• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Les commentaires de Savinien



  • Savinien 27 octobre 2008 20:18

    Difficile de croire que la commission européenne puisse imposer ses choix, comme le dit cet article... J’incline plutôt à penser que les gouvernements se défaussent sur elle, histoire de se couvrir et de pouvoir ressortir ensuite aux électeurs le classique "c’est la faute à l’europe".... Car si jamais les membres de cette commission devaient vraiment ennuyer les gouvernements, en ayant par exemple l’improbable fantaisie de voter mille milliards d’euros en faveur des plus démunis, comme ça : par pure esprit de charité et sans rien demander à leur mandants ; soyons sûre que ces mêmes gouvernements, horrifiés, interviendraient dare-dare pour stopper cette "folie" et envoyer tous ces fâcheux commissionaires en maison de retraite, sinon à l’asile... Mais celà n’arrivera jamais...



  • Savinien 17 octobre 2008 23:16

    Tant qu’à être con, soyons le jusqu’au bout et avec franchise... Je trouve que la Marseillaise tourne trop autour du pot et fait plein de chichis inutiles... "Viva la muerte" me semble un bien meilleure hymne national, au moins on sait où on va et on est prévenu... Et c’est tellement plus simple à mémoriser, aussi simple que de glisser une balle dans un flingue... Une nation, c’est d’abord un tas de cadavres - les siens et ceux des "autres"- qui inspire nostalgie. Moi, lorsque j’ai des bouffées de patriotisme, je me rend au cimetière et celà me calme illico...



  • Savinien 17 octobre 2008 22:17

     Je me suis aussi balladé sur les miens de commentaires et les IP ne sont pas les mêmes ! Pourtant, je les tous écrits sur le même ordinateur... Que conclure, sinon que le site n’assure pas la sécurité des intervenants et permet toutes les manip et calomnies imaginables... Je vais aller voir ailleurs si j’y suis...



  • Savinien 17 octobre 2008 21:59

    Bien vu Mr Lyon, je me suis balladé dans les commentaires passées de Mr Tall et les IP ne correspondent pas avec celui du présent fil. Agoravox devient une vraie chiotte, à fréquenter le moins possible, tellement ils sont pitoyables ceux qui gèrent ce site : pas même foutus d’assurer l’intégrité des intervenants face à des usurpations d’identité... Le boycotte s’impose...



  • Savinien 15 octobre 2008 20:36

    Petit bug qui n’est pas de mon fait aprés "décompléxé", où des bouts de mots se sont glissés... Prière de n’en pas tenir compte. Merci.



  • Savinien 15 octobre 2008 20:31

    Une chose que ne dit pas cet article, c’est que l’Autriche, à la différence de l’Allemagne, n’a pas été dénazifiée aprés la guerre. Là-bas, dans ce petit pays archi-culcul, des tas de gens continuent de penser que grand papa Adolphe se comportait comme un chic type, qu’il aimait les gros chiens et les petites fleurs...Tous ces bons paysans autrichiens, ils sont persuadés que Maman Hitler, ce modèle de femme vertueuse, a donné le jour à un bon fils, et qu’un sort injuste et cruel s’acharne contre le p’tit Adolphe. Vilaines rumeurs que répandent, on s’en doute, tous ces étrangers dégueulasses, ces français assassins de Marie-Antoinette... Alors, bien sûre, on vote Haider, lequel n’hésite pas à faire valoir ses filliations : fils de SS et fière de son état... Un vrai décompléxé d’ultra-droite, à faire rougir notre "décompléxé" à nous, Sarkho. Que dire de plus sur ce type, sinon qu’il se voyait en nouveau chancellier du Reich, et qu’il est mort au volant de sa bagnole, comme un con ordinaire qui se croit plus malin que le code de la route. Hors de la politique, l’excés de vitesse peut avoir des effets mortels. Tant mieux.



  • Savinien 13 octobre 2008 22:47

    En tant que partisan du rétablissement de l’esclavage, je suis plutôt favorable au travail le dimanche. Faudrait pas que les pue-la-sueur se relachent les glandes du labeur, et ce à cause de simagrées religieuses... Le travail, c’est la santé ! Regardez tous ces malheureux nègres qu’on a privé d’une saine occupation : ils dépérissent et font des conneries à longueur de journée... Alors qu’au temps bénie des plantations, les choses allaient à merveille : un petit coup de fouet pour les màles et, pour les dames, un petit coup de queue derrière les buissons, et hop le turbin repartait à l’enthousiasme... Franchement, je comprend pas qu’on ait pu faire la connerie d’abolir l’esclavage... Même les boniches, on peut plus les sauter entre deux portes, sans risquer de voir débouler les syndicats et la flicaille... Quelle misère !



  • Savinien 6 octobre 2008 22:59

    Plutôt d’accord avec Bruxman, la violence des extrémistes musulmans témoigne d’une crise profonde de cette religion peu sûre de son avenir et crispée sur sa lettre... De plus, dans les communautées immigrées, se greffe une dimension identitaire : l’Islam devient alors une sorte de radeaux de la Méduse qui recueille tous les éclopés et les "inadaptés"... Témoin, cette copine marocaine qui, un jour, m’avait traduit des bribes de conversations entre femmes voilées, bribes qui - faut le reconnaître - ne volaient pas haut... En tous cas, rien de spirituel dans leur propos, et j’ai vite compris que le voile n’est, en fin de compte, qu’ un accessoire ostentatoire, genre ’je crois en Dieu et je vous emm..." L’exact contraire de ce qu’il est censé être dans le monde musulman traditionnel... Je tiens à préciser que ce caractère ostentatoire concerne surtout les jeunes femmes, les plus agées nées au pays et/ou issu d’un milieu traditionnel ne cherchent, elles, qu’à raser les murs et se fondre dans le décor...

    Ps : tiens, voilà que moi aussi je suis atteind de "Bulgrosite aigue" : on cause de Jésus et c’est Mahomet qui sort ! Promis, je vais me surveiller...



  • Savinien 6 octobre 2008 22:02

    Si on en croit la tradition, Jésus a pratiqué la multiplication des petits pains ; Mr Bulgroz lui aussi pratique des miracles : quelque soit le sujet abordé, on peut être sûre que les p’tits Mahomet vont se multiplier... Mais ça reste quand même un peu plus lourd à digérer...



  • Savinien 30 septembre 2008 23:45

    Il y eut jadis, en Europe, un pays qui fut littéralement assis sur une montagne d’or, et pu ainsi dominer le monde occidental. Ce pays se nommait l’Espagne, celle du siècle d’or, résultat des conquêtes et du pillage du nouveau monde. Cette puissance n’eut qu’un temps et fut - Ô ironie - la cause de sa ruine finale. Car tant d’or finit par décourager l’activité économique et l’innovation, transformant insidieusement l’Espagne en une nation dépendante de ses mines et des fournitures de l’étranger... Ainsi, lorsque Pérou et Mexique furent complétement vidé de leur richesse, cette Espagne naguère cousue d’or devint à son tour aussi pelée que le cul d’un Pape nonagénaire... Il restait juste assez de bois pour se chauffer avec de beaux auto-dafé...



  • Savinien 29 septembre 2008 23:36

    Petit retour sur mon post où je lance, péremptoire :"Je suis même convaincu que les gnomes ect...", autrement dit un "con-vaincu", c’est fou ce que les mots sont évocateurs si on prend la peine de "délirer" trente secondes dessus... Au fond, nous sommes tous des "cons-vaincus"avec ou sans gnomes, et toutes ces idées auxquelles nous tenons tant ne sont, finalement, qu’une manière de revanche, notre dernier drapeaux face à l’ennemi. Un emblème bien dérisoire en fait ( mais n’en soyons pas trop "convaincu" pour une fois...). J’arréte-là mes Lacanismes de pur bidonnage... C’est juste histoire de rigoler un peu et de pas cracher complétement idiot au bassinet que va nous tendre un dénommé Nicolas...



  • Savinien 29 septembre 2008 22:34

    Si Dieu a crée le contribuable, c’est précisément pour que ce dernier "contribue"... Un peu d’éthymologie populaire permettra d’éclairer le point : dans ce mot de "contribuable" on trouve en effet "con" et "tribu", soit la "tribu des cons", ou même "l’attribut des cons", ou encore "le tribut des cons". Au vue d’une pareil malédiction sémantique faut pas s’étonner... Je suis même convaincu que les gnomes de la finance, lorsqu’ils étaient mômes, ils adoraient les jeux de mots et autres spéculations Kabbalistiques, toutes choses qui fonctionnent avec le même arbitraire que la Bourse... D’ailleurs, "Wall Street", ça veut dire en langage French-Grenouille  : la rue du mur. Bref, en plein dedans, ils sont... Lamentez-vous, mes bons...



  • Savinien 26 septembre 2008 22:36

    A mon avis, l’auteur de cet article manque de jugeotte lorsqu’il évoque Jean-Marie Le Pen, qualifiant ce dernier de "meilleure opposant à François Mitterand". C’est exactement le contraire : Le Pen a été son meilleure allié et son action a été celle d’une machine de guerre servant à diviser et à affaiblir la Droite... "Il n’a jamais été pour nous un persécuteur" dira en guise d’épitaphe le maître du FN... Effectivement, on a jamais autant vu à la TV l’ami Jean-Marie que sous la Gauche ! On sait aujourd’hui que F.Mitterand s’était même fendu d’une lettre à un haut responsable des télés publiques, pour réclamer que le FN ne soit pas écarté des plateaux de télévision. Mission accompli. Trop bien accompli puisque le FN a, en 2002, chipé le second tour à nos petits anges socialistes, les envoyant pour une durée indéterminée au purgatoire... Que va-t-il se passer maintenant que Nicolas 1er est assis sur son trône ? Admirateur sincère de Mitterrand, il n’aura de cesse d’en imiter les statégies politiques...Ainsi de l’ouverture et des Kouchenerries. Avec Besancennot, Nicolas 1er tient en main un atout maître, qu’il va trés certainement élever au rang, enviable, de Diable majeur... Besancenot sur les ondes, on en est qu’au début : le meilleure reste à venir...



  • Savinien 24 septembre 2008 22:45

    A mon humble avis cet article - interressant par certains cotés - n’en est pas moins fondé sur un postulat simpliste : celui d’un peuple bon et désireux de faire triompher la paix et la justice. Prière de ne pas rire... Un peuple bon, vous dites (ou plûtot laisser entendre), je ne vois pas en vertu de quel principe il le serait, "bon". L’histoire nous montre tout le contraire : un peuple en proie à toutes sortes de déchainements et de folies... Inutile de dresser la liste de ces errements qui sont, en fait, la trame de l’histoire, car cette liste serait interminable et celà m’évitera, en outre, de me mettre à dos l’ensemble des familles politiques... Quelque chose de tragique courre tout le long de l’Histoire, une sorte de fil rouge qui relie entre elles les différentes époques. Alors, je vous le demande, pourquoi diable devrait-il en aller autrement à l’avenir ? Grâce à l’internet ? Ce dernier se révèle surtout un multiplicateur exponentielle de connerie. Il suffit de se balader sur la toile pour s’en convaincre... Aucun espoir de ce coté là. Bien pire même : l’internet nous détourne de l’otium et d’une méditation fondée sur les oeuvres classiques. Car les classiques qu’ils soient Grecs, Romains, philosophes des Lumières ou de la Renaissance sont pour nous, occidentaux, les seuls vrais libérateurs, ceux qui apporteront à notre triste geôle un peu de lumière... Décevant ? Sans doute. Mais toute Sagesse vraie est décevante. Et pas seulement en Occident : on dit que les plus grands maîtres orientaux parviennent à l’Illumination par un geste humble : nouer une sandale ou simplement s’assoire... Toute chose qui nous éloigne de la frénésie des puces électroniques !



  • Savinien 24 septembre 2008 00:12


    En tant qu’athée hermétiquement fermé aux simagrés religieuses, je n’ai trouvé qu’un seul argument en faveur de la "surnature". Le voici : nous avons existé à un moment donné, petit point sur la page infini de l’éternité, et celà aucune puissance, fut-elle divine, ne peut nous l’enlever. Qu’on s’arrète là-dessus un instant : aucune Divinité ne peut reprendre l’être une fois que celui-ci a surgit, l’être étant cette chose qui sitôt conçue s’échappe des mains des Dieux pour courir à sa guise... Etrange non, cette faculté de notre être à tenir en échec la Toute Puissance Divine... Ce Dieu Tout Puissant ne peut faire que nous n’ayions jamais existé. Nous sommes en quelque sorte éternels ; cinquante "big bang" n’anulleront pas le fait que nous ayions existé à un moment donné. Pourquoi les religieux n’ont-ils pas recours à cet argument fort troublant et si simple : nous existons pour toujours puisque nous avons au moins existé une fois, pour une fraction de seconde ? Sans doute que cet argument donne des suées aux théologiens quant ils défendent leur cher principe de "Toute Puissance"... Histoire de pouvoir donc que la religion... Le pape et les théocrates de tout poil peuvent dormir sur leur deus oreilles : car ce n’est pas demain la veille qu’on recherchera Dieu dans le chas d’une aiguille... Voilà pour le quart d’heure mystique de l’athée... Mais celà ne prouve rien et je persiste à penser que l’hypohèse sans Dieu demeure plus digne et plus conforme au génie humain...



  • Savinien 24 septembre 2008 00:05

    Mince, je voulais poster en commentaire de l’article et non dans la file des commentaires de commentaires.



  • Savinien 24 septembre 2008 00:01

    En tant qu’athée hermétiquement fermé aux simagrés religieuses, je n’ai trouvé qu’un seul argument en faveur de la "surnature". Le voici : nous avons existé à un moment donné, petit point sur la page infini de l’éternité, et celà aucune puissance, fut-elle divine, ne peut nous l’enlever. Qu’on s’arrète là-dessus un instant : aucune Divinité ne peut reprendre l’être une fois que celui-ci a surgit, l’être étant cette chose qui sitôt conçue s’échappe des mains des Dieux pour courir à sa guise... Etrange non, cette faculté de notre être à tenir en échec la Toute Puissance Divine... Ce Dieu Tout Puissant ne peut faire que nous n’ayions jamais existé. Nous sommes en quelque sorte éternels ; cinquante "big bang" n’anulleront pas le fait que nous ayions existé à un moment donné. Pourquoi les religieux n’ont-ils pas recours à cet argument fort troublant et si simple : nous existons pour toujours puisque nous avons au moins existé une fois, pour une fraction de seconde ? Sans doute que cet argument donne des suées aux théologiens quant ils défendent leur cher principe de "Toute Puissance"... Histoire de pouvoir donc que la religion... Le pape et les théocrates de tout poil peuvent dormir sur leur deus oreilles : car ce n’est pas demain la veille qu’on recherchera Dieu dans le chas d’une aiguille... Voilà pour le quart d’heure mystique de l’athée... Mais celà ne prouve rien et je persiste à penser que l’hypohèse sans Dieu demeure plus digne et plus conforme au génie humain...



  • Savinien 23 septembre 2008 22:46

    Ai-je dit que leur mort n’était pas digne d’estime ? J’ai seulement dit, à la suite de Nietzsche qu’elle ne prouvait rien. Et, contrairement à ce que raconte le cinéma Hollywoodien, il aurait été aisé aux chrétiens d’échapper aux bêtes : il suffisait pour celà qu’ils sacrifient à l’empereur. Beaucoup l’ont fait, n’en déplaise aux chroniqueurs qui ont largement enjolivé ( normal c’est l’Eglise qui a écrit l’histoire pendant quinze siècles). D’où il faut conclure que ceux qui se sont retrouvé dans l’arène l’ont bien voulu. Voilà qui ressemble fort à un suicide, vilain mot qui déplait tant aux modernes, chrétiens ou non. Moi, je trouve au contraire ce type de fin nettement plus élégant que de trainer son gâtisme jusqu’au dernier souffle, ainsi que nous l’enseigne assez bêtement l’Eglise...Evidemment, je n’aurais pas choisi les bêtes, m’ouvrir les veines à la façon de Sénèque aurait été plus dans mes cordes...



  • Savinien 23 septembre 2008 22:07

    Aux fumeuses consolations de la religion, je préférerais toujours l’élégance d’Epicure qui dit, à propos de la mort : "Le plus terrifiant des maux, la mort, n’a donc aucun rapport avec nous, puisque précisément, tant que nous sommes, la mort n’est pas là, et une fois que la mort est là, alors nous ne sommes plus."( Lettre à Ménécée). Mais les "grandes" religions monothéistes en ont décidé autrement, elles ne veulent rien savoir de cette sagesse quasi axiomatique qui rend les Dieux superflus ( sans pour autant en prohiber le culte, délicatesse qu’ignoreront complétement les sectateurs judaïques et leur descendance Chrétienne). Elles veulent au contraire, ces religions, que nous pleurions, que nous souffrions : elles ont un besoin vitale de larmes et de cris. Car, dans leur logique mortifère , il est absolument nécessaire de nous crucifier et d’instiller l’angoisse pour chaque instant de vie, rendant ainsi caduc le remède Epicurien. Les poylinésiens - ou quelque autre peuplade, je ne sais plus - ont pleinement raison d’appeler les missionnaires "adorateur du Dieu cadavre". Point de vue parfaitement justifié : à la différence des tortues ou des esgargots qui portent une carapace pour se protéger des prédateurs, nous autres humains, avec la religion, nous nous sommes fabriqué une carapace bien particulière, dont l’unique but est de nous dévorer de l’intérieur... Remarquable invention, grand merci aux religions d’avoir su pousser si loin l’art de culpabiliser... Je comprend mieux pourquoi le seigneur Dieu n’aimait pas voir Adam se promener à poil...



  • Savinien 23 septembre 2008 19:54

    "Et dire qu’il y a des ignares qui mélangent les sectes". C’est précisément ce que vous faites, Mr Cristoff, en mettant Kabbale et scientologie dans le même sac. La Kabbale est une spéculation sur les lettres hébraïques, spéculation attestée dès le moyen-âge. A mon sens, un délire, mais pas plus risible que le dogme de l’Immaculée Conception. Quant à la scientolgie, une chose est sûre : elle n’a aucune origine médiévale ; son fondateur, Ron Hubbar, lui attribuant d’ailleurs une origine extra-terrestre... Dommage que ce vieux Ron n’est pas eu la bonne idée de rester sur Sirius... Ah cette manie qu’ont les prophètes de fouler le sol boueux de notre pauvre planète ! Fantaisie inexplicable...