• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Les commentaires de Croa



  • Croa Croa 22 novembre 2008 19:32

    « Vous voulez le beurre et l’argent du beurre. » Impossible en effet, ça les ploutocrates l’ont déjà et il ne le lacheront pas volontairement !

    Nous voulons juste que tout le monde ait le nécessaire car notre société en a les moyens !

    Aujourd’hui un travailleur produit énormément plus de richesses réelles qu’au milieu du XXe siècle, c’est à dire au moment où les bonnes réformes ont été finalisées. Il peut théoriquement prendre en charge bien plus d’inactifs qu’à l’époque. Le problème vient juste d’un mauvais partage parce que le capital tend à s’attribuer tous les gains. En pratique il faudrait une révision des cotisations d’entreprises, plutôt sur le bénéfice brut que sur les salaires car ces salauds se débarassent des gens à mesure que la productivité croit, ce qui 
     smiley confisque une partie des revenus nécessaires aux caisses sociales.  smiley



  • Croa Croa 21 novembre 2008 18:52

    « je ne vois pas d’où provient l’argent, si ce n’est pas du travail, »

    Erreur en effet ! Le travail sert à produire les richesses réelles et seulement cela.

    L’argent provient des banques. (Si nous étions vraiment en démocratie l’argent serait produit par les états mais il y a longtemps que les fantoches que nous élisons ont cédé leurs prérogatives aux ploutocrates.)



  • Croa Croa 21 novembre 2008 18:28

    Merci, je vais sûrement me procurer le « ’Manuel d’économie à l’usage de celles et ceux qui n’y comprennent rien » !

    Pour ceux qui ne l’aurait pas vu, je signale aussi cette vidéo sur « L’Argent dette » qui révèle l’essentiel à propos de l’argent.  smiley Des bases indispensables donc ! smiley



  • Croa Croa 19 novembre 2008 19:42

    « C’est une mesure très en faveur des salariés » Le "très" est de trop ! T’en connais beaucoup ayant souffert d’un départ obligatoire à 65 ans ?

    Par contre lorsque les retraites seront si faibles qu’il faudra continuer après 65 ans où sera le progrès ? N’oublions pas que jusqu’à présent vous étiez assurés de toucher une pension normale à 65 ans révolu ce qui ne sera plus le cas pour tout ceux qui auront eu du mal à démarrer dans la vie, lesquels sont de plus en plus nombreux !



  • Croa Croa 18 novembre 2008 22:01

    Bonsoir,
    à l’auteur :

    Est-tu sûr que l’obsolescence programmée soit mieux que « l’actif immobilisé » ?

    Je présume que le capitalisme privé est le bien et que le « capitalisme d’état »  :-> est malfaisant ?

    Citation condensée : « Le capitalisme privé reste le modèle vers lequel tous les pays désirent aller, quand leur peuple est libre de s’exprimer et de faire connaître son choix. Ce modèle est avant tout démocratique » Donc les autres modèles sont le mal et sont non-démocratiques ?

    Bon, arrêtons là ces conneries car je ne crois pas, moi, que le capitalisme privé continuera à attirer les peuples à la recherche d’outils qui créent de la richesse ! Car la richesse n’est pas pour le peuple tout simplement et surtout PARCE QUE CE N’EST PAS LE PEUPLE QUI CHOISI ! Non, nous ne sommes pas plus en démocratie que les autres, voire moins ! Cette supposée démocratie n’est que propagande car le capitalisme privé ne peut générer qu’un régime ploutocratique.

    Il y a justement sur Internet un excellent papier qui vient de sortir sur ce sujet et  je t’invite à lire :

    L’illusion démocratique au service du capitalisme



  • Croa Croa 17 novembre 2008 21:48

    	 	 	 	

    Olivier,

    Si j’en juge par la publication de l’AFP (que tu cites) il ne s’agit pas d’animaux en liberté !
     

    Cette affaire révèle d’autres choses connues, graves et autrement sérieuses. Les lignes THT ne tiennent ici qu’un rôle de simple figuration. Sont en cause la justice, les élevages et la politique en général.

    La justice a ici tout simplement répondu aux injonctions du parquet, c’est à dire obéi au gouvernement, lui-même manipulé par les banques. En effet l’élevage intensif, lourdement endetté, constitue un débouché important pour la création monétaire. Ne trouves-tu pas étonnant que ces élevages ne soient jamais condamnés pour leurs pollutions des terres et des eaux ? Alors même que ces pollutions sont notoires et indiscutables ? Par contre n’est-il pas étonnant qu’ils gagnent si facilement au civil contre de supposées nuisances radioélectriques sur le cheptel ? Là il faut révéler la parfaite complémentarité du rôle d’EDF, acteur sans problèmes de trésorerie parfait pour servir de percepteur. Ce, un peu comme les compagnies des eaux sauf que c’est mieux  smiley caché dans les factures ! smiley

    Bref, la boucle est bouclée : Grâce à ce jugement EDF subventionne l’élevage intensif, lequel engraisse les banques !

     



  • Croa Croa 16 novembre 2008 10:39

     smiley Il y en a qui n’ont pas honte ! smiley

    Les élevages porcins sont le vrai problème. Les animaux y vivent dans des conditions qui sont tout sauf naturelles et la ligne THT qui passe dessus ne saurait aggraver notablement les choses, à supposer qu’elle ait une influence (quoique ces conditions fragilisent notablement les animaux,  :-> par ailleurs gavés d’anti-biotiques.)

    Qu’on redonne une vie plus naturelle à ces pauvres bêtes et les choses iront mieux pour elles, même en présence de lignes THT dans la campagne !



  • Croa Croa 15 novembre 2008 19:47

    Michel, je t’ai trouvé négatif pour ton premier commentaire mais constructif au second !  C’est bien de réfléchir et c’est rare !

    Quant on veut justifier la violence on y arrive toujours ! Il suffit de lire la prose aficionado à propos de corrida, c’est tellement con et prétentieux qu’on pourrait en rire s’il ne s’agissait pas de la mise en scène d’une violence mais en réel. De toutes façons, qu’une violence s’exerce sur des humains ou sur des animaux, le truc est toujours le même : Il suffit de diaboliser la victime !

    La violence gratuite s’exerce surtout sur les animaux, c’est vrai ! Mais ce n’est qu’une question de culture et d’époque. Dans l’antiquité il valait mieux tomber sur de bons maîtres lorsqu’on était esclave !

    La violence vénale tombe aussi sur les animaux, souvent considéré comme de la simple marchandise. Certains élevages sont la honte de l’espèce humaine et la motivation est le maximum de profit.

    à part ça j’ai préféré ne pas voir la vidéo ! Le fait qu’il existe des chinois qui réagissent est toutefois de bonne augure.



  • Croa Croa 15 novembre 2008 08:54

    Avec une telle quantité de rédacteurs potentiels je comprends que des articles proposés ne sortent pas. Ils sont peut-être même fort nombreux (pourrait-on en avoir une idée ?) Vous vous étiez cependant engagés à motiver vos refus mais vous ne tenez pas cet engagement.

    Pouvez-vous expliquer cela ?

    Une bonne explication peut être source de progrés et donc utile à de nouveaux essais. De plus le silence, ça ressemble un peu à du mépris, non ?

    Nota : Il y a vraiment beaucoup de commentaires à cet article. Impossible de tout lire ! Veuillez m’excuser si la question a déja été posée.



  • Croa Croa 1er novembre 2008 00:06

    	 	 	 	

    Tout ça est très économiquement et politiquement correct !

    Pour comprendre il y a mieux (Ce ne sont les bases mais c’est par là qu’il faut commencer !) :

    "L’argent dette" de Paul Grignon

    La crise économique cette foi avait précédée l’autre ! Dans tous les cas, avant, après, cela dépend des mécanismes mis en oeuvres et aussi des rapports de forces.

    « les prêts qui leur avaient été consentis pour le moins imprudemment  » : Doux euphémisme car il s’agissait d’une arnaque ! Les banques auraient du se payer, comme prévu, par saisie d’un bien censé prendre indéfiniment de la valeur. Bref, il s’agissait d’une forme de spéculation comme il en existe plein d’autres. Une énorme bulle avait gonflée parce que trop d’argent avait été mis sur le marché. Les prix de l’immobilier et des valeurs boursières avaient atteint des sommets. Cela ne pouvait que crever et tout le monde le savait. En 2008 c’est le prix du petit immobilier américain qui a décroché comme le ferait un avion piloté par un imbécile qui voudrait le faire grimper plus vite que ne le permet son moteur. (Je m’attendais plutôt à l’arrivée d’une crise par un décrochage des LBO.) En 29 l’industrie avait saturé ses marchés... En fait peu importe l’élément déclencheur, une bulle est toujours faite pour crever !

    La crise déclenchée, les responsables se mettent à attendre des jours meilleurs. Cela entraîne un coup de frein exagéré des mauvaises pratiques précédentes vue qu’elles ne rapportent plus. C’est cela qui peut avoir des conséquences sur l’économie réelle.

    Je ne crois pas, hélas, que les politiques voudront bien faire quelque chose pour atténuer les effets collatéraux de la crise financière. Idéalement pas de problème car le potentiel économique réel est intact. En pratique les pauvres seront sacrifiés comme d’habitude parce que le régime est ploutocratique. (Et nullement démocratique, nos élus étant tous des fantoches voire des complices déclarés du vrai pouvoir.)



  • Croa Croa 29 octobre 2008 22:23

    «  faire de la politique, vous devriez apprendre et comprendre comment fonctionne une économie »

    Très bon conseil en effet !
    L’info est là :
    "L’argent dette" par Paul Grignon



  • Croa Croa 29 octobre 2008 22:14

    « parce que je vaux plus que vous tous.. »

    C’est bien du Sarko, ça, effectivement !

    Concernant l’article : Excellente approche non pas libérale mais libertaire ce qui est la bonne définition pour « 
    les libertés des individus. »... Gachée cependant par la citation de F. Bayrou, certes plus doux que Sarko mais tout aussi fourbe et menteur... Ces "élites", mais du discourt, sont tous capables de nous faire prendre des vessies pour des lanternes ! En fait, après avoir été beaux parleurs, nos élus sont des fantoches.

    Le capitalisme n’est que le système. Le régime politique associé est dictatorial et ploutocratique. Il règne par la dette qui est d’abord un truc à faire du pognon mais aussi le meilleur instrument de coercition jamais inventé. Nous ne sommes donc pas en démocratie, contrairement à ce qui est journellement asséné par la propagande. La dette nous asservi, aussi bien individuellement que collectivement. C’est en cela que ton approche est bonne :

    Oui, pour changer ce régime accaparateur de richesses, destructeur de vie, il faut que les sujets prennent conscience de leur condition et même de celles des institutions, qu’elles se libèrent et redeviennent des citoyens capables d’imaginer et de construire un monde libre.


    Nota : Là, j’ai voulu réagir à un commentaire de l’auteur. Je pense qu’il y a un beûgue dans les pages d’Agoravox.




  • Croa Croa 29 octobre 2008 19:13

    	 	 	 	

    «  La crise financière, une bénédiction pour l’environnement ? »  : Derrière ce titre je m’attendais à tout autre chose qu’à ce j’ai lu dans le corps du texte qui est plat, banal et ne nous apprend finalement rien. Toutefois cette question devait être posée ce qui suffit à rendre cette contribution intéressante.

    Pour moi, OUI et c’est évident !

    L’auteur est complètement passé à coté des évidences. Il n’a même pas comprit de quelle « chance » voulait parler Harribey (c’était une piste pourtant .)

    C’est si simple, il suffirait de vouloir comprendre le monde ! C’est bien la moindre des choses pour un écologiste et pourtant il semblerait que des lacunes subsistent. Ce qui fait la différence entre l’écologie et l’environnementalisme (notre auteur doit être environnementaliste) c’est la reconnaissance d’un constat évident : TOUT EST LIE et croire que l’environnement pourrait être préservé grâce à quelques "gestes écologiques" une douce illusion !

    Par ailleurs qui sont les ennemis de l’écologie : Les chasseurs ? Les pêcheurs ? Les promoteurs immobiliers ? Les grandes surfaces ? Les compagnies pétrolières ? Etc. ? Etc. ? Bon, un peu tout ça et finalement un peu tout le monde, non ?... Comme ils sont nombreux, peut-être serait-il plus judicieux de chercher le chef ? Qui ou quoi dirige ce monde fondamentalement anti-écologique et qui nous mène dans un mur ? Tout simplement : Dans quel régime vivons-nous ?

    A l’évidence, le système est capitaliste ; Cette chose est reconnue. Le régime politique est carrément dictatorial et ploutocratique  ; Ce dernier point, évident pour qui ouvre les yeux, n’est pourtant pas établit dans l’inconscient collectif tant est puissante la propagande médiatique qui nous assène que nous vivons en démocratie, ce qui est fondamentalement faux !

    Donc, l’ennemi de l’environnement ce sont les banques, la haute finance et tout le système qui tourne autour. Les banques ont notamment fait de la CROISSANCE une exigence incontournable. Elles règnent par la dette. Elles se sont accaparé la création et la gestion monétaire. Nos élus sont désormais des fantoches. Il n’y a plus de citoyens mais seulement des consommateurs, des sujets parfois lourdement endettés donc sages, tout comme les entreprises auxquelles on ne demande plus depuis longtemps de servir des clients et de faire participer des travailleurs mais seulement d’être les plus "rentables" possibles. Les états eux-mêmes ont fait allégeance au système au point de s’enfoncer dans les dettes, prélude d’un sabordage général de tout ce qui constituait les "services publics" ainsi que son rôle de préservation qu’il sacrifie depuis toujours à "l’économie", c’est-à-dire à ses maîtres.

    Alors la crise c’est quoi ? C’est tout simplement NOTRE ENNEMI QUI EST à TERRE ! Là est la bénédiction  : C’est maintenant que nous devons l’attaquer ! Demain il sera trop tard !

    Un nouveau cycle de croissance sera mortel pour tous (mais peut-être pas pour la Terre qui saura sans remettre sans l’homme !)

    Nous avons avec la crise une occasion inespérée de remettre en cause le système et le régime qui nous opprime et qui détruit l’environnement. Mettons-nous tout de suite à la tache, dénonçons les tares du système pour que tous s’y mettent et renversons-le !



  • Croa Croa 28 octobre 2008 23:10

    Sur le fond tu as raison.

    Le problème est que tu n’as pas tout comprit et surtout que nombre de tes collègues n’aient carrément rien comprits ; (c’est pas évident à te lire mais c’est tout simplement pareil dans toutes les administrations.)

    Si l’administration se saborde par la volonté de sarko (RGPP), si l’école est sacrifiée, si la justice est sacrifiée, si l’Hôpital est sacrifié... (on pourrait allonger la liste) il y a une raison !  En fait cette décadence des services publics était programée depuis Maatrich en général et essentiellement par l’article 104 qui organise l’endettement public, donc la mise sous la servitude des banques des états Européens.

    Résultat, il n’y aurait « plus de sous » (sauf pour « aider les entreprises » ce qui consiste à faire des transferts indirect d’argent public vers la finance.)

    Nos élus sont des fantoches. Le vrai pouvoir actuel est dictatorial et ploutocratique... Donc nullement démocratique ! Alors tu penses, l’intérêt des enfants n’est plus une priorité et tu dois comprendre ça !

    (Je crois qu’en te rebellant tu vas avoir des ennuits)



  • Croa Croa 28 octobre 2008 19:28

    « Cette appropriation publique sera temporaire  ; les banques seront privatisées ultérieurement, »

    Et on sera reparti pour un tour !

    (Sauf que cette fois c’est sûr, la Terre ne s’en remettra pas !)



  • Croa Croa 28 octobre 2008 19:16

    Même les solutions "London" ne sont pas à la hauteur !

    Et ce pour plusieurs raisons :

    - Les banques détiennent le vrai pouvoir. C’est pour cela que les fantoches que nous avons élus gesticulent pour retarder l’échéance. C’est aussi pour cela que toute tentative de contrôle règlementaire aboutira à un contournement et aussi pour cela qu’exiger des contreparties est illusoire.

    - Un problème est l’usure. Or des banques privée ne peuvent pas se passer de l’usure.

    - Un autre problème, lié, est la croissance. Or des banques privée ne peuvent pas se passer de croissance. (C’est la combinaison de la croissance financière et de l’usure qui tend à opérer un transfert relatif de richesses vers la banque au détriment de l’économie réelle jusqu’à rupture, donc crise. ) De plus  La croissance infinie et exponantielle dans un monde réel fini est pure folie !

    - La dette, qui est moyen pour les banques de se faire faire du pognon, est aussi une arme de coercition faisant la haute finance maîtresse des sujets humains, des entreprises et même des états ! London ne songe même pas qu’une réforme de la dette soit nécessaire !

    Il n’existe pas d’autres solution que de nationaliser sans frais (tout est relatif car il faudra "éponger") les banques, d’abolir l’usure et de revoir les règles sur les faillittes. (Actuellement, presque partout, seul l’emprunteur est responsable ce qui n’est pas juste !)



  • Croa Croa 26 octobre 2008 11:57

    « C’est le système qui rend esclave et non pas un petit groupe de personnes. » Le systéme a tout de même bien été imaginé par quelqu’un ! L’article 104 du traité de Maatrich, tout comme le traité en général, ne s’est pas généré spontanément !

    Derrière le régime politique actuel, fondamentalement dictatorial et ploutocratique (donc nullement démocratique !) il y a bien un lobby, donc un groupe de personnes CQFD !



  • Croa Croa 26 octobre 2008 11:41

    Enfin un article sur l’économie hors de l’orthodoxie politiquement correcte et digne de ce que devrait être Agoravox !

    Les explications sont claires et non fumeuses. Les propositions méritent d’être approfondies.




  • Croa Croa 26 octobre 2008 09:04

    Comme mouvement neuf et innovant il y a La France en Action.



  • Croa Croa 26 octobre 2008 08:57

    A mon avis il ne se trompe pas , il nous trompe, c’est différent !

    Pour le momment ça marche, hélas grace aux beaufs, aux médias et au banques (avec lesquelles il est en symbiose.)

    Moins sûr que toi, j’espère et attend la chute aussi !