• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Les commentaires de jjwaDal



  • jjwaDal jjwaDal 7 août 17:59

    @jjwaDal
    Très intéressant entretien entre Berruyer et J. de Gliniasty (ancien ambassadeur de France en Russie) où il affirme sa conviction que les accords de Minsk ont été refusé par les Ukrainiens (vers 1h05) , qui ne voulaient donc pas envisager l’autonomie du Donbass au sein des frontières de l’Ukraine.
    Or la Russie, sans vouloir légitimer son agression, s’est clairement accrochée à l’idée de leur mise en oeuvre pendant des années avant de comprendre que le status quo (décalage entre les actes et la réalité) était voulue et en pratique servait à gagner du temps (au demeurant confirmé par Porochenko). Il n’est pas le premier non plus à reconnaître que l’URSS a été dissoute par la volonté russe de passer à autre chose et à s’ouvrir sur le monde occidental. Pas le premier non plus à dire explicitement que depuis les années 2000, « si l’Ukraine n’était pas dans l’OTAN, l’OTAN était en Ukraine... ». Quand Mearsheimer disait dès 2015, que nous, NOUS, allions transformer l’Ukraine en champ de ruines, il n’était pas prophète, mais bon observateur d’un guerre annoncée par un jeu de cons, impliquant l’Ukraine, l’U.E., la Russie et le suspect habituel qu’on ne nomme plus, vu qu’il est partout.



  • jjwaDal jjwaDal 7 août 09:01

    @bernard29
    A ma connaissance, AI n’a pas eu un regard asymétrique sur les pratiques ukrainiennes puisque très tôt dans le conflit elle dénonçait ( ici et par ex ) des pratiques russes relevant du qualificatif de « crimes de guerre ».
    Les pires horreurs se voient des deux côtés en temps de guerre, car la nature humaine est ce qu ’elle est dans des conditions de vie ou de mort et sous des stress ingérables et la mort omniprésente.
    AI a pu faire son travail parce qu’elle avait déjà dénoncé à de multiples reprises les pratiques russes, car sinon la pratique de la censure et de l’interdiction est très visible en Ukraine et assez symétrique de ce qui se passe en Russie.
    Quant à la démission de la direction d’AI Ukraine, je la vois plus comme une tentative de sauver sa peau, car on meurt facilement en Ukraine quand on a une opinion divergente du pouvoir (eux n’utilise pas le Novichok et ne manquent pas leur cible).
    Il faut arrêter cette boucherie au plus tôt et livrer des armes ne peut que la prolonger. Les russes tirent 4 à 5 fois plus d’obus et de missiles que l’Ukraine qui a perdu la moitié de ses effectifs formés.
    C’est perdu pour eux, le plus tôt ils l’admettent le moins de pertes humaines et territoriales ils subiront.
    Après Zélensky et ses patrons feront ce qu’ils veulent faire bien sûr.



  • jjwaDal jjwaDal 7 août 08:37

    @titi
    S’ils les avaient utilisés massivement en zones habitées ils n’auraient pas mis autant de temps à prendre les deux régions sécessionnistes (désormais) et auraient tué des civils en masse, vu la tendance malsaine des ukrainiens à faire cohabiter militaires et civils. Je doute que cela aurait motivé les troupes issues de ces régions à combattre au côté des russes.
    Rien n’aurait pu empêcher la Russie de faire du « Carpet Bombing » sur les villes si vous pensez qu’ils ont jugé utile de les utiliser sur des cibles civiles.



  • jjwaDal jjwaDal 7 août 05:50

    La pêche aura dépeuplé les océans bien avant que la hausse de la température de surface, l’acidification aussi, posent un problème aux poissons.

    Il est toujours étonnant de voir que l’élevage sur terre a remplacé la chasse depuis belle lurette et qu’on continue ces pratiques de chasseurs/cueilleurs avec nos océans. On se s’arrêtera qu’après avoir tout pété...



  • jjwaDal jjwaDal 6 août 12:12

    @Tolzan
    Toute la région Est, face au Donbass a été très fortement fortifiée pendant 8 ans et les meilleures troupes y étaient placées. Par ailleurs ils ne pouvaient pas « tirer dans le tas » comme les USA font un peu partout, vu qu’ils cherchent à « libérer » des populations qui leur sont favorables.
    D’où la lenteur apparente pour les observateurs peu attentifs. Ils ont quand même tués et blessés près de 190 000 soldats ukrainiens depuis le 24 février, tout sauf une promenade... A noter que ce chiffre ne décompte pas les « manquants » dont tout le monde ignore le nombre.
    Une fois le dernier verrou sauté (près de Bakhmut), il n’y a plus rien sinon des champs et prairies jusqu’au Dniepr et le visage des opérations militaires pourrait radicalement changer (les ukrainiens ont perdu l’essentiel de leurs forces entrainées pour le combat).
    Un observateur pouvait prédire dès le début de l’année (je l’ai fait) que faute de pouvoir annexer l’Ukraine et faute de pouvoir empêcher la partie ouest de rejoindre l’OTAN, alors la Russie repousserait la frontière ukrainienne le plus loin possible vers l’Ouest pour protéger son propre territoire.
    Le Dniepr ferait une frontière parfaite, mais l’Ukraine perdrait l’essentiel de son territoire et surtout de ses richesses.
    Demander des missiles de longue portée aura été la boulette de trop en donnant aux russes la motivation ( ou le prétexte)pour aller au delà du Donbass.
    -



  • jjwaDal jjwaDal 6 août 09:00

    Le problème majeur de la filière nucléaire est d’utiliser un combustible engendrant des produits radioactifs à durée de vie longue et surtout de faire appel à un concept de centrale où tout doit fonctionner nominalement sinon ça diverge vers une fusion du coeur voire une explosion.
    D’autres filières ne produisent pas ces déchets à vie longue et nécessitent que tout marche pour la production électrique, sinon le réacteur s’arrête spontanément.
    Pour des raisons historiquement compréhensibles on a choisit la première filière disponible et y persister est une erreur. Il y a par ex bien plus de thorium sur terre que d’uranium.
    Pour des raisons écologiques, l’avenir énergétique passe par l’énergie nucléaire, mais ce serait une erreur de persister à utiliser la filière actuelle.



  • jjwaDal jjwaDal 6 août 08:49

    @Francis, agnotologue
    Oui plutôt -253°C, mais ça ne change rien au raisonnement.



  • jjwaDal jjwaDal 6 août 07:25

    @Soucougnan
    Tout ce que vous dites est très juste et j’en tiens compte bien entendu. Mais il se trouve qu’on juge un arbre à ses fruits et le temps aide à trier.
    Mearsheimer avait prédit dans une conférence de 2015, que nous allions provoquer une intervention russe en Ukraine et que la conséquence serait une Ukraine en ruine.
    Ritter qui enquêtait pour un organisme sur une supposée attaque chimique du régime de Damas aboutit à la conclusion que ce ne pouvait venir des forces gouvernementales, ce que dira pourtant le rapport final. Des années plus tard une étude du MIT abondera dans son sens. En fait le crime ne pouvait profiter qu’aux terroriste et desservir Damas.
    On accuse la Russie d’avoir tiré de façon indiscriminée sur Alepo et il se trouve que Black était à Alepo avant leur intervention et a vu l’état de la ville. Elle était en ruine, dû aux combats urbains depuis des années. Il décrira leur présence plutôt comme une opération de police.
    Il est facile de voir si un discours est crédible ou pas. Cela ne vaut pas preuve mais forte présomption.
    Souvent il faut se contenter de ça.
    L’alternative est de se contenter du discours officiel ou ne croire en rien et donc se dispenser de toute opinion...



  • jjwaDal jjwaDal 6 août 07:14

    Fabriquer de l’hydrogène, qui n’existe pas dans la nature contrairement aux hydrocarbures, implique qu’il ne peut être une source d’énergie. En fait c’est un puits puisqu’il ne peut redonner plus d’énergie qu’on a dû en dépenser pour le produire, surtout un moyen de stockage.
    Le but de ces recherches est de pouvoir en produire pour éponger les excès de production du parc éolien quand l’ineffable projet « RePower E.U. » aura été mis en oeuvre.
    On ne sait pas stocker à cette échelle et durablement l’hydrogène. Soit on le liquéfie mais le stocker durablement pose de sérieux problèmes de refroidissement (il faut le maintenir à -270°C) et de réservoir métallique (il rend cassant le métal et profite de la moindre micro fissure pour diffuser, or il est très explosif), soit sous forme solide (hydrures par ex), mais ce sera alors un gouffre métallique avec en amont tous les problèmes de l’industrie minière.
    Les « recherches » visent à trouver un moyen de stockage peu coûteux à échelle des besoins. La probabilité que ce sera « écologique » est faible.



  • jjwaDal jjwaDal 5 août 21:45

    @Soucougnan
    Les gens auxquels je fais référence ne sont plus salariés de l’armée américaine ou d’une agence de renseignement ou d’un ministère. Par contre ils connaissent les forces et les faiblesses de l’armée US et surtout ce qui peut se faire et se qui relève du conte de fée à destination du grand public.
    Ce sont des patriotes et ils le disent , services militaires et médailles à l’appui, mais ils refusent de voir le peuple américain aller au massacre pour des causes perdues. La réalité crue est qu’un porte avion comme le « R.Reagan » qui coûte des milliards de $ est un pigeon d’argile face à une salve de missiles hypersoniques comme le « DF-17 » chinois. Impressionnants en terme de projection de force face à un pays comme la Syrie ou même l’Iran mais face à la Russie ou la Chine , ce sont des cibles qui peuvent être effacées par des missiles ne valant pas 1% de leur coût de fabrication.
    Les chinois sont les rois de l’espionnage et savent ce que ces militaires peuvent apprendre au grand public, dont je suis.
    Ce n’est pas anecdotique de savoir que si la Russie attaquait l’U.E., l’OTAN ne pourrait repousser l’assaut (d’où le rétropédalage récent de Stoltenberg sur la nécessité d’avoir une troupe d’intervention rapide de 300 000 hommes qui n’existera jamais) et que les USA devraient intervenir devenant de facto en état de guerre contre une nation nucléaire dont le dirigeant est présenté comme un fou dangereux, réincarnation d’Hitler.
    Le sage connaît ses limites et se voit obligé de tenir compte du ressenti et du point de vue des autres au lieu d’imposer les siens dans la violence.
    Retour à la case diplomatie donc si on ne veut pas mal finir.
    Vous savez les américains ont oublié le passé de Taïwan, pas les chinois...



  • jjwaDal jjwaDal 5 août 18:23

    @Soucougnan
    Oui souvent sur le réseau. Il se trouve que je comprends l’anglais et vous avez des comptes rendus réguliers de spécialistes US du renseignement, des anciens conseillers et spécialistes de l’analyse militaire, des anciens militaires, géopolitologues. J’ai littéralement ingurgité des dizaines d’heures sur le sujet, sans parler de mes lectures. Au besoin si vous maîtrisez la langue je peux vous fournir des sites et des noms.
    Vous pensez que la Russie ne craignait pas une guerre avec les USA en envahissant l’Ukraine ? Ils sont en guerre avec les USA.
    La Chine ne s’est pas réunifiée au sortir de la seconde guerre mondiale car elle était un nain militairement comparé aux USA et sortait d’un conflit sanglant.
    Vous pouvez penser que des soldats américains sont prêts à mourir en masse pour empêcher des chinois d’être incorporés à la Chine (au nom du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes), j’en doute. Ils ont donné et la conscription et l’armée US a de plus en plus de difficultés à recruter, car ils savent qu’ils ne défendront jamais le territoire des USA mais des intérêts qui ne sont pas ceux du peuple américain. Ils ne vont pas rejouer la guerre de Corée ou celle du Vietnam.
    Pour info ils ont des infrastructures indignes d’un pays développé, un taux de SDF et de prisonniers sans égal dans les pays avancés et un des appareils politiques les plus corrompus de la planète.
    Si la Chine n’a rien à faire à Taïwan, eux non plus. Biden serrait la main de MBS il y a quelques jours pour quémander un peu de pétrole, preuve que les bonnes relations avec des gens qui décapitent des adolescents et éliminent des journalistes gênants au désosseur ne leur pose aucun problème.
    Eux, défenseurs de la démocratie ? Il vaut mieux en rire.
    Ils sont aussi les garants que l’envahisseur par ex, l’enclave sioniste en Palestine, peut faire du tir au pigeon sur palestinien et journalistes et bombarder ses voisins sans crainte de représailles. Avec des amis pareils on peut se passer d’ennemis.



  • jjwaDal jjwaDal 5 août 14:29

    @Soucougnan
    Je n’ai pas croisé un spécialiste des questions militaires pensant sincèrement qu’une aide militaire US pourrait empêcher la Chine d’intégrer Taïwan. Leur « navire amiral » le porte avion nucléaire « R. Reagan » pourrait finir au fond de l’océan en quelques heures (salve de missiles hypersoniques) et ses moyens aérien avec lui. Une simple frappe latérale donne du gîte à ce type de navire interdisant tout décollage, avant de l’envoyer par le fond, sans parler des conséquences d’avaries sur un bâtiment abritant un mini réacteur nucléaire.
    Envoyer d’autres moyens prendrait du temps et les chinois seraient déjà en situation d’opérer sur leur terrain avec l’avantage énorme que cela procure.
    Aucun menace efficace de recours à l’arme nucléaire qui nous condamnerait tous, sans vainqueur. Les USA ont déjà vu avec la garantie de l’article 5 de l’OTAN accordé à 32 pays, qu’un pays insignifiant à tous points de vue sur la carte géopolitique du monde, comme la Lettonie, peut se permettre de faire un doigt d’honneur à un pays comme la Russie avec la croyance naïve que les USA viendraient risquer la vie de leurs soldats, voire une guerre nucléaire, dans un affrontement direct avec la Russie (vu que l’OTAN c’est eux et puis les autres pour la déco largement) pour leur sauver la mise...
    Les conséquences seraient économiques et majeures pour les deux pays, mais vu l’immensité de son marché intérieur et sa garantie russe d’accès aux deux seules ressources qui pourraient lui manquer (énergie + nourriture), ce sont les USA qui paieraient le prix le plus élevé.
    Au plan géopolitique il faut comprendre que la Chine ne peut tolérer d’avoir une annexe militarisé des USA sous ses fenêtres et c’est ce qui l’attend, si elle n’intervient pas. C’est le schéma qui a conduit (entre autre) à l’invasion de l’Ukraine par la Russie.
    C’est dramatique pour Taïwan qui a le droit de choisir son destin, mais elle s’est mise entre un marteau et une enclume, position délicate.



  • jjwaDal jjwaDal 5 août 11:34

    Le discours sur la « défense de la démocratie et du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes » ne trompe personne. Le Donbass n’avait pas droit à une autonomie dans les frontières de l’Ukraine, mais le Kosovo a le droit à l’indépendance et Taïwan aussi. USA et pays européens reconnaissent la « Chine Unique » mais ont des ambassades Taïwanaises (comme si la Corse avait un ambassadeur en Chine), la Chine dit explicitement qu’elle attendra le temps qu’il faut pour la réunification, mais comme pour l’Ukraine on arme et on forme au cas où...
    Et cette visite qui ne peut que pousser au crime ou à défaut gravement détériorer nos relations avec la Chine. Quelqu’un a envie de recréer du jour au lendemain toutes les chaines d’approvisionnement mondial (en plus de l’infrastructure énergétique en U.E.), de souder un peu plus la Chine et la Russie, d’accélérer la dédollarisation, de relancer la course à celui qui aura la massue la plus grosse ?
    Avec tous les problèmes que nous avons balayés sous le tapis depuis un demi siècle ? On est en train de cocher toutes les cases pour aboutir à un monde et des sociétés ingérables. En coopérant nous avons déjà du mal, mais les uns contre les autres, ça promet des gueules de bois sévères, de chez sévères.
    Dans la répression policière ou dans la guerre ça finira mal, voire très mal.
    Pour ceux qui avaient des doutes, la mondialisation sous le chapeau des règlements de l’OMC, c’est déjà du passé.



  • jjwaDal jjwaDal 4 août 17:39

    @sylvain
    Non seulement la Russie est un composant essentiel pour l’économie mondiale actuelle (énergie et métaux par ex) mais c’est surtout avec l’évolution en cours du climat et de leur agriculture, le premier grenier à céréales de la planète et une planète qui va avoir de plus en plus de mal à se nourrir.
    Ce serait notablement renforcé si ce qui se prépare est une annexion pure et simple de tout ce qui est à l’Est du Dniepr.
    Aucun Etat ne peut fonctionner si sa population ne mange pas à sa faim et de nombreux pays ne peuvent et ne pourrons pas produire chez eux la nourriture dont ils ont besoin, pas seulement parce que les organisations de mise en servitude (au service des intérêts US) ont fait et font ce qu’il faut pour (FMI et BM déjà) mais parce qu’ils n’ont pas la ressource en eau pour ça.
    Actuellement aucun pays n’a envie de se trouver sur la liste des pays « hostiles » à la Russie pour cette raison de « realpolitik » basique. Pas d’émeutes de la faim pour commencer.
    Mais si la Russie a été un grand prédateur pour s’étendre jusqu’en Asie, elle n’a jamais colonisé l’Afrique, le continent américain, jamais essayé d’asservir l’Inde ou la Chine, jamais bombardé au napalm dans le sud est asiatique, etc... Donc l’imaginaire des autres pays quand ils comparent leur histoire avec les européens/USA et la Russie n’est forcément pas la même.
    Beaucoup de pays ont encore « mal au cul » d’avoir croisé les européens, la Russie n’est jamais intervenu chez eux... Cela fait une double raison pour expliquer leur position actuelle.



  • jjwaDal jjwaDal 4 août 15:38

    Il y a une réalité absolue qui s’exprime de façon endogène sur de nombreuses échelles, avec des Lois propres. Chacun construisant intellectuellement sa propre perception du réel, le fait même qu’on puisse voir les mêmes choses indique qu’elles ne sont pas une projection de notre pensée.
    La nature et l’origine de cette réalité sont un défi majeur pour la démarche scientifique et rien n’indique que les indices pour la comprendre sont encore accessibles à des instruments que nous pourrions construire. Nous pourrions nous retrouver dans la situation où quels que soient nos efforts, seules des hypothèses indémontrables (multivers par ex) pourraient expliquer ce qui est accessible à nos observations et à notre compréhension.
    Sauf qu’une hypothèse non réfutable est indiscernable d’une croyance, même si le chemin y menant est parfaitement logique et contraint par les observations.
    Concernant la nature de la réalité, un univers de matière dans lequel nous serions contenus est a priori indiscernable d’une simulation informatique où ce que nous prenons pour des « lois physiques » et les multiples composantes (espace et matière/énergie), ne seraient que des paramètres logiques entrées pour cette simulation et le reste des concepts structurés par la conséquence de ces paramètres (informatiques).
    Dans ce cas de figure notre univers aurait « un » créateur et serait donc créé, ce qui répond partiellement au problème de l’origine absolue de notre existence.
    Pour un univers matériel, au sens classiquement entendu en 2022, la pirouette habile consistant à faire apparaitre le temps, l’espace et la matière/énergie au début de la manifestation de notre univers, déplace tous les problèmes épineux, sous le tapis.
    Soit, il peut exister quelque chose qui est hors temps, hors espace, hors « nos lois de la physique », sans matière ni énergie au sens où nous les entendons, qui joue le rôle de créateur d’univers(s).
    Quelle est cette chose ? Contingente (de quoi ?) immanente ?
    Dans son ouvrage, « A universe from nothing », Krauss, fait effectivement apparaître un univers à partir de rien, mais c’est un « rien » au sens classique du terme. Il a déjà les lois de la physique et un vide quantique « ad hoc » qui va donner notre univers, un univers contingent où nos lois de la physique ne sont plus des absolues mais contingentes de ses conditions initiales d’apparition.
    C’est un premier pas déjà intéressant. Dans la bonne direction ?



  • jjwaDal jjwaDal 3 août 19:22

    @Louis
    « Deux peuples qui se détesteront à jamais »... Comme les français et les allemands après la seconde guerre mondiale alors ?
    Sérieusement. On sait comme ils savent qu’on a gardé la structure tribale et donc les structures sociales qui sont arcboutées sur la soumission inconditionnelle à la « hiérarchie » et ses outils bien rodés de coercition.
    C’est uniquement en conservant ces structures qu’un psychopathe peut envoyer des millions de gens ordinaires se faire tailler en pièces tout en essayant de transformer le camp d’en face en viande hâchée. Il ne va pas sonner à leur porte, un par un, pour leur demander leur opinion sur le sujet.
    Au début des années 2000, tous les sondages indiquaient que le Donbass voyait son avenir au milieu de l’Ukraine et il y avait juste un problème culturel correctement perçu par l’ouest et l’est du pays, pas plus sérieux que celui que peut ressentir un français qui se sent à l’étranger dans son propre pays ou quartier.
    C’est bien la défaillance des structures démocratiques dans ce pays, l’Ukraine, et l’instrumentalisation par les USA qui a fait « monter la mayo » auprès des extrémistes des deux côtés qui étaient et sont encore minoritaires.



  • jjwaDal jjwaDal 3 août 15:48

    @Massada
    Me suis surpris à remplacer l’Ukraine par la Palestine et la Russie par l’enclave sioniste qui a récupéré les territoires qui leur avait été confié par « Dieu » il y a quelques milliers d’années...
    Tous les protagonistes de cette nouvelle boucherie ont choisi l’affrontement plutôt que la discussion. Pour les USA cela se comprend, pour la Russie à la limite, mais pour les européens et ukrainiens, il faut être con, je ne vois pas d’autre mot.



  • jjwaDal jjwaDal 3 août 12:47

    Je dirais que ça sent le bébé imminent qui dispensera d’avoir à se faire trouer la peau pour rien pour faire plaisir aux psychopathes US et au virtuose du piano à queues. En comparant avec la France on voit un bonus de l’ordre de 10% qui est tout sauf une ruée.



  • jjwaDal jjwaDal 3 août 12:38

    Je viens de traverser une nappe de brouillard épais. Par curiosité j’ai avancé jusqu’au bout pour voir ce qu’il y avait au delà et il n’y avait juste qu’un brouillard épais.

    « Ce qui se conçoit bien s’énonce aisément et les mots pour le dire arrivent aisément ».

    Je vais voir un ophtalmo, on n’est jamais trop prudent.



  • jjwaDal jjwaDal 2 août 17:41

    Notre actuel préfet de région (européenne) a par le passé dit clairement ce qu’il pensait de son affectation (il considère par ex qu’il n’y a aucune culture française qui aurait été le produit d’une histoire spécifique à ce pays par ex). Un pur hasard donc si l’Allemagne (autre région) a un rapport à l’argent (à l’inflation en particulier) très particulier, si elle fut au coeur du déclenchement de deux guerres mondiales, un hasard aussi si la France est le seul pays européen a avoir développé à la fois des moyens spatiaux opérationnels (avant « Ariane ») et une dissuasion nucléaire, etc ...
    Mc Kinsey, Blackrock, Uber, chaudement accueillis chez nous, ce serait donc un pur hasard, des choix techniques et non idéologiques.
    On peut penser que non. Ceux qui ne voient pas en lui l’outil parfait pour démanteler toutes les protections sociales en France pour aboutir à la jungle qui prévaut aux USA par ex, font le choix de ne pas voir les actes concrets d’un personnage qui est là pour détruire l’Etat français et en faire une dépendance au même titre qu’un pays africain peut l’être vis-à-vis des institutions contrôlées par l’oligarchie mondialiste.
    Il n’est pas atypique par rapport à un dirigeant US ou Anglais, qui sont eux-mêmes au service d’un système qui les installe au pouvoir pour faire le travail demandé.
    Il pourrait fredonner sous la douche « Ne l’appelez plus jamais France, c’est ma première volonté... ».