• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Les commentaires de Wlad



  • Wlad Wlad 19 mars 2009 17:07

    Ce sont entre autres les guerres et leurs conséquences, [...] qui sont responsables.

    Mais malheureux, sans guerres il n’y aurait déjà plus de place sur la planète ! En revanche, je suis d’accord, l’accès à l’éducation est fondamental pour réduire la surnatalité.

    En outre, votre raisonnement pourrait s’applqiuer à n’importe quoi : pourquoi aller voir des ballons rentrer dans un rectangle (ça s’appelle le foot), pourquoi ne pas verser les énormes salaires des footballeurs à des ONG ? Et la F1, à quoi ça sert, sinon à polluer ? etc.

    Sur ce coup-là, je te soutiens.



  • Wlad Wlad 19 mars 2009 17:03

    Romain,

    Lorsque l’on se risque à faire des propositions , plutôt que de les étudier , ils préfèrent souvent défendre le système dont ils sont victimes.

    Tu m’expliques en quoi on est victimes de l’anglais ?



  • Wlad Wlad 19 mars 2009 17:00

    Il est probable que se niche dans ce rejet un certain complexe de supériorité, une crainte que le rayonnement culturel de la France et du français ne s’accommodent pas du développement de l’espéranto.

    MOUHOUHOUHAHAHAHAHAHAH ! Pardon, mais cette blague m’a véritablement filé des crampes aux abdos.

    si réticents envers le thème d’une langue véhiculaire commune

    Et l’anglais, alors ?




  • Wlad Wlad 19 mars 2009 16:55

    En Pologne, Ilona Koutny, Hongroise d’origine, a créé et dirige depuis dix ans le cours d’interlinguistique en espéranto à l’université Adam Mickiewicz (UAM) de Poznań ; elle enseigne également le hongrois et le programme de linguistique dans la spécialité "hongrois".

    Il ne s’agit pas d’un cours d’espéranto à l’université, comme il en existe déjà dans divers pays, ni d’un cours sur l’espéranto en polonais, mais d’un module universitaire EN espéranto, probablement le premier du genre, fonctionnant depuis dix ans, ce qui justifie largement son élection comme espérantiste de l’année (cf.
    article de Libera folio, en Eo).

    Citons également la Chine et son
    site polyglotte China.org, en dix langues dont l’Eo. Dans un tel régime, un tel site ne peut se concevoir sans l’aval et la surveillance des autorités. La Chine permet aussi l’enseignement de l’espéranto dans diverses classes primaires. Peut-être ce pays est-il tellement vaste qu’il peut se permettre d’avoir plusieurs fers aux feux.

    Mais quel est, là encore, le rapport avec le titre de l’article ? Tu pouvais pas l’appeler, je sais pas moi, "Des nouvelles de l’espéranto" ou "Femmes sans frontières" ?



  • Wlad Wlad 19 mars 2009 16:53

    Comme tout musée actuel, outre les vitrines, il dispose aussi d’une salle d’étude, et vise à un peu d’interactivité, avec des écrans tactiles, la possibilité d’écouter des textes en Eo, ou des chansons. Selon la revue espérantophone Monato (article de Chrdle), le musée dispose aussi de trois chambres d’hôte payantes.

    A noter que Svitavy est la ville de naissance d’Oskar Schindler, qui a sauvé des centaines de juifs de la déportation et de la mort, histoire popularisée par le magnifique film de Spielberg "La Liste de Schindler".
    Le mémorial Schindler (fr.)

    Un compte-rendu en français de
    l’exposition sur Schindler.

    Le rapport avec la Sauerkraut ? Tu tentes une maladroite mise en parallèle de l’e-o et du sauvetage de centaines de Juifs ? Mais quelle malhonnêteté intellectuelle, c’est pas possible. En plus l’expo ne se trouve pas dans le musée de l’e-o.



  • Wlad Wlad 19 mars 2009 16:46

    la goujaterie

    Toi qui attaches tant d’importance à la soi-disant "égalité des langues", ne devrais-tu pas aussi militer pour l’égalité des sexes (car la langue est un élément primordial du sexe) et ne pas te retrancher derrière de telles remarques ? Ce n’est pas parce que tu es une fille qu’on va accepter plus facilement que tu défendes des thèses absurdes d’"hégémonie de l’anglais".



  • Wlad Wlad 19 mars 2009 16:42

    Ce qui m’étonne toujours c’est quand on parle d’esperanto, on ne le compare qu’au présent.

    D’un autre côté, l’e-o n’ayant aucun avenir...



  • Wlad Wlad 19 mars 2009 16:35

    Mais chut, euh, rooooh, c’était pour voir si elle comprenait ce qu’elle poste, contrairement à l’illettré.



  • Wlad Wlad 19 mars 2009 16:34

    Ah bravo, un hors-sujet de compétition pour l’illettré !



  • Wlad Wlad 18 mars 2009 19:10

    Super, Skirlet... C’est quoi, ces chiffres ?



  • Wlad Wlad 18 mars 2009 19:09

    On crée tous les néologismes dont on a besoin comme on veut, de manière "mathématique" qui les rend compréhensible par n’importe quel autre espérantiste !!

    Et ça ne devient pas un peu le bordel ?



  • Wlad Wlad 17 mars 2009 13:10
    								&C’est bien beau, cette déclaration d’intention, mais l’Inde compte 36 langues en sus de l’anglais. Alors avant de faire bénéficier un Népalais (parlant népalais) de toute la littérature indienne... &

    D’une part l’inde possède beaucoup plus de langues que cela. D’autre part vous n’avez pas compris son propos. Le problème à cet époque c’est que peu de personnes maitrisent sufisament l’anglais pour pouvoir lire dans le coeur du texte en anglais les differents types de litterrature du monde. Donc le but était d’avoir des traducteurs vers les langues locales pour que plus de monde puisse accéder à la litterrature



    Quand tu en auras marre de m’accuser d’avoir mal compris pour redire exactement la même chose que moi, tu me préviendras.


    &Ceci dit, je comprends que ça ait pu l’horripiler qu’on lui fasse apprendre la littérature anglaise avant celle de son pays. &

    Vous avez mal lu son propos



    Non.


    &Mais il me semble que la question ne se trouve pas vraiment là. En effet, à l’époque, quel pourcentage de la population était scolarisé ? Que tu me dises "Les élites intellectuelles du pays ont eu moins l’occasion de connaître la littérature indienne dans le détail", pourquoi pas. Mais de là à dire que les Anglais ont empêché les Indiens d’apprendre leurs classiques, je reste sceptique. &

    Difficille d’apprendre ses classiques quand il existe des dizaines de langues dans un pays, c’est comme si un basque lisait un texte breton sans connaitre le breton.



    Ce qui est exactement ce que je disais dix lignes plus haut, dans le premier paragraphe de ce commentaire.


    &En outre, Gandhi affirme qu’il aurait aimé apprendre les mathématiques à ses compatriotes. Alors OK, parlons de mathématiques : qui a inventé le zéro ? Il y a eu de la transmission culturelle dans les deux sens, mon pote.&

    Vous avez encore mal lu, son propos ait d’enrichir le vocabulaire de sa propre langue et aussi de leur enseigner plus facilement les maths au moyens de sa propre langue à ses compatriotes de même langue
    							

    Et hop, une réponse à côté de la plaque. Je ne parle pas de son désir d’enseigner les maths en sanskrit, je fais remarquer qu’en suivant ce raisonnement de "bouh les méchants Anglais", on peut aussi dire qu’en inventant le concept de néant, sans lequel nous ne pourrions pas traiter de ton niveau en français, les Indiens ont lésé les Anglais, jusque là heureux de leur ignorance du zéro.


  • Wlad Wlad 13 mars 2009 11:16

    Je disais donc :

    Pauvre Helveto,

    tu vois, même avec des trouzaines de preuves de ton identité (honnêtement, avec tout ce que tu as raconté, si tu n’es pas qui tu prétends, c’est que tu vis avec lui), tu as émis un avis divergent de celui du trio infernal, tu resteras donc catalogué dans leur esprit comme menteur (Skirlet) et "apportant peu au débat avec des pavés indigestes".

    Pourtant c’était un epic win.



  • Wlad Wlad 12 mars 2009 16:06

    Dans lequel on lit ceci :

    2. Il est probable que c’est un trouble multifactoriel, où la génétique joue un rôle.

    3. Mais la phonologie de la langue maternelle joue aussi un rôle dans la survenue d’un trouble dyslexique.

    Il a été confirmé que les langues très difficiles sur le plan phonétique, comme l’anglais et, dans une moindre mesure, le français, ont un fort taux de dyslexie. [Or*,] Physiologiquement, les Anglais, les Français et les Italiens sont égaux devant cette maladie.



    Le cheikh est mat.**

    *J’en profite pour te rappeler, sale illettré, que "or" s’écrit "or", et pas "hors".
    ** Etymologiquement correct.



  • Wlad Wlad 12 mars 2009 15:08

    Prouve tes dires.



  • Wlad Wlad 12 mars 2009 14:44

    Et pan. MOUHOUHOUHAHAHAHAHA !



  • Wlad Wlad 12 mars 2009 14:42

    Quel mensonge ? Prouve tes dires ! (Merci l’Illettré pour cette technique, c’est d’un pratique !)



  • Wlad Wlad 12 mars 2009 14:40

    C’est bien beau, cette déclaration d’intention, mais l’Inde compte 36 langues en sus de l’anglais. Alors avant de faire bénéficier un Népalais (parlant népalais) de toute la littérature indienne...

    Ceci dit, je comprends que ça ait pu l’horripiler qu’on lui fasse apprendre la littérature anglaise avant celle de son pays.

    Mais il me semble que la question ne se trouve pas vraiment là. En effet, à l’époque, quel pourcentage de la population était scolarisé ? Que tu me dises "Les élites intellectuelles du pays ont eu moins l’occasion de connaître la littérature indienne dans le détail", pourquoi pas. Mais de là à dire que les Anglais ont empêché les Indiens d’apprendre leurs classiques, je reste sceptique.

    En outre, Gandhi affirme qu’il aurait aimé apprendre les mathématiques à ses compatriotes. Alors OK, parlons de mathématiques : qui a inventé le zéro ? Il y a eu de la transmission culturelle dans les deux sens, mon pote.



  • Wlad Wlad 12 mars 2009 14:23

    Prouve tes dires.



  • Wlad Wlad 12 mars 2009 14:05

    Allons, je te fais gagner du temps en répondant de façon exacte, claire et précise à une question que tu poses à quelqu’un qui n’intervient qu’occasionnellement céans. Tu devrais me remercier.

    Au passage, je note une absence de smileys débiles dans ton message. On perd son sang-froid ?