• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Les commentaires de bluboux



  • bluboux bluboux 4 mars 2011 11:27

    Pour suivre l’actualité sur ce sujet et en savoir plus, consultez le dossier complet sur le site :
    http://www.lelotenaction.org/rubrique,gaz-de-schiste-tout-savoir,589039.html



  • bluboux bluboux 21 décembre 2010 13:43

    @ Réveil

    Ci-dessous le lien vers un article de Jacquiau publié dans le Monde Diplo :

    http://www.monde-diplomatique.fr/2007/09/JACQUIAU/15101

    Max Havelaar ou les ambiguïtés du commerce équitable

    Leader mondial du commerce équitable, Max Havelaar prétend répondre à une demande de consommation « différente » placée sous le signe de la solidarité entre consommateurs du Nord et petits producteurs du Sud. Toutefois, l’entreprise semble effectuer un tournant « pragmatique » en se liant à de grands groupes très éloignés de ses préoccupations d’origine. Il n’est pas certain que les producteurs et les citoyens s’y retrouvent.

    Par Christian Jacquiau

    Comment apporter aux petits paysans pauvres un revenu qui leur permette de prendre en charge leurs besoins fondamentaux, de préserver leur environnement et de fonder des relations humaines sur d’autres valeurs que celles prônées par le « tout libéralisme » planétaire ? C’est lors de la première Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement (Cnuced), en 1964, que l’idée « Trade not aid ! » (« le commerce, pas l’aide ») donne naissance au commerce équitable. Jusque-là réservée à une clientèle d’initiés, la vieille idée d’une relation plus juste entre le Nord et le Sud se popularise alors auprès d’un public que l’on qualifie volontiers d’« alterconsommateur ».

    « Créé en tant que commerce solidaire, rappelle la sociologue Virginie Diaz Pedregal, le commerce équitable a été fortement marqué à ses débuts par l’humanisme des mouvements religieux chrétiens, ainsi que par une conception protestante de l’éthique (1). » D’essence caritative, mais influencé ultérieurement par une approche politique plus tiers-mondiste, ce commerce solidaire se transforme en acte d’opposition au système capitaliste. Il devient alors « alternatif ». Jusqu’à ce que...

    « Nous étions et sommes toujours anticapitalistes, opposés aux transnationales », rappelle le prêtre ouvrier Frans van der Hoff, cofondateur en 1988 de la marque Max Havelaar (2). Pourtant, happé par la vague néolibérale, la démarche « solidaire » puis « alternative » a muté, au tournant des années 2000, jusqu’à devenir un « commerce équitable » largement dépolitisé. « L’heure n’est plus à la révolution mais à la réforme, souligne Diaz Pedregal. L’objectif du mouvement est de bonifier le système libéral en le modifiant de l’intérieur. »

    Présent dans de nombreux pays du Nord et principal promoteur de cette mutation, Max Havelaar se trouve au cœur d’un vaste débat renvoyant la démarche à ses fondements, historiques et politiques. D’un côté, les tenants de la marchandisation des produits équitables. De l’autre, les promoteurs d’un modèle exigeant davantage de contenu social et environnemental tout au long des filières, au Sud comme au Nord, avec en filigrane une interpellation sur la question essentielle de la répartition des richesses. En ce sens, l’affaire du coton africain estampillé Max Havelaar – au-delà des polémiques qu’elle suscite – est emblématique du trouble que traverse le monde de l’équitable.

    Du retrait de la France coloniale – ayant permis la nationalisation des filières cotonnières africaines au bénéfice des Etats émancipés – aux privatisations imposées à ceux-ci par le Fonds monétaire international (FMI) et la Banque mondiale, conduisant de fait à la réappropriation de leurs richesses par de puissants oligopoles privés, le coton est révélateur d’une certaine instrumentalisation du commerce équitable.

    La rémunération des petits paysans africains producteurs de coton est désormais fixée par le marché, où opèrent de puissants groupes financiers ou agroalimentaires, comme la société française Dagris (Développement des agro-industries du sud), détentrice d’un quasi-monopole sur le secteur cotonnier de l’Afrique de l’Ouest. Entreprise jusque-là publique, Dagris est aujourd’hui en cours de privatisation (lire « Paris brade le coton subsaharien »). « Le maintien de Dagris dans la sphère de l’Etat [risquait] de l’exclure de certaines privatisations, les Etats africains s’opposant fréquemment à ce que des organismes majoritairement publics contrôlent les filières cotonnières privatisées », précise un rapport du Sénat français, très favorable à sa dénationalisation, en mars 2005 (3). Désormais, la volonté du groupe de servir de confortables dividendes à ses actionnaires s’opposera à l’espérance des paysans de recevoir une équitable rémunération. Pour couper court à toute contestation, Dagris s’est tourné vers le « commerce équitable » : sur les deux cent quarante mille paysans producteurs de coton pour la société, trois mille deux cent quatre-vingts ont été sélectionnés pour bénéficier du système Max Havelaar (4).

    Elimination des petits paysans

    Un tel compagnonnage est contesté par Mme Aminata Traoré, ex-ministre de la culture du Mali : « Le commerce équitable fait partie des solutions au drame africain, à la condition que Max Havelaar ne se mette pas avec Dagris. Dagris fait partie du problème. » Mais d’autres considérations emportent la décision de Max Havelaar. « En 2003, l’association affichait un déficit de 350 000 euros, plus 600 000 euros de dettes et un arriéré d’impôts dépassant 700 000 euros. Max Havelaar France se refait une santé financière avec la fibre textile », constate la presse française (5). De fait, l’association est aussitôt récompensée : 610 000 euros lui sont versés par le ministère des affaires étrangères français, 500 000 par le Centre pour le développement de l’entreprise (CDE). Au total, plus de 1,7 million d’euros, toutes subventions comprises, pour la seule année 2004 (6).

    (...)

    Cliquez sur le lien en haut pour lire la suite



  • bluboux bluboux 20 décembre 2010 14:56

    Bonjour Pierrot,
    Je vous engage à lire l’article qui fait état de l’étude récente menée en France sur les produits toxiques présents dans la nourriture, aujourd’hui, dans toutes nos grandes surfaces...
    Le lien est dans l’article, mais je vous le donne à nouveau bien volontiers : ici

    Je vous engage également à vous documenter sur l’étude, également récente, menée à la demande du ministère de l’agriculture, et qui démontre clairement un lien de causalité entre l’augmentation des cancers des agriculteurs et l’utilisation des pesticides.

    Il n’y a plus de doute possible, nous nous empoisonnons régulièrement en consommant de la nourriture produite de façon industrielle. Dans le dernier numéro du Lot en Action, je publie une interview de Jean Paul Jaud, le réalisateur de Nos enfants nous accuserons. Il vient de sortir un nouveau film documentaire, « Severn ». Lors de cette interview il m’a confié avoir voulu donner la parole, avant son dernier film, à Monsanto, Pioneer, Syngeta, la Sodexo. Personne n’a voulu s’exprimer publiquement. Cependant il a pu rencontrer le responsable de la diététique de chez Sodexo (leader mondial de la restauration collective). Après une heure et demi de conversation, ce dernier lui a avoué que sa fille, agée de 14 ans, en était à sa deuxième chimiothérapie... Dans son foyer, ils ne consomment désormais que des produits sains (bio ou pas), et chaque matin, il part au boulot pour mettre en place des grilles de repas faits avec des aliments-poisons, qui sont distribués chaque jours, à des millions d’enfants et de salariés...

    A force de brandir la carte des expertises et de la « non preuve officielle » de la toxicité de tout ce que l’industrie nous livre, nous en sommes arrivés à légitimer les OGM et à les consommer massivement, les laboratoires vendent des médicaments dont les effets secondaires sont bien plus nocifs et dangereux que le bénéfice thérapeutique qu’ils sont censés apporter, et ce quelques années après leur autorisation de mise sur le marché, ayant causés au passage des centaines, voire des milliers de décès...

    Nous ne pouvons plus faire confiances aux autorités censées protéger les citoyens, les scandales qui les impliquent se succédant en démontrant une collusion entre l’industrie et ces institutions.
    En matière de Santé, le Médiator, le Gadarsil (vaccin contre le cancer du col de l’utérus), le vaccin contre la grippe cochonne ne sont que les plus visibles.
    En matière de pesticides, les scandales de la reconduction des autorisations données au Cruiser, Gaucho et autres saloperies sont également symptomatique du fonctionnement de ces institutions. Pour le Cruiser, les effets catastrophique pour la santé publique et l’environnement sont pourtant démontrés scientifiquement, y compris par des études demandées par le Ministère français de l’agriculture. Pourtant rien n’y fait, les enjeux économiques étant devenus si importants que les criminels qui nous gouvernent se taisent et continuent d’autoriser les multinationales qui produisent ces poisons, à faire du fric, au dépend de nos vies et de celles de nos enfants.

    Alors de brandir aujourd’hui cette carte de l’expertise scientifique semble un tantinet déplacé... puisque ce sont ces experts qui ont totalement discrédité ces institutions censées être indépendantes et œuvrer pour la Santé Publique...



  • bluboux bluboux 14 décembre 2010 13:54

    Le numéro 27 du LEA avec un dossier de 4 pages sur la LOPPSI est en ligne !

    http://www.lelotenaction.org/rubrique,le-lot-en-action-mag-n-27,577870.html

    A lire et faire circuler



  • bluboux bluboux 27 novembre 2010 18:15

    Oh ! Je vois qu’il s’agit du dernier salon FAF ou l’on se gargarise avec quelques belles perles xénophobes !
    Je sens néanmoins beaucoup de rancœur dans vos propos, Messieurs les Bons français, serait-ce parce que vous perdez pied ? L’éveil citoyen va se faire, j’en suis certain, et heureusement il prendra la forme d’une « révolution » des peuples qui s’affranchiront par la solidarité, l’ouverture aux autres, la connaissance et la culture. Bref, une révolution aux antipodes de ce que vous prônez, c’est à dire la pensée unique, la haine de l’autre, le repli sur soi-même et la rancœur...
    Ceci étant dit, je ne vous en veux pas et vous suis gré de vous exprimer librement, voire courageusement, et ne ressens que compassion pour vos souffrances.



  • bluboux bluboux 27 novembre 2010 17:04

    Pourquoi pas, mais encore faut-il avoir suffisamment de sous pour pouvoir le faire. En tout cas, l’idéal est de changer nos comportements : consommons le plus possible en « circuit court », si possible locaux, oublions les grandes surfaces autant que possible et arrêtons de confier notre argent à ces crapules !
    Comme tu peux le voir sur les liens données plus haut, l’opération inquiète suffisamment pour que le Figaro en parle. La fédération belge du secteur financier (Febelfin) multiplie les déclarations dans la presse, en agitant le spectre d’une crise financière majeure...





  • bluboux bluboux 24 février 2010 16:50

    @ Apoline
    Vous avez certainement raison, d’ailleurs en poursuivant votre discours, vivement le retour de la peine de mort, qui résoudra définitivement ce problème.



  • bluboux bluboux 30 janvier 2010 15:15

    Le travail ne garantit plus des revenus suffisants pour vivre décemment, la société devient incapable de garantir l’accès aux soins pour tous, les services publics sont systématiquement et méthodiquement démontés pour être livrés aux marchés, les acquis sociaux obtenus de haute lutte par le Conseil National de la Résistance (2) au sortir de la guerre (sécurité sociale, retraites, indépendance de la presse entre autres) sont plus que menacés, les gouvernants deviennent les représentants de quelques intérêts privés et la corruption (pardon, le lobbying ) est généralisée et les partis politiques ainsi que les syndicats sont aphasiques. Il ne reste que la mobilisation citoyenne pour arrêter cette machine devenue folle, avant qu’il ne soit trop tard. Le 27 mars aura lieu le No Sarkozy Day, un moyen de réagir, manifestation citoyenne et festive, non violente, à laquelle sont invités tous les acteurs sociaux, les associations, les collectifs, etc. Il devient nécessaire d’être informé pour pouvoir agir. Des forums, des débats, des conférences auront lieu partout en France.



  • bluboux bluboux 24 janvier 2010 15:00

    C’est vrai K, mais pour combien de temps encore ?
    Le 21 janvier dernier, lors de la manifestation à Nice, deux personnes ont été arrêtées parce qu’elles portaient des masques de Sarkozy ! Toues les manifestations importantes, d’envergure internationnale, que ce soit à Colmar, Starsbourg etc. ont été repoussées dans les faubourgs. Bientôt il faudra aller manifester en pleine campagne, en faisant attention à ne pas abimer des plants d’OGM de peur d’être arrêté sur plainte de Monsanto.
    La dérive sécuritaire est de plus en plus inquiétante, nous sommes aux portes de la dictature constitutionnelle.



  • bluboux bluboux 2 janvier 2010 12:13

    @exocet
    Monsieur connard siou plais !
    Et ce Monsieur connard n’habite pas les beaux quartiers m’sieur, mais les Causses du Quercy, au milieu des moutons (noirs) et bien loin de vos beaux quartiers. Quant à ne voir ni revendication ni signification dans ce phénomène, libre à vous. Il est vrai qu’il est beaucoup plus confortable de penser que ce sont de petits voyou et qu’il suffit d’envoyer l’armée, pour nettoyer toutes ces banlieues, au Karcher ou la la Kalach.



  • bluboux bluboux 27 décembre 2009 00:34

    Ben oui Persea, mais le problème c’est que l’UMP n’a que 2 régions en France, ils se sont pris une déculottée historique aux dernières régionales. Il sera difficile de faire moins bien pour eux, ils finiront donc de toute façon par fanfaronner. Non, le seul moyen de faire fort, très fort, c’est de se mobiliser pour le No Sarkozy Day le 20 mars. Tous devant les préfectures jusqu’à la démission de ce fou furieux.



  • bluboux bluboux 26 décembre 2009 17:13

    Par principe je suis d’accord avec ce que vous dites. Borloo n’est pas mieux que les autres. La place est bonne, et ce qui les dérange le plus n’est pas tant la dérive inquiétante de notre système que les limites que leur impose Sarko. Mais en ce qui concerne les journalistes, je pense qu’il est nécessaire de ne pas oublier que certains journalistes sont trainés devant les tribunaux par Sarko (je pense notamment à l’affaire de France 3, le off de saro et celle de rue 89. Lire l’article pour se remémorer ces affaires). Ou bien encore l’équipe entière de journalistes qui a quitté Libé pour aller sur le Net. Si beaucoup de journalistes, en acceptant le joug du pouvoir, peuvent être taxé de collaboration bien confortable, il en est qui se battent pour les idéaux qu’ils ont épousé en choisissant cette profession, et heureusement, ils y font honneur.



  • bluboux bluboux 26 décembre 2009 11:02
    Il est temps d’agir. Chaque jour qui passe voit un peu plus de casse des
    acquis sociaux. Tout ce qui a été mis en place à l’issue de la seconde
    guerre mondiale (Conseil National de la Résistance), de la sécurité
    sociale aux retraites en passant par le droit du travail, est
    méticuleusement démonté. Même des ministres, à ...l’...instar
    de Borloo dénoncent la dérive de notre système politique.
    Plus de 350 000 membres en quelques jours pour le No
    Sarkozy Day
     ! Participez à la préparation de cet évènement qui
    s’annonce historique. Il faut que non seulement le 20 mars nous soyons
    des millions dans les rues, mais également que l’action se prolonge, de
    différentes façons, à inventer et préparer ensemble, jusqu’à ce que
    Sarko démissionne !


  • bluboux bluboux 18 décembre 2009 20:06

    On peut effectivement voir les choses de cette façon, nivelons tout par le bas. La semaine de 7 jours de travail, avec des salaires de misère, plus de congés payés. Quant aux soins, ceux qui ne peuvent payer peuvent mourir, et dans la dignité SVP, sans faire de bruit.
    Moi j’entends le bruit des bottes...



  • bluboux bluboux 18 décembre 2009 14:36

    C’est vrai que la photo montre de la paille. Bon pour être précis les agriculteurs ont déversé du fumier ET de la paille. Et les photos que j’ai pu trouver qui montraient du fumier n’avaient pas grand intérêt. Mais votre remarque est justifiée !



  • bluboux bluboux 11 décembre 2009 18:29

    Bravo cher Gandhalf pour ta petite démonstration de phénomènes physiques :
    A savoir, moins on roule vite, plus on pollue,loi vérifiable semble t’il,avec les grosses cylindrées, dont tu sembles être un fortuné adepte, ou du moins un ardent défenseur. Cela me fait penser au sketch de Coluche sur les flics:Ils avaient arrêté un gars pour excès de vitesse, complètement bourré.Marcel qu’il s’appelait. Un gars sympa.Ils lui avaient payé un oup et fait un concours de ballons.Marcel disait :
    « Je suis bourré. C’est pour ça que je me dépêche de rentrer à la maison, comme ça, j’ai moins de chance d’avoir un accident. »
    Bravo Marcel et surtout merci.
    Bravo Gandhalf et à toi aussi merci pour ton raisonnement imparable, à la mécanique logique si bien huilée. Il est évident que l’important de nos jours, est de conserver une bonne moyenne, que ce soit sur les bulletins scolaires, sur les annotations des supérieurs hiérarchiques dans l’entreprise, et surtout au volant de sa voiture.Pour conserver une bonne moyenne, l’élément primordial est la Régularité. L’autoroute, ainsi que tu l’as si justement mentionné, est le lieu idéal pour obtenir une parfaite régularité et donc par voie de conséquence,tenir une bonne moyenne. D’autant que, chiffres que tu cites à l’appui, et je sens que tu aimes les chiffres Maurice, l’autoroute est un endroit sûr, tant que ça roule.Au fait, je me permets de t’appeler Maurice, car quelque chose me dit que tu as une tête à te prénommer Maurice.Mon chien, être glouton et facétieux, mais néanmoins lucide et perspicace, me suggère le patronyme Robert. Afin de ne pas froisser sa susceptibilité, surtout en ces périodes de frimas et d’épidémies,j’accéderai à sa requête et alternerai les deux termes, si tu n’y vois pas d’inconvénients, mon cher Robert. Pour revenir à nos problèmes de transports routiers, pour les amoureux, nous y reviendrons un peu plus tard,force est de constater, que si l’on sort de l’autoroute, la situation se corse. La sacro sainte Régularité n’est plus de mise et la moyenne chute.Quand il n’y a plus moyen de maintenir la régularité, il faut user d’un autre stratagème : la politique de la compensation.Ainsi pour tenir une moyenne de 50 kms\h en agglomération,il faut, après avoir subi l’humiliation d’un ralentisseur stupide devant une école maternelle,rattraper coûte que coûte cette perte de vitesse, par une accélération franche et vrombissante, ce qui a pour double effet de garder la moyenne, et de faire du bien au moteur, ainsi qu’au pot catalytique de ton gros 4X4,enfin à son meilleur régime, que tu sembles conduire avec beaucoup de dextérité, mon cher Maurice.Sur l’autoroute, il n’y a pas ce genre de problèmes : pas d’enfants courants après un ballon qui traversent, pas de vieillards au pas mal assuré, pas d’aveugles ou de malentendants, pas de cyclistes écolos, pas de chats, pas de chiens, bref pas de parasites, que des gens normaux qui à cinquante ans ont réussi leurs vies et possèdent un 4X4, et aussi une Rolex.Au fait Robert, tu as un Rolex ?

    Allez je te taquine Maurice,tu as bien le droit d’avoir des humeurs et de les exprimer,tu as le droit de tout mettre dans le même sac, les crétins sur la file de gauche, les adeptes du politiquement correct, les fonctionnaires de police bornés qui ne font qu’obéir aux ordres(par contre pour ce qui est de l’analogie avec leurs prédecesseurs de 1942, je te laisse l’entière responsabilité de tes paroles).
    Peut être que tu n’as pas de 4X4 et que tu es un pauvre bougre de la France d’en bas, qui se lève tôt et qui marche à pied,peut être que tu as des petits enfants qui vont à l’école maternelle, peut être que tu as une vieille maman malade, mais qui met un point d’honneur à aller chercher elle même sa baguette tant qu’elle le peut encore,peut être que tu te fous des obligations de performances et de résultats et que tu te moques bien de conserver ta moyenne, peut être que tu t’appelles vraiment Gandhalf...
    Je vais donc te laisser et te souhaiter une excellente journée... Mais j’allais oublier :
    Les transports amoureux ! Si tu te comportes au lit comme au volant, ainsi que tu le laisses entendre, permets moi de te donner quelques conseils. Pour ce qui est du slalom, ne change rien, elles adorent ça ! Par contre, pour la vitesse excessive, lève plutôt le pied de l’accélérateur, prends ton temps, admire le paysage, alterne les régimes pour finir en beauté, pied au plancher,à plein pot, sur une autoroute italienne, où bientôt paraît il, on pourra rouler très vite !!! Dernier conseil, si j’étais toi,je monterais un collectif pour demander le rattachement de la France,pays de cons, de veaux, qui aiment les bruits de bottes, à la douce et accueillante péninsule italienne, justement en forme de botte. Ciao l’ami !!!

    Commentaire posté sur mon site, sous la reprise de votre article, et signé : Jeff Inidchié Le 10/12/2009 à 14:41
    http://www.lelotenaction.org/rubrique,les-rats-d-art,489956.html



  • bluboux bluboux 20 novembre 2009 22:40

    Superbe article easy, que je souhaite pouvoir publier dans le journal Le Lot en Action mag.
    Merci de me contacter en passant sur le site



  • bluboux bluboux 26 octobre 2009 19:51

    Hgo, c’est un discours classique des défenseurs d’extrême droite : vous verrez bien quand ces hordes de sauvages étrangers viendront vous bouffer la cervelle. Mais sur le fond cela ne vous dérange pas que l’on expulse une jeune étudiante, sans même la laisser passer un coup de fil à sa mère, et qu’elle se retrouve quelques heures plus tard au congo, avec 2 euros en poche. Non, cela ne vous dérange pas, vous préférez servir ces discours classiques qui entretiennent la peur et laisse la porte grande ouverte au fascisme. Nous n’avons pas les mêmes valeurs Monsieur, et j’en suis plutôt fier.



  • bluboux bluboux 26 octobre 2009 13:54

    Pour faire une revue de presse, laisser de coté l’Humanité me semble un tantinet « sectaire » non ?