• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Les commentaires de Wlad



  • Wlad Wlad 2 octobre 2007 13:58

    Me permets-tu, Henri, d’utiliser ces citations contre tes fervents admirateurs ?

    Je voudrais ici signaler à Esperantulo (si mes souvenirs sont bons) que le lien entre latin et esperanto est brillamment mis en évidence dans la première citation offerte par Masson.

    A bon entendeur, pouf pouf.



  • Wlad Wlad 2 octobre 2007 10:58

    « A quand une publicité contre le cancer ? »

    Laisse-moi réfléchir... L’an dernier sur tous les murs de la capitale (je ne sais pas pour les autres villes) ? Hier en couverture de Metro ?

    «  »dénoncer l’exploitation de la bêtise des adolescents« . Si l’on fait de telles généralités gratuites »

    T’en fais pas, pour être encore assez proche de cette tranche d’âge (du haut de mes 20 ans), je t’assure que les ados de maintenant affichent une connerie étonnante dont je ne me souviens pas que mes amis ou moi-même l’ayons manifestée avec autant de virulence il y a quelques années.

    (Sans doute vas-tu me rétorquer « cher jeune, j’ai des enfants adolescents, je suis mieux placé que toi pour parler », je tiens donc à préciser qu’il s’agit ici d’une appréciation du niveau moyen des jeunes, et pas d’une généralité absolue.)



  • Wlad Wlad 2 octobre 2007 10:50

    En m’appuyant sur mon propre cas (je réponds à ta question « et vous à 15 ans ? »), je proposerais : « Par peur des filles ? ». J’ai toujours été vachement intimidé par la gent féminine (d’ailleurs à l’heure actuelle, c’est ma copine - 1m74, 67 kg, un vrai bonheur à caresser smiley - qui a dû faire tout le boulot pour qu’on sorte ensemble).

    C’est vrai, regardez un clip de rap (ou toute autre bouse avec un gros con qui croit faire de la musique en claquant deux boucles sur son sampler) : chez les beaufs machos, on aime la poitrine agressive et les hanches rondes !



  • Wlad Wlad 2 octobre 2007 10:24

    @Asp & Masson :

    Dans la réponse de Masson, un point pertinent (non, pas le coup de la confiture, ça, ça donne faim, mais ça n’entre pas dans le cadre de la conversation même si ça me rendrait Masson plutôt sympathique smiley ), « le nombre d’e-istes en convention ne témoigne pas forcément de la vitalité de l’e-o ».

    Pour avoir été rôliste, Asp, j’imagine que tu connais ce phénomène : en convention, on est toujours en sous-effectif et on a l’impression que le JdR va crever. Pourtant ça fait 20 ans qu’on nous répète que c’est une activité moribonde, et on est toujours là ! (Sachant que j’ai 20 ans, je pense faire partie de la relève). C’est juste que le système de conv’ ne rentre pas dans la façon dont beaucoup vivent le JdR. Au risque de me faire détruire par Masson à grands renforts de liens vers SAT, je dirais que l’e-o, est probablement comme le rôlisme : un passe-temps entre potes, dont les réunions formelles n’intéressent pas une grande partie des pratiquants.

    Henri, je ne sais pas si l’abondance de « références et de liens » pèse très lourd dans la mesure où nombre de vos liens renvooient vers le site de votre propre asso ; on pourrait vous taxer de subjectivité malhonnête. smiley

    Enfin, une spéciale Masson : l’e-o a quand même de bons côtés, les parents d’un de mes meilleurs amis se sont rencontrés au retour d’une conv’ e-iste. smiley



  • Wlad Wlad 1er octobre 2007 15:55

    Note : THC est sorti il y a un an exactement, et aujourd’hui 01/10/07 paraît son successeur, « Les Bonnes Manières » (album de relectures acoustiques par la Ruda de certains de ses propres titres).



  • Wlad Wlad 1er octobre 2007 11:04

    Okay, c’est globalement l’odée que j’incluais dans « L’anglais ne sert-il que de pont vers l’e-o ».

    Merci !



  • Wlad Wlad 1er octobre 2007 10:26

    Effectivement, l’article est intéressant et judicieux. Merci Riton pour le lien.

    Une question bête : puisque vous trouvez l’anglais si malsain, pourquoi proposer une version en anglais du site de SAT-amikaro ? L’anglais ne sert-il vraiment que de pont vers l’e-o ?



  • Wlad Wlad 30 septembre 2007 21:09

    On préfère une chose À une autre, pas QUE une autre.



  • Wlad Wlad 30 septembre 2007 21:02

    Malgré toute l’animosité que j’éprouve à l’encontre de certains espérantistes ci-présents, force m’est d’admettre qu’ils ont raison sur un point : le jour où le monde anglo-saxon tombera en crise, s’il est relevé par des e-istes il est possible que l’e-o devienne, à la longue, une langue universelle.

    Mais ne nage-t-on pas ici dans la fiction à tel point qu’on en perd pied ? smiley

    Pour ce faire, il faudrait que les meneurs du mouvement (chefs d’entreprises, juristes, etc) soient en mesure de collaborer efficacement. Or, l’éclatement géographique des e-istes constitue un gros frein à ce scénario !

    Vous dites que l’anglais s’est répandu suite à la WWII, c’est tout à fait vrai, et ça tient aux raisons susdites.

    Si, dans l’icelui scénario, un industriel roumain e-iste a besoin de, mettons, 100 tonnes d’acier pour une raison X ou Y, va-t-il se casser le fondement à faire appel à Menri Hasson, son ami e-iste rencontré dans un aéroport à l’autre bout du monde (c’est souvent comme ça que commencent les histoires de tonton Masson), qui travaille à Okinawa ? Que dalle ! Un fournisseur roumain fera très bien l’affaire ! Et en quelle langue converseront-ils ?

    Encore un problème de l’e-o, ce n’est pas une langue régionale, ses locuteurs sont disséminés à droite à gauche.



  • Wlad Wlad 30 septembre 2007 11:56

    @Kroko :

    Il est effectivement possible de commencer par apprendre une autre langue, en LV1, mais l’ anglais n’est-il alors pas obligatoire en LV2 ?

    Et pour répondre à ta question, je ne sais pas pour Asp, mais moi ça va, je n’ai pas trop de mal à défendre l’anglais, surtout que je « bosse » (je suis en stage) en R&D dans une grande boîte d’informatique, donc l’intrusion de terminologie anglaise dans un discours en français, ça me parle ! (Note que ça ne me fait pas forcément plus plaisir qu’à toi vu que je ne bosse qu’avec des français, mais comme personne ne s’est donné la peine de traduire officiellement ces termes en français je fais comme le chantait Josh Homme : « Gooooooooo with the floooow ! »)



  • Wlad Wlad 30 septembre 2007 02:20

    Note : pour des raisons de sympathie, je persiste à te tutoyer ; si cette pratique te choque, n’hésite pas à me le faire remarquer.

    Sachant qu’à l’heure actuelle je démarre virtuellement ma 3A, je suis donc passé en prépa de 2003 à 2005.

    Et concernant les polytechniciens, justement, ma phrase signifiait « si on retire les gens qui intègrent l’X, les meilleurs restants vont à l’ENS et s’orientent souvent vers la recherche ». Je suis tout à fait d’accord sur le fait que les X ne font pas de recherche.



  • Wlad Wlad 29 septembre 2007 14:35

    Attention, Kroko, ne nous méprenons pas, il faut bien que les matières abordées fassent partie du tronc commun ! L’anglais étant (la seule langue) obligatoire à la différence de l’espéranto, il est logique que le questionnaire n’en aborde pas d’autre.

    Ou alors M6 devra partager les émissions par thème « spécial allemand/italien/espagnol... »



  • Wlad Wlad 29 septembre 2007 14:29

    Riton, tu es grand.

    Adieu Jacques Martin, bienvenu au renouveau du comique français !

    « Heureusement, cette »défense« a été si convaincante que, peu après, Bénichou ne sévissait plus sur Europe 1 ». Admettons, mais est-ce vraiment à cause de sa remarque sur l’e-o ?

    « Ensuite, comparer la situation de la France avec celle des pays nordiques, c’est oublier que, dans les familles de langues, le français appartient à la branche romane et l’anglais à la branche germanique. » Pas faux, mais la domination françoise en Albion a duré bien assez longtemps pour avoir imprégné durablement la langue, notamment en lui fournissant l’écrasante majorité de ses termes techniques (puisque les gens ayant un minimum de pouvoir et de responsabilités venaient du continent). L’anglais me semble donc à mi-chemin entre ses deux origines et ne devrait pas nous être plus hermétique qu’aux Scandinaves.

    « Les visiteurs un peu curieux d’AgoraVox liront avec profit l’ouvrage de Georges Kersaudy : »Langues sans frontières« (éd. Autrement) dans lequel l’auteur présente 39 langues européennes (dont l’espéranto). » Quel est l’intérêt de cette info ? (à part la possibilité de te toucher le gland une fois de plus). Peux-tu nous préciser quel genre de profit on en retirerait ?

    « Donc tous ces laudateurs de l’anglais vont tout à fait dans le sens espéré par la Grande-Bretagne et les EUA lors de la Conférence anglo-américaine qui se tint à Cambridge en 1961 , c’est-à-dire le »Formatage des esprits par la langue«  » Et je lui mets 500g de compot judéo-nazi-atlante ? Si y a du rab elle le donnera au chat. smiley



  • Wlad Wlad 28 septembre 2007 17:29

    Euh... j’ai du mal à interpréter ce galimatias de lettres visiblement couchées en suivant les préceptes du docteur Vodka, mais j’ai cru comprendre qu’on me traite d’avorton : c’est faux, j’atteins presque 1,72m.

    Ensuite, ça n’est pas gentil de me tirer dessus : je fais certes partie des Asp-boys modérés, mais je tiens quand même à reconnaître les mérites de l’é-o.

    En l’occurence, je disais que la filiation de l’e-o par rapport au latin est assez évidente dans son vocabulaire : ce message que tu avais rédigé en e-o pour ne pas te faire comprendre d’Asp (cf. supra) est malgré tout assez limpide !

    Maintenant, si tu me dis que la grammaire de l’e-o n’est pas une refonte de la grammaire latine mais une entité totalement décorrélée, soit.

    Sache toutefois que pour ta mauvaise foi et ton agressivité mal placée, je me permets de t’insérer analement un poteau télégraphique.



  • Wlad Wlad 28 septembre 2007 17:08

    « Je suis dysorthographique ». Est-ce que le simple fait que tu saches l’épeler ne contredit pas l’assertion ?

    Je me fendrais bien d’une longue réflexion sur ce « grave problème de société » équivalent au pseudo-syndrome de la Tourette, mais d’une part j’ai une séance de ciné dans pas longtemps (donc je n’ai pas trois heures devant moi), d’autre part je déteste réinventer la roue et j’aime utiliser des produits déjà éprouvés et optimisés ; je me contenterai donc de ce lien :

    http://mapage.noos.fr/aspexpl/dt200510.htm

    Bisous partout, Wlad



  • Wlad Wlad 28 septembre 2007 12:47

    Honnêtement, je suis très dubitatif.

    Tu évoques la nature des CPGE « auto-entretenues » pour justifier un déficit d’élèves « issus des classes sociales défavorisées » ; pourtant, dans mon lycée (en Meuse, ce qui ne nous classe pas parmi les plus prédestinés à la prépa si on suit ton raisonnement du système auto-entretenu), même si pas mal de gens ne venaient pas de classes particulièrement aisées, nos profs nous poussaient fortement à nous inscrire en prépa, arguant que nous n’avions rien à y perdre (je vais revenir sur ce point plus loin).

    Ceci a permis à de nombreuses personnes de ma terminale de se retrouver dans des CPGE parmi les plus prestigieuses : Ste-Geneviève, Fabert, Poincaré... J’ai moi-même atterri à Louis-le-Grand, alors que je ne faisais pas partie du système (personne dans ma famille n’avait fait de prépa avant moi).

    Je ne pense donc pas qu’il y ait besoin d’une réforme telle que tu la présentes.

    Par ailleurs, certains points m’étonnent :

    _« Un moyen de rendre les classes préparatoires plus accessibles et plus égalitaires seraient de les intégrer aux universités : une première année d’université (Licence 1) commune à tous les lycéens quelle que soit leur origine, année de formation générale, à l’issue de laquelle, les étudiants pourraient intégrer une deuxième année spécifique de préparation aux concours (niveau L2). » Quel intérêt ? Le but de la sup est, bien plus que d’enseigner des connaissances, de transmettre aux élèves une méthode de travail et une rigueur qu’on ne retrouve pas dans la façon universitaire de travailler. Si l’élève acquiert durant sa première année des réflexes « universitaires », inutile de proposer une 2ème année de bourrage de crâne ! A ce propos, un point-clé du succès en prépa est le travail collaboratif, pas assez mis en avant par les CPGE. Ta proposition aide-t-elle à développer cet aspect ? Pas sûr, car l’avantage d’une prépa est de connaître tout le monde dans ta classe (je sais que j’idéalise un peu, mais ça s’est passé comme ça pour moi), alors qu’à la fac...

    _« proposer des cursus universitaires cohérents où les étudiants ne réussissant pas au concours des grandes écoles pourraient naturellement poursuivre leurs études dans les filières classiques de l’université » C’est exactement à ça que sert la double inscription, proposée par de nombreuses prépas : l’issue de la sup est considérée comme équivalente au niveau L1, pour peu que l’élève passe un examen d’équivalence (une formalité). Il est donc tout à fait possible de repartir en L2 après un an de prépa.

    _« rapprocher le monde de la recherche universitaire et le monde des grandes écoles, par une formation en CPGE moins théorique, plus au contact des laboratoires de recherche » Pas faux, si on considère l’enseignement de chimie prodigué en CPGE. Toutefois, les « meilleurs des meilleurs », en prépa scientifique, visent soit l’X, soit l’Ecole Normale, qui est un sacré vivier d’aspirants chercheurs ! D’ailleurs, maintenant que j’ai intégré une école d’ingénieurs, je suis incroyablement surpris par la quantité de mes camarades qui suivent un master en 3A ou partent en thèse, pour s’être découvert une vocation pour la recherche !

    Tu vois, tout n’est pas perdu !



  • Wlad Wlad 28 septembre 2007 11:51

    « Bon là, moi pas bien comprendre où vous voulez en venir, l’eo et le latin sont deux choses bien différentes »

    Bon, habituellement la guégerre Asp-Masson me fait bien marrer mais je ne suis pas insensible à la mauvaise foi bilatérale, je m’interdis donc tout jugement sur l’e-o, sur lequel je ne me suis jamais penché (reste que l’initiative était bonne).

    Mais là !

    Il a déjà été débattu du vrai problème de l’e-o : il reste basé sur des langues européennes, dites langues... langues... une idée ? Oui, vous au fond... C’est ça, « latines ».

    Et pourquoi « latines » ? Parce que ce sont des langues de chiotte mais que le complot judéo-nazi extraterrestre (celui qui en veut aux parlojophones) interdit la prononciation de la lettre « r » ?

    [ironie] Non, vraiment, je ne vois pas du tout le rapport entre le latin et l’e-o. [/ironie].



  • Wlad Wlad 27 septembre 2007 17:07

    Sous-entendrais-tu que ces diverses entités sont une seule et même personne ?

    Loin de moi l’idée de te décevoir, mais il faudrait alors qu’ils soient les personnalités d’un schizophrène, car j’ai déjà suivi plusieurs discussions électronico-épistolaires entre ces protagonistes.

    Note que j’y ai aussi participé, tu peux donc m’ajouter si le coeur t’en dit à la liste smiley.

    (Me voir considéré comme une partie d’Asp, quel bonheur ! Je peux être le Membre d’Airain, s’il te plaît, Asp ?)



  • Wlad Wlad 27 septembre 2007 16:46

    Comme vous y allez fort, Alain ! On tend vers le point Godwin !

    Là où je rejoins nombre d’avis précédents, c’est sur l’idée que l’enseignement de l’anglais en France est désastreux. Il suffit de se prendre soi-même par la main (j’ai moi-même passé un mois à Vancouver en sortant de 3ème) et de se motiver pour atteindre un niveau tout à fait correct (je ne prétends pas être parfaitement à l’aise en anglais, mais au moins ai-je un accent dont je suis assez fier, et je suis en mesure de suivre les infos sur les chaînes anglophones).