



  • Eve 16 avril 2008 17:03

    ça c’est le discours de celui qui ne s’engage pas, sauf à décréter "tous pourris" ou dans un autre registre "aucun ne me convient" vous savez comme quand vous faites les boutiques, dans ce cas, il faut vous mettre à la couture ou passer dans le sur-mesure mais à vos seuls frais. Le monde hélas ne tourne pas autour de vous.

    Vous avez deux solutions :

    - vous porter candidat. en politique,

    - économiser votre temps dans les débats politiques (cela en fera gagner au lecteur).



  • Eve 16 avril 2008 13:55

    Emile Jalley (2006) "Wallon et Piaget" (souligné et gras par moi) :

    Pg 207 :

    Wallon (1945) a décrit, chez l’enfant de 2 à 9 ans, un mode primitif de fonctionnement intellectuel qu’il a qualifié comme pensée binaire, ou encore pensée par couples.

    Ces couples consistent en paires de représentations associées selon des types variés de rapport, en particulier d’équivalence, et aussi de contraste. Le couple est la molécule initiale de la pensée. Il consiste dans l’intuition d’une dualité, mais encore posée dans l’unité. Il procède aussi bien de l’assimiliation que de l’opposition. Le rapport différentiel entre les deux membres du couple est dynamique. (...)

    Dans sa perspective propre, Piaget (1968) a également décrit, au cours de la période préopératoire du développement intellectuel, de 5 ans et demi à 7 ans environ, un mode de structuration binaire propre à la pensée enfantine, qu’il a appelé fonction constituante (...)

    Pg 208 :

    D’après Wallon, la pensée par couple caractérise non seulement la pensée enfantine, mais encore toutes les formes régressives et archaïques de pensée. Malgré la dynamique interne qui s’établit entre les deux pôles, le couple fonctionne à l’origine comme une sorte de monade sémantique fermée sur soi. A partir d’un certain âge, dès 7 ou 8 ans, l’insertion d’un troisième terme intermédiaire disjoint les deux pôles du couple et introduit la pensée de relation. Wallon appelle "série" cette nouvelle formule cognitive qui provoque le "dépassement du couple"

    Pas de quoi être fier, isn’t it ?

    Un deuxième point (il y en a d’autres évidemment mais ce serait plus long) : à partir de "l’instinct de conservation" autrement dit de survie qui consiste plus ou moins inconsciemment (c’est pratique et de confort) à préserver en l’état une situation insatisfaisante mais plus rassurante que l’incertitude du lendemain nécessitant de réfléchir maintenant (tous les prétextes sont bons pour ne pas le faire), de prendre des décisions (difficile pour deux voire trois générations de cocoonés). Exit l’instinct social et donc le souci de l’autre malgré toute l’utilisation qu’en font nos politiques au travers de leur médiatico-empathie que toute personne un peu soucieuse d’objectivité débusquera : faire monter la peur, l’angoisse et donc toujours plus l’instinct de conservation, de repli sur soi. Tout cela largement décrit en psychologie et en philosophie sauf chez les squatteurs de plateaux de teve-radio : entre gens consensuels se croisant tant sur ces plateaux que dans les dîners mondains, il est plutôt de mise de s’inter-congratuler sur leur dernier produit à fourguer au peuple. Idem pour bon nombre de représentants de la presse.

    Toute "bête" politique sait instinctivement elle aussi jusqu’où elle peut tirer sur la corde, du moins si elle n’est pas elle-même "entamée" psychologiquement, ce qui n’est pas gagné avec nos élus très instinctivement attachés à leur soupe personnelle : nous avons quelques exemples d’élus au plus haut niveau. Le citoyen s’est berné* en imaginant qu’il ne serait pas concerné tôt ou tard par les discours binaires servis sans relâche, ce n’est pas faute pourtant d’avoir tous au moins une expérience dans notre quotidien avec un vendeur de camelote.

    * Il est toujours utile de rappeler à quel point le langage politique s’appauvrit (plusieurs bouquins sortis récemment) au travers de slogans pouvant être compris dans n’importe quel sens ; l’acheteur (par son vote) de slogan libère les passions de "l’âme humaine" (décrites depuis des siècles), les siennes, que je résume de la manière binaire par laquelle elle se traduit très régulièrement (on en trouve à tous les coins de forums) : "chouette, je vais y trouver mon compte" ou "chouette, terminons-en avec vos privilèges". 

    Je ne peux que renvoyer une fois de plus à La Boétie et la servitude volontaire...

    Le bipartisme n’arrange rien sauf pour ceux qui n’ont aucun vision de l’avenir, ceux qui disent "je suis le bien, eux sont le mal" (c’est donc bien du binaire) et ne voient aucun inconvénient aussi longtemps qu’ils sont au pouvoir à ce qu’une bonne part des électeurs votent par défaut ou s’abstiennent. Ce qui me ramène à mon point de départ.

    Une remarque quand même : dans nos démocraties, la "droite" est de plus en droite, faudra-t-il que la "gauche" se radicalise aussi ? Deux extrémistes qui s’opposent, ça donne quoi ? Soit une entente cordiale pour mater l’entre-deux car soyons réalistes : les procédés peuvent être les différents mais les résultats sont les mêmes, soit c’est l’entre-deux qui met tout ce petit monde au pas, c’est plus long, plus difficile puisqu’il ne s’agit pas de tomber dans les mêmes travers mais possible : plusieurs démocraties voisines le démontrent. UMP et PS ont tout intérêt à ne pas le voir.



  • Eve 16 avril 2008 12:00

    C’est fou ce que la propagande élyséenne a pu se détériorer en si peu de temps. Donc oui : Roselyne servit de ballon. Si ça l’amuse... Sarkozy-Hypermenteur va pouvoir à nouveau sauver la France de la ’com de ses super-ministres soigneusement sélectionnés par Him-self. Une prochaine vague de ministres s’annonce : les hyper-ministres. Si j’ai bien compris Paillé, deux mangeurs de soupe non-sectaires bientôt propulsés au firmament de la desastre-ministre-reality qu’on peut voir tous les jours à la teve. L’ump s’ébroue dans la mangeoire : enfin une lueur d’espoir pour les recalés mais y a de la concurrence, va falloir se distinguer.

    Roselyne, qui est notre amie, nous explique que personne ne la comprend, snif (Dati va-t-elle nous pondre une loi contre cette nouvelle délinquance qu’est le fauchage de ministres ? Suspens) . Logique. Je vous explique : comment comprendre Roselyne quand le ministre de l’Education Nationale lui-aussi-sinon plus-sur-diplômé-pochette-surprise ne connaît pas le passé antérieur, pas plus que la règle de trois (seul calcul connu des ministres les plus zémérites, appliqué à la RGPP, c’est vous dire) ?

    Soyons pragmatico-modernes et sollicitons Lerma-Hih-et-quelques-Co pour nous donner des cours accélérés de compréhension de texte ; ils obtiennent régulièrement de très mauvaises notes des nombreux cancres agoravoxiens, signe indiscutable de grande carrière poilitique (j’ai laissé le i, j’aime bien mes lapsus).

    Nouveau slogan : Allons de l’avant... En arrière toute ! 



  • Eve 14 avril 2008 13:18

    Excellent, moi non plus je n’avais pas ri aussi naturellement depuis un bail, sur Agoravox.

    J’ajoute deux précisions sur les pompages :

    - Sarkozy en Chine (discours sur le site de l’Elysée) :

    Alors, Monsieur le Président, rendez-vous à Pékin au mois d’août pour la cérémonie d’ouverture. Je dois quand même vous faire un aveu, votre invitation aux Jeux Olympiques, ce n’est pas très difficile de l’accepter. Je crois que, si vous ne m’y aviez pas invité, j’y serais allé quand même !

    - Sarkozy et l’Afghanistan (mars 2007) :

    http://youtube.com/watch?v=rHVT7Ym1XYA



  • Eve 14 avril 2008 12:52

    Je ne doute pas que l’UMP, dans sa croisade du jour, va re-pénaliser les affaires en incitant les employeurs condamnés pour les mêmes faits à se retirer, et tant qu’à faire régler sans discussion les salaires réclamés par plusieurs collaborateurs parlementaires (tous bords confondus dont l’UMP). Tout cela grâce à Mme Royal et à la nouvelle logique umpienne. Une nouvelle ère sociale s’annonce. Votons de suite une loi pour faire ce que l’UMP prétend.



  • Eve 11 avril 2008 12:59

    Ce qui est surtout désolant, plus encore que le candidat, c’est cette part non négligeable des membres de la tribu sensibles auxdits attributs. Inutile de taper sur "le" citoyen car cette part non négligeable comprend aussi les supposés intellectuels, éduqués-cultivés : les experts en tous genres, les journalistes (et patrons) de la presse consensuelle et une beaucoup trop grande part de nos dignes élus prêts à tout pour un régime de bananes. 



  • Eve 10 avril 2008 10:07

    "Les gens critiquent les dictatures mais ils seraient les premiers à se plaindre s’ils devaient payer leurs ressources encore plus chères."

    Vous faites beaucoup mieux : vous soutenez les dictatures pour ne pas prendre le risque de payer plus cher votre petit confort.

    Il vous reste quand même à prouver que ça coûterait plus cher de ne pas les soutenir car je ne vois aucun argument de votre part, rien que des affirmations.



  • Eve 9 avril 2008 16:31

    Bah, Sarkozy est déjà très porté sur le communisme chinois (en plus de tous les autres régimes à semblables odeurs bien que l’argent n’en ait aucune) , donc pourquoi la gauche dite droitsdelhommiste -ce qui est incompatible avec le régime chinois- l’amènerait-il ?

    D’ailleurs Sarkozy détricote allègrement les progrès sociaux, paraît que c’est pour "économiser" sur le budget de l’Etat afin de s’offrir quelques nouveaux jouets (avions etc), là il ne lésine pas. Toujours plus fort, toujours plus gros, toujours plus bling-bling. La modestie n’a pas de prix. Faut bien compenser donc :

     "France 2, hier, soir, dans son journal de 20 heures. Parmi les conséquences des récentes mesures d’économies, celle ci : l’Etat, qui versait 70 millions d’euros à la SNCF chaque année, coupe le robinet. Il cessera donc de subventionner les billets familles nombreuses."

    Bravo pour votre "Certes le Royaume-Unis n’a eu aucun effet sur la décision de partir en Iraq, quel a été l’effet de la France de s’y opposer ? Aucun." - Je penserai à participer au cambriolage de la maison de mon voisin parce que refuser d’y participer n’a aucun effet. Vous avez dû suivre les mêmes études que Sarkozy, vous savez celui qui, entre autres géniales intuitions, veut poursuivre pour assassinat même là où il n’y a pas eu de mort.

    Je passe sur le reste, du même tonneau, le citoyen se passera de voiture quand les élites (incapables de conjuguer au passé antérieur et de faire une règle de trois malgré accumulation de diplômes) s’en passeront. A ce propos, faudrait que Sarkozy montre l’exemple en supprimant ses we à l’étranger.

     



  • Eve 9 avril 2008 11:43

    Sarkozy, c’est évident, n’a pas assez de la France, trop étriquée, pour son jeu préféré : jouer dans la cour des grands.

    Mais Sarkozy a aussi quelques manies dont celle de parler du bouton rouge chaque fois qu’il le peut. Comment appuyer sur le bouton actuellement ? Difficile. Pour réaliser son fantasme : l’OTAN et quelques autres adeptes des frappes préventives, ce qui est bien plus grave (on ne peut éviter de l’envisager chez ce procédurier va t’en guerre binaire) que d’être un autre caniche.



  • Eve 21 mars 2008 11:38

    Fascinante analyse que la vôtre.

    N’hésitez pas à vous informer sur les "réalités subjectives" dont je doute que vous ayez jamais entendu parler de même que du comportement "binaire" pratique bien connue des "primaires" confondant réflexion et réflexe.

    Quand vous aurez démêlé (un peu) la signification des termes entre guillemets, vous pourrez enfin commenter utilement pour la communauté d’Agoravox (je n’ai fait que vous survoler tant vos commentaires se remplissent de vide "vrai" pour parler comme Carla), avec mes excuses pour mon absence d’humilité dans mon ambitieuse ambition. En attendant, continuez de troller, je comprends parfaitement votre recherche d’une quelconque catharsis à "mes" aigreurs d’estomac que vous détectez par les ondes internautiques.

    Réponse volontairement ampoulée pour les besoins d’une étude sur la funnitude du trollage à l’angoisse existentielle.

     smiley



  • Eve 21 mars 2008 10:50

    Quand JM Aphatie s’extasiait hier (canal-) sur la qualité journalistique de Mme Bruni, je me suis dit que la situation était grave, désespérée. Un non-événement de plus dont il fallait faire rapport . Il est donc normal de prendre sa plume pour parler de ce non-événement du "parler vrai".

    Je ne m’attache qu’à la conclusion de Mme Bruni, « Les journalistes. Les vrais ».

    Mme Bruni se positionne dans la même ligne que son mari : son sens (inné ?) de qui est ou non (un) vrai (journaliste).

    Un « vrai » journaliste ne se tromperait-il jamais, ne serait-il jamais trompé par ses sources ?

    PPDA (et bien d’autres) affirme être un (vrai ?) journaliste bien qu’ayant bidouillé très consciemment certaines interviews, omis très consciemment et très régulièrement de poser certaines questions, ce qui n’a guère limité son audimat ni sa prodigieuse carrière extrêmement bien rémunérée chez les amis de Mr Sarkozy, la chaîne préparant le cerveau à l’endormissement.

    Dans combien de discours, Mr Sarkozy affirme-t-il dire la vérité, affirme-t-il ne pas tromper ? Et son énamourée "à la vie à la mort" d’emboîter le pas en bonne épouse aristo-bourgeoise allant jusqu’à présenter un verre d’eau (à la Journée Internationale de la Femme !) au pater familias ragaillardi.  

    Je n’entre pas dans la véracité ou non du texto compte tenu du silence assourdissant de Cécilia comme de l’épilogue de ce non-événement qui suivit immédiatement sa tardive déclaration, épilogue n’ayant rien de surprenant entre gens de « bonne compagnie » annoncé dès le départ par plusieurs juristes.

    Mme Bruni est très forte dans les citations d’auteurs, dans l’étalage de noms d’auteurs, de musiciens etc (entretien L’Express) ce qui n’a jamais été preuve de culture ; cela me fait furieusement (lol) penser aux nègres du Président et à la Confiture ; pratique courante chez les lecteurs assidus de quatrièmes de couvertures et heureux élus des dîners mondains et salons de thé.

    Je lui accorde pour l’instant le bénéfice du doute sur ses capacités à rédiger seule « un » article même s’il lui faut plusieurs jours, aidée d’un (vrai ?) journaliste pour boucler un reportage encenseur ne l’ayant pas dispensé d’une magistrale bourde mûrement réfléchie, et qu’il lui fallut bien trop de temps à son âge plus que post-pubère pour se rendre compte qu’emmener son fils en voyage présidentiel « transparent » était une magistrale erreur.

    Pour clore, j’applaudis Mme Bruni sur ses positions concernant les dépistages ADN. Dommage que ces positions ne l’encouragent pas à réfléchir avant de convoler en « justes » noces ultra-rapides avec celui qui les a initiées tant il est « vrai » que « dire » n’engage que ceux qui veulent y croire, dans leur réalité subjective,  voire auto-hypnotique, de (se) penser vrai.



  • Eve 14 mars 2008 15:42

    Histoire de s’élever un peu au-dessus des querelles de clocher et des chiffres manipulés à l’insu de votre plein gré (quoique), dans un merveilleux sens giratoire qui ne m’intéresse pas plus de cinq minutes,

    c’est long très long mais cela vous aidera peut-être à voir plus clair d’ici dimanche, en relisant demain :

    http://www.editions-zones.fr/spip.php?page=lyberplayer&id_article=59

    Pour ceux qui y verraient du partisanisme : en cherchant bien on en trouve toujours ; dans ce cas, ne vous fatiguez pas à lire et reprenez votre principale (présmileyoccupation.



  • Eve 14 mars 2008 10:48

    Petite précision :

    J’ai consulté la première fois le site du ministère de l’intérieur quand deux journaux ont parlé lundi de 40% en faveur de l’ump là où tous les autres répétaient les chiffres du ministère (45%) ; difficulté de trouver le lien du ministère mais j’ai persévéré. Aucune explication pour comprendre les sigles ci-dessus reproduits (j’ai fini par comprendre étant du genre têtu).

    Et même constat que l’auteur de l’article : PS et UMP ne sont pas comptabilisés individuellement, comme le MoDem, ce qui fait une énorme différence rien que dans la comparaison des chiffres individuels avec le PS-UMP. Novlangue et Novcomptabilité. Et pas grand monde pour s’étonner, s’interroger, suis-je anormale ?

    Autre chose : Quand des listes n’affichent pas leur appartenance, comme c’est le cas pour bon nombre de candidats ump paniqués par la cote présidentielle, pourquoi les inclure dans la "majorité présidentielle" ? Tout simplement parce qu’une fois élus, ils revendiqueront à nouveau leur appartenance. Cela a beau être un enjeu local, comment voter pour un candidat qui fera subir à sa municipalité les conséquences inévitables de la politique nationale qu’il soutient hors élections ? Autrement dit dans la Novlangue : "c’est un enjeu local mais faites comme si je n’appartenais à la politique nationale que je soutiens". Hallucinant de pensée binaire puisque obligatoirement liées. Sarkozy n’a d’ailleurs pas hésité à envoyer en urgence (ne pouvant attendre l’après-élection) un courrier à Gaudin, à se déplacer à Toulon (entre Marseille et Nice, suivez mon regard) après s’être déplacé à Pau, tout cela dans l’intérêt local, je suppose.



  • Eve 14 mars 2008 10:17

    Contente qu’enfin des Français se posent des questions sur les chiffres du ministère de l’intérieur ; moi qui ne suis ni Française ni résidente en France, je n’ai rien trouvé dans les journaux sinon la reproduction de la propagande du ministère de l’intérieur par des pseudo-journalistes de plus en plus paresseux. 

    Je m’étonne aussi des interrogations... à géométrie variable desdits journaux quant aux options du MoDem, alors qu’annoncées et répétées mais il n’est pire sourd que celui qui ne veut point entendre (à moins que la lecture binaire soit devenue la norme en France après cinquante ans de clivage) et rien trouvé concernant l’investiture par l’ump du maire sortant PS à Pau excepté la récapèpète de la novalangue umpiste = "ouverture" qui consistait à investir le premier amateur de soupe pour contrer Bayrou-la-peste-et-le-choléra-réunis. Et le résultat que l’on connaît à ce que je suppose être la liste ump. Si j’ai bien compris la novlangue umpiste : si Bayrou perd à Pau c’est la fin de sa carrière politique, la fin du MoDem. Et quoi d’autre ? Bin, la glorification des bons vieux réflexes binaires sans lesquels un grand nombre de décérébrés seraient obligés de commencer à se poser des questions, ce qui est particulièrement fatigant au nombre de trollages en constante augmentation sur ce site (à mon plus grand regret).

    Une analyse correcte ne peut se faire sur base des données on ne peut plus limitées et par conséquent scandaleuses du ministère. Je comprends que l’ump soit dans ses petits souliers.

    Je me demande s’il n’y aurait pas lieu de demander l’intervention d’observateurs internationaux après l’énorme bug informatique de dimanche soir rapporté par Le Monde (des staliniens je suppose) signalant que personne ne sait à quelle société privée a été confiée la comptabilisation des votes.



  • Eve 7 mars 2008 10:10

    L’avocat devenu président poursuit sa reconversion dans la "présomption de culpabilité" quand dans un temps pas si lointain, dans un tribunal, devant les victimes potentielles il aurait rappelé la présomption d’innocence.

    Quid des lois Guigou 1998 (PS) et suivantes que les gouvernements successifs rendent inopérantes par absence de moyens ?

    "Les caisses sont vides" répond NS pour le pouvoir d’achat, alors pour les monstres... démontrant par là-même que ce n’est pas sa préoccupation première : ce fut le paquet fiscal si on ne tient pas compte du pouvoir d’achat, slogan de campagne présidentielle, qu’il vient de relifter en magnifique "élévation du niveau de vie, objectif central" que l’auteur ne pourrait qu’applaudir dans son rêve d’une société parfaite.

    La répression à-tout-va ne fonctionne pas aux USA (peine de mort, perpétuité même pour des récidives sur simple délit), un criminel étant remplacé par un autre, criminel grandissant dans une famille, avec quelques particularités locales : les massacres dans les établissements scolaires (ça risque bien d’amplifier ici) permettant à l’us-prez de verser lui aussi sa larme carthartique pour faire pleurer avec lui dans les chaumières.

    Lire l’article de New Obs de la semaine dernière : éloquent car rejoignant la plupart des études sur la question.

    A l’instar des tests adn utilisés par l’ex ministre de l’intérieur pour retrouver le scooter de son fils, nous pouvons nous attendre à voir les lois de rétention préventive à la récidive (après les peines plancher pour récidive !) élargies au gré du Pouvoir dont le moins qu’on puisse dire est qu’il manifeste des dérives répétées de confiscation entre les mains d’un seul : les siennes.

    Mettez des gants quand vous sortez, un délit, un crime pourrait être commis sur votre chemin et les Experts à Grandes Dents du gouvernement vous désigner coupable avant procès (Sarkozy est expert dans le genre).

    Dans les familles : Une femme sur cinq viol(ent)ée -disons une sur dix pour faire large- meurtre de plus d’une femme par semaine par son conjoint/compagnon, incestes, infanticides, tortures, maltraitances sur les enfants, des enfants sur leurs vieux, distractions domestiques entre tf1 et le pc, entre deux courses, entre deux verres, entre deux joins etc. Mais là, pas d’intervention médiatisée du Prez : selon le bon vieux principe du bouc émissaire (l’auteur a-t-elle seulement lu un article sur ce thème et la manipulation des foules décérébrées ?) le danger n’est pas à l’intérieur mais à l’extérieur, c’est "l’Autre".

    Quoi donc de plus "naturel" que cet écho pseudo-compassionnel de l’Omniscient démontrant jour après jour son inculture en tous domaines (y compris juridique), donné aux cas dramatiques hors famille, peu nombreux par rapport à ceux de "l’intérieur", mais masquant hélas trois fois hélas la réalité de la dangerosité quotidienne dans les familles elles-mêmes où grandissent/cohabitent criminels et victimes ?
    Difficile de discourir dans un même temps sur les monstres qui vont sortir de prison et la monstruosité qui règne dans nombre de familles comprenant au moins un électeur qu’il tape tous les jours ou pas sur son conjoint, son gosse, son vieux, le populisme n’a aucune odeur et les auréoles s’auto-distribuent plus vite que la baguette de pain toujours plus chère.

    Au gré des événements soigneusement sélectionnés, NS et sa garde rapprochée (dont Dati) proposent régulièrement à la sagacité du gogo lecteur de sordide de se projeter (ce qu’il fait sans que personne ne lui demande) à partir d’un fait réel càd un criminel que 99% (et qques poussières) des citoyens sont certains de ne pas avoir engendré dans leur foyer, vers la victime potentielle qui y vit ce qui représente potentiellement 99% et des poussières des foyers.
    De toute évidence, le bilan penche en faveur de NS grâce à sa logique grossière. S’élever contre ces grossièretés c’est protéger les assassins. Me voilà prévenue : je suis potentiellement dangereuse moi aussi, insconsciente, irresponsable et j’en passe.

    Exit l’affaire Outreau qui n’aura servi d’exemple que le temps de l’oublier après quelques beaux discours sur la présomption d’innocence. On n’est pas à une contradiction près car l’important c’est de causer dans le post’ et d’écrire son p’tit pseudo-article.

    Cet article est une copie ressucée d’un autre paru la semaine dernière, un modèle de la "démocratie d’opinion" grande amatrice des sondages dans lesquelles elle peut s’exprimer par un oui-non binaire, modernisation des jeux du cirque et du pouce levé-baissé.

    http://tempsreel.nouvelobs.com/actualites/international/20080229.OBS2795/un _homme_sur_cent_est_derriere_les_barreaux.html



  • Eve 29 février 2008 12:30

    Comme toujours, "on" prétend que d’autres pays ont adopté la même position, ce fut le cas pour les tests adn (immigration) mais aucun des prétendants au "on" n’a donné le contenu des rubriques pour la simple raison que ce n’est pas comparable et puis il y a toujours des adeptes de la "récapèpète". La désinformation aura toujours de beaux jours.

    L’avocat devenu président poursuit sa reconversion dans la "présomption de culpabilité" quand dans un temps pas si lointain, dans un tribunal, devant les victimes potentielles il aurait rappelé la présomption d’innocence.

    Quid des lois Guigou 1998 (PS) et suivantes que les gouvernements successifs rendent inopérantes par absence de moyens ?

    "Les caisses sont vides" répond NS pour le pouvoir d’achat, alors pour les monstres... démontrant par là-même que ce n’est pas sa préoccupation première : sa priorité fut le paquet fiscal si on ne tient pas compte du pouvoir d’achat, slogan de campagne exemplaire dans le plumage des naïfs.

    La répression à-tout-va ne fonctionne pas aux USA (peine de mort, perpétuité même pour des récidives sur simple délit), un criminel étant remplacé par un autre, criminel grandissant dans une famille, avec quelques particularités locales : les massacres dans les établissements scolaires (ça risque bien d’amplifier ici) permettant à l’us-prez de verser lui aussi sa larme carthartique. Lire l’article de New Obs de ce jour : éloquent et rejoignant la plupart des études sur la question.

    A l’instar des tests adn utilisés par l’ex ministre de l’intérieur pour retrouver le scooter de son fils, nous pouvons nous attendre à voir les lois de rétention préventive à la récidive (après les peines plancher pour récidive !) élargies au gré du Pouvoir dont le moins qu’on puisse dire est qu’il manifeste des dérives répétées de confiscation entre les mains d’un seul : les siennes.

    Mettez des gants quand vous sortez, un délit, un crime pourrait être commis sur votre chemin et les Experts à Grandes Dents du gouvernement vous désigner coupable avant procès (Sarkozy est expert dans le genre).

    Dans les familles : Une femme sur cinq viol(ent)ée (disons une sur dix pour faire large), meurtre de plus d’une femme par semaine par son conjoint/compagnon, incestes, pédophilie, infanticides, tortures, maltraitances sur les enfants, des enfants sur leurs vieux, distractions domestiques entre tf1 et le pc, entre deux courses, entre deux verres, entre deux joins etc. Mais là, pas d’intervention médiatisée du Prez : selon le bon vieux principe du bouc émissaire le danger n’est pas à l’intérieur mais à l’extérieur, c’est "l’Autre".

    Quoi donc de plus "naturel" que cet écho pseudo-compassionnel donné aux cas dramatiques, hors famille, peu nombreux par rapport à ceux de "l’intérieur", mais masquant hélas, trois fois hélas, la réalité de la dangerosité quotidienne dans les familles elles-mêmes où grandissent/cohabitent criminels et victimes ?
    Difficile de discourir dans un même temps sur les monstres qui vont sortir de prison et la monstruosité qui règne dans nombre de familles comprenant au moins un électeur (qu’il tape tous les jours ou pas sur son conjoint, son gosse, son vieux).

    Au gré des événements soigneusement sélectionnés, NS et sa garde rapprochée (dont Dati) proposent régulièrement à la sagacité du lecteur de sordide de se projeter à partir d’un fait réel càd un criminel que 99% (et qques poussières) des citoyens sont certains de ne pas avoir engendré dans leur foyer, vers la victime potentielle qui y vit ce qui représente potentiellement tous les foyers.
    De toute évidence, le bilan penche en faveur de NS grâce à sa logique grossière. S’élever contre ces grossièretés c’est protéger les assassins. Me voilà prévenue : je suis potentiellement dangereuse moi aussi.

    Exit l’affaire Outreau qui n’aura servi d’exemple que le temps de l’oublier après quelques beaux discours sur la présomption d’innocence. On n’est pas à une contradiction près car l’important c’est de causer dans le post’.

    http://tempsreel.nouvelobs.com/actualites/international/20080229.OBS2795/un _homme_sur_cent_est_derriere_les_barreaux.html
     



  • Eve 25 février 2008 13:22

    Un complot de la centre-gauche "européenne" contre Sarkozy.

    Bientôt un complot mondial.

    A quand un complot interplanétaire ? 

    Il est temps de consulter les scientologues (sans aucune garantie et seulement si vous êtes nanti financiièrement).

    La paranoïa s’est emparée des sarkozystes à l’instar de leur gourou.



  • Eve 24 février 2008 10:10

    L’avocat devenu Triste Sire se reconvertit dans la "présomption de culpabilité" quand dans un temps pas si lointain, il se serait moqué de la tronche des victimes potentielles en leur rappelant le Droit.

    NS joue une fois de plus avec les victimes en prétendant sauver les victimes potentielles... ce qui représente potentiellement la totalité de la population.

    A son insu, NS démontre que tout son arsenal législatif en tant que ministre de l’Intérieur puis président n’aura été que du leurre électoral, ce qui ne l’empêche pas de continuer à jouer avec les angoissés rêvant d’une société parfaite au moindre événement médiatisé sauf quand c’est un flic qui massacre son gosse et un collègue (exemple parmi d’autres). 

    Si NS avait été réellement soucieux des victimes (potentielles), il aurait pu allouer des milliards aux administrations concernées (cf massacre à Pau) au lieu de se montrer toujours plus "procédurier". Mélangeant scientologiquement génétique et mystère (entretien Onfray), il est temps de s’interroger sur son but réel ; la répression à-tout-va ne fonctionne pas aux USA, elle ne fonctionnera pas ici où comme partout ailleurs car la majorité des victimes le sont dans leur famille  : Education, instruction, moins d’échelons hiérarchiques inutiles (enseignement, etc), plus (+) de personnes sur le terrain, du personnel qualifié et bien payé, y compris pour venir en aide dans les familles ! Mais NS n’aime pas les filières sciences humaines et psy, par contre il espère qu’en se levant à l’entrée de l’instit la France va changer... tout en déclarant que l’espérance religieuse (combien de cas de pédophilie ?) fait l’Homme plus complet. Misère de misère.