• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Les commentaires de fifilafiloche



  • fifilafiloche fifilafiloche 21 avril 2011 01:26

    « Les autorités américaines n’ont plus le choix. Elles doivent équilibrer le budget fédéral »


    Sinon quoi ? Quels moyens de cohercition ont les créditeurs, sachant qu’aujourd’hui, la Chine n’est plus le premier prêteur, c est...la Réserve Fédérale.


  • fifilafiloche fifilafiloche 20 avril 2011 23:02

    Un article qui donne de l’espoir et de l’énergie, merci Monsieur Dugué !


    Signé Ducon Lajoie ;o)


  • fifilafiloche fifilafiloche 20 avril 2011 22:26

    Une question que les politiques devraient se poser un peu plus : est il souhaitable d’être aux manettes au moment ou l’avion va décrocher sous le poids du départ massif des papy boomers espérant légitimement un retraite aussi confortable que leurs prédécesseurs lorsque l’Etat avait encore les moyens de les financer à crédit...Y a t il de toute façon encore un pilote dans l’avion comprenant les lois physiques budgétaires ?



  • fifilafiloche fifilafiloche 20 avril 2011 22:02

    Ce qui surprend ce n’est pas vraiment que Sarkozy allège un impôt impopulaire dans sa base électorale et qui sur le fond n’a d’importance qu’idéologique, mais pourquoi, alors qu’il n’a aucune chance de passer au prochain tour, sa Droite Décomplexée se montre tout à coup timide concernant sa supression. On aurait imaginé, que, perdu pour perdu, il aurait au moins fait taire une bonne fois pour toute ce débat stérile qui dure depuis 30 ans et sert de cache misère au vrai problème de fond : 


    comment affronter le choc démographique d’une France vieillissante au besoin de rente croissant sans vampiriser les jeunes générations.

     Un débat qui surprenamment intéresse bien moins les gerontocrates de droâââte comme de gôôôche, figés dans leurs antagonismes d’apparence d’un autre siècle ; peut être parce qu’il demande cette fois de s’interesser au problèmes concrets, et qu’ils ne sont pas formés pour cela.


  • fifilafiloche fifilafiloche 20 avril 2011 19:24

    Il y a une dernière hypothèse à laquelle la Fed croit fermement et qui n ’est pas mentionnée ici. Que le quantitative easing passe en force !


    Une grosse partie des dettes immobilières toxiques ont été lavées par l’Etat, ou plutot diluées dans le temps comme vous le précisez. Bernanke est convaincu que le privilège des Etats Unis de frapper la monnaie de référence internationale est incontestable et donc que la prime de « leader mondial » en terme de taux d’intérets est permanente.

    La statégie de l’inflation mondiale et de la dévaluation du dollar pourrait réussir. Les recettes supplémentaires offertes aux pays exportateurs de matière première par la spéculation ainsi que la valorisation relative de leurs monnaies peut permettre de redresser la balance commerciale des Etats Unis avec ses clients traditionnels plus ou moins captifs (Amérique du Sud) et ce malgré les barrières douanières. La croissance tirée cette fois par les NPI permettrait la relance des industries occidentales. On joue donc la montre et en attendant, on maintient le seul marché d actifs facilement orientable, les bourses américaines, par des programmes de rachat d actifs réguliers, histoire d’éviter la recapitalisation des banques.

    Le système est totalement artificiel, faussé, menteur, en contradiction totale avec la culture de transparence des pères fondateurs réformistes (qui avait imposé la valorisation des actifs au prix du marché), mais lorsqu’il s’agit de survie, les principes passent sous le tapis, seul compte le résultat de court terme...jusqu’aux prochaines élections électorales.

    Attendez vous donc à la continuité dans le changement, avec une QU3 qui permettra de sauver les apparences jusqu’en 2012, le niveau des indices ayant toujours raison.


  • fifilafiloche fifilafiloche 20 avril 2011 03:38

    Une petite correction à votre intervention de qualité, Vélosolex.


    Si ma mémoire est bonne, Lénine, bien que rhymant avec Guilin, n’avait pas d’origine chinoise ;o)



  • fifilafiloche fifilafiloche 19 avril 2011 16:38

    Je lirai votre prochain article avec attention. J avoue être resté sur ma faim sur celui ci. Le style était prometteur mais je n’y ai pas trouvé matière à nourrir de nouvelles réflexions...je garde espoir...



  • fifilafiloche fifilafiloche 19 avril 2011 15:09

    L utilisation de l’Or comme support spécultif ne dérange personne puisqu’il ne s’agit pas d’un bien de première nécessité, et bénéficie aux Etats en revalorisant leurs réserves.


    Les Etats Unis ont largement assaini leur système financier, le niveau de dette privée non remboursable ayant été socialisé. Ce blanchiment d’argent spéculatif a eu pour contrepartie de faire baisser les actifs immobiliers de 50% en 4 ans, les primo accédants peuvent ont donc aujourd hui les moyens de financer leurs acquisitions avec un risque hypothécaire maitrisé.

    La situation est bien différente en Europe méditerranéenne, ou, par peur des conséquences sur leurs banques, les Etats ont freiné au maximum le dégonflement de leur bulle. Le paroxisme est le cas Francais ou les prix à Paris sont supérieurs a ceux d avant la crise. Le maintien arftificiel de l immobilier à des prix décorellés des salaires (les fondamentaux) fait peser un risque de confiance sur les banques de ces pays. C est de la que viendra le prochain choc financier, comme le premier venu des Etats Unis. Les dettes des Etats, elles, se paieront avec le temps en monnaie de singe.


  • fifilafiloche fifilafiloche 19 avril 2011 00:56

    Paye nous ton loyer, nos retraites et nos intérêts d assurance vie et ne t’avises surtout pas de l’ouvrir...normalement avec tout ça tu ne devrais pas avoir le temps de penser de toute façon !



  • fifilafiloche fifilafiloche 19 avril 2011 00:16

    Le patrimoine dans un cycle de vie sert à assurer ses besoins lorsque ses capacités de travail déclinent. C’était en tout cas le cas jusqu’à l’inversion des valeurs provoquées par les systèmes de répartition.


    Encore une fois, espérer accroitre son patrimoine à l’automne de la vie n’a pas de sens, et particulièrement quand l’accroissement du capital se fait sur la paupérisation des jeunes générations. Il faut être capable de se mettre dans la peau d un jeune pour comprendre leur réalité, que vous avez bien heureusement pas connu : intérets de la dette comme premier poste de dépenses, loyers représentant un tiers de leurs revenus et chômage chronique. Quelle chance vous aurait laissé la génération précédente de vous constituer un patrimoine avec une telle charge ? Il ne s’agit pas de philosophie de basar ici, mais bien de la réalité !


  • fifilafiloche fifilafiloche 18 avril 2011 21:19

    Votre discours serait tout a fait cohérent si...il n’y avait pas de dette publique, qui est un héritage négatif laissé aux générations futures.


    Votre raisonnement s ’ apparente à celui d un débiteur d’une banque qui menacerait de s’expatrier avec sa dette au cas ou on lui demanderait de la rembourser.

    Le capital dont vous disposez n est pas uniquement le fruit de votre travail. Sur les dix dernières années, le capital moyen des français a été doublé alors que l’inflation des salaires n y a été que de 30%. Cette croissance du capital a été inégalement distribuée, puisqu’elle a bénéficié essentiellement qu ’aux propriétaires, donc aux générations les plus âgées. Parallèlement, la dette publique n’a fait que s’accroitre sur la période, passant de 50% a 85% du PIB

    . En tant que baby boomer vous êtes générationellement responsable d’alléger le poids des engagements que vous avez pris et qui pèsent sur les épaules des jeunes générations. Il est de votre responsabilité d’alléger ce poids, au prix de la consommation de votre capital. A quoi vous servira donc cet amas de papier dette dans votre tombe ?


  • fifilafiloche fifilafiloche 18 avril 2011 15:17

    Même si je vous suis dans la majeure partie de votre argumentation, il y a un point que je ne comprend pas...


    Pourquoi « transmettre un captial » vous semble t il une nécessité absolue. N est il pas plus sain de permettre à la prochaine génération de voler de ses propres ailes plutôt que de la rendre dépendante du capital des parents ? 

    Plutôt que de ponctionner les jeunes actifs sur leurs salaires pour payer les retraites d une génération plus nombreuse, ne vaudrait il pas mieux que cette génération consomme son capital, laissant ainsi des marges de manoeuvre pour que leurs enfants puissent à leur tour créer leur sécurité sur les bases de leur travail ?


    Il y a là une logique qui me dépasse, pourriez vous m ’en expliquer la cohérence ?


  • fifilafiloche fifilafiloche 18 avril 2011 14:52

    Oui, il faudra que les papy boomers réalisent (vendent) leur capital pour financer leur besoins médicaux, après tout c’est à cela que sert l épargne sur un cycle de vie. En France, la situation est encore plus insupportable pour les jeunes actifs, car au poids de la charge des intérêts de la dette que la génération existencialiste leur a laissé en refusant de financer ses dépenses immédiate vient s ajouter la rente sociale (répartition) ET la rente immobilière (allégée de 50% en 4 ans aux Etat Unis après l explosion de la bule).


    Pas besoin d être prix Nobel pour se rendre compte de l évidence, il suffit de savoir addtionner et soustraire.


  • fifilafiloche fifilafiloche 18 avril 2011 14:35

    Les risques que fait peser la bulle immobilière, et donc la création monétaire inconsidérée, sur la valorisation des actifs de banques ne touche pas seulement l’Espagne mais tous les pays de l’arc euro méditerranéen (Portugal, Espagne, France, Grèce pour la zone Euro, Croatie pour les satellites).


    La décorellation entre salaires et valorisation du capital immobilier n’est pas tenable, l effet richesse ne peut compenser durablement les risques que fait poser cette exception historique. En faisant payer a tous les contribuables européens la spéculation sur ce besoin primaire, les gouvernements, dépendants de l effet de levier fiscal que procure cette spéculation, prennent la responsabilité de la paupérisation du plus grand nombre et au final l affaiblissement des économies européennes dans leur ensemble (même celles qui n ont pas utilisé le recours artificiel au capital pour doper leur croissance).

    Laisser retomber les prix au mépris des intérêts de court terme permettra d’assainir le système bancaire, de permettre au jeunes générations méritantes de se construire un capital indépendemment de l’héritage, bref de redistribuer les cartes de la rente vers le travail. 

    Si aucun gouvernement n’a le courage de laisser le marché revenir sur ses fondamentaux, la pression sera telle que le marché y reviendra de lui même de façon brutale.


  • fifilafiloche fifilafiloche 15 avril 2011 03:02

    Que de haine et de batailles d’égos dans le monde de la recherche de l’harmonie avec la nature...


    Pas frapper, pas frapper, je retourne à ma séance de Yoga ;o)


  • fifilafiloche fifilafiloche 14 avril 2011 23:45

    A quand l’explosion ?


    Aux prochaines échéances électorales américaines bien évidemment. Jusque là les rachats d actifs par la Fed (dettes immobilieres, indices américains) continueront car une fois la machine enclenchée, elle devient folle, hors de contrôle des Etats.

    La crise du crédit occidental est cependant souhaitable. Il est temps de redistribuer les cartes de la rente vers le mérite, et cela ne peut passer que par une déflation des actifs servant de support à la création monétaire supposée compenser notre desindustrialisation : immobilier et bourse.

    Aujourd’hui, en France, la jeunesse est vampirisée par une gerontocratie exigeant toujours plus de sang frais : 

    Rente sociale avec des retraites leur laissant un pouvoir d épargne alors qu’ils devraient en fin de vie consommer leur épargne. Avec un deux actifs pour un retraité, c est 33% des salaires d un jeune qui va alimenter cette chaine de Ponzi.

    Rente immobilière : les prix de l immobilier décorellés des salaires donnent bien peu de chance aux primo accédents d acquérir un toit sans s engager pendant 20 ans. Ceux qui ne peuvent apporter de garantie sont condamnés a verser une rente leur confisquant un autre tiers de leurs revenus.

    Rente du déficit budgétaire : le déficit budgétaire recurrent fait du service de la dette le premier poste budgétaire de l Etat. Cette dette des reformes toujours reportées, ce sont encore aux jeunes à les payer avec des prélèvements obligatoires toujours plus élevés, alors que les papy boomers eux se servent des interets sur cette dette exponentielle à travers l assurance vie.

    Ajouter à cela les éléments hors bilan : l arrivée en retraite des agents publics recrutés massivement dans les années 80 pour alléger les statistiques du chômage. Leurs retraites non comptablisées comme une dette et non financée par leurs cotisations, vont venir alourdir considérablement une dette publique déjà hors de contrôle et 50% supérieure aux critères de convergence de Maastricht.

    Et quels seront les relais de croissance pour créer les recettes permettant d inverser la tendance ? Avec une industrie délocalisée et l absence de matière première, on voit bien que l’équation est impossible et la seule solution est le dépot de bilan...qui implique de léser les rentiers pour revaloriser l initiative, l imagination et le travail.

    Notre malheur, c est l Allemagne, qui elle n a pas fait le choix de la rente, mais de l industrie. Etant donné que nous sommes dans une monnaie commune, la vertue teutonne empêchera une dévaluation massive de notre monnaie, la torture chinoise de la déflation des actifs, des rentes mobilieres, immobilieres et sociales, sera donc lente et d autant plus douloureuse.

    Je n envie pas le sort des responsables politiques de l exercice 2012 2017, ils serviront de bouc emissaires à 40 ans de lacheté existencialiste


  • fifilafiloche fifilafiloche 13 avril 2011 14:53

    Quelqu’un pourrait il m’expliquer en quoi l’écologie, qui est de l’intérêt de tous, a à voir avec les marketing politique des énarques (droite et gauche) ? Il y a des idées reçues qui ont la vie dure, celle que l’écologie serait « de gauche » en fait partie, mais on n’en comprend pas forcément la logique profonde ni les mécanismes...en tout cas pour les non initiés, la relation n’est pas évidente !



  • fifilafiloche fifilafiloche 13 avril 2011 14:19

    Cet article me rappelle les paroles très profondes de la chanson : « le feu ça brûle et l’eau ça mouille ! »


    Pourquoi un tel truisme...Les guerres n’ont elles pas toujours été motivées par des intérêts économiques depuis la nuit des temps ?

    Les frontières des pays africains ne sont elles pas des inventions purement européennes, tracées grossièrement sur des territoires nomades en fonction des intérêts économiques des puissances coloniales en ignorant délibérément les réalités ethniques ? La préservation des frontières coloniales par l ONU au nom de la paix ne fait que pérenniser les tensions tribales entre des ethnies unies contre leur gré dans des entitées nationales. Le jeu des intérêts particuliers européens amène à favoriser une ethnie pour ensuite lui retirer le pouvoir lorsqu’elle devient trop revendicatrice. Mais ne s’agit il pas d évidences ?


  • fifilafiloche fifilafiloche 12 avril 2011 16:36

    En Allemagne, ou la culture du travail est au coeur de la société, les salaires ont moins augmenté qu’en France, le chômage s est resorbé beaucoup plus rapidement aussi. Et pas question de compter sur l inflation immobiliere pour compenser la perte de pouvoir d achat !


    Ce que je ne comprend pas, c est la vision franco francaise des intervenants sur agoravox, comme si le monde se resumait au microcosme parisien...

    Si la rigidite du droit du travail français et la masse salariale de l Etat engendrent un croissance molle et un chômage systémique, rien n’empêche un resident d aller chercher du travail là ou il y a de la croissance, comme le font les citoyens d autres pays. L Amerique du Sud est composée pour la majorité de sa population de descendants d’Italiens, Allemands, Espagnols, Portugais qui ont été chercher fortune hors de leurs frontières. 

    Cette peur de l inconnu hors des frontières de notre système social est un handicap culturel qui n effleure que peu nos voisins...notre passé colonial montre que ce ne fut pas toujours le cas,


  • fifilafiloche fifilafiloche 12 avril 2011 16:15

    Le pays des droits de l homme a commence son expansion coloniale un peu après sa revolution. Le souvenir qu ont laissé les Francais dans leurs anciennes colonies n’avait pas grand chose d’égalitaire ni dans les institutions, ni dans les relations à « l indigène ».