• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Les commentaires de Marc Bruxman



  • Marc Bruxman 7 septembre 2006 23:23

    Peux tu donner un lien sur le concept de l’identité relation ?

    Merci d’avance !



  • Marc Bruxman 7 septembre 2006 20:18

    Concernant les solutions, beaucoup d’entre vous (enfin pour ceux qui ont répondus) m’ont reprochés mes propositions de solutions.

    Je cite quelques un d’entre vous pour y répondre : « les remèdes proposés par l’auteur sont pires que le mal dénoncé, puisqu’ils n’en sont qu’une métastase ultralibérale »

    Le vocabulaire utilisé laisse penser que vous détestez cette idéologie. Libre à vous.

    Toutefois, je tiens à vous faire remarquée qu’elle n’a dans son sens premier jamais été appliquée. Contrairement à une idée reçue, les Etats Unis de Bush ne sont pas une société libérale (au sens ou l’entendent les libéraux) car l’état y est encore trés impliqué et trés puissant.

    Ceux qui souhaitent connaitre mieux l’idéologie libérale devraient lire entre autres Frédéric Bastiat et Ludwig Von Mises (entre autres). Ou de consulter par exemple cet article : http://fr.wikipedia.org/wiki/Libertarien

    Concernant la difficulté d’effectuer la transition vers une telle société je suis d’accord que cela peut être problématique. Mais avez vous une meilleure solution ?

    Enfin je suis ouvert à toute proposition de solution autre venant de ce forum.



  • Marc Bruxman 7 septembre 2006 20:17

    Concernant les solutions, beaucoup d’entre vous (enfin pour ceux qui ont répondus) m’ont reprochés mes propositions de solutions.

    Je cite quelques un d’entre vous pour y répondre : « les remèdes proposés par l’auteur sont pires que le mal dénoncé, puisqu’ils n’en sont qu’une métastase ultralibérale »

    Le vocabulaire utilisé laisse penser que vous détestez cette idéologie. Libre à vous.

    Toutefois, je tiens à vous faire remarquée qu’elle n’a dans son sens premier jamais été appliquée. Contrairement à une idée reçue, les Etats Unis de Bush ne sont pas une société libérale (au sens ou l’entendent les libéraux) car l’état y est encore trés impliqué et trés puissant.

    Ceux qui souhaitent connaitre mieux l’idéologie libérale devraient lire entre autres Frédéric Bastiat et Ludwig Von Mises (entre autres). Ou de consulter par exemple cet article : http://fr.wikipedia.org/wiki/Libertarien

    Concernant la difficulté d’effectuer la transition vers une telle société je suis d’accord que cela peut être problématique. Mais avez vous une meilleure solution ?

    Enfin je suis ouvert à toute proposition de solution autre venant de ce forum.



  • Marc Bruxman 7 septembre 2006 19:50

    Malheureusement on commence à voir ce genre de comportements (traiter le boulanger de salaud, de sarkozyste ou je ne sais quoi d’autres) dans le réel.

    Je crois (d’ou l’idée d’écrire cet article) que l’on peut difficilement lutter contre cet aspect communautaire qui s’installe sur la plupart des pays développés.

    Je crois enfin que la seule façon de maintenir une société en l’état est d’assouplir les régles de façon à ce que chaque communauté puisse se sentir libre de vivre comme il lui semble et donc n’ait pas à hair les autres pour exister. Cela implique de simplifier trés largement les régles existantes.

    Toutefois, cette solution posera des problèmes vis à vis des communautés religieuses car elle impose une forme de laicité « hard » ou toutes les pratiques seront tolérées en privées mais non tolérées en public. On peut effectivement imaginer que certains quartiers communautaires (comme au moyen age) aient des dérogations à la régle mais cela ne sera probablement pas le cas dans de nombreux autres endroits.



  • Marc Bruxman 7 septembre 2006 19:44

    Victor, bien sur qu’internet n’explique pas tout concernant le communautarisme. Dans certains quartiers, le communautarisme est permis par la concentration de gens originaires d’un certain pays ou partageant un certain culte. Mais ce coté la du problème (si l’on voit cela ainsi) est connu et documenté probablement mieux que je ne pourrais le faire ici.

    Mais la encore, il suffit d’aller voir sur des sites comme http://www.mejliss.com/ que même ce communautarisme la se sert grandement d’internet pour exister. On peut être d’accord ou non avec les idées répendues sur ce site (perso elles me font frémir) mais ce qui est sur c’est que dans les années 80, ces gens n’auraient pas pu exprimer leurs idées en dehors de leur voisinage. Et ceux qui ont des idées aussi extrémes se seraient probablement senti seul et auraient hésités à franchir le pas pour les exprimer publiquement.

    Je crois tout simplement que le besoin communautaire est une caractéristique bien humaine. (Supporters de foots, Partis politiques, ...). L’Etat jusqu’à présent avait les moyens de choisir les communautés qu’ils tolérait (car jugées bonnes pour le pays) et celles qu’il interdisait (car jugées dangereuse). Ce n’est maintenant plus le cas.

    Concernant les remédes pouvez vous détailler à quel n’importe quoi vous pensez ? Si vous avez une meilleure solution vous pouvez également la proposer, le forum est la pour cela.



  • Marc Bruxman 6 septembre 2006 13:57

    Cela serait triste d’en arriver la...

    Le pire c’est que je ne suis même pas sur que le PS comprenne si cela lui arrive.

    Tous les autres pays européens ont un PS réformé et moderne qui propose des choses. Pas un truc rétrograde ou c’est en plus la foire d’empoigne. Et j’ai beau être UMP, il y aurait des choses à proposer face à Sarkozy pour enrichir le débat. Et cela servirait la démocratie donc à la fois la droite et la gauche.

    Mais la vérité c’est qu’en ce moment le seul à avoir des idées c’est Sarkozy. Et je peux vous assurer que même à droite, on est nombreux à le regretter.



  • Marc Bruxman 6 septembre 2006 13:38

    Non car pour être crédible, le simple fait de venir tenter de profiter des services publics lorsque l’on est clandestin devrait déclencher une explusion immédiate. Donc il n’y a pas besoin de scolariser puisque demande = air sarkozy.

    Car ce qui est malhonnéte c’est effectivement de les tolérer pendant plusieurs années pour aprés les renvoyer chez eux. Alors qu’il faudrait avoir des procédures beaucoup plus expéditives.



  • Marc Bruxman 6 septembre 2006 12:51

    Bravo !

    Une bonne partie des « droits de l’hommiste » (pour reprendre une terminologie sarkozienne) oublient que si l’on devait demander aux francais de payer consciemment de leur poche pour la scolarisation des sans papiers ils ne le feraient pas. D’ailleurs si les français avaient conscience du cout de la protection sociale et avaient le choix, ils iraient voir ailleurs.

    C’est un des problèmes du système étatiste : Les gens ne se rendent même plus compte du prix des choses. En l’occurence prés de 7000 Euros pour une telle scolarisation.

    Alors que si des gens veulent payer de leur poche pour assurer une scolarisation à cet enfant je n’y verrai aucun problème.

    La encore, je fais une différence entre un acte de solidarité librement consenti (ce qui est louable et souhaitable) et un acte de solidarité extorqué par la contrainte (ce qui est du vol).

    Alors à toutes les assos droits de l’hommiste qui nous ennuient à longeure de journée je répondrais : Payez vous même le cout de vos idées politiques et on verra si vous êtes toujours pour aprés. Si vous demandez aux autres de payer, ne nous donnez pas de lecons car vous êtes des parasites.

    Enfin pour les détracteurs du libéralisme, une vrai société libérale permettrait beaucoup plus de largesse vis à vis de l’immigration vu que si chaque personne doit se démerder, elle ne coute rien à la communauté.



  • Marc Bruxman 6 septembre 2006 12:02

    « Tricher avec la loi française voila qui est un peu fort !... comment pourrait-il faire autrement pour venir en France compte tenu de la poltique des VISAS exercé en ce moment a l’égard de l’Algérie ?... »

    Tu n’a pas compris. La loi c’est l’émanation des francais qui ont dit en majorité qu’ils ne voulaient pas plus d’immigrants. Le reste n’est pas notre problème.

    Le fait de ne pas délivrer facilement de visas c’est juste l’implémentation de cette politique.

    Aprés : - Ceux qui trichent repartent chez eux. - Ceux que l’on a légalement invité doivent bénéficier de l’aide des français pour leur bonne intégration.

    Par ailleurs, les Etats Unis dont tu parles sont trés stricts au niveau des visas.



  • Marc Bruxman 25 août 2006 01:41

    Quelques derniéres remarques avant que ce sujet passe dans l’oubli numérique.

    Il est faux de croire qu’avoir prouvé le système théoriquement apporte nécéssairement la sécurité. Le fait de proposer des solutions techniques jusqu’à ce que l’une d’entre elle semble inviolable en théorie est donc dangereux car cela semble légitimer le fait que l’on pourrait être sur de la viabilité d’une solution. C’est faux.

    Lorsque l’on prouve une application de façon théorique, on va la plupart du temps réaliser des abstractions qui permettent de s’éloigner des contraintes bassement matérielles. Les chercheurs en crytographie ont notamment appris à leur dépends que des algorithmes prouvés comme étant trés fiables pouvaient être implémentés de façon maladroite et voir leur sécurité complétement détruite. Seulement il n’y a qu’une petite poignée de personnes dans le monde qui vont le remarquer. On se retrouve dans un cas ou l’algo a été prouvé comme sur. Cet algo a été implémenté (mal mais c’est parfois dur à voir) et pourtant le résultat est profondément insécure.

    De façon général quelques tours de passe passe en matiére de programmation système ont souvent mis à mal des systèmes informatiques complexes. La plupart des programmeurs d’applications n’ont aucune notion de programmation système et il est assez facile pour eux de faire une erreur. Il existe trés peu de véritables experts en programmation système et ils sont tous employés.

    De même quel que soit mon respect pour les chercheurs qui sont derriéres le projet Coq (http://en.wikipedia.org/wiki/Coq) et l’utilité de ce logiciel je ne prendrai pas le risque de l’utiliser dans le cadre du vote éléctronique.

    Enfin, en matiére de sécurité comme en matiére de génie logiciel, les designs les plus simples sont généralement les plus fiables. Rajouter 5 couches de complexité et augmenter les points de controles vont plus augmenter les risques que les réduires. De façon générale, une application avec un design trés complexe va etre un échec cuisant en matiére de conduite de projet et aprés en matiére d’exploitation. A l’inverse si les architectes ont réussi à maintenir un design trés simple, cela sera fiable et efficaces. A cet effet, regardez la façon dont ont été crée les protocoles de routages sur internet (BGP) : Design simple et élégant. Algorithme trivial pour quiquonque à des bases de théorie des graphes. Et pourtant non seulement ca marche mais les specs n’ont pas été retouchées depuis des années.

    Tout ca pour dire que quand je vois : Alors truc avec un RFID + controle biométrique + cryptage + x + y + ... je dis STOP avant la fin.



  • Marc 24 août 2006 02:00

    Réaction sur deux points :

    A) Le Racisme est quelque chose de grave. Et il ne faut pas le banaliser. Ce qui implique ne pas en faire quelque chose d’anodin en qualifiant de racistes des actes qui n’en sont pas !

    Dans le même ordre d’idée, je suis toujours subjugués quand j’entend des gens traiter les politiques de « fachos » dans notre pays. Le fascisme c’est quelque chose de grave dont il faut se souvenir pour que cela ne se reproduise pas. Mais si l’on considére que Sarkozy est considéré comme un fasciste, alors le mot fasciste se vide de son sens et l’on en viendra à ne plus craindre les vrais fachos.

    Dans le cas présent, qu’a t’on fait ? Une statistique ! Ok cette derniére prouve qu’une grande partie des émeutiers étaient maghrébins. Il était peut être même dans les intentions de ceux qui ont commandés la statistique de prouver cela. Mais cela reste une statistique sur un événement particulier qui jusqu’à la preuve du contraire a eu lieu. Je reformule : Si je dis : « Les maghrébins sont des délinquants », c’est raciste car je généralise à une population et qu’une partie de cette population est honnéte et cherche à s’intégrer. Si je dis, « les émeutes ont été commis à 67% par des maghrébins », c’est un fait historique. Une telle conclusion doit d’ailleurs inviter à chercher les causes de ce problème et à y rémédier au plus vite. Car à refuser la réalité on crée le racisme et Le Pen en profite.

    B)

    De même, il ne faut pas oublier que le racisme est un thermométre de la société. Même si il faut condamner les propos racistes, il ne faut pas empécher leur expression. Les « france echos » et autres sites abjects ne sont que le reflet d’un ras le bol d’une partie de la population. Dans le cas de la France, ce ras le bol est avant tout causé par une délinquance trop forte chez une partie de nos immigrés. Les gens le subissent, font ensuite l’amalgame et on obtient des propos racistes et surtout un vote FN !

    Et ces propos racistes doivent nous servir à prendre conscience qu’il y a un sérieux problème et qu’on doit le régler AVANT que la foule s’énerve.

    Sinon un jour, on va se payer un Le Pen ou un De Villiers au pouvoir et la on risque de redécouvrir ce que le terme fasciste veut dire. Alors que sans être fasciste, il suffirait de resserer la vis un bon coup sur la délinquance pour que les fouteurs de merde se calment. Et je suis sur qu’une bonne partie de la population maghrébine serait trés reconnaissante du service rendu. Car les cités ce sont eux qui y vivent et ce ne sont pas tous des racailles contrairement à ce que l’on voudrait nous faire croire.

    Enfin, n’oubliez jamais que si les fascistes prenait le pouvoir la premiére chose qu’ils vous enléveront sera votre liberté d’expression. Ne nous comportons donc pas comme eux !

    Si vous êtes contre le racisme, passez du temps à démontrez que leurs idées sont foireuses. Lutter contre le racisme ce n’est pas lutter contre l’expression du racisme, mais lutter contre le racisme à sa base. Prenez exemple sur un site comme www.nizkor.org : Ils démontent point par point les écrits révisionnistes. Ce site fait plus de bien au devoir de mémoire que toutes les interdiction. Car vous pouvez lire l’infame Rapport Leuchter sur internet (un texte révisionniste tristement célébre), mais en cherchant « leuchter report » sur google, vous aurez en premiére réponse le site de Nizkor. Qui a pris soin de décortiquer cet écrit abject point par point et de le démolir. Non pas en disant « C’est n’importe quoi, c’est scandaleux », simplement en prenant chaque argument de l’article original et en prouvant qu’il est tout simplement erroné.

    Le cassage de « révisionniste » est dispo ici : http://www.nizkor.org/faqs/leuchter/

    Avec des gens qui font un travail de cette qualité, il n’y a pas à craindre les révisionnistes. Les interdire de parler c’est déja leur montrer qu’ils ont potentiellement raison d’être racistes. Et souvenez vous que quelqu’un de convaincu ne craint pas la contradiction ! Donc si vous n’êtes pas racistes, ne renoncez pas à la discussion, clouez leur le bec !



  • Marc Bruxman 24 août 2006 01:17

    Pour ce qui est des résultats prêts pour le 20h, il faut savoir que les sondages effectués en sortie d’urnes ne se trompent pas contrairement aux autres. Ils ont une marge d’erreur trés faible. Le seul cas d’erreur connu a eu lieu aux Etats Unis pour la derniére éléction de Bush... Notamment dans les états qui votaient éléctroniquement... Brrrr....

    Oui pour la vérification manuelle aléatoire d’une partie des bornes en fin de papier si il y a eu un audit papier vérifiable par le votant. Je pense que cela réduit en effet beaucoup les risques. A condition d’en vérifier sufisamment. Et dans ce cas, l’organisation du scrutin risque quand même de couter cher.



  • Marc Bruxman 24 août 2006 01:12

    Le commentaire pour droite tendence libérale c’était juste parce que quelqu’un me demandait si j’étais dans l’opposition ;) J’ai jugé marrant d’y répondre vu que je suis sur que quand il a écrit ca il s’est dit : « Rhaaa encore un gauchiste ! ».



  • Marc Bruxman 23 août 2006 20:09

    Tout d’abord merci pour vos réponses.

    Voici quelques clarifications.

    Tout d’abord, je ne suis pas du style à avoir ouvertement peur des nouvelles technologies. Je ne suis pas contre le nucléaires, je suis en la faveur des OGM (avec des réserves mais cela pourrait être le sujet d’un prochain article) et en général j’adopte rapidement toute nouvelle invention que je juge utile.

    Autre remarque : Je ne suis pas dans l’opposition. Je suis de droite, tendence libérale.

    Premiere remarque à laquelle je souhaite réagir : C’est la même chose à chaque nouvelle technologie. Je répondrai FAUX. Personne n’a intérêt à ce qu’une centrale nucléaire pête en France. Tout le monde va donc faire en sorte de l’éviter. De même pour les OGM : Si les gens crévent, Monsanto sera enmerdé et devra rendre des comptes. Les seules personnes qui peuvent y avoir intérêt sont des terroristes. Dans le cas du vote, tous les candidats peuvent potentiellement avoir un intérêt à la triche. Certains voudront avoir 5% pour rembourser leurs frais de campagnes. D’autres voudront gagner. Et c’est la le problème. Dans un cas, on veut construire un avion pour qu’il vole sans s’écraser, dans l’autre cas on veut construire un avion pour qu’il vole sans s’écraser même si on lui tire des missiles dessus.

    Seconde remarque à laquelle je souhaite réagir : La démocratie directe. Vous êtes nombreux à l’avoir évoquée. Effectivement le fait de pouvoir voter plus souvent (et sur plus de sujets) peut être un argument en faveur du e-vote. On pourrait tout d’abord penser qu’il serait raisonable de conserver les scrutins importants (présidentielles, législatives) sous leur forme classique et faire des scrutins éléctroniques sur les choses secondaires. La difficulté c’est ou fixer la limite. Auriez vous été heureux que le référendum sur l’Europe soit conduit de façon éléctronique ? Quid d’un référendum sur la Davdsi ? Pour chacun d’entre nous, il y a une liste de sujets qui nous tienne à coeur. Et il ne revient pas à l’état de décider qui aura droit à un scrutin équitable et qui aura droit à un scrutin avec un fort risque de fraude.

    Pour ne pas sombrer dans un exemple trop « caricatural » (pouvoir de l’argent) imaginons un référendum sur le droit à l’avortement. Ce sujet mobilisera sans nul doute toute la population que l’on soit pour ou contre. C’est un sujet qui ne laisse en général pas indifférent et génére des débats passionnés. Les constructeurs de la machine étant des hommes, il n’y couperont pas. Imaginons que le scrutin soit serré. Celui qui est pour l’avortement ne voudra pas que le pays retourne dans l’obscurantisme et sera tenté de faire une fraude pour la bonne cause. Celui qui est contre l’avortement voudra mettre fin aux « meurtres » et il sera tenté de frauder en se disant également que c’est pour la bonne cause. Le pire est que ces deux personnes auraient toutes deux l’impression d’avoir commis un acte juste. Il se dédouaneront même en se disant que de toute façon les gens auraient votés du bon coté.

    Troisiéme remarque : Distribution de numéros à l’entrée des bureaux de votes. Bravo pour l’idée ! Sauf qu’il faut garantir qu’aucune machine à voter ne peut recevoir de l’extérieur une commande contenant les affectations. Imaginons que la machine vous authentifie par carte à puce. Alors il suffit d’avoir prévu une carte à puce spéciale contenant les affectations. Un élécteur va « voter » avec cette carte le matin du scrutin et le tour est joué. Cela peut aussi être une combinaison de touches sur la machine. Il y a deux boutons : Parfait, on va pouvoir faire encoder de l’information en binaire par l’électeur ! Un seul bouton ? Codons en morse ! Tout périphérique d’entrée du système permet potentiellement de l’instruire. Et donc votre argument n’est pas valable !

    Quatriéme remarque : Accès aux sources et certifications ! Je suis un fervent défenseur du logiciel libre. Et pourtant je n’irai jamais dire que les source suffisent à prouver une application. On a trouvé des bugs dans tous les logiciels libres parfois des années aprés leur introduction. Et pourtant des chercheurs en sécurité passent leur temps à cela. Un bug ca peut passer inapperçu.

    Vous confondez également certification et tests. Tester une application avec une batterie de test est effectivement nécéssaire. Mais cela n’est jamais suffisant. Microsoft posséde en interne un trés bon système de test. C’est également le cas de Dassault Systèmes. Tous les éditeurs consacrent plus de la moitié de leur budget développement aux tests de leurs produits. Pourtant ni Windows ni Catia ne sont sans bugs bien au contraire.

    Enfin vous ignorez qu’en informatique, il n’y a qu’une différence ténue (d’ordre technique) entre du code et de l’information. Vous pouvez par exemple tout à fait cacher (cela s’appelle de la stéganographie) un petit morceau de code dans une image (le fond d’écran de la machine à voter). L’image apparaitra non modifiée à l’oeil. Ce code n’aura alors qu’à être recopié par exemple dans le segment de pile (en prenant pour partie qu’il y a des segments de données non exécutables sur la machine à voter et que le segment de pile le soit). Il pourra alors être lancé de façon trés discrete ! Sans être jamais appelé depuis le code original. Suffit d’y laisser un bug dit buffer overflow pour pouvoir modifier l’adresse de retour sur le segment de pile et le tour est joué. Vous allez me répondre que le segment de pile peut être rendu non exécutable. Je vous répondrez qu’aucune des protections de ce type n’ont empéchées l’exploitation de buffer overflows. Elles ont juste rendu l’exploitation de ce type de failles moins triviales. Et bien il y a de bonne chances que ce genre d’entourloupes passe au travers de toute revue de code, même effectuée par des ingénieurs trés qualifiés.

    La encore ce n’est qu’un scénario donné pour l’exemple. Si vous cherchez bien il y a des tonnes de moyens de fournir une injection de code discrête. Une version originale peut d’ailleurs constituer en l’insertion du code magique dans le firmware d’une des cartes de la machine à voter. Le cas du Bios serait bien trop « obvious » (encore que). Suffit alors d’insérer dans le code du noyeau un morceau de code a priori anodin qui va lire ce firmware et un autre morceau de code bien plus loin qui en fait bon usage. Vu l’usage immodéré des pointeurs sur fonctions qui est fait dans le code du kernel, je vous laisse tout à fait le soin de trouver cela lors d’une revue de code. Et la vous avez une application, un compilo, un os certifié mais ... vous avez oublié le firmware de la carte vidéo.

    Voila c’est fini. Merci encore à tous pour vos réponses. J’espére avoir convaincu le maximum d’entre vous.



  • Marc Bruxman 10 juin 2006 23:50

    « Ce qui serait aussi stupide que de prétendre que nous vivons dans un monde rationaliste, alors que la majorité des individus croient, chacun et à chaque poste, en leurs mythes et fantaisies, sinon en leurs religions et fanatismes, voire consultent leur horoscope tous les matins... »

    Effectivement, quand on voit Mitterand consulter Elisabeth Teissier ou Bush invoquer Dieu, on a compris que ces dirigeants la sont a coté du monde dans lequel ils vivent. Et cela ne tardera pas à se retourner contre eux.



  • Marc Bruxman 10 juin 2006 23:44

    J’ai lu dans un des commentaires (je ne sais plus si ca venait directement de vous) certaines critiques genre : « il n’y connait rien en histoire », la révolution agricole a eu lieu après la révolution industrielle. Je tenais donc à prouver ce que j’avancais.

    Je n’ai pas dit que toute révolution technologique entrainait une révolution politique, mais simplement que c’était souvent le cas. Certaines innovations technologiques ne changent pas fondamentalement les rapports de forces ou vont renforcer un rapport de force existant. Cela n’a donc pas lieu de créer une révolution politique.

    Les progrés agricoles du moyen age n’ont pas été de nature suffisante à libérer la main d’oeuvre. Ils ont largement réduits les famines (ce qui était déja un bienfait), mais pas plus. Lorsque l’on a introduit l’engrais, les conséquences ont visiblement été différentes créant un début d’exode rural.

    Que cet exode soit inférieur à ceux qui ont suivi par la suite est vrai, mais il a permis d’amorcer la pompe. Et les premieres manufactures sont d’ailleurs apparues tout au long du XVIIIème siécle. Elles étaient trés riches et commencaient à se mécaniser même si cela n’avais rien à voir avec ce qui a suivi.

    Vous obtenez donc une nouvelle classe sociale : Des entrepreneurs (Bourgeois) qui s’enrichissent et deviennent puissants. Les serfs au contraire deviennent moins utile vu la mécanisation. Il est possible d’envisager de les libérer sans mettre la société en péril.

    Une fois que les conditions de la nouvelle société étaient en place, il ne manquaient plus que des philosophes pour mettre un projet de société en forme : C’est ce qu’ont esquissés les philosophes des lumières.

    Mais vous avez raison, la révolution technique ne fait pas tout. La révolution technique n’est que le premier étage de la fusée. Pour être transformée, il faut que des gens éméttent des idées politiques radicales qui prennent en compte la nouvelle donne. Une fois que ces éléments sont en place, il n’y a pas grand chose qui peut stopper une révolution.

    Dans le cas de la révolution des NTIC, le deuxiéme étage n’a pas encore pris son envol, mais il commence à balbutier.



  • Marc Bruxman 10 juin 2006 20:49

    Je reposte de façon plus visible afin de faire taire certaines accusations. Une révolution agricole a bien précédée la révolution industrielle.

    A la fin du XVIIème siècle, il y eut l’invention des engrais azotés pour pallier à la jachére : Cela a considérablement augmenté la surface agricole utilisable. De nombreuses conséquences s’ensuivent et elles aboutissent à la révolution industrielle et non l’inverse !

    Je vous laisse un lien extérieur sur le sujet :

    http://www.prephec.net/revind.html#agr



  • Marc Bruxman 10 juin 2006 20:42

    Je ne connaissais pas, merci pour l’info. Je vais me renseigner la dessus :)