• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Les commentaires de bob de lyon



  • bob de lyon 25 juin 2019 10:17

    AON Plc est une multinationale britannique dont le domaine d’activités concerne, entre autres, la gestion des risques de courtage d’assurance et de réassurance.

    Le rapport 2017, à l’échelle mondiale, de ce réassureur sur les catastrophes naturelles, dont celles liées au changement climatique, telle que l’augmentation des incendies de 1980 à 2017 en Europe, constate une ligne stable depuis 1980.

    Où est la vérité ?

    (http://thoughtleadership.aonbenfield.com/Documents/20180124-ab-ifannual-reportweather-climate-2017.pdf



  • bob de lyon 25 juin 2019 08:17

    @William

    Exact, mais je m’en tenais globalement à l’international et ce qui est devenu la norme grâce à Reagan et Thatcher.



  • bob de lyon 24 juin 2019 15:50

    @Séraphin Lampion

    Une monnaie souveraine ne serait-ce pas plutôt une monnaie régalienne créée par un État.

    Depuis 1970, les banques centrales n’ont plus le droit de prêter à l’État ; celui-ci pour ses besoins doit emprunter comme tout le monde auprès des banques privées, et depuis les années 1980 ce sont les banques privées qui battent la monnaie pour répondre à la demande.

    Donc M. Zuckerberg peut toujours faire un bras d’honneur par la portière à M. Le Maire…



  • bob de lyon 24 juin 2019 12:16

    C’est quoi une monnaie souveraine ?



  • bob de lyon 14 juin 2019 08:47

    @ddacoudre

    La Révolution, c’est ce que souhaitait le Parti communiste au sortir de la guerre de 14… Une dynamique créée par les événements russes et le mouvement spartakiste allemand.

    Certains, au parti, refusaient la révolution et préféraient changer la politique grâce à la démocratie et à la bataille des idées.

    Congrès de Tours, donc scission.

    Certains sont restés fidèles à leurs idées, d’autres sont entrés dans le schéma de la complicité.

    À la même époque, Walter Lippman élaborait ses principes d’une économie libérale et d’une démocratie gérée par les élites.

    Nous y sommes.



  • bob de lyon 13 juin 2019 15:04

    @OMAR

    Pendant la période McCarthy, Wayne désirait que tous les scénariste, écrivains et acteurs plus ou moins crypto communistes soient balayés de l’industrie du cinéma et emprisonnés sauf que, pour la plupart, ils avaient participé comme militaires ou couverts comme correspondants de guerre les conflits en Europe ou dans le Pacifique. Ce qui lui valut une question : « Et vous, où étiez-vous pendant cette période ? ».

    Mais, néanmoins, quand je regarde L’homme tranquille, Rio Bravo, La Chevauchée fantastique, La Charge héroïque, ou L’Homme qui tua Liberty Valence j’y prends plaisir.

    Je n’ai aucuns scrupules.



  • bob de lyon 13 juin 2019 14:51

    @JBL1960

    Bien vu.



  • bob de lyon 13 juin 2019 14:43

    @OMAR

    Bonjour Omar, ce que je n’ai pas compris dans votre phrase c’est : « pays d’Afrique majoritairement chrétiens ».

    Tous les pays que vous citez sont des pays où la religion dominante est l’Islam apportée par les Arabes depuis le XIe siècle avec une sous couche - une strate culturelle propre à l’Afrique noire, notamment au Sénégal, et toujours prégnante - l’animisme.

    Les colons, arrivés au XVIIe (pour le Sénégal) et au XIXe étaient chrétiens (catholiques ou protestants) et leurs accompagnateurs missionnaires ou évangélistes s’essayèrent à convertir la plus grande partie de la population mais, malgré leurs efforts, leur dévouement et leur persévérance actives le résultat fut maigre ; le contingent de chrétiens autochtones resta très minoritaire. Aujourd’hui, plus de 90 % de la population sénégalaise est musulmane.

    Changer les comportements ce n’est pas changer les mentalités et encore moins transformer une croyance bien chevillée .

    Pour moi, une terre chrétienne c’est, par exemple, l’Espagne, l’Italie, les pays d’Amérique du Sud, l’Autriche, la Hongrie, la Pologne, ces pays anglo-saxons où il existe encore des têtes couronnées (voire la France* jusqu’au début du XXe), donc des pays où la religion dicte encore, plus ou moins, le droit et la morale.

     

    * la France terre chrétienne elle la fut, même un peu trop en certaines périodes avec ses rois absolus déclarés par eux-mêmes représentants de Dieu sur terre. Qu’est-ce qu’ils ont pu gonfler mes ancêtres !



  • bob de lyon 12 juin 2019 08:32

    @OMAR

     

    « ce sont les pays majoritairement chrétiens d’Afrique »

    Sans être désobligeant, Omar, je me permets de modifier la phrase :

    « Ce sont les pays d’Afrique, majoritairement colonisés par des chrétiens,… »

    Pour en connaître quelques-uns et notamment le Sénégal, l’Islam mâtiné d’animisme est la principale religion. 

    Depuis le néolithique, nous connaissons tous les raisons qui poussent un individu à déménager de sa terre de naissance… mais je n’ai qu’une modeste question à poser :

    Comme citoyens, quand avons-nous eu à participer à un débat national, organisé et serein sur l’immigration ?

    Je n’ai qu’une opinion très simpliste ; puisqu’il y a besoin de main d’œuvre et souvent d’une durée temporaire c’est à celui qui la demande de s’en occuper dans le respect de la loi, sans que ce soit la collectivité qui en supporte les frais ; il la paye correctement, lui permet de se loger, de se soigner et de vivre décemment… le contrat, non renouvelable, arrivé à la fin de la durée déterminée ces personnes s’en retourneront au pays avec un bonne indemnité que je propose obligatoire.



  • bob de lyon 11 juin 2019 09:54

    @Ruut

    Né en 1943, j’ai considéré mon épouse à l’exemple de ma mère et je crois bien avoir rempli mon rôle de père… 
    De ce côté je suis tranquille.



  • bob de lyon 11 juin 2019 08:55

    Comment en effet passer sous silence les 27 millions de morts russes de la « Grande Guerre Patriotique » qui se sont sacrifiés après 1941 pour lutter contre l’Allemagne nazie ?

    Quelle était la composition de l’Armée rouge en 1941 ? Plutôt que russes ne vaut-il pas mieux utiliser l’expression soviétiques.*

    De même, si l’on s’en tient aux zones de combat de l’Est, le pourcentage d’occupation du territoire russe ne devait représenter que 7 %.

     

    *Je ne nie pas absolument le rôle fondamental joué par l’Union soviétique et je pense que cette cérémonie de souvenir normande est une pantalonnade.




  • bob de lyon 7 juin 2019 10:55

    @Fergus

    Je partage.

    J’ai lu deux bouquins de Michel Serres et parfois ils se régalait à se compliquer le vocabulaire jusqu’à en devenir abscons.

    Il s’est même fait égratigner* par quelques scientifiques critiques qui commirent un livre pour dénoncer ce fatras incongru et pseudo intellectuel dispersé aux quatre vents.

     

    *Il y était en bonne compagnie, parmi d’autres : Foucault et Lacan étaient nominés aussi.



  • bob de lyon 6 juin 2019 11:52

    Impeccable l’article !



  • bob de lyon 6 juin 2019 11:15

    La nationalisation de Renault fut une sanction pour sa collaboration avec le IIIie Reich mais EDF fut nationalisée pour deux raisons principales :

    - Économique : Depuis 1930 et malgré les abondantes subventions distribuées à fonds perdu par l’État aux principales entreprises privées celles-ci n’arrivaient jamais à couvrir les besoins du pays, préférant accorder de généreux dividendes à leurs actionnaires plutôt que d’investir dans les infrastructures de production et de transport. Certains endroits n’étaient même pas alimentés parce que pas rentables (Le Crédit lyonnais de l’époque fut repu).[1]

    - Technique : Chaque entreprise d’électricité avait ses propres normes techniques ; par exemple à Lyon, deux entreprises principales, l’une distribuait un réseau 4 fils 127/220 V, l’autre exploitait un réseau triangle 3 fils 220 V (donc pas de neutre). Dans le Midi, c’était les fréquences qui étaient disparates entre 50 et 25 Hz… Bref le bazar ! Corollaire, le prix de l’électricité était pifométrique sur tout le territoire.

    Les ravages de la guerre ont permis une remise à jour et personne ne peut dire que cela n’a pas fonctionné.

    Mais rassurez-vous, laudateurs du libéralisme, le paradis de l’anarchie concurrentielle et du tarif aléatoire est de retour…

    Ce qui me permet de rebondir sur les propos de Victor :

    Si Renault était vraiment resté dans le giron de l’État, il est possible de croire qu’il serait à la pointe du véhicule électrique, les sommes des dividendes auraient été culbutés dans le service R & D et prospective.

    Il est fort probable que dans quelque temps nous entendrons une annonce gouvernementale proposant que les contribuables participent au financement nécessaire au soutien du développement du véhicule électrique. L’argent sera distribué à PSA et Renault. Les actionnaires continueront d’empocher sans risque.

    En tout cas, merci Victor ! En parcourant, le Monde Fiat n’apparaît pas tout à fait comme vous le décrivez, mais je crois que c’est vous qui avez raison.


    [1] Lire Histoire(s) d’EDF ouvrage aujourd’hui introuvable



  • bob de lyon 5 juin 2019 19:00

    @Le Gaïagénaire

    Oui !



  • bob de lyon 5 juin 2019 18:47

    @MAIBORODA
    Je vous remercie Monsieur..

    Faudra bien un jour que je m’y colle à raconter l’histoire de cette jeune polonaise et de sa sœur, orphelines à cette époque et toujours vivantes.



  • bob de lyon 5 juin 2019 12:57

    Tiens donc ! À propos des femmes responsables de tout…

    Dans les années cinquante, ma maman divorça d’un alcoolique profond, brutal et rétif au travail. Elle le fit pour protéger son fils d’une espèce de prédateur incontrôlable et vénéneux. Elle demanda et obtint une déchéance de paternité pour prévenir l’avenir de son rejeton. Elle avait raison, ce choix s’avéra judicieux par la suite.

    D’origine italienne, une fréquentation de l’école en pointillé, sachant à peine lire et écrire (mais compter : oui !), seulement diplômée de la vie, pour se nourrir elle et son fiston et permettre à celui-ci d’aller un peu plus longtemps à l’école que nécessaire, elle affronta l’existence avec seulement ce qu’elle avait appris : travailler !

    Donc elle travailla, chevillée à sa machine à coudre pendant des journées semblables à de longs fragments d’éternité mais toujours attentive à l’éducation du fils.

    « Ne fais pas n’importe quoi avec les filles, il faut les respecter, ne soit pas grossier et si il y a une faiblesse amoureuse, tu devras assumer ! »

    J’étais prévenu.



  • bob de lyon 5 juin 2019 11:57

    Mon grain de sel.

    Au fil de l’exploitation de nouveaux territoires, l’esclavage est la naissance d’une nouvelle forme de capitalisme de rente. Dans l’ordre, nous trouvons d’abord les Portugais, puis les Espagnols, ensuite les Hollandais, suivent de près les Anglais, enfin, plus tard les François, bons derniers parce très occupés auparavant à s’étriper sur des thèmes majeurs, à savoir : Marie – la maman de Jésus – était-elle vierge, mais aussi sur un point de vocabulaire fondamental à éclaircir entre transsubstantiation et consubstantiation. Débats endormis mais toujours ouverts.

    Des Africains, solides et résistants, devaient remplacer les Autochtones, survivants de massacres, trop peu nombreux et assez nonchalants devant le labeur obligatoire, mais aussi les premiers travailleurs blancs européens[1] importés par rafles mais si fragiles sous les tropiques.

    Les rendement financiers, comparés à d’autres activités de ces époques, n’étaient pas très élevés[2]. Un capitaine de navire négrier ne pouvait tolérer trop de pertes dans sa marchandise[3] sinon à risquer d’écorner capital et bénéfice ; il était attentif à un minimum de soins pendant la traversée. L’équipage parfois était encore plus mal traité[4].

    Le moteur de l’esclavage c’était donc la cupidité, lié au ratio de l’efficacité et du moindre coût ; rien de nouveau sous le soleil.

    Pour rester dans l’esprit de Madame Angot, j’ai le récit de ma belle-mère.

    Début 1943, petite paysanne âgée de 17 ans, elle allait vendre régulièrement ses œufs sur la place du marché de Tarnow (Pologne). Un jour, alors que bien installée, inopinément, tous les accès de la place sont bloqués ; vigoureusement aidée par quelques coups de crosse assénés par de solides gaillards de son âge, elle dut grimper dans un des nombreux camions en partance pour l’Allemagne en compagnie de quelques personnes juives. Oświęcim étant sur le parcours, un arrêt obligatoire permit à ces personnes de descendre du véhicule.

    Ma belle-maman, gratuitement, cultiva donc le jardin et entretint le bétail du IIIe Reich chez un couple de propriétaires vieillissants plutôt charitables[6] ; elle y rencontra mon beau-père, prisonnier de guerre.

    Surprise ! Dans les années 1980, elle reçut de la RFA une petite indemnité, solde de tout compte, pour activité non-salariée de la période 1943-1945. Mon beau-père n’a rien reçu.

    Elle n’a jamais eu de nouvelles des personnes rencontrées dans le camion. 


    [1] Un écueil important : les jésuites accompagnateurs n’appréciaient pas l’exploitation des chrétiens.

    [2] Actuellement, le taux versé aux actionnaires dans certaines activités – maison de retraite, autoroute,… se situe entre 14 et 17 % ; pour la traite négrière, activité à hauts risques – piratages, maladies, tempêtes,… le taux n’aurait jamais dépassé dans le rare et meilleur des cas 6 % .

    [3] Veuillez m’excuser de cette apparente brutalité, mais c’est pour rester froid comme un plan comptable.

    [4] Il m’est d’ailleurs difficile de comprendre pourquoi Jean-Marie Arouet, esprit lucide de son temps et que j’apprécie, investit dans cette entreprise antillaise gonflée d’aléas.

    [5] Désagréable à écrire, mais étaient-ils autre chose que du bétail pour leur propriétaire ?

    [6] Leur fils effectuait une forme de tourisme en Union soviétique.



  • bob de lyon 29 mai 2019 13:10

    Vous avez raison…

    Mouflet, je me suis retrouvé devant un escadron de gardes mobiles parce que dans une manif pour l’indépendance… à l’époque je courrais vite !

    Je retiens la réflexion de Fellag : « La France a raté la décolonisation et l’Algérie a raté son indépendance ».

    Reste à savoir comment est enseignée l’Histoire de chaque côté de la Méditerranée.

    Les mythes ont la peau dure…



  • bob de lyon 29 mai 2019 10:23

    Quand même quelques écueils à cette ouverture… Quid des mémoires* concurrentes de 1954 à 1962… qui fera le premier pas et tendra la main ?

    France, elles ont commencé au niveau de l’État : reconnaissance de Charonne, Maurice Audin, 17 octobre 1961, reconnaissance du massacre de Sétif (2015)… procès Aussaresses, mais au niveau associatif c’est plus difficile et laborieux et encore maintenant : Pieds noirs installés dans le Midi, Harkis, Algériens arrivés depuis 1962, leurs descendants nés sur ce territoire et bégayant leur identité confuse, montée du vote d’extrême droite née de la guerre d’Algérie… 

    Algérie : la mémoire officielle historique est celle dictée par le FLN, très utile pour garder le pouvoir mais donc à réécrire et à quel prix face aux mémoires individuelles : Krim Belkacem… Messali Hadj… la Kabylie… L’Islam… Harkis. Qu’en est-il à cette heure ?

    Rappel anecdotique : c’est François Mitterrand qui a saisi la main de Helmut Kohl à Verdun.

    L’impasse mémorielle dépassée et tout irait mieux pour les affaires (peut être) ; c’est un préalable mais…