• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Les commentaires de al.terre.natif



  • al.terre.natif 17 janvier 2013 15:03

    pas mal ! :)



  • al.terre.natif 17 janvier 2013 14:26

    Concernant la question des enfants et notamment des violences sexuelles ou non qui leur sont faites, je suis entièrement d’accord avec vous, c’est un sujet extrêmement important et il faudrait toujours garder en tête le bien être de l’enfant avant celui de ses parents.

    Par contre, concernant « le coup de l’enfant qui se fait à deux, alors là je suis pliée de rire. »

    J’ai quelques soucis de compréhension (certainement du aux mots de plus de 3 syllabes ...) :

    « A long terme, on peut prédire que les femmes risquent de se heurter à des difficultés grandissantes pour pratiquer un avortement sans demander son avis au futur père. »

    C’est vrai que c’est le corps de la femme qui porte et abrite l’enfant, ça on n’y changera rien. Il parait donc assez évident que l’homme n’ai pas son mot à dire quand à l’avortement ou non de sa compagne.

    Mais alors pourquoi sa femme aurait elle quelque chose à dire si son mari s’enfuit et refuse de reconnaitre l’enfant ? Il me semble qu’il y a ici une incohérence !

    Soit on fait un enfant à deux et chacun a son mot à dire, car chacun est en parti responsable de l’enfant : les père qui n’assument pas doivent payer une pension par exemple, mais les mères ne peuvent pas avorter sans le consentement du géniteur.

    Soit c’est chacun pour sa pomme, et la il s’agit d’une question d’opposition entre l’homme et la femme : la femme a plus de droits car elle porte l’enfant et l’homme se casse sans pension si il veut car il n’a pas son mot a dire concernant l’enfant ...

    Mais proner à la fois la responsabilité du géniteur pour la pension et refuser qu’il ait son mot a dire ne me parait pas très équilibré !



  • al.terre.natif 17 janvier 2013 14:05

    je n’ai pas les chiffres que vous me demandez. Mon commentaire débile et moi vous demandons votre pardon. Je ne vous agresse pas, peut être auriez vous l’amabilité de faire de même !!

    Par contre, j’ai une experience propre (et limitée bien sûr) du sujet, par les connaissances que j’ai. Je n’ai pas la prétention d’être la référence, loin de là, mais dans mon entourage, je connais plus de divorces en faveur de la femme et au détriment de l’homme, que de divorces équilibrés, ou de divorces en faveur de l’homme.

    Vous n’êtes pas féministe, et c’est votre choix, mais votre article, le ton qu’il transmet, laisse penser le contraire et peu être ressenti comme une attaque pour des hommes qui sont neutres sur la question. C’est tout.

    Après, cela ne vous plait pas, et ce n’est pas bien grave ... je m’en remettrai rapidement !



  • al.terre.natif 17 janvier 2013 13:47

    « ca vous ferait plaisir que je vous déteste »

    peut etre que le ton de l’article le laisse penser ... vous ne laissez pas beaucoup de place a la nuance et aux hommes qui sont neutres dans ce débat d’opposition entre homme et femme...



  • al.terre.natif 17 janvier 2013 13:45

    Dur article. Même si c’est important de dénoncer les extrêmes givrés, j’ai un peu l’impression que c’est l’autre extrême qui s’exprime à travers cet article.

    Notamment concernant les pensions. Il existe certainement de nombreux cas ou la femme reste sous la coupelle de l’homme et son influence. Mais il existe aussi des cas d’abus flagrants du coté des femmes, et je ne saurais dire en quelle proportion.

    Qui ne connait pas un divorcé qui se saigne pour payer la pension de son ex qui n’a jamais travaillé et n’a pas l’intention de le faire, car elle touche une pension correcte ? Combien sont sortis d’un divorce le compte vide et les mains liés ?

    Je ne dis pas que c’est uniquement ça, mais un peu de nuance ne fais pas de mal, surtout pour dénoncer les comportements extrêmes.

    D’autre part, une tendance courante est la division, la focalisation sur les différences ! Cette tendance s’applique avec force a l’unité qui devrait être la base entre les hommes et les femmes. Car au delà des différences physiques, c’est la complémentarité qui devrait être encouragée et non l’égalité stricte.



  • al.terre.natif 16 janvier 2013 09:47

    oulala c’est la guerre partout alors ?

    J’ai bien aimé la petite pique contre le « mariage pour tous » au milieu :)

    « Le fait de faire savoir qu’on est différend, et, dans le même temps, de se vouloir l’égal, comme si l’on pouvait être simultanément différend et égal, est un acte de guerre. »

    => bien sûr que l’on peut, c’est notre lot à tous :

    vous n’êtes pas le même que votre voisin, et pourtant vous avez tout un tas de points communs avec lui. Donc vous êtes sont égal en droit par exemple, en devoirs, et en même temps, vous n’avez peut être pas les mêmes aspiration, les mêmes idées politiques par exemple.

    A la fois semblables et différents ...

    La paix, c’est déjà dans la tête de chacun ...



  • al.terre.natif 16 janvier 2013 09:26

    mouais, on pourrait faire le corolaire :

    Principe d’exceptionnalité :

    « L’homme est un être exceptionnel, car il est unique sur une planète unique (autant qu’on sache), tournant autour d’un soleil unique parmis la foule d’étoiles, dans une galaxie unique parmi la foule des galaxies. De plus, le moment que nous vivons actuellement est un instant particulier dans l’histoire de l’univers. Il n’y a jamais eu un tel moment dans tous ceux qui font l’histoire de l’univers, et il ne se reproduira jamais exactement de la même manière dans son futur. »

    La vie est exception pour autant qu’on sache et lorsque l’on regarde l’infinité de l’univers.

    De plus, chaque instant peut être vu, soit comme un banal instant qui n’apporte rien par rapport a celui qui le précède, soit comme un merveilleux moment unique dans lequel on peut trouver toujours de nouvelles choses.

    Tout est question de point de vue, et je vous laisse volontiers le votre ;)



  • al.terre.natif 15 janvier 2013 18:09

    Complètement !

    Oui l’avenir parait sombre. « Mais plus la nuit est sombre, plus proche est le matin » (Un autre monde est possible - Documentaire)

    D’autre part, l’imagination est d’une importance capitale pour le future. Ce que nous n’imaginons pas ne se produira pas : si nous ne construisons pas un autre modèle que celui du capital, de l’argent, alors un autre modèle n’apparaitra pas de lui même !

    Le changement viens d’en bas ! C’est à nous d’incarner le changement et non d’attendre que d’autres le fassent pour nous !



  • al.terre.natif 15 janvier 2013 11:41

    car les modifications de la ville sont contre le mélange de culture qui à toujours été présent dans cette ville historique.

    Les quartiers sont rachetés par des grands groupes (Euromed notamment), qui dégagent les gens qui ne correspondent pas (en terme de revenus notamment, en terme de manière de vivre aussi pour les ROM par exemple). La ville rejette toute la culture qui ne correspond pas à la culture marchande.

    D’autre part, la ville se « militarise » par l’installation de nombreuses video surveillances, de ghetto pour riches qui se construisent en même temps que les moins riches s’entassent dans les ghettos populaires.

    Expulsions, choc des cultures, ...

    une explication de cette chanson ici



  • al.terre.natif 14 janvier 2013 17:45

    Super article ! Merci !

    Quand continuerons nous à chercher de l’emploi pour toutes les mains qui chôment, dans une industrie qui ne rêve que de virer l’employé pour le remplacer par une machine ?

    Arrêtons de travailler pour ce qui nous détruit ! Et (re)commencons à travailler pour la Terre qui nous nourrit.

    Il y a de quoi occuper plusieurs millions de mains, pour peu qu’on prenne la peine de réfléchir et proposer des solutions à tous ceux qui veulent retrouver la nature et la production de nourriture ! Votre démarche est la bonne, et il faut continuer dans ce sens. De nombreuses structures se construisent autour de l’urgence de la nourriture, et c’est bien comme ca. Je pense qu’il ne faut pas de concept centralisé, car il serait récupérable. Continuons de nous organiser localement, de ne dépendre qu’au strict minimum des grandes surfaces.

    Juste un point cela dit concernant les agro carburants :

    Bourguignon que vous citez n’est pas aussi tranché que vous sur le sujet. De son point de vue, il est possible d’intégrer des culture de type agrocarburant en culture intercalaires, en cultures qui sont plantées directement derrière un blé ou un maïs, et qui pousserons avant que l’on replante une autre céréale. Ainsi, sur le même espace, vous aurez pu faire votre blé, puis un peu de culture a carburant, puis de nouveau votre blé. Ainsi, pas de perte de surface pour des cultures exclusivement réservées aux agrocarburants.

    Petite graine deviendra Baobab !



  • al.terre.natif 14 janvier 2013 17:10

    Pourquoi ces commentaires sont-ils repliés ??? en quoi ils ne respectent pas la charte ???



  • al.terre.natif 14 janvier 2013 17:08

    Keny Arkana en a fait une chanson « Capitale de la rupture » ...



  • al.terre.natif 10 janvier 2013 15:54

    @croa

    peut etre que les partis ne « partagent » pas le pouvoir décisionnel avec leur base, un peu comme les représentants élus se moquent de ceux qu’ils sont censés représentés.

    Peut être que les 1% qui restent dans les partis sont composés de :

    - ceux qui n’ont pas compris que leur soutien au parti n’est pas réciproque, eux soutiennent le parti, mais le parti se moque d’eux

    - ceux qui ont compris le fonctionnement des partis et qui souhaitent se hisser aux premières places, les seules intéressantes pour l’ambition, la carrière politique et le pouvoir ...

    Je veux bien qu’on puisse être une minorité et avoir raison ... mais il serait intéressant que cette minorité se remette parfois en question sur sa légitimité et sa place réelle dans le paysage ....

    Personnellement je n’ai aucune affinité suffisante avec un quelconque parti politique et c’est bien pour cela que je ne suis pas prêt de leur donner le moindre centime !



  • al.terre.natif 10 janvier 2013 11:51

    honteux, mais d’un autre coté on n’en attendait pas moins de leur part !



  • al.terre.natif 9 janvier 2013 17:05

    @l’auteur 

    Drôle de vision du monde, de notre pays ! Déjà concernant l’inné et l’acquis, votre « démonstration » est bien loin d’apporter un quelconque élément de preuve. C’est tout au plus un exemple qui va dans le sens de l’inné, sans aucune mise en perpective.

    « le poil le démontre : au pôle nord, sans poils, on meurt de froid, pas de lézard. Au Sahara, poilu on meurt de chaud, pas d’ours blancs. »

    Jamais vous ne vous êtes dit que l’inné et l’acquis sont complémentaires ? Que peut être que l’inné concerne une adaptation sur le long terme, et l’acquis une adaptation sur le beaucoup plus court terme ?

    Peut être que les deux ne sont pas opposables ...

    Et vous vous servez de cette petite assertion comme levier pour critiquer la France ? Pardonnez moi, mais cela ne me semble pas très solide comme méthode. Mais soit, laissons la forme et parlons du fond.

    Vous pensez que la France est plein d’immobilisme, de peur du changement. Elle est présente cette peur, c’est vrai. Mais ouvrez les yeux (et si possible ailleurs que devant la télévision). Vous verrez peut être cette France qui à envie de changer les choses, d’évoluer, de grandir ! Cette France qui se lève tôt pour changer de manière de produire, de manière de s’organiser. Cette France qui petit à petit innove et invente d’autres manières de vivre.

    Je ne parle pas de la France des patrons, ni de la France des capitaux ... non, je parle de la France des humains, la France des individus qui dépassent leur cage individuelle pour se regrouper et construire ensemble.

    Vous parlez de mort annoncée, de cris, de larmes ... et si je vous comprend bien, cette mort viendra de ne pas avoir su adapter notre compétitivité, de ne pas avoir répondu aux marchés, au monde des affaires, bref, à l’économie (du capital)... pour moi, cette mort viendra de l’oubli des fondamentaux : la production de nourriture, l’eau potable ... quand ces denrées manquerons, et elles finiront par manquer une fois que le pétrole ne nous permettra plus de faire pousser des aliments artificiellement sur des sols morts, alors oui, ce jour nous entendrons des cris et verrons des larmes.

    Mais fort heureusement, de plus en plus de gens se préoccupent de ce qu’ils peuvent manger, de leur capacité à nourrir leur famille (et non pas leur capacité d’acheter de la nourriture). Ce sont ces gens que vous ne voyez pas dans votre spectre d’analyse, ceux qui de plus en plus nombreux se battent pour que notre pays conserve et retrouve ses richesses du sol, richesses naturelles et nutritives !

    Alors oui, un certain immobilisme existe. Il se trouve de votre coté ! Les jeunes ont de plus en plus conscience de l’urgence de reprendre le contrôle de nos assiettes, de notre politique aussi, alors que beaucoup d’anciens (dont vous faites parti) pensent que si les jeunes refusent de travailler pour le capital, nous n’irons nul part.



  • al.terre.natif 8 janvier 2013 14:01

    ah ben ca on va pas changer les règle d’un système qui marche si bien ! Hors de question que ceux qui produisent et distribues se retrouvent a assumer ce qu’ils peuvent faire payer aux consommateur final ... C’est toujours le dernier maillon qui mange pour tous les autres.

    Serait p’têtre temps qu’on se détache de cette chaine ;)



  • al.terre.natif 8 janvier 2013 13:56

    « la culture à grande échelle d’arbres permettant la production de biocarburants – considérés comme une alternative écologique au pétrole et au charbon – à partir de leur bois, entraîne le rejet d’un produit toxique, l’isoprène »

    Ce n’est pas l’écologie qui pose problème, ou bien encore les agrocarburants ... mais plutôt la culture industrielle quelle qu’elle soit ! Que ce soit une culture d’arbres ou bien de blé, a partir du moment où l’on fait cette culture de manière intensive, il est évident que des inconvénients surviennent.

    C’est le piège de l’industrie dite « verte » ... on se sert des observation des dégâts de la concentration de culture de l’industrie pour conclure que c’est une menace ...J’aurais préférer un titre : « les biocarburants industriels : une menace pour les écosystèmes » ou bien encore « la production intensive : une menace pour les écosystèmes » ... mais bon :)

    Pour parler plus précisément du produit qui pose problème, l’isoprène, Wikipedia nous indique effectivement que cette substance détruit la couche d’ozone, mais en même temps, il y est également précisé que « il réagit aussi avec l’oxyde d’azote en présence de lumière et redonne de l’ozone » ... et que d’autre part, les forêts utilisent ce produit naturellement :

    « Une fois dans l’air [...] il contribue alors à produire des aérosols impliqués dans la constitution de microclimats [...] [qui] semble être un des mécanismes développés par les forêts pour surmonter la surchauffe des feuilles ou une irradiation excessive par les UV »

    Donc est un paradoxe écologique ou bien un faux débat ? J’opte pour la seconde option. Tant qu’on continuera de vouloir tout traiter de manière industrielle, sans se poser les vrais questions sur ces modes de production concentrés, on ne fera que trouver des « paradoxes » dans les « solutions écologiques » ...



  • al.terre.natif 8 janvier 2013 12:13

    « streaming illégal » ah bon c’est illégal du streaming ????

    illégal pour le site qui le publie, mais pas pour l’internaute qui regarde ...

    ya encore plein de manières de ne pas payer en restant dans la légalité et hadopi n’a rien fait du tout, que dépenser nos sous... encore une manière d’augmenter les dettes pour un sujet HYPER essentiel ....

    ce qui est génial, c’est que certains sont satisfaits de ce type de dépenses inutiles au possible. Ben c’est pas demain qu’on aura un budget à l’équilibre en France et ca ne sera pas « à cause des fonctionnaires » .... 



  • al.terre.natif 8 janvier 2013 10:23

    ah je m’attendais un peu à ce genre de réaction, j’aurais du mieux choisir mes mots ... c’est bien sûr exagéré ... pour la partie controle hebdo... Mais le truc, c’est que ces étrangers, et bien très souvent, ils bossent et payent des impots eux, quand de grand patrons francais font tout (et on les moyens) de ne pas payer ces mêmes impôts. Alors ne saisissez pas n’importe quelle occasion pour sous entendre que les étrangers sont des rois ici, c’est bien loin de la réalité.



  • al.terre.natif 7 janvier 2013 17:59

    « souhaiter ouvertement que ceux qui font le moteur de la France s’enfuient ? »

    Oops, pardon de vous interrompre en plein débat sur « quiquépatriote », mais juste une remarque : si les entreprises sont le moteur de la France et qu’elles se barrent, il suffira de construire de nouveaux « moteurs » ... le carburant : les êtres humains, la richesse en fait des entreprises (les « ressources » humaines, comme on aime à les appeler) eux ne partiront pas, de toute manière ils n’ont pas les sous ...

    Pour moi, il y a deux types de mécontents :

    - ceux que l’on exploite et à qui ça ne plait pas !

    - ceux qui exploitent, et à qui on empêche d’exploiter comme ils veulent !

    Les premiers sont ceux visés par le « la France, tu l’aime ou tu la quitte » de Sarko et pourtant ce sont eux qui constituent cette France, les autres ils peuvent aller se faire délocaliser ce qu’ils veulent ailleurs, par contre, j’aimerais bien que le retour et l’utilisation de nos infrastructures ne soit pas gratuit pour eux ! Taxe de séjour et permis limités de séjours + contrôle hebdo au commissariat, histoire de leur rappeler comment on traite les étrangers chez nous ....