• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Les commentaires de VICTOR Ayoli



  • VICTOR Ayoli VICTOR Ayoli 13 octobre 12:01

    @Alavavite
    Excellente idée les Kerguelen. Mais il y fait un peu frais pour ces chochottes. Et pourquoi pas Clipperton, ilot français peuplé de crabes quelque part dans le Pacifique ?



  • VICTOR Ayoli VICTOR Ayoli 12 octobre 18:48

    Tè, j’ai une suggestion qui devrait intéresser ces pittoresques tofuphages. C’est de manger les bestiaux de l’espèce qui est la plus nombreuse et la plus nocive pour la Nature. Que sont ces bestiaux ?

    Ben vous, moi, l’Homme quoi ! Enfin, ne faisons pas de sexiste, la Femme aussi. Ah ! La bonne chère rejoignant la tendre chair ! Il y aurait des boucheries anthropophagiques. Elles débiteraient et vendraient des anthropocotelettes, des anthropogigots, des anthropopiettes, de l’anthropoboudin, de l’anthroposaucisson. Rien que des races à viandes.

    Ah ! Objection Victor. On ne parle pas de race concernant les humains.

    C’est vrai. On mangerait donc de l’anthropoviande asprodermée, melanodermée, flavodermée. Il y aurait de l’élevé sous la mère mais aussi de la vieille carne fournie par les hostos et les ephads que l’industrie agroalimentaire transformerait en lasagnes, en raviolis, en hachis parmentier, en merguez.

    Ouais mais il y a un problème à résoudre. Est-ce que la viande humaine est halal et casher ? Parce que notre barbaque est paraît-il celle qui se rapproche le plus de celle du cochon.

    Ouais. Il faudra creuser la question. En tout cas, pour les chrétiens, pas de problème puisqu’ils préconisent de bouffer le corps de leur dieu fait homme !

    Bon app’



  • VICTOR Ayoli VICTOR Ayoli 12 octobre 18:31

    @Joss Mandale

    Cher Monsieur, je vous trouve bien méprisant envers mes chères (un peu trop !) huitres. Leur prétendu QI bien bas est à mon avis une ineptie. Pour preuve, prenez connaissance des amours des huitres.
    Ah ! Les amours des huitres ! Extraordinaire ! Ça fait rêver. Figurez-vous madame Huitre, aguicheuse. Elle s’ouvre largement comme une starlette en quête de contrat, dévoile ses dedans gracieux, montre même subrepticement quelques portions de nacre délicatement irisé, les plus salopes dévoilent même impudiquement une jolie perle… Et voilà qu’arrive monsieur Huitre. Excité comme un jeune abbé dans un couvent de jeune fille ou un kamize pensant, avant d’appuyer sur le bouton, aux soixante et douze vierges qui l’attendent les cuisses écartées, le string à la main ! Monsieur huitre, il en peut plus. Il prend son pied et balance la fumée dans une extase marine. Madame Huitre, ouverte et offerte, se gave du nuage de jus intime de Monsieur Huitre et connait enfin la grande secousse et le fameux petit frisson.

    Heureuse, elle va couver sa progéniture avec sa belle chair laiteuse des mois sans R. Puis qu’est-ce qu’elle fait quand elle a chié ses lardons madame Huitre ? Qu’est-ce qu’elle fait ? Je vais vous le dire. Je vais vous le dire. Eh ! Oh ! Calmos. Faut pas s’exciter comme ça. Bon. Madame Huitre elle change de sexe ! Elle devient Monsieur huitre ! Et Monsieur Huitre, qu’est-ce qu’il fait après avoir pris son panard ? Ben, il va pisser, il boit un coup, fume une clope puis il rentre chez sa femme. Comme tout le monde, quoi. Eh bien non ! Monsieur l’huitre, après avoir tiré son coup, il change de sexe ! Putaing ! Le pied les mecs et les meufs, non ? Connaître les deux plaisirs ! Le rêve de tout jouisseur hédoniste…



  • VICTOR Ayoli VICTOR Ayoli 12 octobre 18:19

    l@cassini

    Et puis, ce grand singe, il doit avoir lui aussi le droit de se marier, avec un autre primate, par exemple homo sapiens (le mal nommé). Et voter pour élire des Macron, des Sarko, des Hollande, puisque, comme disait De Gaulle, en France les veaux votent. Se présenter aussi, il ne déparerait pas
    Il faudrait aussi se pencher sérieusement sur la destinée affreuse des poireaux arrachés vivants à leur environnement, comme les carottes. Et la souffrance des épinards guillotinés vifs.
    Et la détresse du cerisier auquel on arrache ses petits....
    Ah ! Heureusement qu’il y a ces braves gens « antispéchépakoi » pour relever le niveau de cette humanité décadente.
    La konnerie humaine est vraiment la seule approche qu’on puisse avoir de l’infini...


  • VICTOR Ayoli VICTOR Ayoli 1er octobre 15:00

    @JL
    Ce que vous dites ’est pas faux concernant les Vietnamiens. Mais cette partie de mon commentaire n’est qu’une illustration, l’essentiel est là : "Le principal problème, mais de taille vient du fait que 98% les migrants actuels sont musulmans. (Voir plus haut le commentaire de Popov pour comprendre pourquoi).



  • VICTOR Ayoli VICTOR Ayoli 1er octobre 14:08
    Il n’y a pas de problème de migrants insurmontable. L’intégration puis la totale,, harmonieuse et enrichissante pour la France assimilation de la première vague de« boat people », venue du Vietnam en est la preuve.
    Le principal problème, mais de taille vient du, fait que à 98% les migrants actuels sont musulmans. (Voir plus haut le commentaire de Popov pour comprendre pourquoi).


  • VICTOR Ayoli VICTOR Ayoli 30 septembre 20:47

    @insomnia

    Bonsoir
    Je fais allusion à la fin du premier paragraphe aux frères Sarko : "Les requins de l’assurance privés sont à l’affut depuis longtemps. Sarko frères en ont rêvé, le Rothschild-boy Macron va le faire !"
    Amitiés républicaines


  • VICTOR Ayoli VICTOR Ayoli 29 septembre 15:14
    Eh bien moi je l’aime bien M.Onfray.
    Il a écrit un ouvrage de libération mentale que tout le monde devrait avoir lu, son : « Traité d’athéologie ».


  • VICTOR Ayoli VICTOR Ayoli 29 septembre 10:44

    @oncle archibald
    Il semble que vous m’ayez mal compris, tonton. Je parle de l’embrouille de Micmacron qui veut pomper le fric de la Sécu, pas de ce que recouvre maintenant la Sécu. Et je suis bien d’accord avec vous concernant les toubibs.
    Voilà d’ailleurs un article que j’ai publié je ne sais plus quand ni où les concernant :

    "Toubibs or not toubibs.

    Pour quelques examens médicaux très classiques pour ma compagne, nous sommes obligés d’aller à Rodez, soit 280 km aller-retour, plus une nuit à l’hôtel. Nous n’habitons pourtant ni au pôle nord ni en Afghanistan mais, pour la moitié estivale de l’année, en Lozère. Nous touchons du doigt le problème des « déserts médicaux ». Au village le plus proche, la mairie met gracieusement à disposition du médecin volontaire un local clair, vaste, bien situé. Il est venu deux « toubibes » roumaines. Un petit tour et puis s’en vont.. Actuellement, après un an sans praticien, nous avons « touché » un toubib espagnol. Pour combien de temps ?

    La médecine est organisée de façon paradoxale : fonctionnement totalement libéral mais avec un financement public. Résultats : ces dernières années le Conseil National de l’Ordre des Médecins (CNOM) estime que l’offre de soins s’est dégradée en quantité. 2 médecins généralistes s’installent quand 25 partent en retraite selon Patrick Romestaing, président de la section Santé Publique du CNOM. Certaines régions ont vu la moitié de leurs cabinets fermer. A l’horizon 2025 il y aura moins de 23 000 généralistes en cabinet contre 56 000 aujourd’hui. Les jeunes étudiants délaissent la spécialité « généraliste » pour d’autres plus glorieuses, plus rémunératrices. Sont-ils réellement à plaindre, ces enfants gâtés de notre société ? La collectivité – donc nos sous - paie leurs longues études. Ne serait-il pas normal qu’en retour les toubibs acceptent au moins pour quelques années de s’installer là où leur présence serait la plus nécessaire ? Mais il est plus « sexy », plus confortable, plus rémunérateur de s’installer à Paris, Nice, Aix ou Avignon plutôt que dans le Nord, la Creuse ou la Lozère... Pourtant, lorsqu’on aura le temps, on les plaindra : ils réclament 25 euros par consultation. A raison de 12 minutes en moyenne, cela fait 125 euros de l’heure, soit de 500 à 1000 euros par jour. A rapprocher des environ 1000 euros par mois du smicard et des 1500 euros par mois d’un enseignant débutant. Eh ! Oh ! Faut bien changer le 4X4 chaque année ! Et vive le trou de la Sécu : 20 milliards environ, soit le prix d’un tunnel sous la Manche chaque année.

    Le Sénat a adopté ce mercredi en première lecture une proposition de loi qui toilette la loi Bachelot de réforme du système de santé (HPST), en supprimant plusieurs mesures qui avaient provoqué la colère des médecins libéraux, un électorat que la droite tente de reconquérir. Les sénateurs ont cependant infligé un camouflet au gouvernement en refusant de supprimer l’une des mesures qui avaient irrité les médecins, à savoir l’obligation pour les généralistes de déclarer leurs congés à l’avance. Les sénateurs ont en revanche voté la suppression des pénalités financières (jusqu’à 3.000 euros par an) pour les généralistes des zones sur-dotées refusant de prêter main forte ponctuellement à leurs collègues des déserts médicaux. Par ailleurs les chirurgiens-dentistes ne seront plus obligés de faire figurer le prix d’achat de chaque élément de la prothèse sur le devis mais seulement le prix de vente. Y a bon la thune ! Les arracheurs de dents multiplient par cinq le prix de prothèses souvent douteuses made in China, mettant les prothésistes français sur la paille. Et kékondi aux sénateurs ? Merci m’sieur dames !

    Ils obtiennent tout ce qu’ils veulent les toubibs parce qu’ils sont en position de force. Parce qu’ils sont nombreux sur les bancs du Sénat et de la Chambre des députés ; parce que le numerus clausus imbécile organise la pénurie.

    Bon. Le mieux pour nous, cambrousards, c’est encore de manger bon, boire dru, brosser madame, respirer un air pur et encore gratuit en écoutant les petits oiseaux..."



  • VICTOR Ayoli VICTOR Ayoli 29 septembre 10:19

    @cevennevive

    Peut-on laisser en jachère

    Un si riche terroir

    Et laisser sans espoir

    Une si tendre chair ?



  • VICTOR Ayoli VICTOR Ayoli 22 septembre 20:51

    Trop belle la Sophia. Je suis comptant que votre article passe enfin.



  • VICTOR Ayoli VICTOR Ayoli 22 septembre 13:02

    @kirios
    Oui. Pendant des années je me suis démerdé seul. Et j’y arrivais, sans me plaindre ni rien demander à personne. . Mais il y a un moment crucial - l’incontinence totale - qui met en face d’un choix. La démarche, c’est mon beau-fils qui l’a faite : contacter le conseil général qui envoie une personne pour évaluer la situation, déterminer les besoins et proposer des aides. Ensuite ces aides, vous les acceptez ou pas. Elles sont de plusieurs ordres : - placement dans un Ephad, - maintien à domicile avec venu le matin, voire aussi le soir en fonction de l’évolution de la maladie, - aide de personnes venant « faire la maison » et vous permettant, une ou deux heures par semaine de faire les courses, de vivre pour vous, - placement une u deux fis par semaine dans un « accueil de jour », de 0h30 du matin à 14h30. Tous les personnels sont formidables et « l’aidant » y trouve son compe tut comme le ou la malade.
    De plus, ces aides sont plus prises en compte financièrement si le bénéficiaire est plus « pauvre ».
    Amitiés..



  • VICTOR Ayoli VICTOR Ayoli 22 septembre 08:55
    Salut amis.

    Sachez que je vis relativement bien cette épreuve qui n’est pas pour moi mais pour ma compagne. Moi, ma vie aventureuse m’a préparé à faire face à toutes situations et je vis donc ça comme une aventure : répondre au jour le jour à des situations difficiles, s’adapter toujours, garder du recul et...avoir une bonne dose d’humour !

    Ma compagne n’est pas malheureuse puisqu’elle « oublie » et donc n’est pas consciente de son état. A moi donc de lui faciliter la vie. Ce que je fais sans problèmes. Mais ça implique d’abord de se prendre tronche à tronche avec soi-même et de décider ce qu’on fait : on assume ou on fuit. Mais en aucun cas on pleure sur son propre sort ! J’avoue que j’ai parfois eu « la tentation de Goa »...

    Mais, je veux pouvoir me regarder dans une glace, alors j’assume. Je lui rend en tendresse et en soins tout l’amour, tout le bonheur, toutes les jouissances qu’elle m’a donnés. C’est un deal correct, non ?

    J’ai supprimé toutes les drogues inutiles et dangereuses - cette camisole de force chimique qu’imposent les toubibs - et, avec l’aide des aide-soignantes et des aides à domicile, on continue à s’aimer et à être heureux. Ça durera ce que ça durera.

    Mon secret : je la fais rire !

    Elle est pas belle la vie !


  • VICTOR Ayoli VICTOR Ayoli 20 septembre 11:39
    Voilà un article que j’aurais aimé écrire.
    Bravo pour votre lucidité et merci.
    +++++++++


  • VICTOR Ayoli VICTOR Ayoli 18 septembre 16:05

    @moussars
    Cavanna disait :« Vous n’avez pas voulu l’espérento (dans lequel il y a espérance), vous aurez l’anglais ».
    Au fait, quelle est la langue présente dans presque toutes les langues d’Europe, à l’exception des langues magyares (hongrois et finnois)) ? Le latin !

    Ouarff, l’autre ! Une langue morte. J’entends s’esclaffer les globischiens... Pourtant une autre langue morte, l’hébreu, a été ressuscitée en une génération. Et le latin ce serait une langue véhiculaire entre Européens qui aurait une autre gueule que cette sous-merde de globiscjh.



  • VICTOR Ayoli VICTOR Ayoli 18 septembre 09:19

    On assiste à la volonté de mise à mort non seulement du français mais de la plupart des langues du monde. Responsable : l’impérialisme étazunien qui sévit à tous les niveaux : industriel, commercial, militaire mais aussi et surtout culturel. On nous abreuve jusqu’à l’écœurement de sous-merdes des séries télévisées étazuniennes, qui – largement amorties au USA - arrivent par plein cargo à prix cassés, ruinant ainsi la création française qui n’existerait plus sans les subventions gouvernementales. On nous emmerde jusqu’à en dégueuler de ces collections de bruits abrutissantes que les programmateurs déversent à pleins seaux dans nos pauvres oreilles et qu’ils ont le culot d’appeler « musique ». Même les chanteurs français beuglent maintenant dans cette langue et…sont récompensés par des « victoires de la musique ». Les boutiques se croient obligées de se donner des noms anglais. Il y a plus de mots anglais sur les murs qu’il y avait de mots allemands pendant l’occupation !

    Ce rapport n’est qu’une malfaisance de plus du lobby (pardon, du groupe de pression) des collabos pro anglo-saxon. Rappelez-vous la loi Fioraso, les propos d’Allègre, etc. Car il s’agit bien là d’impérialisme. Une langue, ce n’est pas rien. Son expansion entraîne avec elle toute une culture, un mode de vie, de société. Accepter le remplacement de sa langue maternelle, et donc de ses racines, au profit d’une langue étrangère conquérante n’est rien d’autre qu’une abdication.

    En 1961, le British Concil, institution gouvernementale chargée d’établir des relations culturelles entre le Royaume-Uni et d’autres pays, s’est tenu à Cambridge pour une réunion anglo-américaine. Outre les rapports officiels ayant émergé de cette réunion, affirmant que l’anglais devait se développer partout dans le monde dans le but « d’aider au développement économique des autres pays », une note issue d’un rapport confidentiel révèle les dessous de l’affaire avec notamment cette phrase  : «  L’anglais doit devenir la langue dominante remplaçant les autres langues et leurs visions du monde : chronologiquement, la langue maternelle sera étudiée la première, mais l’anglais est la langue qui par la vertu de son emploi et de ses fonctions deviendra la langue fondamentale. » On ne saurait être plus clair.

    On pourrait également citer le rapport de la CIA en 1997, avertissant de l’urgence d’imposer l’anglais comme langue unique internationale avant que «  des réactions vraiment hostiles et nombreuses qui apparaissent et se développent partout contre les États-Unis, leur politique et l’américanisation de la planète. »

    Sans parler de la prédominance progressive de la langue anglaise au sein des textes officiels de l’Union Européenne. Entre 1986 et 2008, le pourcentage de textes primaires de la Commission européenne rédigés en anglais est passé de 26 à 73% au détriment des autres langues. Une généralisation, que l’on peut également constater à l’ONU, qui crée une discrimination linguistique indéniable.

    Ainsi, devant cet état de fait, comment devons-nous réagir face à la multiplication des études plaçant la France en véritable cancre des cours d’anglais obligatoires ? Faut-il en pleurer et, à l’image des Sud-Coréens, se faire retirer le petit bout de peau sous la langue pour parvenir à mieux prononcer la langue de Shakespeare ? Ou fait-il, au contraire, s’en féliciter ?

    Aussi corrompues et soumises soient nos élites, les Français, en plus de se montrer réticent à l’hégémonie culturo-linguistique anglo-saxonne, s’avèrent être de redoutables défenseurs de la préservation de la langue française (loi Toubon bien que sérieusement bousculée, renforcement de la francophonie…).

    Oui, nous sommes des billes en anglais, des cancres, des ratés ; mais comme dirait un certain Cambronne : Merde !



  • VICTOR Ayoli VICTOR Ayoli 10 septembre 20:48

    @Alren
    Merci pour ces précisions très documentées.



  • VICTOR Ayoli VICTOR Ayoli 9 septembre 18:12

    @Zolko
    A cause d’une névrose collective archaïque et mortifère appelé islam.



  • VICTOR Ayoli VICTOR Ayoli 7 septembre 16:15

    L’anglais, bien loin d’être la langue universelle qu’on nous présentait jusqu’alors, l’anglais, la langue de Shakespeare, n’est rien d’autre que du français mal prononcé :

     - Ail ou radis ? Are you ready ? Êtes-vous prêt ?

     - Saintes salopes - Thanks a lot - Merci beaucoup

     - Débile - The bill - L’addition

     - Mords mon nez - More money - Plus d’argent

     - Marie qui se masse - Merry Christmas - Joyeux Noël

    - Oui Arlette - We are late - Nous sommes en retard

     - Mais dîne Franz - Made in France - Fabriqué en France

     - Y s’pique Germaine - He speaks German - Il parle allemand

     - Ahmed a l’goût de tripes - I made a good trip - J’ai fait un bon voyage

    - Six tonnes de chair - Sit on the chair - Asseyez-vous sur la chaise

    - Les slips tout gais serrent - Let’s sleep together - Dormons ensemble

     - Guy vomit sous mon nez - Give me some money - Donne-moi un peu d’argent

     - Âme coquine - I’m cooking - Je cuisine

     - Deux bouts de chair - The butcher - Le boucher

     - C’est que ça pèle - Sex appeal - Attirance sexuelle.



  • VICTOR Ayoli VICTOR Ayoli 6 septembre 16:25

    @Cateaufoncel2
    J’ai lu moi aussi avec beaucoup d’intérêt ce livre de Regis Debray qui explique simplement des évidences oubliées.