• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Les commentaires de Jean Umber



  • Jean Umber 26 mars 21:01

    On retrouve les phénols et leurs dérivés (ou des composés de même réactivité) dans la plupart des médicaments chimiques.
    Les phénols sont des composés aromatiques qui captent de manière rapide et irréversible un grand nombre de composés oxydants.
    Les oxydants sont indispensables au bon fonctionnement cellulaire (au même titre que les réducteurs d’ailleurs).
    Par exemple, les peroxynitrites détruisent les protéines étrangères, ou dénaturées, permettent la formation de ponts disulfure, sont à l’origine de la synthèse biologique des prostaglandines, et... nitrent les phénols irréversiblement.
    Ainsi, ces phénols vont empêcher la formation des prostaglandines lorsqu’ils sont introduits dans l’organisme, et donc diminuer les sensations de douleur, la fièvre,..., mais ils vont également empêcher les producteurs de peroxynitrite (macrophages) de faire le ménage cellulaire. Ils diminuent donc l’immunité, d’autant que la formation des ponts disulfure des anticorps sera également empêchée.
    Parmi ces phénols, on trouve : le paracétamol, le naproxène, l’amoxicilline, la morphine... Et les analogues des phénols sont légion, en particulier les alcoxyphénols : tramadol, propanolol, fluoxétine, paroxétine,.. ou des alkyls benzène avec un groupe alkyl très ramifié : ibuprofène.
    Ce qui est bizarre avec ce Covid, c’est que tous ces composés chimiques aggravent. On m’a parlé d’une personne fébrile à laquelle on avait donné un antibiotique et qui s’était fortement aggravée au point d’aller en réa. J’ai supposé que cet antibio était de l’amoxicilline, et j’avais tapé dans le mille. Ce « Covid » diminue donc lui aussi l’immunité, et ses effets s’ajoutent à ceux des médicaments classiques dont le caractère néfaste devient patent.

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Peroxynitrite



  • Jean Umber 11 mars 12:37

    Deux données étranges :

    https://twitter.com/Conflits_FR/status/1237138944778780673

    Le test ne serait pas spécifique du Covid19

    Et

    pas de symptômes qui permettent de le distinguer d’une grippe classique.

    Conclusion : « C’est quoi cette arnaque »



  • Jean Umber 27 février 2019 16:03

    @phan

    De manière plus prosaïque, l’aptitude antidouleur de ces deux substances (tramadol et oxycontin est due au cycle aromatique substitué par des fonctions étheroxyde, cycles qui sont des pièges à peroxynitrites, ces derniers étant à l’origine de la formation biochimique des prostaglandines, sources de douleur et de température (voir McMurry & Begley Chimie organique des processus biologiques chez de Boeck).
    Quand au côté addictif des molécules, il est dû à la présence d’amines tertiaires aliphatiques, structure retrouvée dans toutes les drogues addictives.



  • Jean Umber 10 janvier 2018 10:28

    @Peter.B

    Et la chimie, cher ami, vous ne la réfuterez pas, n’est-ce pas ?

    L’académie de médecine a publié un article concernant les adjuvants et en particulier l’hydroxyde d’aluminium.

    http://moodle.univ-lille2.fr/pluginfile.php/75073/mod_resource/content/2/adjuvants%20vaccinaux%20rapport%20Acad%20Med1.pdf

    page 6, § 3.2.3., leur démonstration « chimique » concernant l’élimination de l’hydroxyde d’aluminium est le type même de discours antiscientifique puisqu’il ne respecte pas les canons de la chimie.

    L’hydroxyde d’aluminium est insoluble entre pH 6 et 8, qui est grossièrement le pH physiologique, avec un produit de solubilité extrêmement faible [10^(-32), ce qui fait de cet hydroxyde le moins soluble de rtous les hydroxydes].
    Le document prétend que Al(3+), qui n’existe pratiquement pas à pH 7, nous venons de le voir [10^(-4) mol/L maxi], va être complexé (chélaté) par divers « acides ». Il y a là encore une erreur importante, car à pH physiologique, ces acides n’existent pas, ils sont sous forme de carboxylates (citrate, malate, lactate). Mais encore, et surtout, ce sont des ligands à champ faible, incapables de créer avec l’ion aluminium des liaisons plus fortes que celles créées par l’ion hydroxyde. Ceci provient du caractère attracteur d’électrons du carbonyle des ions carboxylate.

    Donc il est faux de prétendre que l’hydroxyde d’aluminium sera facilement éliminé alors que cela contredit les lois classiques de la chimie.





  • Jean Umber 5 janvier 2018 16:43

    En ce qui concerne l’élimination des adjuvants aluminiques, on peut étudier le document de l’académie de médecine suivant :

    http://www.academie-medecine.fr/wp-content/uploads/2013/10/adjuvants-vaccinaux-rapport-ANM1.pdf

    Cependant, page 6, ils montrent leur incompétence basique en chimie, car ils infèrent que l’aluminium pourrait être éliminé par chélation avec des acides (citrique, lactique, malique).

    Or, au pH physiologique ( 7), ces acides n’existent pas, ils sont sous forme de citrate, de lactate et de malate.

    Mais admettons cette faute mineure. Le plus grave, c’est qu’il prétendent que la stabilité des complexes formés par l’ion aluminium avec ces carboxylates sont plus stables que l’hydroxyde d’aluminium, qui est la forme d’intromission de l’aluminium avec ces vaccins.

    Ceci est en totale contradiction avec les connaissances que les chimistes avons accumulées depuis plus de deux siècles, à savoir que l’hydroxyde d’aluminium à pH 7 est l’hydroxyde le plus stable et le plus insoluble de tous les hydroxydes [produit de solubilité = 10^(-32)].

    Il ne peut donc être éliminé que par le flux sanguin, sous forme de minicristaux. Ceux-ci peuvent peut-être passer la barrière rénale, mais peuvent aussi s’accumuler dans les capillaires, où ils conservent leurs propriétés inflammatoires, puisqu’ils ne peuvent pas être détruits, à moins de laver les capillaires avec de l’acide chlorhydrique 0,01 mol/L ou par de la soude à la même concentration.



  • Jean Umber 5 janvier 2018 15:38


    @Eric F

    Cette étude faite en Guinée-Bissau est très intéressante à analyser

    https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S2352396417300464



  • Jean Umber 27 octobre 2016 16:50

    @Ruut

    Si on veut changer les choses, il faut peut-être savoir se boucher le nez lors des votes, et voter pour éliminer les plus dangereux pour la paix.



  • Jean Umber 9 décembre 2015 13:51

    Le problème dans le grand est est d’abord géographique. Il suffit de voir d’où viennent les socialistes ou les écologistes qui voulaient le désistement : essentiellement des villes bourgeoises. Il voudraient s’entendre avec LR pour gérer la Région à partir de ces villes que cela ne m’étonnerait pas.
    Par contre, les socialistes des campagnes et des régions industrielles (par exemple les Vosgiens) veulent avoir leur mot à dire.
    Sinon les « sans dents » seront à nouveau cocufiés. Ils risquent beaucoup moins de l’être si la liste Masseret progresse, ce qui risque bien de se passer.
    Mélanchon l’a bien compris, lui qui soutient désormais Masseret.



  • Jean Umber 8 décembre 2015 18:43

    Exact, seuls 71 colistiers se sont désistés, essentiellement dans les zones où le FN a fait le moins de voix (Marne, Meurthe et Moselle, Bas Rhin).
    Je suis persuadé qu’un grand nombre d’électeurs qui se sont opposés à la politique gouvernementale en votant Philippot vont revenir vers un socialiste qui risque tout pour les défendre. Il battra peut-être Richert, voire Philippot !



  • Jean Umber 8 décembre 2015 16:36

    S’il se désiste, c’est mains libres pour les « bourges »



  • Jean Umber 8 décembre 2015 15:08

    En fait, tout ceci n’est qu’un combat entre les régions populaires délaissées et les villes « bourges » appuyées par le pouvoir.



  • Jean Umber 8 décembre 2015 10:05

    C’est bien le seul homme de gauche qui ne baisse pas son froc devant les arrivistes au pouvoir et qui défend vraiment la population



  • Jean Umber 8 décembre 2015 09:47

    Je pense que JP Masseret va gagner pas mal de voix au second tour, rien que parce qu’il s’oppose au gouvernement actuel. Les « sans dents » vont se sentir bien mieux défendus par quelqu’un, qui, tout compte fait, est vraiment à gauche et se désolidarise de cette mafia au pouvoir qui est plus à l’extrême droite qu’autre chose.



  • Jean Umber 8 décembre 2015 09:08

    @Spartacus

    Vous ne connaissez rien à la situation politique à l’intérieur du Grand Est.
    C’est d’ailleurs ce que ses habitants reprochent aux « élites » parisiennes, à savoir qu’elles se f... d’eux.



  • Jean Umber 8 décembre 2015 00:56

    @Jean Umber

    Les problématiques régionales l’emportent selon moi sur les problématiques nationales dans ce cas



  • Jean Umber 8 décembre 2015 00:55

    Le simple fait que Valls appelle à voter à droite montre bien que la « gauche dite socialiste » s’accommode très bien de la « droite dite républicaine ». Il n’est pas sûr que cela n’augmente pas encore l’exaspération du peuple français.

    Par ailleurs, il faut réfléchir à la répartition des votes socialistes et « républicains » en ACAL : La Lorraine demeure fortement socialiste, alors que l’Alsace est bien plus à droite, la Champagne Ardennes emboîtant le pas à la Lorraine. Il y a là un autre point d’achoppement que personne n’a encore remarqué...

    Les problématiques régionales l’emportent selon moi aux problématiques nationales dans ce cas



  • Jean Umber 5 juin 2015 07:53

    Ce qui me fait peur - j’ai été correcteur au Capes de Sci-Phy - c’est le niveau de sortie des étudiants en licence (et maintenant en M1) qui est si bas que seule la moitié des postes est pourvue, en maths par exemple.

    Chaque université essayant de présenter de bons résultats, cette course aux diplômes provoque la dégringolade du niveau moyen des étudiants ayant été admis à ces titres universitaires.

    C’est particulièrement vrai dans le domaine scientifique, là où le bagou ne saurait remplacer la connaissance et le raisonnement.



  • Jean Umber 6 mai 2015 17:12

    Un article de Reporterre à lire à ce sujet.

    Je remarque cependant que tous les fabricants de ces joyeusetés leur donnent un nom très « soft » : des nicotinoïdes, alors que le principe actif est toujours une N-nitroiminourée, structure chimique libérant sans coup férir les oxydants les plus puissants pour détruire toute protéine, donc toute cellule vivante : les peroxynitrites.



  • Jean Umber 2 avril 2015 13:34

    Avant de spéculer, cela serait déjà pas mal si on tirait toutes les conclusions de l’existence (avérée celle-ci) des dipôles magnétiques électroniques que sont par exemple les radicaux libres, les ions ferIII, etc...

    Au même titre que le dipôle magnétique associé au spin du noyau de l’atome (celui du proton par exemple) est à l’origine de la RMN, le dipôle magnétique électronique est à l’origine de la RPE, et leur existence dans la cellule vivante devrait nous conduire à approfondir ces propriétés, d’autant que toute cellule vivante est plongée dans un champ magnétique constant sur terre.