• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Les commentaires de jjwaDal



  • jjwaDal jjwaDal 31 juillet 15:44

    @sirocco
    Oui mais pas forcément avec des vaccins. Si le virus mute plus vite que la capacité des industriels à fabriquer le vaccin ad hoc à grande échelle le bénéfice pour la société sera faible. Mais l’essentiel bien sûr pour eux est de vendre et à cet égard les vaccins marchent très bien en ce moment.



  • jjwaDal jjwaDal 31 juillet 11:49

    Oops. J’avais omis le lien.



  • jjwaDal jjwaDal 31 juillet 10:42

    Le CDC américain vient de reconnaître que dans un foyer important (900 personnes) observé dans le Massachusetts, 74% des personnes contaminées étaient vaccinées (les deux doses). Il a été observé chez elles une forte charge virale dans la gorge et les fosses nasales et la présomption est donc très forte qu’elles se sont contaminées entre elles avec le variant delta. Cela corrobore l’observation faite en Israel qu’au bout de quelques mois les vaccinés ne sont plus protégés qu’à 40% contre une hospitalisation.
    Le pass sanitaire est donc condamné avant sa mise en oeuvre à rejoindre dans la fosse commune d’autres foutaises comme le masque en extérieur, le confinement ou les couvre-feux (qui concentrent la population dans des créneaux étroits dans les centre commerciaux entre autres).
    Par ailleurs à ceux exigeant des études en double aveugle (qu’ils se refusent à faire) pour des médicaments possibles contre la Covid-19, comment justifier pour une expérience médicale (la vaccination) l’absence de groupe contrôle (non vacciné) ?
    Il faut répéter que le taux d’effets secondaires est très préoccupant déjà et que la concentration imprévu de ces candidats vaccins dans la moelle osseuse et les ovaires ne présage rien de bon.
    Par ailleurs on vient d’identifier un autre réservoir naturel du virus (les cerfs) et donc le virus a de nombreuses options pour muter encore et encore.



  • jjwaDal jjwaDal 30 juillet 12:08

    Je pense que ça participe de cette campagne « Aucune possibilité d’y échapper », pour éviter tout attentisme parmi les indécis.
    Tous les principaux personnage de l’Etat ont effrontément mentis pendant cette épidémie, ils ne sont plus à une menterie près.
    On est à quelques jours d’une décision qui rendra légale pour un Etat d’extorquer par la violence et la contrainte le consentement à subir une expérience médicale sur laquelle on n’a aucune visibilité à moyen et long terme et la certitude que ces « candidats vaccins » sont des catastrophes comparés à tous les vaccins passés (mais eux, dûment testés avant utilisation).
    Cela fera jurisprudence à l’avenir à n’en pas douter.
    Ce n’est pas seulement les français qui sont attaqués de front, c’est surtout le simulacre de démocratie qui donnait jusqu’ici l’illusion d’y être. Les masques vont tomber pour beaucoup qui n’avaient pas encore compris que ceux qui ont chié sur le résultat du référendum sur le TCE n’avaient pas fini le travail.

    Le peuple est donc pour ces gens là,incompétent pour décider de son avenir et de sa propre santé. Le pire est à venir si la résistance n’est pas au rendez-vous de l’Histoire.



  • jjwaDal jjwaDal 30 juillet 10:17

    @Lampion
    Des recherches en neurophysiologie sur les aires cérébrales dites « du plaisir » (leur stimulation engendre cette sensation) ont montré dans les années 1970, que l’intensité perçue est modulée par la testostérone. Au plus de cette hormone, au plus le plaisir ressentis est intense.
    Or il se trouve que l’évolution a décrété que tout stimulus physique est une source de plaisir basique.
    Il n’y a donc pas à chercher bien loin l’appétit bien plus important du sexe produisant en plus grosse quantité cette hormone pour les pratiques physiques intenses, les prises de risque, le combat, les drogues, la compétition, le sexe, en bref, toutes les sources de plaisir en général.
    Pour simplifier , en base, du fait de leur production de testostérone, les hommes sont bien plus accrochés par les pratiques sources de plaisir que les femmes. Cette généralité peut bien sûr être modulée et battue en brèche par l’éducation en plus ou moins grande partie, mais neurophysiologiquement il y a une asymétrie entre les deux sexes qui ne se limite pas à l’aspect physique et à l’éducation reçue.



  • jjwaDal jjwaDal 29 juillet 12:08

    @nono le simplet
    Moi ce qui m’énerve est que des gens supposément censés auparavant considèrent comme normal et naturel de contraindre des personnes à participer à une expérience médicale en extorquant leur consentement par la violence.
    Personne n’oblige les gamins à venir à l’école s’ils « préfèrent » étudier depuis leur domicile et personne n’oblige un salarié à toucher son salaire s’il fait le choix de refuser de servir de cobaye. L’hypocrisie à ce niveau est un art.
    Après la littérature peut bien dire que l’immunité naturelle est supérieure à un vaccin doublement ciblé (sur la protéine « spike » et le variant chinois), vouloir dénier le droit de se défendre avec son système immunitaire (au cas où) contre le variant actuellement en circulation et moins létal d’ailleurs à des personnes ne courant quasiment aucun risque relève d’un agenda non sanitaire.



  • jjwaDal jjwaDal 28 juillet 18:59

    @SPQR complotiste chasseur de comploteur...
    Il ne doute de rien. Y a personne pour lui dire que les « vaccinés » (lire « cobayes ») sont susceptibles d’être contaminés et eux-mêmes contagieux alors que les non « vaccinés » peuvent ne pas être contaminés et mieux avoir géré un épisode Covid-19 et avoir donc une immunité naturelle supérieure à celle donnée par le « vaccin » ? A la tête du client donc...



  • jjwaDal jjwaDal 28 juillet 16:40

    @ticotico
    En Angleterre l’épidémiologiste très écouté par les autorités, Neil Ferguson est intervenu sur la BBC, la veille du « Freedom Day » où les restrictions devaient être levées. Il a prédit qu’il était quasiment inévitable que les cas allaient atteindre les 100 000 unités par jour voire 200 000.
    L’Indien est taquin sans doute , le lendemain les cas chutaient et six jours plus tard ils sont à 25 000 et en chute libre.



  • jjwaDal jjwaDal 27 juillet 19:44

    @Yaurrick
    Oui. L’écart est significatif et consolide l’assertion qu’il y a un bénéfice réel (à court terme, seul terme exploré) pour les plus de 50 ans (en pratique les plus de 60) à se faire vacciner s’ils sont à comorbidités en particulier (car je doute que ces plus de 50 ans étaient en pleine forme). Pour les plus de 70 ans, vu leur espérance de vie hors covid-19 peu importe les effets secondaires à long terme on peut dire.
    Pour les moins de 50 ans le taux de létalité ne peut qu’augmenter avec le temps et pas diminuer, donc la différence ne me paraît pas justifier leur vaccination.
    Ces données sont précieuses car ils viennent de passer le pic de leur vague (celle qui nous arrive dessus) avec un taux de létalité global très inférieur à celui des précédentes vagues (un ordre de magnitude en moins, un facteur 15 selon mes calculs).



  • jjwaDal jjwaDal 27 juillet 13:43

    @joletaxi
    Je n’ai pas retrouvé vos chiffres. Ce document (P.19) indique sur sur la période du 1 février 2021 au 19 juillet 2021, ils ont eu 3692 décès imputés à la Covid-19 (de l’ordre de 21/jour), dont 2152 non vaccinés et 843 doublement vaccinés. Donc 23% des décédés étaient doublement vaccinés et 42% avaient au moins reçus une dose de vaccin. Sachant que près de 70% de la population a reçu une dose de vaccin au moins il y a un bonus à être vacciné majoré par le fait que les personnes à risque ayant été vaccinés massivement en premier il y a un biais défavorisant les doublement vaccinés et donc le bénéfice de la vaccination est notable sans être époustouflant loin de là. Je parle du court terme, ne cachant nullement mes appréhensions à moyen et long termes, vu la circulation imprévue des « candidat vaccin » et l’accumulation constatée (Pfizer déjà) dans la moelle osseuse et les ovaires, sans parler des trois voies endogènes pour rétro transcrire l’ARN en ADN dans le corps humain.
    Ceci dit on compte les bouses à la fin de la foire et rien ne dit, donc , que ces chiffres de mortalité comparée ne vont pas évoluer en défaveur des vaccinés sur le moyen et long terme.



  • jjwaDal jjwaDal 27 juillet 12:08

    @Abolab
    Mais les études in vitro ne pouvaient montrer la circulation de ces nanosphères dans l’organisme et leur fixation et concentration dans la moelle osseuse et surtout les ovaires (sans qu’on sache pourquoi). Quand on connaît le rôle de ces deux organes on peut légitimement penser que nous allons vers des ennuis. Tout le problème étant l’inconnu quant à la fréquence de survenue de ceux-ci. Pour ça d’ailleurs qu’on se donne 5 à 10 ans pour juger de l’innocuité à long terme d’un candidat vaccin et pas quelques mois...



  • jjwaDal jjwaDal 27 juillet 12:03

    @joletaxi
    Plus de morts vaccinés en Angleterre ? La source de cette info ? Moi j’ai 42% de vaccinés chez les nouveaux cas détectés et donc le résultat final est douteux. Par contre l’analyse de leurs courbes montre que leur dernière vague aura engendré de l’ordre de 17 fois moins de morts que les précédentes (toutes choses égales par ailleurs). On peut l’imputer à l’immunité de groupe (vaccin + immunité naturelle) comme à la moindre dangerosité du variant « delta » (probablement les deux facteurs), mais je doute que la France touchée par le même virus connaisse un scénario bien différent.
    Cela n’empêchera pas l’apartheid sanitaire, le masque dans la rue, etc, mais plutôt une sympathique perspective à terme pour délégitimer un peu plus les dérives liberticides majeures que des pays comme la Suède n’ont pas commis avec des résultats meilleurs que les nôtres.



  • jjwaDal jjwaDal 27 juillet 09:53

    @leypanou
    La PCR n’a jamais eu vocation à faire du diagnostic.Elle ne peut pas dire que quelqu’un est porteur d’un virus, pas dire qu’il est malade, pas dire qu’il est contagieux. Elle ne peut que dire que la personne testée à dû être en contact avec le virus à un moment donné. S’en servir pour « assigner à résidence » a été reconnu comme violant les libertés reconnues par la loi en Espagne. Seul un médecin ou un examen évaluant la présence du virus et son taux de charge peuvent dire que la personne est malade et/ou contagieuse et donc à isoler.



  • jjwaDal jjwaDal 27 juillet 09:46

    @arthes, Britney for ever
    A chaque fois que je me suis fait vacciner contre la grippe, je savais que j’étais protégé par le vaccin et surtout mon système immunitaire en cas de protection partielle du vaccin. Jamais je ne me suis préoccupé de savoir si mes collègues de travail, voisins, amis étaient vaccinés ou non et jamais je ne me suis sentis en danger de savoir qu’un bon nombre ne l’étaient probablement pas.
    De deux choses l’une : le vaccin est efficace et les non vaccinés ne peuvent donc présenter un danger ou il ne l’est pas et alors à quoi bon vouloir courir le risque de vacciner même des gens ne courant aucun danger ?
    Les candidats vaccins à ARNm attaqueraient-ils le cerveau ? Une piste à suivre à vous lire.



  • jjwaDal jjwaDal 26 juillet 21:26

    Un peu plus de rigueur aurait été le bienvenu. Il n’est pas question du tout de passe sanitaire pour les bureaux de vote et l’accès à l’hôpital pour opération était déjà conditionné à un test PCR négatif très récent (j’ai vu même prise de température à l’entrée...). Le passe sanitaire en théorie dispenserait du test PCR mais je doute que ce soit le cas, car on sait tous qu’ il ne prouve rien d’autre que la vaccination et non l’absence d’infection ou de contagiosité...

    C’est une loi imbécile et qui n’a d’autre objectif que d’extorquer par la violence le consentement à participer à une expérience médicale qui a déjà prouvé un taux de létalité et d’effets secondaires sans équivalent chez les vaccins dûment homologués.

    Si la légende colportée par ce gouvernement était la vérité (100% à la louche des contaminés n’étaient pas vaccinés) il faudrait expliquer pourquoi la vague importante qui vient de connaître son pic au Royaume Uni a connu un taux de létalité plus de 15 fois inférieur aux précédentes ? Soit le variant delta est beaucoup moins létal soit c’est dû au fait qu’une fraction substantielle des cas était des vaccinés. La bonne réponse est connue sauf de notre gouvernement il semble..



  • jjwaDal jjwaDal 26 juillet 11:56

    @alinea
    En fait ce schéma du « tout vaccinal » ressemble comme deux gouttes d’eau au traitement réservé aux animaux en élevages intensifs qui sont gavés d’antibiotiques pour pouvoir survivre dans des conditions artificielles voire épouvantables.
    Un pas de côté et on n’utiliserait plus aucun antibiotique mais tout le monde veut se gaver de viande à pas cher et donc, tous coupables à des degrés divers.
    La vague qui arrive est une vague de cas comme au Royaume Uni mais leur exemple (ils viennent de passer leur pic) indique qu’elle aura fait entre 10 et 15 fois moins de victimes que les précédentes. Vrai, ils sont pas mal vaccinés mais 60% des cas ne l’étaient pas et ce qui compte ce sont les cas graves pas les contaminations qui vont aboutir à une immunité naturelle.
    On est moins vaccinés ici, mais les vaccins massivement utilisés sont plus protecteurs que le leur , donc cas de figure assez voisin.
    Question : « Si on doit avoir dix fois moins de cas graves aboutissant au décès que les fois précédentes, quid de l’obligation vaccinale et du pass sanitaire ? » Au minimum cela semble totalement disproportionné à la menace réelle, mais en même temps c’est le changement dans la continuité. Du bricolage pur jus avec le peuple comme variable d’ajustement, puisque le système est intouchable et restera tel quel.
    Il faut faire du bruit comme quinze si on veut que la majorité comprenne qu’on la prend pour une buse ou du bétail.



  • jjwaDal jjwaDal 26 juillet 03:30

    La vaccination de masse est pour le pouvoir la « pilule magique » pour que « tout redevienne comme avant » (phrase de Sarko lors de la crise financière de 2008). Einstein disait en substance que les fous sont ceux pensant fermement que les mêmes causes ne sauraient reproduire les mêmes effets et on voit donc qui nous dirige. On va continuer à casser l’hôpital, à faire fabriquer en Chine des éléments critique pour la santé publique, à subventionner le tourisme planétaire en avion pour diffuser au plus vite tous les virus de la Terre, d’origine naturelle ou laborantine...
    Ce qui se passe n’est pas totalement inédit (voir la mise sur le marché des « OGMs) mais pour ne pas voir la corruption scientifique et politique par »Big money« il faut avoir les médias de masse et leur propagande comme source unique d’information.
    La science ne supporte nullement l’efficacité des confinements, masques en extérieur, couvre-feux et vaccination des jeunes ? Les politiques s’en foutent complètement, ramant pour faire oublier que personne n’avait lu les plans pandémies, les équipements manquants pour le personnel soignant en 2020, le massacre préalable toujours en cours de l’hôpital public, etc...
    Un »ancien" me rappelait qu’il s’est pris 21 mois d’armée en Algérie quand il était jeune et que c’était pas négociable tout en me débitant que les non vaccinés sont un danger public pour les vaccinés. Désinformer est devenu un métier comme un autre, là aussi rien de bien nouveau.
    Objectivement les vaccins à ARN (j’en ai autant pour ceux à vecteur adénovirus) sont bien plus dangereux que tous les vaccins passés au seul vu de leurs effets secondaires à court terme. On a toutes les raisons de supposer qu’ils sont bien plus préoccupants sur le moyen et long terme.
    Par ailleurs vouloir imposer la vaccination à une population ne courant aucun risque face au virus, à une population ayant déjà contracté la maladie et ayant une immunité naturelle sont des indices que le but visé n’est pas sanitaire. Il ne l’était déjà pas pour le masque en extérieur ou la préférence du doliprane contre l’HCQ.
    La plupart des français se sont couchés sous Vichy. Il ne faut pas attendre d’eux qu’ils défendent leurs libertés élémentaires sous le régime d’un pompier pyromane.



  • jjwaDal jjwaDal 18 juillet 21:05

    De mémoire, Raoult a juste conseillé au personnel soignant de se faire vacciner. Il n’ a dire nulle part jusqu’à preuve du contraire, qu’il fallait la rendre obligatoire. Vu le départ important de personnels soignants en ce moment, la rendre obligatoire ne ferait qu’amplifier le phénomène. J’ai vu il y a quelques jours pour la première fois de ma vie une affiche énorme devant une polyclinique intitulée « Nous embauchons ». C’est un signe préoccupant parmi bien d’autres.



  • jjwaDal jjwaDal 18 juillet 20:59

    @josy&jacq
    Lavau a tenu les mêmes propos, choisis les mêmes mots pour dire la même chose en commentaire d’un autre article. Bizarre, bizarre, comme c’est bizarre...



  • jjwaDal jjwaDal 17 juillet 20:25

    @Claude Courty
    Vous semblez oublier que sans l’épidémie antérieure de diabètes, obésités et l’allongement très significatif de l’espérance de vie, les chiffres de mortalité dûs à ce virus seraient très inférieurs. Il est quasiment sans danger au dessous de 60 ans sans comorbidité, hors c’est le public aujourd’hui visé y compris les très jeunes pour lesquels il est quasiment inoffensif (plus de suicides chez les jeunes pendant le confinement au Royaume Uni que de décès dû à ce coronavirus.
    Mais concernant la sûreté et l’innocuité des vaccins couramment utilisé, R. Malone (qui est un des pères du développement des vaccins ARNm) dit dans une vidéo que les agences de régulation connaissaient les données de biodistribution du vaccin Pfizzer et que personne ne comprend pourquoi la protéine « Spike » diffuse dans l’organisme et se concentre sur les ovaires et dans la moelle épinière. On peut raisonnablement s’attendre à des cancers du sang et des ovaires, à l’apparition de maladies auto-immunes et on a observé également le réveil de certains rétrovirus dans le corps humain. Cela ne peut avoir que des conséquences visibles à échéance de quelques années, mais c’est clairement un pari, vu qu’on a déjà eu pas mal de surprises (pas imprévisibles vu que ces produits sont en phase de tests et auraient dû le rester pendant au moins un an ou deux...).
    Utiliser une nouvelle technologie, s’abstenir de tout recul et vacciner à très grande échelle pour couronner le tout pourrait rester dans l’histoire de la médecine comme la plus grosse connerie jamais faite en matière de santé publique..
    J’espère que non, mais je ne vais tenter ma chance et je n’ai rien contre les vaccins en général et des doutes sérieux sur ceux là.