• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Les commentaires de Alpaco



  • Alpaco 6 juin 2015 15:18

    Triste de voir comment l’idéologie rend les gens idiots.
    "Difficile d’argumenter pour des parents les vertus du travail. Quand chaque jour l’exemple montre qu’il est plus facile de profiter d’un système sans barrières et sans contreparties que de se tuer au travail."
    Il s’agit de croire que le travail est une valeur. Sinon des traitres, du fait de l’étatisme socialo-communisme, en profitent.
    Non pas les tricheurs habituels, millionaires par brouettes, mais vous et mois. Surtout vous et surtout pas Spartacus.

    Aussi, les gens honnêtes gagnent leur argent (pas leur vie) en travaillant et/ou le permettant aux autres.

    Si le monde n’était pas corrompu par le social-libéralisme, j’aimerais bien en profiter.
    Si Spartacus étais moins dogmatique, il pourrait faire avancer le débat.



  • Alpaco 17 avril 2015 14:49

    C’est sur que le mec de base, ni plus ni moins con que la moyenne, qui a un boulot qui le fait vivre, se dit que les autres devraient s’en sortir aussi.

    Sauf que "1,7 M de places à pourvoir, selon le figaro" pour plus de 4 M de chômeurs/feignants/profiteurs/assistés (qui osent en plus se plaindre ?!), même avec un coup de baguette magique, il en reste au moins 2 M sans aucune possibilité de travailler, mathématiquement parlant, à l’arrondi près.

    Merde ou quoi ! Sans travail, sans dent, sans fierté de gagner du pognon, sans possibilité de demander un crédit pour construire sa vie, car telle est notre mission, l’homme est malheureux.

    Merci aux grands penseurs d’Avox qui ont la solution (cf. commentaires précédents, en gros y’a du taf pour tout le monde si tu te bouges le cul, la preuve eux en ont trouvé, et tout le monde le sait) pour une vie meilleure, pleine de travail pour tous.

    Car à part travailler, que faire de la vie ?



  • Alpaco 18 mars 2015 19:23

    Fabienm approche de la quarantaine, le fait est clair.
    D’où vient cette faute de style, voire de mauvais goût, qui consiste à mettre - du tiret - à tire-larigot ?



  • Alpaco 20 février 2015 01:18

    L’auteur de cet article pourrait postuler au Monde ou au Figaro. Et dans le cadre de la liberté d’expression il en est un des meilleurs exemples.



  • Alpaco 13 février 2015 16:55

    Ca fait mal au cul de lire Céline. Car c’est un grand plaisir ;
    Voyage au bout de la nuit et Mort à crédit, je le conseille à tout le monde.

    Sur les autres aspects de l’auteur, à chacun de se faire son idée.

    Un maitre de littérature n’est pas à rater.



  • Alpaco 24 janvier 2015 19:24

    L’auteur n’a probablement pas osé, il y a surement pensé : « J’aime donc je suis ».



  • Alpaco 20 janvier 2015 11:18

    Serge est Léa qui pose des questions mais ne comprend pas les réponses.
    Serge est Aymeric qui est persuadé de ses opinions au point de n’avoir pas compris que les opinions se forgent au fil du temps, des discussions et des expériences.
    Michel est le professeur qui essaie de faire comprendre à des adolescents qu’il faut réfléchir pour comprendre.



  • Alpaco 29 décembre 2014 16:46

    Superbe article.
    Clair, net et concis. L’essentiel est dit, cela ne passe pas du coq à l’âne, les source sont sures, les analyses sont pertinentes.
    Je me languis de l’épisode 4.



  • Alpaco 28 décembre 2014 00:36

    Jacques, il faudrait être plus précis, vous dites : « la liberté d’expression ne présume pas de la qualité mais du contenu ».
    Je dirais plutôt : la liberté d’expression nécessite et présume d’une qualité d’expression qui exprime correctement un contenu ; quel qu’il soit. Autrement dit : le fond est compris/intéressant/débattu/etc. quand la forme est au plus claire et limpide.



  • Alpaco 28 décembre 2014 00:17

    Bonne question Donbar : Comment se fait-il que des lecteurs qui s’intéressent aux sujets « traités » par morice, depuis tant d’années, lui reprochent son style exécrable qui dessert sa démarche et son message, et que ce dernier ne réagisse pas ?
    Pas autrement qu’en insultant les uns et les autres, avec son style si particulier : « Bref, des connards. ».
    Morice rend illisible des sujets parfois importants, il semble donc utile de le signaler, dans le cadre d’un débat objectif, voire citoyen.



  • Alpaco 26 décembre 2014 18:07

    Le problème des articles de Morice est que la forme est tellement mauvaise (multiples copié/collé douteux, traductions approximatives, liens qui n’aboutissent pas, fautes de grammaire, phrases alambiquées, etc.), que le fond se perd dans un grand brouhaha écolier.
    Du coup ces articles sont indigestes, manquent d’approche synthétique, et sont tellement rébarbatifs qu’ils ne servent pas à grand chose.

    L’élève Morice pourrait mieux faire, mais s’en donne-t-il vraiment les moyens ?



  • Alpaco 30 octobre 2014 02:09

    Excellent article de Morice, un de plus.
    Je soutiens ceux qui soutiennent son projet de thèse de doctorat de journalisme en histoire du passé et en analyse du présent.

    Certes, quelques approximations orthographiques, probablement liées à des bugs informatiques et autres histoires de « copier/coller » approximatifs ne viendront pas gâcher la saveur profonde de la substance de la réalité du discours.
    Il me semble que c’est, ou que ce soit la meilleure manière de le dire, à défaut d’une meilleure.

    Les fachos complotiste d’extrême droite : dehors !
    ha ha ha !
    Soutient total envers Morice, vive la république, vive la France, etc.



  • Alpaco 6 mai 2014 08:30

    gagner de l’argent sur les pauvres, c’est l’art du métier de banquier



  • Alpaco 26 avril 2014 12:21

    "C’est cette différence de nature qui rend impossible d’accélérer un satellite, sur son orbite circulaire, par la poussée mécanique d’un moteur."
    Si la poussée mécanique ne se limite pas seulement à accélérer la vitesse de rotation mais aussi à corriger le changement de trajectoire induit, cela doit être possible, non ?



  • Alpaco 5 avril 2014 16:26

    Cher Chalot,

    depuis quand les manifestations populaires « changent les politiques » des gouvernements ?
    Ce n’est pas la rue qui gouverne on dit de nombreux élus toujours en place.

    Nous sommes nombreux à constater l’impuissance des élus dans le cadre la Vème république soumise à l’UE.

    Allez donc manifester une journée, cela fera une brève aux infos des 60 % de votants.

    Soyez donc plus investis : proposez grève générale. Illimitée.



  • Alpaco 29 mars 2014 13:37

    Si le plan d’action consiste à faire du pognon sur la notion du « vivre ensemble », sous couvert de technologies dernier cri, rien de nouveau.
    Les politiques nous ont déjà arnaqué avec de tels scénarios.

    Mais il ne s’agit pas de donner du travail aux gens compétents, dont les millions de chômeurs de tout ages et formations. Par exemple : « ...replacer l’humain au centre d’une dynamique collective » n’y fait pas référence, on est d’accord.
     
    Faire payer ceux qui le peuvent encore pour un rêve illusoire de réalisation personnelle qui ne les mène qu’à se fondre dans la crétinisation collective, n’est pas un objectif, c’est une plaie, une sorte de cancer intellectuel.

    Sinon l’article est bien écrit



  • Alpaco 28 mars 2014 21:23

    Un doute sur le fond de cet article, doute assurément lié à sa forme.

    Le mensonge libéral consiste à faire croire qu’il est nécessaire que les riches et les puissants le soient encore plus pour que les pauvres le soient moins. Autrement dit : la démocratie ne se réalise que par le fait que le capital soit le roi-moteur et l’humain l’esclave-passager. Et tant que la « majorité démocratique » dispose d’un siège suffisamment confortable rien ne changera.

    C’est la situation actuelle. Nous sommes dans une démocratie libérale (quasi mondialisée), et remettre en question l’un revient à remettre en question l’autre.

    La science et le travail n’ont jamais rendu les pauvres moins pauvres.



  • Alpaco 20 mars 2014 12:11

    L’histoire de l’œuf et de la poule, on connait la réponse.
    C’est très simple : un jour une sorte de poule, pas vraiment une poule mais presque, a pondu une sorte d’œuf, pas vraiment un œuf mais presque. L’œuf en question ayant éclos, une vraie poule est née qui après à pondu des vrais œufs, car coup de chance, pas loin de là, un vrai coq est né de la même manière.
    Finalement, ils se marièrent et eurent beaucoup de poussins.

    Donc, rassures toi Biduline, au commencement il y avait des sortes de trucs et de machins, pas vraiment comme on les connait maintenant, mais presque, et de fils en aiguilles, on arrive à tous les trucs et les machins actuels.

    Tout est plus clair maintenant, non ?



  • Alpaco 15 mars 2014 22:37

    Sans la base de référence du présent et sa compréhension sur ses principes de bases, il est impossible d’enseigner l’histoire à des ados. On ne comprend l’Histoire que par sa comparaison au présent.
    Donc cher auteur, n’hésitez pas, ce qui est la conclusion malgré vous de votre article, à comparer les anciens régimes aux régimes actuels, ceux « Vu à la télé ».



  • Alpaco 11 mars 2014 17:22

    Cher Fabien,

    une fois encore un temps de retard, hé oui, hé si.
    Et toujours avec l’excellent style qui te caractérise.

    Le stylo est un moyen, utilisé avec les doigts, qui selon les philosophes et autres agrégés de savoir des performances humaines, permet grâce au pousse opposable, de tenir un crayon, un marteau dans une main, un clou dans l’autre : le travail serait né ainsi.
    Des aptitudes de nos mains sous le conseil de notre esprit.

    Un jeune écrivain écrivait des phrases drôlement incroyables mais pas très drôles car elles ne parlaient de rient.

    Moralité : à quoi ça sert de raconter une fable sans morale ?