• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Les commentaires de kimbabig



  • kimbabig 1er août 2019 19:24

    Article très intéressant qui dresse un constat regrettable de la régression de notre langue dans le domaine des sciences & techniques.

     

    L’auteur donne des solutions techniques tout à fait pertinentes, mais elles doivent absolument être accompagnées de solutions politiques pour parvenir à redonner à notre langue Française la place qu’elle occupait dans les domaines scientifiques & techniques, car cette régression a aussi des causes politiques, qui ont induit des comportements nuisibles chez les techniciens, ingés & chercheurs Francophones.

     

    Comme il est dit dans l’article, le Français est parlé en France, en Belgique, en Suisse, au Canada ainsi que dans les pays d’Afrique de l’Ouest.

     

    Or, depuis plus de 60 ans les politiques Français ont choisi de nous enfermer dans la construction européenne (et ce même contre notre volonté, telle que les électeurs l’ont exprimée la dernière fois qu’on les a interrogé sur le sujet en 2005), regroupant des pays pour la plupart non-Francophones, avec la volonté affichée d’intensifier avec ces pays les échanges commerciaux, mais aussi les coopérations scientifiques & techniques. Mais pour communiquer avec ces non-Francophones, il a bien fallu trouver une « lingua franca ». Quoi de plus approprié que l’Anglais, puisque GB puis USA, dominent le Monde depuis 2 siècles ?

     

    Les politiques Français

    ont donc laissé les multinationales, qui raisonnent à l’échelle européenne ou mondiale pour leurs débouchés et leurs recrutements, imposer l’Anglais comme langue de Travail dans les succursales implantées en France.

     

    Ils ont laissé les commerciaux polluer la communication de sociétés Françaises d’Anglicismes aussi débiles qu’inutiles : c’est plus pratique de mettre le slogan en Anglais si on veut garder le même pour toute une campagne européenne.

     

    Ils ont laissé le jargon des techniciens, ingés & chercheurs se polluer d’Anglicismes aussi débiles qu’inutiles (genre : « je vais faire un clean du code »). Le pire c’est que ceux qui s’expriment ainsi se croient malins alors qu’ils sont juste ridicules.

     

    Ils ont autorisé l’enseignement supérieur en Anglais sur le sol Français (loi Fioraso), avec pour résultat prévisible de former des gens qui ne connaitront même plus le vocabulaire Français de leur métier.

     

    Même les militaires ne sont plus épargnés avec toutes les actions militaires Françaises menées dans le cadre Otanien.

     

    Enfin, le comble de la nullité et de la nocivité dans la défense de la langue Française est atteint avec l’européiste Macron & ses sbires, ou là c’est carrément leur communication qui est polluée d’Anglicismes aussi débiles qu’inutiles (« Start-up nation »… tellement affligeant, surtout quand on sait que ces « start-up » n’arrivent pour la plupart pas à leur 1er anniversaire).

     

    A côté de cela, les politiciens Français ont continué de traiter les pays Francophones d’Afrique comme des colonies bonnes à dépouiller de leurs matières 1ères. Ceux qui devraient être nos partenaires Francophones, on les traite comme de la merde, & en plus on leur montre l’exemple de l’abandon de la langue Française.

     

    Donc à un moment faut pas s’étonner qu’ils le suivent. Et ce serait très dommageable pour la Langue Française, qui doit avoir sa place dans la technologie du 21ème siècle & a tout pour l’avoir. Les pays Francophones aujourd’hui représenteront 700 millions de personnes en 2050, alors ce serait vraiment idiot de laisser faire le déclassement du Français aujourd’hui !

     

    Une langue meurt lorsqu’elle n’est plus capable de décrire les évolutions techniques de son époque. C’est comme ça que les langues régionales ont disparu en France. Les régionalistes accusent la république jacobine et ses hussards maltraitant les élèves parlant patois pour ces disparitions, mais la vraie raison, c’est que ces langues n’étaient pas utilisées dans les métiers techniques ou intellectuels.


    Si le Français ne sait plus décrire l’évolution des techniques il crèvera à petit feu.

    Mais on peut l’éviter. Pour cela, il faut ces changements politiques :

     

    -Réorienter nos alliances : quitter l’ue et l’otan pour se rapprocher des pays Francophones. Accompagner les pays Francophones d’Afrique dans leur développement pour en faire des partenaires commerciaux forts.

     

    -Réprimer très sévèrement l’usage de l’Anglais dans les entreprises en France, que ce soit pour la communication commerciale ou interne (avec interdiction d’imposer au salarié l’usage d’une autre langue que le Français si son métier ne consiste pas à démarcher des clients étrangers ou à traduire des documents étrangers) : amendes prélevées sur capitaux et patrimoine de la société, de 10% du CA à la 1ère infraction, 20% à la 2de, 30% à la 3ème…

     

    -Réformer l’éducation : obligation d’utiliser le Français dans l’enseignement (sauf pour les cours de langues étrangères, qui seront réduits). Jusqu’au bac, mettre un programme beaucoup plus intense dans les matières scientifiques & techniques, avec un vocabulaire exclusivement Français, mais ne commencer les cours de langues étrangères qu’en seconde, 2-3h par semaine, avec pour seul objectif d’apprendre à traduire. Le but : former des cracks en technique, mais qui ne soient pas intégrables dans une équipe de non-francophones. L’Anglais ne doit plus être obligatoire pour obtenir un diplôme d’ingé, juste une option à faible coeff.

     

    Ce sont des changements lourds qui ne pourront être implémentés qu’à partir de 22 si les Français votent intelligemment (ça changera).

     

    Sinon, comptons sur les progrès des traducteurs, la flemme et l’inadaptation structurelle des Francophones natifs à la maîtrise de langues à accent tonique pour retarder le déclassement de notre langue…



  • kimbabig 13 octobre 2017 16:23

    @Yaurrick
    On gagne toujours en crédibilité quand on peut maîtriser sa politique monétaire pour l’adapter aux besoins de son économie. Or dans l’euro, non seulement ça n’est pas le cas mais ça ne pourra jamais l’être : on ne peut pas avoir une monnaie commune avec l’Allemagne et espérer que ctte monnaie sera adaptée aux besoins de notre économie.



  • kimbabig 13 octobre 2017 10:07

    @Fergus
    Arrêtez de raconter n’importer n’importe quoi. L’Allemagne et l’Italie se sont certes construites en amalgamant des entités souveraines assez récemment (150 ans), mais ça ne s’est certainement pas fait dans la douceur (Sadowa et Solférino, ça vous parle ?), et ça s’est fait sous la domination d’une de ces entités (ex : Prusse dans le cas Allemand). Votre rêve fumeux d’unification européenne pue la guerre et la domination.

    Quant à la France, son existence en tant qu’état souverain remonte à plus de 15 siècles. Et depuis ces 15 siècles notre nation s’est construite en refusant toute soumission à un ordre européen (Bouvines, Marignan, Valmy...), mais aussi en matant toutes les séditions régionales (écrasement de la Fronde au 17ème siècle et des Vendéens au 18ème).

    Maintenant, si le racisme vous fait rire, vous rigolerez moins le jour où vous en serez victime. Parce qu’« européen », oui, c’est un type racial. Sinon, que désignent des policiers parlant d’un « individu de type européen » dans leurs rapports ? Donc oui, vouloir une « union européenne », c’est avoir une vision raciste et périmée du monde actuel. C’est agir comme au 18ème siècle quand il était de bon ton de considérer que la « Civilisation » se limitait sur Terre à cet espace compris entre l’Atlantique, la Méditerrannée et l’Oural, et de considérer le reste du Monde comme relevant de la Barbarie. Or on est au 21ème, la France ne peut plus se permettre de préférences discriminatoire dans ses relations avec les autres pays.

    Votre « tronc commun culturel » avec les européens est bien mince, il se limite à un lointain héritage gréco-romain et judéo-chrétien, qui a évolué sous de bien diverses formes selon les pays. On partage ce même héritage avec toute l’Amérique, l’Australie et une bonne partie de l’Afrique.

    Et culturellement, les Francophones nous sont bien plus proches que la plupart des européens, c’est un fait, si vous êtes trop bête ou trop aveugle pour le voir, il n’empêche que c’est la stricte réalité. C’est même encore plus marqué à l’heure actuelle puisque les seules références culturelles que les Français du 21ème siècle ont en commun avec les européens non-francophones viennent de la culture états-unienne.

    Un exemple parmi tant d’autres : Parlez d’IAM, de Kyo ou de Noir Désir à un Québécois ou à un Ivoirien, il y a de fortes chances pour qu’il connaisse. Parlez-en à un Allemand ou un Italien cela sera complétement inconnu pour lui : il faudra chercher des artistes US pour trouver des références communes (constaté de vécu).

    Vu chez un buraliste : un touriste Allemand entre et demande des clopes. Il ne comprend pas le Français et la vendeuse ne comprend que le Français ; ça s’est terminé par un « toi y en vouloir Malbac ou toi y en a vouloir Camel ? » de la vendeuse qui se moquait en faisant rire les autres clients. Le lendemain un Sénégalais rentre dans le même commerce, demande un briquet, le paie et se casse : aucun souci. Lequel est le plus proche culturellement ? Lequel a le plus de facilités à s’adapter en France ? Certainement pas l’Allemand.

    Ayant vécu dans des zones frontalières, je peux vous certifier qu’il bien plus aisé de s’installer à Nice pour un Brestois que pour un Italien de San Remo, comme il est bien plus aisé pour un Strasbourgeois de s’installer à Perpignan que pour un Barcelonais. Pour les 1ers une simple adaptation suffit, pour les seconds, une démarche d’intégration en tant qu’immigré doit être menée. Parce que la France est un seul et même pays, que le peuple Français est un seul et même peuple, un Français peut déménager d’une région à l’autre sans problème. Ce n’est certainement pas le cas de l’europe.

    Votre « peuple européen » n’existe pas, Fergus, faut regarder la réalité en face. Et vouloir en créer un de toutes pièces, ça n’est pas autre chose que du racisme, puisque cela revient à vouloir créer une nation à partir d’un type racial. Franchement puant comme programme...

    Enfin, votre argument ressassé comme quoi il n’y aurait « pas de salut économique hors de l’ue », est grotesque (ben oui, la France n’est « que » dans les 10 1ères puissances mondiales sur 200 pays...) en plus d’être totalement erroné puisque c’est justement notre appartenance à l’ue qui flingue la compétitivité de notre économie et nous contraint à mener des politiques anti-sociales qui appauvrissent les Français.



  • kimbabig 6 octobre 2017 20:18

    @Fergus
    Objectif noble ? La construction européenne est un projet impérialiste et raciste par essence.

    Impérialiste car il vise à fusionner plusieurs pays, ce qui ne peut se faire qu’en méprisant et écrasant leur souveraineté.

    Raciste, car le fait de privilégier les rapports avec les pays européens par rapport au reste du Monde n’est rien d’autre que du racisme (européen est un « type racial », ne l’oublions pas).

    Nous sommes Français et nous sommes Terriens, et s’il y a des peuples dont nous devons nous sentir plus proches, ce sont les peuples des pays Francophones, et non ces européens décatis même pas foutus de se reproduire pour renouveler leur population.

    De plus, sa « coloration libérale » n’est que la conséquence même des profondes et insurmontables divergences d’intérêt entre les pays qui en sont membres. Des pays qui n’ont rien à faire ensemble. Ils se sont certes fait la guerre durant des siècles, mais aujourd’hui si l’Allemagne tentait de nous envahir, elle serait éradiquée en 5mn, et c’est ça, et uniquement ça, qui nous maintient en paix.

    A la poubelle, l’europe, c’est la place qu’elle mérite.
    Vive la France libre !



  • kimbabig 6 novembre 2015 07:22

    @franc

    Le seul vrai danger pour la France à l’heure actuelle, c’est la soumission à une entité européenne, et voter discours erroné et fallacieux mène à accepter cette soumission, car vous commettez l’erreur de considérer les européens comme moins étrangers que les extra-européens.

    Sachez que la France compte des extra-européens parmi ses nationaux depuis plusieurs siècles. La France ne se limite plus à l’europe depuis Jacques Cartier : vous êtes sacrément en retard, mon vieux.

    La Nation Française est et a toujours été une communauté politique et certainement pas ethnique comme vous le prétendez à tort. Votre vision est aux antipodes de ce qu’est réellement le peuple Français.



  • kimbabig 6 novembre 2015 01:18

    @Renaud Bouchard

    La construction européenne n’a pas besoin d’être repensée, la France a surtout grand besoin de s’en séparer !

    La France du 21ème siècle n’a rien à faire dans une union européenne.



  • kimbabig 6 novembre 2015 01:06

    L’europe crève ? Tant mieux, qu’elle crève, bon débarras !

    Elle ne récolte avec ce flot de migrants que les fruits du chaos semé par l’otan, dont l’union européenne n’est que la face civile.

    Notre pays, c’est la France, et son avenir n’est certainement pas d’être lié avec ce continent en voie de décrépitude qu’est l’europe. Les Allemands, par exemple, ne sont même pas capables de se reproduire pour renouveler leur population par le solde naturel (pas étonnant que leur chancelière veuille faire entrer des migrants par millions), et il faudrait lier notre avenir, à nous, Français, au leur ? Que dalle !

    Les pays séniles de l’europe ont besoin de migrants, la France n’en a pas besoin, mais elle est intimement liée avec tant de pays extra-européens du fait de son histoire. Un Kurde débarquant en Allemagne est une pure pièce rapportée, quant un Marocain ou un Sénégalais venant en France ont le plus souvent déjà une histoire commune avec notre pays : un arrière-grand-père tirailleur, un grand-père ayant participé à la reconstruction du pays après 1945...

    Ce pourquoi vouloir parler d’immigration d’un point de vue européen est une imbécilité totale. Il n’y a aucune raison pour que, vu de France, les européen soient moins des immigrés que les autres.

    Les Français d’aujourd’hui ont bien plus de liens avec les pays du Maghreb qu’avec l’Allemagne ou n’importe quel pays européen, à l’exception notable de la Belgique et de la Suisse (une analyse des réseaux sociaux démontre cela très facilement).

    Il est temps de s’en rendre compte : l’avenir de la France ne sera pas européen, l’avenir de la France sera de choisir ses alliances parmi les 200 pays de cette planète. Nous n’avons pas à privilégier les européens par rapport aux autres. Si nous devons privilégier des rapports avec certains pays, ce doit être avec les pays Francophones en priorité.

    Cette vision du Monde basée sur un « choc de civilisations », dont découle la construction européenne, est dangereuse et obsolète, inadaptée au Monde du 21ème siècle.

    A mort l’europe, vive la France libre, souveraine et ouverte sur le Monde !



  • kimbabig 5 novembre 2015 00:14

    @Olivier Perriet

    Justement, c’est une infime minorité de gens qui s’affirme « européen ». Donc c’est cette minorité qui doit s’écraser face à la majorité qui ne se reconnaît dans les Nations.

    La démocratie n’existe et ne peut exister qu’au plan national



  • kimbabig 2 juin 2015 22:04

    L’union européenne, zone économique affichant la plus faible croissance au Monde.

    L’union européenne, qui oblige les pays ayant commis l’erreur d’en être membre à détruire toute leur protection sociale, qui les enfonce dans la ruine.

    Si le collègue ne travail n’est pas Français, il peut tout aussi bien être Indien, Chinois ou Brésilien qu’Allemand ou Scandinave. Et le mieux est qu’il soit Québécois, Sénégalais, Ivoirien ou Suisse Romand, c’est tellement plus simple pour se comprendre.

    Forcer un ingénieur Français à s’exprimer en anglais « globish » dans son travail, c’est l’amputer d’une part importante de sa créativité, l’obliger à entrer dans la compétition internationale avec les mains attachées. On est tellement plus productif, créatif quand on travaille dans sa langue.

    Le globish c’est bon pour aller taxer des tuyaux aux Indiens, aux Américains ou aux Allemands sur les forums de dev, mais c’est tout.

    Il y a un « nous Français », un « nous terriens », mais il n’y aura jamais de « nous européens ».



  • kimbabig 24 avril 2015 22:10

    @ l’auteur

    Les pays membres de l’union européenne n’ont rien à faire ensemble : les besoins, leurs intérêts et leurs modes de fonctionnement sont incompatibles dans un ensemble intégré.

    Elle ne peut donc être gouvernée de façon unique, à moins de satisfaire les intérêts d’un « fédérateur extérieur ». Ceux, par exemple, d’un pays qui a soutenu depuis le début la « construction européenne » : les USA. Depuis Eisenhower qui annonçait à Paris-Match en 1951 que « rien ne servirait plus les USA que l’avènement d’une europe fédérale » jusqu’à Obama qui redouble sans cesse d’efforts pour maintenir l’ensemble incohérent qu’est l’union européenne en passant par Clinton qui obtint le prix Charlemagne, se sont les dirigeants états-uniens qui le plus ont oeuvré pour la « construction européenne ».

    Car celle-ci leur permet de neutraliser des concurrents potentiels, pour lesquels les USA sont le plus grand dénominateur commun.

    La volonté d’unification européenne est une chimère menant les pays qu’elle concerne vers le désastre, ce que le fiasco lamentable de l’union européenne démontre chaque jour. Il est urgent et vital de se débarrasser une bonne fois pour toutes du projet européen.

    Pour se pencher sur notre cas à nous Français, l’avenir de la France ne pourra être européen : on ne construit pas l’avenir avec des pays vieillissants et en déclin.

    En 2050, il y aura 700 millions de Francophones sur Terre, dont une très grande majorité hors d’europe.

    En 2050, la plupart des pays européens, à l’exception notable du nôtre, seront transformés en hospices de vieillards séniles radotant pour la plupart des langues étrangères.

    Le choix intelligent pour l’avenir de la France ne sera certainement pas celui de l’europe.



  • kimbabig 21 mars 2015 00:27

    @titi
    La France n’a rien à faire dans une entité européenne, tout simplement... L’avenir de la France ne sera pas européen.

    Les vrais communistes sont opposés à cette entité car sa seule raison d’être est la satisfaction des intérêts des grosses multinationales.

    L’union européenne n’est qu’un outil au service du capitalisme dans ce qu’il a de pire.



  • kimbabig 21 mars 2015 00:22

    Heureusement que la CED a été refusée ! L’europe est déjà assez néfaste avec ses banquiers et ses lobbys, qu’on ne commette jamais l’erreur de la doter d’une armée ! Une « armée européenne » ne pourrait être qu’un supplétif au service des USA, que Bruxelles se fera un plaisir d’utiliser pour « mater » les pays récalcitrants à ses iniques politiques austéritaires.

    La France dispose d’une armée largement suffisante pour défendre son territoire et ses intérêts, et n’a pas à se mêler des guerres d’agression de l’otan contre des pays qui ne nous ont rien fait : Bosnie, Lybie, Afghanistan, Syrie (tentative fort heureusement avortée).

    La France n’a pas à défendre l’europe ou à servir de roquet à l’otan ! Elle doit plutôt se retirer de l’union européenne et de l’otan, organisations dans lesquelles elle n’a rien à faire.



  • kimbabig 21 janvier 2015 22:31

    Le cerveau de « franc-tireur » semble en état de marche, par contre, celui d’Isga, ça fait longtemps qu’il a bugué sévère...

    Les gros bourges continueront de s’acheter des Rolex, même à 20% plus cher.

    Les médecins continueront de prescrire du Novartis, même à 20% plus cher, de toutes daçon c’est la sécu qui paye (tant que l’europe ne nous l’a pas sucrée), surtout si Novartis peut leur payer un séminaire au Seychelles 20% plus long afin de les inciter à en prescrire.

    L’économie de la Suisse n’est pas celle de la France, qui a besoin d’une monnaie plus faible. La Suisse peut se permettre une monnaie forte.

    Quand on soutient les nazis Ukrainiens comme le fait Isga, c’est qu’on a une case en moins !

     smiley smiley smiley



  • kimbabig 21 janvier 2015 22:24

    Isga, le partisan des nazis Ukrainiens, n’a pas compris que le fameux QE, c’est :

    chaque banque centrale nationale de la zone euro rachètera les dettes de SON pays et pas celles des autres !

    Mais Isga pas assez intelligent pour comprendre ce que cela implique, il préfère croire que la Suisse va rentrer dans l’euro alors qu’elle fait tout pour s’en éloigner...

     smiley smiley smiley

    Le nazisme importé d’Ukraine nuit gravement à l’intelligence !

     smiley smiley smiley



  • kimbabig 21 janvier 2015 22:18

    La Suisse s’effondre ?

    C’est le pays dont l’économie est la plus compétitive au Monde, sa monnaie vient de réévaluer pour justement coller à cette réalité que sa Banque Centrale avait voulu ignorer depuis 2011 en dépit du bon sens. De plus, les exportations Suisses ne sont pas très sensibles au variations de change : je ne pense pas que Rolex ou l’industrie pharma Helvète soit tant gênée que ça par la réévaluation du Franc...

    Isga complétement à la masse, une fois de plus ! Mais quand on soutient les nazis d’Ukraine comme le fait Isga, on est forcément pas très malin ni instruit !

     smiley smiley smiley



  • kimbabig 21 janvier 2015 22:12

    Isga n’a rien compris une fois de plus :

    Merkel en a plus rien à faire que les Grecs votent pour des soi-disant partis d’extrême-gauche (et ce qualificatif est inapproprié pour des sociaux-traîtres de Syriza, qui veulent rester dans l’europe) qui racontent n’importe quoi à leurs électeurs en leur disant que leur pays va rester dans l’europe en évitant l’austérité.

    Elle s’en fout parce que les sociétés Allemandes ont eu le temps d’épurer leurs comptes de créances sur la Grèce. Donc, si les Grecs ne paient plus leurs dettes, ils vont dégager de l’euro, tout simplement.

    Donc Tsipras, s’il veut rester dans l’union européenne et dans l’euro, fera exactement la même chose que ses prédécesseurs et continuera d’enfoncer son pays dans le Tiers-Monde au nom de l’europe. C’est un guignol, comme tous les crétins qui croient à l’« europe sociale »...

    Le fameux QE, ce sera chacun sa planche à billets, chaque banque centrale rachètera les dettes de son propre pays et pas celles des autres, jusqu’au moment où les euros des pays qui auront le plus créé de monnaie ne seront acceptés dans les autres pays qu’avec prélèvement d’une commission...

    Et on sera enfin débarrassés de l’europe !

     smiley smiley smiley



  • kimbabig 21 janvier 2015 21:58

    Mais c’est toi, l’extrême-droite, Isga, c’est toi qui soutient les nazis d’Ukraine.
    Faut pas prendre ton cas pour une généralité.

    Pour ta gouverne, les Suisses ne risquent pas de ramper devant l’union européenne... Ce n’est pas demain la veille qu’ils accepteront de rentrer dans cette union mortifère !

    Leur Banque Nationale vient justement de s’apercevoir qu’arrimer le Franc Suisse à l’euro était une erreur, et forcément la correction est brutale : la valeur du Franc s’ajuste à la compétitivité de l’économie Helvète, qui est justement la plus compétitive au Monde, et pas seulement grâce aux banques.

    Pour considérer que la Suisse va se rapprocher du tas de merde européen alors que les faits montrent clairement qu’elle fait tout pour s’en éloigner (désarrimage du Franc par rapport à l’euro, décision prise par référendum de réduire le quota d’immigrants en provenance de l’union européenne), il faut vraiment avoir une case en moins...

     smiley smiley smiley



  • kimbabig 21 janvier 2015 21:48

    ’Les nations qu’étaient la Bourgogne et le Poitou"

     smiley smiley smiley

    Il dormait en cours d’histoire Isga ?

    Mais quand on soutient les nazis Ukrainiens comme le fait Isga, on est pas très instruit ni malin, forcément...

     smiley smiley smiley



  • kimbabig 21 janvier 2015 21:43

    Isga le pro-nazi (Isga défend becs et ongles les nazis Ukrainiens sur d’autres fils, il est bon de la rappeler) revient polluer des articles intelligents avec des énormités plus grosses que lui.

    Il est invraisemblable que ce troll demeuré soit encore autorisé à poster sur ce site...

    L’« autre europe »... Le gros piège à cons qui nous est resservi depuis la signature du traité de Rome chaque fois que les tares de cette nuisible construction européenne apparaissent au grand jour... smiley smiley smiley

    L’uniformisation des niveaux de vie dans l’union européenne smiley smiley smiley smiley
    Le vaste blague !

    La Grèce était un pays qui s’en sortait très bien économiquement à la fin des années 70, maintenant c’est devenu un pays du Tiers-Monde, merci l’europe !

     

    Quand au QE, ce sera surtout à chacun pour son Q et à chacun ses dettes…



  • kimbabig 20 janvier 2015 23:35

    Bonsoir à l’auteur,

    Il semblerait qu’un petit détail, d’importance, vous ait échappé au sujet de ce fameux « QE ».

    « Der teufel liegt im detail », comme disent les Germains.

    Il y aura bien rachat de dettes à coup de planche à billets dans la zone euro. Seulement, pour ne pas déplaire aux Teutons, chaque banque centrale rachètera les dettes de SON propre pays à coup de planche à billets, et pas celles des autres pays.

    http://www.latribune.fr/actualites/economie/union-europeenne/20150119trib1f2505eb8/la-bce-va-t-elle-fragmenter-la-zone-euro.html

    Autrement dit, c’est le début de la fin de l’euro, et on ne peut que s’en réjouir !