• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Les commentaires de Analis



  • Analis 7 octobre 13:26

    @njama

    L’enquête libanaise devrait porter une attention particulière sur la taille très exceptionnelle du cratère provoqué à l’épicentre de l’explosion, parce que *** un cratère de 43 mètres de profondeur *** ça questionne !!!

    Le cratère de l’explosion d’AZF Toulouse ne faisait que 5 à 6 mètres de profondeur sur quelques 60 m de long et 40 m de large. Certes le stock de nitrate n’était que de 300 tonnes mais cela donne une idée de l’effet de la déflagration.

    Il y a un autre élément très important à retenir de cela. À Toulouse aussi, un séisme de magnitude 3,3 avait été rapporté. Mais que celui de Beyrouth ait été aussi puissant, alors que les dimensions du cratère d’AZF soient nettement moindres que celui de Beyrouth (diamètre de 140 m et profondeur de 43 m contre 55 et 5,5), est la dernière confirmation que le séisme de Toulouse ne pouvait pas du tout avoir été provoqué par l’explosion du hangar (dont la puissance correspondait à entre 20 et 40 tonnes de TNT, soit entre 40 et 100 tonnes de nitrate d’ammonium, la faible profondeur du cratère indiquant en plus que seule une faible fraction de l’énergie était allée dans le sol, contrairement à Beyrouth). Comme l’indiquait non seulement la magnitude complètement invraisemblable, mais aussi quantité d’autres éléments ; tels le fait que ce séisme ait été senti et détecté avant l’explosion du hangar, que ses caractéristiques soient incompatibles avec celles d’un séisme de surface, que ses signatures indiquent une origine sous la colline de Pech David, où des organismes officiels sont sensés avoir des dépendances (qui semblent s’être étendues beaucoup plus bas en sous-sol qu’il n’était officiellement reconnu).


    Il reste maintenant à savoir pourquoi à Beyrouth la profondeur du cratère est si grande par rapport à sa largeur. L’explosion d’Oppau en Allemagne le 21 septembre (!) 1921 avait laissé un cratère de 108 m de largeur moyenne sur 19,60 m de profondeur environ, par exemple. Les proportions de celui de Beyrouth sont inhabituelles.


    Sinon, non, en aucun cas à Toulouse "tout n’a été entrepris pour favoriser et prioriser la piste criminelle et accuser les musulmans". Bien au contraire, tout a été fait dans les enquêtes officielles pour éloigner de cette piste, et discréditer toute investigation s’éloignant de la stupide théorie de l’incendie industrielle, emplie de débilités pseudo-scientifiques en tout genre. Seuls quelques rares journalistes se sont autorisés à creuser dans la direction de l’attentat islamiste (ce qui leur a valu des ennuis). Mais il est vrai que cette piste ne peut pas tout expliquer ce qui s’est passé le 21-9-2001, qui est beaucoup plus compliqué. L’ensemble des éléments, si embrouillés soient-ils, indiqueraient plutôt une attaque sous faux drapeau, une de plus, mais qui serait plantée et aurait été abandonnée en cours d’exécution.



  • Analis 16 septembre 21:28

    @foufouille

    Évidement que toutes les civilisations étaient esclavagiste avec plus ou moins de droits comme pour les romains avec du vin ou certains arabes qui castraient les mâles.

    « Évidemment que, évidemment que... » Alors, pourquoi vous n’en parlez que dans le cas des noirs ? Encore une fois, ce choix n’a rien d’innocent.

    Par contre, ce qui n’a rien d’évident, c’est le système mis en place par les blancs, qui ont bien été les seuls à établir une organisation de déportation d’esclaves à grande échelle, industrielle même, et où les esclaves n’étaient éligibles que sur la race, les blancs étant eux protégés de toute réduction en esclavage, cet état étant réservé aux non-blancs. Précisons que dans l’Océan Indien, à côté des noirs africains, en vertu de ce principe ont été aussi réduits en esclavage des arabes, indiens et malais, et des amérindiens à diverses époques en Amérique.


    certains peuples n’ont jamais vendus d’esclaves de leur peuple surtout aux blancs.

    et eu une civilisation avancée.

    Peut-être les peuples les moins avancés. Mais je rappèle là encore que ce ne sont pas les « peuples noirs africains » qui ont vendu les leurs, mais des dirigeants mis en place par les blancs, afin de les servir, notamment en esclaves. Ce que les propagandes assénées par les émules de la banalisation, dans un but d’apologie colonialiste/impérialiste (à la suite de Pétré-Grenouilleau), se gardent frauduleusement de rappeler. Dans ce contexte, il est peu utile de remémorer que Danièle Obono est elle-même un produit de la classe supérieure gabonaise et peut-être une descendante de marchands d’esclaves ; ce qui est vrai, mais il faut préciser alors vraiment ce qu’elle est : un produit de la Françafrique, de cet odieux système créé par les français, une membre de ces élites indigènes formées par le colonisateur (pour dire plus court : de ces collaborateurs) et que ses héritiers ont parfois encore le culot de célébrer.

    Et j’attends toujours que vous me citiez la situation où Fillon aurait pu être représenté en esclave sous le fouet d’un maître noir !


    Beaucoup ont dépassé le stade tribal depuis longtemps.

    Je ne comprends pas le pourquoi de la remarque. Si vous voulez faire référence au caractère des civilisations subsahariennes, je vous signale qu’elles avaient dépassé le stade tribal il y a longtemps, avant l’arrivée des Européens. Vous seriez vraiment prisonnier d’une vision raciste des choses.



  • Analis 14 septembre 14:05

    @foufouille
    effectivement, il n’a rien exister d’autres avant la colonisation, esclavage par les noirs compris pour certains.

    Votre phrase est une contradiction en elle-même, vu qu’elle entend confirmer qu’il n’a rien existé d’autre pour ceux-là, dénonciation qui jette une aura de racisme sur ceux qui la font, tout en y ajoutant la seule chose qu’ils reconnaissent (et qui renforce cette aura de racisme). Que vous vous évertuiez à sombrer dans cette confusion ne fait que renforcer le sens de mon accusation, car cela peut difficilement être gratuit. L’insistance à mettre l’accent sur cet aspect mineur des anciennes civilisations négro-africaines n’en est que plus suspect, et indice de ce que vous êtes décidément motivé par banaliser les crimes de votre pays et rien d’autre.

    En fait, si vous êtes logique avec vous-même, et plus généralement si vous êtes honnête, à chaque fois que vous parlez de la civilisation des grecs et romains antiques, n’oubliez surtout pas de ne mentionner que l’esclavage chez eux, et rien d’autre, comme s’il n’y avait en effet rien eu d’autre chez ces peuples.

    Vous semblez aussi mettre en doute que les civilisations susbsahariennes pré-coloniales aient été détruites par les blancs. Il est exact qu’elles ont été complètement subverties par ces derniers, leurs structures économiques et sociales chamboulées et tournées de force vers la traite des esclaves par les blancs, cela-même longtemps avant leur annexion littérale au XIXème siècle. La vérité, c’est que le trafic intra-africain était mineur avant que les royaumes guinéens côtiers ne soient déstabilisés par les européens et aient leurs dirigeants remplacés par des collaborateurs complaisants et disposés à leur vendre des masses d’esclaves.

    Enfin, n’oublions pas que les structures coloniales tant vantées par les héritiers de ces colonialistes racistes, routes et autres, étaient d’abord destinées à l’exploitation sauvage de ces contrées, et ensuite qu’elles ont été bâties à la sueur des travailleurs forcés indigènes, nouveaux esclaves.



  • Analis 10 septembre 16:39

    Je pense que l’auteur se trompe sur la plupart des points.


    D’abord, en soi, non, la représentation de l’esclavage dans le cadre d’une fiction n’a rien de dégradant. Pas plus que celle du meurtre, de la guerre, d’un génocide, du viol (y compris de masse) etc... Il est temps de cesser une certaine pudibonderie qui tend à devenir inquiétante, et qui interdit de représenter toute chose qui serait un peu choquante. Il est utile de choquer le public, de rappeler que nous ne vivons pas dans un monde de bisounours. Toute volonté de le dissimuler procède d’une intention de nature proprement totalitaire.


    J’ai en tête plein d’œuvres de fiction qui non seulement représentent l’esclavage, mais en font même le centre de leur thème. J’espère quand même que Spielberg aurait encore le droit de réaliser Amistad  ! En revanche, je pense bien que le fait de montrer Danièle Obono dans une position d’esclave participe réellement d’un non-dit raciste. Car c’est bien parce qu’elle est noire qu’elle a été choisie pour ce rôle. Et ce ne sont certainement pas les protestations des auteurs, arguant qu’ils "ne font que montrer là une réalité historique", qui me démentiront. Car pourquoi seule elle, de ces figurines politiques contemporaines réelles, a-t’elle fait l’objet d’un tel traitement ? Pourquoi n’avoir pas représenté François Fillon en serf médiéval, ou en esclave athénien ? Parce qu’il y a bien là de la part des auteurs une volonté, non d’ « éduquer le public », mais de banaliser l’esclavage négrier (c’est-à-dire, celui qui visait les noirs parce que noirs). Ces journalistes se croient malins de nous « apprendre » qu’il y a eu des esclaves en Afrique subsaharienne ; mais ils ne font qu’énoncer là une grande banalité , parce que des esclaves, il y en avait dans toutes sociétés traditionnelles. On était là à des lieux d’un système proprement concentrationnaire qui déportait des gens en masse, sélectionnés pour être des serfs juste parce qu’ils étaient de la mauvaise couleur de peau et considérés comme des sous-hommes.


    Additionnellement, il est intéressant de noter qu’ils n’ont rien trouvé de mieux que de décrire Mme Obono comme une esclave. Comme s’il n’y avait pas d’autre rôle qu’on pouvait attribuer à une noire africaine dans une ancienne société subsaharienne. Non, mettre en relief les innombrables aspects de la vie dans les États très élaborés de cette région du globe était vraiment au-dessus de leur force. Il faut vraiment que les Noirs d’Afrique soient des esclaves, ou des esclavagistes, des sauvages, tout le reste n’a jamais existé.


    Cette bande dessinée procédait bien d’un ressentiment aigri de blancs imbus de leur supériorité, qui ne supportent pas qu’on leur remémore que leur civilisation a quand même été très oppressive, et ce à l’échelle du monde entier. Ainsi, dépeindre Fillon en esclave d’un seigneur français ou d’un riche athénien de l’Antiquité n’aurait eu aucune saveur à leurs yeux, car il aurait été montré sous la dépendance d’un maître blanc. En réalité, tout cela nous rappèle même qu’il leur était impossible de faire ce qui aurait été vraiment pertinent, à savoir montrer Fillon en esclave de maîtres noirs. Le gros, très gros hic, en effet, c’est que ça n’existait pas... Eh oui ! En fait, les crypto-racistes/colonialistes de Valeurs actuelles, bien à leur insu, ont fourni une excellente illustration de ce que l’esclavage négrier avait de spécifique ; et par-delà de la même spécificité de la domination blanche de ces derniers siècles.


    En tout ça, oui, cette « démonstration » de ces journalistes qui se croient si malins est le symptôme d’héritiers de colonialistes non repentants, et donc prêts à recommencer exactement comme avant.



  • Analis 19 août 18:21

    @Jonas

    Au total 3150 , versets coraniques , soit la moitié du Coran, qui vouent a l’exaction tous ceux qui sont autres que musulmans.

    Loin de moi l’idée de prendre la défense d’un homme que, s’il vivait de nos jours, je considérerais à l’image d’un Raël, un escroc ou un charlatan illuminé. Mais la situation des premiers musulmans est complètement différente de celle de Jésus et de ses fidèles, qui n’animaient qu’un petit mouvement juif anti-romain et apocalyptique, et qui n’ont jamais eu les moyens de s’opposer par les armes à leurs opposants.

    On ne peut guère savoir ce qui s’est vraiment passé vers 660 dans le Hedjaz en se basant sur ce récit biaisé, partial et hagiographique qu’est le Coran, qui hélas n’en est pas moins le seul témoignage de ces événements qui nous est resté. Mais après tout, vous n’avez aucun scrupule à vous baser dessus pour dresser ce portrait désastreux de Mohammed (son vrai nom). Mais il faut replacer les choses dans le contexte de ce que le Coran nous décrit réellement. Celui d’un prêcheur au départ pacifique, puis sujet à des persécutions quand son culte est devenu trop grand, obligé de s’exiler, et enfin objet d’une tentative d’extermination tant de lui que de son mouvement, après que celui-ci ait encore grossi. Les judéo-chrétiens ses « frères », furieux de voir quelqu’un se proclamer comme leur nouveau prophète et menaçant l’enseignement de leurs diverses églises, et les polythéistes, inquiets de son succès, s’étant pour une fois miraculeusement unis, afin de mettre fin à ce qu’ils percevaient comme une menace pour l’ordre religieux établi, il fut obligé de les combattre afin de repousser leurs assauts. Avec sa vie en jeu, ne l’oublions pas. Ce que le Coran décrit, ce sont les violences qu’il a du commettre pour survivre, et sa brutalisation, ainsi que celle de ses suivants, qui s’en est ensuivie.

    Il n’a sans doute pas manqué en ces régions et à cette époque de prophètes prétendant être les successeurs d’Élie, d’Ézékiel et de Jésus. La plupart d’entre eux ont été supprimés, physiquement et métaphoriquement. Ils sont désormais oubliés de l’histoire. Il aurait du en être de même de Mohammed et de sa secte. Mais contre toute attente, l’hérétique l’a emporté, et son mouvement judéo-chrétien a pu prendre l’ascendant dans la région, puis fort de celui-ci, commencer à s’étendre dans les voisines. Une des conséquences de la guerre que lui et ses suivants ont du livrer est que son mouvement est devenu plus violent, une violence qui a imprégné jusqu’à leurs écrits les plus banals. Mais au sujet des chrétiens et des juifs, ils sont revenus plus tard à des sentiments beaucoup plus apaisés, le respect de leurs cultes étant même devenu une prescription coranique.



  • Analis 8 août 15:55

    @njama

    « Interrogé par un journaliste qui lui demandait s’il était contre une enquête internationale, le chef de l’Etat a répondu « bien sûr », estimant que cela « diluerait la vérité ». Le chef de l’Etat a tenu ces propos au lendemain de l’appel du président français, Emmanuel Macron, lors de sa visite à Beyrouth, à une enquête internationale « transparente ». »

    https://www.24heures.ch/le-president-libanais-rejette-une-enquete-internationale-265449643538

    Les propos de Macron étaient insultants, si le Liban a besoin d’aide pour l’enquête c’est à lui de la demander. Charbonnier est maître chez lui.

    La proposition de Macron était en effet insultante et néo-coloniale, surtout quand on se souvient que la France a un très lourd passé de graves fraudes étatiques en matière d’enquêtes truquées sur des explosions de nitrate d’ammonium, avec AZF, travail de faussaire digne des IgNobels (les anti-prix Nobel). Mais il faut aussi voir la chose de l’autre versant : la France essaie là d’exporter son « expertise » en matière d’enquêtes frauduleuses. Ce qui laisse supposer qu’il y a vraiment des choses de grave à cacher au sujet de ces explosion. Je ne suis pas partisan dans l’histoire de « l’arme nouvelle » avancée par Meyssan, dont la nature demeure d’ailleurs obscure. Mais il y a de nombreuses façons de faire exploser un tas de nitrate, laissé imprudemment en l’état. Israël, les USA ou la France sont des suspects parmi d’autres, qui essaient de prolonger et même d’aggraver l’état du Liban (on notera que certains appelent à un nouveau « mandat » français au Liban ; la proposition de Macron n’était peut-être qu’un coup d’essai).

    On notera que les experts étrangers ne notent même pas l’explosion d’AZF dans la liste des catastrophes accidentelles industrielles au nitrate d’ammonium majeures. Comme le montre le texte même de cet article*. Pour la simple raison qu’ils savent très bien que l’ « explication » officielle est bidon.

    * «  Le nitrate d’ammonium mal stocké est connu pour les explosions, par exemple à Oppau, en Allemagne ; à Galveston Bay, au Texas ; et plus récemment à West à Waco, au Texas ; et à Tianjin en Chine », a déclaré Andrea Sella, professeur de chimie inorganique à l’University College Londres, au Science Media Center [sans parler de l’usine AZF à Toulouse].



  • Analis 8 août 14:44

    @JMBerniolles

    La catastrophe d’AZF a en effet donné lieu à une des plus grandes fraudes judiciaires de l’histoire française (et même du monde). Les enquêteurs frauduleux ont tout fait pour travestir les faits, allant jusqu’à intimider les témoins, et donner des interprétations pseudo-scientifiques, qui auraient du leur valoir les IgNobel (les anti-prix Nobel). Il y avait eu plusieurs explosions avant la principale (sans qu’il soit possible pour autant aux enquêteurs sérieux d’établir un lien de cause à effet), divers phénomènes concomitants (dont un séisme inexpliqué), de nombreux agissements étranges, qui tous mènent à suspecter une piste d’attentat, ou d’un scénario plus complexe (une répétition du 11-9 ayant été ratée et mené à abandonner le projet en cours).

    On notera que l’explosion d’AZF n’est à juste titre pas citée par les experts étrangers quand ils citent des désastres industriels ayant impliqué du nitrate d’ammonium, ce qui montre qu’ils savent parfaitement que la version officielle française est bidon. Alors, on ne peut que s’esclaffer de voir Macron proposer la création d’une commission d’enquête internationale pour la catastrophe de Beyrouth. La France ayant manifestement ses talents de falsificatrice à proposer. Nullement dupe, le président Aoun a d’ailleurs réagi en disant que cette commission risquait de mener à la dilution de la vérité. Il est déterminé à ne pas laisser de côté la possibilité d’un acte criminel impliquant une bombe ou un missile, donc un pays étranger. Il est certain que quoi qu’on en dise, Israël avait un intérêt potentiel, à enfoncer un peu plus le Liban dans la crise. Ainsi que les USA, ou la France, qui se prend à rêver d’un nouveau mandat sur le Liban, comme certains esprits peu intelligents l’ont proposé (alors qu’elle a un grand rôle dans la situation actuelle).



  • Analis 7 août 10:44

    @Jonas

    Comme nazis ou méthodes nazies , on ne fait pas mieux que ce que fait votre coreligionnaire Bachar al-Assad en Syrie. Ni ce que fait le pays du prophète avec des bombardements contre une des populations les plus pauvres du monde a savoir celle du Yemen.


    Toujours en train de donner dans votre minable révisionnisme, ou plutôt négationnisme, comme un disque rayé, ressortant les mêmes mensonges réfutés mille fois ; à l’image certes de vos maîtres haut-placés. Les vrais nazis de Syrie sont vos amis que vous soutenez, qui accusent mensongèrement Assad de leurs propres crimes contre la population, amis qui incluent Israël. Et qui persistent en lançant une campagne d’occupation sauvage et de répression sanguinaire contre l’Est syrien. En ce moment, comme par hasard, on assiste à une résurgence « inexplicable » de Daech, mais qui en fait s’explique facilement par le rôle des occidentaux qui ont simplement à nouveau besoin d’elle et ressortent les militants qu’ils ont entraîne dans le camp terroriste d’Al Tanf. Et tiens, Israël, impliqué dans l’agression contre la Syrie, se retrouve aussi à soutenir le « pays du prophète » et le gouvernement yéménite dans leurs crimes de guerre (eux bien réels) contre le peuple yéménite. En fait, Israël, comme les USA (ou la Grande-Bretagne, la France etc...), se retrouve toujours du mauvais côté, qu’il s’agisse d’une agression contre un gouvernement légitime (Syrie) et sa population ou du soutien à un État barbare contre une rébellion (Yémen).

    Et quand vous ressortez vos inepties au sujet de « l’État palestinien qui n’a jamais existé », vous montrez que vous êtes toujours autant à côté de la plaque, car cet élément est sans la moindre importance face au fait que les palestiniens ont été volés de leur terre natale (et qu’il est d’une indécence grotesque de leur imposer d’avoir du vouloir un tel État). Le fait que vous recouriez systématiquement à ce non-argument hors de propos montre que vous êtes parfaitement conscient qu’il n’y a aucun argument valable en faveur de l’installation d’Israël aux dépens des indigènes.



  • Analis 6 août 18:49

    @popov

    Si c’est du nitrate d’ammonium, pourquoi l’article parle-t-il de nitrate de sodium ?

    Je ne savais pas que le nitrate de sodium pouvait exploser.

    Le nitrate d’ammonium, par contre, est bien connu pour son instabilité. Mais quand il est destiné à un usage agricole, il est généralement mélangé avec des charges inertes qui le rendent moins explosif.

    Stocker des quantités industrielles de nitrate d’ammonium pur, et à proximité d’un dépôt de feux d’artifices, c’est de la démence.

    Attention, au contraire, le nitrate d’ammonium est connu pour sa stabilité, c’est pourquoi on peut l’entreposer sans risques. Il faut en effet une grande quantité d’énergie pour amorcer sa détonation, et que cela se produise en milieu confiné. C’est pourquoi, par exemple, l’explication officielle de l’explosion d’AZF est une fumisterie complète, le produit d’une structure étatique ultra-corrompue (et j’ajouterai qu’elle est d’une bêtise pseudo-scientifique sans nom).

    Par contre, s’il est naturellement stable, on peut provoquer son explosion, comme je l’ai exposé. Ce n’est pas sans raison qu’il est employé pour la confection d’explosifs. Quand je dis "sans risques", cela sous-entend évidemment sans risques d’explosion spontanée. En cas d’attentat (nécessitant cependant une préparation appropriée, notamment un explosif enterré dans le NA – une grenade ou une bombe en surface ne le fait pas exploser-, voire l’emploi d’hydrocarbures mélangés avec le NA afin d’en accroître le caractère explosif – moins nécessaire car le NA pur est déjà potentiellement explosif) ou d’incendie, il peut devenir très dangereux, comme on le voit là à Beyrouth. Il est certain qu’il n’aurait pas du être laissé entassé ainsi si longtemps, c’était une provocation à l’attentat pour des esprits malveillants ou à l’accident pour le hasard.

    Pour savoir ce qui a pu se produire, avant d’explorer l’angle malveillant, il est possible qu’une explosion ou série d’explosions dans un entrepôt voisin, soit-disant de feux d’artifices, ait pu provoquer un incendie voire projeter des morceaux brûlants au cœur du stock. Certaines vidéos pourraient aller dans cette direction, montrant un incendie et une série de « soubresauts » dans l’entrepôt après cette « première explosion » (qui me semble ne pas être la première). Maintenant, il faut attendre d’avoir d’autres éléments pour se faire une idée. Les conditions, notamment les explosions dans l’entrepôt voisin, ont pu être le résultat d’un attentat.



  • Analis 2 juillet 15:18

    @Ouam

    Oui, d’une certaine façon, SuperCochon ment (ou présente les faits de façon tendancieuse).

    D’abord, parce que ceux qui veulent mettre à bas les statues de "notre belle civilisation« ne sont pas ces »arabo-musulmans".

    Les chiffres de 17 millions sont trop élevés, la vérité est plus proche de la moitié, et il faut le rapporter aux plus de 1400 ans en question. Les arabo-musulmans n’ont pas fait de "traite des noirs", parce qu’ils prenaient en fait des esclaves dans tous les pays non-musulmans à leur disposition, et ont d’ailleurs longtemps préféré se servir plus au nord et à l’est, plus abordables, et ils n’en font pas plus de nos jours, continuant de prendre les esclaves qui leur tombent sous la main. L’ironie est que les traites africaines arabes se sont surtout développées sur les circuits mis en place par les européens afin de compenser la perte de leur clientèle. Il ne faut pas oublier de plus que les européens et leurs descendants colons ont utilisé de nombreux autres esclaves que les noirs africains.

    Je suis d’ailleurs surpris que vous ne dénonciez pas les rafles de blancs européens par les nord-africains musulmans (voir par exemple le sac de Baltimore en Irlande, dont environ 300 habitants furent capturés et réduits en esclavage). Ce qui était en effet une très vilaine chose, mais il faut se rappeler que les européens faisaient de même avec les Barbaresques (dont certains ont sans doute été envoyés dans les colonies américaines). Il est certain que les auteurs arabo-musulmans de toutes ces conquêtes et asservissements ne devraient pas se voir attribuer de statues (de toute façon ce n’est pas une tradition des pays arabes et musulmans, où on demeure très iconoclaste, au sens originel du terme), et que s’il y en avait malgré tout elles devraient être déboulonnées, et les rues portant leur nom (déjà plus vraisemblable) débaptisées. Il y a d’ailleurs tout un travail de remise en cause de dirigeants indiens musulmans des premiers siècles, qui ont en effet commis de grandes atrocités, mais se voyaient et se voient encore souvent décrits comme de grands dirigeants historiques nationaux. Il est certain aussi que certains dirigeants d’Afrique Noire qui ont bénéficié du juteux commerce des esclaves avec les occidentaux devraient voir leurs noms retirés des places publiques.

    Sinon, la Syrie a été détruite par une agression occidentale. Un méfait du néo-colonialisme qui continue d’infester les esprits, y compris ceux des toujours colonisés au cerveau lessivé par la propagande occidentale, ces élites collaboratrices créées par ce colonisateur, et qui donnent des personnes immondes, genre N’Diaye, Bongo, Biya...



  • Analis 23 juin 21:25

    @Jonas

    Floyd résiste 10 bonnes minutes aux policiers, il refuse de rentrer dans le véhicule de police.
    Il a dû réussir à s’extraire violemment de la voiture, et ensuite, les choses ont dû mal tourner pour lui, car malheureusement, il est tombé sur un flic véreux.

    Mais, le motif raciste du meurtre, vu les vidéos, est difficile à prouver.


    Désolé, Jonas, mais même si c’est vrai, cela ne justifie ni n’excuse en rien le meurtre commis sur lui. Vous être de la même veine que ces beaufs sécuritaires qui trouvaient normal que des policiers fascisants avaient tabassé jusqu’à plus soif Rodney King en 1992, juste parce qu’il leur avait parlé un peu fort. En fait, maintenant, le masque est tombé : vous êtes un facho adepte de l’ultra-violence policière (enfin, uniquement en occident, car les policiers non-européens n’ont pour vous pas le droit de résister, même quand eux sont vraiment en grand danger).



  • Analis 23 juin 21:10

    @Jonas

    Décidémment, Jonas, vous êtes vraiment une caricature de négationniste et de falsificateur. La population malgache sous Galliéni s’est effondrée, comme à la même époque partout en Afrique colonisée, grâce aux émules de ce « grand général ». Même chose pour son niveau de vie. En fait d’abolition de l’esclavage (une institution qui n’était aucunement comparable à l’esclavage transatalantique), il a instauré le travail forcé régulier et les déportations de masse, les seuls bâtiments qu’il a fait construire étaient au service des colons blancs, et ah oui, c’est vrai, de leurs affidés collaborateurs, car il y a toujours des lèche-bottes privilégiés qui veulent profiter du système exploiteur. De toute façon, comme vos commentaires suivants le montrent, vous êtres un raciste qui pense qu’il n’y a pas de civilisation en dehors des blancs. Les peuples non-blancs avaient de vieilles civilisations, ils n’avaient pas besoin que des blancs prétentieux viennent les massacrer et les exploiter.



  • Analis 23 juin 16:28

    @Pierre-Gilles Bellin

    Pour ce que j’ai cru en comprendre, il y a des divisions sur l’approche et une incompréhension presque ontologique, notamment chez certains militaires : on a l’impression qu’à l’approche d’un conflit les Etats-majors, notamment français, nous rejouent toujours 1870 ou 1939. Parce que c’est bien de cette question dont il s’agissait quand je « travaillais » avec eux, de manière occasionnelle, en plus de la volonté de chiper de la technologie.


    Loin de moi l’idée de défendre des gens odieux aux motivations malfaisantes, mais à la décharge des états-majors (politico-administratifs et militaires), je dirai ceci : ils ne savent pas comment s’y prendre, en dehors de l’idée d’essayer de récupérer des technologies hyper-avancées (ou du moins de s’en inspirer, car la copie directe d’une technique trop supérieure est de toute façon virtuellement impossible). C’est à dire en fait qu’ils ne savent pas s’y prendre pour gérer une présence complètement étrangère à l’humanité. Mais bon, personne ne sait comment s’y prendre, et en gérer les conséquences. On ne sait déjà pas bien comment gérer correctement les relations entre groupes humains, alors, la présence d’une intelligence non-humaine et supérieure... Les conséquences en seraient énormes du point de vue social, politique, religieux, philosophique etc... Et on sait que les humains sont très bons pour se comporter d’une façon déraisonnable. Si les grandes élites de pouvoir sont guidées par de mauvaises considérations égoïstes de maintien de leur pouvoir, il reste que l’humanité n’est absolument pas prête à accepter une réalité non-humaine concrète à côté d’elle.



  • Analis 23 juin 15:43

    @tobor

    C’est précisément ce que j’avançais : Les individus ont du mal à envisager des projets plus étendus que sur la durée d’une vie humaine, pas les groupes occultes qui fonctionnent par filiation pour suivre des protocoles sur le long terme. C’est aussi ça Le lièvre et la tortue.

    Savez-vous ce qu’est l’ingénierie sociale ? Ce n’est pas une succession d’idées singulières et ponctuelles pour arranger les bidons du moment mais bien un travail en profondeur qui prépare la masse à l’acceptation de la suite.


    Il y a des limites à ce qu’on peut accepter de ce côté-là. Le système de contrôle dirigé par les gouvernants humains est une réalité, mais il a lui aussi des limites. Le 11-9, ce n’était pas si bien préparé que ça, ils ont certes cru qu’après avoir consciencieusement promu l’idée de terrorisme international durant plusieurs années, cela suffirait, mais maintenant ils se sont enlisés, et le monde n’est pas plus à leur botte qu’avant, en fait il l’est moins. Quant au nazisme et au communisme, ce ne sont pas les « Illuminatti » qui les ont créés, même s’ils ont pu parfois croire malin de les utiliser (et le président Roosevelt a réussi à entraîner les USA dans la guerre contre Hitler contre l’avis d’une grande partie des milieux politiques et d’affaire, comme quoi ils ne contrôlent pas tout). Enfin, les extraterrestres, cela ne peut pas se contrôler comme on le fait du terrorisme ou même d’une religion en place.

    Et vous oubliez que de toute façon, ni les Chinois, ni les Russes, ni les Indiens ne sont prêts à accepter une telle manipulation, et sans eux rien n’est possible. Et leur soumission n’est pas envisageable dans un avenir proche.



  • Analis 22 juin 13:54

    @vachefolle

    N’oublions pas que les US sont des champions toute catégorie de la manipulation.

    Or en matière d’OVNI il y en a des kilos de manipulation.

    L’Armée a toujours eu intérêt a faire passer des messages « sous le radar » de présence d’Ovni, afin de justifier tous les budgets et programmes secrets.

    Ce fut clairement le cas de Roswell ou l’objectif était de faire croire aux Russes que les US avaient récupéré de la techno ET, dans la guerre froide.

    Au vu de ce que l’on sait, l’ « Armée » de tout pays a toujours essayé de jouer la dissimulation et il n’y a jamais rien eu de sérieux en matière de justification de programmes d’armement par une menace E.T.. Les ouvrages de Nicholas Redfern (Body snatchers in the desert) et de Mark Pilkington (Mirage Men, où il recycle les racontards qu’une poignée de désinformateurs de l’AFOSI lui ont sortis) n’ont rien donné de probant. Ils ont par contre souvent laissé entendre qu’ils étaient plus ou moins derrière les manifestations d’OVNIs, outre l’ouvrage que je viens de mentionner on se souvient de la CIA qui avait fait passer par un des ses historiens l’affirmation extravagante qu’elle était derrière 50 % des observations suivant le lancement des avions U2 et Blackbirds, la vérité n’étant même pas le centième de cela. Histoire de laisser croire qu’il n’y avait rien d’ « étranger » et qu’ils ne contrôlent pas derrière tout cela.

    S’agissant de Roswell, il vaut mieux ne pas se plonger dans cette affaire compliquée au possible, qui a mené beaucoup d’ufologues à perdre un temps monstrueux, sans déboucher sur rien de certain. Je dirai juste qu’il n’y a là encore rien qui suggère que les services secrets US aient monté ces affaires de crashes et récupérations de soucoupe volante pour mener les Soviétiques sur de fausses pistes. L’idée est en soi peu plausible, tout ce que cela peut m’évoquer, c’est l’image d’un responsable du KGB ou du GRU s’esclaffant de rire en entendant une telle histoire. En fait, il prenne la chose au sérieux impliquait que lui, ses services et ses collègues militaires avaient de très bonnes raisons de penser que les soucoupes volantes existaient, ce qui impliquait par ricochet qu’il avait de très bonnes raisons de penser que les états-uniens croyaient eux aussi qu’elles existaient, et avaient donc les mêmes raisons de croire que le camp de face était dans la même situation de le croire. Autrement dit, qu’elles existaient, selon toute vraisemblance.


    Merci de ne pas répondre que les voies des ET sont impénétrables.... Ce ne sont que des espèces vivantes comme nous avec quelques millénaires d’avance.

    Alors, désolé, mais je me vais me montrer très impoli ! En fait, un corolaire du contact avec une entité supérieurement intelligente est que nous ne pourrions jamais comprendre toutes ses motivations, de même qu’un chien ou une vache ne pourront jamais nous comprendre autrement que de façon superficielle. Il est vrai que nombre de religieux ont utilisé un tel argument durant des millénaires pour éviter qu’on ne questionne leurs dogmes, mais sur le fond, il relève de la logique même quand on est confronté au surhumain.

    En fait, vous vous retrouvez dans la position en miroir de ces ufologues « tôles-et-boulons » qui interprétaient tout au premier degré, pensaient que tout devait être très rationnel, et étaient souvent d’avis qu’un contact était pour bientôt. Comme celui-ci ne venait pas, certains ont arrêté et d’autres se sont enfoncés dans une vision de plus en plus rétrécie de leur champ d’études, pourtant si vaste, tandis que le public perdait tout intérêt pour ces affaires.


    Donc quand on me donnera une raison rationnelle pour laquelle un drone ET qui aurait traversé la moitié de la galaxie viendrait survoler le pacifique pendant 2 minutes avant de partir, je commencerai a me poser des questions

    On ne peut pas vous donner de réponse, et on n’est d’ailleurs pas requis de le faire, vue l’impossibilité de la tâche demandée. Donc, vous continuerez à ne pas vous poser de questions. Mais vous n’êtes pas non plus requis de le faire. Dans ce domaine, je pense qu’il faut se résoudre à admettre qu’on n’aura pas les réponses définitives à nos questions. Pour les autres, rien ne les oblige à s’y intéresser.



  • Analis 22 juin 12:00

    @Eric F

    Tout type d’argument est recevable, y compris ceux de l’élémentaire rationalité,

    Le point de consensus est qu’il faut une technologie considérablement supérieure à la nôtre pour envoyer des engins depuis des distances sidérales. Tout ça pour se limiter à d’épisodiques et subreptices cas de ce que vous désignez à juste titre d« apparent jeu du chat et de la souris » sans action ni contact n’est certes pas *définitivement impossible* mais pour le moins *extrêmement improbable*. Observer et attendre se baserait sur des moyens furtifs.

    Ça, ce n’est que vous qui le dîtes. Mais déjà, ce jeu du chat et de la souris représente une forme d’action et de contact, car comme ils seraient en effet furtifs (l’insaisissabilité dont ils font preuve en est la meilleure preuve), c’est qu’il s’agit d’un choix. Sans doute pas la forme que vous aimeriez, ou qu’aimeraient les doctes grands esprits des intellectuels et décideurs pétris d’humanisme pédant qui aiment faire la pluie et le beau temps et dire aux gens ce qu’ils pensent, et qui s’offusquent de voir ces supposés engins traverser nos cieux sans même demander leur autorisation (ce qui explique déjà, avant toute autre considération, pourquoi ils gardent le silence à ce sujet et essaient d’interdire à d’autres de se pencher dessus). Mais des E.T.s n’ont pas à se plier à ce genre de considérations. Et comme je l’ai dit, la rationalité que vous mentionnez n’est que ce qui paraît rationnel à ce cadre de pensée, et encore dans sa version étriquée. De façon encore plus grave à leurs yeux, il y a des possibilité telles que cette planète ne soit qu’un terrain d’expériences, ou même un parc d’attraction (Jacques Vallée parle lui d’un système de contrôle, pouvant jouer sur les croyances et les façonner jusqu’à un certain point, ce qui est compatible avec ces deux options et d’autres), ce qui est absolument répugnant à ces esprits si raffinés (et il faut le dire, aussi au commun des mortels). Mais la réalité n’a pas à leur plaire, encore une fois. En fait, la probabilité qu’une intelligence supérieure nous considère comme tel, comme nous considérons nos animaux d’élevage ou de travail, est finalement assez élevée.

    On ignore d’ailleurs complètement ce que pourrait faire du point de vue technologique une civilisation beaucoup, beaucoup plus avancée que la nôtre. Peut-être n’est-ce pas si difficile que cela pour elle de venir régulièrement sur Terre. Je ne veux pas entrer là sur les considérations au sujet des trous de ver, du déplacement par distorsion de l’espace-temps (warp drive en anglais), de la téléportation, des autres dimensions où les lois de la nature peuvent être différentes, toutes choses qui nous sont complètement inaccessibles actuellement, et sans doute encore pour très longtemps, mais il faut se rappeler l’adage d’Arthur Charles Clarke : toute technologie suffisamment avancée serait pour nous indistinguable de la magie. Et franchement, dans l’univers, il doit très probablement exister plein de choses qui relèvent de la magie à nos yeux.



  • Analis 21 juin 20:15

    @Pierre-Gilles Bellin

    Votre analyse est extrêmement pertinente, mais je pense personnellement à un renversement de l’attitude des élites, notamment via Alain Juillet, cet ex-directeur de la DGSE, qui doit reconnaître que ces engins ne peuvent avoir été fabriqués par nos pays. Pour autant, le mot « extraterrestre » est surtout approprié pour un titre, mais en l’occurrence cela est singulièrement plus alambiqué.

    Je vous mets un lien : https://blogs.mediapart.fr/pierre-gilles-bellin/blog/260320/ovnis-papers-n-2-espions-telepathes-et-ovnis-la-dangereuse-trilogie

    J’ai participé comme source à cette aventure de 2913 à 2015, sur le terrain, où nous avions des phénomènes répétés de telles « émergences » (et avons toujours). Mais la vérité est têtue. Vous pouvez vous asseoir dessus, je pense que les Américains ont du être obligés de prendre la vérité en marche, mais la manière de raisonner des services secrets est totalement alambiquée


    Là, je ne peux pas du tout être d’accord avec vous. Les états-majors n’ont pas pu essayer de prendre la vérité en marche, pour une raison très simple : la vérité n’était pas du tout en marche. Il faut voir les choses en face : la question des OVNIs régressait, ou au mieux patinait en quelques lieux plus réceptifs. Le sujet ne faisait plus la une, il était même devenu encore plus pestiféré et sujet au ridicule que que jamais. Les intellectuels, penseurs, journalistes, scientifiques et hommes d’influence en tous genres le méprisaient ou l’évitaient de peur de l’ostracisme. Et cela ne change guère, il suffit de voir les réactions de la presse ou des négateurs de toutes obédiences qui essaient d’éviter d’en parler à tout prix, ou de trouver des explications les plus alambiquées possibles, jusqu’au ridicule. Vous avez en tant qu’ufologue (je suppose que le mot s’applique) pu avoir l’impression que les choses bougeaient autour de vous, mais au niveau du public, le sujet était mort. Il y avait bien eu les tentatives de quelques sénateurs aux USA, comme Harry Reid, d’intéresser ses collègues, mais cela n’était pas allé bien loin. Rien qui puisse justifier de changer d’attitude chez les gardiens du secret. On remarquera dans le lien que j’ai donné que Luis Elizondo reconnaît que beaucoup de gens puissants au pentagone continuent de s’opposer à toute révélation de secret en la matière (même s’il essaie de noyer le poisson au sujet de la question de l’irrégularité de la déclassification des vidéos ; je ne pense quand même pas qu’il y ait un risque juridique, car ils ne vont pas aller jusqu’à mettre en prison les pilotes !).

    Sinon, je ne pense pas que ces phénomènes soient inoffensifs (même si pas particulièrement agressifs, mais il y a quand même des cas où ils ont mis des gens en danger, voire plus), et pas non plus qu’il y ait divers « pilotes » qui les conduisent. De toute façon, pour moi, les approches « tôles-et-boulons » sont vouées à l’échec. Pour cette raison, ne vous en faîtes pas, je ne risque de trouver trop ésotérique vos propos. En tant que personne qui s’intéresse aux théories de Jean Sider, Salvatore Freixeido, Paul Kimball ou John Keel, il n’y a aucun danger de ce côté ! En attendant, je vais lire votre lien.



  • Analis 21 juin 19:44

    @tobor

    Ils auraient planifié tout ça depuis 70 ans ??? Diantre ! Vous allez trop loin. Ils sont capables de commettre des crimes de masse, planifiés quelques années à l’avance, dans le but de changer certes la politique mondiale pour quelques décennies, mais ils ne sont pas si adroits. Ils ont fait le 11-9, ils ont ravagé quelques pays d’Afrique et du Proche-Orient, semé le chaos en Ukraine, mais 11-9 et tout ce qui suit ou pas, ils ont échoué à entraver l’ascencion de la Chine et à empêcher le déclin relatif de l’Occident. Tout ce qu’ils ont réussi, c’est à jeter la Russie dans les bras de la Chine, et mis à mal les liens entre Europe et USA.


    Tout ce qu’on peut documenter du point de vue historique, c’est effectivement une volonté de dissimulation et d’entrave à l’intérêt du public envers ces phénomènes, de la part tant des USA que de tous les autres gouvernements. Une théorie telle que celle-ci, je ne peux tout simplement pas y croire. Avec les OVNIs ou les extra-terrestres, il leur est arrivé de procéder à quelques manipulations de faible envergure, liées à des sectes. Ummo, probablement, il y a dans le domaine du New Age l’affaire de la société des Neuf, qui pourrait être due à une action de la CIA ; il y a eu aussi l’Ordre du Temple Solaire, semble-’il lié aux réseaux de l’arrière de l’OTAN (stay-behind, responsable de plusieurs attentats en Italie et ailleurs), dont les responsables procédaient à des « blue beams » en miniature à leurs membres afin de leur faire croire à un contact extra-terrestre. On pourrait aussi citer l’enlèvement de Frank Fontaine à Cergy-Pontoise en 1979, qui pourrait être due à une manipulation d’un service secret français afin de créer un mouvement religieux. Mais tout ceci est à la marge, encore une fois. Vis-à-vis du grand public, leur attitude a toujours été d’obfuscation, avec constance et même obstination. La commission Condon ou Blue Book, ce n’était pas pour faire joli. Et les seules choses de secrètes qu’on a pu entrevoir vont dans le même sens.


    De plus, je pense que vous sur-estimez les technologies disponibles. Les projections dont vous parlez, cela peut se faire sur des nuages (était-ce le cas des boules dont vous parlez ?). Sinon, il faudrait recourir à des hologrammes, dont les possibilités restent embryonnaires. Les plasmas confinés, cela reste aussi de la science-fiction (voyez les échecs renouvellés de Iter, je ne crois pas qu’ils simulent de ce côté-là).



  • Analis 19 juin 22:28

    @Eric F

    Si des extraterrestres ont de telles technologies pour maitriser l’espace-temps et venir jusqu’ici depuis les confins de l’univers, ils auraient rendu leurs engins furtifs.

    Et s’ils ne voulaient pas être furtifs, ils prendraient contact.


    Le gros problème, c’est qu’on ne doit pas faire d’affirmations lapidaires de ce genre dans une discussion de ce genre. Plein de posteurs ici en font en croyant terminer ainsi le débat, on peut dire que c’est un fléau dans ce domaine, mais elles doivent être écartées à tout prix.

    Toutes les considérations du genre "des extra-terrestres n’agiraient pas comme cela, ils entreraient déjà en contact avec nous etc..." sont vides et creuses. De toute façon s’ils sont là, ils sont là, et aucune réflexion à ,l’aspect rationnel n’y changera rien. Et il convient de préciser « à l’aspect rationnel », car la rationalité en question n’est que ce que l’auteur de la réflexion considère comme rationnel. Et on ne peut absolument pas extrapoler ce que serait le comportement d’une intelligence différente et/ou supérieure. Après tout, même quand on regarde le comportement de nos semblables, leurs actes nous échappent souvent. Alors, avec des extra-terrestres, issus d’une évolution différente, et susceptible en outre de posséder un super-esprit plus vieux de millions voire de dizaines ou de centaines de millions d’années, il est vain d’essayer de prévoir leurs intentions. Leur apparent jeu du chat et de la souris ou d’ombres chinoises peut être le résultat d’émotions que nous ne comprenons pas, il peut même être une forme de manipulation, d’amusement de leur part, ou même d’art (ces hypothèses rejoignent ce que Jacques Vallée appèle le système de contrôle, ou Charles Fort et John Keel le farceur cosmique).

    Ensuite, un contact direct ne pourrait pas être une bonne chose. Car entre des intelligences de niveau très différent, le seul rapport possible est celui de la domestication. On sait ce que des contacts précipités entre des civilisations humaines de niveaux différents ont amené, de pures catastrophes pour la moins avancée. Et avec une intelligence non-humaine, différente et sans doute incompréhensible à bien des égards, la situation serait bien pire. Peut-être que les extra-terrestres attendent simplement l’espèce humaine suivante, ou encore celle qui lui succédera, ou encore après.



  • Analis 19 juin 16:03

    @arthes

    « Dans le fond, il y a des gens qui croient voir ce qui n’existe pas, et qui ne voient pas ce qui existe. »


    J’aimerais savoir quelle est exactement la signification et /où le contexte de cette phrase. Car si elle veut dire que certains préfèrent croire aux extra-terrestres (ou quoi qu’ils soient), qui seraient inexistants dans son opinion, on peut très bien la retourner la phrase à son autrice, et que c’est elle qui est incapable de voir l’évidence de leur présence, peut-être par refus psychologique. Après tout, vue l’accumulation d’éléments en faveur de leur présence (et je laisse là de côté les films qui ont incité à écrire cet article), c’est une façon parfaitement rationnelle de considérer les choses.

    Ceux (celles) qui rejettent tous les phénomènes qui les dérangent agissent le plus souvent par crainte de ce qui remettrait justement en cause leur vision du monde toute tranquille.