• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Les commentaires de alex75



  • alex75 5 juin 2016 09:45

    Le style méprisant et doctrinaire dessert l’argumentation qui est déjà très faible en elle-même.



  • alex75 30 septembre 2015 18:10

    @Esprit Critique
    Le CO2 n’est pas un produit toxique pour l’individu à dose normale, mais il est dangereux pour l’humanité en tant que gaz à effet de serre ayant des effets dévastateurs sur le climat et la nature. Vous jouez sur les mots, c’est vous qui déformez la réalité.

    Les filtres n’ont pas résolu le problème des particules ultra-fines qui sont encore plus dangereuses que les particules fines. Ils ont aggravé ce problème de dangerosité sur le plan médical pour un surcoût très élevé et ils créent de nombreux problèmes techniques qui sont très bien expliqués par l’auteur de l’article. 


  • alex75 30 septembre 2015 11:42

    Très bon article très synthétique mais dans l’ensemble très mauvais commentaires conservateurs et conformistes, tout à fait à l’image du franchouillard de mauvaise foi qui s’invente tous les arguments possibles pour justifier sa radinerie et sa bêtise, quitte à renier tout ce qu’il professe par ailleurs en matière d’éthique et d’écologie. Mais, bon, le peuple français est le plus intelligent du monde, c’est bien connu et il roule au gazole, ce qui prouve que le gazole c’est ce qu’il y a de mieux, n’est-ce pas (comme le Concorde et le minitel) ? 



  • alex75 6 juin 2015 11:55

    Cet article est une phraséologie idéologique et moralisatrice totalement déconnectée de la réalité et du Droit. Les tribunaux existent et ils ne sont pas tendres avec ceux qui sont dans « l’abus de droit » (voir Code Civil). Ne pas oublier également que des retards de paiement entraînent des frais de gestion de dossier qui peuvent être importants et personne n’a intérêt à jouer avec cela. Ne pas couper l’eau pour des raisons humaines - car couper l’eau ne ferait qu’aggraver les difficultés sociales (souvent provisoires) des personnes - n’implique en aucun cas qu’on peut cesser de payer l’eau.



  • alex75 11 avril 2015 22:26

    Il s’est fait viré dans les mêmes conditions, avec fortes indemnités, de TOUS les postes qu’il a occupé depuis l’âge de 28 ans. Le roi de l’esbroufe ! 



  • alex75 6 juin 2012 23:26

    Le système institutionnel français dirigiste, centralisé et élitiste (bonaparto-gauliste) est inadapté à l’époque, car les citoyens sont plus formés et informés qu’auparavant. Néanmoins, la prise de conscience de ce décalage n’est pas massive et il y a beaucoup de passivité, de fatalisme et d’obéissance (quelquefois « révoltée » ou « indignée ») chez l’électeur.

    La ruse du système est de lui mettre la pression par le chômage et l’insécurité sociale, de le rendre blasé ou dégouté (abstentions) par son immobilisme ou de le distraire par la publicité et la consommation, le transformant ainsi quelquefois en consommateur hédoniste et égoïste.
    Il reste tout de même l’action individuelle qui peut être très efficace (le boycott de TF1, par exemple, met cette chaîne en difficulté) et l’action citoyenne dans tous les domaines (transition écologique, Amap etc.)
    Bref, il faut tout réinventer, et surtout notre mode de vie du point de vue social, économique, la façon de travailler etc.
    Je trouve la campagne de l’Alliance écologiste très intéressante, j’ai bien aimé les vidéos à la télévision (avec Albert Jacquart).
    Sur l’écologie au niveau de la planète et l’impasse tragique dans laquelle nous serons bientôt, cet article résume bien la situation :
    Bonne chance aux candidats écologistes et à Croa pour dimanche prochain smiley


  • alex75 1er mars 2012 09:53

    À ma connaissance Éva Joly n’a jamais été écologiste (je veux dire : avant de devenir la candidate d’EELV à l’élection présidentielle smiley



  • alex75 17 décembre 2011 18:10

    Particulièrement percutant, exhaustif et synthétique.

    Raisonner en terme de « système » est plus productif que céder à la théorie du complot.

    Je me permettrais de rajouter comme cause de la turbocrise un facteur psycho-culturel induit par l’idéologie ultra-libérale : la dépolitisation (abstentionisme électoral, désyndicalisation, ultra-individualisme). Le citoyen devenu passif et comptant sur son talent personnel et son obéissance pour mieux s’en sortir que les autres s’est fait piéger dans une équation « chacun pour soi, tous perdants »… Mais un peu partout des indices laissent penser que cette adhésion-soumission aux valeurs du turbocapitalisme est en train d’être remise en cause par la base.


  • alex75 1er décembre 2009 20:46

    J’espère que tu es content d’être un bon petit garçon bien dressé par ton journal, tes profs, ton patron ultra-libéral mondialisé et de penser « bien comme il faut ».


    Tu es un religieux d’une certaine façon et tu soutiens les religieux, c’est bien « logique » mais pas libre, ni intelligent., ni humaniste. Quand ceux qui croient qu’ils pensent soutiennent l’obscuranturisme, c’est vraiment le signe qu’il y a un grave problème.


  • alex75 1er décembre 2009 20:09

    Vive la Suisse et ses votations ! Vive la Californie et ses référendums ! Vive la démocratie directe ! Vive la démocratie participative !!! 


    Heureux les peuples réveillés et vaillants ! 

    Non aux abrutis politiquement corrects soumis, endormis, non à la nouvelle religion « ponce-pilatesque » professée par la presse et l’ÉducNat, LES LOBBIES, LES CORPORATISMES, les communautarismes, les technocraties, les élites mondialisées, les manipulateurs, les commerçants et escrocs.
    Non à la loi des esclaves drogués et obéissants !

    Non à l’emprise de la manipulation religieuse sur la société civile !

    Construisons des théâtres, des cinémas, des éoliennes, des centrales solaires.

    Vive la vie, le progrès, la liberté véritable (et non la « tolérance » des mous et des impuissants esclaves obéissants).

    Vivez comme des vivants et non comme des soumis et des obéissants bien-pensants (c’est-à-dire non-pensants).

    Vive la vie et vive la liberté dans l’indépendance ! 

    Vive les personnes libres !
    Vive la pensée LIBRE ! 

    LIBERTÉ - ÉGALITÉ - FRATERNITÉ !!!!



  • alex75 29 octobre 2009 12:24

    Remarquablement juste, synthétique et complet.


    Il est toujours étonnant de constater à quel point les français ne maîtrisent pas ce sujet.
    Sociologiquement et politiquement, une analyse peut être tentée :

    - une classe politique très âgée, coupée de la vie réelle et du monde de l’entreprise, de la technologie, de la jeunesse également, culturellement tournée vers le passé (la décolonisation, le gaulisme, blabla...) et peu investie dans le présent, sans notions des défis du futur (technologie, écologie, équilibre social).
    Les politiques préfèrent développer la télévision et la radio numérique de façon accélérée car c’est un média centralisé et fermé que l’on peut contrôler très facilement pour manipuler les masses, en particulier toute une partie de la population qui est soumise et passive.

    - les français en général ont une vision déformée de la place et de l’importance de la France dans le monde, vision fondée sur une prétendue supériorité culturelle et sur une grande subjectivité (châteaux, vins, paysages, littérature + Airbus, c’est un peu juste pour affronter l’Amérique et l’Asie).
     Ils ont également une tendance à faire les choses au minimum qui s’entend dans les expressions du quotidien, trop souvent utilisées : c’est pas la peine, ça ira bien comme ça, à quoi ça sert, ça ne marchera jamais, c’est cher etc.

    La France est en train de prendre un retard catastrophique dans ce domaine qui se traduira par une perte de compétitivité (beaucoup plus qu’avec les fameuses « charges »), une augmentation du chômage, un déclin économique déjà bien entamé et un appauvrissement général des populations à l’exception des « élites » qui arriveront toujours à s’en sortir (d’où probablement leur manque d’intérêt pour ces technologies).





  • alex75 19 octobre 2009 14:04

    A l’heure où vous publiez le salon est encore ouvert.


    Plusieurs conférences passionnantes se dérouleront cet après-midi du lundi 19 octobre.
    Bon, vous êtes pardonné compte tenu du fait que les dates n’étaient mentionnées ni sur l’invitation (?), ni sur la page d’accueil du site (?)
    Les photographes ne sont pas de bon communicants, semble t-il…

    Je vous quitte, je dois y aller…


  • alex75 4 août 2009 16:26

    J’ai lu l’article du Point et il concerne essentiellement les petits bobos et une certaine hygiène de vie, ainsi que la prévention au long cours.

    Il n’est pas contestable que certaines plantes, certains aliments combattent l’excès de cholestérol, le stress, facilitent la digestion, ralentissent le vieillissement etc
    Le raisin, par exemple, est excellent pour l’hygiène intestinale. L’ortie est bourrée de minéraux, le germe de blé de vitamines. Et même le vin, en quantité raisonnable semble avoir des vertus (voir french paradox).
    Pendant longtemps, les médicaments étaient à base de plantes et un grand nombre de médicaments d’aujourd’hui ont des molécules synthétiques strictement comparables à celles des plantes d’origine. 
    Actuellement, tous les grands labo pharmaceutiques explorent l’Amazonie et le fond des océans pour y découvrir les « molécules du futur » (qui ont quelques milliers d’années… smiley.

    Pour la majorité des gens, les comprimés sont plus pratiques, remboursés (ah ah !) et pour le médecin le dosage et le suivi du protocole est facilité et sécurisé (dosages précis).
    Personne ne le conteste. (le seul problème est que les malades ne suivent pas toujours très bien le protocole et que les médicaments finissent en grande quantité dans les poubelles). Donc, tout est relatif. smiley

    Pour les agoravoxiens, je recommande la consommations de pastèque à haute dose smiley





  • alex75 4 août 2009 14:24

    @ Chantecler 


    Je suis d’accord avec vous. La question est de savoir si ce mécanisme peut être mis en place en pleine crise économique, avec un pouvoir d’achat réel qui stagne (ou baisse) depuis au moins dix ans (voire 20 ou 30).
    Normalement oui, puisqu’il est prévu de rembourser à chacun le montant moyen de la taxe (le but étant de taxer ceux qui sur-consomment et de faire réaliser un profit à ceux qui investissent dans les économies d’énergie ou même simplement se limitent volontairement dans certaines consommations ou déplacements).
    Au vu des réactions un peu partout, je me dis que psychologiquement, ça va être difficile à faire passer. Surtout que la plupart des gens n’ont rien compris au système, il pense juste que c’est un impôt en plus, une sorte de punition écologique smiley
    Personnellement je suis très favorable à la taxe carbone et très défavorable à ce qu’elle ampute le pouvoir d’achat (sauf pour les riches) ou même gêne les gens si le « chèque vert » est versé trop tardivement. Pour bien, il faudrait payer le chèque vert à l’avance, en début d’année, ou au début de chaque mois… Je dois dire que je suis très curieux de voir comment tout ça va être mis en place… ou faire plouf (comme toutes les mesures de ce gouvernement : heures sup etc). 


  • alex75 4 août 2009 12:23

    Je trouve que votre raisonnement n’est pas logique.


    Car les plus gros pollueurs sont les particuliers (le chauffage des bâtiments est la plus grosse source d’émission CO2, ensuite les transports). Les entreprises ont fait d’énormes efforts et sont contrôlables et « incitables » par d’autres moyens : normes, lois, normes ISO etc.

    D’autre part quand vous dîtes que les producteurs doivent payer car un produit est fabriqué avant d’être vendu, c’est illogique, car c’est la demande du consommateur qui crée la fabrication. Pas de demande, pas de vente, pas de fabrication et la taxe peut faire baisser une demande (exemple du tabac, mais aussi de l’essence si on compare la France et les USA).

    Tout votre raisonnement est basé sur un non-dit qui emballe tout le monde, évidemment : le consommateur est pur, c’est une victime et l’entreprise est coupable a-priori.
    Or, c’est faux. Le consommateur est coupable de tout les produits inutiles et polluants qu’il achète, (y compris moi-même !). Sortons de cette idéologie infantile de la déresponsabilisation individuelle qui caractérise les sociétés de soumission et d’obéissance.

    Enfin, la taxe carbone est une taxe incitative. Son but est que les gens essaient de la fuir et adoptent ainsi un comportement vertueux qu’ils refuseraient d’avoir volontairement et spontanément (il suffit d’observer les réticences face au tri des déchets ménagers pour se convaincre que le consommateur n’est pas vertueux). 
    Son impact peut être spectaculaire, contrairement aux excellentes mesures que vous proposez mais qui auraient un effet beaucoup plus limité et qui passent à chaque fois par des réglementations assez complexes à mettre en œuvre (législation, polémiques etc pour chacune d’entre-elles).
    En définitive, la taxe est le meilleur moyen de mettre en œuvre ce que vous proposez.
    Comment, par exemple, isoler tout le parc immobilier ancien, s’il n’y a pas à la fois des aides et des « sanctions » ?
    L’aide seule ne suffira pas, à cause de l’inertie naturelle de beaucoup, de la méconnaissance de la problématique, de la complexité dans certaines situations (copropriétés) et du manque de solidarité et de vertu du décideur.

    C’est donc le prix de la pollution qui peut la faire diminuer, plus que la réglementation. La hausse du prix du pétrole le montre bien avec ses conséquences sur les comportements et les choix d’achats (vente de petites cylindrées en forte hausse et chute libre des grosses). C’est donc le consommateurs « prélevé » qui impose ses choix aux industriels éberlués qui n’ont que le choix entre accepter de changer ou mourir
    Ce prix de la pollution peut être compensé par une baisse des impôts sur le revenu, une augmentation des salaires mais le but est de responsabiliser : « tu veux pas faire d’efforts, tu paye, point ! »
    Toute cette polémique sur la taxe carbone révèle bien l’incivisme des français, toujours prêt à faire payer leurs voisins, l’entreprise, l’Etat, leur assureur. Quelle monstrueuse méconnaissance de l’économie : l’entreprise facture au consommateur TOUT ce qu’elle paye, l’assureur aussi, l’État et la sécurité sociale vous prélèvent TOUT ce qu’ils vous versent et ce sont les systèmes de déresponsabilisation qui provoquent l’inflation de la dépense collective, qui est ensuite répercuté individuellement sur chacun.


  • alex75 4 août 2009 11:27

    Les lobbies médicaux et les grands préleveurs de fonds (en bas de votre feuille de paye) n’aiment pas que l’on vienne les concurrencer. Professions libérales, mais ne souhaitant pas avoir de concurrence. Au demeurant, l’expression « ou presque » est une formule teintée d’humour, très utilisée, (ça répare tout ou presque, ça fait tout ou presque etc) it il faut être bien sot pour ne pas le comprendre et s’énerver autant pour si peu de choses et verser immédiatement dans le procès en sorcellerie (ou presque). 

    Quant à l’incroyable prétention des médecins qui se prennent pour des dieux du savoir, on aura pas la cruauté de leur faire remarquer tous leurs errements du passé, leurs carences éthiques, les fautes professionnelles à répétition (dénoncées par la sécurité sociale), les arrêts-maladie bidons, les nombreux escrocs qui appartiennent à cette profession (chirurgiens esthétiques hasardeux par exemple), les nombreuses erreurs médicales, les maladies nosocomiales dans leurs services (par négligence le plus souvent)… Un profession en perte de prestige et c’est assez mérité. Mais est-ce qu’attaquer les autres est une bonne stratégie pour remonter la pente ? Ça ressemble plus à l’acte désespéré d’une caste aux abois !


  • alex75 30 juillet 2009 16:16

    Nous les Français, on se croient tellement supérieur aux autres, que l’on répugne psychologiquement (et culturellement) à nous « soumettre » à l’apprentissage de leurs langages (langues étrangères mais aussi régionales).


    Ensuite, pour bien apprendre, il faut être complètement détendu. Et, avec les profs français, ça risque pas d’arriver.

    Après 12 ans d’apprentissage scolaire de l’anglais (collège, lycée, fac avec anglais obligatoire), je ne comprenais toujours rien au vrai anglais (c’est-à-dire parlé par des anglo-saxons et non ce langage étrange que parlent les français qui disent et croient parler anglais !) et donc c’est en Angleterre et surtout aux États-Unis, dans les magasins et au cours de soirées bien arrosées que je devenu quasiment bilingue très très rapidement… !



  • alex75 30 juillet 2009 16:00

    Bon article, tout ce qui est dit me paraît exact. Mais il est difficile, dans un des seuls pays d’Europe où on continue à isoler par l’intérieur, au lieu d’isoler par l’extérieur, de convaincre.

    Toutes sortes de nouveaux produits et procédés sont en train d’apparaître (crépis isolants, isolants intérieurs écologiques) et sont bien connus en suisse, Belgique, Allemagne…
    Les gens en France ont beaucoup de difficultés à suivre les nouveautés, particulièrement en matière écologique. 
    Cela provient, selon moi, du fait qu’ils n’ont pas appris l’écologie à l’école et sont incapables de sortir du système de pensée relativement rigide prôné par l’Éducation Nationale.
    Ce phénomène de rigidité mentale et de refus d’adaptation est d’ailleurs une véritable plaie pour les entreprises et certainement la cause majeure de la perte de terrain de la France sur le plan économique.


  • alex75 30 juin 2009 19:47

    Une étude récente a montré qu’il y avait des pesticides dans les appartements parisiens. Ils ne proviennent pas des jardins publics (la mairie de Paris, comme de nombreuses villes a supprimé à 98% l’usages des pesticides, désherbants etc) mais de la Bauce, de la Picardie, amenés par le vent. En remerciement, les parisiens envoient leur pollution dans ces régions (ozone etc) par le même moyen… ! (Je t’aime, moi non plus !).


    On retrouve toujours les mêmes pseudo-arguments dans les commentaires des lobbies pro-pesticides : l’espérance de vie s’allonge, ce n’est pas prouvé que ce soit toxique (toxique pour les insectes, mais pas pour les hommes… des produits « intelligents » en somme qui choisissent avec discernement leurs victimes !).
    Merci à l’auteur pour cet excellent article.

    La clé de cette énigme réside dans la notion de « basculement ».
    Toutes ces technologies ont apportées des effets positifs spectaculaires et des inconvénients invisibles. Aujourd’hui, avec le temps, les toxiques (chimie, pollution automobile, pesticides, métaux lourds, hormones de synthèses) s’accumulent et leurs effets deviennent permanents, cumulatifs et dévastateurs. 

    La réussite des années 50/60 bascule vers un désastre planétaire de grande ampleur et seuls ceux qui refusent de voir ne voient rien.

    Le nombre de cancer n’augmentent pas « parce que les gens vivent plus longtemps » car il y a de plus en plus d’enfants et de jeunes qui sont touchés. Les animaux sauvages sont touchés également de façon significative, demandez aux vétérinaires ou aux garde-chasse…

    Enfin, au sujet de la ritournelle « l’agriculture bio ne peut pas nourrir tout le monde », cette assertion typiquement française ( ah ! le cartésianisme !) est radicalement fausse. 
    - 70% de la production végétale sert à l’alimentation du bétail et à la sur-consommation de viande.
    - les aliments bio sont nettement moins chers que toutes les cochonneries industrielles qu’absorbent les « pauvres » : pâtisserie sous blister, boissons à l’aspartame, pizza surgelées carton-pâte, plats préparés qui ont perdus leur goût et leurs vitamines, gadgets chimiques pour l’apéritif, j’en passe et des biens pires !
    Mais de plus en plus de gens se rendent bien compte de tout ça et changent d’habitudes.
    Le vrai changement a lieu dans les magasins et dans les cuisines, pas toujours sur les blogs (Ah Ah… !).



  • alex75 22 mai 2009 16:55

    Article très intéressant et informatif. D’un point de vue théorique, le concept d’économie positive est peut-être contestable pour les puristes ou pour ceux qui ont une connaissance et une conscience aiguë des problématiques écologiques.

    Cependant, comme Luc, j’y vois un grand intérêt de 2 points de vue :
    1 - la transition : on ne peut pas passer de « tout noir » à « tout blanc » en claquant des doigts, il faut un certain temps d’adaptation aux structures industrielles,économiques, politiques, intellectuelles…
    2 - la pédagogie : les « mesurettes » permettent une prise de conscience, un changement des habitudes les plus ancrées (comme le culte de la bagnole, de la moto « vroum vroum », de l’utilisation « familiale » de poisons comme les pesticides et produits ménagers toxiques).
    Habitant Paris, je peux témoigner que l’utilisation de Prius hybrides par les taxis a entraîné une explosion de l’achat de ce véhicule par les particuliers, jusque là dubitatifs.
    Probablement, ça a permis a beaucoup de gens de les essayer comme passager… et de se laisser séduire !
    Donc, une petite mesure peut avoir de grands effets.

    @ Ekoloteky
    Il y a plusieurs conception de la décroissance et le mot est contesté par ses propres partisans.
    Mais on admet souvent que décroissance veut dire décroissance des prélèvements sur le capital de ressources naturelles par une organisation différente de la société et un changement volontaire de comportements. Un changement choisi aujourd’hui pour éviter un changement imposé et beaucoup plus douloureux plus tard.